Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Durant / pendant : l’histoire d’u...

Durant / pendant : l’histoire d’une concurrence

Flor Bango
p. 33-48

Résumés

Cet article est consacré à l’étude diachronique des unités durant / pendant à travers leur évolution depuis le paradigme adjectival jusqu’au prépositionnel. Ce processus de grammaticalisation, soumis à divers principes, aboutit à un statut catégoriel différent, accompagné dans le cas de pendant d’un changement sémantique qui le rapproche de durant pour ce qui est de l’expression de la durée. Si l’analyse des aspects morphosyntaxiques permet de comprendre leur parallélisme formel, c’est le plan sémantique qui fournit les clés essentielles pour expliquer l’évolution de pendant vers durant, au travers de sa métaphorisation et de sa rection lexicale. Ce travail repose sur un corpus qui va du xiiie au xve siècle et qui est constitué par des textes appartenant à divers domaines, ce qui assure la fiabilité de nos conclusions pour cette étape décisive de l’histoire de la langue française.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Bien que beaucoup de textes aient été composés avant le xiiie siècle, nous n’avons retenu que la da (...)

1Ce travail retrace le changement linguistique opéré par la paire durant / pendant depuis les premières attestations dans les manuscrits1 du xiiie siècle en tant que participes présents, sémantiquement bien différenciés, jusqu’à leur convergence en tant que prépositions temporelles (xive-xve siècles), aptes toutes deux, à exprimer la durée.

  • 2 La première énumération exhaustive de ces nouvelles formations prépositionnelles est indiquée la pr (...)

2À partir du xivsiècle, le paradigme prépositif intégré en partie par les prépositions héritées du latin s’accroît avec l’incorporation de nouveaux items qui proviennent essentiellement de la reconversion des participes présents latins. Le répertoire initial est plutôt large ; au total une dizaine de « mots » qui, d’après leur morphologie en –ant trahissaient, à en croire Meyer-Lübke (1900 : 482), leur étrangeté au vocabulaire de l’époque et qui sont pour la plupart empruntés « à la langue du palais et de la chancellerie » : attenant, concernant, joignant, moyennant, obstant, nonobstant, suivant, touchant, durant et pendant2. Quelques-unes de ces unités ont eu une existence éphémère, telle obstant, disparue au xvie siècle ; d’autres sont considérées comme des formes archaïsantes (joignant, attenant) ; d’autres encore sont réservées à la langue juridique et à certains usages marginaux (nonobstant) ; d’autres enfin se sont pleinement intégrées dans le système prépositionnel (concernant, moyennant, suivant, touchant, durant et pendant), tout en gardant leur valeur sémantique étymologique à l’exception d’une seule : pendant. Cet item va converger avec durant aussi bien sur le plan syntaxique que sémantique. Du point de vue syntaxique, la postposition initiale commune à ces deux participes présents par rapport à leur noyau se voit modifiée par leur antéposition. Cette permutation décisive leur permet d’acquérir un statut grammatical différent : celui de prépositions, correspondant à l’aboutissement d’un processus de grammaticalisation (Meillet, 1975 : 133). Ceci dit, si l’ensemble des six unités mentionnées plus haut partage cette distribution, à savoir l’antéposition, c’est au plan sémantique que les changements sont les plus éloquents si l’on observe tout particulièrement notre couple durant pendant. Tandis que durant apparaît comme une unité statique qui maintient son sens étymologique, à savoir l’expression de l’espace de temps d’un procès, c’est le dynamisme de pendant qui opérera le rapprochement en évoluant du sens littéral (« être suspendu ») jusqu’à la signification métaphorique (« être en instance »), conservée dans le langage juridique. Les limites initiales entre les deux s’estomperont progressivement et pendant atteindra finalement une confluence significative avec durant pour ce qui est de l’expression de la prolongation dans le temps.

3À ce stade, plusieurs questions se posent. Quelle est la raison de ce changement sémantique ? De quelle façon pendant réussit-il à devenir un synonyme de durant ? À quel moment peut-on situer chronologiquement ce rapprochement ? Chercher des réponses à ces questions nous amènera à analyser les aspects morphologiques, distributionnels et lexicaux dans un corpus limité à la période qui s’étend du début du xiiie siècle à la fin du xve, constitué par des textes de domaines différents (juridique, administratif, historique, littéraire). Le large éventail chronologique ainsi que la diversité des genres analysés ont pour but d’offrir la vision la plus rigoureuse possible du devenir de ces deux unités : les premières attestations remontent au xiiie siècle et celles des dernières années du xve supposent le terminus ad quem de ce processus de syncrétisme.

