Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Littérature et territoire

Aurélien Boivin, Hans-Jürgen Lüsebrink, Jacques Walter, Régionalismes littéraires et artistiques comparés : Québec/ Canada–Europe

Presses universitaires de Nancy, coll. Questions de communication, série actes 22, 308 pages
Hélène Cussac
p. 138-140
Référence(s) :

Aurélien Boivin, Hans-Jürgen Lüsebrink, Jacques Walter, dir., 2015, Régionalismes littéraires et artistiques comparés : Québec/ Canada–Europe, Presses universitaires de Nancy, coll. Questions de communication, série actes 22, 308 pages.

Texte intégral

1Issues d’un colloque international (21-23 juin 2007) qui s’est tenu dans les Universités de la Sarre et de Metz, en collaboration avec l’Université Laval à Québec, les dix-sept contributions de ce volume sont associées à un projet de recherche ayant couru sur plusieurs années et à une exposition organisée au Musée national des Beaux-Arts de Québec (24 nov. 2005-13 août 2006), consacrée à Edmond-Joseph Massicotte (1875-1929), grand dessinateur québécois. L’originalité de l’ouvrage vient du constat que les « formes d’expression culturelles, en particulier littéraires et artistiques », en tant qu’objet d’étude, sont « souvent négligées aux dépens des dimensions politiques, économiques et administratives » (4e de couverture). Mais encore fallait-il préciser ce que recouvre le terme de « régionalisme », ce à quoi s’attachent les directeurs du volume dans leur introduction. Cet emploi à leurs yeux nuance la perception longtemps péjorative attachée aux expressions courantes de « ruralisme » ou de « provincialisme culturel », et donne ses lettres de noblesse à une tendance esthétique intéressant depuis une vingtaine d’années tant les arts plastiques que la littérature, au Canada, dans la province de Québec, et en Europe. Il semblerait donc que l’approche, comparatiste et de fait « hautement démocratique » (G. Cepl-Kaufmann, p. 44), en envisageant la notion d’un côté et de l’autre de l’Atlantique, se justifiât par « des convergences et des spécificités du régionalisme canadien-français, qui a été l’un des foyers les plus importants de la naissance d’une littérature et d’une conscience nationales au Québec, et [par] les mouvements régionalistes en Europe pendant la période 1900-1950, en particulier en France, en Allemagne, en Suisse et en Belgique » (p. 9). La réflexion théorique se poursuit dans la première partie du volume: A. von Ungern-Sternberg affine la notion de « régionalisme littéraire » à partir d’un questionnement indispensable: « en quoi une conception régionale de et pour la littérature consist[e]-t-elle? » (p. 21) en un moment où le contexte de la mondialisation renforce l’intérêt pour ces « espaces limités » que constituent les régions (G. Cepl-Kaufmann, p. 36). Que dire alors des zones transfrontalières telle que celle constituée par les espaces sarrois, lorrain et alsacien auxquels s’intéresse G. Scholdt en soulignant l’influence sur ces territoires de chaque littérature nationale? C’est finalement de cette géographie singulière, aux nombreux exemples de régionalisme littéraire, qu’a pu naître en avant-garde « un modèle européen garantissant le plurilinguisme et la double culture » (p. 55).

2L’angle politique, on s’en doute, n’est pas absent des objectifs de ces travaux. Le régionalisme, notamment en France, a historiquement partie liée avec le nationalisme: les tendances de droite et d’extrême-droite ont toujours encouragé l’expression des régionalismes (même s’il arriva que certaines gauches y fussent sensibles). Auguste Viatte remarquait déjà en 1969 (La francophonie, Larousse, p. 191), que « toutes les littératures hors de France ont ainsi passé par une phase de régionalisme qui rejoignait curieusement certains aspects du nationalisme maurassien (celui-ci, n’oublions pas, a plongé ses premières racines dans le Félibrige): elles exaltaient le génie du lieu face à la France comme leur génie français devant le reste du monde » (citation de l’A. de cette recension). La seconde partie du volume, intitulée « Régionalismes transatlantiques » s’intéresse tout particulièrement à cette problématique en offrant à Charles Maurras (on pensera aussi à M. Barrès) une place de choix afin de mettre en lumière son rôle en France et au Québec sur le développement du régionalisme littéraire et artistique (O. Dard et M. Grunewald). Dès 1910 d’ailleurs, les conceptions philosophiques de Maurras, développées par M. Grunewald, ont influencé en ce sens l’espace francophone des deux côtés de l’Atlantique, et se sont fait ressentir jusque dans l’entre-deux guerres, et même au-delà des années 1960, quand retentissent encore les accents nationalistes du pétainisme. Mais étudier le régionalisme, c’est aussi se pencher sur les notions de marge et de centralisation, cette dernière impliquant encore celle de norme. Or, dans cette première moitié du 20e siècle, loin d’être à l’écart, les écrivains et artistes du terroir (Mistral, Pourrat, Bazin, Ramuz en France; Potvin au Québec avec sa revue Le Terroir, l’abbé Tessier sous le pseudonyme de Tavi, Louis Hémon, etc.) trouvaient une place très honorable dans la République des lettres. Il faut dire, comme le prouve D. Karel à partir du travail du peintre canadien John Lyman, que le régionalisme est un «  phénomène  » en fin de compte «  sociale­ment progressiste  » (p. 78). Contrairement à notre pensée commune qui, se référant aux traditions folkloriques (cf Radio-Toulouse et ses émissions « paysannes » bilingues ou « languedociennes » remises au goût du jour en France dans les années 1940 pour des raisons patriotiques : O. Dard, p. 110), entend le régionalisme comme une « tendance rétrograde » (p. 8), il est, affirme D. Karell, une « conséquence du modernisme » (p. 73). L’idée de progrès attachée au régionalisme se trouve en effet vivifiée par la contribution d’A. Boivin qui, étudiant le rôle des romanciers régionalistes français sur ceux du Québec, remarque tout autant chez Bazin que chez Potvin, combien la peinture de la ruralité est pour eux l’occasion de mettre en exergue les questions sociales du temps. Un Albert Tessier, lui, se fera l’ambassadeur auprès des canadiens-français, dès les années 1924, du régionalisme inspiré de l’action provençale de Frédéric Mistral, préférant à la poésie de ce dernier la photographie et le film, plus efficaces pour sa propagande régionaliste qui évoluera toutefois avec bonheur vers un « traditionalisme plus ouvert à la modernité » (B. Nadeau, p. 137).

