Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Différents types d’emplois et pro...

Différents types d’emplois et propriétés de l’adverbe sérieusement en français contemporain

Emma Alvarez Prendes
p. 89-103

Résumés

Dans cet article nous nous proposons d’élucider les propriétés essentielles des emplois de l’adverbe sérieusement en français contemporain. Nous posons comme hypothèse que l’adverbe sérieusement connaît de nos jours trois emplois différents auxquels correspondent plusieurs propriétés significativement distinctes : a) adverbe de constituant ou intégré à la proposition, qui caractérise la réalisation du procès asserté par le verbe de l’énoncé, b) adverbe d’énonciation, qui montre l’attitude du locuteur vis-à-vis de son propre dire, c) adverbe de degré ou d’intensité ; il s’agit d’un adverbe de constituant qui indique un degré élevé du contenu exprimé par l’adjectif ou le verbe qu’il modifie. Pour illustrer cette étude nous aurons recours à un corpus personnel de plusieurs centaines d’occurrences de l’adverbe sérieusement.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’objet linguistique dénommé « adverbe » a été jusqu’à très récemment considéré comme une classe extrêmement hétérogène (de par sa diversité morphologique, syntaxique et sémantique), difficile à cerner (Anscombre, 2009), ou même une classe reliquat (Guimier, 1996 : 1).

2Même si les travaux descriptifs et classificatoires des adverbes en –ment comptent parmi les plus nombreux (notamment, en raison de leur homogénéité morphologique, cf. Guimier, 1996 : 1), l’analyse particulière du fonctionnement des adverbes en –ment a fait l’objet de beaucoup moins d’études jusqu’à nos jours.

3Dans ce travail nous nous proposons de jeter un peu de lumière sur la classe adverbiale dans son ensemble tout en examinant le fonctionnement de l’un de ses éléments : l’adverbe sérieusement. Le but principal de cet article sera donc double :

a) d’une part, nous allons vérifier, grâce à l’application d’une série de tests linguistiques, que sérieusement présente trois emplois distincts (à savoir, le premier comme adverbe de constituant de manière, le deuxième en tant qu’adverbe d’énonciation et le troisième comme adverbe de degré) ;

b) d’autre part, nous allons examiner quels sont les liens qui relient ces trois emplois ; plus concrètement, nous allons analyser quelles sont les concomitances et les différences entre les propriétés qui définissent chacun de ces emplois.

4Dans cet article, nous nous situerons à l’interface entre syntaxe et sémantique, puisque nous appliquerons des tests de type syntaxique et sémantique ; nous nous placerons, en outre, dans une perspective visant à rendre compte du lien existant entre forme et sens.

1. Fonctions et propriétés de sérieusement : quelques remarques générales

5Avant de rentrer dans le corps de notre travail, rappelons qu’il est généralement convenu de distinguer deux grandes classes d’adverbes à l’intérieur de la catégorie adverbiale (cf. Anscombre, 2009) :

a) d’un côté, les adverbes de verbe ou de constituant ; c’est-à-dire, ceux qui sont intégrés à la proposition, portent sur le verbe ou un autre constituant de la phrase, remplissent une fonction syntaxique et jouent un rôle dans les conditions de vérité de la proposition ;

b) et, de l’autre, les adverbes de phrase : ceux qui se situent à l’extérieur de la proposition, portent sur la phrase dans sa globalité et n’y remplissent aucune fonction syntaxique (n’ayant donc aucune influence sur les valeurs de vérité de la proposition).

  • 1 Le corpus comporte trois cents occurrences de l’adverbe sérieusement, obtenues à partir de textes d (...)

6Nous allons désormais nous consacrer à l’analyse de différentes fonctions que sérieusement peut remplir en français contemporain. Pour ce faire, nous avons eu recours à une série de tests linguistiques que nous avons appliqués aux exemples de notre corpus1.

