Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Présentation

Texte intégral

1. Dans la jungle des mots du discours : connecteurs, marqueurs, opérateurs, particules…

1La littérature sur la catégorie des mots du discours, d’ailleurs hétérogène, est particulièrement abondante si bien qu’il est pratiquement impossible de l’inventorier de façon exhaustive, ne serait-ce que dans le cadre de la langue française. Depuis 1975, date où Ducrot et ses collaborateurs se sont attaqués aux conjonctions car, parce que et puisque, jusqu’à l’époque actuelle, on a pu voir un nombre énorme de travaux s’appuyant sur une grande variété d’approches linguistiques.

2L’évolution est claire : d’abord, il y a une approche, disons plus traditionnelle, où ces mots sont décrits comme des éléments de liaison entre et à l’intérieur des énoncés, sans une fonction vraiment spécifique, au-delà du simple lien phrastique. Mais la diversité et le nombre de ces mots grammaticaux qui pouvaient jouer ce rôle diffus, ainsi que l’idée qu’ils devaient jouer un certain rôle dans la pragmatique naissante, mèneront à les étiqueter sous le nom de mots du discours (Ducrot et al., 1980), ou, plus particulièrement, de connecteurs (pragmatiques, argumentatifs, etc.).

3C’est ainsi que fleurissent nombre de travaux à partir de cette date clé de 1980, inspirés surtout, soit par la pragmatique intégrée, soit par la pragmatique tout court issue de l’école de Genève. Les uns, axés sur l’argumentatif – devenu argumentativisme radical à partir de Anscombre & Ducrot (1986) – les autres, centrés sur les marques d’interactivité et l’étude de la conversation. C’est à partir de cette idée initiale de marquage (interactif, illocutionnaire, etc.) que nous contemplons la naissance en parallèle d’un autre terme, celui de marqueur, dont la destinée a été plus productive, si l’on s’en tient à sa présence dans les publications plus récentes sur le sujet.

4Le panorama s’est énormément diversifié à partir des années 1990, où la plupart, sinon toutes les écoles sémantico-pragmatiques et (un peu plus tard) syntaxiques s’occupent de ces unités dans des numéros thématiques de revues, ouvrages collectifs ou même des monographies spécifiques. À titre d’exemple (car l’approche ne saurait être exhaustive), il convient de citer les théories qui ont pris la polyphonie comme base, commençant par celle inspirée directement des travaux de Anscombre et Ducrot, qui a donné lieu à un grand nombre de publications dont on ne peut citer qu’un petit échantillon (Anscombre & Ducrot, 1983 ; Anscombre, 2005 ; Anscombre, 2006 ; Anscombre, 2013 ; Donaire, 2012 ; Donaire, 2013). Les polyphonistes scandinaves de la ScaPoLine ont également joué un rôle dans les rapports entre polyphonie et connecteurs (Nølke, 1983 ; Nølke, 1993 ; Nølke, 2001). Enfin, l’autre versant du phénomène polyphonique, le dialogisme, n’a pas non plus oublié la question (Bres & Mellet, 2009).

5On peut également citer les approches de type cognitif ou pragmatiques en général (Moeschler et al., 1994 ; Rossari 2002 ; Rossari et al., 2004 ; Dostie, 2004 ; Dostie & Pusch, 2007). Parallèlement, les études contrastives sont devenues de plus en plus fréquentes, à l’intérieur d’une même langue ou entre deux langues voisines (Drescher & Franck-Job, 2006 ; Khachaturyan, 2008 ; Rodríguez Somolinos, 2011 ; Vassiliadou, 2013). Par ailleurs, il faut signaler que l’angle diachronique n’a pas été oublié, même si la plupart des analyses restent en synchronie (Vassiliadou, 2005 ; Rodríguez Somolinos, 2006 ; Anscombre et al., 2014).

6Comme résultat de toutes ces études, quelques sous-classes ont été établies à l’intérieur de la catégorie, ainsi les marqueurs de glose (Steuckard & Niklas Salminen, 2005), et d’attitude énonciative (Anscombre, 2009). Enfin, de nombreuses problématiques sémantiques et discursives ont croisé le monde des marqueurs : l’atténuation (Haillet, 2004), l’intensification (Anscombre & Tamba, 2013), et surtout la modalité et l’évidentialité (Barbet & de Saussure, 2012 ; Flaux & Lagae, 2014 ; Anscombre et al., 2014).

7Dans cet aperçu de la question on a pu remarquer que les termes connecteur et marqueur se sont succédé dans les titres des différents recueils, et l’idée qui sous-tend la majorité des travaux est que marqueur est un terme plus général, face à connecteur, dont le sens semble restreindre quelque peu le champ d’études, le limitant aux éléments dont le rôle prépondérant – quoique non unique – est celui de relier deux segments phrastiques.

