Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33L’interaction entre locus verbal ...

L’interaction entre locus verbal et adnominal dans l’expression du déplacement

L’asymétrie Source-But revisitée
The Interaction between Verbal and Adnominal Locus in the Expression of Path: A New look on the Source-Goal Asymmetry
Clément Voirin
p. 15-41

Résumés

Cette étude examine l’expression asymétrique de la Source (point de départ) et du But (point d’arrivée) dans les événements du déplacement spontané en français (langue à cadre verbal), anglais et polonais (langues à cadre satellitaire) (Talmy, 2000). L’asymétrie Source-But est un postulat (cf. Ikegami, 1987 ; Dirven & Verspoor, 1998) qui repose essentiellement sur l’examen du locus adnominal de l’énoncé alors que peu d’intérêt a été porté à l’expression de la Source et du But dans le locus verbal. S’appuyant sur des données issues d’un corpus de textes parallèles, cette étude analyse les événements de déplacement en procédant à un examen systématique du contenu sémantique du locus verbal en fonction de celui du locus adnominal, selon une approche « distributionnelle » (Sinha & Kuteva, 1995). Cette approche vise à montrer que l’étude du phénomène d’asymétrie Source-But doit tenir compte à la fois du caractère distribué de l’information spatiale et des caractéristiques typologiques des langues.

Haut de page

Notes de l’auteur

L’auteur remercie grandement les différents relecteurs de ce travail, dont Dejan Stosic et Anne Le Draoulec, pour leurs critiques et commentaires avisés.
Cette recherche bénéficie du soutien du laboratoire d’excellence (Labex) ASLAN de l’Université de Lyon, sous la forme d’un contrat doctoral (octobre 2016 – septembre 2019).

Texte intégral

Introduction

  • 1 Liste des gloses et abréviations :
    2 : 2e personne         IMP : impératif                PL : plu (...)

1Cette étude1 examine l’expression de la Source (localisation initiale) et du But (localisation finale) dans les événements du déplacement spontané en français, anglais et polonais. Selon la littérature cognitive, une attention particulière est portée à l’expression du But par rapport à la Source (Ikegami, 1987 ; Dirven & Verspoor, 1998 ; Regier & Zheng, 2007). Plusieurs études ont observé ce phénomène au niveau du locus adnominal de l’énoncé, dans lequel est exprimée une entité localisante du déplacement (l’école dans Jean part à l’école) et ses dépendants (adpositions, marques casuelles) (Bourdin, 1997 ; Stefanowitsch & Rohde, 2004 ; Ishibashi, 2010). Toutefois, les travaux de Stefanowitsch & Rohde (2004) et Ishibashi (2010) invitent à reconsidérer ce phénomène comme tendance plutôt que comme principe général, en soulignant le rôle des facteurs linguistiques (types de verbes) et non-linguistiques (inférences et perspective déictique) qui influent sur l’expression de la Source et/ou du But dans le locus adnominal. L’expression de la Source et/ou du But par le locus adnominal n’est par ailleurs qu’une solution morphosyntaxique parmi d’autres. En effet, les travaux de Sinha & Kuteva (1995) et Kopecka & Ishibashi (2011), conduits dans une perspective translinguistique et typologique, montrent que l’expression du déplacement est distribuée entre les morphèmes du locus verbal (verbes et dépendants) et du locus adnominal (adpositions, marques casuelles) (pour des études sur les interactions entre verbes et prépositions menées sur des langues individuelles, voir aussi Laur (1991 ; 1993) en français et Rohde (2001) en anglais). Ces travaux mettent en avant la variation translinguistique de l’expression du déplacement, située au niveau des types et des spécificités sémantiques des morphèmes spatiaux employés par les langues dans chaque locus.

2Le présent travail adopte cette approche distributionnelle. Il vise à montrer que l’étude de l’asymétrie Source-But ne doit pas se réduire à l’examen du contenu du locus adnominal, mais aussi prendre en compte les outils d’encodage de la Source et du But dans le locus verbal (voir notamment Aurnague (2011 ; 2015) sur ce thème en français). Il s’agit d’une part, d’observer la spécificité de ces outils d’encodage dans chaque langue à l’étude, et d’autre part, d’analyser leur distribution dans le locus verbal en fonction du locus adnominal exprimé. Nous présentons tout d’abord le cadre théorique et les langues étudiées (section 1) ainsi que la méthode de sélection et de traitement des données (section 2). Viennent ensuite les analyses de données, en commençant par le contenu du locus verbal (section 3) et adnominal (section 4). Pour finir, nous examinons le contenu du locus verbal en fonction du locus adnominal exprimé, en procédant à une analyse distributionnelle (section 5).

1. Cadre théorique et langues à l’étude

  • 2 Nous renvoyons respectivement ici aux concepts de Figure, Path et Ground tels qu’exposés dans Talmy (...)

3Le concept au centre de cette étude est celui du déplacement. Pour le définir succinctement, le déplacement implique une Figure (entité à localiser) décrivant une Trajectoire (axe spatio-temporel) relativement à un Fond (entité localisante) (Talmy, 2000 ; Grinevald, 2011)2. Les déplacements examinés mobilisent une Figure se mouvant d’elle-même ; les cas de déplacement causé par un agent extérieur à la Figure ne font pas partie de l’analyse (Pierre jette son blouson sur le lit).

4Le concept de déplacement utilisé s’inspire des notions de changement de lieu (Borillo, 1998) et de changement de relation locative élémentaire (Boons, 1987). Il est à distinguer du changement d’emplacement (Borillo, 1998). Les exemples (1) et (2) illustrent le déplacement : ici, chaque énoncé exprime un changement de relation locative élémentaire (désormais changement de relation), c’est-à-dire un changement de localisation de la Figure évaluable en termes d’états locatifs initial et final par rapport au Fond. Dans (1), la Figure ne se trouve pas dans le tombeau antérieurement au procès dénoté par pénétrer mais s’y trouve une fois celui-ci achevé. A l’inverse, dans (2) la Figure se trouve dans le sarcophage antérieurement au procès dénoté par s’extirper mais ne s’y trouve plus une fois celui-ci achevé. Dans les exemples (3) et (4), on considère qu’il n’y a pas de changement de relation car il n’est pas possible d’évaluer la localisation de la Figure en termes d’états locatifs initial et final : la localisation change au cours du temps (arpenter, traîner et rôder) mais reste circonscrite aux limites des Fonds (le champ et le coin) :
Déplacement

1) Geralt […] pénétra dans le tombeau où il disparut. (Sapkowski, Sorceleur : le dernier vœu, 2003)

2) Il s’extirpa non sans mal du sarcophage […]. (Sapkowski, Sorceleur : le dernier vœu, 2003)

Changement d’emplacement

3) […] ils arpentaient le champ en long et en large, un cochon à leurs trousses. (Orwell, La ferme des animaux, 1984)

4) Il préférait traîner, rester aux aguets, rôder dans le coin. (Sapkowski, Sorceleur : le dernier vœu, 2003)

5Les trois langues à l’étude, illustrées en (5), (6) et (7), représentent deux types de langues : le français, langue à cadrage verbal, d’une part, et l’anglais et le polonais, langues à satellites, d’autre part (voir Talmy (2000) pour cette opposition typologique dans les langues). Ces langues n’encodent pas l’information spatiale dans les mêmes éléments morphosyntaxiques. En français (5), le verbe de déplacement arriver encode le changement de relation dans le locus verbal. En anglais (6) et en polonais (7), le locus verbal contient des verbes de changement d’emplacement, run et gramolić się ‘se traîner’, respectivement combinés à la particule away et au préfixe wy- ‘hors.de’. Ces morphèmes spatiaux dépendants du verbe, les satellites (Talmy, 2000 ; Imbert et al., 2011), encodent le changement de relation. Le locus adnominal, quant à lui, contient les adnominaux (Papahagi, 2011), terme qui englobe les prépositions et les marques casuelles dépendantes du Fond. Dans les trois langues, on observe dans ce locus l’emploi d’une préposition spatiale (chez, from et z ‘de’), qui entraine un marquage casuel sur le Fond en polonais (génitif sur sarkofag ‘sarcophage’). Les adnominaux permettent d’exprimer un changement de relation en interaction avec le procès spatial dénoté par le locus verbal (pour une même approche de l’étude du sens spatial, voir Stosic (2001) sur les interactions syntactico-sémantiques entre préfixes et adnominaux en serbo-croate) :

5) [Elle arriva]Locus verbal [chez lui]Locus adnominal au petit matin. (Sapkowski, Sorceleur : le dernier vœu, 2003)

6) [I ought never to have run away]Locus verbal [from her]Locus adnominal[…].
Je n’aurais jamais dû m’enfuir (loin d’elle)
[…]. (Saint-Exupéry, The Little Prince, 2009)

7) [Wy-gramolił się]Locus verbal              [z sarkofagu]Locus adnominal […].
hors.de-se.traîner.pst.3sg.m refl       de sarcophage.gen.sg.m
Il s’extirpa (péniblement) du sarcophage […]. (Sapkowski, Wiedźmin: ostatnie życzenie, 1993)

  • 3 Les déplacements effectués relativement au Médian ont été écartés de cette étude. Pour le peu d’éno (...)
  • 4 Le concept de polarité joue un rôle essentiel dans la classification des verbes intransitifs de dép (...)

6Les déplacements analysés dans cette étude sont orientés dans l’espace relativement à une Trajectoire impliquant les points de repère que constituent la Source et le But3 (Talmy, 2000 ; Grinevald, 2011). La Source est la localisation initiale de la Figure, où elle est située avant que le déplacement ne commence (Pierre part de chez lui). Le But est la localisation finale de la Figure au terme du déplacement (Pierre est arrivé à l’école) ou une localisation envisagée comme telle (Pierre s’est précipité vers la maison). Contrairement à ce que suggèrent ces exemples, l’expression de la Source et du But n’est pas restreinte au locus adnominal : les prédicats de déplacement et les satellites permettent aussi d’y référer dans le locus verbal. Nous procéderons ainsi systématiquement à une analyse de l’information spatiale distribuée entre chaque locus de l’énoncé (cf. Sinha & Kuteva, 1995). Dans cette perspective, nous aurons recours au concept de polarité (Boons, 1987) afin de caractériser les changements de relation. Un changement de relation est de polarité initiale quand il implique la présence de la Figure à la Source, avant le début du procès, tandis qu’il est de polarité finale quand il implique la présence de la Figure au But, au terme du procès dénoté par le prédicat4. Notons que chaque locus peut exprimer un changement de relation focalisé sur des localisations distinctes, comme illustré en (8) et (9). Dans ce cas, la localisation à laquelle réfère le changement de relation dans le locus verbal est inférée à partir du contexte. En anglais (8), le verbe come dénote un changement de relation focalisé sur le But : la Figure a atteint une localisation finale qui correspond au lieu dans lequel se déroule l’histoire racontée. Un autre changement de relation, focalisé sur la Source du déplacement, est exprimé dans le locus adnominal par le syntagme prépositionnel from the north. En polonais (9), le satellite wy- ‘hors.de’ indique un changement de relation à la Source : la Figure quitte la cachette qui constituait sa localisation initiale. Puis, dans un second temps, un changement de relation focalisé sur le But est exprimé par le syntagme prépositionnel na środek sali ‘au milieu de la pièce’ :

8) Later, it was said the man came from the north […].
Plus tard, l’on dit que l’homme était venu du nord […]. (Sapkowski, Witcher: the last wish, 2012)

9) Wy-szedł                         na     środek          sali […].
hors.de-marcher.pst.3sg.m      sur     milieu.acc     salle.gen.sg.f
Il sortit pour se rendre au milieu de la pièce (en marchant) […]. (Sapkowski, Wiedźmin: ostatnie życzenie, 1993)

  • 5 Boons (1987) et Borillo (1998) parlent de polarité médiane pour caractériser les changements d’empl (...)

Précisons que tout locus n’est pas nécessairement polarisé par rapport à la Source ou au But. C’est le cas lorsque le locus verbal ne contient qu’un prédicat de changement d’emplacement5, comme dans les exemples (10) et (11). Ici, les verbes foncer et fly ne référent ni à la Source ni au But et le changement de relation est apporté par les syntagmes prépositionnels sur lui et to France qui référent explicitement au But :

10) La strige tournoya dans l’escalier, rebondit et fonça sur lui […]. (Sapkowski, Sorceleur : le dernier vœu, 2003)

11) If you could fly to France in one minute […].
Si tu pouvais aller en France en une minute (en volant/en avion)
[…]. (Saint-Exupéry, The Little Prince, 2009)

En résumé, chaque locus peut être polarisé par rapport à la Source ou au But. La polarité peut être identique dans chaque locus comme dans les exemples (5), (6) et (7), opposée comme dans les exemples (8) et (9) ou absente du locus verbal auquel cas elle est indiquée par le locus adnominal comme dans les exemples (10) et (11).

7Pour terminer, rappelons que dans la perspective choisie pour cette étude, les entités Source et But peuvent être inférées du contexte. Cette remarque est importante car nous examinerons également des énoncés dépourvus de locus adnominal, comme dans les exemples (12), (13) et (14). En (12), le verbe de polarité initiale décamper se focalise sur l’expression de la Source, localisation qui se détermine à partir de l’intrigue (le personnage a décampé du manoir où se cache son ennemi). En (13) et (14), les verbes de polarité finale, arrive en anglais et wrócić ‘retourner/revenir’ en polonais, se focalisent sur l’expression du But et réfèrent à des localisations établies par l’intrigue :

12)  Il a décampé la nuit même. (Sapkowski, Sorceleur : le dernier vœu, 2003)

13) One day, however, he arrived unexpectedly to examine the plans.
Un jour, cependant, il arriva à l’improviste pour examiner les plans. (Orwell, Animal Farm, 1945)

14) Wróć                    jutro       wieczorem[…].
retourner.imp.2sg       demain      soir
Reviens demain soir. (Saint-Exupéry, Mały Książę, 2014)

2. Corpus de travail et annotation des données

2.1. Types et nombre d’événements

8Cette recherche s’appuie sur un corpus de textes parallèles élaboré à partir de romans en français, anglais et polonais. Les romans choisis représentent un usage contemporain de ces langues (1945-1993). Le corpus inclut un roman en version originale par langue (langue source) et ses traductions dans les deux autres langues (langues cibles) : Le Petit Prince (Saint-Exupéry, 1946) (The Little Prince en anglais et Mały Książę en polonais), Animal Farm (Orwell, 1945) (La ferme des animaux et Folwark zwierzęcy) et Wiedźmin: ostatnie życzenie (Sapkowski, 1993) (Sorceleur : le dernier vœu et Witcher: the last wish). Le tableau 1 montre les différents types et le nombre d’événements de mouvement dans le corpus de base ainsi que leur répartition par langue et par roman. Le critère de base pour l’extraction des événements est l’expression d’un déplacement spontané en langue source, focalisé sur la Source ou le But. Les déplacements focalisés sur le Médian (passer par ici) ont été écartés à l’exception des cas où une information sur la Source et/ou le But lui était associée dans le locus verbal ou adnominal (l’homme était arrivé […] par la porte des Cordeliers) ; Mrs Jones […] slipped out of the farm by another way). Les variations observées dans les types et le nombre d’événements s’expliquent par deux facteurs. Premièrement, en langue cible, il arrive que l’événement ne soit plus un déplacement spontané. Ce peut être un déplacement causé, un changement d’emplacement, un événement de type « motion cum purpose » (partir chasser dans la forêt cf. Lamiroy, 1983 ; Schmidtke-Bode, 2009) ou encore un événement non-spatial (Ce furent d’abord […] pour traduire First came […]). Ainsi, tous les événements qui ne sont pas des déplacements spontanés ne peuvent correspondre qu’à des traductions. Deuxièmement, parfois des déplacements en langue source sont omis en langue cible ou inversement, une langue cible ajoute un déplacement suite à la traduction. Ces variations restent cependant marginales. Il ressort que les événements exprimant un déplacement spontané sont les plus nombreux par rapport aux autres types d’événements dans le corpus et ceci autant en langues sources qu’en langues cibles. Notre étude portera donc sur un corpus réduit qui inclut 622 événements du déplacement spontané.

Tableau 1. Types et nombre d’événements du corpus de base

Tableau 1. Types et nombre d’événements du corpus de base

2.2. Morphèmes du locus verbal et du locus adnominal

  • 6 L’axe vertical est par ailleurs nécessairement complémentaire à un axe horizontal, ce dernier renvo (...)

9Les morphèmes spatiaux de chaque locus ont été annotés en fonction de leur contenu sémantique. Hormis le concept de polarité précédemment introduit, nous présentons également brièvement les concepts de Manière et de Direction. La Manière caractérise la façon particulière de se mouvoir (marche, course), le moyen (véhicule), le facteur physique (effort, vitesse) ou la condition psychologique (stress, peur) qui accompagne la Figure en déplacement (Slobin, 2004 ; Slobin et al., 2014). La Direction quant à elle, renvoie au système de référence triaxial permettant de déterminer l’orientation des objets dans un espace tridimensionnel (Borillo, 1998 : 7-13). Dans ce travail, la Direction renvoie ainsi à l’orientation de la Figure qui se déplace relativement à un axe vertical6 (monter, descendre), frontal (avancer, reculer, (re) tourner) ou latéral (à gauche / à droite, de côté). À noter que certains morphèmes annotés pour la Direction expriment l’orientation de la Figure sans renvoyer, selon nous, à un de ces trois axes en particulier (se diriger, en direction de). Pour ces morphèmes, nous considérons que la Figure s’oriente par défaut sur l’axe frontal (position frontale des organes de la vision notamment) et/ou (possiblement) horizontal (plan du sol terrestre, cf. note 7). Certains morphèmes aspectuels (se mettre dans se mettre à courir ou re- dans revenir) ont également été annotés.

2.2.1. Prédicats et satellites

10Dans le locus verbal, on identifie trois grands types de prédicats : les prédicats de changement d’emplacement, les prédicats de déplacement et les prédicats non-spatiaux. Ces prédicats sont majoritairement des verbes mais on relève aussi des noms déverbaux (un départ, a walk) et des expressions idiomatiques (ficher le camp, take to one’s heels).

  • 7 À noter que dans les travaux d’Aurnague (2000 ; 2011) sur le français, la sémantique des prédicats (...)
  • 8 Cette forme se rencontre systématiquement au passé simple dans nos données, dans des situations de (...)

11 Les prédicats de changement d’emplacement expriment la Manière (courir, fly), la Direction (descendre, advance) ou les deux (se hisser, climb). Ce type de prédicat englobe également les verbes de sens spatial générique tels qu’aller ou go.
 Les prédicats de déplacement7 sont caractérisés premièrement par leur polarité mais ils peuvent aussi exprimer la Manière (se sauver, alight) et la Direction (retourner, wrócić ‘retourner’). Les verbes déictiques comme venir et come sont également représentés par ce type et sont considérés comme verbes de polarité finale.
 Le corpus comprend également des prédicats qui ne dénotent lexicalement aucun procès spatial. Ceux-ci peuvent en revanche se combiner à un satellite ou un syntagme prépositionnel pour exprimer un déplacement (s’en être8, set out, przy-być ‘venir.à-être’). Les autres prédicats de ce type dénotent un sens aspectuel (se mettre dans se mettre à courir).

  • 9 Le relecteur a attiré notre attention sur le fait que le satellite back de l’anglais, que nous trai (...)
  • 10 L’analyse de en(-) et de y comme satellites de Source et de But, renvoie aux emplois strictement ad (...)
  • 11 Le préfixe re- pris en compte se combine avec des verbes dont le sens reste transparent après préfi (...)

12Les satellites sont également caractérisés par la polarité (Source pour off, wy- ‘hors.de’, et But pour in, przy- ‘venir.à’) ou la Direction9 (back, down). À noter que dans cette étude, le morphème en(-) du français, particule dans s’en aller et préfixe dans s’en-fuir, est analysé comme un satellite de Source (cf. Kopecka, 2006). Sa contrepartie y est analysée comme un satellite de But (systématiquement avec aller en situation d’instance de départ, comme dans J’y vais, où y représente une localisation non-identifiée mais requise d’un point de vue grammatical)10. Le satellite d’aspect représente quant à lui essentiellement le préfixe re- du français11 (repartir, revenir) (ibid. ; voir aussi Amiot (2002 ; 2012) sur les propriétés sémantiques des préfixes verbaux en français).

2.2.2. Adnominaux

13Le locus adnominal sera désigné en fonction du Fond qu’il contient (Source, But ou Médian). Les Fonds sont généralement introduits par une préposition simple ou complexe (à l’intérieur de) auxquels on peut appliquer les concepts de polarité et de Direction (à, from, na ‘sur’, vers, towards, w kierunku ‘en direction de’). En polonais, les Fonds exprimés reçoivent toujours un marquage casuel : le génitif marque la Source mais aussi le But, l’accusatif et (dans une moindre mesure) le datif marquent le But.

3. Analyse du locus verbal : prédicats et satellites

14Le tableau 2 montre les types et le nombre d’occurrences de prédicats (verbes, noms déverbaux et idiomes) du corpus. On remarque que les fréquences d’emploi des prédicats de changement d’emplacement (46,8 %) et de déplacement (46,9 %) sont pour ainsi dire égales par rapport au total d’événements exprimés. Chaque langue montre néanmoins une tendance différente quant à l’emploi de ces deux types. L’anglais fait régulièrement usage des deux types, avec une légère préférence pour les prédicats de déplacement (47,8 %), ce qui s’observe dans les exemples (15) (verbe de déplacement) et (16) (verbe de changement d’emplacement). Le français, dans l’exemple (17), emploie majoritairement des prédicats de déplacement (66 %) tandis que le polonais, exemple (18), a fréquemment recours à des prédicats de changement d’emplacement (65,2 %). Le But est plus fréquemment exprimé que la Source par les prédicats de déplacement dans les trois langues et plus particulièrement en anglais, ce qui est illustré par les exemples (19), (20) et (21). Cette observation doit néanmoins être complétée par l’examen des satellites qui expriment également des informations sur la Source et le But. Ceux-ci sont d’ailleurs indispensables à l’expression du déplacement en cas d’emploi de prédicats non-spatiaux, en proportion réduite par rapport aux autres types de prédicats mais néanmoins illustrés par les exemples (22), (23) et (24).

Tableau 2. Types et nombre de prédicats du corpus de travail

Tableau 2. Types et nombre de prédicats du corpus de travail

15) The results were clear: he had arrived at the temple almost cured […].
Les résultats étaient clairs: il était arrivé au temple presque guéri
[…]. (Sapkowski, Witcher: the last wish, 2012)

16) He scrambled from the sarcophagus […].
Il s’extirpa (péniblement) du sarcophage
[…]. (Sapkowski, Witcher: the last wish, 2012)

17) […] la bête ne sort jamais de sa crypte simplement pour se dégourdir les jambes. (Sapkowski, Sorceleur : le dernier vœu, 2003)

18) Mojżesz     s-frunął                ze     swojej           żerdki
Moïse.nom        de-voler.pst.3sg.m     de     son.gen.sg.f     perchoir.gen.sg.f
Moïse s’envola de son perchoir
[…]. (Orwell, Folwark Zwierzęcy, 2006)

19) You were on your way back to the place where you landed?
Tu retournais à l’endroit où tu as atterri ?
(Saint-Exupéry, The Little Prince, 2009)

20)  L’inconnu n’entra pas Au vieux Narakort. (Sapkowski, Sorceleur : le dernier vœu, 2003)

21) […] dotarł             do       tylnego                    wejścia […].
atteindre.pst.3sg.m         à        arrière.gen.sg.m        entrée.gen.sg.n
[…] (il) atteignit l’entrée (située) à l’arrière […]. (Orwell, Folwark Zwierzęcy, 2006)

  22)  He got away from me without making a sound.
Il est parti (loin de moi) sans faire de bruit.
(Saint-Exupéry, The Little Prince, 2009)

  23)  Et le petit prince s’en fut, songeant à sa fleur. (Saint-Exupéry, Le Petit Prince, 1946)

  24)  Najwidoczniej   przy-byli,                by     odbić           folwark.
manifestement             venir.à-être.pst.3pl.m   pour    récupérer.inf   ferme.acc.sg.m
Manifestement, (ils) étaient venus pour reprendre la ferme.
(Orwell, Folwark Zwierzęcy, 2006)

15Le tableau 3 regroupe le nombre d’occurrences de satellites et leurs différents types. On observe tout d’abord que l’absence ou la présence de satellites dans les événements est irrégulière d’une langue à une autre. L’absence de satellite est très fréquente en français (79,3 % des événements) contrairement au polonais (41 % des événements), ce qui indique que ces langues ont régulièrement recours à une stratégie d’encodage à cadrage verbal pour l’une et à satellite pour l’autre, comme vu en (17) et (18). L’anglais, souvent considéré comme langue à satellites dans la littérature typologique, montre ici une tendance qui nuance cette considération (aucun satellite exprimé dans 60,8 % des événements, tendance observable dans les exemples (15) et (16) précédents). Quand un satellite est employé, l’expression de la Source est plus fréquente que celle du But dans les trois langues, ce qu’on peut observer dans les exemples (25), (26) et (27). C’est une tendance inverse à celle observée dans l’emploi des prédicats de déplacement (cf. exemples (19), (20), (21) et tableau 2). Les satellites de Source et de But sont par ailleurs concurrencés par les satellites de Direction en anglais (16,3 %) et d’aspect en français (11,3 %), (regroupés sous l’étiquette autres), tel qu’illustré dans les exemples (28) et (29).

Tableau 3. Types et nombre de satellites du corpus de travail

Tableau 3. Types et nombre de satellites du corpus de travail

25)   While Major was speaking four large rats had crept out of their holes […].

26)   Alors que Major parlait, quatre gros rats surgirent de leurs trous […]. (Orwell, Animal Farm, 1945)

27)   Tu as décidé de partir. Va-t’en. (Saint-Exupéry, Le Petit Prince, 1946)

28)   U-mknęła                              w popłochu     z      pola bitwy […].
s’en.aller-se.précipiter.pst.3sg.f     en panique       de     champ.de.bataille.gen.sg.f
Prise de panique, (elle) s’était enfuie
à toute vitesse du champ de bataille […]. (Orwell, Folwark Zwierzęcy, 2006)

29)   Then they filed back to the farm buildings […].
Puis ils retournèrent en file indienne aux dépendances de la ferme
[…]. (Orwell, Animal Farm, 1945)

  30)  Il croyait ne jamais devoir re-venir. (Saint-Exupéry, Le Petit Prince, 1946)

16Pour finir, quand on prend en compte l’expression de la Source et du But à la fois par les prédicats (tableau 2) et les satellites (tableau 3), on observe des situations distinctes dans les loci verbaux des trois langues. En anglais, le But est plus présent que la Source alors que c’est l’inverse qui se produit en polonais. En français, la présence de la Source et du But est plus équilibrée. Ces tendances appellent à examiner la distribution de ces éléments dans le locus verbal, en prenant en compte leur articulation avec le locus adnominal.

4. Analyse du locus adnominal

17Le tableau 4 montre le nombre d’événements du corpus exprimés avec et sans locus adnominal. Le nombre total montre que les événements sont plus souvent pourvus d’un tel locus (60,3 %) qu’ils n’en sont dépourvus (39,7 %). Cette observation vaut pour chaque langue. Quand ce locus est exprimé, celui-ci réfère en général seulement à la Source, au But ou au Médian. Dans ce cas, on observe clairement que le But est plus fréquent que la Source dans les trois langues. L’expression du Médian seul demeure marginale puisque, étant exclue en langue source, elle ne se produit qu’en traduction (cf. section 2). Les cas où la Source, le But et/ou le Médian sont combinés dans le locus adnominal sont quant à eux très rares.

Tableau 4. Types et nombre de Fonds exprimés dans le corpus de travail

Tableau 4. Types et nombre de Fonds exprimés dans le corpus de travail

18L’analyse du locus adnominal montre une asymétrie d’expression nette en faveur du But dans les trois langues, alors que celle-ci est beaucoup plus disparate au niveau des satellites et prédicats dans le locus verbal (cf. tableaux 2 et 3 dans la section 3). L’expression asymétrique de la Source et du But pose par ailleurs question dans les événements dépourvus de locus adnominal, en proportion non-négligeable (39,7 %). Dans la section suivante, nous examinerons le contenu du locus verbal en fonction du locus adnominal (in)exprimé, en nous concentrant sur les cas les plus fréquents du tableau 4 (présence du But (seul), de la Source (seule) et absence de locus adnominal).

5. Analyse distributionnelle

19Cette section est dédiée à la distribution des morphèmes spatiaux dans le locus verbal selon que le locus adnominal exprime la Source (5.1), le But (5.2) ou est inexprimé (5.3). Les tableaux présentant les distributions tiennent toujours compte de deux cas de figure quant au contenu du locus verbal. Celui-ci peut en effet contenir ou bien un prédicat seul ou bien un satellite combiné à un verbe. On référera à ces cas de figure en parlant de stratégie à prédicat ou de stratégie à satellite. Dans les tableaux, un prédicat ou un verbe indiqué autre renvoie au type changement d’emplacement ou non-spatial. Un satellite indiqué autre renvoie à un satellite de Direction en anglais et d’aspect en français (et plus rarement en polonais).

5.1. Locus verbal + Locus adnominal [Source]

20Le tableau 5 détaille le contenu du locus verbal quand le locus adnominal exprime la Source. On observe que la stratégie à prédicat est largement privilégiée par le français (96,3 %), qui équilibre l’expression de la Source et du But avec 40,7 % de prédicats dans chaque cas. L’anglais emploie majoritairement cette stratégie (56,7 %) mais favorise clairement les prédicats de But (40 %). On remarque quelques occurrences de prédicats exprimant la Source en polonais (16,7 %) mais cette langue a peu recours à cette stratégie (26,7 %). L’anglais emploie par ailleurs régulièrement la stratégie à satellite (43,3 %), qui met en avant les satellites de Source (30 %). Cette stratégie est clairement préférée du polonais (73,3 %) qui emploie les satellites de Source et de But de façon équilibrée, avec 36,7 % d’occurrences dans chaque cas.

Tableau 5. Distribution des morphèmes spatiaux dans le locus verbal quand le locus adnominal exprime la Source

Tableau 5. Distribution des morphèmes spatiaux dans le locus verbal quand le locus adnominal exprime la Source
  • 12 Nous faisons remarquer que les exemples du français (31), de l’anglais (32) et du polonais (35), mo (...)

