Navigation – Plan du site

AccueilNuméros107Partie 1Un dispositif, un tiers-espace et...

Partie 1

Un dispositif, un tiers-espace et des médiations. Le tiers-espace socio-scientifique dans la recherche-intervention

A device, a third space and mediations. The socio-scientific third-space in research-intervention
Un dispositivo, un tercer espacio y mediaciones. El tercer espacio sociocientífico en la investigación-intervención
Jean-François Marcel

Résumés

Le tiers-espace socio scientifique (TESS) opérationnalise la démarche de recherche-intervention (RI). Il correspond à la mise en lien des contextes professionnels et de recherche, au travers d’une dimension participative et en articulant deux visées, connaître et transformer. L’article présente le TESS et le précise à l’aide de trois niveaux d’analyse : le concept de dispositif (au travers de la dialectique contrainte / liberté), la notion de tiers espace (qui cible le trait d’union) et une approche par les médiations. Elles permettent de caractériser les dynamiques à l’œuvre en distinguant, d’abord, leurs dimensions techniques et symboliques et, ensuite, deux familles de médiations : celles de l’orthopédie du social et celles du lien social. Notons enfin que les fonctions critiques et politiques de la RI sont investies, différemment mais en complémentarité, par chacun des trois niveaux d’analyse.

Haut de page

Texte intégral

1Le tiers-espace socio scientifique (désormais TESS) assume, porte, garantit, opérationnalise, concrétise et fait vivre la démarche de recherche-intervention (désormais RI). Il est donc nécessaire de consacrer un premier paragraphe à cette démarche avant d’en arriver à la présentation du TESS. Cet espace correspond en fait au trait d’union de recherche-intervention et s’il est qualifié de socio-scientifique, c’est à deux niveaux interdépendants, celui des liens entre science et société que la RI met « au travail » et celui des contextes, professionnels et de recherche, que la RI relie, au travers d’une dimension participative, en articulant deux visées, connaître et transformer. Cette démarche de RI, en prise directe avec les demandes et problématiques sociales, assume, en outre, des fonctions critiques et politiques, notamment en promouvant l’émancipation des participants et le TESS en est le vecteur.

2A la suite de sa présentation, le TESS est investi et précisé par trois niveaux d’analyse :

    • 1 René Amigues utilise le verbe « tordre ».

    Le concept de dispositif insiste en particulier sur la dialectique contrainte / liberté, dialectique entre, d’un côté, un cadre qui porte l’intention et le projet de la RI (qui fonctionne comme une garantie de la mobilisation de la démarche) et qui prend la forme des termes d’une commande contractualisée et, d’un autre côté, sa mise en œuvre effective, contextualisée, en situation, avec une contingence irréductible (la liberté) au travers de collectifs qui se structurent et « déforment »1 la commande en se l’appropriant pour affirmer leur marge d’autonomie,

  • Le tiers espace interroge le trait d’union, réfutant l’entre-deux pour y substituer l’hybride et le présente comme un espace de négociation, d’invention, d’adaptation et de co-élaboration d’équilibre,

  • Les médiations permettent de caractériser les dynamiques à l’œuvre aussi bien au sein de l’équilibre entre contrainte et liberté qu’au sein de l’hybridation portée par le trait d’union. La distinction première entre les dimensions techniques et symboliques des médiations se prolonge par deux familles de médiations qui seront développées plus avant, celles de l’orthopédie du social (entre les espaces, les temps, les acteurs mais aussi entre les visées et entre les principes de la RI) et celles du lien social (entre les différentes langues et entre les catégories de savoirs).

3Il est intéressant de constater que les fonctions critiques et politiques sont investies, différemment mais en complémentarité, par chacun des trois niveaux d’analyse.

La recherche-intervention

  • 2 Voir à ce propos : Marcel (2015, 2016, 2019a), Broussal, Ponté et Bedin (2015).

4La démarche de recherche-intervention est destinée à permettre de répondre à des demandes sociales, prenant la forme de recherches commanditées, dans une logique d’accompagnement du changement2. Elle est pensée et opérationnalisée à partir des cadres épistémologiques, méthodologiques et théoriques des Sciences de l’éducation et de la formation, en particulier le choix assumé d’explorer une « tierce voie » (Robert et Marcel, 2019).

L’ouverture d’une tierce voie

5En effet, dans l’histoire des sciences, deux traditions s’opposent que nous nous bornerons, ici, à repérer brièvement. L’approche différencialiste considère comme indépassables les clivages entre la connaissance et l’action, sous l’argument principal qu’il s’agit de deux univers aux logiques fondamentalement distinctes et irréconciliables. Elle renvoie à la métaphore d’une science surplombante. A l’inverse, l’approche anti-différencialiste insiste sur la porosité et même les passages fréquents entre l’univers de la connaissance et l’univers de l’action. Elle renvoie à l’image d’un chercheur, acteur social « ordinaire » parmi les autres acteurs sociaux.

6Par rapport à l’opposition radicalisée de ces deux traditions, nous avons choisi d’opter pour une autre voie qui s’inscrit dans une rupture affirmée par rapport aux approches précédentes. En effet, cette tierce voie repose sur l’hypothèse d’un rapprochement possible et souhaitable entre la recherche (ses résultats, ses méthodologies, etc.) et l’action (les valeurs, les identités, l’expérience, l’efficacité visée, etc.). De plus, elle défend l’idée forte d’un enrichissement réciproque de chacune des sphères dans et par leur articulation. En revanche, la possibilité même de l’articulation entre recherche et action requiert, pour elle, le respect strict et préalable de trois « conditions » : la préservation de l’autonomie relative de chacune des deux sphères, c’est-à-dire une articulation sans substitution de l’une à l’autre ni sans confusion entre les deux, la poursuite simultanée, complémentaire voire possiblement en tension des deux visées (connaitre et transformer), une articulation sans instrumentalisation de l’une par l’autre et l’organisation technique, matérielle et sociale de dispositifs d’articulation et de dispositifs de dissociation, condition nécessaire au respect des deux précédentes.

Une double visée : le « sur » et le « pour »

7En lien direct avec cette tierce voie, la RI revendique de poursuivre simultanément et nécessairement deux visées, interdépendantes et non hiérarchisées. La visée heuristique (le « sur ») requiert une forte vigilance par rapport au déploiement et au respect des différentes composantes du procès de recherche : la problématisation, l’élaboration d’un cadre théorique, les choix méthodologiques, le travail empirique (outils, enquêtes, analyses, etc.), la discussion des résultats, l’écriture. Cette visée se traduit par des exigences en termes de validités scientifiques, validité interne relative à la cohérence de la démarche et à l’articulation de ses différentes phases, et validité externe soucieuse de la généralisation des résultats.

8La visée transformative (le « pour ») correspond à une relation renforcée avec le champ social ou professionnel. Elle revendique et assume de prendre en charge des demandes diverses (appui, accompagnement, conseil, évaluation, expérimentation, aide à la décision, élaboration de dispositifs ou de ressources, etc.), demandes émanant de contextes socioprofessionnels différents (établissements scolaires, universitaires ou de soins, travail social, associations, collectivités territoriales, administrations, entreprises, etc.) et demandes, bien sûr, en lien avec ses domaines de compétences. Cette visée est régie par les exigences de la validité sociale, c’est-à-dire par rapport à l’efficacité de la contribution du produit obtenu à la résolution du problème posé par la commande.

Deux principes fondateurs : le « avec » et le « par »

9Le refus de hiérarchisation et le maintien de l’interdépendance des deux visées s’opérationnalisent dans deux principes sur lesquels reposent la mise en œuvre de la RI. Le premier insiste sur sa dimension participative (le « avec ») qui offre à chacun la possibilité de prendre part à l’ensemble du travail. Sans occulter les différences et les spécialités de chacun (en termes de compétences, de connaissances, d’expériences, de statuts, de rôles, de positionnements, etc.) qui constituent autant de ressources et de richesses, l’ensemble des participants prend part à un projet collectif englobant recherche et intervention, c’est-à-dire que chacun contribue aux phases de conception, de mise en œuvre, d’évaluation, et en assume la co-responsabilité. Comme il n’y a pas de hiérarchie entre les connaissances et les savoirs des acteurs, qu’ils soient scientifiques (théoriques et méthodologiques principalement), professionnels, expérientiels ou d’usage, il n’y a pas non plus de hiérarchie de tâches. Ici, les tâches dites ou perçues comme « nobles » sont positionnées au même rang que celles, dites relevant du « sale boulot ».

  • 3 Ce positionnement peut concerner, pour tout ou partie, des dimensions professionnelles (comme l’acc (...)

10Le second principe relève la dimension émancipatrice de la RI (le « par », Marcel et Broussal, 2017). Telle que nous la convoquons ici, l’émancipation se caractérise d’abord par la force d’un collectif qui en constitue le potentiel énergétique et dynamique principal. Il est constitué autour d’un projet commun, il est relayé ensuite par l’hétérogénéité des statuts, des spécialités et des acteurs mais il est surtout dépendant de l’abolition de toute hiérarchie symbolique. L’émancipation se traduit aussi par et dans la reconfiguration de ses espaces (incluant le franchissement de frontières) car le dispositif entend permettre, grâce aux dynamiques collectives, le « déplacement » de chacun des acteurs. Ce déplacement consiste, pour chaque acteur, simultanément à s’extraire du positionnement auquel il se trouvait assigné au départ et à conquérir un positionnement3 plus conforme à ses aspirations. La troisième caractéristique de l’émancipation est la réappropriation de ses temps car, si elle repose ici sur un engagement certes intense au sein du collectif, celui-ci n’est déployé que sur une période courte et limitée, celle de la durée du projet. Ce constat est sans doute le plus fortement différenciateur d’une nouvelle approche de l’émancipation, coupée de grands collectifs stables et permanents, à l’image des grands récits dans lesquels ils s’inscrivaient jusqu’à présent. Ici, l’émancipation repose sur l’individu, condamné à reconstruire et à inventer perpétuellement une dynamique et une cohérence entre des collectifs et des engagements transitoires et temporellement bornés.

Le tiers-espace socio-scientifique dans la recherche-intervention

11Nous ne développerons pas ici le design d’une RI ou son dispositif d’évaluation (voir à ce propos Marcel et Bedin, 2018, Marcel 2019b) mais nous insisterons d’abord sur la globalité de la démarche. En effet, les choix portés par la RI, qu’ils soient scientifiques, épistémologiques ou politiques requièrent la préservation de la prise en compte simultanée du « sur », du « pour », du « avec » et du « par ». Bien sûr cette prise en compte peut, selon les types de dispositifs, selon les projets, moduler quelque peu le « dosage » de chacun des termes mais en n’aucun cas elle ne saurait escamoter l’un d’entre eux : c’est sur leur complémentarité dynamique que repose la cohérence de notre proposition.

  • 4 Sa théorisation avait été amorcée dans Marcel (2010).

Nous insisterons principalement sur le dispositif qui à la fois structure et donne sens à la démarche : le tiers-espace socio-scientifique en commençant par le présenter4.

La commande

12C’est à partir de la sollicitation d’un partenaire, porteur d’une demande souvent imprécise et assez floue, que s’initie le processus de co-élaboration de la commande (Marcel, 2013). C’est lors de (et par) cette phase, qui aboutit à une contractualisation (partenaire / Unité de Recherche), qu’est posé le cadre du TESS.

13Au-delà de la circonscription de l’objet et de l’explicitation des apports réciproques (deux volets du projet), ce sont les conditions mêmes de mise en œuvre d’une RI qui focalisent notre attention. Si la visée transformatrice, en termes d’attendus, se doit certes d’être limitée par la faisabilité (pour prévenir toute frustration) et le principe d’émancipation annoncé et assumé comme potentiellement subversif (pour anticiper toute crispation), nous sommes particulièrement vigilants sur deux points :

  • 5 La légitimité de notre participation est en lien direct avec le volet financier de la RI. Dans une (...)

14Affirmer la visée heuristique de la RI qui, d’une part, légitime notre participation5 et apporte, nous l’avons vu, une plus-value au projet et qui, d’autre part, requiert le déploiement d’une recherche, c’est-à-dire à la fois l’accès à des informations, une certaine forme de dérangement pour leur collecte et, surtout, une durée plus importante du projet. Le temps long de la recherche a un effet de fort ralentissement par rapport à l’emballement généré par l’enthousiasme de la demande, et cette caractéristique nécessite d’être posée, explicitée et acceptée.

15Clarifier la mise en œuvre du principe participatif : si la dimension participative est souvent largement plébiscitée en tant que caractéristique de la RI, c’est l’effectivité de sa mise en œuvre qu’il est nécessaire de baliser. Pour ce faire, sont prévues la mise en place de deux instances de base (le Comité de Pilotage et le Groupe de Travail) et sont anticipés des modalités de valorisation et de diffusion de la RI. Nous les présenterons en suivant.

