Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Subduction et grammaticalisation

Subduction et grammaticalisation

Le cas des structures avec être suivi d’un infinitif de progrédience
Subduction and Grammaticalization: Verb Structures with Fr. être and Infinitive of Purpose
Tatiana Taous
p. 42-70

Résumés

Cet article se concentre sur les structures en être + infinitif de progrédience où être, paraphrasable par un verbe de mouvement, paraît très éloigné des emplois pléniers et copulatifs qui lui sont traditionnellement associés, ce qui nous conduit à interroger les notions de grammaticalisation, de subduction et de (re)lexicalisation. L’analyse, organisée en deux temps, tente tout d’abord de caractériser syntaxiquement et sémantiquement la structure ; la seconde partie cherche à décrire la structure en la réinscrivant dans la perspective de la linguistique variationnelle.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Dalès (1976) ; Moignet (1981) ; Buridant (2000, 2018) ; Soutet (2016) ; voir également Honeste (2 (...)
  • 2 Dans son acception dynamique, la grammaticalisation permet de décrire des usages linguistiques «  (...)

1Le concept de subduction, introduit en linguistique en 1938 par Guillaume (1964a : 73-86), est souvent exploité par les historiens de la langue pour rendre compte des phénomènes de grammaticalisation1, notion première, conçue et définie par Meillet, dans deux articles de 1912 et 1916 (Fruyt, 2011 : 1), comme « le passage d’un mot autonome au rôle d’élément grammatical » (Meillet, 1921a : 131). Il semble que, depuis Guillaume, les deux notions fassent couple pour décrire plus précisément le processus de grammaticalisation ou le fait qu’un terme ou un morphème lexical s’évide sémantiquement pour servir de formant grammatical. La subduction implique deux idées qui ne sont pas nécessairement présentes dans celle de grammaticalisation qui, dans son acception statique2, en serait comme le point d’aboutissement fonctionnel (Feuillard, 2007 : 4-6) : l’idée de latence (sub-) et l’idée de mouvement (-duction, sur lat. ducere). Ces deux éléments nous invitent alors à discuter les notions de continuum et de progression linéaire qui conduiraient d’un emploi linguistique à un autre et à envisager plutôt l’idée qu’un signe linguistique possède différents signifiés en puissance, se réalisant au gré des occurrences en discours et selon des configurations linguistiques qui les rendent prédictibles à l’expert.

2Pour discuter ce point, la présente contribution se propose de revenir sur une structure verbale particulière qui nous est apparue à la suite d’une réflexion sur l’acquisition orthographique des finales en /E/ (cf. (1)) et dont l’acceptabilité s’est trouvée confirmée par des emplois littéraires (cf. (2), (3)) :

1) Puis nous fûmes trouver le cadeau. (Production d’élève, 6e, Académie de Versailles, 2021, in Taous, 2022 : 156)

2) Je ne me suis endormie que bien tard ; et aussitôt que je me suis réveillée […], j’ai été reprendre sa lettre pour la relire à mon aise. (Laclos, Les Liaisons dangereuses, éd. 1782, lettre XVI, Cécile Volanges à Sophie Carnay)

3) … parbleu ils devaient savoir aussi !… l’armoire !… et que j’avais la clé… je crois pas qu’ils y aient été voir… pas encore… (Céline, Nord, Gallimard, 1960, p. 212)

Dans cette structure, être se singularise d’un double point de vue :
a. syntaxiquement, par une complémentation à l’infinitif (cf. trouver en (1), reprendre en (2), voir en (3)) ;
b. sémantiquement, par la commutation possible avec un verbe de mouvement : être paraît dès lors très éloigné non seulement des emplois pléniers qui en font « le verbe d’état par excellence » (Kawaguchi, 1979 : 7), mais également des emplois comme copule et auxiliaire qui entérineraient une perte complète de substance sémantique (Guillaume, 1964a : 75).

  • 3 Elle sera par la suite brièvement évoquée dans des études qui cherchent à caractériser le fonctio (...)
  • 4 Voir les études spécifiques d’Yvon (1949), de Hergot (1982) et, tout récemment, de Glikman & Pata (...)
  • 5 Cette comparaison a été rendue possible grâce à la base de données de l’American and French Resea (...)

Cette structure verbale est relevée pour la première fois par Littré (1873)3, alors même que la capacité de être à dénoter le mouvement a été remarquée dès le siècle précédent4 : la 4e édition du dictionnaire de l’Académie française (1762) et le Dictionaire critique de la langue française de Féraud (1787) proposent, de cette particularité sémantique de être, une description linguistique qui s’efforce de rendre compte de phénomènes morphologiques (en termes de contraintes), de distinctions sémantiques (entre être et aller, suivant que le mouvement centripète est ou non conçu avec un mouvement de retour) et de notifications axiologiques, mais le caractère non consensuel des remarques au sein des deux ouvrages donne à voir un discours métalinguistique en construction qui va se préciser tout autant que se figer dans les grammaires et dictionnaires ultérieurs (tableau 1, infra)5 .

3Le détour par la spécificité sémantique de être seul est important car il permet de noter d’une part que l’acception spécifique de être au sens de « aller » n’est jamais mise en lien avec des faits de syntaxe – la présence d’un groupe prépositionnel directionnel ou d’une complémentation avec infinitif ne fonctionne pas comme un indice de prédictibilité sémantique – et de relever d’autre part les jugements de valeur associés à ces emplois : grammairien normatif, Littré (1873 : 1532) dénonce comme abusifs et intempestifs les emplois de être « aller » qui ne se conformeraient pas à la contrainte sémantique exposée (mouvement bitensif d’aller-retour) et relève comme propre à « l’usage vulgaire » la rection « avec un infinitif suivant » malgré le paradoxe qui veut que d’« excellents auteurs » y recourent et l’ancienneté du tour, qui pourrait conférer à ce dernier un certain prestige (« dans de très anciens textes »).

Tableau 1 : L’acception « aller » de être dans quelques ouvrages lexicographiques (xviiie-xixe s., s. v. « être »)

Académie
4e éd. (1762 : 682)

Féraud
(1787 : 174)

Académie
6e éd., 1835 = 8e éd., 1932

Littré
(1873 : 1532)

Considérations morphologiques

→ contraintes morphologiques (aux temps de l’accompli) : « ÊTRE dans les temps où ce verbe prend l’auxiliaire Avoir, est quelquefois synonime d’Aller »

→ pas de contraintes : extension aux « prétérits » et au futur (dans des configurations non probantes, puisque être s’y paraphrase davantage par « se trouver » que par « aller »).

→ identique à l’Académie, 4e éd. (présence de l’auxiliaire avoir)

→ les « temps passés » de être conditionnent cette acception : extension de la remarque de l’Académie sans suivre entièrement Féraud (pour lequel être « aller » revêt cette valeur même au futur)

Considérations sémantiques

→ mouvement conçu comme un procès à double détente (centripète et centrifuge), dont être « aller » traduirait l’intégralité de la réalisation : « On dit, J’ai été à Rome, pour dire, qu’On y est allé, & qu’on en est revenu »

Néant

→ identique à l’Académie, 4e éd. : « différence » sémantique entre aller et être (mouvement bi-tensif d’aller-retour)

aller « exprime simplement » que l’on « a fait le voyage » « sans dire » si l’on « est de retour » : dans cette perspective, l’adverbe « simplement » contribuerait à faire de aller le terme non marqué et de être, le verbe marqué impliquant nécessairement un mouvement bi-tensif (aller et retour)

Considérations pragmatiques : fréquence, variations, axiologie

→ phénomène rare (« quelquefois synonime d’Aller »)

→ phénomène fréquent (« s’emploient souvent pour ceux du v. Aller »)

Néant

Néant

→ distinction diamésique : plutôt à l’oral (« aussi dans la conversation ») mais pas exclusivement (cf. « aussi »), ce qui laisse ouvertes d’autres pistes variationnelles

→ distinction diaphasique, puisque les variations diamésique et diastratique ne tiennent pas (Corneille l’écrit ; le commun l’emploie)

→ néanmoins, tendance à la distinction diastratique : tour associé explicitement au « langage familier »

→ distinction diastratique : « dans la langue familière »

Néant

Néant

→ forte dépréciation ; emploi déconseillé « dans un ouvrage, qui demande de l’élégance »

Néant

→ emploi déprécié s’il ne répond pas à la contrainte sémantique de mouvement bi-tensif : « C’est abusivement qu’on emploie être pour aller en d’autres circonstances »

  • 6 Dans la suite du développement, nous plaçons entre barres obliques le verbe entendu de façon noti (...)