4Nous commencerons notre analyse par les traits morphologiques qui mettent en évidence dès le début les premières similitudes formelles de notre binôme. Nous examinerons ensuite l’aspect syntaxique, les principes repérés lors de la grammaticalisation de ces deux unités et les conséquences sémantiques qui en découlent, notamment dans le cas de pendant.

1. Durant / pendant : similitudes morphologiques

5On sait que durant aussi bien que pendant trouvent leur origine dans la forme accusative des participes présents latins durantem (<dūrare, 1re conjugaison) et pendentem (<pĕndēre, 2e conjugaison). Ces deux étymons (durantem / pendentem) s’insèrent dans un développement phonétique « régulier » qui débute avec l’effacement du –m final de ces deux accusatifs dans la période du latin classique (durante / pendente), suivi de l’amuïssement de la voyelle finale –e au viiie siècle (durant pendent), ainsi que de la réfection en –ant de la désinence (pendent pendant), exclusive initialement de la première conjugaison, étendue aux autres avant le xe siècle (Nyrop, 1968 : 64 ; Diez, 1973 : 209). Ces transformations aboutissent aux graphies durant [dyrãnt] pendant [pendãnt] à partir du xsiècle, maintenues jusqu’à nos jours. Les nasalisations postérieures (xie s.) ainsi que l’amuïssement généralisé des consonnes finales (xiiie s.) nous mènent à d’autres évolutions phonétiques subies par cette paire, qui n’ont une incidence que sur leur aspect sonore devenu définitif au xviie siècle :

durantem > durante > durant (viiie s.) > [dyrãnt] (xie s.) > [dyrãn] (xiiie s.) > [dyrã] (xviie s.)

pendentem > pendantem > pendante > pendant (viiie s.) > [pãndãnt] (xie s.) > [pãndãn] (xiiie s.) > [pãdã] (xviie s.)

6Mais sur le plan morphologique, il convient surtout de noter que, en ancien français, notamment à partir de la fin du xve siècle (Mercier, 1879 : 18), les participes présents se déclinaient : ils présentaient une flexion en cas et en nombre. Cependant, en ce qui concerne l’opposition en genre, les participes présents en –ant, alignés sur le modèle d’adjectifs épicènes, ne comportent pas d’opposition masculin / féminin. Ce paradigme, identique à celui des adjectifs latins de la deuxième classe (grandis, fortis, gravis, etc.), ne présente pas cette opposition comme illustré en (1) et (2) :

1) Une corune d’or out a la croiz pendant. (Vie de saint Thomas Becket, 1172-1174, man. déb. xiiie s.)

2) La remanbrance do durant torment sormonce ta calor. (Dialogue de l’âme de saint Isidore, ca. 1200, man. ca. 1200)

  • 3 Le cas sujet féminin peut également admettre le -s désinentiel (Joly, 2004 : 16).

7C’est ainsi que la morphologie de nos deux participes présents se réduit théoriquement à duranz(s) / pendanz(s) pour le cas sujet masculin singulier et le cas régime pluriel y compris également le cas sujet et le cas régime pluriels du féminin, tandis que durant / pendant articulent le cas régime masculin singulier et le cas sujet pluriel au masculin, ainsi que le cas sujet et régime singulier du féminin3 :

3) Les robes et les pennes grises / sunt lores a la perche mises, / toute la nuit pendanz a l’air. (Jean de Meun, Roman de la rose, 12691278, man. ca. 1285)

4) Je sui Mesure mesurée, / En tous bons fais amesurée, / Et aussi sui je mesurans, / Ferme, seüre, et bien durans. (Machaut, Le jugement du roy de Navarre, 1349)

8Il faut signaler que cette disposition « virtuelle », en fait, n’est pas toujours respectée, comme le prouvent les exemples (5) et (6) tirés du roman de Mélusine qui illustrent sur un même texte l’évolution de cet accord, observé en (5) dans le syntagme « jours durans », et négligé en (6) « iours durant » :

5) L’ystoire dit que les freres se rafreschirent et leurs gens et s’entrefirent grant joye les trois jours durans. (Arras, Mélusine, 1392, man. 1er quart du xve s.)

6) L’ystoire dist que les deux freres et leurs gens se refrescherent et s’entrefirent moult grant ioye les trois iours durant. (Arras, Mélusine, incunable Lyon 1485-1486)

  • 4 En accord avec l´étude menée par Sarré (2000) sur le degré de régularité de l’accord des participes (...)

9La perte de la déclinaison bicasuelle, avec le triomphe du cas régime, réduit aux terminaisons –ant / –anz(-s), en tant que marques de nombre, en même temps que l’instabilité graphique constatée pour le pluriel, et la neutralisation en genre, mènent à la simplification formelle durant pendant. Celle-ci est observée majoritairement dans les textes de la fin du xve siècle4 et sanctionnée finalement par une décision de l’Académie sur l’invariabilité du participe présent datée du 3 juin 1679.

