Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Un continuum phonétique et géogra...

Un continuum phonétique et géographique insolite

Le développement de la nasalisation en français et en poitevin-saintongeais
A Puzzling Phonetic and Geographical Continuum: The Development of Nasalisation in French and Poitevin-Saintongeais
Janine Berns, Pierre Faure et Haike Jacobs
p. 173-196

Résumés

La gradience est un concept au cœur de la variation et du changement phonétique et phonologique. Cet article se concentre sur la nasalisation, un processus prenant son origine dans la coarticulation phonétique et qui peut, comme en français, mener au développement progressif de voyelles nasales phonémiques. Nous regardons les étapes de ce processus dans l’histoire du français, puis nous faisons un zoom sur la région du poitevin-saintongeais, où l’ancienne voyelle nasale [ɛ̃jn] a été conservée dans certaines zones et s’est ensuite répandue dans d’autres communautés. Nous défendons le fait que cette évolution énigmatique peut être mieux comprise en invoquant des facteurs socio-économiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans l’évolution d’une langue, un changement ne se produit jamais du jour au lendemain. Il s’agit d’un processus graduel, au niveau de l’individu, au niveau de la communauté linguistique et au niveau d’une zone géographique. Une innovation linguistique prendra son temps pour s’installer dans l’inventaire langagier d’un individu et si l’innovation continue à se propager, de plus en plus de membres de la communauté linguistique adopteront la nouvelle forme. Celle-ci finira ainsi par remplacer la forme ou structure devenue ancienne. L’ampleur et la vitesse de la propagation d’une innovation ou d’un certain usage linguistique sont déterminées par l’interaction entre des facteurs linguistiques, sociaux et géographiques, dont l’effet peut être plus ou moins fort et dont l’interaction précise variera selon l’innovation en question.

2Cette contribution mettra en lumière les trajectoires de nasalisation des voyelles en français, le processus où par la force articulatoire des consonnes nasales avoisinantes, les voyelles orales du latin sont devenues des voyelles nasalisées, pour ensuite devenir les voyelles nasales phonémiques du français moderne. Nous illustrerons le fait qu’il s’agit d’un phénomène dont la gradience est partie intégrante, non seulement parce que la nasalisation trouve son origine dans une assimilation phonétique graduelle au Moyen Âge, mais aussi parce que sa généralisation phonémique ultérieure et sa dispersion géographique ne sauraient se caractériser comme abruptes et bien délimitées. Nous explorerons l’évolution des formes nasales dans l’histoire langagière du poitevin-saintongeais, où une ancienne forme surgit dans des zones spécifiques du territoire, à des endroits où cette forme semblait déjà avoir disparu. Nous montrerons que cette propagation mystérieuse d’une forme archaïque devient moins énigmatique si l’on invoque des facteurs socio-économiques et si l’on retrace les mouvements des ouvriers dans l’industrie saline.

3Dans la section 1, nous regarderons d’abord les fondements phonétiques et phonologiques du processus qu’est la nasalisation. La section 2 tracera les étapes du processus de nasalisation dans l’histoire du français, créant des voyelles nasales phonémiques. Ensuite, nous regarderons de plus près la situation en poitevin-saintongeais : la section 3 fournissant une esquisse de la région et de la dispersion insolite des formes nasales, la section 4 explorant le rôle potentiel qu’ont joué des facteurs socio-économiques dans la réintroduction d’une forme archaïque dans certaines zones de la région. Nous conclurons notre esquisse de l’émergence et de la propagation des nasales en français dans la section 5, où nous soulignerons l’importance de l’inclusion de variables sociolinguistiques dans les recherches de linguistique historique.

1. La nasalisation comme phénomène phonétique naturel et graduel

4La nasalisation des voyelles est un phénomène phonétique naturel dans les contextes où celles-ci sont suivies par une consonne nasale (cf. Ladefoged, 2005). Pour produire des voyelles ou consonnes non-nasales, l’air venant des poumons passe par la bouche. La réalisation d’un son nasal, par contre, demande l’ouverture de la cavité nasale, qui fonctionnera comme cavité de résonance supplémentaire. Dans les séquences où une voyelle orale est suivie par une consonne nasale, le locuteur peut anticiper la production de la consonne nasale qui suit, en abaissant déjà le voile du palais pendant l’articulation de la voyelle. Une certaine partie de la voyelle obtiendra par conséquent une coloration nasale : la voyelle est « nasalisée ». L’anticipation articulatoire qui se présente dans ces contextes est un phénomène phonétique courant. Elle se manifeste par exemple en anglais dans des mots comme pink (« rose ») et man (« homme »), ou en néerlandais dans mand (« panier ») et kind (« enfant »). Cette nasalisation phonétique est encore plus forte si la voyelle est entourée par une consonne nasale des côtés gauche et droite. Dans les exemples ci-dessus, il s’agit d’un phénomène dit allophonique, ne créant pas de contraste distinctif entre voyelles orales et nasales. En plus, comme le remarque Pope (1934 : 167) dans ces cas-là, « the amount of nasalisation of the vowel sounds juxtaposed to nasal consonants is too slight to be audible, although strong enough to be detected by the delicate measuring instruments of […] phoneticians ».

5Le français est une des langues du monde où la nasalisation contextuelle des voyelles orales a abouti à la création d’une série de voyelles nasales phonémiques : /ã/, /ɔ᷉/, /ɛ̃/ et /œ͂/. Ces voyelles s’opposent à leurs équivalents oraux comme le montrent des paires comme bon /bɔ᷉/ – bonne /bɔn/, main /mɛ̃/ – mais /mε/, paysan /peizã/– paysanne /peizan/. En français contemporain, l’opposition entre les voyelles /ɛ̃/ et /œ͂/ tend à se neutraliser chez de plus en plus de locuteurs en faveur de la voyelle non-arrondie /ɛ̃/, créant une homophonie entre par exemple brin et brun (cf. Tranel, 1987 ; Hansen, 2001 ; Fónagy, 2006 : 16-26). L’opposition entre les deux autres voyelles nasales /ã/ et /ɔ᷉/ n’est pas non plus toujours très stable. Sampson (1999 : 87-88) remarque que la voyelle /ã/ a tendance à s’arrondir, faisant référence à des prononciations à la radio et à la télé de on Fronce pour en France. Il cite Hawkins (1993 : 87) qui remarque que blanc/blond sont prononcés tous les deux comme [blã] dans la Haute-Marne et tous les deux comme [blɔ᷉] autour de Lille.

6Le caractère graduel de la nasalisation se manifeste aussi lors de l’apprentissage du français comme langue étrangère (FLE). Les apprenants n’ayant pas de voyelles nasales dans l’inventaire vocalique de leur langue maternelle ont très souvent du mal à maîtriser les voyelles nasales du français. Non seulement le timbre de la voyelle peut leur poser des problèmes, mais c’est aussi l’effacement de la consonne nasale dans leur prononciation qui peut être un vrai défi. Les apprenants FLE se basent, surtout au début, souvent trop sur les lettres et doivent encore découvrir quelle est la réalité phonétique de ces suites où une voyelle est suivie par une consonne nasale à l’écrit. En plus, on voit que les apprenants continuent souvent à prononcer la consonne nasale comme consonne d’appui, facilitant la transition articulatoire entre la voyelle nasale et la consonne initiale de la syllabe suivante. Ceci explique par exemple la prononciation [mãnʒe] au lieu de [mãʒe] pour manger ou tomber prononcé [tɔ᷉mbe] au lieu de [tɔ᷉be]. Lors de son entraînement à la prononciation du français, il importe donc d’encourager l’apprenant à effacer cet appendice consonantique graduellement de sa prononciation, jusqu’à ce qu’il n’en ait plus besoin pour faire la transition de la voyelle nasale à la consonne initiale de la syllabe consécutive.