4Le peu d’attrait à étudier précisément la structure en être + infinitif pourrait tirer son origine, d’une part, du fait qu’elle ne prolonge aucune structure latine en esse/fuisse + infinitif – contrairement aux périphrases en verbes de mouvement + infinitif (Adams & Vincent, 2016)  ; d’autre part, de la rareté du tour dans la littérature française : n’entrant pas réellement en concurrence avec aller/venir + infinitif, le tour n’a pu donner lieu à des analyses contrastives. Enfin, le désintérêt apparent des linguistes pour cette structure pourrait trouver deux explications : le tour, rarement enregistré à l’écrit, semble comme indiquer la victoire des grammairiens des époques postclassiques qui, par leurs injonctions répétées, souhaitaient le voir disparaître des usages des locuteurs ; les prescriptions des grammairiens ont réussi à rendre ce tour peu visible aux analystes postérieurs. La seconde raison serait à puiser dans la conception même que les linguistes des xixe et xxsiècles se font du verbe /être/6 : /être/ forme avec /avoir/ un binôme contrastif stable en raison des nombreux points communs qui les rassemblent (verbes du vocabulaire dit fondamental, propension à l’auxiliarisation…) et l’analyse linguistique de /être/ ne se départ que difficilement de celle de /avoir/ (Benveniste, 1966 ; Van Ginneken, 1972 ; Kawaguchi, 1979 ; Lazard, 1997 : 104-105), si bien qu’il semble exister sémantiquement un hiatus entre le verbe d’état par excellence et la notion de mouvement (Yvon, 1949 : 17).

5Quelques linguistes de ces dernières décennies proposent néanmoins de revenir sur ce prétendu paradoxe (voir déjà Frei 1993 [1929] : 149) et offrent des justifications, dans la mouvance de la psychomécanique guillaumienne (Soutet, 2016 ; Vega y Vega, 2020), pour rendre compte des potentialités sémantiques a priori paradoxales du verbe être en français, potentialités que l’on retrouve également dans l’anglais Have you ever been to Paris ? où angl. be et go offrent, de la même façon, des zones de recouvrement sémantique.

  • 7 Pour le détail, voir les références indiquées en fin de contribution.
  • 8 Sur cette dernière composante, voir Glikman & Patard (2022 : 2) qui évaluent le sentiment épiling (...)

6La présente contribution aspire donc à documenter cette question de manière plus précise en se fondant pour partie sur les bases de données littéraires à disposition7, pour partie, sur la base de données de l’Université Laval (qui comporte, outre des récits d’explorateurs des xvie-xixe siècles, des documents ethnographiques et radiophoniques contemporains), afin de réinscrire la question dans le cadre de la linguistique variationnelle (diachronique, diaphasique, mais également diatopique) : les structures avec être + infinitif correspondent-elles à un état de langue ancien (diachronie) ? Relèvent-elles plutôt de variations diastratiques, diaphasiques voire diatopiques8 ? Deux séries d’objectifs seront visées et constitueront le cadre de notre exposé : d’un point de vue externe, nous essaierons de voir la place qu’occupe cette structure dans le système du français, au regard de structures concurrentes (par rapport à être + participe passé ; par rapport aux autres verbes de mouvement suivis de l’infinitif) ; d’un point de vue interne, nous tâcherons de déterminer les conditions d’émergence, en discours, de cette structure. En somme, comment être, indubitablement associé à l’auxiliarisation, peut-il, dans certains contextes, s’être comme relexicalisé ?

1. Être et l’infinitif : caractérisations sémantico-syntaxiques

  • 9 Nous avons travaillé à partir des bases de données du Corpus de la littérature médiévale, du Corp (...)

7D’après nos recherches9, la structure est attestée dès le xiie siècle sous la forme centrifuge (s’en être + infinitif) et dès le xiiie siècle sous la forme centripète (être + infinitif) et ne cesse d’être employée par la suite (cf. supra, (1) à (3)) :

4) Kanelangrès s’en fut prendre congé du roi Marke. (Thomas d’Angleterre, Le Roman de Tristan, XIIe)

5) Jusqu’a la riviere qui bruit / Dou flun des pierres jor et nuit/ Fui pierres querre. (Rutebeuf, Poésies, « Le diz de l’erberie », v. 252, XIIIe)

8Nous avons répertorié et classé selon les époques les exemples offerts au lecteur par Littré (1873), Damourette & Pichon (1911-1936), Steinberg (1959), Sandfeld (1978) et Grevisse & Goosse (2008), dans les rubriques traitant de être suivi de l’infinitif :

Tableau 2 : Distribution des exemples de être suivi de l’infinitif (de Littré 1873 à Grevisse & Goosse 2008)

XIIIe

XVIe

XVIIe

XVIIIe

XIXe

XXe

Total

Littré, 1873

1 occ.

4 occ.

5 occ.

1 occ.

1 occ.

////

12 occ.

Damourette & Pichon, 1911-1936

1 occ.

(XVe ?)

3 occ.

1 occ.

3 occ.

11 occ.

(8 occ. litt. vs 3 non litt.)

19 occ.

Steinberg, 1959

////

////

////

////

////

3 occ.

3 occ.

Sandfeld, 1978

////

////

////

////

1 occ.

13 occ.

14 occ.

Grevisse & Goosse,
2008

////

////

3 occ.
(< Littré)

2 occ.

4 occ.

7 occ.

16 occ.

Total

1 occ.

5 occ.

8 occ.

4 occ.

9 occ.

34 occ.

  • 10 Damourette & Pichon (1911-1936 : 95) ajoutent trois occurrences non littéraires, tirées de corres (...)

Le tableau 2 atteste ainsi de l’effort déployé par les grammairiens et linguistes pour documenter le phénomène à l’aide de nouveaux exemples, puisés dans la littérature qui leur est contemporaine ou, plus largement, chez leurs contemporains10, ce qui confirme la vitalité et la productivité du tour et justifie notre question de recherche : comment caractériser la structure être + infinitif ? Peut-on y voir une périphrase verbale, dans la mesure où elle répond au critère d’identification morphologique selon lequel toute périphrase verbale représente « une séquence de n éléments verbaux qui se suivent, telle que seul le premier élément de la séquence peut être conjugué à une forme personnelle, les autres se présentant nécessairement sous des formes apersonnelles (infinitif et participe) » (Gosselin, 2021 : 105) ? En revanche, la structure ne satisfait que partiellement au critère sémantique ; en effet, il n’est pas sûr que dans la séquence être + infinitif, « seul le dernier élément […] a[it] un fonctionnement de verbe (V) » et que « les autres so[ie]nt des coverbes (CoV) » (Gosselin, ibid.). Dès lors, comment positionner la structure être + infinitif par rapport aux périphrases aspectuo-temporelles et passives dans lesquelles intervient très fréquemment être ? Quelles indications nous livre-t-elle sur le degré de grammaticalisation affectant progressivement être ? Il convient donc de décrire plus précisément le fonctionnement des deux composantes de la structure.