Deux instances de base, le CoPil et le GTra

16Le Comité de Pilotage (désormais CoPil) et le Groupe de Travail (désormais GTra) sont les deux instances de la RI qui constituent les premiers cercles du TESS, en ce sens qu’ils permettront de le co-élaborer. Le GTra est l’instance qui concrètement a la charge de la mise en œuvre du projet. Sur la base de la commande, reformulée et réappropriée, il organise son travail en fonction des deux visées : la production d’un changement (en lien avec la question qui avait initiée la demande) et l’élaboration de savoirs, dans un premier temps, contextualisés (pour alimenter le traitement de la question) avant d’être soumis à un processus de généralisation (comme toute connaissance scientifique). Le GTra est composé de membres différents, des chercheurs et des acteurs de l’association (occupant souvent des fonctions diversifiées), des acteurs qui ne se connaissent pas mais qui sont réunis autour du projet posé par la commande. Ce groupe se constitue dans et par la réappropriation collective de la commande et se réunit régulièrement durant la réalisation du projet. Deux principes fondent le GTra (et la démarche participative) :

17Son horizontalité et son absence de hiérarchie explicite : chaque membre contribue à l’ensemble des étapes du projet, en fonction de ses compétences, de son expérience et de ses possibilités. La répartition des tâches se fait sur cette base et non sur leur valeur symbolique.

18L’engagement : la participation des acteurs de l’organisation se fait sur la base du volontariat et, surtout, est incluse dans le temps de travail, sans empiéter sur le temps personnel. En revanche, cet engagement est associé à une responsabilité, en termes d’assiduité et en termes de réalisation du projet annoncé.

19Le CoPil est composé des commanditaires (qui pilote l’organisation concernée et financent la RI), des chercheurs et, très important, de deux représentants du GTra. Il se réunit une à deux fois par an. Il a la charge de réguler le déroulement de la RI en termes de respect du calendrier ou des attendus : il assure ainsi une certaine plasticité à la commande. Ces régulations sont en lien direct avec les questions de faisabilité auxquelles est confrontée régulièrement le GTra et la présence de deux de ses représentants dans le CoPil enrôle véritablement ce dernier dans une démarche participative. Le CoPil ne « surveille » pas, il institutionnalise les avancées du GTra car il a aussi la charge de valider, au nom de l’institution qu’il représente, les propositions du groupe.

La valorisation et la diffusion de la RI

20Au-delà de l’évaluation de la RI (elle-même participative), les deuxièmes cercles au sein desquels se co-élabore le TESS, relèvent d’une participation étendue. Ce sont les cercles relatifs de la socialisation de la RI au sein de l’organisation et ils sont souvent pris en charge par le CTra avec la caution du CoPil. Il y a le « faire connaître », lors de phase de présentation du projet ou de restitution des avancées, à différentes étapes de la RI, mais aussi le « faire reconnaître » quand la valorisation ouvre sur d’autres partenaires, locaux, régionaux ou nationaux (colloques, journées d’étude, etc.). Rajoutons ici les publications, scientifiques ou professionnelles, qui participent de ce processus de diffusion.

21Même s’ils sont en liens étroits avec les deux précédents, les troisièmes cercles de participation s’en différencient en priorisant l’autonomie relative des deux partenaires (Unités de Recherche et organisation), ce qui se traduit par une sorte de dissociation. Nous citerons :

  • Au sein de l’UR, tout au long de la RI, des dispositifs de supervision permettant aux chercheurs engagés d’être accueillie dans une instance d’écoute et d’appui.

  • Au sein de l’organisation, les modalités (aussi bien par le GTra que le CoPil) de l’implémentation des propositions produites par la RI et d’accompagnement du changement (plutôt à la suite de la RI).

Le TESS comme dispositif

22Nous avons pu voir, avec sa présentation que le TESS est pensé, anticipé et institutionnalisé dès la commande. Son cadre est contractualisé entre les deux partenaires et constitue un repère majeur pour le déploiement de la RI.

23En même temps, la structuration de collectifs (GTra ou CoPil), leurs interrelations ou, plus largement, la participation, ne se décrètent pas. Elles se construisent dans et par le quotidien, au travers d’un projet partagé (tant au niveau de ses objectifs que de sa réalisation) et viennent, par là même, chahuté le bel ordonnancement du cadre. Nous comprenons que la plasticité de la commande est une condition sine qua non à la mise en place d’une RI.

24Pour éclairer cette tension entre cadre et mise en œuvre, nous convoquerons le concept de dispositif dont nous retiendrons, en première définition6, qu’il correspond à un ensemble « d'éléments agencés en vue d'un but précis » ou « de mesures, de moyens, disposés en vue d'une fin stratégique » ce qui met en exergue sa fonction de « mise en ordre » et de « finalités ».

La mise en ordre au nom d’une intention

25L’hétérogénéité est la base du dispositif et sa première fonction est de la prendre en charge : « Le dispositif est un terme qui permet de désigner un champ composé d'éléments hétérogènes et de traiter cette hétérogénéité » (Peeters, Charlier, 1999, 15). Nous avons là le pari de la participation qui réunit dans des instances des acteurs très différents (compétences, expériences, statuts symboliques, etc.), instances elles-mêmes en charge de poursuivre simultanément des visées différentes.

26Cette mise en ordre est portée par un objectif précis : « le dispositif peut être défini comme la concrétisation d'une intention au travers de la mise en place d'environnements aménagés » (Peeters, Charlier, op. cit., 18). Elle se traduit d’ailleurs par ce que Péraya nomme son « économie » : « un dispositif est une instance, un lieu social d'interaction et de coopération possédant ses intentions, son fonctionnement matériel et symbolique enfin, ses modes d'interaction propres. L’économie d'un dispositif - son fonctionnement - déterminée par les intentions, s'appuie sur l’organisation structurée de moyens matériels, technologiques, symboliques et relationnels qui modélisent, à partir de leurs caractéristiques propres, les comportements et les conduites sociales (affectives et relationnelles), cognitives, communicatives des sujets » (Péraya, 1999, 153).