  • 1 Le mot opérateur (argumentatif), opposé à connecteur, avait déjà été employé par Ducrot (1983) ; le (...)

8En ce qui concerne le volume qui se présente ici, ce ne sont pas les soucis terminologiques qui ont présidé l’élaboration des articles (la preuve y est l’usage indistinct de connecteur, marqueur ou opérateur de la part des auteurs). Il est néanmoins vrai qu’on a voulu choisir un mot qui pourrait recouvrir une portion de signification plus vaste dans ce domaine, et, avec opérateur, l’on a voulu faire référence à une fonction commune à tous les éléments objets d’analyse, celle d’instruire des opérations sémantico-pragmatiques1. Ces opérations constituent des stratégies discursives diverses qui configurent des agencements particuliers définissant chaque unité, permettant d’établir des similitudes et des différences (Donaire, 2013). Et parallèlement, les stratégies discursives mettent en jeu des ressources linguistiques comme les structures argumentatives et les structures polyphoniques reliant des points de vue, deux repères fondamentaux pour analyser un certain groupe d’entités lexicales, à la lumière de nos outils méthodologiques.

2. Présentation des articles

  • 2 Tous les travaux s’inscrivent dans le cadre du projet de recherche FFI2013-41427-P « Estudio semánt (...)

9Les huit contributions2 proposées n’acquièrent pas leur homogénéité dans leur thématique ni dans un ensemble d’opérateurs liés par leur nature morphologique, syntaxique ou autre. On pourra remarquer, en revanche, qu’elles réfèrent à des unités diverses, étudiées majoritairement, mais non exclusivement, en synchronie, et appartenant à des catégories lexicales tout à fait hétérogènes. Ce qui fait l’homogénéité des articles relève donc de nos instruments de travail, plutôt que de l’objet d’analyse.

10Jean-Claude Anscombre est l’auteur du premier article, portant sur quelques marqueurs en voir, en particulier sur le cas des formes impératives vois / voyons / voyez. Dans la mesure où ils résultent dans une large part de processus de grammaticalisation, les marqueurs discursifs peuvent a priori prendre n’importe quel point de départ pour leur formation, mais certains verbes semblent cependant être plus utilisés que d’autres, ainsi dire. Cette étude propose leur caractérisation linguistique, aussi bien sémantique que métalinguistique. À ce titre, Jean-Claude Anscombre analyse leur statut de parenthétique(s), tout en caractérisant les types de cotextes et de contextes dans lesquels ils peuvent apparaître.

11C’est aussi la grammaticalisation qui est à la base de l’étude de Flor Bango, qui entreprend une étude contrastive, du point de vue diachronique de pendant et durant. Ces unités, rangées de nos jours dans le paradigme des prépositions temporelles, ont subi un procès d’évolution complexe depuis leurs premières attestations jusqu’au xve siècle, date où leur statut actuel se dessine plus nettement. Sur la base d’un corpus (xiiie-xve siècle), l’auteure décrit l’évolution des deux formes, dans le cadre de la grammaticalisation. L’examen montre que le processus d’évolution des deux opérateurs diffère, étant beaucoup plus complexe dans le cas de pendant que dans celui de durant.

12Le travail de Sandrine Deloor, porte, comme celui de Jean-Claude Anscombre, sur des opérateurs dérivés de verbes, tout particulièrement sur l’un des marqueurs en dire. La description proposée part de la mise en question des idées d’étonnement et d’incrédulité, qui rapprochent le connecteur (et) dire que d’autres locutions comportant le verbe dire : qui l’eût dit, qui l’aurait dit, qui aurait dit que ? etc. Son hypothèse de départ est que tout énoncé comportant (et) dire que met en perspective deux situations : une situation Y, présentée comme saillante pour le locuteur, et une situation X, que le locuteur connaissait avant l’énonciation. L’objectif de son article est de construire un modèle permettant de calculer le sens de la relation concessive entre les entités sémantiques reliées par (et) dire que, en distinguant les cas où la structure de surface des enchaînements dans lesquels apparaît le connecteur est prototypique des autres dans lesquels elle ne l’est pas.

13C’est à des marqueurs dérivés de voir qu’est consacré l’article de María Luisa Donaire. Elle se propose de décrire les propriétés linguistiques, tant formelles que sémantiques de je sais, tu sais vous savez, afin de montrer ce qu’ils ont en commun et quelle est la signification particulière de chacun d’eux. Sous une apparente forme conjuguée d’un verbe de connaissance tel que savoir, ces opérateurs présentent, employés en incise, un comportement discursif qui les intègre dans un groupe de marqueurs dont la fonction est de rendre compte de l’attitude du locuteur à l’égard de sa propre énonciation ou de celle de l’allocutaire. Une attention particulière est ici prêtée à l’opérateur je sais.