7L’aperçu ci-dessus a répertorié les aspects essentiels de l’articulation des voyelles nasales du français, la section suivante observe l’émergence de cette catégorie vocalique dans l’histoire du français.

2. L’émergence graduelle des voyelles nasales phonémiques en français

2.1. Les grandes lignes de la nasalisation

8La nasalisation vocalique est un aspect de la phonologie historique du français qui a retenu depuis toujours l’attention des diacroniciens du français (cf. entre autres, Bourciez & Bourciez, 1967 ; Fouché, 1958-1961 ; Grammont, 1933 ; Hajek, 1997, 2022 ; Pope, 1934 ; Rochet, 1976 ; Sampson, 1999 ; Ségéral, 2020 ; Straka, 1955). Les voyelles se sont nasalisées devant une consonne nasale, aussi bien devant une consonne nasale en position finale de syllabe que devant une consonne nasale intervocalique, et ont subsisté en français moderne comme voyelle nasale, après que la consonne nasale en position finale de syllabe était devenue muette. Elles se sont dénasalisées devant toute consonne nasale intervocalique.

9En général, il y a consensus sur le déroulement des processus de nasalisation et la dénasalisation ultérieure : la nasalisation aurait commencé au xe siècle, touchant d’abord les voyelles ouvertes [a] et [ai], ensuite les voyelles moyennes et finalement les voyelles fermées. La dénasalisation a affecté les voyelles dans l’ordre opposé : d’abord les voyelles fermées, puis les voyelles moyennes et finalement les voyelles ouvertes (cf. pour plus de détails Sampson (1999 : 97-103)). Pope (1934 : 172) mentionne que la voyelle [a] devant une consonne nasale intervocalique a été maintenue comme voyelle nasale jusqu’à la fin du xviie siècle, car grammaire et grand-mère étaient encore homophones à cette époque-là.

10Pope (1934 : 166) mentionne deux effets des consonnes nasales sur les voyelles (nous renvoyons également à Straka (1955 : 250) et Ségéral (2020 : 284)). D’abord, on constate un effet fermant sur les voyelles précédentes. Selon Pope, cet effet fermant a conduit la voyelle [o] à devenir [u] et aurait ainsi bloqué la diphtongaison de [o], comme dans coronam [kɔrona]>[kɔruna] couronne. Pourtant, les avis sur l’évolution de la voyelle [o] devant une consonne nasale sont partagés. Sampson (1999 : 67) mentionne qu’il n’y a aucune raison de supposer que [o] ait subi la diphtongaison. Il se demande, si [o] était effectivement devenu [u], pourquoi cet [u] n’aurait pas abouti à [y] (évolution normale de [u]). Fouché (1958 : 354-377) suppose que par l’action fermante d’une consonne nasale suivante, [ɔ] est devenu [o] et que [o] (que ce soit le ŏ ou le ō du latin), a subi la diphtongaison (cf. Fouché 1958 : 354-355 pour plus de détails). Des graphies comme cuens (<cŏmes) « comte » l’attestent. Fouché suppose ensuite qu’après avoir été nasalisée, la diphtongue nasale [õũ] se serait réduite à [õ]. Cette explication est reprise par Ségéral (2020 : 318) qui attribue la réduction de la diphtongue nasale à l’action ouvrante de la nasalisation.

11Le deuxième effet mentionné par Pope, la nasalisation de la voyelle précédente, a eu lieu plus tard. Pendant une période assez longue, la consonne nasale s’est maintenue à côté de la voyelle nasalisée, un stade traditionnellement appelé « double nasalisation ». Après que les voyelles ont été nasalisées, ces voyelles se sont progressivement ouvertes ou abaissées. (1) donne une illustration de ces différents développements.

1) Les étapes essentielles de la nasalisation

latin

fermeture

nasalisation

ouverture/

dénasalisation

français

fīne(m)

fine

fĩn

fẽn

fɛ̃

fin

fīna(m)

fina

fĩnə

finə

fin(ə)

fine

plēnu(m)

plejnu

plẽjn

plẽn

plɛ̃

plein

plēna(m)

plejna

plẽjnə

plẽnə

plɛn(ə)

pleine

mănum

majnu mejnu

mẽjn

mẽn

mɛ̃

main

dentem

dente

dẽnt

dãnt

dã

dent

antrum

ãntru

ãntrə

ãntrə

ɑ̃tʀə

antre

flamma(m)

flãma

flãmə

flamə

flam(ə)

flamme

cŏrōna(m

kɔruna

kɔru͂nə

kuʀɔnə

kuʀɔn(ə)

couronne

montem

munte

mũnt

mõnt

mɔ̃

mont

unda(m)

unda

ũndə

õdə

ɔ̃də

onde

ūnu(m)

ynu

ỹn

ø̃n

ɶ̃

un

lūna(m)

lyna

lỹnə

lynə

lyn(ə)

lune

Les processus de nasalisation et de diphtongaison interagissent. L’effet fermant d’une consonne nasale sur une voyelle précédente se voit, comme remarqué ci-dessus, dans l’évolution de coronam et implique que les voyelles o et u postérieures du latin (sauf ū devenu [y]) ont connu la même évolution devant consonne nasale. Pour la voyelle [a], comme illustré par main en (1), on voit également l’effet fermant d’une consonne nasale. Elle devient une diphtongue et se ferme en [ej]. Que l’effet fermant ait empêché ou pas la diphtongaison de ŏ et ō latin, la diphtongaison a certainement eu lieu dans le cas des voyelles antérieures, comme illustré par plenum > plein. En outre, Pope (1934 : 170) remarque que la nasalisation de [ej] a empêché la diphtongue d’aboutir à [oj] (cf. regem > roi, legem > loi, mais plenum > plein). L’abaissement ou l’ouverture de la diphtongue nasale [ẽj], comme illustré en (1), a consisté en une monophtongaison et a abouti à [ẽ] puis [ɛ̃].

2.2. Les sources de la connaissance sur la nasalisation

12L’établissement de la chronologie relative pour les sept siècles qu’ont duré les processus de nasalisation et de dénasalisation est, surtout pour le début de cette période, basé sur les assonances (cf. entre autres, Pope (1934 : 169) et Straka (1955 : 253-254)). Pour les périodes plus tardives, on s’est servi notamment des témoignages des contemporains. Geschiere (1968), par exemple, se sert dans sa description des voyelles nasales du xve siècle de Lesclarcissement de la Langue Francoyse de Palsgrave de 1530.