1.1. Le statut de être dans la structure : un coverbe prédicatif ?

9Les structures en être/avoir + participe sont, chez Guillaume (1964a : 74 et 77-80), illustratives du phénomène de subduction lorsque cette dernière affecte le domaine verbal. En effet, comme le rappelle Honeste (2005 : 73) à la suite de Guillaume (1964a : 73 et 78), la subduction « n’est pas le fait de mots “quelconques” » mais de « mots “exprimant les idées fondamentales” […]. Leur subductivité leur donne une propension à devenir des mots-outils “dématérialisés”qui […] nécessitent un “complément de matière” apporté par un mot de “sens plein”, tels les verbes en fonction auxiliaire ou périphrastique ». (6) est, à cet égard, intéressant car il présente en co-occurrence être suivi du participe passé (furent levees ; furent disnez) et de l’infinitif (furent disner), ce qui nous permet de prendre la mesure de la distance sémantique qui sépare les deux formulations analytiques :

6) Quant les tables furent levees, et le maiſtre d’oſtel et aultres furent diſner, Madame remercia damps Abbes du bon diſner et bonne chiere qu’il leur avoit fait ; et de parolles en parolles, de pas en pas, furent a l’autre boult de la ſalle, ou deviſerent de joieuſetez juſques ad ce que tous furent diſnez. (Antoine de La Sale, Le Petit Jehan de Saintré, XVe)

  • 11 Littré (1873 : 1532) paraphrase de façon similaire la plus ancienne occurrence qu’il répertorie ( (...)
  • 12 Dans l’énoncé [Il] avait souhaité commencer à recevoir, Gosselin (2021 : 106) considère souhaité (...)

Dans la première occurrence, furent disner commute avec la séquence allèrent dîner11 : le procès de /dîner/ est projeté et envisagé très prochainement. En effet, dans la mesure où le service à table est achevé – ce qui est linguistiquement signifié par l’accompli « furent levees » – les serviteurs et le maître d’hôtel peuvent aller se sustenter. La séquence « jusques ad ce que tous furent disnez », en revanche, se paraphrase par « jusqu’à ce que tous furent régalés » : le procès de /dîner/ est conçu comme achevé. Ce travail de commutation permet de spécifier le statut de être dans les deux tours : suivi du participe, furent apporte des indications à la fois temporelle (antériorité), aspectuelle (procès accompli) et diathétique (passif) aux verbes lever et dîner. Être fonctionne bien comme un « coverbe non prédicatif » (CoV-), opérateur aspectuo-temporel et diathétique (Gosselin, 2021 : 108). Dans furent disner, en revanche, être possède un sémantisme plein qui semble peu compatible avec l’idée de dématérialisation sémantique ; au contraire, la présence de l’infinitif conditionne l’actualisation du signifié /mouvement/. « Coverbe prédicatif » (CoV+), il semble avoir un « statut de prédicat[] verba[l] » et « régi[t] une structure argumentale » (Gosselin, ibid.)12. Nous serions donc tentée de schématiser les deux structures de la manière suivante :

7) Tous furent diſnez
               CoV-  V

8) Le maiſtre d’oſtel et aultres furent diſner
                                                CoV+  ???

  • 13 Cf. supra, tableau 1.
  • 14 Sur le caractère dynamique de la racine indo-européenne *bhh2u- à l’origine du radical fr. fu-, G (...)
  • 15 Comprendre « dans les cas où être se réalise morphologiquement en une forme en fu- ».

Deux questions restent en suspens :
a. Dans la mesure où la subduction suppose une dé-sémantisation, peut-on encore parler de coverbe (même « prédicatif ») dans le cas de être suivi de l’infinitif ? Il se trouve que les linguistes, qu’ils soient ou non guillaumiens, ont eu tendance à renouveler et étendre les propriétés de la subduction : Leeman (2005) propose de considérer les emplois en tant que coverbes comme des manifestations « de la polysémie du verbe en discours » et non pas seulement, comme la résultante d’une dé-sémantisation, ce qui est le cas de être qui, cumulant les signifiés /statif/ et /motion/, réalise le trait /motion/ dans la structure avec infinitif. Plus spécifiquement, Soutet (2016 : 60-61) intègre, dans son étude sémantique de être, les cas où être signifie « aller » et ne se limite donc pas à un continuum linéaire qui irait du verbe d’état par essence à l’auxiliaire, en passant par l’étape médiane de la copule. Intégrant le signifié /motion/, il part des contraintes morphologiques inhérentes à être au sens de « aller »13 et tente de décrire spécifiquement le passage du thème fu-/fû-, propice à exprimer le mouvement14, aux formes accomplies avec été, devenues elles aussi aptes à actualiser ce trait. La démonstration s’appuie sur le principe de subduction dont elle décompose le mécanisme (cf. fig. 1), ce qui conduit l’auteur à conclure que « la dynamique constitutive du verbe être l’emporte alors15 sur sa phénoménalité statique de surface et l’effet de sens de mouvement se dégage, autorisant la paraphrase par aller » (Soutet, 2016 : 60). Le mécanisme subductif est figuré par l’auteur dans le schème suivant (Soutet, 2016 : 61, schème 8) :

Fig. 1 : Subduction inhérente à être au sens de « aller » (Soutet, 2016 : 61, schème 8)

Fig. 1 : Subduction inhérente à être au sens de « aller » (Soutet, 2016 : 61, schème 8)

Ainsi, tant par le biais de l’une de ses bases étymologiques (fu-) que par sa morphologie à l’accompli, être renverrait à une représentation du « statique » pensée comme suspension du mouvement et non pas comme fixité originelle et intangible (ibid.).

b. Quel statut conférer à l’infinitif ? L’hésitation, en (8), à faire de disner le noyau prédicatif (cf. la notation « ??? » et non « V »), provient du sémantisme particulier de être. C’est ici que la notion de « progrédience », introduite par Damourette & Pichon (1911-1933 : 171) pour rendre compte des infinitifs régis par les verbes de mouvement, peut s’avérer porteuse.

1.2. Le statut de l’infinitif dans la structure

10Damourette & Pichon (1911-1933 : 504) introduisent la notion de progrédience à l’occasion de l’étude des infinitifs « régimes directs supportés par le repère du verbe principal » et distinguent ainsi le type Louis veut mourir (infinitif en conspicience) de Louis vient déjeuner (infinitif en progrédience). Les infinitifs mourir et déjeuner sont considérés tous deux comme prédicatifs, mais l’infinitif en progrédience déjeuner se singularise par son caractère « moins statique, moins objectal » : il est alors analysé comme la « prolongation en même temps que la justification » du procès de /venir/, les deux formes verbales voyant « se fondre, se télescoper en quelque sorte » « la valeur prédicative » du procès. Dans quelle mesure peut-on dire que l’infinitif après être entre dans la sphère prédicative et que les deux composantes de la tournure verbale analytique co-construisent la valeur prédicative du procès ?

11Les occurrences suivantes présentent toutes un infinitif à valeur finale ; la différence entre ces infinitifs réside donc non pas dans la valeur sémantique à leur attribuer, mais dans la fonction logico-syntaxique à leur assigner. En effet, la série permet de comparer les cas où l’infinitif semble régi par être et donc, appartenir au prédicat (cf. (9), (11), (14), (15)), aux cas où l’infinitif est régime de la préposition pour et, par conséquent, en dehors de la sphère prédicative (cf. (10), (12), (13), (15), (16)) :

9) Le lundi nous fûmes voir en l’Église Notre-Dame la pompe. (Montaigne, Journal de voyage, 1580-1581)

10) Et Lancelot lui dist que […] la royne Genievre estoit moult dolente de ce qu’elle n’avoit esté a Louzeph pour la veoir. (Tristan, chevalier de la Table Ronde, III, XVe)

11) On fut quérir et informer Renaud. (Christiane Rochefort, Repos du guerrier, 1958)

12) Il avoit esté em pluseurs terres por querre aïe a recovrer son regne. (L’Estoire de Brutus, XIIIe)

13) Qui ont esté en mainte terre / Pour demander et pour enquerre/ S’il peussent femme trouver (Miracle de la fille du roy de Hongrie, v. 53-55, XIVe)

  • 16 Les titres ne sont pas de la main d’Antoine de La Sale mais ont été ajoutés et « inventés » par l (...)

14) Comment le petit Saintré fut devers le roy et la royne presenter sa lecture d’armes et demander congié de le obtenir, ce que le roy fit quasi comme contrainct. (Le Petit Jehan de Saintré, titre16 du chapitre XXI, XVIe)

15) Li vileins fu en sa meson / Ou n’avoit home se lui non. / Sa fame fu son file vendre, / Li autre furent pour entendre / A lor afere trestuit fors. (Le Roman de Renart, XVI, v. 125-129 (éd. E. Martin 1882), XIIIe)

16) qui tote jor esté avoit / as chans por les seours garder. (fabliau, De la robe vermeille, v. 186-187, XIIIe)

12Le choix lexical de l’infinitif n’interfère pas avec la sélection de la construction directe ou indirecte – dans des séquences phraséologiques que nous aurions pu qualifier de stéréotypées – , puisque nous avons veillé à proposer des séries où le même infinitif apparaissait dans les deux configurations syntaxiques (v(e)oir, quérir-(en)querre, demander). En revanche, l’observation de l’organisation des constituants sur la chaîne syntagmatique permet de constater que la contiguïté de la séquence être suivi de l’infinitif semble plus ferme et rares sont les cas où il y a insertion d’un complément entre les deux éléments : (14) et (15), qui attestent d’une rupture de la séquence, peuvent se justifier autrement et donc ne pas plaider en faveur d’une discontinuité entre être et l’infinitif (argument métrique en (15) ; argument « iconique » en (14) : la solennité du statut officiel justifie la préséance du syntagme directif « devers le roy et la royne » sur l’infinitif presenter). Par contraste, l’utilisation d’un syntagme pour + infinitif coïncide toujours avec l’expression d’un syntagme à valeur directive (a Louzeph ; em pluseurs terres ; en mainte terre ; as chans) et c’est ce syntagme qui s’insère entre le verbe et le complément de but. Il semble alors qu’une hiérarchie se crée dans l’ordre pris par les différents compléments circonstanciels : l’expression du lieu – appelée et prévue par être verbe de mouvement – précède le but de ce même mouvement. Enfin, la comparaison de (11), d’une part, et de (12) et (13), d’autre part, nous permet de faire le départ entre les deux structures. En (11), il semble que le motif du mouvement (quérir et informer Renaud) ait été vérifié, alors qu’en (12) et (13) il n’est pas sûr que le but du mouvement ait été atteint : si les personnes sont effectivement allées « en mainte terre », rien ne dit qu’elles aient trouvé les aïeux et les femmes recherchées. Les infinitifs de ces deux structures sont indubitablement finaux, mais l’infinitif directement construit après être indique que le procès projeté trouvera une réalisation ; l’infinitif précédé de pour, en revanche, ne donne aucun élément sur sa potentielle réalisation et reste purement virtuel. La nuance sémantique que nous prêtons à l’infinitif régime de pour coïnciderait avec les cas où pour + infinitif introduit une circonstance contrecarrée. Comparez ainsi :

Il fut pour parler au roi, mais sa langue se glaça dans sa bouche

à

??? Il fut parler au roi, mais sa langue se glaça dans sa bouche.

Céline confirme la capacité de la structure être pour + infinitif à se voir contrecarrée dans les faits :

17) Nous avons été pour le voir, il n’était pas au presbytère… (Céline, Nord, Gallimard, 1960, 173)

13Enfin, nous souhaiterions revenir sur la solidarité de être et de l’infinitif sur la chaîne syntagmatique, puisque cette cohésion pourrait être l’indice d’une relation prédicative privilégiée. De fait, rares sont les cas de désolidarisation entre être et l’infinitif et même (18), qui atteste un tel cas, peut s’analyser comme un cas-limite, dans la mesure où l’élément inséré (la parembole suivant le précepte) se situe à un autre niveau discursif (le métadiscours) et ne vient donc pas vraiment rompre la chaîne discursive initiale. Bien plus, (19) semble corroborer la force cohésive des deux composantes de la structure verbale être + infinitif, puisque la cohésion entre « esté » et les infinitifs « chercher et querir » est préservée, alors même qu’elle est mise à mal dans le futur antérieur « aura… esté », qui représente indubitablement une périphrase verbale (cf. l’insertion du complément directif « au Mont Douloureux »). Cette occurrence tendrait à prouver que la structure en être + infinitif est plus cohésive que la périphrase verbale en auxiliaire + participe passé, ce qui semble paradoxal et nous conduit donc à relativiser la force de l’argument syntagmatique dans l’identification des périphrases verbales, puisqu’incontestablement, dans aura… esté, la rupture de contiguïté n’est pas à mettre en lien avec une absence de cohésion sémantique :

18) J’ai quitté pourtant ce rôle auguste, pour prendre celui d’Ange consolateur ; et j’ai été, suivant le précepte, visiter mes amis dans leur affliction. (Laclos, Les Liaisons dangereuses, éd. 1782, lettre LXIII, La Marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont)

19) … tant qu’il aura au Mont Douloureux esté chercher et querir Perceval. (Perceval le Galloys en prose, XVIe)

14Au vu de la mise en contraste entre infinitif seul et infinitif précédé de pour et des arguments syntagmatique, pragmatique et sémantique que nous avons avancés, l’infinitif de progrédience peut être interprété comme appartenant au prédicat, tandis que le caractère cohésif de être suivi de l’infinitif semble se confirmer. Nous proposons de décrire les deux structures de la manière suivante :

20) … nous fûmes voir en l’église la pompe.
                  CoV+    V
                                PRÉDICAT
       (Montaigne, Journal de voyage, 1580)

21) … nous fûmes en l’église pour voir la pompe.
                   V      CCL intra-        CCB extra-
                           prédicatif         prédicatif
                       PRÉDICAT
          (exemple construit d’après (20))

et de schématiser plus spécifiquement ainsi les prédicats (ci-dessus, en gras) :

  • 17 « Il suffit de prononcer le nom d’un verbe comme “marcher” pour que s’éveille dans l’esprit, avec (...)

Toutefois, nous avons indiqué que le procès exprimé à l’infinitif était à la fois projeté et, sans doute, réalisé à l’issue du mouvement initié par être, ce qui implique que nous attribuions une valeur aspectuelle à la structure : la visée, indiquée à la fois par être « aller » et le morphème d’infinitif (mode in posse selon Guillaume17), porte en même temps l’indication qu’elle sera réalisée. Ce dernier trait (/visée réalisée/) nous semble attribuable à l’ensemble de la structure verbale et a été mis en évidence par le contraste entre être + infinitif seul et être + infinitif précédé de pour. Dès lors, être est-il encore compris par les locuteurs comme indiquant le mouvement ?

1.3. Le statut de être dans la structure : un coverbe non prédicatif ?

15La traduction française de La Légende dorée par Brunet (1843) confirmerait la perte sémantique du trait /motion/ qui affecte progressivement être dans cette structure, au point que être finirait par s’interpréter comme un coverbe non prédicatif. En effet, même si la structure reste rare au regard des équivalents avec verbes de mouvement (Glikman & Patard, 2022 : 8-9), il n’en reste pas moins que le tour est vivant et productif : Brunet, traducteur de Voragine, utilise délibérément cette structure (22), alors même que celle-ci est absente du texte latin (23) et que les prédécesseurs de Brunet avaient opté pour une traduction un peu plus conforme au latin (24) :

22) Ne vous troublez pas ; mon frère Martin a été rejoindre Dieu (Légende dorée, trad. G. Brunet, Paris, Librairie Gosselin, 1843, 352)

23) Nolite turbari. Frater enim meus Martinus ad dominum migrauit (Voragine, Legenda aurea 162, éd. G. P. Maggioni, 2007, vol. 2, 1288, § 204-205)

24) Ne vous courrocés pas. Martin, mon frere, est trespassé à Dieu (Légende dorée 161, trad. Vignay (XIVe), revue par Batallier (XVe), éd. B. Dunn-Lardeau, 1997, 1065)

La traduction de Brunet présente encore quatre exemples où le recours à être + infinitif paraît superfétatoire : en (22), Brunet aurait pu rendre le latin (ad dominum) migrauit par l’accompli a rejoint (Dieu) ou a migré (vers Dieu). Ces exemples invitent, par conséquent, à nuancer l’idée d’une relexicalisation de être en verbe de mouvement. Tout fonctionne dès lors comme si la forme a rejoint n’était pas sentie comme suffisamment accomplie et que le recours à a été donnait la capacité de passer à une forme d’accompli auditivement plus consistante et directement appréhendable comme telle. On connaît la fortune orale de la Légende dorée et cette innovation traductologique de Brunet corroborerait à la fois les liens entre oralité et sermons ou textes religieux (dont la vocation première est d’être accessible aux foules) et le caractère relativement productif du tour. Dans cette perspective, a été rejoindre constituerait une sorte de passé « recomposé ». On ne serait donc plus tant dans de la lexicalisation de être comme verbe de mouvement que dans la grammaticalisation où l’accompli est surmarqué, hypercaractérisé. Nous schématiserons cette évolution par les équivalences paradigmatiques suivantes :

Fig. 2 : être + infinitif : un passé « recomposé »

Martinus

migrauit

ad dominum

Martin

a

rejoint

Dieu

Martin

a été

rejoindre

Dieu

  • 18 Sur les vertus « expressives » attribuables aux modes d’expression « analytique », Meillet (1921a (...)

Dès lors, il semble difficile d’interpréter l’infinitif régi comme le but du mouvement. La traduction de Brunet invite à reconsidérer l’équivalence paraphrastique que l’on pourrait donner à ce tour en verbe de mouvement + pour + infinitif. En mettant sur le même plan lat. migrauit / fr. a été rejoindre ou lat. rediit / fr. s’en fut retrouver, Brunet met à mal cette équivalence, en ce sens que la traduction ne correspond à aucune structure analogue en latin et devrait se contenter de rendre de simples parfaits latins par des passés composés ou des passés simples français : sous les traductions a été rejoindre et s’en fut retrouver se lisent en creux les formes, à la fois plus courantes et plus conformes à la lettre latine, a rejoint et retrouva. Par conséquent, Brunet paraît employer une forme de parfait plus marquée, peut-être provoquée par le genre hagiographique, propice à des restitutions orales18.

16L’usage que fait Brunet de la structure être + infinitif semble donc corrélé au genre, ce qui nous invite à décrire la structure sous une autre perspective : celle de la linguistique variationnelle (Gadet 2021).

2. Être et l’infinitif : caractérisations variationnelles

2.1. Caractérisations diachroniques 

  • 19 Cette base contient plus de 800 œuvres (prose narrative, poésie, théâtre) et couvre les périodes (...)
  • 20 Dont 3 occurrences avec s’en fut (Roman de Tristan, Th. d’Angl.) et 2 occurrences avec fu(t). Sur (...)

17D’après la base de données Corpus de la littérature médiévale des origines au xve siècle19, la structure en être + infinitif de progrédience est attestée dès le xiie siècle (avec 5 occurrences)20 et se maintient timidement sans discontinuer jusqu’au xve siècle où le nombre d’occurrences enregistrées s’élève à 13. La diffusion générique des 35 occurrences de la période médiévale fait apparaître que la structure est utilisée préférentiellement en prose (avec 21 occurrences contre 14 pour les textes versifiés), ce qui semble correspondre aux descriptions ultérieures qui en font un tour spécifiquement prosaïque, et même les textes versifiés confirment ce constat, puisque le tour est employé dans des genres réputés mineurs, comme les sermons joyeux, farces et fabliaux. Enfin, les chansons de geste (avec 4 occurrences) présentent la particularité d’attester les premiers emplois d’une structure en devenir et d’annoncer l’usage qu’en feront les romans de chevalerie, qui comptabilisent 16 occurrences. Nous noterons néanmoins que les infinitifs relevés dans les chansons de geste ne sont lexicalement pas prédictibles, contrairement à ce qui sera le cas ultérieurement, comme nous le verrons ci-dessous.

  • 21 Les lignes grasses du tableau servent à délimiter les siècles entre eux.

18En revanche, l’organisation des occurrences en fonction des discours vient complexifier le tableau : le récit, avec 27 occurrences, présente contre toute attente un taux d’attestations bien supérieur à celui que l’on trouve en discours et dans les dialogues, pour lesquels seules 8 occurrences ont été dénombrées. Le détail de la diffusion discursive des occurrences révèle néanmoins que être + infinitif de progrédience s’emploie dans des scènes de type formulaire et notamment, dans des scènes d’hospitalité où il est question de prendre congié, disner, chercher ou quérir son destrier ou, plus largement encore, de viseter ou trouver quelqu’un. Le tableau 3 rend compte des infinitifs les plus fréquents. Classés par ordre chronologique d’apparition21 puis par fréquence à l’intérieur de chaque siècle, ils confirment que la structure s’observe volontiers dans des contextes d’échanges, de rituels d’hospitalité, de jeux. Ils nous ont également servi d’items de recherche dans nos prospections pour les périodes ultérieures, limitant ainsi les bruits associés à un item de recherche aussi large que les seules formes de être.

Tableau 4 : Infinitifs les plus fréquents après être dans la littérature médiévale

Prendre

Chercher

Trouver

Querir

Veoir

Viseter

Disner

Juer

Demander

XIIe : 1

XVe : 2

XVIe : 1

XIIe : 1

XVe : 1

XVIe : 1

XIIe : 1

XVIe : 1

XIIIe : 1 (querre)

XV : 3

XVI : 1

XIVe : 1

XVe : 2

XIVe : 1

XVe : 1

XVe : 1

XVe : 1

XVe : 1 (congié)

4 occ.

3 occ.

2 occ.

5 occ.

3 occ.

2 occ.

1 occ.

1 occ.

1 occ.

  • 22 Dans les limites de cet article, nous ne pourrons rendre compte des occurrences tirées de la Bibl (...)

Ces particularités sémantiques constituent une constante puisque nous les avons retrouvées dans les exemples retenus par les grammairiens et lexicographes des xixe-xxe siècles (cf. supra, tableau 2) : les infinitifs régis réfèrent, là encore, au champ lexical de l’hospitalité (que l’on reçoive ou que l’on soit reçu) et laissent entendre une atmosphère détendue et pleine d’oisiveté. Nous avions isolé comme particulièrement récurrents les infinitifs chercher, voir/(re)voir, (se) coucher, trouver et joier/jouer, si bien que tout porte à croire que certaines de ces structures en être + infinitif finissent par constituer des séquences collocatives22.

  • 23 Une succincte analyse des réalisations morphologiques de être au sens de « aller » à partir des o (...)
  • 24 Pour une analyse contrastive plus systématique, voir Glikman & Patard (2022 : 7-9).

19D’un point de vue morphologique, la forme analytique avec esté (+ infinitif), documentée dès le xiiie, apparaît en distribution complémentaire avec les formes en fu- (attestées dès le xiie), avec respectivement 14 et 21 occurrences23. Le corpus Montaigne nous a néanmoins permis de mettre en évidence un autre fait morphologique, plus global : la structure en être + infinitif de progrédience est, chez Montaigne, trois fois et demie moins fréquente que celle en verbe de mouvementinfinitif de progrédience24. Mais la sélection résulte d’une distribution complémentaire : Montaigne utilise relativement peu souvent le passé simple des verbes de mouvement prototypiques ((s’en) aller, (s’en) venir) et prépose plus volontiers être à cet emploi ; en revanche, parce que être + infinitif est irrecevable aux futur, conditionnel, présent et infinitif, ce sont les verbes (s’en) aller et (s’en) venir qui sont utilisés, suppléant être. L’extrait de Joinville confirmerait cette distribution : la séquence fermer Cesaire, objet et enjeu de la narration, est filée dans le paragraphe et appréhendée dans ses différentes phases aspectuelles. Lorsqu’elle est exprimée à l’infinitif, la phase préparatoire impose l’emploi de aler, mais de fu, lorsqu’elle apparaît sous une forme finie. En revanche, l’aspect progressif du procès est, conformément aux attentes, exprimé à l’imparfait :

25) A l’entree de quaresme s’atira le roy atout ce que il ot de gent pour aler fermer Sezaire, que les Sarrazins avoient abatue, qui estoit a.xii. lieues d’Acre par devers Jerusalem. Mon seigneur Raoul de Soissons, qui estoit demouré en Acre malade, fu avec le roy fermer Cesaire. […]. Tandis que le roy fermoit Cesaire nous revindrent les messagiers des Tartarins […]. (Joinville, Vie de saint Louis, III § 470, XIVe)

2.2. Caractérisations diaphasiques

20Nous avons estimé que la fréquence relative des différentes personnes verbales pouvait être un indicateur pour évaluer la pertinence du critère diaphasique. Aussi, à partir des exemples répertoriés par les grammairiens et lexicographes des xixe-xxe (supra, tableau 2) avons-nous collecté les données suivantes : arrive en tête la P3 (à plus de 48 %), puis la P1 (à près de 30 %) et la P6 (avec 13 %) ; la P4 et la P2, rares, se partagent les pourcentages restants, cependant que, dans les exemples répertoriés, la P5 n’est jamais représentée. Il semblerait dès lors, au vu de cette première prospection, que la structure en être suivi de l’infinitif de progrédience apparaisse dans les narrations mais également dans les récits intimistes.