3Se dessine ainsi la troisième section, intitulée « Ancrages socio-culturels des régionalismes », qui à elle seule compte dix contributions, consacrées pour plusieurs d’entre elles à des études de cas, afin d’« embrasser le phénomène des régionalismes littéraires et culturels dans une longue durée, allant du 18e siècle jusqu’à l’époque contemporaine » (p. 14). Ainsi les chercheurs étudient-ils tour à tour les références et identités régionales dans les calendriers populaires germano-américains des 18e et 19e siècles (Y.-G. Mix), dans le media populaire que représentent les almanachs canadiens-français de 1918 à 1939 (H.-J. Lüsebrink), dans des écrits acadiens de 1880 à 1930 (H. Destrempes), mais aussi dans l’Art nouveau avec l’exemple de l’École de Nancy (C. Bardin). Deux contributions observent quant à elles la médiation des écrits régionalistes par le biais du travail de l’édition. K. Landry étudie ainsi « la diffusion de quelques classiques du régionalisme littéraire québécois par des traductions anglaises » dans les années 1920-1930 et J. Walter « la dynamique lorraine de l’édition de témoignages sur le camp de la Neue Bremm en 1945 ». On ne perd pas le comparatisme de vue, d’une part avec M. Lemire qui examine le régionalisme français et canadien-français du point de vue de la langue, aspect central de la construction d’une identité, et précise le travail mené dès le début du 20e siècle par les échanges entre les linguistes et ethnologues français et québécois; d’autre part avec D. Saint-Jacques et M.-J. des Rivières qui, situant le régionalisme canadien-français dans une évolution historique, en distinguent « trois phases idéologiquement et esthétiquement cohérentes » (p. 217). Le ton de la fin est donné pour ainsi dire par F. Wilhelm qui tente, lors de son observation des Cahiers luxembourgeois (1923/ 1940) d’élever «  le discours régiona­liste au niveau d’un discours international ».

4En un moment crucial où l’on assiste à une résurgence des mouvements régionalistes (regain toutefois effectif depuis les années 1980) dans leurs expressions esthétiques les plus diverses sur fond d’une Europe en crise, de replis communautaristes, et de sursauts patriotiques en France au moment de l’écriture de ces lignes (15 novembre 2015), ce volume a le mérite d’offrir des analyses pertinentes dans un ancrage historique et politique à partir de la méthode comparatiste. Celles-ci permettront de mieux envisager les idéologies risquant de se déployer dans les projets culturels régionaux en un temps où la consommation culturelle de masse n’a cessé de croître. Ainsi intéressera-t-il, outre les spécialistes de nombre de disciplines des sciences humaines, tout particulièrement les acteurs et les chercheurs oeuvrant dans le cadre des politiques publiques, et privées, en termes de culture, de patrimoine et de territoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Cussac, « Aurélien Boivin, Hans-Jürgen Lüsebrink, Jacques Walter, Régionalismes littéraires et artistiques comparés : Québec/ Canada–Europe », Sciences de la société, 95 | 2016, 138-140.

Référence électronique

Hélène Cussac, « Aurélien Boivin, Hans-Jürgen Lüsebrink, Jacques Walter, Régionalismes littéraires et artistiques comparés : Québec/ Canada–Europe », Sciences de la société [En ligne], 95 | 2016, mis en ligne le 05 juillet 2016, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/sds/2690

Haut de page

Auteur

Hélène Cussac

Enseignante qualifiée mcf, spécialiste en Littérature et Histoire des idées du 18e siècle plh–Université Toulouse Jean-Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals