Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Sport et société

David Sudre, Matthieu Genty, Le sport. Diffusion globale & pratiques locales

Paris, L’Harmattan, coll. Local & global, 220 pages
Mathilde Broudic
p. 140-141
Référence(s) :

David Sudre, Matthieu Genty, dir., 2014, Le sport. Diffusion globale & pratiques locales, Paris, L’Harmattan, coll. Local & global, 220 pages.

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’un colloque pluridisciplinaire (anthropologie, histoire et sociologie) tenu en 2012. Il est dirigé par David Sudre, docteur en sociologie de l’université Paris-Descartes et spécialiste des dominations culturelles d’une pratique sur un territoire, et Matthieu Genty, docteur en sociologie comparative et ethnologie, et spécialiste des spectacles sportifs. Ces auteurs se sont tous deux interessés, par exemple, à l’influence du championnat de basket-ball américain sur le reste du monde et plus particulièrement en France.

2Par le biais d’études de cas variés, l’ouvrage montre les liens existants entre les pratiques sportives locales en club ou dans les rues et la pratique des fédérations internationales. Mylène Douet-Guérin, Matthieu Genty, Diane Debeauquesne et David Sudre, auteurs de l’introduction, mettent en évidence les résultats de la mondialisation tant sur une uniformisation des activités que sur leur différenciation par rapport à des pratiques mondiales. Partant du principe que les modes de vie des sociétés tendent à s’uniformiser en formant un « village-monde », expression développée par Marshall Mc Luhan et Roland Robertson, ils nuancent leur propos avec l’étude de Jean-Pierre Warnier qui stipule qu’au sein de la mondialisation, les territoires peuvent garder leurs spécificités locales. L’ouvrage interroge la systématique homogénéisation des pratiques sportives et des cultures liées à la globalisation, et refuse de se conformer à une vision restrictive de la globalisation comme une simple homogénéisation, car pour les auteurs, « si l’uniformisation est un des résultats des processus de la globalisation culturelle, la réinterprétation au niveau local, voire aussi le refus de s’intégrer à un “système monde”, sont donc autant de conséquences observables » au sein du processus de la mondialisation (p. 10). Les auteurs rapportent la globalisation au terme de « glocalisation » développé par Roland Robertson. Cette notion signifie une interaction entre le local et le global avec des influences entre les pratiques fédérales et celles des clubs. L’influence est soit verticale ascendante quand les clubs sont des repères pour élaborer le règlement des pratiques fédérales, ou verticale descendante quand l’influence est inverse et que le règlement des fédérations s’impose aux clubs.

3La première partie du livre s’intéresse à la diffusion de la culture sportive sur l’ensemble des territoires. Pour commencer, Gérard Giulianotti affirme que la globalisation engendre à la fois une homogénéisation culturelle avec la convergence des comportements et une hétérogénéisation culturelle par la divergence territoriale des pratiques. Pour expliquer l’homogénéisation au sein de la mondialisation, il s’appuie sur l’étude de Georges Ritzer dans laquelle la culture américaine s’impose mondialement en uniformisant peu à peu les modes de vie, et sur Arjun Appadurai afin de mettre en évidence l’hétérogénéisation par l’émergence de nouvelles pratiques sportives avec la théorie de l’« indigénéisation ». Dans un chapitre dédié aux jeux collectifs de rue, Pascal Bordes, Thierry Le Sage et Marie Level illustrent l’hétérogénéisation en montrant la possible modification de la pratique fédérale du basket-ball afin de la rendre cohérente avec les particularités quotidiennes des territoires en termes de ressources matérielles ou humaines. Pierre Parlebas, par sa définition du sport, met de son côté en avant le rôle des valeurs attribuées dans l’uniformisation des pratiques, où les sportifs sont attirés par la compétition car celle-ci est valorisée dans la hiérarchie des sports.

4La seconde partie a pour objectif de traiter des conditions de diffusion du sport dans un contexte de mondialisation. Bertrand During, par une approche historique, constate qu’une même activité peut avoir des logiques différentes et illustre son propos avec l’exemple de la gymnastique, valorisée différemment en Europe, avec une recherche de développement personnel au Sud et une affirmation de la puissance nationale à l’Est. Rémi Richard, par son étude sur le développement du foot fauteuil, part aussi du principe que les sportifs sont marqués par l’histoire de leur territoire en conservant des jeux particuliers, mais qu’ils effectuent néanmoins des concessions pour permettre des rencontres avec un jeu uniforme. A l’inverse de l’homogénéisation, des auteurs comme Ludovic Tenèze et Hélène Joncheray se concentrent sur les résistances locales à l’homogénéisation du football avec des contraintes spatiales durables liées à des tailles de terrain variées limitant l’uniformisation des règles. Isabelle Rémy, en comparant Neuilly-Sur-Seine et Saint-Denis, ajoute que la spécificité locale peut aussi dépendre des facteurs individuels évolutifs d’une époque à une autre, avec des modes de gestion du sport différents en fonction des orientations politiques et de la classe sociale dominante sur le territoire.

5Enfin, la troisième partie du livre s’intéresse à la construction des identités locales liées à la culture territoriale et aux apports culturels des autres pays. Fanny Martin, David Sudre et Matthieu Genty développent, tout d’abord, les conséquences de la globalisation au niveau des pra­tiques sportives avec une similarité des techniques chez tous les pratiquants. Pour renforcer leurs idées, les auteurs s’appuient sur la globalisation du basket-ball américain, rendue possi­ble par les nouvelles technologies (qui ont donné accès à des informations sur la pratique et dont les sportifs ont imité les tactiques de jeux). Les données transmises à tous les territoires de­viennent alors les principaux facteurs de la diffusion des pratiques sur les territoires. Stéphane Carpentier, par l’analyse du judo, s’intéresse quant à lui aux conséquences de la mon­dialisation sur la culture de chaque territoire avec le phénomène d’acculturation. L’auteur s’appuie sur la définition donnée par Reffiled, Linton et Hersovitz signifiant une modification culturelle d’un groupe d’individus en fonction des relations qu’il entretient avec un autre. Mary Schirrer illustre l’acculturation par l’évolution des représentations, notamment d’un affai­blissement de la peur de l’eau, lié à la proposition de la natation au moment de la colo­nisation de la Réunion par les Français. L’auteur nuance son exemple général à un territoire en ajoutant que l’acculturation peut aussi être variable individuellement en fonction des parcours personnels. 

6L’ouvrage permet de comprendre la répartition des pratiques sportives sur l’ensemble des territoires avec des principes d’uniformisation ou de domination. Son plus grand intérêt réside dans sa capacité à nuancer les théories de la mondialisation sur les pratiques avec une impossible uniformisation totale tout en étant confrontées a minima. Des connaissances réutilisables par des personnes s’intéressant au processus de la mondialisation des activités sportives en leur permettant de débuter une réflexion sur la question. Au final, cet ouvrage permet de comprendre le concept de « glocalisation » au sein même de la globalisation du domaine sportif. En cela, il offre aux lecteurs une approche sur les relations dynamiques existantes entre des pratiques réalisées sur un territoire et celles officiellement représentées sur l’ensemble des territoires. Des informations utiles pour les responsables des instances fédérales qui peuvent mieux comprendre le phénomène de mondialisation en transportant les études de cas à leur pratique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathilde Broudic, « David Sudre, Matthieu Genty, Le sport. Diffusion globale & pratiques locales », Sciences de la société, 95 | 2016, 140-141.

Référence électronique

Mathilde Broudic, « David Sudre, Matthieu Genty, Le sport. Diffusion globale & pratiques locales », Sciences de la société [En ligne], 95 | 2016, mis en ligne le 05 juillet 2016, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sds/2694

Haut de page

Auteur

Mathilde Broudic

Master 2 sssati, Université de Bretagne occidentale
mathildebroudic <at> orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals