Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Sociologie de l'art

Nathalie Heinich, Le paradigme de l’art contemporain

Paris, Gallimard, 373 pages
Nathalie Torrès-Parent
p. 142
Référence(s) :

Nathalie Heinich, 2014, Le paradigme de l’art contemporain, Paris, Gallimard, 373 pages.

Texte intégral

1Si l’art contemporain peut s’avérer pour plusieurs le point culminant d’une trame historique ou un genre artistique, Nathalie Heinich tente de montrer, dans l’ouvrage Le paradigme de l’art contemporain, qu’il traduit plutôt un nouveau paradigme, en ceci qu’il nous amène plus profondément à redéfinir la conception même de l’art. Il s’agira ici de retracer les grandes lignes de l’ouvrage pour comprendre les changements opérés par l’art contemporain en regard des paradigmes classique et traditionnel.

2D’entrée de jeu, l’auteure explicite les raisons qui sous-tendent son choix d’adoption du concept de paradigme pour parler de l’art plutôt que celui de genre dont elle a fait usage dans le passé. Elle nous invite, pour ce faire, à porter une attention particulière à la théorie kuhnienne qu’elle prend soin de synthétiser afin de nous montrer le caractère fécond et heuristique du concept de paradigme inscrit dans chaque révolution scientifique. Sa transposition dans le champ artistique peut paraître forcée, mais elle ne l’est pas si l’on considère que c’est tout l’horizon d’attente du public et des institutions qui se voit affecté et modulé par de nouveaux critères de légitimation de l’art. C’est dire que la perception et la représentation se voient elles-mêmes structurées par un nouveau cadre d’appréhension, privilégiant ou écartant des éléments plutôt que d’autres et refaçonnant notre manière de poser les problèmes. En ce sens, aborder l’art contemporain à travers les lunettes du paradigme de l’art moderne est ineffectif, car quand bien même l’on récuserait une crise de la matérialisation du Beau dans les œuvres ou le manque d’« expression de l’intériorité de l’artiste » (p. 342) dans les pratiques artistiques contemporaines, ces dernières mettent en branle des schèmes de valorisation différents, voire en appellent à de nouveaux canons définitionnels.

3Le reste de l’ouvrage étaye de façon détaillée et appuyée les cas concrets qui constellent le monde de l’art ainsi que les outils conceptuels les plus susceptibles d’en rendre compte, confirmant ainsi la pertinence de l’emploi du terme « paradigme »: qu’il s’agisse de la dématérialisation de l’art, du nouveau rôle attribué aux médiations et au processus herméneutique pour le décodage des œuvres ou de l’intégration du contexte de plus en plus marqué pour les saisir, nous constatons bel et bien une rupture par rapport au paradigme classique soumis, pour sa part, aux exigences académiques de figuration ou au paradigme moderne tel que défini précédemment.

4L’auteure montre également la complexité de cette reconfiguration, car si elle s’arrime à une révolution paradigmatique, elle n’en apporte pas moins son lot de défis pour les récepteurs, notamment pour les acteurs du monde institutionnel. Par exemple, comment repense-t-on la conservation ou l’exposition d’une œuvre lorsque cette dernière est vouée à une dégradation rapide dans le temps en raison du choix des matériaux? Qu’en est-il également de l’authenticité d’une œuvre qui ne porte pas l’empreinte de l’artiste, car exécutée par des ouvriers? Certes, ce sont des cas limites et l’on pourrait reprocher à l’auteure de ne pas saisir le phénomène dans ses variétés et nuances. Pourtant, nous dira Nathalie Heinich, ils n’en révèlent pas moins des constantes dans l’art contemporain: ce sont les catégories « d’authenticité » et le critère de « conservation » de l’œuvre qui se voient remis en question et qui entraînent une adaptation du public au caractère éphémère ou conceptuel des œuvres.

5En n’aucun cas l’auteure affirme qu’il s’agit d’un processus qui va de soi pour tous. Alors que la présence du spectateur se voit dans bien des performances actuelles constitutive de l’œuvre même, le hiatus ne cesse paradoxalement « de s’élargir entre profanes et initiés » (p. 344). Cela ouvre ainsi la voie à un questionnement sur l’efficacité des dispositifs de médiation pourtant foisonnants dans les lieux de diffusion d’art et centraux dans le paradigme de l’art contemporain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Torrès-Parent, « Nathalie Heinich, Le paradigme de l’art contemporain », Sciences de la société, 95 | 2016, 142.

Référence électronique

Nathalie Torrès-Parent, « Nathalie Heinich, Le paradigme de l’art contemporain », Sciences de la société [En ligne], 95 | 2016, mis en ligne le 05 juillet 2016, consulté le 21 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/sds/2698

Haut de page

Auteur

Nathalie Torrès-Parent

Candidate à la maîtrise en Sociologie. Université Laval, Québec (Canada)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals