Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33(L’)espace de versus (le) temps de

(L’)espace de versus (le) temps de

French (l’)espace de versus (le) temps de
Anne Le Draoulec
p. 99-123

Résumés

Le présent article est consacré à l’étude des emplois temporels du nom espace, en comparaison avec temps. Nous nous intéressons aussi bien aux constructions du type l’espace/le temps d’un matin (avec un nom de temps) que l’espace/le temps d’un café (avec un nom non temporel). Après avoir esquissé les contours généraux de la comparaison, nous explorons les symétries/asymétries des séquences espace de et temps de selon qu’elles entrent ou non dans la composition de compléments de temps. Nous mettons en évidence que ces derniers sont particulièrement favorables à un fonctionnement symétrique des séquences en question (sauf dans des cas où ils sont précédés d’une préposition).

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

« Et rose elle a vécu ce que vivent les roses, L’espace d’un matin. »
François de Malherbe, Consolation à M. Du Périer sur la mort de sa fille

Introduction

1De nombreuses études ont été consacrées aux liens que tissent les langues entre espace et temps : des études portant, entre autres, sur le double usage – temporel ou spatial – de certaines unités lexicales (plus particulièrement des prépositions, mais également des verbes, adverbes, noms, adjectifs), sur l’association de l’espace et du temps dans des expressions spatio-temporelles (en particulier pour l’expression du déplacement, cf. quelques kilomètres plus tard), ou encore sur les divers processus de grammaticalisation à travers lesquels un lexème originellement spatial se transforme en acquérant au fil du temps une valeur temporelle.

2Nous nous proposons, dans la présente étude, de nous intéresser au lien que le nom même d’espace en français entretient avec l’idée de temps, dans des constructions du type de l’espace d’une minute/d’un matin, que nous comparerons à leurs pendants avec temps (le temps d’une minute/d’un matin). Comme l’affirme Vandeloise (1999 : 155) « Le vocabulaire […] est révélateur : intervalle, même s’il est qualifié par temporel, et lieu, dans avoir lieu, sont des termes spatiaux » ; le fait que le terme espace, plus éminemment spatial encore, puisse également dire le temps – et être mis en correspondance avec le nom temps – nous paraît ainsi propre à retenir l’attention.

3Nous commencerons par préciser, en suivant le Trésor de la Langue française, que les possibilités d’équivalence entre les noms espace et temps trouvent leur origine dans l’étymologie même du premier : « Empr. au lat. class. spatium “champ de course, arène, étendue, durée” »1. Cette proximité originelle entre espace et temps s’est d’ailleurs longtemps maintenue sans contraintes particulières, ainsi que le signale Berthonneau (1989 : 511) : « Le nom espace a eu longtemps des emplois temporels moins restreints que ceux du français contemporain ». Ces emplois anciens « moins restreints » sont ceux où espace n’est suivi d’aucun nom comme dans les exemples suivants :

1) Et comme la douleur un assez long espace
M’a fait sans remuer demeurer sur la place
(Molière, cité par Berthonneau, 1989 : 511)

2) Ce petit conciliabule dura quelque espace (Saint Simon, ibid.)

  • 2 Pour une description et classification des différents types de noms dynamiques, nous renvoyons en p (...)
  • 3 Nous soulignons en gras, dans nos exemples attestés, les expressions qui font l’objet de l’étude. C (...)

Un tel emploi absolu n’est plus disponible aujourd’hui, où le nom espace doit être, pour recevoir une interprétation temporelle, soit explicité comme espace de temps (un long/court espace de temps), soit suivi d’un complément de mesure du temps – lequel est lui-même composé, soit à partir d’un nom de temps (c’est le cas des exemples cités plus haut, ou de l’espace d’une soirée en (3) ci-dessous), soit à partir d’un nom non proprement temporel. Ces noms non proprement temporels peuvent correspondre à des noms dynamiques (d’événement ou d’action)2, comme montée (de quelques marches) en (3) ; ou encore à des noms plus divers, impliquant là encore indirectement une durée, comme café, jus, verre, cigarette en (4) et (5)3 :

  • 4 On remarquera ici la reprise d’espace par temps. Cette coexistence du nom espace, dans son acceptio (...)

3) Dans cette logique, il serait absurde de demander à des femmes de se priver de talons, surtout l’espace d’une soirée, surtout l’espace d’une montée de quelques marches, un temps4 dans lequel seule la beauté, le glamour comptent. (<http://www.slate.fr/>, 18/12/2018)

4) […] le soleil est au rendez-vous, la joie aussi, le temps s’arrête, l’espace d’un café, d’un jus ou de 10 verres […]. (<http://www.guideparisci.com/>, 18/12/2018)

5) Winston cherche plutôt à faire rêver les classes populaires et moyennes, qui, en fumant ce qu’elles pensent être un produit de l’élite, s’identifient un peu à elle, l’espace d’une cigarette. (<https://leconomiste.com/>, 18/12/2018)

  • 5 Notre relecteur nous fait part d’une gêne – plus ou moins vive – à admettre certains de nos exemple (...)

4Noms de temps ou noms non temporels entrent tous également dans des compléments du nom temps. Ainsi l’espace d’un matin, dans notre phrase en exergue, donne en écho le temps d’un matin5 :

6)  L’amour c’est comme les roses, ça dure le temps d’un matin ! (<http://www.1001-citations.com/>, 18/12/2018)

De la même façon, on trouvera, en écho aux exemples (3) à (5) :

 7) Ne prenons pas de risques de devenir insupportables même le temps d’une montée d’escalier pour ces chères dames […]. (<http://toutes-illusions.blogspot.com/>, 18/12/2018)

8) Enfin, deux tables seront dressées sous l’auvent et l’on pourra s’y installer le temps d’un café, d’un thé ou d’un jus de fruit local. (<https://fr.ulule.com/>, 18/12/2018)

9)  Nous sommes sur la terrasse d’un gratte-ciel de quarante-neuf étages où se retrouvent en cachette, le temps d’une cigarette, les employés et directeurs d’une grande entreprise financière […]. (<https://www.comedie-francaise.fr/>, 18/12/2018)

Une symétrie apparaît ici de façon évidente entre l’espace de et le temps de, au sens où les deux constructions, à partir de noms relevant a priori de l’un ou l’autre côté de l’axe séparant espace et temps, ont la même capacité à référer à un temps, ou plus précisément à une durée (et non pas au sens où l’une renverrait au temps et l’autre, symétriquement, à l’espace).

5Des limites se posent cependant très vite à cette symétrie, puisque la construction avec espace et celle avec temps ne sont pas soumises aux mêmes contraintes. Ainsi, dans la complémentation d’espace, contrairement à ce qui se passe pour temps, l’infinitif est exclu. Il apparaît par exemple ci-dessous que l’espace de fumer une cigarette ne peut venir paraphraser l’espace d’une cigarette, comme le temps de fumer une cigarette peut le faire pour le temps d’une cigarette :

  • 6 Les exemples pour lesquels nous ne mentionnons pas de source sont des exemples construits.

10) On a bavardé un peu, le temps / l’espace d’une cigarette6.

11) On a bavardé un peu, le temps / *l’espace de fumer une cigarette.