13Le raisonnement fondé sur les assonances est le suivant. Gaston Paris (1885) note dans son édition de La Vie de Saint Alexis (environ 1040) que les voyelles nasales [ã] et [ẽ] n’assonent pas entre elles, et que dans les laisses où l’on retrouve ces voyelles nasales, les voyelles orales [a] et [e] ne figurent jamais (cf. par exemple la laisse V, où les formes finales longement, fortment, parfitement, comandement, talent assonent entre elles). Les mots en -ent n’assonent pas encore avec des mots en -ant, comme le montrent les formes finales enfant, tant, avant, vivant, franc dans la laisse VIII et les autres laisses II, XXIII et XLVI, en [ã]. Ceci montrerait que les deux voyelles étaient nasalisées, mais encore distinctes les unes des autres. Les laisses avec assonance en [i], [o] ou [u] montreraient par contre que ces voyelles-là n’étaient pas encore nasalisées, parce que ces voyelles suivies par une consonne nasale assonent encore avec ces mêmes voyelles devant une autre consonne. Cela est par exemple reflété par la laisse féminine (c’est-à-dire une laisse où la voyelle accentuée à la fin du vers est suivie d’une voyelle atone) XL en [o] avec Rome, ome, redotet, reconoissent, encombrent. La laisse masculine (c’est-à-dire une laisse se terminant par une voyelle accentuée) LVII en [i] avec parchemin, mercit, Alexis, escrist, revint le montre également.

  • 1 Ces dates sont de nouveau basées sur les assonances. Les voyelles nasales [ẽ] et [ã], qui n’ass (...)

14En regardant les formes en (1), le lecteur pourrait se demander pourquoi on suppose un processus de nasalisation devant une consonne nasale intervocalique, si ce processus est ensuite suivi par une dénasalisation. Le fait que la nasalisation ait également affecté les voyelles nasales devant une consonne nasale intervocalique se voit par exemple dans la laisse féminine XCI avec une assonance en ẽ-ə, où tendre, jovente, ventre, dolente assonent avec feme, ce qui indique que la première voyelle de feme était devenue nasale. Pope (1934 : 168) remarque que parfois la prononciation moderne d’un mot peut uniquement être expliquée en supposant une voyelle précédemment nasalisée. La forme feme que nous venons de voir, dérivée du latin feminam, aboutit à femme avec [a], si l’on suppose une voyelle nasalisée [ẽ] qui s’est ouverte (avant d’être dénasalisée) entre la fin du xie et la fin du xiie siècle (Pope, 1934 : 170, 174)1.

15L’établissement de la chronologie relative de la nasalisation sur les assonances a été critiqué par Reenen (1985, 1987). Celui-ci (1987 : 135) remarque que son corpus de 12 poèmes n’offre pas de motivation pour une théorie de la nasalisation par étapes et conclut en faveur d’une théorie de la nasalisation simultanée (cf. aussi Rochet, 1976). Il observe également que si les laisses masculines tendent aux groupements conscients, les laisses féminines ne le font pas, ce qui a été interprété par Hajek & Maeda (2000) et Hajek (2022) comme un conditionnement morphologique.

2.3. Explications pour l’ordre de la nasalisation, de la dénasalisation et pour l’ouverture des voyelles nasales

16Selon Nyrop (1955 : 82) et Pope (1934 : 168), les voyelles basses ou ouvertes se nasaliseraient plus facilement que les voyelles fermées ou hautes pour des raisons articulatoires. L’abaissement du palais mou, mouvement articulatoire nécessaire pour produire une voyelle nasalisée, ne se combine pas facilement avec le relèvement du dos de la langue vers le palais dur, mouvement articulatoire nécessaire pour une voyelle fermée ou haute. Ces observations articulatoires expliqueraient à la fois l’ordre de la nasalisation (d’abord les voyelles faciles à nasaliser et plus tard les voyelles moins faciles à nasaliser), et celui de la dénasalisation (d’abord la perte des voyelles les plus difficiles à nasaliser et en dernier lieu les voyelles les plus faciles à nasaliser). Straka (1955) se sert du même argument que Nyrop (1955) et Pope (1934) pour expliquer l’absence des versions nasales des voyelles [e], [ø], [o], [i] et [u], et il parle d’une loi phonétique générale : « Une voyelle nasale est toujours plus ouverte que la voyelle orale correspondante, et dès qu’une voyelle se nasalise, elle tend aussitôt à s’ouvrir » (1955 : 248). Selon Straka (référant à Grammont, 1933) cela tient au fait que l’air s’écoule à la fois par la bouche et par le nez et qu’il

en passe par le canal buccal moins que pour les voyelles orales et il s’ensuit une diminution de la pression d’air dans la cavité buccale : aussi les muscles articulatoires (dont ceux de la langue) réagissent-ils moins : ils se tendent moins, la langue elle-même s’abaisse et le résonateur buccal, moins tendu, augmente de volume. (1955 : 248)

17Straka (1955 : 259) note pourtant que les modifications d’aperture ne sont pas inéluctables : « L’existence des voyelles nasales [ĩ], [ũ] et [ỹ] dans les parlers vivants est la meilleure preuve que ces voyelles peuvent se nasaliser sans descendre d’un degré dans l’échelle vocalique […] ». Grammont (1933), quant à lui, ne semble ni invoquer une loi phonétique générale pour la nasalisation, ni une tendance générale des voyelles nasales à s’ouvrir. Il note que les deux effets différents, l’action fermante sur les voyelles précédentes et l’ouverture des voyelles nasales, s’expliquent de la même façon :

La facilité avec laquelle la voyelle change de timbre devant nasale ou en se nasalisant tient à ce qu’une nasale ayant deux centres d’articulation, l’un buccal, l’autre nasal, la force se répartit entre les deux centres et par suite l’articulation reste moins fermement fixe dans le centre buccal. (1933 : 218)

Après avoir discuté les explications traditionnelles de la nasalisation dans l’histoire du français, la section suivante se concentre sur la variation dans la nasalisation.

2.4. Variation dans les données

18Pour la commune de Damprichard (Franche-Comté), Grammont (1933, cf. aussi Sampson, 1999 : 129-130) note l’existence de voyelles fermées nasalisées, comme par exemple [ỹ] dans [lỹdi] lundi, et [ĩ] dans [fĩ] fin et [sĩ] cinq. Dans ses explications, il dit (ibid. : 221) « rien à dire : la voyelle s’est nasalisée sans changer de point d’articulation et par suite sans changer de timbre : le seul mouvement articulatoire nouveau a été l’abaissement anticipé du voile du palais ».

19À côté de cette variation (nasalisation sans et avec ouverture) le français a connu pour ce qui est de la nasalisation encore un autre type de variation. Pope (1934 : 167) note que si la nasalisation est normalement régressive, il y a eu également de la nasalisation progressive dans certaines régions de l’Est de la France. Elle cite Rosset (1911) qui dit qu’il s’agit d’un picardisme : dans le picard de Démuin (Hauts-de-France), le [i] final après consonne nasale est toujours nasalisé, donnant par exemple [amĩ] ami. D’autres sources font également mention de la nasalisation progressive. Grammont (1933 : 217) fournit des exemples de La Hague (en Normandie), où l’on retrouve des formes comme [amĩ] ami, [kemĩz] chemise, [finĩ] fini et [venỹ] venu. Spence (2000) fait une observation similaire pour les parlers jersiais, où l’on retrouve des formes comme [ɛnmẽ] ennemi, [frəmẽ] fourmi ou [mẽzɛz] misère. Sampson (1999 : 115-116) mentionne que les voyelles hautes [i] et [u] se sont nasalisées après une consonne nasale dans certaines variétés du franco-provencal.

20Ce n’est pas seulement la nasalisation qui est marquée par la variation, la dénasalisation se caractérise elle aussi par une certaine variation. Pope (1934 : 175) note que parfois l’ouverture de la voyelle nasale a précédé la dénasalisation et réfère à Philipon (1910), qui note les orthographes saisene et cusene pour saisine et cuisine, et qui donne pour le Bourberain (Côte-d’Or) [fərẽnə] (farine) et [epẽnə] (épine). Pour l’ouverture de [ỹ] devant une nasale intervocalique, Pope (1934 : 176) renvoie aux orthographes leune et pleume pour lune et plume, exemples fournis par Rosset (1911 : 176-177). Ce dernier observe que des grammairiens au xviie siècle remarquent que lune se prononce comme leune et commune et quelqu’une comme commeune et quelqu’eune. Il observe en plus que « Duval, en 1604, reproche aux Parisiennes de prononcer cousaine, raçaine, voisaine au lieu de cousine, racine, voisine » et que « Hindret, en 1687, déclare que c’est une prononciation provinciale de dire cousaine, fareine, medeceine ». Ces observations montrent que l’ouverture a parfois précédé la dénasalisation.

21La section suivante décrira l’évolution de la diphtongue nasalisée [ẽj] en poitevin-saintongeais, diphtongue qui, comme mentionné ci-dessus, s’est monophtonguée en [ẽ] et qui ensuite s’est ouverte en [ɛ̃] en français.

3. L’évolution des voyelles nasales en poitevin-saintongeais

3.1. La zone dialectale du poitevin-saintongeais

22Les parlers poitevins et saintongeais (carte 1) constituent une entité linguistique communément appelée le poitevin-saintongeais, il est coutume de traiter les deux parlers ensemble. Cependant, la division entre poitevin et saintongeais doit se faire si l’on compare les traits morphologiques et phonologiques entre les parlers de cette zone. Le résultat en est une bande étroite de parlers dits « transitoires », à mi-chemin entre poitevin et saintongeais : à l’ouest à la hauteur de Châtelaillon (à 17 km au sud de La Rochelle), partant vers l’est jusqu’au chevauchement du saintongeais et les parlers dits « marchois », moitié oïl et moitié oc, au nord d’Angoulême. À partir de Noirmoutier, une petite île à une centaine de kilomètres au nord de La Rochelle, le poitevin se rapproche petit à petit du gallo, langue romane de Bretagne. La frontière sud du saintongeais est plus nette : il y est voisin avec le languedocien. À l’est, il se trouve une même frontière nette avec le limousin. Les parlers marchois font partie de l’aire du poitevin, exceptés les quelques parlers marchois directement au nord d’Angoulême. Le secteur qui nous intéresse spécifiquement dans cet article est la côte partant au nord de l’estuaire de la Gironde : Royan et l’île d’Oléron sont en zone saintongeaise, puis Châtelaillon, La Rochelle, l’île de Ré, les Sables-d’Olonne, l’île d’Yeu et l’île de Noirmoutier qui sont tous poitevins.

Carte 1. La zone dialectale du poitevin-saintongeais (carte créée par © Eric Nowak,<http://projetbabel.org/​poitevin-saintongeais/​index.php?p=presentation>)

Carte 1. La zone dialectale du poitevin-saintongeais (carte créée par © Eric Nowak,<http://projetbabel.org/​poitevin-saintongeais/​index.php?p=presentation>)

3.2. La nasalisation en saintongeais occidental

23Un article récent (Faure, 2020) décrit un développement en saintongeais occidental (l’île d’Oléron, La Tremblade et leurs communes voisines) qui ne suit pas le même trajet qu’en francien, le parler qui est devenu le français (voir section 2). Comme en ancien français (Brunot & Bruneau 1933 : § 189-190) la syllabe finale gallo-romane *-ajnə, *-ēnə est devenue [ɛ̃jn], mais dans son développement ultérieur, le saintongeais occidental retient le yod et la nasale, alors qu’en francien l’abaissement ou l’ouverture de [ẽj] aboutit à la monophtongaison en [ɛ̃] au xviie siècle.

  • 2 Voir : <http://lig-tdcge.imag.fr/cartodialect5/#/>. L’ALF contient un total de 639 cartes dialectologiques, dont les données ont été recueil</http> (...)

24En saintongeais, la consonne nasale a commencé à disparaître quelque temps avant le début des travaux de l’Atlas Linguistique de la France (ALF, Gilliéron & Edmont (1902-1910))2 ; on peut apercevoir ce processus graduel par la notation de [jn] ou [əɲ] suscrit en fin de mot après la voyelle nasale /ɛ̃/. Le tableau 1 donne à titre d’illustration quatre mots courants et permet de constater que du temps de l’ALF, la forme [ẽjɲ] avait une distribution assez limitée. L’ordre de haut en bas dans le tableau correspond aux endroits sur la côte, partant de Noirmoutier (487) dans le nord jusqu’à Chermignac (527) dans le sud. Cet aperçu montre clairement que le maintien des formes en [ɛ̃jn] et en [ɛ̃ɲ] est limité à La Cotinière, La Tremblade et Chermignac.

Tableau 1. Quelques exemples illustratifs de l’ALF.

Carte ALF

Point d’enquête

386 demain

964 pain

1129 raisin

823 matin

478 Noirmoutier

[dəmɛ̃]

[pɛ̃j]

[rezɑ̃]

[matɛ̃]

479 Île d’Yeu

[dəmɶ̃ɲ]

[pɛ̃]

[razɛ̃]

[matɛ̃]

459 Givrand

[dəmɶ̃]

[pɑ̃e]

[razɑ̃]

[matɑ̃]

540 Talmont

[dəmɑ̃ɲ]

[pɑ̃ɲ]

[rezɑ̃]

[matɑ̃ɲ]

533 Sainte-Marie, Île de Ré

[dəmɑ̃ɲ]

[pɑ̃]

[rezɛ̃n]

[matɑ̃ɲ]

525 Cabariot

[dəmɛ̃j]

[pẽ]

[razɛ̃j]

[matɛ̃j]]

535 La Cotinière, Île d’Oléron

[dəmɛ̃ɲ]

[pɛ̃ɲ]

[razɛ̃ɲ]

[matɛ̃ɲ]

536 La Tremblade

[dəmẽɲ]

[pɛ̃ɲ]

[razẽɲ]

[matẽɲ]

527 Chermignac

[dəmɛ̃jn]

[pɛ̃jn]

[razɛ̃jn]

[matɛ̃jn]

  • 3 Cartes utilisées : ALF - 40 andain, 105 un bain, 262 le chemin, 308 coin, 339 cousin, 340 coussin(...)