Les exemples ci-dessous illustrent les principales tendances des stratégies à prédicats du tableau 5. Le français emploie autant les verbes de Source (30) que de But (31). L’anglais (32) a fréquemment recours aux verbes de But. On observe d’ailleurs que dans les deux langues, les verbes de But employés sont exclusivement les verbes déictiques venir (31) et come (32)12 :

31)  Il sortit de son abri pour aller se poster tout près de l’entrée de la crypte. (Sapkowski, Sorceleur : le dernier vœu, 2003)

32)  Tu viens donc d’une autre planète ? (Saint-Exupéry, Le Petit Prince, 1946)

33)  But you are innocent and true, and you come from a star […].
Mais tu es innocent et pur, et tu viens d’une étoile
[…]. (Saint-Exupéry, The Little Prince, 2009)

Les exemples ci-dessous illustrent les tendances des stratégies à satellites du tableau 5. Les satellites de Source sont mis en avant par l’anglais (33) tandis que le polonais fait un usage symétrique des satellites de Source (34) et de But (35). En polonais, on observe que le satellite de But le plus fréquemment employé, przy- ‘venir.à’ (35), exprime la deixis (cf. note 14) :

34)  At a moment when the opening was clear, the men were glad enough to rush out of the yard.
Quand la voie fut dégagée, les hommes se précipitèrent hors de la cour, s’en tirant à bon compte.
(Orwell, Animal Farm, 1945)

35) Wy-gramolił                    się        z     sarkofagu […].
hors.de-se.traîner.pst.3sg.m     refl     de    sarcophage.gen.sg.m
Il s’extirpa (péniblement) du sarcophage.
(Sapkowski, Wiedźmin: ostatnie życzenie, 1993)

36) Skąd     przy-bywasz? […]
      d’où      venir.à-être.pres.2sg
D’où viens-tu ?
(Saint-Exupéry, Mały Książę, 2014)

5.2. Locus verbal + Locus adnominal [But]

21Le tableau 6 détaille le contenu du locus verbal quand le locus adnominal exprime le But. Le recours à une stratégie à prédicat reste dominant en français (86 %) et en anglais (66,3 %). On remarque que le polonais a plus recours à cette stratégie (40,5 %) que dans la distribution examinée précédemment. Dans les trois langues, on observe que l’expression du But est plus fréquente que la Source mais est concurrencée par des prédicats d’autres types. C’est aussi ce qu’on observe dans la stratégie à satellite en anglais (33,8 %) où la présence de la Source est faible alors que les satellites de But (12,5 %) sont concurrencés par les satellites de Direction (13,8 %). On peut remarquer la présence du But par le verbe dans cette stratégie en français, combiné à un satellite d’aspect le cas échéant (9,3 %). Le polonais reste fidèle à cette stratégie (59,5 %) et s’avère être la seule langue à maintenir un certain équilibre entre l’expression de la Source et du But, par les satellites notamment (26,2 % et 23,8 % respectivement).

Tableau 6. Distribution des morphèmes spatiaux dans le locus verbal quand le locus adnominal exprime le But

Tableau 6. Distribution des morphèmes spatiaux dans le locus verbal quand le locus adnominal exprime le But
  • 13 Rappelons ici qu’en français, nous traitons le verbe aller comme un verbe de changement d’emplaceme (...)

Les exemples ci-dessous illustrent les principales tendances des stratégies à prédicats du tableau 6. Plutôt que des prédicats de Source ou de But, les trois langues préfèrent employer des verbes de changement d’emplacement13 tels que go en anglais (36), courir en français (37) ou iść ‘marcher’ en polonais (38) :

37) Do you know what, Geralt? I’m going to the crypt with you.
Tu sais quoi Geralt ? Je vais à la crypte avec toi.
(Sapkowski, Witcher: the last wish, 2012)

38) Et, se ressouvenant soudain de leur gloire nouvelle, c’est au galop que tous coururent aux pâturages. (Orwell, La ferme des animaux, 1984)

39)  Musisz         iść                 do    twojej            maszyny.
devoir.imp.2sg    marcher.inf     à     ta.gen.sg.f      machine.gen.sg.f
Tu dois te rendre à ta machine (en marchant).
(Saint-Exupéry, Mały Książę, 2014)

22Les exemples ci-dessous illustrent les principales tendances des stratégies à satellites du tableau 6. En français (39), le verbe de But est systématiquement préfixé du satellite d’aspect. En anglais, on observe la concurrence entre les satellites de But (40) et de Direction (41) tandis que le polonais montre un équilibre dans l’usage des satellites de Source (42) et de But (43) :

40)  Plus tard, quand les animaux re-vinrent dans la cour […]. (Orwell, La ferme des animaux, 1984)

41) To gain time Geralt jumped on to the stairs leading to the gallery.
Pour gagner du temps, Geralt sauta dans l’escalier qui conduisait à la galerie.
(Sapkowski, Witcher: the last wish, 2012)

42) So the animals trooped down to the hayfield to begin the harvest […].

43)  Ainsi les animaux descendirent en troupe jusqu’au champ pour commencer la récolte. (Orwell, Animal Farm, 1945)

44) Zwierzęta        po-dążyły                          truchtem         na    łąkę […]
animal.nom.pl.n  partir.à-se.diriger.pst.3sg.n   trot.instr.sg.m  sur    clairière.acc.sg.f
Les animaux partirent aux champs.
(Orwell, Folwark Zwierzęcy, 2006)

45) Do-skoczyłem      do     muru […].
à-sauter.pst.3sg.m        à       mur.gen.sg.m
Il parvint au mur (en sautant).
(Saint-Exupéry, Mały Książę, 2014)

5.3. Locus verbal + Locus adnominal [Inexprimé]

  • 14 Toutes stratégies confondues, il est à noter que l’anglais est la seule des trois langues qui expri (...)

23Le tableau 7 détaille le contenu du locus verbal quand le locus adnominal est inexprimé. Comme dans les deux autres distributions examinées, l’anglais maintient une préférence pour la stratégie à prédicat (66,7 %). Il en est de même pour le français (63,2 %) mais cette préférence est moins marquée que dans les autres distributions. Cette stratégie est également régulière en polonais (45,2 %). L’anglais montre une relative préférence pour l’expression du But14 (27,6 %) par rapport à la Source (21,8 %) tandis que cette préférence est quasi-neutralisée en polonais. En comparaison, le français privilégie nettement l’expression de la Source (40,8 %). Dans la stratégie à satellite, l’expression de la Source est préférée à celle du But dans les trois langues. Ceci s’observe clairement entre satellites de Source (35,7 %) et de But (17,9 %) en polonais. En anglais et en français, la Source est encodée prioritairement dans les satellites (17,2 % et 15,7 %) et le But dans les verbes, généralement combinés aux satellites de Direction (10,3 %) et d’aspect (10,5 %).

  • 15 Dans cette distribution qui représente 39,7 % des événements du corpus de travail (cf. tableau 4), (...)