6Par ailleurs, les expressions du type avoir / prendre / trouver/ donner / offrir / laisser le temps de n’ont aucun équivalent avec espace quand elles sont suivies, non seulement d’un infinitif (dont on vient de voir qu’il est exclu), mais également de syntagmes nominaux qu’on a vus pourtant autorisés ci-dessus (tels un café ou une cigarette). Cela apparaît dans l’opposition entre (12) et (13) ci-dessous :

12) J’ai / je vais m’offrir / je vais trouver le temps d’un petit café / d’une cigarette.

13) *J’ai / *je vais m’offrir / *je vais trouver l’espace d’un petit café / d’une cigarette.

7On mentionnera encore le fait que les prépositions susceptibles de précéder l’espace de ou le temps de ne sont pas nécessairement les mêmes, comme il apparaît dans l’opposition entre (14) et (15) :

14) En l’espace d’une réunion, on a abordé beaucoup de questions.

15) *En le temps d’une réunion, on a abordé beaucoup de questions.

8Notre objectif sera ici d’explorer les symétries et asymétries entre espace et temps. Autrement dit nous nous intéresserons aux symétries et asymétries (comprises comme parallélismes et divergences de fonctionnement), non pas entre les notions d’espace et de temps, mais entre les mots par lesquels on a coutume de désigner – et d’opposer – ces notions. Nous précisons que les emplois temporels d’espace seront l’objet premier de notre étude : c’est à partir de ces emplois que s’établira la comparaison avec les emplois – plus ou moins similaires – de temps.

9Nous examinerons dans une première partie les contours généraux de la comparaison entre séquences formées à partir des noms espace et temps. Puis nous prolongerons la comparaison selon que ces séquences apparaissent dans des configurations plus ou moins propices à la mise en parallèle. Nous commencerons par la configuration la moins favorable – où il ne s’agit pas de compléments de temps – avant de nous intéresser plus longuement à la configuration la plus favorable – avec des compléments de temps, comme c’était le cas pour tous les exemples mentionnés jusqu’ici. Tout au long de l’étude, nous nous appuierons autant que possible sur des exemples attestés (en particulier recueillis sur le web), afin de ne pas recourir à nos seules intuitions au moment de manipuler les divers paramètres en jeu.

1. Contours de la comparaison

  • 7 Les noms du référentiel chronologique, tels que décrits par Berthonneau (1989 : 407-467), se répart (...)

10On a vu qu’en dehors du cas où espace est complété par le seul nom temps (espace de temps), son acception temporelle dépend – du moins en français actuel – de la présence à sa suite d’un complément de mesure du temps, formé sur une base nominale. On va laisser de côté l’expression espace de temps pour ne s’intéresser qu’à la seconde configuration, où espace joue un rôle de « classifieur » au sens de Berthonneau (1989 : 509) – selon qui les noms classifieurs « introduisent un nom du référentiel chronologique7, souvent mais non exclusivement précédé d’une quantité ». De l’ensemble des noms classifieurs relèvent également les noms durée, laps et temps. Nous focaliserons notre étude sur la comparaison entre espace et temps dans des séquences où l’un ou l’autre nom, dans son rôle de classifieur, est suivi d’un complément introduit par la préposition de suivie d’un syntagme nominal exprimant une durée (SNdur). Dans des séquences, donc, du type de :
– espace + de + SNdur
– temps + de + SNdur
(qu’on désignera le plus souvent par raccourci comme espace de ou temps de).

1.1. Analyse préliminaire de la construction

11On commencera par préciser que le déterminant précédant les noms espace ou temps peut être, soit l’article défini le (comme dans tous les exemples présentés jusqu’ici), soit l’article indéfini un, comme dans les exemples ci-dessous :

16) La politique coloniale de la France, à la fin du xixe siècle, comporte deux phases, qu’un espace de quelques années sépare. (<https://books.google.fr/>, 18/12/2018)

17)  Un temps de quelques minutes est nécessaire après avoir cliqué sur valider afin qu’OVH prenne les modifications en compte. (<https://www.creazo.fr/>, 18/12/2018)

La présence de l’article un dans le type de séquence étudié est cependant beaucoup moins commune, et réservée à des configurations sur lesquelles on reviendra (parmi lesquelles les configurations où, comme en (16) et (17), espace de et temps de apparaissent dans des constituants en fonction de sujet).

12Nous allons nous intéresser ici plus particulièrement aux contraintes pesant sur la composition du complément de mesure du temps (de + Ndur) à la suite du nom espace, et commencerons par en confirmer le caractère nécessairement nominal, comme il apparaît dans la séquence d’exemples suivante (où le fonctionnement d’espace est comparé à celui de temps) :

18)   Le temps / l’espace d’une promenade, j’ai pu respirer.

19)   Le temps / *l’espace de faire une promenade, j’ai pu respirer.

20)   Le temps / *l’espace où je me suis promenée, j’ai pu respirer.

21)  Le temps / *l’espace qu’il faut pour faire une promenade, j’ai pu respirer.

L’exemple (19) vient de nouveau illustrer ce qu’indiquait déjà notre exemple (11) en introduction, que l’infinitif est exclu à la suite du nom espace (contrairement à temps). On vérifie également (cf. (20), (21)) qu’une subordonnée relative (de sens temporel) n’est pas davantage autorisée avec espace. On mentionnera cependant comme exception le cas où la subordonnée est construite avec le verbe durer, comme en (22) :

22)  Le temps / l’espace qu’a duré la promenade, j’ai pu respirer.

La présence d’une telle subordonnée relative à la suite du nom espace n’est pas fréquente, mais on la trouve attestée, ainsi qu’en témoigne l’exemple suivant :

23)  […] c’est forcément une œuvre réussie, pour moi au moins l’espace que durent les pensées qu’elle suscite […]. (<https://baladesbuissonnieres.blogspot.com/​>, 18/12/2018)

  • 8 La possibilité pour espace d’admettre dans son SN complément un nom non temporel ne fait pas l’obje (...)

En dehors de ce cas particulier, le complément du nom espace est toujours composé d’un SN : SN dont on a vu qu’il est lui-même composé à partir, soit d’un nom de temps, soit d’un nom dynamique (comme promenade ci-dessus) ou de tout autre type de nom susceptible d’impliquer une durée8.

13On précisera également le type de déterminant dont ces noms sont susceptibles d’être précédés. Le cas prototypique, dans la construction avec espace, est celui où le nom est un nom singulier, précédé de un/une, comme dans la plupart des exemples mentionnés jusqu’à présent. On trouve également des cas de noms au pluriel, précédés du déterminant indéfini quelques (cf. (16), (17)) ou de déterminants numéraux cardinaux (simples ou complexes) tels 10 dans l’exemple (4) répété ci-dessous, trois en (24), ou une dizaine de en (25) :

4) Le temps s’arrête, l’espace d’un café, d’un jus ou de 10 verres.

24)  Ça ne manque pas, le type se décontenance l’espace de trois secondes. (<https://books.google.fr/>, 18/12/2018)

25) Mais l’espace d’une dizaine de minutes, une jolie conversation à bâtons rompus s’installe. (<http://www.ithaquecoaching.com/>, 18/12/2018)

Notre étude de la comparaison entre espace et temps concernera essentiellement les constructions de ce type, qui sont de loin les plus fréquentes, et fonctionnent de la même façon avec temps (cf. le temps d’un café / de 10 verres / de quelques promenades, etc.).

14On mentionnera cependant l’existence de constructions avec espace où le SN du complément qui suit comporte un article défini (cf. (26)), un possessif (cf. (27)) ou un démonstratif (cf. (28)) :

26) Alors oui, allez sans crainte au Discret, vous voyagerez l’espace du déjeuner dans une ambiance dépaysante autour d’un moment très gourmand. (<https://www.lyonresto.com/​>, 18/12/2018)

27)  Entre le cadre intérieur de l’hôtel et le service, j’ai eu l’impression d’être dans un petit cocon l’espace de mes vacances. (<https://www.voyage-prive.com/>, 18/12/2018)

28)  Les prix avantageux permettront de faire ça et visiter l’espace de ces vacances les grandes métropoles européenne. (<http://pss-archi.eu/>, 18/12/2018)

  • 9 Alors que les occurrences de le temps du trajet / de ma cigarette / de cette rencontre sont bien at (...)

Ce type d’emploi semble assez rare – contrairement à ce qui se passe avec temps. On ne développera pas cette différence dans les emplois d’espace et temps, qu’on se contentera d’illustrer par la différence que nous voyons entre les exemples suivants (29) et (30) (les constructions en (30) nous paraissant moins acceptables, ou du moins peu communes9) :

29) Le temps du trajet / de ma cigarette / de cette rencontre, j’ai beaucoup réfléchi.

30) ?L’espace du trajet / de ma cigarette / de cette rencontre, j’ai beaucoup réfléchi.

15On indiquera encore que l’absence de tout déterminant dans le complément d’espace est quant à elle impossible – contrairement là aussi à ce qui se passe avec temps. Il n’y a pas avec espace d’équivalent temporel pour un (ou le) temps de visite / de pause / de réflexion : ce qui s’explique facilement puisque dans ce type de construction, les noms visite, pause ou réflexion viennent simplement qualifier le type de temps dont il s’agit, sans donner d’indication de durée (comme ce serait le cas pour le temps/l’espace d’une visite).

  • 10 Une recherche sur le web nous donne ainsi de nombreux résultats pour l’espace d’une courte seconde, (...)

16On précisera enfin que le nom apparaissant dans le complément d’espace ou temps peut lui-même avoir un complément, ou bien être qualifié par un adjectif ou groupe adjectival. On a ainsi déjà rencontré l’espace d’une montée de quelques marches, le temps d’une montée d’escalier, le temps / l’espace d’un petit café, auxquels on ajoutera les attestés l’espace d’une trop courte rencontre, l’espace d’un discret éclair, le temps d’une brève histoire d’amour, le temps d’un beau spectacle. La qualification des noms espace et temps est également possible, quoique beaucoup plus rare (et à peu près limitée à une qualification en termes de grandeur, avec des adjectifs du type court, petit, bref)10.

1.2. Le parallèle espace de/temps de et l’expression de la durée

17Que le nom espace, dans son acception temporelle, soit réservé à l’expression de la durée explique que soient disqualifiées avec espace (comme indiqué en introduction) les expressions du type avoir/prendre/trouver/donner/laisser le temps de (et ce, pas uniquement dans les cas où elles sont suivies d’un infinitif). On l’avait déjà vu en (12) versus (13) ; on en donne encore l’illustration suivante :

31) Avant de rentrer, j’ai pris le temps / *l’espace d’une petite promenade.

Avec ce type d’expressions en effet, le SN introduit par la préposition de n’exprime pas à proprement parler une durée : dans prendre le temps d’une petite promenade, il s’agit du temps « de faire » (« qu’il faut pour faire »), et non du temps « que dure » l’activité de promenade – d’où l’inacceptabilité de prendre l’espace d’une petite promenade.

18On observe également que la construction le temps de + SN, dans des exemples tels que (32) ou (33),

32) Samedi 8h, je me réveille dans mon petit camion au bord de la Charente. […] Le temps d’un café et je peaufine mon sac. (<https://autonowmie.wordpress.com/>, 18/12/2018)

  • 11 Je remercie Dejan Stosic pour ce bel exemple – où le temps de la sieste est souligné en gras par le (...)

 33) Avec le train, finis les embouteillages interminables et les péages des vacances. Le temps de la sieste, vous êtes déjà à destination. (Publicité de la SNCF)11

ne trouve pas d’équivalent avec le nom espace :

34) *L’espace d’un café et je peaufine mon sac.

35) *L’espace de la sieste, vous êtes déjà à destination.

Là encore, l’absence d’équivalence s’explique par le fait que le complément n’exprime pas une simple mesure du temps : en (32) comme en (33), il s’agit du temps « pour faire » (pour boire un café, pour faire la sieste), et non du temps « que durent » les actions associés aux noms café ou sieste. L’ensemble de la construction par ailleurs – le temps d’un café en (32) ou le temps de la sieste en (33) – ne sert pas à mesurer la durée du procès qui suit – peaufiner son sac ou arriver à destination – mais apparaît comme un préalable à ce procès, entrant ainsi dans une forme de structure corrélative (où l’ordre des séquences ne peut être inversé et qui est éventuellement marqué, comme c’est le cas en (32), par la présence du connecteur et). Ce qui autorise, pour (32) et (33), des paraphrases telles que :

36)  Je prends juste le temps de boire un café et je peaufine mon sac.

37)  Vous avez à peine le temps de faire la sieste que vous êtes déjà à destination.

  • 12 De fait, on retrouve là l’impossibilité décrite juste plus haut de remplacer temps par espace dans (...)

où le remplacement du nom temps par le nom espace serait tout aussi exclu qu’en (34) et (35)12.

19Au-delà cependant de cette contrainte fondamentale d’expression d’une durée, on va voir que le parallèle entre les constructions avec espace et temps dépend d’autres paramètres – et en particulier, de si celles-ci apparaissent ou non dans des compléments de temps.

2. Espace de/temps de hors compléments de temps

20On va commencer par mettre en évidence qu’en dehors des compléments de temps, le parallèle fonctionne assez mal.

2.1. En fonction de sujet

21Le parallèle est possible à établir dans le cas où espace de et temps de entrent dans des syntagmes nominaux en fonction sujet. On en a déjà vu des exemples attestés en (16) et (17) (avec un SN indéfini : un espace de quelques années / un temps de quelques minutes), qu’on complètera par les exemples suivants (avec un SN défini) :

38)  L’espace d’un an suffit pour constater la richesse et la diversité des populations d’insectes qui prospectent dans le moindre carré de jardin. (<hyeres-paradis.fr/>, 18/12/2018)

39)  On s’y sent tout de suite bien et le temps d’une semaine est trop court surtout, quand nous avons un si beau temps du début à la fin de la semaine. (<kergite.fr/>, 02/10/2018)

Ce type d’exemple est cependant peu courant. Il semble en effet plus commun de se passer dans ce type de configuration – avec un nom de temps dans le complément – des noms espace (cf. quelques années séparent / un an (, ça) suffit) et, plus encore, temps (cf. quelques minutes sont nécessaires / une semaine, c’est trop court).

