Navigation – Plan du site

Médiation muséale : la voie de la gratuité

Museum mediation: the way to free
Mediación en museos : la forma de liberar
Muriel Molinier
p. 30-43

Résumés

Dans sa quête du non-public, le musée s’efforce de se renouveler et de multiplier ses propositions, laissant souvent de côté la solution de la gratuité d’entrée. Par cette étude, nous souhaitons revenir sur le potentiel avéré de la gratuité à déclencher la visite, et par cette influence interroger également la gratuité comme l’une des voies de la médiation muséale. Nous reviendrons sur l’incidence des expérimentations de la démocratisation culturelle sur le public, dont la gratuité et ses résultats massifs de fréquentation. Nous poursuivrons notre étude sur le terrain de la médiation avec une proposition artistique lors de la Nuit européenne des musées, réalisée par l’association toulousaine Culture en Mouvements à l’abbaye de Belleperche, musée des Arts de la table. Nous nous risquerons enfin à une analyse de la médiation, démêlant une approche discursive dans une médiation spécifique à envisager à destination des primo-visiteurs.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

museo, mediación, libre, no público
Haut de page

Texte intégral

1En France, les musées sont majoritairement payants. Des visiteurs potentiels en sont exclus, notamment par le prix d’entrée, ou s’en excluent eux-mêmes en ne se pensant pas concernés par le patrimoine exposé. Ce non-public, hermétique à l’offre proposée, fait néanmoins partie du public du musée et constitue un réservoir pour le développement des publics. Il est important de noter que le non-public d’un lieu peut être le public d’un autre. Nous sommes donc tous potentiellement un non-public d’un musée. De récentes études, que nous reprendrons dans cet article, confirment le lien entre la gratuité et la venue massive de primo-visiteurs. La gratuité, le fait de ne pas payer, se différencie du don et de la participation libre : il n’y a ni d’attente en retour, ni de contrepartie. Alors que la quête du non-public pousse les musées à se diversifier – et donc à dépenser – davantage, la solution de la gratuité semble rapidement éludée.

2Pourtant nous pouvons faire un double constat. Le musée privilégie la médiation et une ribambelle de propositions pour développer son public. Cette médiation, soit tout ce qui fait l’intermédiaire entre les œuvres et le public, constitue donc un déclencheur de visite. Or, la gratuité muséale a aussi une influence sur les taux de fréquentation : appliquée dans plusieurs musées internationaux, elle les place parmi les plus visités au monde (Fourteau, 2015) : la gratuité est également un déclencheur de visite. De ce fait, la gratuité pourrait-elle être une des voies de la médiation muséale en influençant la médiation au-delà d’un simple moteur de visite ?

3Il est tout d’abord nécessaire de recontextualiser la gratuité et le non-public dans le courant muséologique des Sciences de l’Information et de la Communication, relativement à la démocratisation culturelle et à la patrimonialisation. Un état des lieux des récentes expérimentations nationales permettra de rapporter les résultats massifs de fréquentation, pouvant lutter à armes égales face aux idéologies tenaces véhiculées malgré elle par la notion malmenée de gratuité.

4Afin d’observer la médiation dans un contexte de gratuité muséale, nous étudierons ensuite l’événement de la Nuit européenne des musées. Nous nous appuierons sur une « invasion muséale » proposée par Culture en Mouvements, une association culturelle qui crée du spectacle vivant. Il s’agit d’une conception originale de spectacle et de discours, créée sur mesure, en rapport avec les lieux et les collections. Une telle proposition artistique a eu lieu à l’abbaye de Belleperche, musée des Arts de la table située dans le Tarn-et-Garonne à l’occasion de la Nuit européenne des musées en 2016. Cette étude s’inscrit dans notre recherche sur la médiation muséale débutée en master 2 (Molinier, 2016) et qui se prolonge actuellement en doctorat.

5Nous nous risquerons enfin à une analyse de la médiation, démêlant une approche discursive dans une médiation spécifique à envisager à destination des primo-visiteurs. Nous tenterons de caractériser cette médiation adaptée à la situation exceptionnelle de gratuité muséale que nous proposons d’appeler « médiation gratuite ».

L’incidence réelle sur le public

Patrimoine et transmission

  • 1 Historique du ministère de la Culture : création et développement d’une administration, <http://www (...)