2. Durant / pendant : similitudes syntaxiques et leurs conséquences

10Les participes présents (PPr) sont essentiellement liés à un support nominal ou à sa représentation pronominale, raison pour laquelle ils s’inscrivent syntaxiquement dans une construction que nous appellerons directe par rapport au noyau (SN / Pronom + PPr), et donc en fonction épithète, comme dans la feste durant, les guerres duranz, le gonfanon pendant, par lettres pendans, jusques aux termes dessus esclarciz et yceulz durans, etc. Il existe une autre possibilité, à savoir leur emploi dans une construction indirecte par l’intermédiaire d’un verbe copulatif (VC) dans une structure SN / Pronom + VC + PPr, c’est-à-dire en fonction attribut, comme en (7) et (8) :

7) La glorie d’icest mund n’est lungement durant. (Vie de saint Thomas Becket, 1172-1174, man. déb. xiiie s.)

8) Ly pons estoit levez et a caïnes pendant. (Les enfances Garin de Monglane, man. 1460)

11Leur comportement est donc identique à celui du reste des adjectifs, puisqu’il s’agit en réalité de « véritables adjectifs » (Étienne, 1980 : 249). Or, étant donné leur comportement particulier en tant que participes présents, ils ne sont pas soumis pleinement à la variation morphologique inhérente à ces unités grammaticales : ils présentent, comme nous l’avons remarqué, une invariabilité absolue en genre (–ant) et la présence, non toujours observée, de marques de nombre (–anz / s).

12Ces deux constructions (directe et indirecte) apparaissent très clairement dans la diversité textuelle de notre corpus. Notre travail portera essentiellement sur les textes à caractère juridico-administratif, puisqu’ils fournissent des données plus pertinentes pour notre analyse. Ces textes sont importants pour deux raisons : d’une part, ils permettent de réaliser un suivi exact de l’évolution syntaxique de durant pendant ; d’autre part, il est possible d’apprécier clairement la confluence de ces unités sur le plan sémantique, grâce au changement de signification opéré par pendant et favorisé par les agencements dont il fait partie, qui sont d’ailleurs communs à ceux de durant.

3. Durant

3. 1. Structures syntaxiques

13De façon récurrente, les travaux qui concernent l’étude diachronique des participes présents, dont feraient partie nos unités, les rendent tributaires des constructions latines ablatives. C’est ce que nous observons dans des expressions telles que « imitations de l’ablatif latin » (Meyer-Lübke, 1900 : 482), « Nachbildung von latin » (reproduction du latin) (Lerch, 1925 : 38), « imitations » des constructions participiales absolues (Imbs, 1956 : 303-304), « calques de l’ablatif absolu latin » (Rey, 1995 : 637, 1467). Particulièrement significatif est le titre de l’étude de Gamillscheg (1957 : 319) : « Übersicht über Präpositionen, die aus dem ersten Bestandteil eines Ablativus absolutus entstanden sind » (‘Panorama sur les prépositions issues du premier élément de l’ablatif absolu’), qui synthétise le changement des participes présents convertis en prépositions.

  • 5 Rédigé vers 1283, le manuscrit date du début du xive siècle. Sur un total de douze cas, durant y ap (...)

14À peine documenté dans les textes littéraires, le participe présent durant arrive en force dans les Coutumes de Beauvaisis5 du juriste Philippe de Beaumanoir où il est, systématiquement, postposé à son support nominal (SN + durant) :

9) Uns chevaliers et une dame, en leur mariage durant, acheterent un fief en l’eritage du chevalier.

15La seule exception à cette distribution est constituée par (10) où l’antéposition de durant inaugure timidement un nouvel agencement avec permutation des deux constituants (durant + SN) :

10) Uns chevaliers espousa une dame, laquele avoit enfans d’autre baron. Durant le mariage li chevaliers acheta un fief et en fist homage au conte.

  • 6 À titre d’exemple, nous avons répertorié l’antéposition de durant dans la progression suivante : pr (...)
  • 7 Dorénavant : ARP.

16Cette nouvelle structure ira en progression ascendante jusqu’à sa consolidation définitive6 dans la deuxième moitié du xive siècle. Les Actes royaux du Poitou7 illustrent clairement la montée en flèche de sa fréquence, visualisée dans le tableau suivant :

Tableau 1 : Répartition du nombre d’occurrences de durant dans les Actes royaux du Poitou (1302-1483)

1re moitié XIVe

2e moitié XIVe

1re moitié XVe

2e moitié XVe

SN + durant

3

7

1

2

durant + SN

12

49

81

59

  • 8 Dorénavant LC. La postposition de durant y est restreinte exclusivement aux substantifs vie (quatre (...)

17Les quelques exemples de postposition (durant + SN) attestés dès la première moitié du xive siècle présentent majoritairement une combinaison avec le substantif vie (sa vie durant), non seulement dans ce texte, mais aussi dans Le Canarien. Pièces justificatives (1327-1470)8 provoquant des cristallisations, qui, dans certains cas, ont perduré jusqu’à nos jours telles que la sa vie durant.

18Force est de signaler que les Chroniques de Froissart (fin du xive‑début du xve) constituent une importante exception, puisque durant (12 cas) est toujours en postposition nominale, s’avérant être un cas marginal par rapport à la progression qui apparaît dans le tableau 1. Cette progression est consolidée un siècle plus tard dans les Mémoires de Commynes (1489-1498), qui appartiennent également au genre historiographique où l’antéposition est pratiquement absolue (parmi 22 cas de durant on ne trouve qu’une seule postposition (ce temps durant). En ce qui concerne les textes littéraires, nous retrouvons une distribution structurale identique : dans les Cent Nouvelles Nouvelles, milieu du xve siècle, durant est toujours antéposé (10 cas) ainsi que dans Jehan de Saintré d’Antoine de la Sale (1456) avec une seule attestation (durant ces joustes) ou postérieurement dans Le Roman de Jean de Paris, fin du xve siècle où le seul cas de durant est lui aussi antéposé (durant la nuyt).

  • 9 Bien que ce concept ait postérieurement été revisité et nuancé, il reste tout à fait valable et, de (...)

19L’antéposition de durant provoque un changement catégoriel au moyen duquel le participe adjectif (unité lexicale) se comporte comme une préposition (unité grammaticale). Ce passage répond à la définition classique de « grammaticalisation » proposée initialement par Meillet (1912)9.

3. 2. Grammaticalisation : principes

20Comme il est de mise dans toute grammaticalisation, elle obéit à certains principes : le principe de Coexistence Synchronique (Faarlund, 1990 : 47-49) et les principes de Dé-catégorisation et de Persistance (Hopper, 1991 : 22). Selon le premier d’entre eux, il existe une étape intermédiaire pendant laquelle nous trouvons côte à côte la structure initiale (11, 13) et la nouvelle configuration permutée (12, 14) :

11) […] ordonnons que dores en avant en la dite ville de Poitiers, les guerres duranz, il ne aura ne tendra on en la dite ville que trois portes ouvertes […]. (ARP, octobre 1355)

12) […] le seigneur de Clichon, durant les dites guerres ait esté aherant et alié et tenu le parti de nostre dit frere contre nous […]. (ARP, septembre 1361)

13) non obstant que nagaires par nos autres lettres nous aions donné au dit Alain, sa vie durant, la terre d’Andilli. (ARP, décembre 1372)

14) et que le dit Jehan Bourrea durant sa vie preist sur ce sattisfacion d’icellui Pierre Evrart. (ARP, avril 1403)

21Nous observons qu’au cours de cette période de transition la toute nouvelle préposition conserve ses marques morphologiques de nombre, caractéristiques dans leur fonction épithète, au sein de la nouvelle configuration, quoique sporadiquement : duranz les assises de Fontenay (ARP, août 1335), duranz les diz XL. jours ne après (ARP, janvier 1358), durans les dictes guerres ou paravant (ARP, décembre 1372), durans les dictes vacacions (ARP, septembre 1419). Au fur et à mesure que se consolide ce changement syntaxique qui conduit à sa réanalyse en tant qu’élément prépositif, l’invariabilité morphologique s’impose, répondant, ainsi, au principe de Dé-catégorisation : durant les grans assises (ARP, février 1342), durant les dictes vacacions (ARP, septembre 1419), durant les guerres (ARP, août 1446).

22La récente unité prépositive devient à présent un élément qui contraint catégoriellement et régit lexicalement son régime (Bango, 2015 : 125). Ce substantif régime était en fait à l’origine le sujet de la construction participiale, le participe constituant sa prédication (les guerres durans ~ les guerres duraient). Dans cette nouvelle configuration, durant maintient donc (en accord avec le principe de Persistance) le sens lexical original, l’expression de la durée active (i.e. dūrare). Ce trait n’est compatible qu’avec les substantifs processifs duratifs, caractérisés par une « durée interne » : durant le mariage la guerre l’absence, etc.