22Dans le cas où le complément est formé à partir d’un nom non temporel, c’est en revanche avec espace que la construction pose davantage problème. On a ainsi du mal à trouver des exemples attestés avec espace qui soient le pendant d’exemples tels que :

40) Le temps d’un café suffit parfois à retrouver l’inspiration. (<https://www.santemagazine.fr/>, 18/12/2018)

41)  Le temps d’une promenade est fonction de vos envies. (<https://www.baladebateaubassin.com/>, 18/12/2018)

 42) […] le temps d’un film est forcément excédé par celui d’une vie […]. (<http://mediatheque.seine-et-marne.fr/>, 18/12/2018)

43) Le temps d’un cours est si bref ; il est appréciable qu’il puisse être prolongé par les lectures et le travail personnel de chacun. (<http://graduateinstitute.ch/>, 18/12/2018)

23En l’absence d’un nom de temps, contraignant une interprétation temporelle (comme en (16) ou (38)), l’interprétation du nom espace semble être préférentiellement spatiale, comme dans les exemples suivants :

44)  L’espace d’un café est routinier, ce n’est pas le cas d’une plage. (<https://books.google.fr/>, 18/12/2018)

45)  Le cinéaste n’a cessé ensuite de reprendre un programme d’autant plus émouvant que magique, voire surhumain : comment le temps et l’espace d’un film, forcément limités, peuvent-ils accomplir une telle tâche ? (<https://cafedesimages.fr/>, 18/12/2018)

En (44), l’interprétation spatiale d’espace correspond à une interprétation de café qui n’est plus du tout la même qu’en (40) : il ne s’agit plus ici du café associé à l’action de « boire un café » (avec la durée impliquée), mais de l’établissement (qui occupe un espace). En (45), une répartition complémentaire des rôles – temporel et spatial – s’établit entre les noms temps et espace à l’intérieur de la séquence le temps et l’espace d’un film.

24On notera que parmi les noms non temporels, certains peuvent plus facilement que d’autres autoriser une interprétation temporelle d’espace. C’est le cas, dans les exemples ci-dessous, de cours ou vie (noms dynamiques) versus café :

46) L’espace d’un cours suffit à prendre conscience des difficultés de la question.

47) L’espace d’une vie suffit-il à se construire intellectuellement ? (<http://www.fabula.org>, 18/12/2018)

48) ?L’espace d’un café suffit à prendre un peu de recul.

25La difficulté à trouver des exemples attestés de ce type est cependant révélatrice d’un emploi peu commun – sur lequel on ne s’attardera pas.

2.2. En fonction de complément d’objet

26On a déjà mis en évidence que les noms espace et temps ont des fonctionnements divergents dans les constructions du type avoir / prendre l’espace / le temps de + SN telles qu’examinées en section (1.2.).

27Hors ce cas particulier, leur fonctionnement respectif semble présenter, dans des SN compléments d’objet direct, les mêmes caractéristiques que dans des SN sujets. On retrouve en premier lieu la difficulté évoquée en 2.1. d’en produire des exemples attestés ; on retrouve également la possibilité (on se contentera ici d’exemples construits) d’avoir dans le complément d’espace aussi bien que de temps un SN défini (cf. (49)) aussi bien qu’indéfini (cf. (50)), et la plus grande difficulté pour espace d’admettre une variété de compléments non formés à partir d’un nom de temps (cf. (51) - (53)) :

49) Cette activité permet de remplir le temps / l’espace d’un après-midi.

50) Le cours occupe un temps / un espace de quelques heures.

51) J’ai supporté le temps / ?l’espace d’une longue attente.

52) On parvient ainsi à prolonger le temps d’une vie / d’un café.

53) On parvient ainsi à prolonger l’espace d’une vie / ?d’un café.

Là comme en fonction sujet, le nom espace, quand il est complémenté par un nom non temporel, apparaît préférentiellement dans des contextes où il reçoit une interprétation spatiale :

54) Comment aménager le temps et l’espace d’un cours pour que les étudiants soient dans un temps présent, un engagement favorable aux apprentissages (la cérémonie, le jeu…) ? (<univ-poitiers.fr/>, 18/12/2018)

(avec dans cet exemple, comme en (45), une complémentarité des rôles temporel et spatial entre les noms temps et espace).

28On précisera que la situation est équivalente dans des cas où le complément d’objet est introduit par une préposition : on observe là encore la même difficulté à en trouver des exemples attestés, et la même difficulté particulière à espace d’être suivi d’un SN qui ne soit pas formé à partir d’un nom de temps (cf. campagne publicitaire en (56) versus jour en (55)) :

55)  Voilà donc ce temps présent, le seul, à qui nous trouvions des titres à être appelé long, réduit à l’espace [ / au temps] d’un seul jour à peine. (<http://www.sens.univ-paris8.fr/>, 18/12/2018)

56)  Un engagement dans la durée, de 4 à 5 ans mais peut être réduit au temps [ / ?à l’espace] d’une campagne publicitaire […]. (<https://fr.slideshare.net>)

3. Espace de/temps de dans des compléments de temps

29Le parallèle entre espace de et temps de fonctionne beaucoup mieux dans des cas où ils apparaissent dans des compléments de temps, et plus particulièrement de durée (répondant à la question « combien de temps ? »), que ceux-ci soient ou non régis par le verbe. On envisagera successivement les deux configurations.

3.1. Compléments de temps régis

30On a mentionné déjà des exemples où les syntagmes l’espace d’un matin ou le temps d’un matin apparaissent à la suite des verbes vivre ou durer – auquel cas ils constituent des compléments cette fois non plus d’objet mais de durée, régis par les verbes vivre ou durer. Les exemples (57) à (60) ci-dessous viennent illustrer cette même configuration avec, dans la complémentation d’espace de et temps de, des noms aussi bien temporels (cf. (57), (58)) que non temporels (lesquels s’accordent cette fois aussi bien avec espace (cf. (59)) qu’avec temps (cf. (60)) :

  • 13 Lustre au sens littéraire de « période de cinq années ». On a du mal à trouver des exemples attesté (...)

57)  Le Fauvisme touche à sa fin. Il aura vécu l’espace d’un lustre13, 1903-1908. (<https://books.google.fr/>, 18/12/2018)

58)  Ce ne sont que des parcelles de vie qui ont vécu le temps de quelques minutes, voire quelques secondes, mais qui vivront dans ma mémoire à jamais. (<https://womance.ca/>, 18/12/2018)

59)  Comme tous les animaux / Tu aura vécu l’espace d’un soupir d’Eternité (<http://blog.louisandrea.overblog.com/>, 18/12/2018)

 60) Aladdin Sane [personnage éphémère créé par David Bowie] lui a vécu le temps d’un coup de foudre avec le public, un album et une tournée cette même année. (<http://www.lefigaro.fr/> 18/12/2018)

31D’autres verbes ayant pour complément régi un complément de durée – des verbes comme attendre, patienter, rester, tenir, prendre – autorisent le même parallélisme de fonctionnement entre espace de et temps de, dans des exemples du type de :

61) J’ai attendu / patienté / je suis resté l’espace / le temps de quelques heures.

62) J’ai attendu / patienté / je suis resté l’espace / le temps de quelques morceaux.

63) Ça a tenu / pris l’espace / le temps d’un week-end.

64) Ça a tenu / pris l’espace / le temps d’un concert.

On se contentera de mentionner, comme exemples attestés de ce parallélisme, les exemples suivants (avec les seuls verbes rester et tenir, et dans des cas – moins directement intuitifs – où espace et temps sont complémentés par un nom non temporel) :

65)  On reste l’espace de quelques morceaux mais sans grande conviction… Qu’ils soient Français ou Californiens, les rappeurs ont le chic pour me fatiguer rapidement. (<thoriummag.com/>, 18/12/2018)

66)  Je reste le temps de quelques morceaux, notamment Déprime Hostile qui est également le nom de leur premier album […]. (<thoriummag.com/>, 18/12/2018)

67)  Ces deux musiciens se connaissent depuis 2010. Ils ont formé divers projets qui ont tenu l’espace d’un concert et joué dans différentes formations. (<webradio.trafic2rock.info/>, 18/12/2018)

68)  Mais « chacun a une capacité de résistance différente », dit David Féron, et tout le monde n’arrive pas à tenir le temps d’un concert […]. (<nouvelobs.com/>, 18/12/2018)

32On notera que dans ce type d’exemples, où ils apparaissent dans un complément de durée régi, espace de et temps de sont toujours précédés de l’article défini. L’article indéfini paraît difficilement acceptable, sinon exclu :

69) ??Je suis resté un espace / un temps de quelques heures / de quelques morceaux.

3.2. Compléments de temps non régis

33Dans l’étude de Berthonneau (1989), les quelques pages consacrées au nom espace comme classifieur temporel (p. 339-343 et p. 511-513) portent sur son emploi dans des compléments de temps non régis. L’analyse proposée permet en particulier de préciser les spécificités de ces compléments avec espace selon qu’ils relèvent d’une « construction directe » (sans préposition) ou de constructions introduites par les prépositions en et dans. On reprendra ci-dessous les principaux éléments de cette analyse, avant d’introduire la question du parallèle avec temps, puis d’évoquer le cas de combinaisons possibles (pour espace aussi bien que temps) avec d’autres prépositions.

3.2.1. (En / dans) l’espace de selon Berthonneau (1989) : durée versus espace de temps

34La différence essentielle entre la construction directe (l’espace de) et les constructions prépositionnelles (en l’espace de, dans l’espace de) consiste en ce que la première implique une durée, alors que les deux autres impliquent un espace de temps. Ce qui nous amène à préciser que ces notions d’espace de temps et de durée sont distinguées, dans l’étude de Berthonneau, suivant les lignes suivantes :

[…] j’appelle « durée » […] les compléments pour lesquels le procès sature l’intervalle, dans l’ordre du continu, ou de la reconstitution du continu par un ensemble d’occurrences discrètes. Les autres compléments sont des espaces de temps, dans lesquels le procès est localisé de façon chaque fois différente. (Berthonneau, 1989 : 534)

Cette distinction s’illustre prototypiquement par le fonctionnement de la préposition pendant, laquelle admet deux emplois selon qu’elle construit un « espace de temps avec une occurrence définie (pendant la journée) » ou une « durée avec une quantité (pendant deux heures) » (Berthonneau, 1989 : 646).

35En ce qui concerne la construction directe l’espace de + SN, il s’agit de durée puisque l’intervalle est saturé de façon continue par le procès (l’intervalle et le procès se superposent), comme l’illustre (70) :

70)  Il a été malade l’espace d’une semaine.

  • 14 On notera que dans le cas (plus rare, cf. section 1.1.) où le SN du complément qui suit espace comp (...)

(où l’espace d’une semaine serait paraphrasable par pendant/durant une semaine14).

36Qu’il s’agisse de durée explique par ailleurs qu’un exemple tel que (71), avec un procès accompli, ne soit pas acceptable :

71) *Il a écrit son article l’espace d’une semaine.

  • 15 Précisons que le nom espace lui-même continue d’exprimer une durée (cf. section 1.2.) ; c’est l’ens (...)

37Dans le cas où espace se combine aux prépositions en ou dans, il ne s’agit plus en revanche de durée. En et dans jouent en effet vis-à-vis d’espace un rôle particulier, au sens où ce sont les prépositions qui « sélectionnent électivement espace » lorsqu’elles « construisent un espace de temps » (Berthonneau, 1989 : 531)15. Autrement dit, avec les constructions en l’espace de et dans l’espace de, le procès occupe l’intervalle, mais ne le sature pas « dans l’ordre du continu ». Ce procès est nécessairement un accompli, en et dans introduisant chacun la nécessité d’une « transition d’état », comme le montrent les exemples (72) et (73) versus (74) (inacceptable du fait de l’absence de transition associée à être malade) :

72) La guérison se fait en l’espace d’une semaine. (<https://www.parents.fr/>, 18/12/2018)

 73) En général, l’éclosion des œufs se fait dans l’espace d’une semaine […]. (<https://santecheznous.com/>, 18/12/2018)

  • 16 La seule façon de redonner une acceptabilité à ces exemples serait d’interpréter a été malade en un (...)

74)  Il a été malade *en/*dans l’espace d’une semaine16.

38Des différences plus fines sont en jeu entre en et dans, examinées également par Berthonneau, et dont on retiendra essentiellement que « dans permet toujours que la transition d’état ait lieu avant le terme de l’intervalle » (1989 : 342), alors qu’avec en, elle coïncide avec le terme de l’intervalle.

  • 17 On entendra cette notion de thématisation au sens qu’en donne Berthonneau (1989 : 62) : « Non théma (...)

39À l’opposition générale entre construction directe et construction prépositionnelle, une exception existe : signalée par Berthonneau (1989 : 341), elle consiste en ce que « la construction directe peut équivaloir au complément introduit par en » – et admettre donc un procès accompli – à condition qu’elle soit « thématisée »17. C’est le cas dans les exemples suivants (le premier construit par Berthonneau, le second attesté) où l’espace de deux heures ou l’espace d’une semaine ne correspondent plus à une durée, mais à un espace de temps :

75) L’espace de deux heures, on avait tout rangé.

76) L’espace d’une semaine, il avait retrouvé ce sourire franc et massif qu’on ne lui connaissait plus. (<http://www.warmup-f1.fr/>, 18/12/2018)

  • 18 De tels exemples présentant un nom non temporel semblent cependant moins communs – ils sont beaucou (...)

40Avant de passer à la comparaison avec temps, on fera deux observations supplémentaires. En premier lieu, on précisera par rapport à l’étude de Berthonneau – qui n’explore pas la possibilité pour espace d’admettre dans son SN complément un nom non temporel – que cette possibilité est ouverte non seulement pour construire une durée (comme on l’a déjà vu) mais également un espace de temps. Pour la construction d’une durée, on renvoie à nos exemples initiaux (3) à (5) ; pour la construction d’un espace de temps, on l’illustrera par les exemples suivants18 :

77) En l’espace d’un regard, ma vie venait de changer du tout au tout. (http://www.la-zep.fr/, 18/12/2018)

78)  L’intérêt d’Avengers Infinity War ne réside pas : […] dans ses sauts de puce entre 4 planètes différentes qui, même éloignés de plusieurs millions d’année lumière sont atteintes en l’espace d’un café expresso à la buvette. (<http://culturaddict.com/>, 18/12/2018)

79)  Leur utilisation dans l’espace d’une réunion académique ou lors d’une rencontre entre ami·e·s et collègues ne ferme pas la porte à leur nécessaire déconstruction […]. (<https://journals.openedition.org/>, 18/12/2018)

 80) Quelquefois on voit le processus s’opérer sous ses yeux, dans l’espace d’une séance. (<http://tierslivre.net/>, 18/12/2018)

41En second lieu, on soulignera que l’espace de en construction directe est exclusivement réservé à l’expression temporelle d’une durée, contrairement aux séquences en l’espace de et dans l’espace de, où espace peut aussi bien recevoir une interprétation spatiale. Cela apparaît clairement dans les exemples suivants, où même complété par un nom comme kilomètre, le nom espace dans l’espace de ne peut recevoir qu’une interprétation temporelle (cf. (81)), alors qu’il peut recevoir, dans en l’espace de ou dans l’espace de, une interprétation aussi bien temporelle que spatiale (cf. (82), (83)) :

81)  L’espace d’un kilomètre, les enfants restèrent calmes / *il y a de nombreuses pharmacies.