7Suite à l’application de ces tests linguistiques (i.e. extraction par c’est… que, possibilité à figurer en tête de phrase négative, possibilité d’être le focus de la négation, diverses possibilités de paraphrase, enchaînements, etc. – tests empruntés pour la plupart à Schlyter, 1977), nous avons décelé trois fonctions différentes pour l’adverbe sérieusement :

  1. un adverbe de constituant, qui caractérise la réalisation du procès asserté par le verbe de l’énoncé (i.e. Marc, qui n’était pas de mauvaise foi, réfléchit sérieusement à cette phrase, Vargas, Debout les morts, 1995).

  2. un adverbe d’énonciation, qui montre l’attitude du locuteur vis-à-vis de sa propre énonciation, de son propre dire (i.e. Non… Sérieusement, d’après nos constatations, vers les cinq heures du mat’, reprit-il, tout ce petit monde est fatigué après une longue nuit de labeur. Alors ça roupille, la vigilance se relâche. C’est le moment idéal pour la percée », Jonquet, Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte, 2006).

  3. et enfin un adverbe de degré ou d’intensité, qui indique un degré élevé du contenu de l’adjectif ou du verbe qu’il modifie (i.e. Le PSG énerve sérieusement Guy Roux, www.actufoot.com, 10/08/2014).

8Examinons les différentes caractéristiques de chacun de ces trois emplois.

2. Sérieusement1 : adverbe de constituant de manière

9Un premier sérieusement (que nous avons dénommé de façon tout à fait arbitraire sérieusement1) correspondrait à ce que Mørdrup (1976) appelle « adverbes de manière », Schlyter (1977) « adverbes verbaux », ou encore aux « adverbes de manière orientés vers le sujet » de Molinier (1990) et de Molinier et Levrier (2000 : 50).

10Ce sérieusement1 peut être identifié comme un adverbe de constituant, c’est-à-dire, remplissant une fonction au sein de la phrase, qui caractérise la réalisation du procès asserté par le verbe de la proposition.

11Voici quelques exemples de ce sérieusement1 qui, notons-le au passage, est le cas le plus fréquent dans notre corpus :

1) Tu parles sérieusement ? (Delteil, Gombo, 2009).

2) Alexandre la considéra sérieusement. (Pancol, Les yeux jaunes des crocodiles, 2006).

3) Marc, qui n’était pas de mauvaise foi, réfléchit sérieusement à cette phrase. (Vargas, Debout les morts, 1995).

4) L’incongruité de la conversation qui s’ensuit ne semble déranger personne, au point que je commence à me poser sérieusement cette question. (Shepard, Absolument débordée, 2010).

5) Que les Israéliens évacuent les Territoires, démantèlent jusqu’à la dernière des colonies, et on pourrait commencer à discuter sérieusement ! (Jonquet, Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte, 2006).

12Nous sommes bel et bien face à un adverbe de constituant ou intégré à la proposition, car il vérifie les deux critères proposés pour ce type d’adverbes par Molinier (1990). Plus spécifiquement, sérieusement1 :

a) admet la possibilité d’être extrait dans une phrase clivée :

1a) C’est sérieusement que tu parles ?
2a) C’est sérieusement qu’Alexandre la considéra.
3a) C’est sérieusement que Marc réfléchit à cette phrase.
4a) C’est sérieusement que je commence à me poser la question.
5a) C’est sérieusement qu’on pourrait commencer à discuter.

b) et est inacceptable en position détachée en tête de phrase négative :

1b) *Sérieusement, tu ne parles pas.
2b) *Sérieusement, Alexandre ne la considéra pas.
3b) *Sérieusement, Marc ne réfléchit pas à cette phrase.
4b) *Sérieusement, je ne commence pas à me poser cette question.
5b) *Sérieusement, on ne pourrait pas commencer à discuter.