6La démarche d’ouverture de la culture s’inscrit dans l’intention principale de la démocratisation culturelle souhaitée par le ministre des Affaires culturelles André Malraux dès 1959 : « Le ministère chargé des affaires culturelles a pour mission de rendre accessibles les œuvres capitales de l’humanité, et d’abord de la France, au plus grand nombre possible de français ; d’assurer la plus vaste audience à notre patrimoine culturel, et de favoriser la création des œuvres de l’art et de l’esprit qui l’enrichissent. »1. Mais si la vision de Malraux, selon laquelle un simple contact avec l’œuvre en rend possible la délectation, peut apparaître insuffisante pour un public non initié, elle est à notre sens fondamentale. En effet, le contact avec l’œuvre est bel et bien, et quoi qu’on en dise, la première étape, nécessaire, à franchir. Yves Jeanneret (2011) rappelle ainsi que dans l’Antiquité, les grecs de l’époque hellénistique développent un système d’éducation morale du citoyen : la paideia. Il s’agit précisément d’une façon de se former intérieurement, entre autre à la beauté et à la liberté, par la fréquentation des œuvres d’art. Dans notre société actuelle, la paideia peut vivre dans quelques lieux de pratique qui abritent, protègent et structurent la culture : le musée, la bibliothèque et l’école (premier lieu de culture). Mais si les lieux sont importants, le public est une condition fondamentale à l’existence de la culture.

7Pour François Mairesse (2005), une « véritable démocratisation culturelle » consiste à augmenter les liens du musée en gérant les « vrais problèmes » comme le déficit d’informations. Ainsi, « un musée payant est donc parfois nettement plus accessible qu’un musée gratuit. ». Il affronte également deux autres logiques, touristique et muséale. En effet, pour lui, l’enjeu n’est pas le prix mais le projet du musée. Un musée à visée touristique proposera des prestations similaires aux lieux de tourisme, en termes d’accueil, d’offre d’expérience et donc de prix. A l’opposé, un musée à mission pédagogique se rapprochera des bibliothèques et de leur philosophie d’accès. Toutefois, les nuances ne sont pas hautement perceptibles pour le grand public : un musée reste un musée.

8Cet élan d’ouverture culturelle a également influencé la médiation patrimoniale dans son ensemble : « La volonté d’ouvrir l’accès de la culture cultivée au non-public, née dans le spectacle vivant, s’est imposée aussi dans celui du patrimoine culturel et des musées au point de devenir l’un des axes majeurs de la politique de valorisation des monuments et des collections. » (Jacobi, Luckerhoff, 2010). Ainsi, s’expliquerait l’événementialisation des expositions temporaires, les parcours d’interprétation des monuments et le développement de la médiation et des médiateurs.

9Au-delà de l’ouverture, symbolique mais aussi concrète, de la porte d’entrée du musée, un autre lien semble devoir se monnayer pour le visiteur. En effet, par le processus de patrimonialisation Jean Davallon explicite comment « un collectif reconnaît le statut de patrimoine à des objets matériels ou immatériels, de sorte que ce collectif se trouve devenir l’héritier de ceux qui les ont produits et qu’à ce titre il a l’obligation de les garder afin de les transmettre. » (Davallon, 2014). L’objet rentre ainsi dans une nouvelle vie sociale, en dehors de la logique de son usage, mais dans un usage patrimonial. L’objectif de la patrimonialisation est que les visiteurs rencontrent le patrimoine, la visite est destinée au public mais au profit de l’objet. Cette transmission patrimoniale, incluant une injonction à garder, susciterait donc le sentiment d’être débiteur, en échange de ce don exceptionnel. Ce moment se produirait au moment de « la découverte de l’objet, l’instant de la reconnaissance de son identité et de sa valeur » (Davallon, 2006). Une nouvelle donation intervient alors quand cet objet patrimonial est offert à la collectivité, au public. En effet, l’objet est préservé en étant simplement exposé, il n’est pas consommable. Le visiteur ne peut pas acheter l’objet. Il peut par contre y avoir accès en échange d’un droit. Ainsi, le droit d’entrée aurait une double fonction : d’une part, l’acquisition d’un service et d’autre part, le contre-don permettant de conserver l’objet et de le faire perdurer dans le temps par sa transmission. Préserver le patrimoine collectif, c’est enfin assurer l’ultime don, en suspend, dans un « futur transgénérationnel ouvert, dans lequel “l’héritier” est hors de portée » (Davallon, 2006).

La gratuité muséale

  • 2 Les 3900 questionnaires de l’enquête ont été exploités par Floriane Germain (2014) dans le cadre de (...)