Entre contrainte et liberté

27Pourtant, si cette intentionnalité et cette mise en ordre sont requises (et c’est le cas avec la commande contractualisée), elles se voient dans l’incapacité de ligoter la contingence de la mise en œuvre : « Si le dispositif organise et rend possible quelque chose, il n'en garantit cependant pas l'actualisation. Il fait simplement exister un espace particulier préalable dans lequel ce « quelque chose » peut se produire » (Peeters, Charlier, op. cit., 19). Les acteurs du fonctionnement du dispositif sont contraints de prendre des initiatives : « Les dispositifs proposent à l'usager une place à laquelle celui-ci ne peut être indiffèrent. (…) lls attendent de l'usager qu'il s'approprie les ressources mises à sa disposition pour construire un projet personnel. Cette manière de procéder, qui condamne en quelque sorte à la créativité et à la liberté, participe d'un modèle axiologique. On voit ainsi combien le mouvement d'émergence d'un outil conceptuel peut croiser le chemin d'un projet normatif » (Peeters, Charlier, op. cit. 21). C’est dans l’optique de co-élaborer cette position, de préserver cet équilibre entre ordre et désordre, entre cadre et initiative, que le GTra est présent dans le CoPil. Ainsi, ce dernier ne peut ignorer les incertitudes de la mise en œuvre et il est tenu de préserver la plasticité de la commande. Le CoPil se trouve soumis à une dialectique entre contrainte et liberté.

Le TESS comme tiers-espace

28Si le concept de dispositif a permis de préciser le TESS, notamment avec le primat de l’intention et la dialectique contrainte / liberté, une seconde caractéristique mérite d’être interrogée, celle portée par la notion de « tiers-espace » qui s’inscrit dans le prolongement direct du trait d’union reliant « recherche-intervention ». Cette analyse s’amorcera par les notions d’entre-deux et d’hybride avant de se focaliser sur « tiers-espace ».

De l’entre-deux et l’hybride

29Peeters et Charlier caractérisent positivement l’entre-deux, à l’inverse d’une béance, comme un espace fortement marqué par le lien et la relation (et qui fait écho au trait d’union) : « L'entre-deux n'est pas fusion indifférenciée de deux pôles (liberté et contrainte, réalité et imaginaire, sujet et objet), mais attestation d'un espace de médiation irréductible entre ces deux-ci. L'entre-deux ne dissout pas les pôles, il les met en relation ». (Peeters, Charlier, op. cit., 21-22). Sibony (1991) renforce cette approche en insistant sur la circulation, le passage : « L’entre-deux est une forme de coupure-lien entre deux termes, à ceci près que l’espace de la coupure et celui du lien sont plus vastes qu’on ne le croit ; et que chacune des deux entités a toujours partie liée avec l’autre. Il n’y a pas de no man’s land entre les deux, il n’y a pas un seul bord qui départage, il y a deux bords mais qui se touchent ou qui sont tels que des flux circulent entre eux ».

  • 7 Entendue au sens d’Homi Bhabha (Cuillerai, 2009).

30Le passage de la circulation à la contamination permet d’ailleurs d’introduire la notion d’hybride : « Au-delà du langage binaire, maître et esclave, colons et opprimés, l’hybride retrace les modalités d’une contamination mutuelle. L’hybride est objet et sujet du tiers espace » (Cuillerai, 2009), notion indissociable de celle de négociation : « Le tiers hybride fait espace de la contamination des opposés, de leur impureté native et autorise (…) la négociation » (Cuillerai, 2009). Si le versus coercitif du dispositif a posé les conditions (le cadre), c’est le versus liberté du TESS qui est ici éclairé par la négociation7.En effet, elle permet de caractériser ces relations, ces liens, ces flux entre les deux termes de l’entre-deux hybridé : « Sous le concept de négociation se dessine la dimension stratégique du tiers espace, (…) qui est davantage une façon d’étirer et de repérer sur les marges du contact, les scénarii ouverts par sa charge violente. (…) Le moment politique se déplace ainsi du plan d’affrontement au plan d’une résistance conçue comme productive, dans les pratiques qui défont et subvertissent les divisions sociales. Ainsi se formule une certaine conception : sont politiques les processus de dislocation, traduction, l’imitation qui hybrident et négocient, autrement dit réagencent la symétrie identité à soi/altérité » (Cuillerai, 2009). Ces réflexions montrent que le TESS est, certes, nécessaire pour la mise en œuvre d’une RI mais qu’il n’a rien d’un dispositif neutre. Sa constitution participative en fait un espace de négociations qui, d’une part, contribuent à l’émancipation des participants mais qui, simultanément, génère un changement qu’il ne se borne pas à accompagner techniquement. Il permet de « prendre part » collectivement au changement et se dote donc d’une fonction politique irréductible.

Caractérisation du tiers-espace

  • 8 « C’est l’idée qu’il existe des espaces réels pas précisément cartographiés, « emplacements sans li (...)
  • 9 « Le tiers lieu renvoie à une micropolitique des groupes : le vœu d’instaurer des relations équitab (...)

31Nous prolongerons en convoquant Bazin (2013) qui, en géographe, caractérise le tiers-espace à partir de trois figures, le « contre espace »8, le tiers paysages (échappant à une rationalité économique) et le « tiers lieux »9. Examinons, en quoi, les quatre caractéristiques retenues permettent de préciser le TESS.

32« Le tiers espace aménage des formes écosystémiques : diversité (écodéveloppement), interdépendance (transaction), régulation (micropolitique). La forme écosystémique indique que la réponse est dans le système, dans sa capacité à créer du lien en termes d’intelligence sociale ». Elle insiste sur la participation (à coélaborer) et surtout sur le collectif, avec sa diversité, (à structurer par la négociation, rappelée ici par la transaction) autour de l’appropriation du projet de RI, en assumant une fonction politique. Elle souligne l’importance de la consistance du collectif et du développement de ses ressources, principalement cognitives.

33« Le tiers espace favorise les processus de résilience. C’est une manière de s’en sortir face à l’adversité, d’absorber une perturbation et de retrouver ses fonctions dans un nouvel équilibre. La résilience produit une défense-protection, un équilibre face aux tensions, une confiance dans l'engagement, une positivité de soi ». La deuxième caractéristique revient sur les conditions de pérennisation du collectif, au travers de sa capacité sinon de résistance tout au moins de plasticité pour ne pas se trouver mis en danger par diverses formes, souvent externes, de déstabilisation. Le collectif doit être en mesure de s’adapter, d’adopter de nouvelles configurations sans se disloquer. Au niveau du TESS, cette forme de résilience est pensée au niveau du cadre (au travers de la représentation du GTra dans le CoPil), il reste à la concrétiser au sein du collectif.

34« La gestion de l’indétermination se traduit par un art du bricolage où l’innovation sociale répond aux conditions de la précarité : la prise en compte de l’aléatoire dans une culture de l’incertitude, l’absence de projet au profit du processus, le dialogue avec les matériaux pour de nouvelles formes, la revalorisation des situations marginalisées ». Si son cadre est posé, la mise en place et en œuvre du TESS se fait en contexte d’incertitude. Nous l’avons vu avec la négociation, les évolutions de la commande, la potentialité d’invention (pour la réponse), le TESS a, en permanence, la nécessité de construire et de maintenir un équilibre permettant sa survie. Il se voit doté d’une propension à accueillir le bricolage, les pratiques marginales, différentes formes buissonnières. Il est générateur de dynamiques instituantes qui vont affronter la résistance du cadre institué.

35« Les rapports entre mobilité mentale, sociale et spatiale, participent à un capital social. L’important n’est plus la rapidité d’un déplacement, mais la capacité à créer du lien susceptible d’ouvrir un champ du possible d’où la réintroduction de la lenteur, un « slow mouvement » comme culture et économie de la connaissance. Cette mobilité conduit par exemple à une redéfinition du rapport entre espace public et privé ». La quatrième caractéristique introduit le rapport au temps, déjà présent au cœur de la RI qui, par son trait d’union, prétend articuler l’immédiateté de l’action (ou de l’intervention) et le temps long de la recherche. Dans le cas du TESS, qui se déploie en contexte professionnel, nous pouvons dire, qu’au-delà de la redéfinition de l’équilibre espace public / espace privé, c’est le rapport au travail qui se trouve transformé, de par le principe même du détour, spatial et temporel, qu’installe la démarche de RI.

La fonction émancipatrice du TESS

36Cette transformation du rapport au travail participe d’ailleurs de cette démarche culturelle inhérente au tiers-espace : « Le travail de la culture peut être considéré comme l’expression synthétique de ces différents processus, ce qui permet à chacun de les saisir dans la perspective d’une émancipation et d’une transformation sociale. Ce n’est pas la culture au sens « cultivé et académique » plaçant l’art comme aboutissement et norme supérieure qui résout les problèmes, c’est la résolution des problèmes, notamment à travers les luttes, qui crée une culture commune dont la symbolisation de l’art révèle la portée universelle au-delà de chaque contexte particulier » (Bazin, 2013). La fonction émancipatrice est mise au jour au travers des luttes communes qu’accueille et qu’entretient le tiers-espace. Il présente deux voies d’accès à l’universalité, d’ailleurs complémentaires : une universalité par la voie artistique, au travers des œuvres communes des participants à la RI (voir, à ce propos, Broussal, 2018) et une universalité par la voie scientifique, au travers des modes de généralisation des résultats, tels que requis par la validité externe du volet recherche.

Le TESS, comme creuset de médiations multiples

37Le TESS, en tant que tiers dispositif, est un espace n’existant qu’au travers des médiations diverses qu’il réalisera et nous convoquerons donc le concept de médiation comme troisième niveau d’analyse. En première définition10, la médiation est à la fois une : « Action de servir d'intermédiaire entre un terme ou un être duquel on part, et un terme ou un être auquel on aboutit » et une « Entremise destinée à concilier ou à faire parvenir à un accord, à un accommodement des personnes ou des parties ayant des différends ». Nous retrouvons l’intermédiarité (comme site) et le dépassement d’une hétérogénéité initiale (comme fonction).

La médiation entre le technique et le symbolique

  • 11 Et ils rajoutent : « Dans cette perspective, le dispositif peut être vu comme une formation mixte, (...)

38Peeters et Charlier (op. cit., 17) prolongent cette définition en s’appuyant sur le constat « qu'un nouveau rapport aux objets caractérise la société contemporaine ou qu'un autre rapport avec le monde matériel, objectal est possible, non plus sur le mode de l'instrumentation ou de l'aliénation, mais sur le mode de la fréquentation, du contact ou même de l'expérience affectivo-corporelle, voire du jeu ». Ils distinguent deux modes de médiation, symbolique et technique, et précisent leur interdépendance : « Le symbolique, les discours apparaissent ainsi comme une partie, une composante seulement du fonctionnement des institutions et des pratiques sociales, appelant une contrepartie objectale. Autrement dit, les discours ne peuvent devenir opérants sans la mise en œuvre d'objets disposes selon un aménagement, un arrangement efficace11 ».

39Caune, (2010, 3) envisage la médiation comme « écartelée entre deux polarités », « la mise en relation des parties » d’une part, qui permet de la qualifier « d’orthopédie du social » et, d’autre part, « un processus qui, dans la profondeur et l’épaisseur du social, favorise l’émancipation de la personne par la prise de parole, l’interlocution ». Ici, ce primat accordé au « lien social » marginalise un questionnement « sur les conditions de la cohésion et sur les conflits qui la constituent ». Sur la base de ce second pôle, il propose un modèle ternaire de la médiation : « le caractère essentiel du phénomène de médiation réside alors dans une relation entre : une intention élaborée par une pensée ; un dispositif qui intègre des éléments langagiers et des choses qui interviennent comme référents » (Caume, 2010, 7), modèle très proche de la définition de Jeanneret : « Le terme médiation désigne [. . .] l’espace dense des constructions qui sont nécessaires pour que les sujets, engagés dans la communication, déterminent, qualifient, transforment les objets qui les réunissent, et établissent ainsi leurs relations » (Jeanneret, 2007). Nous soumettrons donc le TESS à une double analyse, privilégiant le pôle « orthopédie sociale » d’abord, puis « lien social » ensuite.

La médiation, volet « orthopédie sociale »

40Cette approche va permettre de préciser plusieurs dimensions du TESS en lien avec les conditions requises pour que les collectifs se structurent, fonctionnent et assument leurs fonctions.

41La première dimension est le dépassement de l’hétérogénéité des membres composant les instances : « La médiation assure le lien entre les particularités personnelles et l'appartenance à un collectif, entre la reconnaissance des droits et des particularités de chacun et l'appartenance de ce chacun a un tout » (Guérin, 2003, 62). Elle invite à une horizontalité première dans les relations, l’abolition de hiérarchies (notamment symboliques), le respect des expressions de chacun (au-delà des différences de maîtrises syntaxiques ou lexicales) et la prise en compte identique des compétences et des connaissances de chacun. Cette horizontalité se traduit en particulier par une attention particulière à la répartition des tâches, notamment au sein du GTra.