82) En l’espace d’un kilomètre, le paysage changea plusieurs fois / il y a de nombreuses pharmacies.

  • 19 Là encore cependant – comme le remarque notre relecteur – l’acceptatibilité de la combinaison avec (...)

83) Dans l’espace d’un kilomètre, le paysage changea plusieurs fois / il y a de nombreuses pharmacies19.

3.2.2. Comparaison avec (en/dans) le temps de

3.2.2.1. Construction directe

42La construction directe exprimant une durée est particulièrement propice au parallélisme de fonctionnement entre espace et temps. Ce parallélisme – qu’illustraient déjà en introduction nos exemples (3) à (5) d’un côté, (7) à (9) de l’autre – peut être synthétisé à l’aide des exemples construits suivants, où l’un et l’autre nom sont complémentés par un nom temporel (cf. (84), (86)) aussi bien que non temporel (cf. (85), (87)), l’ensemble entrant dans un complément de temps non thématisé (cf. (84), (85)) aussi bien que thématisé (cf. (86), (87)) :

84)  Il a été malade l’espace / le temps d’une semaine.

85) Nous avons discuté l’espace / le temps d’une cigarette.

86) L’espace / le temps d’une semaine, il a été malade.

87) L’espace / le temps d’une cigarette, nous avons discuté.

43On ajoutera que dans le cas d’un complément thématisé, la construction d’un espace de temps (localisant un procès accompli) plutôt que d’une durée est possible avec temps comme on a vu qu’elle l’était avec espace (cf. 76). Il nous suffira pour le mettre en évidence de mentionner que l’exemple (76) se poursuit par :

88) Le temps d’une escapade triomphale dans la Sarthe, il avait également recouvert cette joie de piloter une machine à la hauteur de son incommensurable talent. (http://www.warmup-f1.fr/, 18/12/2018)

44On précisera également que la construction directe rend nécessaire (comme c’est le cas avec les compléments de temps régis) la présence de l’article défini devant espace aussi bien que temps. Ce qu’illustre la différence d’acceptabilité entre (89) et (90) :

89) Il a été malade l’espace / le temps d’une semaine.

90) Il a été malade *un espace / *un temps d’une semaine.

3.2.2.2. Constructions introduites par en et dans

45Dans le cas de constructions introduites par en et dans – dont on a vu qu’elles impliquent avec espace un espace de temps plutôt qu’une duréele parallèle entre espace et temps est beaucoup moins assuré. C’est le cas en particulier des constructions introduites par en, où la présence de l’article défini n’est admise qu’en combinaison avec le nom espace – lequel, note Berthonneau (1989 : 512), « a une affinité particulière avec l’article défini, puisqu’il le présente dans les plus mauvaises conditions, avec en ». Avec temps (qui ne présente pas cette affinité), la même combinaison est exclue : autrement dit, la séquence en le temps de (versus en l’espace de) n’est pas acceptable.

46Reste à examiner les possibilités de combinaison avec l’article indéfini. Comme le note Berthonneau (1989 : 512) à propos d’espace, « l’indéfini n’est pas exclu (en un espace de deux jours) ». On mentionnera, pour illustrer cette possibilité, l’exemple attesté suivant :

91) En un espace de quelques jours seulement votre commande vous sera livrée […]. (<https://www.imprimeur-en-ligne.fr/​>, 18/12/2018)

Avec temps cependant, la combinaison paraît là encore difficile (cf. 92) – sauf s’il s’agit d’emplois spécialisés du type « performance » (cf. (93)) :

92) ?En un temps de quelques jours seulement votre commande vous sera livrée.

93) Il a tenu promesse en remportant le parcours en un temps de 2:59:24. (<https://www.leclaireurprogres.ca/>, 18/12/2018)

  • 20 On laissera de côté les cas de combinaison avec l’article indéfini, peu représentés pour espace (da (...)

47Avec les constructions introduites par dans, la possibilité d’un parallèle entre espace et temps pourrait sembler davantage ouverte, dans la mesure où le second n’exclut pas cette fois l’article défini : les séquences dans le temps de et dans l’espace de sont également acceptables20. Or là encore, la construction d’un espace de temps semble se faire moins communément avec temps qu’on ne l’a vu avec espace. On en trouve des exemples attestés dans le cas où le complément qui suit est formé à partir d’un nom de temps (cf. (94)) :

 94) Les BLIT’zarts, comédiens-auteurs créent un spectacle dans le temps d’une journée. (<http://blitzlebal.blogspot.com/>, 18/12/2018)

Les exemples attestés sont en revanche beaucoup plus rares – et à peu près le seul fait, semble-t-il, d’un style littéraire vieilli – dans le cas où le complément de temps est formé à partir d’un nom non temporel. Ce caractère littéraire nous a amenée à faire une recherche sur la base de données Frantext, avec les deux résultats suivants :

95) Plus je m’entêtais d’ailleurs et moins je m’accordais avec moi-même, alors j’ai ri : dans le temps d’un éclair, un rire infiniment pauvre a adouci ma terreur […]. (Bataille, L’Abbé C., 1950)

96) […] un moment elle te sourit d’amitié et puis dans le temps d’un battement d’yeux, elle te quitte sans même un : au revoir. (Roumains, Gouverneurs de la rosée, 1944)

3.2.3. Constructions introduites par d’autres prépositions

48On examinera très succinctement (et sans entrer dans le détail de leur signification) les autres prépositions susceptibles de se combiner, plus ou moins rarement, plus ou moins partiellement, avec espace (ainsi, éventuellement, qu’avec temps).

3.2.3.1. Sur, (par)

49La combinaison d’espace avec sur est mentionnée par Berthonneau (1989 : 513) à travers l’exemple Tout a été réglé sur l’espace d’un mois. Cette construction semble en revanche ne pas être possible quand espace est complété par un nom autre que temporel (cf. (97)), ni avoir d’équivalent avec temps (cf. (98), (99)) :

97)  ?On y réfléchira sur l’espace d’une réunion.

98) ?On y réfléchira sur le temps d’un mois.

99) ?On y réfléchira sur le temps d’une réunion.