23De plus, dès le début du xive siècle et toujours enserrée dans la structure durant + SN, la forme durant introduit des substantifs, pourvus du trait duratif, repris du matériel discursif antérieur. De cette manière s’établit un cadre temporel, initié par durant, qui délimite la période où s’inscrit le procès postérieur et qui permet la restructuration de l’énoncé. La présence d’anaphores fidèles (15), infidèles (16, 17), conceptuelles (18) et très fréquemment l’anaphore infidèle hyperonymique temps (19) montre cette réorganisation. Ces syntagmes sont systématiquement précédés de déterminants en emploi anaphorique (lequel / icelui / ledit / son, etc.) ou du pronom relatif lequel (20), avec ellipse de l’hyperonyme temps ou sa variante espace (de temps) (21) :

15) laquelle Jehanne fut depuis conjoincte par mariage avecques Guillaume Maynnaut […]. Durant lequel mariage, lesdiz Guillaume Maynnaut et sa femme […] ont demouré par long temps ensemble […]. (ARP, novembre 1465)

16) Pour occasion de laquelle mort, ledit Jousseaume, doubtant rigueur de justice, s’est absenté du païs et, durant son absence, a esté procedé contre lui […]. (ARP, décembre 1453)

17) et fut et demoura grant temps leur prisonnier. Durant lequel emprisonnement, il et ses diz père et frère eurent et endurèrent et supportèrent grans peines, pertes, despens et dommaiges […]. (ARP, novembre 1449)

18) Et lors se joingnirent ensemble chascun son espée toute nue, en frappant l’un sur l’autre […]. Durant lequel debat, Jehan Berlant, l’ainsné, pere des diz freres, voulant eschever l’inconvenient, couru illec sans aucun baston, en cryant et disant à ses enfans ces parolles ou semblables. (ARP, novembre 1446)

19) […] et ala demourer en l’ostel dudit Jehan Jouaye, et y demoura l’espace d’un an ou environ, durant lequel temps ledit Jouaye engrossa ladicte suppliante. (ARP, mars 1447)

20) Après lesqueles choses ainsi faictes, icelui Loys enmena la dicte Jourdaine en pluseurs et divers lieux et l’a detenue par aucun temps, durant lequel il a eu sa compaignie charnele, si comme on dit. (ARP, novembre 1412)

21) […] d’ung gentil chevalier de la conté de Flandres, marié a une tresbelle et gente dame, lequel fut prisonnier en Turquie par longue espace, durant laquelle sa bonne et loyale femme, par l’amonnestement de ses amys, se remaria a ung autre chevalier. (CNN)

24Tous ces exemples montrent le statut prépositionnel de durant en tant qu’unité rectrice de l’hyperonyme temps, ainsi que de substantifs processifs duratifs desquels il fait ressortir justement l’aspect duratif. Cette analyse met en relief l’apparition de durant en distribution complémentaire. D’une part, il intervient en tant qu’unité lexicale (adjectif) en postposition nominale cristallisée (la vie durant), sans que l’on puisse attribuer ce phénomène à un quelconque processus de grammaticalisation. D’autre part, comme unité grammaticale (préposition), en antéposition nominale, il s’inscrit dans un processus de grammaticalisation en s’intégrant pleinement dans le paradigme prépositionnel dès le xve siècle.

4. Pendant

4. 1. Structures syntaxiques

25En ce qui concerne pendant, ses premières manifestations associées à un nom datent de la 2e moitié du xiie siècle quoique les manuscrits soient postérieurs :

22) Or s’en tornent li serf tuit troi, / pendant lessent le filz le roi. (Roman de Thèbes, 1150)

26À partir de cette période, notre participe garde le sens étymologique de pĕndēre : « être suspendu », d’où ses possibilités de combinaison avec des substantifs désignant des entités susceptibles d’être en suspension, soit animées, comme dans son corps pendant et estendu (Digulleville, Le Pèlerinage de vie humaine, 1330), soit inanimées (le pont, l’épée, le gonfanon, les arçons, etc.). Au sein de ce groupe nous pouvons mentionner le syntagme figé lettres pendanz(s), attesté dans les textes juridiques dès la première moitié du xive siècle :

23) Disons encore […] que toutes ces choses soient approuvées et confremées par mon seigneur lë roy et par ses lettres pendanz, seellées en cire vert et en las de soye à grigneur fermetté et plus grant seurté d’icelles. (ARP, mars 1327)

27Vers le début du xive, le participe présent pendant apparaît en postposition combiné notamment avec le terme ple(t) / plait ou des synonymes tels que cause(s), proces, jugement, debat(z), etc. La plupart des chercheurs (Lerch, 1925 : 38 ; Imbs, 1956 : 303 ; Gamillscheg, 1957 : 319-320 ; Wartburg, 1956/1958 : 186) s’accordent à voir dans cette distribution un reflet de la construction latine lite pendente (pendente lite) des juristes romains. Comme pour durant, pendant en postposition fonctionne comme une épithète (24, 25) ou comme un attribut inséré dans une structure copulative (26, 27) :

24) Quant demande est fete a aucun et il muert le ple pendant, l’en puet suir les oirs du plet qui fut commenciés contre leur devancier […]. (CB)