42La deuxième dimension concerne la prise en compte simultanée des deux visées de la RI, connaître (caractérisant le volet recherche) et transformer (caractérisant le volet intervention). Cette prise en compte concerne nécessairement l’ensemble des membres des instances, toute dissociation radicale déqualifie la RI. Dès lors, dans son fonctionnement, dans l’organisation de ses tâches, le GTra opérationnalise cette dualité. Tout le GTra est simultanément chercheur et intervenant, chacun est soucieux tant de validité scientifique que de validité sociale. Cette médiation connaître-transformer n’exclut pas une autonomie relative de chacune des sphères. Ainsi le volet recherche sera prolongé au sein du groupe de chercheurs et/ou de l’Unité de Recherche (notamment pour renforcer les validités scientifiques, tant interne qu’externe) et le volet intervention sera prolongé au sein du groupe de professionnel dans l’implémentation de la transformation (notamment pour renforcer la validité sociale). Mais cette autonomie relative est tributaire d’un « en commun » du GTra portant les deux visées, « en commun » renvoyant aux conditions de fonctionnement des collectifs.

43Cette médiation au niveau des visées est prolongée au niveau des temporalités et des espaces. En ce qui concerne les temporalités, la médiation met en lien un temps complexe, le passé (posé par le dispositif), le futur (porté par le projet) et le présent (déjà lesté par la préoccupation de préserver un lien social, nous y reviendrons dans le paragraphe suivant). La difficulté vient du fait que ses temps s’entrelacent et se combinent et qu’ils sont, qui-plus-est, soumis à deux vitesses sinon antagonistes tout au moins fort hétérogènes, celle de l’intervention, soucieuse de rapidité, et donc proche de l’accélération et celle de la recherche, requérant un temps long, et plutôt génératrice de ralentissement.

44En ce qui concerne les espaces, cette médiation passe pour le chercheur-intervenant, en lien d’ailleurs avec l’autonomie relative des sphères, par une posture particulière, une dialectique entre le dedans-dehors, dedans-dehors des instances (il participe aux deux) mais dedans-dehors par rapport à l’organisation concernée (le lien avec l’Unité de Recherche instaurant une nécessaire dynamique en extériorité).

45Enfin, une dernière dimension concerne la médiation entre les principes de la RI, la dimension participative, le « avec », privilégiant le collectif et la dimension émancipatrice, le « par », privilégiant, nous l’avons vu, l’individuel. En suivant Paolo Freire, nous pouvons facilement admettre que le collectif soit la condition et le levier principal de l’émancipation. En revanche, les dynamiques émancipatrices individuelles nuisent-elles au collectif, au nom d’un primat potentiel du « je » sur le « nous » ? Nous défendrons l’inverse, le « par » se traduit par un déplacement et ce déplacement, précisément, permet d’investir plus fortement le TESS, d’intégrer le collectif.

La médiation, volet « lien social »

46Cette médiation est prioritairement soucieuse de communication entre les parties réunies, soucieuse du fonctionnement, en situation et au quotidien, des collectifs constitués.

47Nous l’avons vu, ces collectifs, de par les spécificités de la RI et des conditions qui en découlent (examinées précédemment et qui renvoient aux intentions et à la phase préparatoire du TESS), cette médiation requiert la co-élaboration d’équilibres entre des logiques fortement divergentes, qu’elles soient sociales, spatiales et temporelles. Elle constitue la phase opératoire du TESS, c’est-à-dire le TESS en situations et en pratiques.

48Là encore, au-delà des trois dimensions précédemment évoquées (sociales, spatiales et temporelles), nous préciserons deux dimensions spécifiques du TESS.

49La première renvoie au vecteur principal de communication : les langues. Chaque corps professionnel possède sa langue propre, son lexique, ses formes de syntaxe, ses allant de soi, ses références et ses connotations. Or, les instances réunissent des membres mobilisant des langues professionnelles différentes. Bien sûr, une communication minimale serait sans doute possible sur le principe d’une cohabitation langagière. Or, c’est précisément l’enjeu de cette médiation langagière que de contribuer à l’élaboration d’une tiers-langue, une langue nouvelle co-élaborée par et pour les instances, mettant en jeu des dynamiques de métissages et d’hybridation (en lien avec ce tiers qui caractérise le TESS), contribuant à renforcer la consistance du collectif (par l’instauration d’un « nous » différent du « eux ») et participant de ces équilibres déjà évoquées. C’est d’ailleurs sur la portée de cette tiers-langue que repose la possibilité de la médiation des visées : c’est la clé permettant aux professionnels d’accéder au contexte scientifique et aux chercheurs d’accéder au contexte professionnel, chaque fois « de l’intérieur ». Et c’est aussi sur la portée de cette tiers-langue que repose la possibilité de la médiation des principes. La tiers-langue est le vecteur du déplacement, en parlant autrement nous voyons et pensons autrement, nous renforçons le « en commun » du « nous », ce qui contribue à nous permettre de façonner de nouveaux « je ».

50La seconde médiation est celle des savoirs. L’action, collective et partagée, mobilise prioritairement des connaissances. Leur accès au niveau de formalisation et de généralisation des savoirs requiert des méthodologies particulières. Dans ce cadre, une tiers-langue (par le déplacement qu’elle provoque) et un collectif, à la base hétérogène (par les explicitations qu’il suscite) participent incontestablement de cette conceptualisation.

51Il n’en demeure pas moins que les méthodologies de base pour stabiliser les savoirs restent les méthodologies scientifiques. En revanche, elles sont ici mobilisées pour différentes catégories de savoirs. Dans le cadre restreint de ce texte et au sacrifice de quelques nuances, nous distinguerons trois types de savoirs :

  • Les savoirs professionnels, élaborés à partir du travail (où ils sont mobilisés), caractérisés par leur efficacité (la validité sociale) et regroupant les savoirs pour faire son métier et les savoirs pour être à son métier (relevant de la socialisation professionnelle),

  • Les savoirs scientifiques, élaborés dans le respect de leur validité interne (la cohérence du procès de recherche) et de leur validité externe (leur généralisation). Là nous distinguerons deux niveaux, des savoirs scientifiques contextualisés (caractérisés par une faible validité externe) et des savoirs scientifiques généralisables,

  • Les savoirs hybrides (Gurnade et Marcel, 2016) sont sans doute une des spécificités de la RI puisqu’ils relèvent d’une médiation épistémique et cumulent une validité sociale et une validité scientifique. Ces savoirs hybrides sont mobilisables dans le travail et dans la recherche. Dans ce cas, bien sûr, leur validité externe reste limitée : il s’agit de savoirs contextualisés.