10D’un point de vue historique, la gratuité muséale devient, en France, un droit et non plus un privilège grâce à la Révolution, avec l’inauguration du Louvre en 1793 (Mairesse, 2005). Ce droit se perdra progressivement jusqu’en 1990, pour revenir au-devant de la scène en 2000 avec la mesure gouvernementale du premier dimanche du mois gratuit, appliquée à tous les musées nationaux et monuments historiques. Avant cette prise de décision, une étude a été menée pendant cinq ans (Fourteau, 2007). Elle a révélé la puissance d’attraction de la gratuité : son impact impressionnant et pérenne sur la fréquentation (60 % de visiteurs en plus le dimanche gratuit), notamment pour le non-public (45 %), sa fidélité (un tiers des visiteurs reviennent le dimanche gratuit suivant) et sa participation à la démocratisation culturelle en multipliant les profils des visiteurs. Mais la gratuité mensuelle ne concerne au final que douze jours dans l’année. C’est pourquoi une autre étude de gratuité cette fois-ci permanente, a eu lieu sur une période de six mois en 2008, dans quatorze musées (seulement l’accès aux collections permanentes était concerné par la gratuité) et monuments nationaux (Eidelman, 2010). Cette expérimentation révèle à son tour, le pouvoir d’attraction de la gratuité sur le non-public, représentant six visiteurs sur dix. Une troisième étude a été coordonnée en 2012 par la Direction générale du Patrimoine2 lors de la huitième édition de la Nuit européenne des musées. Elle rapporte que 64,2 % des visiteurs sont des primo-visiteurs pour cet événement mais également des primo-visiteurs pour les visites de musée en général.

11Malgré les résultats radicaux de ces études, basées sur des expérimentations concrètes, auprès d’un public en situation, la gratuité du droit d’entrée dans les musées fait toujours débat. Et les arguments ne changent pas depuis plus d’un siècle. Les pro-gratuité convoquent le subventionnement par l’État, la propriété collective du patrimoine (le musée étant un simple dépôt), la protection de la culture en dehors de la sphère marchande et enfin les bénéfices secondaires, mais financiers, de l’affluence générée par la gratuité (Mairesse, 2005). Pour les anti-gratuité, le prix d’entrée permet de sélectionner le public (excluant les personnes indésirables) et de protéger les œuvres de la foule ; la gratuité est perçue comme un gâchis, les visiteurs étant dispensés de payer alors qu’ils en ont les moyens (ceux qui n’en ont effectivement pas les moyens ne sont pas considérés par les anti-gratuité comme visiteurs potentiels) (Fourteau, 2007).

12Face à ces arguments, il est intéressant de mettre en exergue le coût global d’une visite, au-delà du prix d’entrée (Pommerehne, Frey, 1993). Ce coût global comprend d’autres coûts financiers (coût de transport et d’opportunité, le temps n’étant pas rentabilisé monétairement) et des coûts intellectuels (coût d’information pour récolter les informations pratiques, coût de compréhension des œuvres et coût de communication sociale consistant au partage de son expérience). Ces coûts constituent autant de freins potentiels pour le non-public. Ainsi, nous constatons que les publics sont inégaux face au coût global d’une visite.

  • 3 Le sens premier du mot patrimoine est dérivé de pater, le père (Rey, 1995).

13Par ailleurs, nous souhaitons déconstruire l’idée d’une implication plus forte du visiteur par le fait d’avoir à payer. L’exemple type de rapport coût/investissement fréquemment mis en avant est celui de la psychanalyse. Pourtant, dans ce dispositif très spécifique, l’argent ne sert pas à payer la séance mais l’acte analytique lui-même. En d’autres termes lacaniens, « L’analysant paie pour ne rien devoir à l’Autre » (Alberti, Sauret, 1998). Cet Autre (lire « grand Autre ») est le lieu de la parole, du langage, il préexiste au sujet et le détermine. Enfant, le sujet est donc étranger à lui-même car parlé par l’Autre qui interprète ses comportements et détermine ce qui a du sens (l’Autre primordial est maternel). Pour se faire entendre, l’enfant doit reprendre et utiliser les signifiants de l’Autre. Le paiement de l’analyse contribue à rembourser cette dette maternelle et à s’affirmer en tant que sujet singulier. Dans la psychanalyse comme dans la patrimonialisation, l’argent participe donc au règlement d’une dette, maternelle ou paternelle3, mais ne caractérise pas une implication concrète plus accrue. Existe-t-il une réelle influence du prix sur les attentes du public, se connecte-t-il plus facilement aux œuvres ? Le prix pourrait-il alors être considéré comme médiation ?