25) Messire Gadiffer de La Sale, seneschal de Bigorre, certain jour passé en une cause meue et pendant en la dicte court entre le procureur du Roy et Arnaudon de Vezien […]. (LC)

26) […] lequel procès par appel a esté devolu en nostre court de Parlement et encores y est pendant. (ARP, avril 1459)

27) Sur ce que naguieres proces estoit pendant es assises de Gournay, entre nobles personnes […]. (LC)

28La variabilité morphologique (les marques exclusives de nombre) confirme le caractère adjectival de notre participe présent :

28) et après remise en Parlement, par vertu de certaines autres lettres de nous empetrées sur ce, les quelles causes ainsi pendanz en Parlement […]. (ARP, juin 1342)

29Dès le début du xive siècle on remarque, de plus, une nouvelle distribution permutée pendant + SN (30), qui coexiste avec la position originale SN + pendant (29) :

29) toutes teles resons pueent bien avoir lieu après ce que l’en a respondu droitement a la querele, et aucunes autres qui pueent nestre le plet pendant, qui pueent estre conneues par l’aparance du plet. (CB)

30) et a leur rendre et paier les dis arrerages deuz d’icelles rentes et ceuls qui escherroient pendant le plait. (Chartes et documents de l’abbaye de Saint-Magloire, 1330-1436)

30Cette nouvelle structure s’impose lentement, comme on peut observer dans le tableau 2 des Actes Royaux du Poitou :

Tableau 2 : Répartition du nombre d’occurrences de pendant dans les Actes royaux du Poitou (1302-1483)

1re moitié XIVe

2e moitié XIVe

1re moitié XVe

2e moitié XVe

SN + pendant

5

2

1

2

pendant + SN

1

8

13

31

31Si la postposition suppose un fonctionnement en tant qu’adjectif, l’antéposition implique une réanalyse où pendant est « réinterprété » comme une préposition (Marchello-Nizia, 2007 : 6 ; 2009 : 12), d’où sa grammaticalisation. Par ailleurs, ces deux agencements (SN + pendant pendant + SN) s’excluent mutuellement étant donné leur distribution complémentaire qui d’ailleurs est préservée de nos jours : SN + pendant pour indiquer la suspension physique dans le cas des substantifs concrets ou le fait d’être en litige dans la langue juridique ; pendant + SN, dénotant la durée d’un procès.

4. 2. Grammaticalisation : principes

32De même que pour l’analyse de durant, les principes de Coexistence Synchronique (29, 30), de Dé-catégorisation, et de Persistance sont également applicables au cas de pendant. En ce qui concerne la Dé-catégorisation, le figement morphologique absolu, identificateur du paradigme prépositif, est observé dès les premières attestations. Le principe de Persistance est conditionné par la complexité du processus de grammaticalisation au sein duquel il s’inscrit puisqu’il ne s’agit plus d’un simple changement catégoriel, comme dans le cas de durant, mais qu’il est corrélé à un changement sémantique. Dans cette double « transformation » il est possible d’identifier trois phases : un premier moment où la lecture littérale est conservée, puis une deuxième étape de métaphorisation, pour atteindre finalement l’interprétation temporelle, devenant ainsi un équivalent de durant.

4. 3. Changements sémantiques

33Comme nous l’avons déjà mentionné auparavant, les premières manifestations de pendant correspondent à son acception étymologique issue de pĕndēre « être suspendu », se combinant ainsi avec des substantifs qui indiquent des éléments susceptibles d’être en suspension (cf. 22, 23). Dans les textes à caractère juridique, cet item se combine initialement avec le substantif plet et ses synonymes (cause, debat, etc.), adoptant le sens d’« être en instance », une lecture métaphorique, déjà évoquée chez Marchello-Nizia (2007 : 5), puisque ces substantifs ne peuvent pas dénoter des objets suspendus au sens physique. La « suspension » renvoie ici à une attente qui débouche sur une fin, un verdict. Dans cette interprétation nous découvrons une valeur durative : tout procès duratif avant d’arriver à son éventuel terme est implicitement en cours, il occupe, nécessairement, un espace de temps. Cette interprétation est de plus renforcée par la désinence –ant elle-même, qui garde toujours une « signification purement active » (Meyer-Lübke, 1900 : 20).