13Les deux critères montrent, respectivement, la capacité de sérieusement1 à être le focus de la phrase et sa dépendance vis-à-vis du verbe de la proposition. Outre ces deux critères propres à la classe des adverbes de constituant dans son ensemble, sérieusement1 présente des caractéristiques qui définissent la sous-classe des adverbes verbaux (Schlyter, 1977) ou de manière (Mørdrup, 1976 ; Molinier, 1990 ; Molinier et Levrier, 2000) à laquelle il appartient – ce qui nous permet de différencier cet emploi d’autres emplois de sérieusement :

c) Il accepte la possibilité d’être le foyer de la négation, ce qui confirme son aptitude à être le focus de la phrase :

1c) Tu parles mais tu ne parles pas sérieusement.
2c) Alexandre la considéra mais ne la considéra pas sérieusement.
3c) Marc réfléchit à cette phrase, mais il ne réfléchit pas sérieusement.
4c) Je commence à me poser cette question, mais je ne me la pose pas sérieusement.
5c) On pourrait commencer à discuter, mais on ne pourrait pas commencer à discuter sérieusement.

14Les adverbes de constituant ne peuvent jamais figurer à gauche de la négation et rentrent toujours dans la portée de celle-ci : ils se trouvent toujours sous la négation (Schlyter, 1977).

d) Il peut figurer en tête de phrase déclarative / affirmative / active et, dans ce cas, il indique la façon dont on accomplit l’action signalée par le verbe (et non pas une qualification de l’énonciation ; cf. sérieusement2 pour un complément d’information à cet égard) :

2d) Sérieusement (= de façon sérieuse), Alexandre la considéra – *Sérieusement, Alexandre ne la considéra pas.
3d) Sérieusement (= de façon sérieuse), Marc réfléchit à cette phrase – *Sérieusement, Marc ne réfléchit pas à cette phrase.
4d) Sérieusement (= de façon sérieuse), je commence à me poser la question – *Sérieusement, je ne commence pas à me poser la question.
5d) Sérieusement (= de façon sérieuse), on pourrait commencer à discuter – *Sérieusement, on ne pourrait pas commencer à discuter.

e) Il modifie le verbe, d’où les paraphrases possibles par de (d’une) manière / façon + Adj :

1e) Tu parles de façon sérieuse.
2e) Alexandre la considéra de façon sérieuse.
3e) Marc réfléchit à cette phrase de manière sérieuse.
4e) Je commence à me poser cette question de manière sérieuse.
5e) Il faut repenser la formation de nos enseignants d’une façon très sérieuse.

f) Il autorise pour toute phrase à sujet humain où il figure une association à une phrase prédicative dans laquelle l’adjectif qualifie ce sujet humain (cf. Molinier et Levrier, 2000 : 50) :

1f) Tu parles avec sérieux.
2f) Alexandre la considéra avec sérieux.
3f) Marc réfléchit avec sérieux.
4f) Je commence à me poser cette question avec sérieux.
5f) On pourrait commencer à discuter avec sérieux.

g) Sérieusement1 fait partie des adverbes qui établissent une relation entre un verbe et un syntagme nominal qui remplit le rôle sémantique d’‘agent’. Il apparaît ainsi avec des verbes agentifs et a comme une autre paraphrase possible la paraphrase par le verbe ‘faire’ (Schlyter, 1977) :

1g) Tu le fais sérieusement.
2g) Alexandre l’a fait sérieusement.
3g) Marc l’a fait sérieusement.
4g) Je commence à le faire sérieusement.
5g) On pourrait commencer à le faire sérieusement.

3. Sérieusement2 : adverbe d’énonciation

  • 2 Ces trois travaux sont inspirés de la classification de Greenbaum des adverbes anglais ; pour le tr (...)

15Le deuxième sérieusement que nous avons identifié (et que nous avons dénommé de façon à nouveau arbitraire sérieusement2) correspondrait aux disjonctifs de style de Mørdrup (1976), Molinier (1990), ou Molinier et Levrier (2000)2, aux adverbes de relation de Schlyter (1977), aux adverbes d’énonciation de Ducrot (1980) et Molinier (2009) ou bien aux adverbes extraprédicatifs exophrastiques portés sur la visée du discours de type illocutif de Guimier (1996).

16Cette fois-ci nous sommes face à un adverbe de phrase et, plus exactement, à un adverbe d’énonciation qui véhicule un commentaire du locuteur sur la forme son dire. Dans les termes de Ducrot (1980), cet adverbe d’énonciation qualifie l’énonciation dans laquelle l’énoncé est apparu et lui attribue un certain caractère (i.e. le caractère de sérieux). D’après Molinier (2009) encore, ce type d’adverbes sert au locuteur à indiquer les conditions particulières de la production de son énoncé et constitue une forme de manifestation particulière du locuteur dans l’énoncé.

17Examinons quelques exemples :

6) Je flambe ! Plus sérieusement, je dois récupérer la quarantaine de Chinois qui se sont échappés dans votre casino, pour leur faire boire du vin et caresser des vaches. (Shepard, Absolument débordée, 2010).

7) Non… Sérieusement, d’après nos constatations, vers les cinq heures du mat’, reprit-il, tout ce petit monde est fatigué après une longue nuit de labeur. Alors ça roupille, la vigilance se relâche. C’est le moment idéal pour la percée. (Jonquet, Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte, 2006).

8) En Jamaïque, « tu ne peux rien acheter avec 1 dollar, sérieusement », s’exclame sur Twitter Laura Edwards. (Le Monde, 19/10/2013).

9) Rempart contre l’islamisme, sérieusement, le régime qui a, pendant presque quinze ans, hébergé le bureau politique du Hamas, branche palestinienne des Frères musulmans et fer de lance, à ce titre, d’une des formes les plus radicales du fondamentalisme ? Rempart contre l’islamisme ? (Le Monde, 02/09/2013).

10) Sérieusement, laisse tomber !

18En ce qui concerne les critères qui définissent ce deuxième sérieusement, nous suivons ici Molinier pour signaler que les adverbes de phrase se caractérisent par le fait de remplir l’une et/ou l’autre des deux conditions suivantes (cf. Molinier, 1990 : 28) :

a) la possibilité de figurer en position détachée en tête de phrase négative :

6a) Plus sérieusement, je ne dois pas récupérer la quarantaine de Chinois qui se sont échappés dans votre casino.
7a) Sérieusement, d’après nos constatations, vers les cinq heures du mat’, reprit-il, tout ce petit monde n’est pas fatigué après une longue nuit de labeur.
8a) Sérieusement, en Jamaïque tu ne peux rien acheter avec 1 dollar.
9a) Sérieusement, qu’est-ce qu’il n’a pas dit ?
10a) Plus sérieusement, nous n’avons pas toujours essayé d’établir une cohérence entre le merchandising et l’image de l’artiste.

b) l’impossibilité d’extraction par C’est ... que :

6b) *C’est plus sérieusement que je dois récupérer la quarantaine de Chinois qui se sont échappés dans votre casino.
7b) *C’est sérieusement, d’après nos constatations, que vers les cinq heures du mat’, reprit-il, tout ce petit monde est fatigué après une longue nuit de labeur
8b) *C’est sérieusement qu’en Jamaïque tu ne peux rien acheter avec 1 dollar.
10b) *C’est sérieusement que laisse tomber.

19Sérieusement2 – à la différence de sérieusement1 – peut assumer sans problème ces deux conditions. La première propriété permet d’établir la portée de l’adverbe sur l’ensemble de la phrase ; la seconde permet d’établir l’absence de tout rapport au verbe (cf. Molinier et Levrier, 2000 : 45), ce qui vient confirmer que sérieusement2 opère toujours en dehors du cadre propositionnel et est indépendant du contenu de la proposition.

20Par ailleurs, sérieusement2 présente diverses caractéristiques également partagées par certains adverbes de phrase :

c) Il ne peut pas être focus de la négation – à la différence de sérieusement1 et, nous le verrons, de sérieusement3 : comme corollaire de son indépendance du contenu propositionnel, il n’est jamais sous la portée de la négation.

6c) *Je dois récupérer la quarantaine de Chinois qui se sont échappés dans votre casino, mais je ne dois pas les récupérer sérieusement.
7c) *D’après nos constatations, vers les cinq heures du mat’, reprit-il, tout ce petit monde est fatigué après une longue nuit de labeur, mais il n’est pas fatigué sérieusement.
10c) *Laisse tomber, mais ne laisse pas tomber sérieusement.

d) Il peut apparaître en tête de n’importe quelle type de phrase – à nouveau à la différence de sérieusement1 et de sérieusement3 : déclarative affirmative, cf. exemples (6) et (7) et négative (cf. exemple (8d), interrogative (cf. exemple (9) et même impérative (cf. exemple (10).

8d) Sérieusement, en Jamaïque tu ne peux rien acheter avec 1 dollar.

e) Comme tous les adverbes d’énonciation, sérieusement2 figure surtout en tête de phrase (en position initiale détachée, cf. exemples (6), (7) et (10) et apparaît souvent en position finale (détachée, cf. exemple (8) ou insérée (cf. exemple (9).

f) Sémantiquement, sérieusement2 – comme l’ensemble des adverbes d’énonciation – relie la phrase dans laquelle il figure à son propre acte d’énonciation. De ce fait, il peut entrer dans une paraphrase dans laquelle il modifie en tant qu’adverbe de manière un verbe de type ‘dire’ placé dans une phrase supérieure (Molinier, 1990 : 31) : « Je dis sérieusement que P » (où P reprend le contenu de la proposition asserté). Cette caractéristique permet justement à Molinier de ranger sérieusement dans la case des disjonctifs de style.

4. Sérieusement3 : adverbe de degré

21Si de nombreux adverbes (cf. heureusement, exactement, personnellement, tristement, etc.) peuvent assumer deux fonctionnements différentes – normalement, l’un comme adverbe de manière, l’autre comme adverbe d’énonciation, comme nous venons de le voir –, plus rares sont les cas où le même adverbe présente un troisième emploi (cf. franchement, apparemment). Au cours de notre recherche nous avons été confrontée à certaines occurrences de sérieusement qui ne répondaient pas véritablement aux critères établis pour sérieusement1 et encore moins à ceux établis pour sérieusement2. C’est à partir de l’examen exhaustif de ces exemples que nous avons pu attester l’existence d’un troisième type de fonctionnement. Ce sérieusement3 correspondrait à ce que Schlyter (1977 : 45) appelle « adverbe de degré » ou Molinier (1990 : 37), « adverbe de manière quantifieur ».

22Avec ce troisième type de fonctionnement nous nous retrouvons à nouveau face à un adverbe de constituant comme c’était le cas pour sérieusement1, mais cette fois-ci l’adverbe indique un degré élevé du contenu de l’adjectif ou du verbe qu’il modifie (et non pas la caractérisation du procès asserté par le verbe, cf. sérieusement2).

23Illustrons le fonctionnement de ce sérieusement3 avec des exemples extraits de notre corpus :

11) Le PSG énerve sérieusement Guy Roux. (www.actufoot.net, 10/08/2014).

12) Il n’était pas surprenant de voir l’hémicycle sérieusement clairsemé lors de la séance de lundi soir. (Le Monde, 29/10/2013).

13) Oui. La voiture rouge avait changé de place. Alexandra a dû rétracter sa première déclaration, elle s’est fait sérieusement engueuler et a avoué s’être absentée de onze heures un quart à trois heures du matin. (Vargas, Debout les morts, 1995).

14) Il paraît pourtant qu’il a sérieusement importuné Noémie Labarrière. (Jonquet, Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte, 2006).

15) Mes adducteurs commencent à sérieusement chauffer. Vu ma condition de grande sportive de canapé, la crampe me guette lorsque à deux places de la mienne, je vois une main se lever. (Sheppard, Absolument débordée, 2010).

24Nous pouvons confirmer l’existence de ce sérieusement3 à l’aide des critères proposés par Schlyter (1977) pour les adverbes de degré. Ces critères permettent également de distinguer sérieusement3 des autres emplois de sérieusement étudiés jusqu’ici :

a) Dans cet emploi sérieusement ne figure jamais – et ne peut pas figurer – en position initiale (ce qui constitue une différence remarquable vis-à-vis de sérieusement1 et de sérieusement2) :

11a) *Sérieusement, le PSG énerve Guy Roux.
12a) *Sérieusement, il n’était pas surprenant de voir l’hémicycle clairsemé lors de la séance de lundi soir.
13a) *Sérieusement, elle s’est fait engueuler.
14a) *Sérieusement, il a importuné Noémie Labarrière.
15a) *Sérieusement, mes adducteurs commencent à chauffer.

b) Les adverbes de degré (y compris sérieusement3) peuvent apparaître sous la portée de la négation et parfois même comme son focus :

11b) Le PSG énerve Guy Roux, mais il ne l’énerve pas sérieusement.
12b) L’hémicycle est clairsemé, mais il n’est pas sérieusement clairsemé.
13b) Elle s’est fait engueuler mais elle ne s’est pas fait engueuler sérieusement.
14b) Il était importuné par son banquier, mais il ne l’était pas sérieusement.
15b) Mes adducteurs commencent à chauffer, mais ils ne chauffent pas sérieusement.

c) Lorsqu’ils fonctionnent comme adverbe de degré, ils admettent la paraphrase : Le N est Adj (paraphrase que n’admettent ni sérieusement1 ni sérieusement2) :

11c) L’énervement de Guy Roux est sérieux.
13c) L’engueulement est sérieux.
14c) L’importunité est sérieuse.
15c) L’échauffement est sérieux.

d) D’un point de vue sémantique, les adverbes de degré indiquent le degré ou l’intensité du contenu exprimé par l’adjectif ou le verbe qu’ils modifient. En ce sens, ils peuvent être considérés comme des équivalents, plus nuancés, d’adverbes comme très, beaucoup, etc.

11d) Le PSG énerve beaucoup Guy Roux.
12d) Il n’était pas surprenant de voir l’hémicycle très clairsemé lors de la séance de lundi soir.
13d) Elle s’est fait beaucoup engueuler.
14d) Il a beaucoup importuné Noémie Labarrière.
15d) Mes adducteurs commençaient à beaucoup chauffer.

e) En revanche, ils ne peuvent pas être coordonnés dans la même phrase avec d’autres adverbes d’intensité, tels que beaucoup, très, etc. :

11e) *Le PSG énerve sérieusement et beaucoup Guy Roux.
12e) *Il n’était pas surprenant de voir l’hémicycle sérieusement et très clairsemé lors de la séance de lundi soir.
13e) *Elle s’est fait sérieusement et beaucoup engueuler.
14e) *Il a sérieusement et beaucoup importuné Noémie Labarrière.
15e) *Mes adducteurs commencent à sérieusement et beaucoup chauffer.

25Molinier (1990 : 37) signale qu’à la différence des adverbes de quantité (comme beaucoup/très, peu, assez, trop, etc.), par définition compatibles avec tout verbe, tout adjectif, ou tout adverbe gradable, les adverbes de manière quantifieurs (classe dans laquelle se rangerait sérieusement3) ont des restrictions sélectionnelles variables liées à la persistance de leur sens étymologique. Nous avons vérifié que dans cet emploi – et à la différence de ce que nous avons constaté pour sérieusement1sérieusement3 porte toujours sur des verbes ou des adjectifs dont découlerait une conséquence plutôt négative si on dépassait un certain degré ou une certaine intensité (i.e. énerver, importuner, ébranler, chauffer, clairsemé, etc.).

26Il ne semble pas difficile de retrouver la valeur sémantique de degré ou d’intensité de ce sérieusement3 dans l’étymologie même de l’adjectif sur lequel il a été construit (i.e. sérieux / sérieuse). En effet, le Trésor de la Langue Française informatisé donne les trois définitions suivantes de l’adjectif sérieux / sérieuse lorsqu’il est appliqué à des choses :
1. Qui mérite d’être pris en considération en raison de son importance.
2. Qui compte par son intensité, son importance qualitative, quantitative ; de taille, d’importance.
3. Qui concerne un sujet important.

Nous pouvons constater que la valeur de degré ou intensité est déjà présente dans la deuxième acception.