21C’est ce que confirme Montaigne, qui réserve aux Lettres et au Journal de voyage le tour avec être + infinitif, confirmant ainsi le caractère intimiste des conditions d’émergence de cette structure. Au-delà de ces données génériques, il apparaît également que le contexte, saturé de données déictiques, joue un rôle dans la sélection de être au sens de « aller ». L’occurrence (9) est illustrative des occurrences relevées : l’indication temporelle (« Le lundi ») confirme que Montaigne se situe déjà dans l’espace à arpenter et que l’endroit ponctuel qu’il visite, circonscrit (« l’Église Notre-Dame »), rend possible l’utilisation d’un verbe de mouvement moins prototypique et impliquant un déplacement plus limité. Les siècles ultérieurs corroborent le fait que la structure apparaît dans les journaux de voyage, dans la correspondance (réelle ou fictive ; prise en charge par des nobles, cf. (18), ou des serviteurs, cf. (26)), dans la retranscription de dialogues entre intimes (Beauvoir, (27)) ou encore dans des prises à partie du lectorat se voulant mimétiques de l’oralité (Céline, (28)).

26) … ce qui fait que je n’ai pas vu Mlle Julie la veille au soir, comme de coutume, ayant été coucher au Tournebride, pour ne pas réveiller dans le château. (Laclos, Les Liaisons dangereuses, éd. 1782, lettre CVII, Azolan au Vicomte de Valmont)

27) Maman a été parler au père de Bernard ; il était tout à fait d’accord : je ne suis pas un beau parti. (Beauvoir, Les inséparables, 1954, Andrée à Sylvie, L’Herne, 2020, 70)

28) Chacun sa petite opinion ! évidemment vous me direz : qu’avez-vous été vous mêler ? certes ! (Céline, Nord, Gallimard, 1960, 270)

2.3. Caractérisations diatopiques : les données issues d’un corpus québécois

22Deux faits se dégagent de notre prospection dans le corpus québécois. Le premier concerne 16 des 22 occurrences répertoriées dans les récits anciens des xviie et xixe siècles ; toutes ont été utilisées dans les journaux de bord des premiers explorateurs et confirment le caractère personnel et intimiste déjà observé dans le corpus montaignesque :

29) Le lendemain nous fusmes au cap Fourchu, distant de là, demye lieue. Rengeant la coste nous fusmes trouver nostre vaisseau qui estoit en la baye saincte Marie. (Champlain, Œuvres de Champlain, 1613, t. 3, 163)

30) Quand nous y fusmes arrivez, il fut voir les trous où la balle les avoit frappez. (Joutel, Découvertes et établissements des Français dans l’ouest et dans le sud de l’Amérique septentrionale, 1614-1698, vers 1691)

Le second fait concerne les 8 occurrences glanées dans des documents ethnographiques oraux datés des xxe et xxie siècles : progressivement, le tour semble se singulariser diastratiquement, comme l’indique la provenance sociale des interviewés de ce corpus oral :

31) Anicet Boivin, qui est un des premiers arrivés ici, en est un pour qui on a été consulter le père Lagacé au sujet de son mariage. (Documents ethnographiques, 1960)

32) Francis se demande encore pourquoi certains profs ont préféré ignorer le calvaire qu’il a vécu pendant toutes ces années. En troisième année, dans un cours d’éducation physique, on lui a lancé un ballon rose au visage, et l’enseignant n’a pas réagi. « J’ai été pleurer dans les toilettes en nettoyant seul mon nez et ma lèvre ensanglantés », raconte-t-il. (Textes d’information, 2011)

23Le corpus québécois confirme, par conséquent, que la structure être + infinitif se rencontre dans les textes de la littérature classique et spécifiquement, dans des textes intimistes (journaux de voyage, correspondance entre familiers) ; elle est le fait tout autant de personnes socialement élevées que de gens d’extraction plus modeste : l’usage de cette structure relève donc originellement d’une variation d’ordre diaphasique. Au fil du temps, la structure se colore davantage diastratiquement et relève explicitement de l’oralité, sans qu’il faille nécessairement voir dans ce passage du diaphasique au diastratique un quelconque paradoxe (Valette-Cagnac, 2005 : 19 et note 44 ; Chahoud, 2010 : 43). Outre ces données discursives, il s’avère que la sélection des infinitifs est quelque peu stéréotypée, avec un usage prépondérant de trouver ou visiter, l’ensemble finissant par créer une séquence pré-enregistrée, proche de la collocation. Ce tableau mérite néanmoins d’être nuancé dans la mesure où des occurrences comme celles présentées en (31) et (32) attestent la vitalité de cette tournure : la non prédictibilité des infinitifs employés à la suite de être confirme que l’on a bien affaire à une périphrase verbale, et non à des locutions (comparez avoir été visiter et tenir informé, par exemple).

Conclusion

24La structure en être + infinitif de progrédience occupe une place relativement marginale, non seulement au regard des équivalents sémantiques en verbes de mouvement + infinitif de progrédience mais également au regard des autres structures où être intervient comme premier membre de périphrase verbale. Elle est néanmoins attestée à date ancienne et ne cesse de l’être aujourd’hui encore où elle apparaît dans des situations de communication qui supposent une familiarité ou une intimité entre les participants : écrite ou orale, cette tournure est considérée comme peu académique depuis le xviiie siècle, mais ne cesse d’être employée de loin en loin. La prospection dans le corpus québécois contemporain nous a invitée à modifier légèrement la caractérisation de ce tour : diaphasique, il finit par se colorer diastratiquement et peut-être, diatopiquement. Au niveau diachronique, la prédictibilité lexicale des infinitifs régis se fait de moins en moins ferme au cours des siècles, ce qui corrobore la productivité de la tournure : la tendance collocative à voir les formes de être s’associer à des infinitifs comme trouver, visiter, dîner, etc. s’amenuise au fil des usages et la créativité des locuteurs finit par prévaloir.

25D’un point de vue linguistique, la marginalité de la structure pourrait prendre source dans la contrainte morphologique qui affecte être dans le sens de « aller » ou de « partir ». En effet, la capacité à dénoter le mouvement provient primitivement de la racine à l’origine de la base fu- et s’étend ensuite aux formes d’accompli formées avec été/esté et c’est en ce sens que nous avons pu parler de subduction. Les autres verbes de mouvement, transparents sémantiquement, sont beaucoup plus économiques et suppléent donc être, puisqu’ils peuvent être utilisés sans contrainte, à tous les temps et tous les modes. Cette structure peut-elle être qualifiée de périphrase verbale ? Il nous semble que la réponse à apporter soit positive, bien que les structures en verbes de mouvement + infinitif de progrédience, auxquelles appartient incontestablement être + infinitif (malgré les contraintes morphologiques et diaphasiques évoquées), n’aient pas atteint le degré de grammaticalisation qui en ferait de véritables périphrases aspectuelles. Seul aller a atteint ce degré de grammaticalisation, lorsqu’il exprime, joint à un infinitif, le futur proche (Meillet, 1921a : 146 ; Guillaume, 1964a : 82-83). La mise en regard de être + infinitif et de êtrepour + infinitif a ainsi permis de montrer que cette structure se situait à un stade intermédiaire sur l’échelle de la grammaticalisation et le fait qu’elle puisse être employée en lieu et place d’un passé composé – dans un passé que nous avons qualifié de « recomposé » –, confirme que les locuteurs n’analysent plus la tournure comme étant formée compositionnellement d’un verbe de mouvement et d’un infinitif final : sémantiquement, être + infinitif de progrédience s’apparente alors à une variante d’accompli, plus expressive que la forme composée standard. Moins neutre que cette dernière, le tour trahit un fait de langue particulier, moins académique et, donc, plus marqué. Ces passés recomposés se justifient néanmoins toujours pragmatiquement : plus expressifs, ils peuvent signifier la désapprobation du locuteur, la connivence entre interlocuteurs, etc…

26Entre lexique et grammaire, l'emploi de être suivi d'un infinitif de progrédience n'a pas de statut univoque et une étude qualitative plus fine des données de la littérature française du xviie au xixe siècles devrait permettre de préciser un tableau que nous n’avons fait qu’esquisser dans la présente contribution (cf. supra, note 22).