La gratuité sur le terrain de la médiation

Une Nuit européenne des musées

14L’événement de la Nuit européenne des musées est l’une des deux manifestations majeures de gratuité patrimoniale à l’échelle internationale (avec les Journées européennes du patrimoine). Durant une soirée dans l’année (le samedi le plus près du 18 mai), la plupart des musées d’Europe ouvrent leurs portes gratuitement. Cette manifestation qui existe depuis 2005 est organisée par le ministère de la Culture et de la Communication et chapeautée par le Conseil de l’Europe, l’unesco et l’icom (Conseil international des musées). Il s’agissait en 2016 de la douzième édition. Le caractère exceptionnel de la Nuit européenne des musées est de cumuler gratuité, festivité et nocturne. Cette équation semble fonctionner sur le public, qui chaque année montre un réel engouement pour cet événement. Dès la première édition en 2005, en France plus d’un million de visiteurs avaient fait le déplacement dans les 1250 musées participants. Ce nombre est en constante progression, avec 1,8 million de visiteurs en 2009 et plus de deux millions en 2015 et 2016. Le nombre de musées participants reste stable, autour de 1300 en France et 3000 en Europe.

15Par ailleurs, il est important de noter la différence entre la gratuité du premier dimanche du mois et celle de la Nuit européenne des musées. En effet, le dimanche, il n’y a pas d’événement ajouté à l’ouverture gratuite : ni fête, ni horaire décalé, ni même médiation particulière. Nous pourrions ainsi dire que la gratuité mensuelle a un aspect régulier, alors que la gratuité annuelle arbore plutôt une forme événementielle, plus exceptionnelle. Pourtant, il semble que ce soit la forme la plus rare qui bénéficie du plus d’investissement en termes de médiation.

16Lors de cette soirée particulière, nocturne et festive, de nombreux prestataire de services sont engagés par les musées pour inciter le public à franchir leurs portes. L’association culturelle toulousaine Culture en Mouvements est un des partenaires de prédilection des musées toulousains mais aussi régionaux pour la Nuit européenne des musées : une année au musée des Augustins (2013), 2 années au Muséum de Toulouse (2016-2017), 3 années au musée Saint-Raymond, musée des Antiques de Toulouse (2015-2017) et une fidélité de 4 années pour l’abbaye de Belleperche, musée des Arts de la table (2014-2017).

17Née en 2007, l’association créée du spectacle vivant. En fonction des projets et des demandes, Culture en Mouvements fait appel à un collectif d’artistes aux talents éclectiques, issus du cirque, du théâtre, du multimédia ou de l’artisanat. Dans la rue comme en salle, ainsi qu’en entreprise lors de formations ou d’événements privés, ils inventent et façonnent des spectacles, des déambulations, des mises en lumières, créent et construisent des chars. Véritables « invasions artistiques » en dehors des lieux de représentations traditionnels, l’association poursuit son objectif de diffusion de la culture et en multiplie les accès. Avec les « invasions muséales », mettant en valeur les lieux et les œuvres par la démarcation caractéristique du spectacle vivant centré sur l’émotion et l’imprévisibilité, l’objectif de Culture en Mouvements est également de toucher le non-public. Nous rappelions en introduction que la question de l’accessibilité à la culture a trouvé son origine dans le spectacle vivant avant de se propager dans le patrimoine, notamment par l’événementialisation et la médiation. Il s’agit donc ici d’un croisement intéressant entre deux logiques à présent convergentes.

18Pour cette étude menée en master 2 (Molinier, 2016), nous avons fondé notre méthode de recherche en construisant un corpus de huit événements proposés par Culture en Mouvements. Nous avons observés cinq invasions muséales dont trois à l’occasion de la Nuit européenne des musées 2016, ainsi que trois autres événements hors musées (deux fêtes d’entreprises et une pièce de théâtre). Nous avons utilisé plusieurs outils en complément de notre observation participante : une grille d’analyse, des d’entretiens semi-directifs, des questionnaires et des analyses de contenu de plusieurs documents ou discours sur la gratuité et la médiation.

La médiation au cœur de l’abbaye de Belleperche

19À l’occasion de la Nuit européenne des musées 2016, une invasion muséale a eu lieu à l’abbaye de Belleperche, musée des Arts de la table située à Cordes-Tolosannes (82). Ici, deux espaces se distinguent : l’abbaye, ses vestiges et ses espaces rénovés, puis le musée abrité dans l’ancien grenier voûté de 480 m².