Des données de l’Atlas linguistique et ethnographique de l’Ouest (ALEO, Massignon & Horiot (1971-1983)), qui contient des travaux plus récents des années 1960, il ressort une autre image. La description dans Faure (2020) porte uniquement sur le saintongeais et ne permet pas d’apprécier la diffusion entière des formes en [ɛ̃jn] et [ɛ̃ɲ], qui a atteint bien plus de parlers que ceux d’Oléron et ses alentours. En partant du nucléus aux points ALF n° 535 (La Cotinière, Île d’Oléron), 536 (La Tremblade) et 527 (Chermignac) – qui représentent les marais de l’estuaire de la Seudre – la diffusion de [ɛ̃jn] est attestée vers l’est de cette zone, mais on l’observe aussi le long de la côte, vers le nord, de l’île de Ré jusqu’à Noirmoutier3.

  • 4 Cette dernière forme réclame une explication plus approfondie. On pourrait voir ici une continuat (...)

25Au cours des siècles, tous les dialectes de la région, y compris ceux sur la côte, ont été sujets à l’influence phonologique et morphologique du français. La plupart des dialectes traités montrent donc une hésitation entre les formes picto-saintongeaises et la forme française [ɛ̃]. La carte 2 montre les zones avec la diphtongue nasale. Les formes suivantes ont été considérées comme occurrence de [ɛ̃jn] :
a. les formes dites « archaïques », qui ont la forme phonétique [ɛ̃jn] ou [ɛ̃əɲ] et qui restent donc très proches de la forme de l’ancien français.
b. une variante de la forme mentionnée sous a. où le yod a été retenu, mais la consonne nasale a été supprimée : [ɛ̃j] ou [ɛ̃j]. Cette forme est attestée plus souvent dans les données de l’ALEO que dans celles de l’ALF.
c. les formes [ɑ̃ɲ] et [ɑ̃n]. Ces formes sont uniquement attestées sur la côte vendéenne. La présence d’une nasale palatale dans certaines formes confirme la présence ancienne d’un yod. La dépalatalisation de la nasale, [ɑ̃ɲ] > [ɑ̃n], est l’étape la plus récente de ce développement. On retrouve un phénomène similaire dans le parler saintongeais de Dolus-d’Oléron (ALEO, point n° 70), qui transforme en quelques cas la nasale palatale en nasale vélaire : [ʁezẽŋ] raisin, [gʁẽŋ] grain (ALEO, cartes 198 et 200)4.

Carte 2. Répartition de la diphtongue nasale, illustrant pour chaque point d’enquête le % de mots ayant retenu cette prononciation sur le total des contextes présents. Les cercles sont basés sur l’ALF, les triangles sur l’ALEO.

Carte 2. Répartition de la diphtongue nasale, illustrant pour chaque point d’enquête le % de mots ayant retenu cette prononciation sur le total des contextes présents. Les cercles sont basés sur l’ALF, les triangles sur l’ALEO.

La carte 2 montre clairement, si l’on compare les cercles avec les triangles, que la forme archaïque [ɛ̃jn] avait été (quasi-)absente dans le Nord de la zone du poitevin-saintongeais, mais que celle-ci a fait sa réapparition quelque soixante ans plus tard. Il y a des indices que la forme fut effectivement réintroduite dans les parlers au nord de la côte, et non retenue. Les distributions de la forme archaïque (*ɛ̃jn>[ɛ̃͜əɲ], [ɛ̃jn]) et de la forme « an » (*ɛ̃jn>[ɑ̃ɲ], [ɑ̃n]) ne se chevauchent jamais, mais le développement *ɛ̃jn>[ɛ̃j] est attesté même dans le secteur nord de la zone, qui ne connaît outre cette forme que la forme « an ». Il semble très improbable que [ɛ̃j] se soit développé à partir de la forme « an » ; il est beaucoup plus probable que la forme [ɛ̃j] fut réintroduite dans ce secteur, peut-être depuis Noirmoutier, où la forme est plus fréquente que dans le reste de la partie nord de la zone. De plus, la distribution des formes, qu’elles soient archaïques ou innovantes, ne peuvent pas s’expliquer par des facteurs linguistiques internes.

26Une notion importante de la méthode comparée, qu’on utilise pour établir un lien génétique entre plusieurs langues ou variétés linguistiques, est que l’appartenance de deux langues à la même branche linguistique est soutenue par la présence d’innovations partagées, et non par la présence d’archaïsmes partagés. Cependant, il se peut qu’une zone – en ce cas-ci, les parlers du bassin de la Seudre – retienne une caractéristique particulière alors que les dialectes voisins l’effacent. Les locuteurs de ces parlers voisins, qui n’ont aucune connaissance de la phonologie historique de leur parler ou de celle de leurs voisins, peuvent interpréter cette forme archaïque comme simplement différente, et même comme « nouvelle » si elle est adoptée dans leur dialecte. Il est donc important d’admettre que les formes archaïques puissent, elles aussi, se diffuser aux dépens de formes plus jeunes, comme de « vraies » innovations linguistiques, à condition qu’il existe une opportunité pour qu’une partie de – ou toute – la communauté linguistique d’un dialecte « archaïque » se déplace et apporte avec elle des traits de son propre dialecte.

27Dans ce qui suit, nous chercherons à mieux comprendre la dispersion des formes nasales dans la région. Nous proposerons une trajectoire traçant la propagation de [ɛ̃jn], retenu dans la zone Oléron-La Tremblade, vers le nord, zone où cette forme archaïque avait déjà disparu. Nous verrons que la dispersion géographique des endroits où cette forme archaïque surgit devient un peu moins énigmatique ou aléatoire qu’elle ne semble à première vue si on prend en compte des facteurs socio-économiques et géographiques, plus précisément, en établissant un lien entre cette dispersion phonologique et les développements dans l’industrie des marais salants de la côte atlantique, nous comprendrons mieux le continuum attesté.

4. Un facteur externe potentiel : les marais salants

4.1. La dispersion géographique des marais salants : une coïncidence accidentelle ?

28La carte 2 montre la répartition inégale de la diphtongue nasale sur le territoire, avec des concentrations dans certains endroits et sa (quasi-)absence dans d’autres. Cette dispersion atypique demande une explication et donc une analyse plus détaillée. Ceci nous a amenés à regarder des facteurs non linguistiques. La région en question est une région côtière avec des industries maritimes, surtout la saliculture. Sur la carte 2, les marais sont indiqués en bleu (suivant Réault-Mille (2003 : 12)). Tous les marais ont été utilisés comme des marais salants, excepté le marais poitevin (directement au nord de La Rochelle), qui est un marais doux où la production de sel est impossible. La présence des marais salants montre une corrélation fascinante avec la répartition de la forme archaïque, la diphtongue nasale. Ce fait semble un point de départ pertinent qui pourra nous fournir plus d’arguments quant à la dynamique linguistique dans la région.

4.2. Aperçu historique des marais salants entre Seudre et Noirmoutier

29La saliculture a été pendant longtemps l’industrie maritime principale de la côte atlantique. On retrouve au viie siècle les premières mentions des salines (Sarrazin, 2018 : 127), mais de nombreuses trouvailles archéologiques confirment la présence de cette industrie déjà en 4500 avant J.-C. dans l’embouchure de la Loire, et en 3400 au golfe des Pictons (Lavergne & Texier, 1986 ; Cassen et al., 2018 : 15). On constate aux xie et xiie siècles une croissance démographique autour des zones salicoles, surtout dans les marais de Brouage, de la Seudre, de l’île d’Oléron et sur l’île de Ré. Le succès de l’industrie salicole connaîtra son apogée sur toute la côte atlantique vers la fin du xiiie et le début du xive siècles (Sarrazin, 2018 : 128-129).

30À la fin du Moyen Âge, en raison des fréquentes guerres qui terrorisaient l’Europe, l’économie au sens large a dû encaisser de nombreux coups. La saliculture, bien qu’elle constituât une industrie importante, n’y échappa pas ; la production de sel, ainsi que les gains monétaires qu’elle procurait, baissèrent rapidement (Réault-Mille, 2003 : 50 ; Sarrazin, 2018 : 129). À partir du xviie siècle, le déclin fut si rapide dans le bassin de la Seudre et dans les marais salants de Brouage qu’au xixe siècle, ces marais autrefois des plus importants du royaume de France avaient été transformés en ostréicoles, mytilicoles, et en écluses de poissons (Lavergne, 1972 ; Réault-Mille, 2003 ; Bordereaux et al., 2009). Pourtant, sur l’île de Ré, les marais salants ne connurent pas encore un tel déclin : la production stagna (mais les bénéfices crûrent) et les marais furent même légèrement élargis. La production y atteint son apogée au xixe siècle, bien longtemps après celui du reste de la région (Poitevin, 2018 : 399). Jusqu’à aujourd’hui, les marais salants de Ré sont restés productifs. Les autres marais salants, en Vendée, sont eux aussi encore en usage, même si la saunerie en tant qu’industrie locale connaît depuis le xxe siècle un déclin très rapide, dû en grande partie à l’importation du sel miné en Allemagne au xviiie siècle et au Mexique aujourd’hui.

4.3. Les sauniers en tant que communauté linguistique

31Admettons que les communautés de la côte atlantique étaient en grande partie composées de paysans. L’industrie principale étant la saliculture pendant bien longtemps, il serait même justifié de dire que ces paysans étaient pour la plupart des sauniers. Ces sauniers habitaient dans plusieurs villages le long de la côte, d’Oléron jusqu’à Noirmoutier. et il se créa ainsi un véritable réseau de sauniers avec beaucoup d’échanges professionnels et sociaux entre eux.

32Il y a deux choses importantes à considérer. D’abord, la saliculture est un travail très spécialisé, comme l’est tout métier (surtout au Moyen Âge, quand il n’était pas coutume de changer de métier). Un saunier qui perd son travail peut certes se lancer dans un autre domaine (en ostréiculture, en mytiliculture), mais ce sont des activités étroitement liées à la saliculture, et dont on s’occupe dans le même contexte géographique (c’est-à-dire dans des salines abandonnées). Les sauniers qui ne se sont pas convertis en ostréiculteurs sont-ils partis chercher du travail ailleurs ? Les salines saintongeaises ayant connu un déclin plus tôt que le reste de la zone, nous avançons l’idée qu’une partie des communautés de sauniers s’est déplacée vers le nord de la région. Puisque le déclin de la saliculture fut plus tardif sur Ré et en Vendée, on peut soupçonner que la plus grande partie des sauniers aurait tout simplement choisi de se déplacer à la recherche de travail dans le domaine qui leur était familier.

  • 5 On sait que les sauniers ne devinrent propriétaires de leurs propres salines que bien plus tard, (...)

33L’autre fait important qui doit être considéré, surtout dans le contexte du déplacement en recherche de travail, est que les sauniers ne possédaient presque jamais leurs propres salines5. Les propriétaires étaient seigneurs ou notables, souvent aquitains. Certains décrivent ici une relation entre saunier et seigneur quasi-féodale (Sarrazin 2018 : 137), où le saunier travaillait pour les biens de son seigneur et en retour était assuré de stabilité. Le travail de saunier était héréditaire et les fils de sauniers, au moins sur l’île de Ré, héritaient le « droit de sauner », donc non des terres mais le droit d’exercer le métier de leur famille dans la ou les mêmes salines (Tardy 1987 : 253).

34À partir des faits ci-dessus, il est donc très probable qu’on a vu des changements cruciaux dans l’organisation de la communauté des sauniers, et que les sauniers saintongeais (et leurs seigneurs) sont partis en nombre considérable vers le nord pour pouvoir continuer leur travail. Ceci nous mène à l’étape suivante dans notre tentative de retracer l’histoire sociolinguistique de [ɛ̃jn]. Les Saintongeais qui se sont déplacés ont amené avec eux leur variété linguistique, avec ses caractéristiques phonétiques et phonologiques. Nous faisons l’hypothèse que c’est effectivement ainsi que la forme nasale archaïque, qui avait déjà disparu dans les zones vers lesquelles ils se déplaçaient, fut réintroduite dans les parlers de la côte nord.

4.4. Parcours de réintroduction

35Si les sauniers saintongeais ont été à la base de l’apparition de [ɛ̃jn] dans les parlers du nord, il nous faut des preuves montrant qu’ils ont effectivement pu influencer la langue pratiquée par la nouvelle communauté dans laquelle ils se sont installés. Ici aussi, les descriptions de leurs conditions de vie font penser au Moyen Âge, même au xxe siècle. Les sauniers vivaient dans des agglomérations à part, tous ensemble, vraisemblablement plutôt isolés des villages où avaient lieu les marchés, les foires, et les fêtes :

Les logis des sauniers n’étaient pas dispersés dans la zone des salines, mais groupés en villages serrés. Seuls les moulins à vent étaient à quelque distance des agglomérations. Leurs maisons [] s’épaulaient le long des rues ou de ruelles juste assez larges pour permettre à un animal bâté de circuler. (Tardy, 1987 : 266)

Par ailleurs, la saunerie, surtout à l’époque, était un travail à plein temps uniquement en saison, d’avril à septembre, peut-être jusqu’à la mi-octobre (Tardy, 1987 : 266-267). Le reste de l’année, les sauniers s’occupaient de leurs propres vignes, dont ils vendaient la vendange (les sauniers ne procédaient pas eux-mêmes à l’étape de la vinification). Ils allaient aussi à la pêche (à pied, à marée basse, pour récolter des crustacés). Les marchés et les foires étaient généralement inexistants dans les zones salicoles, et s’ils avaient lieu (comme à Marennes, commune de Marennes-Hiers-Brouage), ils étaient peu fréquents (Duban, 2019 : annexe 1). Tout cela indique que les sauniers n’auraient probablement pas établi, ni pu établir, de liens étroits avec la population locale en dehors du travail. En tout cas, pas immédiatement. S’il est vrai que les sauniers vivaient une vie isolée, une fois le déclin de la saunerie engagé partout sur la côte, il est probable que les générations suivantes ont préféré travailler dans d’autres domaines. Une fois encore, nous soulignons l’importance du droit de sauner pour les sauniers, mais avec de moins en moins de salines actives, ce droit ne pouvait qu’être légué moins souvent. Ainsi, il n’est pas envisageable que tous les sauniers partout sur la côte se soient lancés dans l’ostréiculture ou la mytiliculture. Ils ont dû finir par déménager vers les villages, puis travailler dans d’autres domaines : construction, vignobles, peut-être même commerce – et ce en nombre important.