Haut de page

Bibliographie

ADAMS J. N. & VINCENT N. (2016), Infinitives with verbs of motion from Latin to Romance, in J. N. Adams, N. Vincent & V. Knight (eds.), Early Latin and late Latin Romance continuity and innovation, Cambridge, Cambridge University Press, 265-293.

BENVENISTE É. (1966), « Être » et « avoir » dans leurs fonctions linguistiques, in Problèmes de linguistique générale (1939-1964), t. 1, Paris, Gallimard, 187-207.

BURIDANT C. (2000), Grammaire nouvelle de l’ancien français, Paris, SEDES.

BURIDANT C. (2018), Le factitif en ancien français, in A. Thibault (éd.), Le causatif. Perspectives croisées, Strasbourg, Éditions de linguistique et de philologie, 45-66.

CHAHOUD A. (2010), Idiom(s) and literariness in classical literary criticism, in E. Dickey & A. Chahoud (eds.), Colloquial and Literary Latin, Cambridge, Cambridge University Press, 42-64.

DALÈS J. (1976), Voix, temps et aspects dans les périphrases médio-passives -us sum, -us fui, Revue des Études Anciennes 78-79, 129-144.

DAMOURETTE J. & PICHON É. (1911-1933), Des mots à la pensée. Essai de grammaire de la langue française, t. 3, Paris, d’Artrey.

DAMOURETTE J. & PICHON É. (1911-1936), Des mots à la pensée. Essai de grammaire de la langue française, t. 5, Paris, d’Artrey.

DESONAY F. (1927), Comment un écrivain se corrigeait au xve siècle. Étude sur les corrections du manuscrit d’auteur du « Petit Jehan de Saintrë » d’Antoine de La Sale, Revue belge de philologie et d’histoire 6 : 1-2, 81-121.

Dictionnaire de l’Académie française (1762), Paris, Brunet, 4e éd., t. 1.

Dictionnaire de l’Académie française (1835), Paris, Didot, 6e éd., t. 1.

Dictionnaire de l’Académie française (1932), Paris, Hachette, 8e éd., t. 1.

LEEMAN D. (2005), Un nouvel auxiliaire : aller jusqu’à, in H. Bat-Zeev Shyldkrot & N. Le Querler (éds), Les périphrases verbales, John Benjamins Publishing Company, Amsterdam/Philadelphia, 361-379.

FÉRAUD J.-F. (1787), Dictionaire critique de la langue française, t. 2, Marseille, Mossy père & fils.

FEUILLARD C. (2007), Grammaticalisation et synchronie dynamique, La linguistique 43, 3-28.

FREI H. ([1929] 1993), La grammaire des fautes. Introduction à la linguistique fonctionnelle, assimilation et différenciation, brièveté et invariabilité, expressivité, Paris-Genève, Slatkine Reprints.

FRUYT M. (2011), The relationships between grammaticalization, agglutination, lexicalization and analogy in Latin and other languages, De Lingua Latina 6. 1-21. <https://lettres.sorbonne-universite.fr/revue-de-linguistique-latine-du-centre-alfred-ernout-de-lingua-latina-issn-1760-6322>.

GADET F. (2021), Changement linguistique, Langage et société hors-série 1, 41-46.

GLIKMAN J. & PATARD A. (2022), Être pour aller en français d’Europe, SHS Web of Conferences 138, 8e CMLF, 1-16. <https://doi.org/10.1051/shsconf/202213802001>.

GOSSELIN L. (2021), Aspect et formes verbales en français, Paris, Classiques Garnier.

GREVISSE M. (1939), Le Bon usage. Cours de grammaire française et de langage français, 2e éd., Belgique, Duculot.

GREVISSE M. (1970), Le Bon usage. Grammaire française avec des remarques sur la langue française d’aujourd’hui, 9e éd., Belgique, Duculot.

GREVISSE M. & GOOSSE A. (2008), Le Bon usage. Grammaire française, 14e éd., Bruxelles, De Boeck & Duculot.

GUILLAUME G. (1964a), Théorie des auxiliaires et examen des faits connexes (tiré du BSL 1938), Langage et science du langage, Librairie A. Nizet, Presses de l’Université Laval, Québec, 73-86.

GUILLAUME G. (1964b), Immanence et transcendance dans la catégorie du verbe. Esquisse d’une théorie psychologique de l’aspect (tiré du Journal de Psychologie janvier-avril 1933), Langage et science du langage, Librairie A. Nizet, Presses de l’Université Laval, Québec, 46-58.

HERGOT L. (1982), Estre pour aler. Sur un vers du Florimont d’Aymon de Varennes, Romania 103 : 409, 1-27.

HONESTE M. L. (2005), La théorie des schémas conceptuels intégrés : un prolongement de la théorie guillaumienne ? Langue française 147 : 3, 68-83.

JULIA M.-A. (2016), Genèse du supplétisme verbal : du latin aux langues romanes, Turnhout, Brepols.

KAWAGUCHI J. (1979), « Être » et « avoir » chez Benveniste, L’Information grammaticale 3, 6-9.

LAMIROY B. (1983), Les verbes de mouvement en français et en espagnol : étude comparée de leurs infinitives, Amsterdam, Philadelphia, J. Benjamins Leuven, Leuven university press.

LAZARD G. (1997), Benveniste et la syntaxe générale, Linx 9, 95-106.

LITTRÉ É. (1873), Dictionnaire de la langue française, Paris, Hachette.

MEILLET A. (1921a), L’évolution des formes grammaticales (tiré de Scientia 26 : 6, 1912), Linguistique historique et linguistique générale, t. 1, Paris, Champion, 130-148.

MEILLET A. (1921b), Le renouvellement des conjonctions (tiré de l’Annuaire de l’EPHE, 1915-1916), Linguistique historique et linguistique générale, t. 1, Paris, Champion, 159-174.

MOIGNET G. (1981), Systématique de la langue française, Paris, Klincksieck.

SANDFELD K. (1978), Syntaxe du français contemporain. L’infinitif, Genève, Droz.

SOUTET O. (2005), Peut-on représenter la chronogénèse sur le tenseur binaire radical ? Langue française 147, 19-39.

SOUTET O. (2016), Proposition d’une description sémantique du verbe être dans le cadre de la psychomécanique du langage, Bulletin de l’Association Guillaume Budé 2, 33-63.

STEINBERG N. M. (1959), Grammaire française. Première partie. Morphologie et syntaxe des parties du discours, Léningrad, Éditions scolaires d’État du Ministère de l’Instruction publique.

TAOUS T. (2022), « Hâtez-vous lentement, et sans perdre courage, vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage ». Comment proposer des révisions attractives autant qu’efficaces ? in É. Deschellette, C. Lachet & M. Leroy-Collombel (éds), Reprendre, réécrire et réviser ses textes. L’élève apprenti-auteur, Paris, L’Harmattan, 135-166.

VALETTE-CAGNAC E. (2005), Introduction. Vtraque Lingua. Critique de la notion de bilinguisme, in F. Dupont & E. Valette-Cagnac (éds), Façons de parler grec à Rome, Paris, Belin, 7-20.

VAN GINNEKEN J. (1972) [1939], Avoir et être (du point de vue de la linguistique générale), Mélanges de linguistique offerts à Charles Bally, Genève, Slatkine reprints, 83-92.

VEGA y VEGA J. J. (2020), De l’étymologie à la cognition du verbe être, SRAZ 65, 133-141.

YVON H. (1949), « Aller » et « être », Français Moderne 17, 17-23.

Bases de données et corpus

ARTFL (American and French Research on the Treasury of the French Language) : <https://artfl-project.uchicago.edu/content/dictionnaires-dautrefois>.

Bibliothèque des Lettres : <https://www.bis-sorbonne.fr/sid/spip.php?article88>.

Corpus de la littérature médiévale des origines au xve siècle : <https://www.bis-sorbonne.fr/sid/spip.php?article90>.

Corpus Montaigne : <https://num-classiques-garnier-com.janus.bis-sorbonne.fr/>.

TLFQ (Trésor de la langue française au Québec) : <https://www.tlfq.ulaval.ca/fonds/recherche-citation/edit>.

Haut de page

Notes

1 Dalès (1976) ; Moignet (1981) ; Buridant (2000, 2018) ; Soutet (2016) ; voir également Honeste (2005) et Soutet (2005) pour des approches plus circonstanciées.

2 Dans son acception dynamique, la grammaticalisation permet de décrire des usages linguistiques « partagés […] par les membres d’une même communauté », sans pour autant être « encore totalement insérés dans la langue. À ce stade, ils n’entraînent pas » de « restructuration du système » (Feuillard, 2007 : 5).

3 Elle sera par la suite brièvement évoquée dans des études qui cherchent à caractériser le fonctionnement sémantico-syntaxique de l’infinitif-complément (Steinberg, 1959 ; Sandfeld, 1978 ; Lamiroy, 1983) et à mettre en lien le sémantisme particulier de être dans cette structure avec la catégorie plus large des verbes de mouvement (Frei, 1929 ; Grevisse, 1939 et 1970).

4 Voir les études spécifiques d’Yvon (1949), de Hergot (1982) et, tout récemment, de Glikman & Patard (2022), ainsi que la bibliographie associée au domaine outre-Atlantique (Canada, Antilles).

5 Cette comparaison a été rendue possible grâce à la base de données de l’American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTLF) de l’université de Chicago (onglet « Les dictionnaires d’autrefois »). Pour l’URL, voir en fin de contribution.

6 Dans la suite du développement, nous plaçons entre barres obliques le verbe entendu de façon notionnelle ; entre guillemets, le(s) sens pris par le verbe ; en simples italiques, le lexème verbal réalisé en langue. Ainsi, /être/ peut se réaliser linguistiquement en être (fr.), be (angl.), sein (all.), esse (lat.). Le fr. être peut signifier « aller » et tel est l’objet du présent propos.

7 Pour le détail, voir les références indiquées en fin de contribution.

8 Sur cette dernière composante, voir Glikman & Patard (2022 : 2) qui évaluent le sentiment épilinguistique de francophones suisses, belges et français (ibid. : 12-13).

9 Nous avons travaillé à partir des bases de données du Corpus de la littérature médiévale, du Corpus Montaigne, de la Bibliothèque des Lettres et du TLFQ. Les URL sont indiquées en fin de contribution. Ces données ont été complétées par les exemples de Hergot (1982) et de Glikman & Patard (2022).

10 Damourette & Pichon (1911-1936 : 95) ajoutent trois occurrences non littéraires, tirées de correspondances féminines, et Steinberg (1959 : 220), tandis qu’il forge des exemples pour aller et courir suivis de l’infinitif, puise uniquement dans la littérature pour être, ce qui ébranle définitivement l’idée que cette structure serait propre à « l’usage vulgaire » (Littré 1873).

11 Littré (1873 : 1532) paraphrase de façon similaire la plus ancienne occurrence qu’il répertorie (XIIIe) : « Quant nous fusmes [allâmes] au bois arcoier et joier ». Littré précise que cette occurrence, tirée du Roman d’Alexandre, lui a été fournie par le Glossarium mediae et infimae latinitatis de Du Cange (1678, sous « arcuare »). 

12 Dans l’énoncé [Il] avait souhaité commencer à recevoir, Gosselin (2021 : 106) considère souhaité comme un coverbe prédicatif (CoV+) et recevoir comme verbe (V). En revanche, avait et commencer sont analysés comme des coverbes non prédicatifs, opérateurs aspectuo-temporels, l’un modulant souhaité, l’autre recevoir.

13 Cf. supra, tableau 1.

14 Sur le caractère dynamique de la racine indo-européenne *bhh2u- à l’origine du radical fr. fu-, Guillaume (1964a : 86), Soutet (2016 : 35 et 55), Julia (2016 : 62, note 10), Vega y Vega (2020 : 138).

15 Comprendre « dans les cas où être se réalise morphologiquement en une forme en fu- ».

16 Les titres ne sont pas de la main d’Antoine de La Sale mais ont été ajoutés et « inventés » par l’éditeur Michel Le Noir (Paris, 1517). Voir Desonay, 1927 : 91.

17 « Il suffit de prononcer le nom d’un verbe comme “marcher” pour que s’éveille dans l’esprit, avec l’idée d’un procès, celui du temps destiné à en porter la réalisation » (Guillaume, 1964b : 47).

18 Sur les vertus « expressives » attribuables aux modes d’expression « analytique », Meillet (1921a : 147). Dans notre exemple, la structure a été rejoindre est, morphologiquement, encore plus analytique que a rejoint.

19 Cette base contient plus de 800 œuvres (prose narrative, poésie, théâtre) et couvre les périodes allant du ixe au xve siècles. Pour l’URL, voir en fin de contribution.

20 Dont 3 occurrences avec s’en fut (Roman de Tristan, Th. d’Angl.) et 2 occurrences avec fu(t). Sur ces deux occurrences, l’une se paraphrase plus volontiers par « partir » que par « aller ». On en déduirait alors que, primitivement, le mouvement signifié par être était plutôt centrifuge, ce qui explique que 3 des 5 occurrences offrent la forme pronominalisée avec la particule/préverbe en.

21 Les lignes grasses du tableau servent à délimiter les siècles entre eux.

22 Dans les limites de cet article, nous ne pourrons rendre compte des occurrences tirées de la Bibliothèque des Lettres, base de données comportant plus de 3 000 œuvres en langue française des xviie-xixe siècles (roman, théâtre, littérature d’idées, poésie). Afin de donner la mesure de l’ampleur du chantier (que nous ne faisons qu’entamer ici), nous indiquerons à titre d’exemple que la séquence *été chercher comptabilise 252 occurrences, contre 131 pour *venu chercher et 221 pour *allé chercher.

23 Une succincte analyse des réalisations morphologiques de être au sens de « aller » à partir des occurrences présentées par les lexicographes et grammairiens (cf. tableau 2) confirme ce constat : le thème fu-/- et la forme analytique (avec été pour second membre) sont représentés à part quasi égale. Sans grand étonnement, la tournure analytique devient, avec le temps, de plus en plus fréquente, malgré la permanence du thème fu-/- (chez Céline, Green, Christiane Rochefort, Saint-Exupéry, Tournier et Vaillant-Couturier) et le fait que la forme analytique apparaisse déjà chez Molière et Bossuet.

24 Pour une analyse contrastive plus systématique, voir Glikman & Patard (2022 : 7-9).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Subduction inhérente à être au sens de « aller » (Soutet, 2016 : 61, schème 8)
URL http://journals.openedition.org/scolia/docannexe/image/2720/img-1.png
Fichier image/png, 73k
URL http://journals.openedition.org/scolia/docannexe/image/2720/img-2.png
Fichier image/png, 12k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tatiana Taous, « Subduction et grammaticalisation »Scolia, 37 | 2023, 42-70.

Référence électronique

Tatiana Taous, « Subduction et grammaticalisation »Scolia [En ligne], 37 | 2023, mis en ligne le 07 juillet 2023, consulté le 17 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/scolia/2720 ; DOI : https://doi.org/10.4000/scolia.2720

Haut de page

Auteur

Tatiana Taous

CY Cergy Paris Université, Laboratoire ÉMA
tatiana.taous[at]cyu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search