34Cet embryon temporel éclôt lorsque pendant se déplace en position frontale, favorisé par les contextes environnants. Ces contextes sont décisifs pour cimenter sa valeur durative puisqu’ils sont toujours liés à l’expression de la temporalité. Il s’agit, soit de substantifs hyponymes de temps (31), soit de l’hyperonyme temps (32, 33), soit de substantifs processifs duratifs (34-37), les seuls compatibles avec la nouvelle unité prépositive. Pendant se transforme ainsi en un élément recteur lexical étant donné que le temps de durée est un trait inhérent (un temps interne) à ces substantifs, un trait qu’il s’emploie à focaliser :

31) Jehan de Gaillon, de ses hoirs et de ceus qui auront cause de lui, c’est assavoir jusques à deus ans prochainement ensivant à compter après la date de ces lettres […] pendant les deus ans dessus diz et à plus tart dedanz la fin d’iceus […]. (ARP, février 1315)

32) […] et que les diz Barré et Bougras ne le cuidoient ne vouloient pas tuer, mais seulement le batre, que aussi il a vesqu après les dictes bateures par l’espace de sept sepmaines ou environ, pendant lequel temps, s’il eust eu bon gouvernement, il en peust estre reschappé […]. (ARP, novembre 1405)

33) […] pour lequel denombrement baillier au Roy nostre dit sire nous lui avons donné terme, respit et souffrance jusques à Saint Michel prochain venant, pendant lequel temps le ferez, souffrez et laissiez joir paisiblement […]. (LC)

35Une diversité d’anaphores nominales constituées par des substantifs processifs duratifs, comme dans le cas de durant, peut être également régie par pendant :

34) Le dit Jehannot ait esté conjoint par mariage avec Thomasse […] pendant lequel mariage la dicte Thomasse a esté tout notoirement diffamée […]. (ARP, mai 1405)

35) Pour occasion du quel fait, le dit suppliant s’est absenté du païs, doubtant rigueur de justice ; et pendant son absence a esté appellé aux droiz […]. (ARP, avril 1388)

36) Et ce voyant, ledit suppliant qui estoit compaignon dudit Picart en fut très mal content, et par ce frappa aussi ledit Beauvoir ung autre cop. Pendant lequel debat, survint ung nommé Pierre Beauvoir […]. (ARP, juin 1460)

37) Nagueres advint que ung gentil homme en ce point né et destiné s’avolenta d’aller voyager oultre mer en divers lieux, comme en Cypre […]. Pendant lequel temps de son voyage, sa bonne femme ne fut pas si oiseuse […]. (CNN)

36Comme nous pouvons le remarquer, pendant précède des syntagmes nominaux restreints exclusivement aux substantifs à valeur durative, valeur reprise du contexte gauche immédiat ; cette opération est mise en œuvre moyennant des anaphores fidèles (34), infidèles (35), ou conceptuelles (36). Cet agencement répond à une organisation temporo-aspectuelle dans laquelle pendant se consolide en tant que marqueur de durée (pendant lequel temps de son voyage) en (37). Au fur et à mesure que sa valeur durative se réaffirme, la seule lecture temporelle est assurée en solidarité avec les substantifs qui l’accompagnent : les substantifs processifs duratifs.

37L’analyse de pendant prouve le parallélisme existant avec durant. Si la distribution équivalente confirme la similitude de ces deux unités au niveau syntaxique, c’est l’expression de la durée acquise par pendant qui les rapproche sur le plan sémantique.

Conclusion

38Nous avons illustré ici le processus de grammaticalisation subi par les participes présents primitifs durant / pendant convertis en prépositions à caractère temporel. Différents principes, tels que ceux de Coexistence Synchronique, de Dé-catégorisation et de Persistance, ont contribué à expliquer l’évolution de ces deux unités lors de leur changement linguistique. En ce qui concerne durant, la grammaticalisation se réduit à un passage catégoriel, tout en gardant la signification étymologique. En revanche, le processus d’évolution concernant pendant revêt une plus grande complexité. Nous assistons, dans ce cas, à un changement catégoriel corrélé à un changement sémantique où sont impliqués les substantifs qui l’accompagnent. Dans ce processus nous avons distingué trois phases : en partant d’un sens littéral (« être suspendu ») il acquiert une valeur métaphorique (« être en instance »), qui débouche finalement sur un contenu duratif (« être en cours »). C’est le dynamisme de pendant qui est le responsable du rapprochement et du syncrétisme sémantique postérieur avec son concurrent durant, fournissant ainsi deux unités pour exprimer en français la durée en cours.

Haut de page

Bibliographie

BALDINGER K. (1954), Der Begriff « während », Zeitschrift für Romanische Philologie 70 : 5/6, 305-340.

BANGO F. (2015), Una gramaticalización prototípica : pendant-cependant, in Studia grammaticae. Homenaje al profesor José Antonio Martínez, Oviedo, Universidad de Oviedo, 117-133.

DIEZ F. (1973 [1874]), Grammaire des langues romanes, II, Genève, Slatkine Reprints.

ÉTIENNE E. (1980 [1895]), Essai de grammaire de l’ancien français (ixe-xive siècles), Genève, Slatkine Reprints.

FAARLUND J. T. (1990), Syntactic change : Towards a Theory of Historical Syntax, Berlin, New York, Mouton De Gruyter.

GAMILLSCHEG E. (1957), Historische Französische Syntax, Tübingen, Max Niemeyer Verlag.

HOPPER P. J. (1991), On Some Principles of Grammaticization, in Traugott, E. C. & Heine, B. (eds.), Approaches to grammaticalization, Amsterdam-Philadelphia, John Benjamins, 17-35.

IMBS P. (1956), Les propositions temporelles en ancien français, Strasbourg, Publications de la Faculté des Lettres de l’Université de Strasbourg.

JOLY G. (2004), L’ancien français, Paris, Belin.

LERCH E. (1925), Historische französische Syntax, Leipzig, O. R. Reisland.

MARCHELLO-NIZIA C. (2007), Le principe de surprise annoncée : grammaticalisation et pragmaticalisation de cependant, Discours 1, publié en ligne le 15 janvier 2009, http://discours.revues.org, 02/02/2016.

MARCHELLO-NIZIA C. (2009), Grammaticalisation et pragmaticalisation des connecteurs de concession en français : cependant, toutefois, pourtant, Revue roumaine de linguistique LIV : 1-2, 7-20.

MEILLET A. (1975 [1912]), L’évolution des formes grammaticales, in Linguistique historique et linguistique générale, Paris, Honoré Champion, 130-148.

MEYER-LÜBKE W. (1900), Grammaire des langues romanes, III, Paris, H. Welter Éditeur.

MERCIER A. (1879), Histoire des participes français, Paris, F. Vieweg.

NYROP K. (1968 [1903]), Grammaire historique de la langue française, II, Denmark, Gyldendal.

REY A. (dir) (1995 [1992]), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaires Le Robert.

SARRÉ N. (2000), Morphologie des formes en –ant en moyen français, L’Information grammaticale 86, 40-52.

SNEYDERS DE VOGEL K. (1919), Syntaxe historique du français, Groningue-La Haye, Librairie J.-B. Wolters.

WARTBURG W. V. (1956/1958), Französisches Etymologisches Wörterbuch, Basel, R. G. Zbinden & Co.

Actes Royaux du Poitou (1302-1483). École des Chartes.

Base de français médiéval : http://txm.bfm-corpus.org

Frantext : http://www.frantext.fr

Haut de page

Notes

1 Bien que beaucoup de textes aient été composés avant le xiiie siècle, nous n’avons retenu que la date des manuscrits.

2 La première énumération exhaustive de ces nouvelles formations prépositionnelles est indiquée la première fois par Meyer-Lübke (1900 : 482), qui ne tient compte ni de obstant ni de moyennant, retenues postérieurement par Sneyders de Vogel (1919 : 312). On peut accroître cette liste en tenant compte de constant qui, quoiqu’ignoré dans la plupart des travaux, est mentionné par Gamillscheg (1957 : 320) qui signale sa disparition au cours du xvie siècle. Ce participe avait auparavant été analysé par Baldinger (1954 : 317), ainsi que pendant et durant.

3 Le cas sujet féminin peut également admettre le -s désinentiel (Joly, 2004 : 16).

4 En accord avec l´étude menée par Sarré (2000) sur le degré de régularité de l’accord des participes présents en moyen français.

5 Rédigé vers 1283, le manuscrit date du début du xive siècle. Sur un total de douze cas, durant y apparaît sept fois avec le substantif mariage. Nous le désignerons dorénavant par le sigle CB.

6 À titre d’exemple, nous avons répertorié l’antéposition de durant dans la progression suivante : première moitié du xive siècle, 12 cas / 3 cas en postposition ; seconde moitié du xive siècle, 49 cas / 7 cas en postposition ; première moitié du xve siècle, 81 cas / 1 cas en postposition.

7 Dorénavant : ARP.

8 Dorénavant LC. La postposition de durant y est restreinte exclusivement aux substantifs vie (quatre fois), temps dans la locution figée le temps de la dicte garde durant (six cas) et garde (un cas). L’antéposition est illustrée deux fois.

9 Bien que ce concept ait postérieurement été revisité et nuancé, il reste tout à fait valable et, de ce fait, nous l’estimons pertinent pour décrire le changement linguistique subi par nos deux unités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Flor Bango, « Durant / pendant : l’histoire d’une concurrence »Scolia, 30 | 2016, 33-48.

Référence électronique

Flor Bango, « Durant / pendant : l’histoire d’une concurrence »Scolia [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 09 avril 2019, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/scolia/465 ; DOI : https://doi.org/10.4000/scolia.465

Haut de page

Auteur

Flor Bango

Université d’Oviedo, groupe OPÉRAS
flor[at]uniovi.es

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search