36Ces développements dans les industries maritimes locales pourraient très bien avoir déclenché la diffusion des formes en [ɛ̃jn]. Au xviie siècle, les parlers d’Oléron-La Tremblade, y compris peut-être aussi les dialectes à l’est de cette zone, se seraient différenciés en partie par la rétention de [ɛ̃jn], opposés aux dialectes qui auraient supprimé le yod et la nasale, c’est-à-dire *-ɛ̃jn > /ɛ̃/. La dispersion vers le nord de la forme ancienne – sur l’île de Ré puis vers les marais salants de la Vendée – pourrait avoir été propagée par le déménagement de sauniers d’Oléron, de La Tremblade, et de Brouage, vers ces zones plus loin au nord, à la recherche de travail à cause du déclin rapide de la saunerie chez eux.

37Vu les développements considérés jusqu’ici, la réintroduction de [ɛ̃jn] ne semble donc pas si aléatoire (voir la section 4.1). Il n’est bien évidemment pas inéluctable que chaque forme linguistique apportée dans une communauté linguistique par une source externe (par exemple les migrants ou les médias), et qui est par cette communauté perçue comme innovante ou déviante, finisse par s’installer comme la nouvelle forme dominante dans le répertoire linguistique des locuteurs, remplaçant la forme dominante jusque-là. Vu les mouvements migratoires et l’organisation sociale des communautés de sauniers, il est à notre avis très probable qu’un mouvement de personnes motivé par des raisons socio-économiques soit allé de pair avec un mouvement linguistique : les sauniers du sud apportant avec eux leur prononciation nasale déjà disparue dans le nord.

Conclusion

38L’exploration des trajectoires de nasalisation en français et en poitevin-saintongeais nous a permis de montrer que la gradience est un principe qui est au cœur de la variation et du changement phonétique et phonologique. Les changements phonétiques et phonologiques ne se produisent pas du jour au lendemain, ni dans le système langagier d’un individu, ni dans celui de toute une communauté linguistique. Il s’agit d’un processus graduel, dont la vitesse est en plus déterminée par des facteurs linguistiques et surtout sociolinguistiques. Un autre aspect qui mérite d’être mentionné est que tout changement se diffuse à travers une certaine étendue géographique, dispersion qui peut être visualisée à l’aide d’isoglosses sur des cartes linguistiques. Pour être plus précis, les isoglosses ne sont pas des lignes de séparation brusques, au-delà desquelles une forme donnée n’existerait plus du tout. Ce sont plutôt des zones de transition où l’on voit un changement graduel, d’une domination de la forme A vers un contexte où la forme B est dominante. Pour les changements linguistiques plus récents, la linguistique variationniste cherche à comprendre pourquoi ces formes ou variétés sont dispersées comme elles le sont, en examinant l’influence potentielle de diverses variables linguistiques, socio-économiques et géographiques.

39Il est cependant beaucoup moins évident de comprendre les isoglosses reflétant un changement qui s’est produit dans le passé. Les changements en linguistique diachronique ont traditionnellement surtout été documentés en termes descriptifs, ou en se basant sur des facteurs internes au système linguistique (par exemple le marquage, le rétablissement de la symétrie, les changements en chaîne). Plusieurs appels ont été lancés ces dernières années pour enrichir les études en linguistique diachronique avec les approches et méthodes de la sociolinguistique moderne (par exemple Hernández-Campoy & Conde-Silvestre, 2012). Notre exploration de la zone poitevine-saintongeaise, zone qui se caractérise par une dispersion insolite de la forme nasale ancienne [ɛ̃jn], a montré à quel point il est enrichissant de prendre en compte des informations socio-démographiques pour établir des hypothèses concernant la diffusion d’une certaine variable linguistique. Cette contribution a retracé le trajet potentiel de [ɛ̃jn], dont la dispersion est très probablement étroitement liée aux développements affectant la communauté des sauniers.

40Il y a sans doute de nombreuses autres isoglosses dans les descriptions historiques qui semblent à première vue plutôt aléatoires. Nous espérons que notre étude sur la dispersion d’une diphtongue nasale archaïque en poitevin-saintongeais constituera une source d’inspiration pour les linguistes qui s’intéressent à la variation et à la diachronie. Ainsi, nous pourrons à terme de mieux en mieux comprendre pourquoi ces isoglosses du passé sont positionnées là où nous les trouvons, et donc mieux comprendre les mécanismes des changements qui se sont produits dans l’histoire des langues.

Haut de page

Bibliographie

BORDEREAUX L., DEBANDE B. DESSE-BERSET N. & SAUZEAU T. (2009), Les Écluses à poissons d’Oléron, La Crèche, Geste éditions.

BOURCIEZ J. & BOURCIEZ E. (1967), Phonétique française. Étude historique, Paris, Klincksieck.

BRUNOT F. & BRUNEAU Ch. (1933), Précis de grammaire historique de la langue française : avec une introduction sur les origines et le développement de cette langue, Paris, Masson.

CASSEN S., DELIBES DE CASTRO G. & SOARES J. (2018), Préhistoire du sel atlantique, in Ménanteau L. (éd.), Sels et salines de l’Europe atlantique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 15-21.

DUBAN C. (2019), Les Foires et les marchés du xviiie siècle. Poitou, Aunis, Saintonge et Angoumois, La Crèche, Presses universitaires de Nouvelle-Aquitaine/La Geste.

FAURE P. (2020), Selected topics in the historical phonology of the Saintongeais dialects, Wékwos 5, 161-186.

FÓNAGY I. (2006), Dynamique et changement, Louvain, Peeters.

FOUCHÉ P. (1958-1961), Phonétique historique du français, volume II Les voyelles, volume III Les consonnes, Paris, Klincksieck.

GESCHIERE L. (1968), L’Introduction des phonèmes vocaliques nasaux en français et le témoignage de Jehan Palsgrave, Word 24(1-3), 175-192.

GILLIÉRON J. & EDMONT E. (1902-1910), Atlas linguistique de la France, Paris, Champion.

GRAMMONT M. (1933), Traité de phonétique, Paris, Delagrave.

HAJEK J. (1997), Universals of Sound Change in Nasalization, Oxford, Blackwell.

HAJEK J. (2022), Nasal and Nasalization, in Gabriel Chr., Gess R. & Meisenburg T. (éds), Manual of Romance Phonetics and Phonology, Berlin, De Gruyter, 215-241.

HAJEK J. & MAEDA S. (2000), Investigating Universals of Sound Change : The Effect of Vowel Height and Duration on the Development of Distinctive Nasalization, in Broe M. & Meisenburg T., (éds), Papers in Laboratory Phonology V. Acquisition and the Lexicon, Cambridge, Cambridge University Press, 52-69.

HANSEN A. B. (2001), Les changements actuels des voyelles nasales du français parisien : confusions ou changement en chaîne ?, La Linguistique 37(2), 33-48.

HAWKINS R. (1993), Regional Variation in France, in Sanders, C. (éd.), French Today, Cambridge, Cambridge University Press, 55-84.

HERNÁNDEZ-CAMPOY J. M. & CONDE-SILVESTRE, J. C. (éds) (2012), The Handbook of Historical Sociolinguistics, Malden/Oxford, Wiley-Blackwell.

LADEFOGED P. (2005), Vowels and Consonants (second edition), Oxford/Malden, Blackwell Publishing.

LAVERGNE M. (1972), L’Ostréiculture dans la vallée de la Seudre, Norois 74, 313-344.

LAVERGNE M. & TEXIER B. (1986), Sites à sel protohistoriques au nord de l’Aunis, Revue de la Saintonge et de l’Aunis XII, 11-24.

MASSIGNON G. & HORIOT B. (1971-1983), Atlas linguistique et ethnographique de l’Ouest (Poitou, Aunis, Saintonge, Angoumois), Paris, Éditions du CNRS.

NYROP K.R. (1955), Manuel phonétique du français parlé, Copenhague, Gyldendal.

PALSGRAVE J. (1530), Lesclarcissement de la Langue Francoyse, Paris, Imprimerie nationale.

PARIS G. (1885), La Vie de Saint Alexis, poème du xie siècle. Texte critique, Paris, Vieweg.

PHILIPON E. (1910), Les Parlers du duché de Bourgogne aux xiiie et xive siècles, Romania 39(156), 476-531.

POITEVIN J.-L. (2018), Île de Ré – Écomusée du marais salant, in Ménanteau L. (éd.), Sel et salines de l’Europe atlantique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 399-401.

POPE M.K. (1934), From Latin to Modern French with Especial Consideration of Anglo-Norman, Manchester, The University Press.

RÉAULT-MILLE S. (2003), Les Marais charentais. Géohistoire des paysages du sel, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

REENEN P. van (1985), La fiabilité des données linguistiques (À propos de la formation des voyelles nasales en ancien français), XVI Congrès Internacional de Lingüistica i Filologia Romàniques, volume II, Palma de Mallorca, Mol, 37-51.

REENEN P. van (1987), La formation des voyelles nasales en ancien français d’après le témoignage des assonances, in Kampers-Mahne B. & Vet C. (éds), Études de linguistique française, Amsterdam, Rodopi, 127-141.

ROCHET B. (1976), The Formation and the Evolution of the French Nasal Vowels, Beihefte zur Zeitschrift für romanische Philologie, 153.

ROSSET Th. (1911), Les Origines de la prononciation moderne étudiées au xviie siècle d’après les remarques des grammairiens et les textes en patois de la banlieue parisienne, Paris, Armand Colin.

SAMPSON R. (1999), Nasal Vowel Evolution in Romance, Oxford, Oxford University Press.

SARRAZIN J.-L. (2018), Les marais salants d’entre Loire et Gironde au Moyen Âge et à l’époque moderne, in Ménanteau L., (éd.), Sel et Salines de l’Europe atlantique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 127-137.

SÉGÉRAL Ph. (2020), Voyelles en syllabe fermée (CVC), in Marchello-Nizia Chr., Combettes B., Prévost S. & Scheer T. (éds), Grande grammaire historique du français, Berlin, Mouton de Gruyter, 278-301.

SPENCE N. (2000), Nasalisation et dénasalisation dans les parlers jersiais, Annales de Normandie 50(4), 569-574.

STRAKA G. (1955), Remarques sur les voyelles nasales, leur origine et leur évolution en français, Revue de linguistique romane 19, 245-274.

TARDY P. (1987), Sel et sauniers d’hier et d’aujourd’hui, Sainte-Marie-de-Ré, Groupement d’études rétaises.

TRANEL B. (1987), The Sounds of French, Cambridge, Cambridge University Press.

Haut de page

Notes

1 Ces dates sont de nouveau basées sur les assonances. Les voyelles nasales [ẽ] et [ã], qui n’assonaient pas dans La Vie de Saint Alexis, le font par contre plus tard dans les laisses de La Chanson de Roland, après ouverture de [ẽ] en [ã] (cf. Fouché, 1958 : 369).

2 Voir : <http://lig-tdcge.imag.fr/cartodialect5/#/>. L’ALF contient un total de 639 cartes dialectologiques, dont les données ont été recueillies entre 1897 et 1901.

3 Cartes utilisées : ALF - 40 andain, 105 un bain, 262 le chemin, 308 coin, 339 cousin, 340 coussin, 356 crin de cheval, 386 demain, 489 étain ; 586 foin, 661 grain, 752 lapin, 762 levain, 772 le lin, 780 loin, 796 main(s), 823 matin, 881 moulin, 949 orphelin, 964 pain, 1 031 plein de vin, 1 046 poing, 1 070 poulain, 1 096 provin, 1 113 quatre-vingts, 1 129 raisin, 1 139 regain, 1 142 reins, 1 190 sapin, 1 510 coing, 1 685 putain, 1 698 romarin, 1 705 sainfoin, 1 737 venin. ALEO – 6 regain ; 12 le foin, 24 andain, 67 lien, 184 provin, 198 raisin, 200 grain, 291 pépin, 297 coing.

4 Cette dernière forme réclame une explication plus approfondie. On pourrait voir ici une continuation non de la forme de l’ancien français, mais d’une forme plus ancienne, du gallo-roman, qui avait *-ajnə et qui correspond donc plus fidèlement à la qualité de la voyelle de la forme « vendéenne ». Pourtant, un regard plus proche exclut cette possibilité : le latin racīmus, qui aboutira au fr. raisin (*rajzĩn en afr.), suit le même développement dans les parlers de la côte vendéenne que le *-ajnə gallo-roman : on trouve [razɑ̃], [ʁazɑn], [ʁazɑ̃n]. Cela indique deux choses : d’abord, que l’afr. *-ɛ̃jn et l’afr. *-ĩn se sont mêlés, les deux étant devenus [ɛ̃jn] dans la zone entière. Puis, que dans les parlers de la côte vendéenne, la voyelle a donc été ouverte de [ɛ̃] à [ɑ̃], et non conservée du -aj- gallo-roman.

5 On sait que les sauniers ne devinrent propriétaires de leurs propres salines que bien plus tard, petit à petit au cours des xviiie et xixe siècles, une fois que les (anciennes) salines avaient été suffisamment dévalorisées (Sarrazin, 2018 : 136).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. La zone dialectale du poitevin-saintongeais (carte créée par © Eric Nowak,<http://projetbabel.org/​poitevin-saintongeais/​index.php?p=presentation>)
URL http://journals.openedition.org/scolia/docannexe/image/2779/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Carte 2. Répartition de la diphtongue nasale, illustrant pour chaque point d’enquête le % de mots ayant retenu cette prononciation sur le total des contextes présents. Les cercles sont basés sur l’ALF, les triangles sur l’ALEO.
URL http://journals.openedition.org/scolia/docannexe/image/2779/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Janine Berns, Pierre Faure et Haike Jacobs, « Un continuum phonétique et géographique insolite »Scolia, 37 | 2023, 173-196.

Référence électronique

Janine Berns, Pierre Faure et Haike Jacobs, « Un continuum phonétique et géographique insolite »Scolia [En ligne], 37 | 2023, mis en ligne le 07 juillet 2023, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/scolia/2779 ; DOI : https://doi.org/10.4000/scolia.2779

Haut de page

Auteurs

Janine Berns

Centre for Language Studies, Université Radboud de Nimègue

janine.berns[at]ru.nl

Pierre Faure

Chercheur indépendant
p.g.faure[at]hotmail.com

Haike Jacobs

Centre for Language Studies, Université Radboud de Nimègue
haike.jacobs[at]ru.nl

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search