14L’article suivant reprend les études sur les adverbes en –ment qui avaient déjà fait partie de l’ouvrage collectif de notre équipe de recherche (Anscombre, Donaire & Haillet, 2013), en analysant l’unité sérieusement. L’auteure, Emma Alvarez, analyse les propriétés essentielles des différents emplois de cet adverbe en français contemporain. Son hypothèse est que l’adverbe sérieusement connaît de nos jours trois emplois différents auxquels correspondent plusieurs propriétés significativement distinctes. Moyennant une série de tests syntaxiques et sémantiques, elle décrit chaque type de fonctionnement discursif de cet opérateur adverbial.

15Les deux travaux suivants s’inscrivent également dans le monde adverbial, et tout particulièrement dans celui des locutions. L’article de Jesús Vázquez Molina s’articule autour d’une locution adverbiale, à peine, dont il montre sa fonction comme opérateur discursif qui présente aujourd’hui au moins deux sens fondamentaux, l’un étant proche d’un adverbe de degré orienté vers l’expression de la quantité faible, l’autre exprimant la successivité immédiate entre deux actions. À partir de ces données, l’auteur élabore un répertoire des propriétés syntaxiques et sémantiques permettant de distinguer les différents emplois de à peine, sans pour autant renoncer à une description globale du fonctionnement de cette unité lexicale.

16Patrick Haillet choisit de confronter deux locutions, par contre et en revanche. Après avoir précisé comment on conçoit les concepts de discours et de point de vue, il examine la nature de la relation sémantique que met en place l’emploi de ces deux opérateurs que certains locuteurs natifs considèrent comme interchangeables, en visant à dégager une constante qui se manifeste dans l’emploi de ces opérateurs, indépendamment des propriétés syntaxiques et sémantiques des points de vue mis en relation. Cette approche s’inscrit résolument dans une conception polyphonique du discours et est donc formulée en termes de points de vue.

17Et c’est aussi des locutions que traite le travail d’Adelaida Hermoso, qui se propose de faire une analyse de la locution prépositive entre nous en tant qu’opérateur sémantico-pragmatique. Concrètement, il s’agit de voir dans quelle mesure la présence d’entre nous dans un énoncé particulier détermine l’agencement des différents points de vue convoqués lors de l’apparition de cet énoncé. Elle montre qu’entre nous implique une attitude de monstration de la part du locuteur par rapport aux contenus exposés. Cette attitude énonciative ouvre un espace polémique, dans lequel l’opérateur est capable de distribuer les différents rôles discursifs.

Haut de page

Bibliographie

ANSCOMBRE J.-C. (2005), Le ON-locuteur : une entité aux multiples visages, in Bres J. et al., Dialogisme et polyphonie : approches linguistiques, Bruxelles, De Boeck-Duculot, 75-94.

ANSCOMBRE J.-C. (éd.) (2006), Les objets de la polyphonie, Le Français Moderne 74 : 1.

ANSCOMBRE J.-C. (éd.) (2009), Les marqueurs d’attitude énonciative, Langue Française 161.

ANSCOMBRE J.-C. (2013), Polyphonie et représentation sémantique des marqueurs de discours. Quelques problèmes, Revue de Sémantique et Pragmatique, 33-34, 7-32.

ANSCOMBRE J.-C., DONAIRE M.-L., HAILLET P. P., (éds) (2013), Opérateurs discursifs du français, Berne, Peter Lang.

ANSCOMBRE J.-C. & DUCROT O. (1983), L’argumentation dans la langue, Liège, Mardaga.

ANSCOMBRE J.-C. & DUCROT O. (1986), Argumentativité et informativité, in Meyer M., De la métaphysique à la rhétorique, Bruxelles, Université libre de Bruxelles, 79-94.

ANSCOMBRE J.-C. & GÓMEZ-JORDANA S. (éds) (2015), Dire et ses marqueurs, Langue Française 186.

ANSCOMBRE J.-C., OPPERMANN-MARSAUX E., RODRIGUEZ SOMOLINOS A. (éds) (2014), Médiativité, polyphonie et modalité en français, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle.

ANSCOMBRE J.-C. & TAMBA I. (éds) (2013), L’intensification, Langue Française 177.

BARBET C. & DE SAUSSURE L. (éds) (2012), Modalité et évidentialité en français, Langue Française 173.