  • 4 Analyse des graffitis par le conservateur de l’abbaye de Belleperche et du musée des Arts de la tab (...)

20Cet ancien monastère médiéval fut installé en 1143 au bord de la Garonne, puis rebâti au xiiie siècle et enfin modernisé au xviiie siècle. Il s’agit de l’une des plus riches abbayes cisterciennes du Midi : Belleperche possédait deux cloîtres dont un surdimensionné (par rapport aux autres cloîtres méridionaux) de 1779 m², une église de taille égale à celle des Jacobins de Toulouse et un clocher similaire à celui de Saint-Sernin. Au xviie l’abbaye s’ouvre à la vie laïque et débute une activité d’hôtellerie. Dès 1756, d’étonnants témoignages vont prendre la forme de graffitis apposés sur les murs de la cage d’escalier et de l’ancienne hôtellerie (ainsi que dans les murs du salon et la salle à manger avant restauration) : « Moines, hôtes, voisins, propriétaires et leur famille, soldats, réfugiés, artisans, paysans, ils sont nombreux à avoir marqué leur présence. Il s’agit, bien sûr, d’une forme de vandalisme. Et pourtant, tel est le paradoxe de ce mode d’expression qu’il forme à présent un étonnant livre d’or de l’abbaye »4. Plusieurs messages d’amour jalonnent notamment ces murs : « J’aime et on m’aime », « Lui et elle, toi et moi, 10 août 1944 »... Même une histoire particulière s’en détache dont on peut suivre les soubresauts à travers de nombreux graffitis : l’histoire d’Alceste et de Clémence, les amants de Belleperche.

21Ce lieu patrimonial accueille également depuis 2002 le musée des Arts de la table et poursuit la tradition hôtelière du lieu en exposant des objets en lien avec la gastronomie depuis le Moyen Âge jusqu’à la période contemporaine.

  • 5 Communication visible sur le site internet de l’association Culture en Mouvement, <http://www.cultu (...)

22Pour cette Nuit européenne des musées 2016, un public plutôt familial de 120 personnes est venu découvrir gratuitement la proposition artistique de Culture en Mouvements conçue pour l’abbaye de Belleperche. Intitulée « Histoires d’amours », cette invasion muséale affichait les objectifs suivants : « Et si le temps d’une nuit, nous déclarions l’amour d’urgence. Et si le temps d’une nuit, chacun pouvait en découvrir les mille et une facettes. La s.a.r.l. (Société des Amoureux Romantiques Libres) vous invite à briser la glace et à vous saisir de ce chaleureux sentiment, qu’installations et artistes feront vibrer à travers les murs d’une abbaye qui en a connu, des belles histoires de cœur »5. Culture en Mouvements s’est inspiré des déclarations d’amour présentes sous forme de graffitis sur les murs et déploie ce thème de l’amour dans toutes les parties de l’abbaye et dans le musée. Les deux lieux se découvrent indépendamment : un spectacle est organisé sous forme de parcours (d’une heure) à travers l’abbaye alors que des objets évoquant l’amour (en forme de coeur par exemple) sont cachés dans la collection permanente du musée. Dans l’abbaye, le public est invité à entrer par groupes pour que les animations se déroulent les unes après les autres, avec à chaque étape un quiz pour gagner un mot d’amour. Les visiteurs sont tout d’abord accueillis dans le vestibule d’honneur au pied du grand escalier pour se faire conter l’Histoire et les histoires d’amour de ce lieu. Puis la déambulation à travers les salles voit se succéder : des projections vidéos sur les murs (une d’extraits de films et l’autre de dessins animés, de scènes mythiques d’amour et d’amitié), des lectures (un poème de Victor Hugo et un poème érotique), une chorégraphie (avec des gestes d’amour à reproduire), de la musique (des chansons d’amour célèbres jouées au piano et entonnées avec le public), un monologue (narrant des explications biologiques sur l’amour scientifique). De plus, le lieu est spécialement mis en lumière par l’association, y compris les fameux graffitis.

Le discours dans la médiation 

Réflexion sur une médiation discursive

23Quel est alors le discours sur les œuvres et le patrimoine, qu’en est-il de la médiation ? Afin d’en comprendre tous les aspects, nous nous appuyons sur la définition de la médiation de Patrick Fraysse (2015) qui souligne l’importance de ne pas simplifier cette notion par un simple entre-deux. Il s’agit de considérer trois pôles distincts : le public, l’objet à comprendre et le tiers médiateur. La médiation s’observant à travers leurs mouvements.