50On mentionnera également le cas de par, dont la combinaison avec espace (complété par un nom temporel) était possible jusqu’au début du xviie siècle, ainsi qu’en témoignent nos requêtes dans Frantext. On citera par exemple :

100)  La semence avant que la jetter en terre, sera trempée dans l’eau, par l’espace d’un jour ou deux. (de Serres, Le Théâtre d’agriculture et mesnage des champs, 1603)

Là encore, on ne trouve pas d’équivalent avec le nom temps.

3.2.3.2. Pour

51La préposition pour peut se combiner avec espace ou avec temps, mais avec des contraintes différentes. Avec espace, elle fonctionne beaucoup mieux si le SN complément comporte un nom de temps (pour l’espace d’une semaine) qu’un nom non temporel (pour l’espace d’un repas). À l’inverse avec temps, la combinaison fonctionne mieux avec dans le SN complément un nom non temporel (pour le temps d’un repas) qu’un nom temporel (pour le temps d’une semaine).

3.2.3.3. Pendant, durant

52Avec pendant et durant, les contraintes de combinaison sont les mêmes qu’avec pour, à ceci près que la combinaison avec espace n’est pas moins attestée dans des cas où le SN complément comporte un nom non temporel. On trouve ainsi :

101) Peu d’écrivains arrivent ainsi à s’imposer à toute une nation, et la plupart le font le plus souvent comme Kerouac pour un court moment, souvent durant l’espace d’un succès littéraire […]. (<http://erudit.org/>, 18/12/2018)

102)  […] je résumerai pendant l’espace d’un Je vous salue Marie l’exercice que je dois faire […]. (<http://livres-mystiques.com/>, 18/12/2018)

3.2.3.4. Après, avant

53Avec après et avant, les possibilités de combinaison semblent très réduites. Une recherche sur Frantext ne produit aucun résultat ; une recherche sur le web nous en donne un seul exemple attesté :

103) Après l’espace d’un an Becky Chambers récidive avec ce roman de SF raffraichissant. (https://www.amazon.fr/, 18/12/2018)

(aucun exemple attesté n’apparaissant avec la préposition avant, ni avec le nom temps.)

54Cette revue des possibilités de combinaison d’espace et temps avec des prépositions reste très rapide et insuffisante : elle serait à approfondir, dans une perspective diachronique (il semble en particulier que les emplois temporels d’espace étaient, jusqu’au xviiie ou xixe siècle, plus facilement associés à des prépositions que ce n’est le cas aujourd’hui).

Conclusion et perspectives

55De tout ce qui précède, on retiendra que la similarité de fonctionnement entre les noms espace et temps, dans des séquences où ils sont suivis d’une mesure de temps, ne vaut pleinement que lorsque celles-ci entrent dans des compléments de durée, soit régis, soit non régis en construction directe. Dans tous les autres cas, et malgré des points de rapprochement, les séquences sont inégalement productives, et soumises à des contraintes différentes selon qu’il s’agit d’espace ou de temps.

56Il resterait à s’interroger sur les limites de cette similarité de fonctionnement, dans les configurations mêmes où elle est le mieux représentée. Pour ce faire, il faudrait en particulier explorer l’extension de la gamme de noms susceptibles d’apparaître dans le complément de mesure du nom espace, en comparaison avec temps. Alors que nous nous sommes à peu près contentée de distinguer entre noms de temps et noms non temporels, il conviendrait d’affiner l’analyse. Le nom espace, en effet, admet en complément des noms temporels « sans extension référentielle stable » (cf. Berthonneau, 1989) que temps n’admet que plus difficilement : l’espace d’un instant ou l’espace d’un moment sont ainsi plus communs que le temps d’un instant ou le temps d’un moment, où la redondance affleure. Mais surtout, à l’inverse, temps autorise un éventail plus large qu’espace de noms non temporels – et en particulier, de noms concrets, qui ne sont associés qu’indirectement à un événement ou une action. Ainsi, le temps d’un petit noir (pour un café) ou le temps d’un croissant nous paraissent a priori plus facilement acceptables (cf. (104)) que l’espace d’un petit noir ou l’espace d’un croissant (cf. (105)) – dans la mesure où petit noir et croissant sont plus difficiles à associer prototypiquement à un événement que café ou cigarette :

104) Le temps d’un petit noir / le temps d’un croissant, je rêve un peu.

105) ?L’espace d’un petit noir / ?l’espace d’un croissant, je rêve un peu.

De la même façon, il nous semblerait un peu difficile en (106) de remplacer le temps d’un paquet de gâteaux par l’espace d’un paquet de gâteaux :

106) Vous remplir plutôt que de rencontrer ce qui vous habite là au creux de votre ventre. Le temps d’un paquet de gâteau, [/ ?l’espace d’un paquet de gâteau] ne plus penser, ou alors ne penser qu’à ça : manger. (<http://sybillefernandez.com/>, 18/12/2018)

  • 21 En témoigne l’absence (constatée via une recherche sur le web) d’exemple attesté de ce type, alors (...)

De tels exemples avec espace ne seraient pas impossibles. Ils sont néanmoins beaucoup moins attendus que leurs pendants avec temps21 : alors qu’avec temps en effet l’interprétation temporelle est immédiatement contrainte (on sait immédiatement qu’il s’agit de temps), avec espace, une forme d’« accommodation temporelle » est nécessaire, exigeant un effort d’interprétation supplémentaire. Une tension se crée entre la nécessité d’une interprétation temporelle – la seule possible, on l’a vu, dans le cas d’une construction directe – et la difficulté à occulter l’aspect spatial d’espace dans certaines associations (telles justement que l’espace d’un croissant ou l’espace d’un paquet de gâteaux). La difficulté est cependant, on le répète, surmontable, ainsi qu’en témoigne un exemple comme :

107) Mon coeur retrouve le sourire, l’espace d’un bonbon, il s’illumine à l’approche d’un fruit juteux, d’une mousse fraiche et légère. (<mezetadam.over-blog.com/>, 18/12/2018)

Nous ne pouvons pas ici – faute d’espace – explorer les différences dans les possibilités de combinaison avec des noms non temporels, selon qu’il s’agit d’espace ou de temps. Nous réservons cette exploration pour une prochaine étude.

57Deux points encore seraient à développer, que nous n’avons pas évoqués jusqu’ici. Le premier concerne l’affinité particulière que nous semble entretenir espace, contrairement à temps, avec l’expression de la brièveté : l’espace d’une seconde / d’un court instant / d’un éclair / d’un clin d’œil apparaissent ainsi beaucoup plus représentés que leurs équivalents avec temps. Le second point touche à la différence qui subsiste dans le sémantisme des noms espace (dans son acception temporelle) et temps, et ce quelle que soit la proximité de leurs emplois. On se contentera, pour en donner une idée, de citer un exemple tel que :

108) […] l’absurde ne se contente pas d’y surgir [dans les films de Tati] le temps (ou l’espace) d’un gag : l’absurde est déjà là, en puissance, dans le regard porté sur les choses […]. (<artcinema.org/>, 18/12/2018)

où l’on peut s’interroger sur la signification de l’ajout de la parenthèse le temps (ou l’espace) d’un gag. Espace ne peut ici constituer le pendant spatial de temps (comme c’était le cas dans des exemples tels (45) ou (54)), dans la mesure où la construction directe n’autorise qu’une interprétation temporelle. Une telle coexistence (qui n’est pas rare) des noms temps et espace suppose cependant pour ce dernier la persistance d’une « trace spatiale » : ce qui ouvre à des jeux possibles dans l’usage temporel d’espace, sur lesquels nous nous proposons de revenir… dans l’espace de quelque temps.

Haut de page

Bibliographie

BERTHONNEAU A.-M. (1989), Composantes linguistiques de la référence temporelle. Les compléments de temps, du lexique à l’énoncé, thèse de doctorat d’État, Université Paris 7.

HAAS P. & GRÉA P. (2015), Action et événement, deux types nominaux distincts ?, Langue française 185, 85-98.

VANDELOISE C. (1999), Quand dans quitte l’espace pour le temps, Revue de Sémantique et Pragmatique 6, 145-162.

Haut de page

Notes

1 Cf. entrée espace consultée sur le site du TLFi : <http://atilf.atilf.fr/tlf.htm>.

2 Pour une description et classification des différents types de noms dynamiques, nous renvoyons en particulier à Haas et Gréa (2015).

3 Nous soulignons en gras, dans nos exemples attestés, les expressions qui font l’objet de l’étude. Ces exemples attestés sont par ailleurs reproduits tels quels, avec leur orthographe et leur ponctuation originales.

4 On remarquera ici la reprise d’espace par temps. Cette coexistence du nom espace, dans son acception temporelle, avec le nom temps est souvent le cas (cf. également l’exemple qui suit : « le temps s’arrête, l’espace d’un […] »).

5 Notre relecteur nous fait part d’une gêne – plus ou moins vive – à admettre certains de nos exemples où le SN complément du nom temps est lui-même formé à partir d’un nom de temps. Cette gêne éventuelle est sans doute liée à une forme de redondance, sur laquelle nous reviendrons (très brièvement) en conclusion.

6 Les exemples pour lesquels nous ne mentionnons pas de source sont des exemples construits.

7 Les noms du référentiel chronologique, tels que décrits par Berthonneau (1989 : 407-467), se répartissent par séries qui entretiennent des relations entre elles, et sont formées en particulier d’unités de mesure du temps (an/année, mois, jour/journée, heure), de dénominations spécifiques de ces unités (an 2000, avril, lundi) ou de parties d’unités (matin/matinée, après-midi).

8 La possibilité pour espace d’admettre dans son SN complément un nom non temporel ne fait pas l’objet de l’étude de Berthonneau (1989), qui ne la signale que pour le nom temps, à propos duquel elle note qu’il peut « donner une extension référentielle à un nom non temporel (Je lui ai confié mon chat le temps des vacances) » (Berthonneau, 1989 : 517).

9 Alors que les occurrences de le temps du trajet / de ma cigarette / de cette rencontre sont bien attestées sur le web, on n’en trouve pas (ou presque pas) d’équivalent avec espace (dans une acception temporelle). On ne trouve ainsi aucune occurrence de l’espace de ma cigarette ou l’espace de cette rencontre, et une seule de l’espace du trajet : « L’espace du trajet j’étais donc sans domicile, sans quasi repères avec comme seul compagnon ma valise déjà chargée de plein de souvenirs. » (<http://angymontreal.blogspot.fr/>, 18/12/2018)

10 Une recherche sur le web nous donne ainsi de nombreux résultats pour l’espace d’une courte seconde, mais deux seulement pour le court espace d’une seconde. Cette disproportion des résultats se retrouve pour l’espace d’une courte semaine versus le court espace d’une semaine ; l’espace d’une petite minute versus le petit espace d’une minute ; l’espace d’une brève rencontre versus le bref espace d’une rencontre.

11 Je remercie Dejan Stosic pour ce bel exemple – où le temps de la sieste est souligné en gras par les auteurs mêmes de la publicité.

12 De fait, on retrouve là l’impossibilité décrite juste plus haut de remplacer temps par espace dans des séquences du type de prendre / avoir le temps de.

13 Lustre au sens littéraire de « période de cinq années ». On a du mal à trouver des exemples attestés de ce type avec un nom de temps autre que matin, tant l’expression vivre l’espace d’un matin semble être devenue la norme dominante (voire exclusive).

14 On notera que dans le cas (plus rare, cf. section 1.1.) où le SN du complément qui suit espace comporterait un article défini (Il a été malade l’espace de la semaine), il s’agirait toujours de l’expression d’une durée. Et en ce cas donc, la paraphrase avec pendant exclurait la simple reprise du défini, laquelle serait associée à la construction d’un espace de temps (Il a été malade pendant la semaine) ; pour retrouver une paraphrase acceptable avec pendant, il faudrait faire précéder le défini d’un tout permettant de « récupérer » l’expression d’une durée (Il a été malade pendant toute la semaine).

15 Précisons que le nom espace lui-même continue d’exprimer une durée (cf. section 1.2.) ; c’est l’ensemble de la séquence, introduite par la préposition, qui construit un espace de temps.

16 La seule façon de redonner une acceptabilité à ces exemples serait d’interpréter a été malade en un sens résultatif (au sens de « a été atteint de la maladie ») : en ce cas, on retrouverait une transition d’état.

17 On entendra cette notion de thématisation au sens qu’en donne Berthonneau (1989 : 62) : « Non thématisé, le complément temporel localise le procès ou en spécifie l’extension. Thématisé, il est le repère constitutif de la prédication ». Un complément thématisé est un constituant détaché – dont le détachement est le plus souvent (mais ce n’est pas nécessairement le cas) marqué par une position antéposée et/ou la présence à l’écrit de virgule(s) (comme en (75)).

18 De tels exemples présentant un nom non temporel semblent cependant moins communs – ils sont beaucoup plus difficiles à trouver – que les exemples où il s’agit d’exprimer une durée, à l’aide d’une construction directe. Comme le remarque notre relecteur, les exemples semblent encore moins facilement acceptables avec la préposition dans que en.

19 Là encore cependant – comme le remarque notre relecteur – l’acceptatibilité de la combinaison avec dans paraît un peu douteuse.

20 On laissera de côté les cas de combinaison avec l’article indéfini, peu représentés pour espace (dans un espace de quelques jours), et moins encore pour temps (dans un temps de quelques jours).

21 En témoigne l’absence (constatée via une recherche sur le web) d’exemple attesté de ce type, alors qu’avec temps, les exemples attestés abondent. On citera par exemple pour petit noir et croissant :
i) Ils arrivaient à la gare de bon matin, s’arrêtaient chez Jeannette le temps d’un petit noir avant de commencer leur journée. (https://armentieres.maville.com/, 18/12/2018)
ii) Maadi est un quartier où beaucoup d’expatriés habitent. Vous y trouverez de nombreux restaurants, coffeeshop, et même une boulangerie (TBS) qui vous ramènera en France le temps d’un croissant. (<https://www.grainedevoyageuse.fr/>, 18/12/2018).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Le Draoulec, « (L’)espace de versus (le) temps de »Scolia, 33 | 2019, 99-123.

Référence électronique

Anne Le Draoulec, « (L’)espace de versus (le) temps de »Scolia [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 11 juillet 2019, consulté le 08 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/scolia/916 ; DOI : https://doi.org/10.4000/scolia.916

Haut de page

Auteur

Anne Le Draoulec

CNRS & Université Toulouse Jean Jaurès, CLLE
anne.le-draoulec[at]univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search