27Avant de conclure notre analyse, nous souhaitons faire remarquer que, lorsque sérieusement est adverbe de constituant, la place qu’il occupe dans l’énoncé semble jouer un rôle essentiel dans son interprétation. À cet égard, comparons les deux exemples suivants :

16) Il a devancé ses rivaux dans la course sérieusement.

17) Il a sérieusement devancé ses rivaux dans la course.

28Dans le premier cas où sérieusement se situe en position finale (non détachée), on en fait une lecture en tant qu’adverbe de manière (donc sérieusement1) ; en effet, il vérifie tous les critères propres à ce type de fonctionnement :

c) il peut être le foyer de la négation :

16c) Il a devancé ses rivaux, mais il ne les a pas devancés sérieusement.

d) admet son déplacement en tête de phrase affirmative :

16d) Sérieusement, il a devancé ses rivaux.

e) admet la paraphrase par de manière sérieuse :

16e) Il a devancé ses rivaux de manière sérieuse.

f) admet l’association à une phrase prédicative dans laquelle l’adjectif qualifie le sujet humain :

16f) Il a devancé ses rivaux sérieux.

29En revanche, on aura tendance à interpréter le sérieusement du deuxième exemple – situé entre le verbe fini et le participe passé – comme un adverbe de degré ou d’intensité (donc sérieusement3). Notons qu’il remplit les critères suggérés pour ce type d’adverbes et décrits ci-dessus :

a) il ne peut pas figurer en position initiale :

17a) *Sérieusement, il a devancé ses rivaux.

d) admet la paraphrase par Le N est Adj :

17d) Le devancement est sérieux.

e) et ne peut pas apparaître dans la même phrase avec d’autres adverbes d’intensité :

17e) *Il a sérieusement et beaucoup devancé ses rivaux.

30La différence d’interprétation des exemples 16 et 17 peut encore être appuyée par le différent degré d’acceptabilité des deux suites suivantes (cf. i et ii) :

i) sans faire même un petit geste de mépris.

ii) maintenant l’écart entre lui et le deuxième classifié monte à plus de 50 minutes.

Si on combine ces suites avec les deux exemples mentionnés, nous obtenons :

16')  Il a devancé ses rivaux sérieusement, sans faire même un petit geste de mépris.

16") ??? Il a devancé ses rivaux sérieusement ; maintenant l’écart entre lui et le deuxième classifié monte à plus de 50 minutes.

17')  ??? Il a sérieusement devancé ses rivaux, sans faire même un petit geste de mépris.

17") Il a sérieusement devancé ses rivaux ; maintenant l’écart entre lui et le deuxième classifié monte à plus de 50 minutes.

31Dans le cas de l’exemple (16), on n’aura aucun problème pour accepter i) comme une suite possible de l’énoncé (cf. 16'), car elle vient corroborer l’information apportée dans la première partie de l’énoncé. La continuation proposée en ii) ajoute une nouvelle information qui vient s’additionner à la caractérisation du procès exprimée dans la première partie de l’énoncé ; cet enchaînement (cf. 16") crée, pour le moins, un effet de surprise, d’étrangeté. De son côté, l’exemple 17 accepte la continuation indiquée en ii) (cf. 17"), qui signale une conséquence du contenu asserté dans la première partie de l’énoncé ; tandis que la suite i) provoque un effet très bizarre, d’incompréhension (cf. 17').

32La place de sérieusement dans l’énoncé se révèle donc cruciale pour déterminer sa valeur lorsqu’il fonctionne comme adverbe de constituant : s’il est placé en position finale de l’énoncé, sérieusement est interprété comme un adverbe de manière qui caractérise la réalisation du procès asserté par le verbe de l’énoncé (sérieusement1) ; en revanche, s’il est placé entre le verbe fini et le participe passé (ou devant la forme verbale, dans d’autres exemples), il est interprété comme un adverbe d’intensité qui indique le degré du contenu exprimé par le verbe ou l’adjectif qu’il modifie (sérieusement3).

Conclusion

33Dans cet article nous avons voulu décrire les trois types de fonctionnement de l’adverbe sérieusement en français contemporain. Grâce à l’application d’une série de tests de type foncièrement syntaxique (i.e. extraction par c’est… que, possibilité à figurer en tête de phrase négative, possibilité d’être focus de la négation, etc.) et sémantique (différentes possibilités de paraphrase, enchaînement, etc.), nous avons réussi à caractériser de façon distincte chacun de ces trois types de fonctionnement. Ainsi avons-nous identifié un premier fonctionnement de sérieusement en tant qu’adverbe de constituant (i.e. sérieusement1), où il remplit les conditions propres aux adverbes de manière qui caractérisent la réalisation du procès asserté par le verbe ; un deuxième fonctionnement (i.e. sérieusement2), où sérieusement se comporte comme un adverbe d’énonciation qui montre l’attitude du locuteur vis-à-vis de son propre dire ; et, enfin, un troisième type de fonctionnement (i.e. sérieusement3), où sérieusement assume le rôle d’un adverbe de constituant qui signale le degré ou l’intensité – et non pas la manière – du verbe ou de l’adjectif qu’il modifie.

34Il serait certainement très intéressant d’élargir à présent notre recherche et de vérifier s’il existe d’autres adverbes – notamment parmi ceux qu’on juge proches de sérieusement – qui connaissent également trois emplois différents ou si, au contraire, ils se limitent plutôt à déployer un double fonctionnement (i.e. adverbe de manière et adverbe d’énonciation), comme l’on pourrait supposer que c’est le cas pour la plupart d’entre eux. C’est une tâche à laquelle nous envisageons de nous atteler très prochainement.

Haut de page

Bibliographie

ANSCOMBRE J.-C. (2009), Présentation, Langue Française, 16, 3-8.

DUCROT, O. (1980), Le dire et le dit, Paris, Minuit.

GREENBAUM S. (1970), Studies in English Adverbial Usage, London, Longman.

GUIMIER C. (1996), Les adverbes du français. Le cas des adverbes en –ment, Paris, Ophrys.

MOLINIER C. (1990), Une classification des adverbes en –ment, Langue française 88, 28-40.

MOLINIER C. (2009), Les adverbes d’énonciation. Comment les définir et les sous-classifier, Langue française 161, 9-21.

MOLINIER C. & LEVRIER F. (2000), Grammaire des adverbes. Description des formes en –ment, Genève, Droz.

MØRDRUP O. (éd.) (1976), Une analyse non-transformationnelle des adverbes enment, Revue Romane 11.

SCHLYTER S. (1972), Une hiérarchie d’adverbes en français, Recherches Linguistiques, 1, 139-157.

SCHLYTER S. (1977), La place des adverbes en –ment en français, thèse de doctorat, Constance, Université de Constance.

Trésor de la Langue Française Informatisé (TLFI) : http://atilf.atilf.fr/tlf.htm

Haut de page

Notes

1 Le corpus comporte trois cents occurrences de l’adverbe sérieusement, obtenues à partir de textes d’origine littéraire et journalistique publiés dans les trente dernières années. La répartition des emplois de sérieusement en accord avec les trois types de fonctionnement que nous avons identifiés pour cet adverbe est la suivante : sérieusement1 – 186 exemples ; sérieusement2 – 60 exemples ; sérieusement3 – 44 exemples.

2 Ces trois travaux sont inspirés de la classification de Greenbaum des adverbes anglais ; pour le traitement de sérieusement, cf. style disjuncts, Greenbaum (1970), et, plus particulièrement, seriously.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emma Alvarez Prendes, « Différents types d’emplois et propriétés de l’adverbe sérieusement en français contemporain »Scolia, 30 | 2016, 89-103.

Référence électronique

Emma Alvarez Prendes, « Différents types d’emplois et propriétés de l’adverbe sérieusement en français contemporain »Scolia [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 09 avril 2019, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/scolia/494 ; DOI : https://doi.org/10.4000/scolia.494

Haut de page

Auteur

Emma Alvarez Prendes

Université d’Oviedo, groupe OPÉRAS
alvarezemma[at]uniovi.es

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search