Les fonctions critique et politique de la médiation

  • 12 Pour le définir, il cite Giorgio Agamben (2006) : « Contemporain est celui qui reçoit en plein visa (...)

52Nous avons déjà relevé les temporalités complexes de la médiation mais, en suivant Caume (2010), nous prolongerons ce constat. Pour lui, « le temps de la médiation est le contemporain12 » car « la médiation intervient dans une situation de manque, de déficit de contact et de lien » : « Tout comme le contemporain, elle a avec son propre temps une relation de distance : elle a pour finalité de mettre en lumière ce qui demeure obscur ou qui reste inachevé, en suspens. Être contemporain, c’est porter un regard critique sur son temps, c’est faire advenir ce qui n’est pas encore et qui, pourtant, peut apparaître dans l’instant présent, à condition d’une intention, d’une expérience, d’une parole » (8). Cette dimension critique ouvre la voie à la fonction politique : « Le temps de la médiation est un temps politique dans la mesure où la médiation est parole et action qui permettent aux acteurs, dans un contexte donné et reconnu, de construire des relations qui modifient la situation respective de l’un par rapport à l’autre » (Caume, op. cit., 9).

53Nous voyons que ces fonctions entrent en résonnance forte avec le principe émancipateur mais elles permettent également d’aller au-delà car, au travers du TESS qui la porte, l’opérationnalise et la fait vivre, la démarche de la RI assume une fonction politique. Cette fonction contribue à mettre en débat les relations science-société, à ériger la recherche en acteur social à part entière, prenant part et prenant partie dans les débats sociétaux et l’action collective, principalement au travers de démarches participative, afin de contribuer, au-delà de la production de savoirs, à un idéal de progrès social.

Pour conclure

54En tant que dispositif, le TESS assume les intentions de la RI (visées, principes, projets, modalités) et, en s’en portant garant, il contraint, dans un premier temps, sa mise en œuvre. Cette fonction coercitive se traduit dans une commande contractualisée. Simultanément, toujours en tant que dispositif, le TESS permet. Il autorise une mise en œuvre qui sera portée par la liberté, liberté de la participation, liberté d’un collectif qui va s’octroyer une marge d’initiative et même d’autonomie, qui va inventer, qui va transformer le projet pour en faire son projet, qui va bousculer la commande. C’est donc sur la plasticité de la commande que repose la réussite de la RI car, d’un côté, un cadre trop pesant annihilerait toute mise en œuvre (en la réduisant à une simple exécution) et, de l’autre côté, une mise en œuvre, trop invasive et piétinant le cadre, déqualifierait la démarche et rendrait caduque la commande

55En tant que tiers-espace, le TESS est une une figure spécifique du lien : les liens entre la société et la science, les liens entre les contextes scientifiques et professionnels, les liens entre connaître et transformer, les liens entre participer et s’émanciper, les liens entre contrainte et liberté. Ce lien, qualifié d’hybridation, est un lien qui gomme la béance de l’entre-deux, qui accueille l’hétérogénéité, qui refuse la hiérarchisation et qui promeut la négociation, l’invention, le bricolage, l’intelligence collective et la recherche d’équilibre.

  • 13 Cela n’exclut pas nous l’avons vu la production de savoirs scientifiques généralisables.

56En tant que creuset de médiations multiples, enfin, le TESS assume à la fois sa dimension technique (le contrat, les instances, les modalités, etc.) et sa dimension symbolique, avec le primat de la communication et du langage. Par leur fonction « d’orthopédie du social », les médiations protègent et prévoient les conditions de son déploiement. Elles regroupe des médiations sociales (en lien avec l’importance accordée aux acteurs et à leur participation), des médiations spatiales (entre le l’organisation et l’université, entre le dedans et le dehors, etc.) et temporelles (entre le passé du contrat et le futur du projet, entre l’accélération de l’action professionnelle et la décélération de l’action scientifique, etc.) qui retrouvent les médiations entre les visées et entre les principes (qui sont chaque fois co-assurées et co-assumées, retrouvant, une nouvelle fois, la participation). Par leur fonction de « lien social », les médiations mettent l’accent sur le primat de la langue, la langue et ses fonctions cognitives (analyser, conceptualiser, se développer), mais aussi la langue qui lie, qui unit, qui fédère, et qui différencie elles se voient ici mises au service de la co-élaboration d’une tiers-langue. Elles mettent aussi l’accent sur un volet épistémique et sur le TESS comme espace de circulation de savoirs, au sein duquel se fréquentent des savoirs professionnels (efficaces pour agir) des savoirs scientifiques contextualisés13 (utiles pour comprendre) et des savoirs hybrides (à la fois efficaces pour agir et utiles pour comprendre). Ces derniers constituent certainement une spécificité des RI et une co-production originale du TESS.

Haut de page

Bibliographie

Agamben G., 2006. Qu’est-ce que le contemporain ? Paris : Rivages.

Aussel L., Marcel J-F., 2015. Construction théorique d’un modèle d’évaluation de dispositif de formation pour accompagner la décision politique. Questions Vives [en ligne], n° 23. DOI : https://doi.org/10.4000/questionsvives.1718

Bazin H., 2015. Les figures du tiers-espace : contre-espace, tiers-paysage, tiers-lieu. Filigrane. Musique, esthétique, sciences, société, vol. 19.

Bedin V., dir., 2013. Conduite et accompagnement du changement : contribution des sciences de l'éducation. Paris : L'Harmattan.

Broussal D., 2018. S’émanciper par les œuvres : propositions pour la recherche-intervention. Paris : L’Harmattan.

Broussal D., Ponté P., Bedin V., dir. 2015. Recherche-intervention et accompagnement du changement. Paris : L'Harmattan.

Caune J., 2010. Les territoires et les cartes de la médiation ou la médiation mise à nu par ses commentateurs. Les Enjeux de l’information et de la communication, n° 2, 1-11.

Cuillerai M., 2010. Le Tiers-espace : une pensée de l’émancipation ? Acta fabula [en ligne], vol. 11, n° 1. Disponible sur : https://www.fabula.org/revue/document5451.php, page consultée le 7 décembre 2019

De Munck J., 2011. Les trois dimensions de la sociologie critique. SociologieS [en ligne]. DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.3576

Gardiès C., Fabre I. et Couzinet V., 2010. Re-questionner les pratiques informationnelles. Etudes de communication, n° 35, 121-132.

Guérin I., 2003. Espaces de médiation et autonomie féminine. Hermès, La Revue, n° 2, 57-64.

Gurnade M.-M., Marcel J.-F., 2015. La restitution comme espace de confrontation de savoirs pluriels : le cas d'une recherche-intervention. Nouveaux cahiers de la recherche en éducation, vol. 18, no 2, 31-55.

Marcel J.-F., 2010. Des tensions entre le « sur » et le « pour » dans la recherche en éducation : question(s) de posture(s). Cahiers du CERFEE, n° 27-28, 41-64.

Marcel J.-F., 2013. Contribution à une ingénierie de la commande. TransFormations-Recherches en éducation des adultes, n° 8, 101-120.

Marcel J.-F., dir., 2015. La recherche-intervention par les sciences de l’éducation : accompagner le changement. Dijon : Educagri Editions.

Marcel J.-F., 2016. « Les Sciences de l’éducation à l’école du changement », in Rinaudo J.-L., Tavignot P., dir., Le changement à l’école : sources, tensions, effets. Paris : L’Harmattan, 215-226.

Marcel J.-F., 2019a. « “Action /connaissance” en sciences de l’éducation : la recherche pour outrepasser les logiques », in Bedin V., Franc S., Guy D., dir., Les sciences de l’éducation pour quoi faire ? Entre action et connaissance. Paris : L’Harmattan, 9-19.

Marcel J.-F., 2019b. Intervention, participation et évaluation dans la recherche en éducation. La Revue LEeE, n° 1.

Marcel J.-F., Broussal D., dir., 2017. Emancipation et recherche en éducation. Paris : Editions du Croquant.

Marcel J.-F., Bedin V., 2018. Contribution à l’élaboration d’un dispositif d’évaluation de la Recherche-Intervention. Phronesis [en ligne], vol. 7, n° 1, 79-91. DOI : https://doi.org/10.7202/1044256ar

Marcel J.-F., Bordes V., Lescouarch L., 2019. Chercheur-e - Militant-e : plaidoyer pour un « tiers construit ». Les Dossiers des sciences de l’éducation, n° 40, 95-104.

Peeters H., Charlier P., 1999. Contributions à une théorie du dispositif. Hermès, La Revue, n° 3, 15-23. DOI : https://doi.org/10.4267/2042/14969

Peraya D., 1999. Médiation et médiatisation : le campus virtuel. Hermès, La Revue, n° 3, 153-167. DOI : https://doi.org/10.4267/2042/14983

Robert A.D., Marcel J.-F., 2019. Des relations entre recherches en éducation et engagements militants : éléments pour un débat. In : Marcel J.-F., Lescouarch L., Bordes V., dir., Recherches en éducation et engagements militants : vers une tierce approche. Toulouse : Presses Universitaires du Midi, 25-42.

Sibony D., 1991. Entre-deux, l’origine en partage. Paris : Seuil.

Tardy C., Jeanneret Y., dir., 2007. L’écriture des médias informatisés : espaces de pratiques. Cachan : Lavoisier-Hermès.

Haut de page

Notes

1 René Amigues utilise le verbe « tordre ».

2 Voir à ce propos : Marcel (2015, 2016, 2019a), Broussal, Ponté et Bedin (2015).

3 Ce positionnement peut concerner, pour tout ou partie, des dimensions professionnelles (comme l’accès à de nouvelles fonctions), des dimensions sociales (comme le choix de nouveaux engagements, politiques ou militants), des dimensions individuelles (comme le développement du pouvoir d’agir), des dimensions symboliques (comme l’accès à de nouvelles formes de reconnaissance).

4 Sa théorisation avait été amorcée dans Marcel (2010).

5 La légitimité de notre participation est en lien direct avec le volet financier de la RI. Dans une période où, dans nos Unités de Recherche le rapport entre dotation récurrente (octroyée par le Ministère) et « ressources propres » (c’est-à-dire les recherches financées, dont la RI) est en train de s’inverser, ce volet devient un enjeu non négligeable, en particulier pour le financement des thèses de nos doctorants.

6 https://www.cnrtl.fr/definition/dispositif

7 Entendue au sens d’Homi Bhabha (Cuillerai, 2009).

8 « C’est l’idée qu’il existe des espaces réels pas précisément cartographiés, « emplacements sans lieu » en contre marche des lieux, ce qui fait lien entre deux lieux. Ce sont des espaces qui poussent du milieu. Ils ne sont pas pour autant des espaces neutres, mais des espaces libérés puisqu’ils ne se définissent pas par ce qui les borne, mais par leurs capacités à développer en leur sein un processus autonome et autogéré. C’est en cela qu’ils deviennent des lieux d’élaboration d’une autre manière de faire société » (Bazin, 2013).

9 « Le tiers lieu renvoie à une micropolitique des groupes : le vœu d’instaurer des relations équitables entre les différents acteurs en coprésence entre en tension avec l’inégalité des rapports à l’usage des espaces de collaboration » (Bazin, 2013).

10 https://www.cnrtl.fr/definition/mediation

11 Et ils rajoutent : « Dans cette perspective, le dispositif peut être vu comme une formation mixte, composée de symbolique et de technique ».

12 Pour le définir, il cite Giorgio Agamben (2006) : « Contemporain est celui qui reçoit en plein visage le faisceau de ténèbres qui provient de son temps ».

13 Cela n’exclut pas nous l’avons vu la production de savoirs scientifiques généralisables.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Marcel, « Un dispositif, un tiers-espace et des médiations. Le tiers-espace socio-scientifique dans la recherche-intervention »Sciences de la société [En ligne], 107 | 2021, mis en ligne le 25 août 2023, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/sds/12659 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sds.12659

Haut de page

Auteur

Jean-François Marcel

Professeur des Universités en Sciences de l'Éducation, UMR "Éducation, Formation, Travail, Savoirs" (EFTS), Université Toulouse Jean-Jaurès, 5, allées Antonio Machado 31058 Toulouse Cedex 9, jean-francois.marcel@univ-tlse2.fr - jeanfrancois.marcel@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search