BRES J. & MELLET S. (éds) (2009), Dialogisme et marqueurs grammaticaux, Langue Française 163.

DONAIRE M.-L. (2012), Un point de vue polyphonique sur le point de vue, in Anscombre J.-C., Gomez-Jordana S., Rodriguez Somolinos A. (éds), Voix et marqueurs de discours : des connecteurs à l’argument d’autorité, Lyon, ENS Éditions, 17-30.

DONAIRE M.-L. (2013), Introduction, in Opérateurs discursifs du français, Berne, Peter Lang, 1-8.

DOSTIE G. (2004), Pragmaticalisation et marqueurs discursifs, Bruxelles, De-Boeck-Duculot.

DOSTIE G. & PUSCH C.-D. (éds) (2007), Les marqueurs discursifs, Langue Française 154.

DRESCHER M. & FRANCK-JOB B. (éds) (2006), Les marqueurs discursifs dans les langues romanes, Francfort, Peter Lang.

DUCROT O. (1983), Note sur l’argumentation et l’acte d’argumenter, Cahiers de Linguistique Française 5, 7-36.

DUCROT O. et al. (1980), Les mots du discours, Paris, Minuit.

FLAUX N. & LAGAE V. (éds) (2014), Syntaxe et sémantique des marqueurs modaux, Langages 193.

GROUPE λ (1975), ‘car’, ‘parce que’, ‘puisque’, Revue Romane 10, 248-280.

HAILLET P. P. (éd.) (2004), Procédés de modalisation : l’atténuation, Langue Française 142.

KHACHATURYAN E. (2008), Les mots du discours de dire. Analyse contrastive, Estudos Linguìsticos. Linguistic Studies 2, 287-314.

MOESCHLER J. et al. (1994), Langages et pertinence. Référence temporelle, anaphore, connecteurs et métaphore, Nancy, Presses universitaires de Nancy.

NØLKE H. (1983), Les adverbes paradigmatisants : fonction et analyse, Revue Romane, numéro spécial, Copenhague, Akademisk Forlag, 23.

NØLKE H. (1993), Le regard du locuteur, Paris, Kimé.

NØLKE H. (2001), Le regard du locuteur 2, Paris, Kimé.

RODRIGUEZ SOMOLINOS A. (2006), Voire, modalisation de vérité et renforcement de l’assertion (xive-xvie siècles), Langue Française 149, 61-76.

RODRIGUEZ SOMOLINOS A. (éd.) (2011), Les marqueurs de discours : approches contrastives, Langages 184.

ROSSARI C. (éd.) (2002), Nouveaux regards sur les mots du discours, Cahiers de linguistique française 24.

ROSSARI C., BEAULIEU MASSON A., COJOCARIU C., RAZGOULIAEVA A. (2004), Autour des connecteurs, Berne, Peter Lang.

STEUCKARDT A. & NIKLAS-SALMINEN A. (éds) (2005), Les marqueurs de glose, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence.

VASSILIADOU H. (2005), De id est à c’est-à-dire : le cheminement diachronique d’un gloseur, in Steuckardt, A. & Niklas-Salminen, A. (éds), Les marqueurs de glose, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 67-85.

VASSILIADOU H. (2013), La formation de c’est-à-dire (que) et de ses correspondants dans les langues romanes : quelques remarques, in Casanova Herrero, E. & Calvo Rigual, C. (éds), Actas del XXVI Congreso Internacional de Lingüística y de Filología Románicas, Berlin, W. de Gruyter, vol. 3, 453-464.

Haut de page

Notes

1 Le mot opérateur (argumentatif), opposé à connecteur, avait déjà été employé par Ducrot (1983) ; le premier terme ayant pour champ d’application un énoncé unique, face au second, reliant au moins deux énoncés. Néanmoins, notre équipe utilise opérateur dans un sens plus général, et en lui donnant un rôle fondamental dans la formation d’une stratégie discursive concrète.

2 Tous les travaux s’inscrivent dans le cadre du projet de recherche FFI2013-41427-P « Estudio semántico-pragmático de los operadores discursivos en francés contemporáneo », financé par le Ministère espagnol de l’Économie et de la Compétitivité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jesús Vázquez Molina, « Présentation »Scolia, 30 | 2016, 7-14.

Référence électronique

Jesús Vázquez Molina, « Présentation »Scolia [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 09 avril 2019, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/scolia/454 ; DOI : https://doi.org/10.4000/scolia.454

Haut de page

Auteur

Jesús Vázquez Molina

Université d’Oviedo, groupe OPÉRAS
vazquezjesus[at]uniovi.es

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search