Tableau 7. Distribution des morphèmes spatiaux dans le locus verbal quand le locus adnominal est inexprimé15

Tableau 7. Distribution des morphèmes spatiaux dans le locus verbal quand le locus adnominal est inexprimé15

24Les exemples ci-dessous illustrent les principales tendances des stratégies à prédicats du tableau 7. Si l’anglais montre une relative préférence pour l’expression du But (44), le français préfère clairement exprimer la Source (45). Le polonais, quant à lui, exprime autant la Source (46) que le But (47) :

46) Last of all came the cat […].
Puis vint le chat
[…]. (Orwell, Animal Farm, 1945)

47) Foltest sortit en refermant la porte derrière lui. (Sapkowski, Sorceleur : le dernier vœu, 2003)

48) Jednemu udało                     się     uciec.
l’un.dat.sg.m réussir.pst.3sg.m     refl   s’échapper.inf
L’un (d’eux) réussit à s’échapper.
(Sapkowski, Wiedźmin: ostatnie życzenie, 1993)

49) Wróć                  jutro      wieczorem…
retourner.imp.2sg    demain     soir
Reviens demain soir.
(Saint-Exupéry, Mały Książę, 2014)

25Les exemples ci-dessous illustrent les principales tendances des stratégies à satellites du tableau 7. Plus fréquente que celle du But, l’expression de la Source mobilise les satellites en anglais (48), français (49) et polonais (50). En anglais et en français, l’expression du But repose sur des verbes combinés à des satellites de Direction (51) ou d’aspect (52). Le polonais, quant à lui, emploie des satellites de But (53) :

50) […] the stable-lad, who in fact was only stunned, had already recovered and made off.
[…] le solide gaillard, qui en fait avait juste été sonné, avait repris conscience et était parvenu à s’enfuir. (Orwell, Animal Farm, 1945)

51) Maintenant va-t’en, dit-il… je veux redescendre ! (Saint-Exupéry, Le Petit Prince, 1946)

52) […] mój    przyjaciel       od-szedł                     ze    swoim              barankiem.
mon.nom.sg.m  ami.nom.sg.m  de-marcher.pst.3sg.m  avec  son.instr.sg.m    mouton.instr.sg.m
Mon ami s’en est allé avec son mouton (en marchant).
(Saint-Exupéry, Mały Książę, 2014)

53) Do you know what would happen if we pigs failed in our duty? Jones would come back!
Savez-vous ce qui arriverait si nous les cochons manquions à notre devoir ? Jones reviendrait !
(Orwell, Animal Farm, 1945)

54)  Il croyait ne jamais devoir re-venir. (Saint-Exupéry, Le Petit Prince, 1946)

55)  Najpierw    we-szły                             trzy              psy […].
      d’abord       dans-marcher.pst.3pl.m      trois.nom      chien.nom.pl.m
D’abord entrèrent trois chiens (en marchant).
(Orwell, Folwark Zwierzęcy, 2006)

Conclusion

  • 16 Nous rappelons ici que la dénomination stratégie à prédicat que nous utilisons dans ce travail (cf. (...)

26Cette étude montre la nécessité de prendre en compte le caractère distribué de l’information spatiale pour examiner l’expression de la Source et du But. Si on examine uniquement les loci adnominaux, on constate, à l’instar d’autres études, que l’expression du But est privilégiée par rapport à la Source (Bourdin, 1997 ; Stefanowitsch & Rohde, 2004 ; Ishibashi, 2010). La prise en compte du locus verbal en fonction du locus adnominal montre une toute autre complexité dans la manifestation du phénomène d’(a)symétrie. L’étude de la distribution des morphèmes spatiaux dans le locus verbal montre que le français, en tant que langue à cadrage verbal (Talmy, 2000), a généralement recours à une stratégie à prédicat pour encoder la Source et le But tandis que le polonais, langue à satellites (ibid.), favorise une stratégie à satellite. L’anglais, considéré généralement comme langue à satellites (ibid.), se montre relativement flexible quant à la stratégie employée à cet effet. À ce titre, il ressort que les trois langues non seulement ne se limitent pas à employer telle ou telle stratégie, mais aussi qu’elles n’y ont pas recours avec la même fréquence en fonction du locus adnominal qui est (in)exprimé. Il s’en suit qu’une analyse précise de l’(a)symétrie Source-But dans le locus verbal doit se situer à la croisée des stratégies d’encodage16 permises par une langue, chaque stratégie mobilisant des morphèmes qui accentuent, limitent voire neutralisent l’asymétrie dans ce locus. Ainsi, si cette étude ne détermine pas précisément les facteurs qui sous-tendent l’expression (a)symétrique de la Source et du But dans les distributions analysées pour chaque langue, elle suggère que ceux-ci sont liés aux caractéristiques typologiques de ces langues et invite donc à explorer le phénomène à l’échelle translinguistique selon une approche distributionnelle (cf. Kopecka & Ishibashi, 2011). L’étude de l’influence des phénomènes discursifs sur l’expression (a)symétrique de la Source et du But dans le locus verbal en fonction du locus adnominal (in)exprimé constitue une autre piste de recherche que nous explorerons au cours d’un prochain travail (perspective déictique, informations spatiales disponibles en amont/aval de la narration).

Haut de page

Bibliographie

AMIOT D. (2002), Re- préfixe aspectuel ?, Cahiers Chronos 10, 1-20.

AMIOT D. (2012), De la localisation à l’évaluation : des verbes préfixés évaluatifs au sens bien particulier, CORELA, Langue, espace, cognition, 19 décembre 2012, <http://09.edel.univ-poitiers.fr/corela/index.php?id=2775>, consulté le 19 septembre 2018.

AURNAGUE M. (2000), Entrer par la petite porte, passer par des chemins de traverse : à propos de la préposition par et de la notion de « trajet », Carnets de Grammaire 7, 1-65.

AURNAGUE M. (2011), How motion verbs are spatial: the spatial foundations of intransitive motion verbs in French, Lingvisticae Investigationes 34: 1, 1-34.

AURNAGUE M. (2015), Motion verbs and spatial PPs in French: from spatio-temporal structure to asymmetry and goal bias, Carnets de Grammaire 23, 1-37.

AURNAGUE M. & STOSIC D. (2002), La préposition par et l’expression du déplacement : vers une caractérisation sémantique et cognitive de la notion de « trajet », Cahiers de Lexicologie 81, 113-139.

BOONS J.P. (1987), La notion sémantique de déplacement dans une classification syntaxique des verbes locatifs, Langue Française 76, 5-40.

BORILLO A. (1998), L’espace et son expression en français, Paris, Ophrys.

BOURDIN P. (1997), On Goal-bias across languages: modal, configurational and orientational parameters, in Palek B. (ed.), Proceedings of LP’96, Prague, Charles University Press, 185-218.

BURIDANT C. (2000), Grammaire nouvelle de l’ancien français, Paris, Sedes.

DIRVEN R. & VERSPOOR M. (1998), Putting concepts together: Syntax, in Dirven R. & Verspoor M. (eds.), Cognitive Exploration of Language and Linguistics, vol. 1, Amsterdam-Philadelphia, John Benjamins, 79-105.

FAGARD B. (à paraître), From ‘il s’envole hors’ to ‘il sort du nid’: a typological change in French motion expressions, in Aurnague M. & Stosic D. (eds.), The semantics of Dynamic Space in French. Descriptive, experimental and formal studies on motion expression, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins.

GRINEVALD C. (2011), On constructing a working typology of the expression of path, Les Cahiers de Faits de Langues 3, 43-70.

IKEGAMI Y. (1987), ‘Source’ vs. ‘Goal’: a Case of Linguistic Dissymmetry, in Dirven R. & Radden G. (eds.), Concepts of Case, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 122-146.

IMBERT C., GRINEVALD C. & SÖRES A. (2011), Pour une catégorie de « satellite » de Trajectoire dans une approche fonctionnelle-typologique, Faits de Langues, 3, 99-116.

ISHIBASHI M. (2010), The (a)symmetry of source and goal in motion events in Japanese: evidence from narrative data, in Marotta G., Lenci A., Meini L. & Rovai F. (eds.), Space in Language: Proceedings of the Pisa International Conference, Edizioni ETS, 515-531.

KOPECKA A. (2006), The semantic structure of motion verbs in French: Typological perspectives, in Hickmann M. & Robert St. (eds.), Space in Languages: Linguistic Systems and Cognitive Categories, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, 83-101.

KOPECKA A. (2009), L’expression du déplacement en français : l’interaction des facteurs sémantiques, aspectuels et pragmatiques dans la construction du sens spatial, Langages 173, 54-75.

KOPECKA A. (2013), Describing motion events in old and modern French: discourse effects of a typological change, in Goschler J. & Stefanowitsch A. (eds.), Variation and Change in the Encoding of Motion Events, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, 163-184.

KOPECKA A. (2017), Source-oriented and Goal-oriented events in Old and Modern French, in Luraghi S., Nikitina T. & Zanchi C. (eds), Space in Diachrony, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, 305-328.

KOPECKA A. & ISHIBASHI M. (2011), L’(a)symétrie dans l’expression de la Source et du But : perspective translinguistique, Faits de Langues, 3, 131-149.

LAMIROY B. (1983), Les verbes de mouvement en français et en espagnol, Amsterdam-Philadelphia, John Benjamins.

LAUR D. (1991), Sémantique du déplacement et de la localisation en français : une étude des verbes, des prépositions et de leurs relations dans la phrase simple, thèse de doctorat, Toulouse, Université de Toulouse-Le Mirail.

LAUR D. (1993), La relation entre le verbe et la préposition dans la sémantique du déplacement, Langages 110, 47-67.

PAPAHAGI C. (2011), Pour une typologie des systèmes d’adnominaux de la trajectoire, Faits de Langues, 3, 117-130.

REGIER T. & ZHENG M. (2007), Attention to Endpoints: A Cross-Linguistic Constraint on Spatial Meaning, Cognitive Science 31, 705-719.

ROHDE A. (2001), Analyzing Path: The Interplay of Verbs, Prepositions and Constructional Semantics, thèse de doctorat, Houston, Texas, Rice University.

SCHMIDTKE-BODE K. (2009), A typology of purpose clauses, Amsterdam-Philadelphia, John Benjamins.

SINHA C. & KUTEVA T. (1995), Distributed Spatial Semantics, Nordic Journal of Linguistics 18, 167-199.

SLOBIN D. I. (2004), The Many Ways to Search for a Frog: Linguistic Typology and the Expression of Motion Events, in Strömqvist S. & Verhoeven L. (eds.), Relating events in narratives: typological and contextual perspectives, vol. 2, Mahwah, New Jersey, Lawrence Erlbaum Associates, 219-257.

SLOBIN D. I., IBARRETXE-ANTUÑANO I., KOPECKA A. & MAJID A. (2014), Manners of human gait: a cross-linguistic event-naming study, Cognitive Linguistics 25: 4, 701-741.

STEFANOWITSCH A. & ROHDE A. (2004), The goal bias in the encoding of motion events, in Radden G. & Panther K.U. (eds.), Studies in linguistic motivation, Berlin-New York, Mouton de Gruyter, 249-267.

STOSIC D. (2001), Le rôle des préfixes dans l’expression des relations spatiales. Éléments d’analyse à partir des données du serbo-croate et du français, Cahiers de Grammaire 26, 207-228.

TALMY L. (2000), Toward a Cognitive Semantics: Typology and Process in Concept Structuring, vol. 2, Cambridge, Massachusetts, The MIT Press.

Sources des données

ORWELL G. (2008) [1945], Animal Farm, London, Penguin Books.

ORWELL G. (1984), La ferme des animaux, traduit de l’anglais par J. Quéval, Paris, Gallimard.

ORWELL G. (2006), Folwark Zwierzęcy, traduit de l’anglais par B. Zborski, Warsawa, Muza.

SAINT-EXUPERY A. (1999) [1946], Le Petit Prince, Paris, Gallimard.

SAINT-EXUPERY A. (2009), The Little Prince, traduit du français par K. Woods, London, Egmont.

SAINT-EXUPERY A. (2014), Mały Książę, traduit du français par J. Szwykowski, Warsawa, Muza.

SAPKOWSKI A. (2014) [1993], Wiedźmin: ostatnie życzenie, Warsawa, Supernowa.

SAPKOWKSI A. (2003), Sorceleur : le dernier vœu, traduit du polonais par L. Dyèvre, Paris, Bragelonne.

SAPKOWSKI A. (2012), The Witcher: the last wish, traduit du polonais par D. Stok, Great Britain, Gollancz.

Haut de page

Notes

1 Liste des gloses et abréviations :
2 : 2e personne         IMP : impératif                PL : pluriel
3 : 3e personne         INF : infinitif                   PRES : présent
ACC : accusatif       INSTR : instrumental      PST : passé
DAT : datif              M : masculin                    REFL : réfléchi
F : féminin               N : neutre                         SG : singulier
GEN : génitif           NOM : nominatif

2 Nous renvoyons respectivement ici aux concepts de Figure, Path et Ground tels qu’exposés dans Talmy (2000) (voir également Grinevald (2011) sur le concept de Path).

3 Les déplacements effectués relativement au Médian ont été écartés de cette étude. Pour le peu d’énoncés concernés, le Médian désigne la localisation occupée par la Figure au cours d’un déplacement transitionnel reliant une Source à un But (Pierre traverse le pont d’une rive à l’autre) (cf. Aurnague & Stosic, 2002 entre autres).

4 Le concept de polarité joue un rôle essentiel dans la classification des verbes intransitifs de déplacement du français proposée par Aurnague (2011 ; 2015), qui opère des distinctions fines dans les procès de changement de relation initiaux (indépendant, étendu, double, impliquant inclusion/contenance) et finaux (déplacement antérieur intégré, déplacement antérieur présupposé, double, impliquant inclusion/contenance). Aurnague (ibid.) souligne d’ailleurs l’importance de ces distinctions quant à la description et la compréhension du phénomène d’asymétrie Source-But en français. Le cadre théorique et analytique, très fin et approfondi, d’Aurnague sur les procès de changement de relation initiaux et finaux s’applique néanmoins à une sélection rigoureuse de verbes intransitifs en français. La présente étude adopte une perspective plus étendue, qui cherche à englober la diversité des morphèmes (prédicats, satellites, prépositions) intervenant dans les changements de relation dans les trois langues examinées, ce pourquoi nous ne développons pas outre mesure la définition du concept de polarité telle qu’exposée ici.

5 Boons (1987) et Borillo (1998) parlent de polarité médiane pour caractériser les changements d’emplacement (Pierre marche dans la ville). Dans cet article, la polarité médiane caractérise un changement de relation focalisé sur le Médian (cf. note 4).

6 L’axe vertical est par ailleurs nécessairement complémentaire à un axe horizontal, ce dernier renvoyant par défaut au plan du sol terrestre (Borillo, 1998 : 7).

7 À noter que dans les travaux d’Aurnague (2000 ; 2011) sur le français, la sémantique des prédicats de déplacement, au sens strict, doit être sous-tendue par la combinaison d’un changement de relation et d’un changement d’emplacement. Les prédicats qui vérifient cette propriété acceptent en particulier un syntagme prépositionnel en par exprimant sans ambigüité un changement de relation Médian (Paul est rentré chez lui par le parc vs ?L’oiseau s’est posé dans la cour par le jardin). Nous renvoyons le lecteur aux travaux très approfondis d’Aurnague (ibid.) et d’Aurnague et Stosic (2002) sur ce sujet en français. Le présent travail, qui porte sur d’autres langues que le français, adopte une définition plus large du prédicat de déplacement ; celui-ci dénote avant tout un changement de relation, sans qu’un changement d’emplacement soit nécessairement aussi impliqué par le procès. Sont donc inclus dans nos analyses des prédicats tels que se percher ou se poser en français par exemple (cf. références citées dans cette note).

8 Cette forme se rencontre systématiquement au passé simple dans nos données, dans des situations de départ, comme dans Et le petit prince s’en fut.

9 Le relecteur a attiré notre attention sur le fait que le satellite back de l’anglais, que nous traitons ici comme un satellite de Direction, peut aussi dénoter un sens davantage aspectuo-temporel que directionnel dans certaines descriptions, en précisant non pas l’orientation frontale (retour vers l’arrière) du déplacement mais plutôt le retour vers un état locatif antérieur (similaire sur ce point à l’apport sémantique de re- dans revenir, traduit en anglais par come back).

10 L’analyse de en(-) et de y comme satellites de Source et de But, renvoie aux emplois strictement adverbiaux de ces morphèmes (s’en aller, y aller). D’un point de vue diachronique, les satellites en(-) et y en français moderne dérivent des adverbes de lieu inde ‘de là’ et ibi ‘là-bas’ en latin, qui s’associaient fréquemment à des verbes de mouvement (Buridant, 2000 : 327-328 ; Kopecka, 2013 ; 2017). Les emplois anaphoriques de en et y sont quant à eux bien entendu analysés comme des Fonds Source ou But (Les soldats se restaurèrent à l’auberge puis en ressortirent le ventre plein ; Il partit le matin même pour Paris mais n’y arriva que le lendemain). Nous avons conscience que choisir de traiter en(-) et y en tant que satellites est sujet à discussion, les localisations auxquelles ces morphèmes sont censés référer dans des expressions comme s’en aller et y aller n’étant pas nécessairement saillantes dans l’esprit des locuteurs du français contemporain. Ces expressions pourraient à ce titre s’analyser comme des unités lexicales qui se sont figées au terme d’un processus de grammaticalisation. Nous remercions le relecteur pour ses critiques à ce sujet. En ce qui concerne l’analyse des satellites du français contemporain, nous renvoyons le lecteur au travail de Kopecka (2006). Pour des études qui abordent le changement typologique dans l’expression du déplacement entre français ancien et contemporain, voir également Kopecka (2013 ; 2017) et Fagard (à paraître).

11 Le préfixe re- pris en compte se combine avec des verbes dont le sens reste transparent après préfixation. En effet, l’apport aspectuel de re- dans repartir ou revenir ne change pas fondamentalement les sens de partir et venir. En revanche, si re- est reconnaissable dans rentrer ou retourner, il est plus difficile d’admettre que ces verbes dénotent encore les sens d’entrer et de tourner. Ces verbes ne sont ainsi pas traités comme des verbes préfixés dans ce travail.

12 Nous faisons remarquer que les exemples du français (31), de l’anglais (32) et du polonais (35), montrent tous les trois l’emploi d’un morphème déictique dans le locus verbal (venir, come, przy- ‘venir.à’). Il se trouve en effet que dans les événements examinés ici, l’expression du But dans le locus verbal est presque exclusivement liée au caractère déictique du déplacement. Il est cependant nécessaire de souligner que ceci constitue une tendance observable avant tout dans les données extraites du Petit Prince et de ses traductions. L’expression de la Source dans le locus verbal en revanche, montre davantage de diversité dans la sémantique des prédicats (ficher le camp, uciec ‘s’échapper’) et satellites (off, u- ‘s’en.aller’) employés et s’observe plus largement dans les différents textes qui composent le corpus de travail.

13 Rappelons ici qu’en français, nous traitons le verbe aller comme un verbe de changement d’emplacement. Comme nous l’a fait observer le relecteur de ce travail, il n’est pas exclu que ce verbe, notamment dans l’emploi requérant une préposition à polarité finale, soit plutôt perçu comme un verbe de But par les locuteurs du français. Si les occurrences de aller étaient ici comptées comme verbes de But, il n’y aurait pas autant de concurrence entre prédicats de changement d’emplacement et prédicats de But dans cette langue (ces derniers deviendraient majoritaires). Ajoutons par ailleurs que la même remarque peut probablement aussi s’appliquer à go en anglais, traité lui aussi comme un verbe de changement d’emplacement.

14 Toutes stratégies confondues, il est à noter que l’anglais est la seule des trois langues qui exprime (presque) autant la Source que le But dans les événements analysés (l’expression de la Source est clairement plus fréquente que celle du But en français et en polonais). Le But en particulier, est fréquemment exprimé par le verbe déictique come, comme le montrent les exemples (44) et (51). Cette langue pourrait ainsi être plus sensible à la prise de perspective déictique dans l’expression du But (notamment en l’absence de locus adnominal) que les deux autres, sans pouvoir l’affirmer hors des limites du corpus de travail.

15 Dans cette distribution qui représente 39,7 % des événements du corpus de travail (cf. tableau 4), on observe, toutes stratégies confondues, que les événements focalisés sur l’expression de la Source sont fréquents dans les trois langues. Cela suggère que, quelle que soit la langue, les événements dépourvus de locus adnominal auraient « naturellement » tendance à se focaliser sur l’expression de la Source, impliquant que celle-ci soit souvent inférée à partir du contexte (voir également la note 16 sur l’expression déictique du But en anglais en l’absence de locus adnominal). Nous remercions le relecteur pour cette observation, qui s’applique avant tout au présent corpus de travail.

16 Nous rappelons ici que la dénomination stratégie à prédicat que nous utilisons dans ce travail (cf. section 5) inclut des déplacements exprimés au moyen d’une construction entre un prédicat de changement d’emplacement et un adnominal. Comme nous l’a fait observer le relecteur, replacées dans le cadre de travail de Talmy (2000), ces constructions ne sont caractéristiques ni de la stratégie d’encodage du déplacement typiquement employée par une langue à cadrage verbal (français) ni de celle typiquement employée par une langue à satellites (anglais, polonais). Dans une perspective comparative et typologique, ceci suggère une approche de l’expression du déplacement par types de constructions plutôt que par types de langues. Pour une étude sur l’expression du déplacement au moyen de constructions entre verbes de changement d’emplacement et adnominaux en français, voir Kopecka (2009).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Types et nombre d’événements du corpus de base
URL http://journals.openedition.org/scolia/docannexe/image/711/img-1.png
Fichier image/png, 48k
Titre Tableau 2. Types et nombre de prédicats du corpus de travail
URL http://journals.openedition.org/scolia/docannexe/image/711/img-2.png
Fichier image/png, 42k
Titre Tableau 3. Types et nombre de satellites du corpus de travail
URL http://journals.openedition.org/scolia/docannexe/image/711/img-3.png
Fichier image/png, 43k
Titre Tableau 4. Types et nombre de Fonds exprimés dans le corpus de travail
URL http://journals.openedition.org/scolia/docannexe/image/711/img-4.png
Fichier image/png, 54k
Titre Tableau 5. Distribution des morphèmes spatiaux dans le locus verbal quand le locus adnominal exprime la Source
URL http://journals.openedition.org/scolia/docannexe/image/711/img-5.png
Fichier image/png, 86k
Titre Tableau 6. Distribution des morphèmes spatiaux dans le locus verbal quand le locus adnominal exprime le But
URL http://journals.openedition.org/scolia/docannexe/image/711/img-6.png
Fichier image/png, 77k
Titre Tableau 7. Distribution des morphèmes spatiaux dans le locus verbal quand le locus adnominal est inexprimé15
URL http://journals.openedition.org/scolia/docannexe/image/711/img-7.png
Fichier image/png, 65k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Voirin, « L’interaction entre locus verbal et adnominal dans l’expression du déplacement »Scolia, 33 | 2019, 15-41.

Référence électronique

Clément Voirin, « L’interaction entre locus verbal et adnominal dans l’expression du déplacement »Scolia [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 11 juillet 2019, consulté le 08 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/scolia/711 ; DOI : https://doi.org/10.4000/scolia.711

Haut de page

Auteur

Clément Voirin

Université Lumière Lyon 2,
Laboratoire Dynamique du Langage UMR5596 CNRS
Clement.Voirin[at]univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search