24Lors des invasions muséales, le spectacle vivant occupe bien un rôle de tiers médiateur en se plaçant entre les visiteurs et le patrimoine (l’objet à comprendre), pour faciliter la compréhension, l’appropriation ou la familiarisation du lieu et des œuvres. La compréhension donnant de réels éléments de savoir, l’appropriation consistant à amener le public à observer différemment l’œuvre ou le lieu, et la familiarisation utilisant plutôt l’objet comme un décor avec une perte partielle de sa destination. Ainsi, les anecdotes sur le lieu amènent vers la compréhension, les objets à retrouver dans le musée (incitant les visiteurs à observer toutes les œuvres) amènent à l’appropriation et le spectacle dans ce lieu particulier amène vers la familiarisation.

25Mais le spectacle vivant ne sert pas uniquement de lien, de tiers médiateur pour le public vers le patrimoine, il propose son spectacle propre : une représentation. Le public est donc face à une double proposition : le patrimoine et le spectacle. Le spectacle vivant devient un nouvel objet à comprendre par le public. Dans cette nouvelle configuration, qui occupe alors la place du tiers médiateur ? Pour poursuivre notre réflexion, nous avons analysé d’autres spectacles de Culture en Mouvements hors musées où nous avons tenté de retrouver ce triptyque public/ objet/ tiers médiateur. Dans ces cas-là, le spectacle vivant était l’unique objet à comprendre par le public et nous avons pu observer le rôle du discours (du présentateur ou de la mise en scène). En effet, c’est ce discours médiateur qui fait lien entre le spectacle et le public, soit incarné dans le rôle de présentateur/ animateur du spectacle, soit intégré à des dispositifs ou aux spectacles (« parlants » donc par eux-mêmes : le tiers médiateur étant inclus grâce à la mise en scène). L’émergence de ce tiers médiateur nous permet de reconsidérer notre exemple : un discours médiateur relie le spectacle vivant et le patrimoine entre eux et avec le public. L’objectif étant d’amener le public vers l’un et l’autre des deux objets.

26Par la présence du discours, le dispositif de médiation n’est pas cantonné à une apposition venant se mettre au-devant du patrimoine qui sert alors de décor, de support, tout simplement de prétexte. Ainsi, nous pouvons considérer cette nuance en affinant d’un côté, une médiation servant de prétexte pour amener au musée (le patrimoine en tant qu’écrin) et de l’autre côté, une médiation amenant vers la compréhension des œuvres (l’art et son histoire) grâce au discours, médiation que nous proposons de qualifier de discursive. L’objet initial à comprendre qu’est le patrimoine peut donc se diviser en deux nouveaux objets : l’objet musée et l’objet œuvres.

27Dans notre exemple précédent, ce sont les occupants et l’Histoire du lieu qui sont mis en avant dans ce thème de l’amour puis illustrés par le spectacle vivant, le lien étant étendu jusque dans les collections du musée qui abritaient pour l’occasion de nouveaux objets. Il ne s’agit pas d’un spectacle déconnecté du lieu. Donc, dans ce dispositif de médiation, le discours médiateur (des acteurs et de la mise en scène) agit dans l’intention d’amener le public vers le lieu, vers les œuvres et vers le spectacle vivant (triple objet) : il y a triple médiation. La médiation discursive compte alors cinq pôles distincts : le public, trois objets à comprendre (musée / œuvres / dispositif de médiation) et le discours médiateur.

28Par cette démonstration théorique, nous souhaitons mettre en évidence l’importance du discours sur les œuvres, dans la médiation. Ainsi, le visiteur peut appréhender une pluralité d’informations lors de sa visite au musée : ce sont des clés de compréhension, du musée, des œuvres et du dispositif de médiation.

Gratuité d’entrée et médiation gratuite

29Par cet éclairage, que penser à présent de l’expérience du visiteur dans ce contexte de gratuité muséale qui, nous l’avons vu précédemment attire majoritairement le non-public ?

30« Et là, confrontés à la difficulté de la visite et à un apprentissage solitaire, les visiteurs ne manquent pas de s’étonner : le musée souhaite-t-il vraiment favoriser leur progression de “visiteurs en devenir” ? Il ne suffit pas de franchir l’entrée pour accéder aux œuvres […] ils demandent instamment du respect, qui se marquerait par un accompagnement de médiation, largement à inventer, qui leur rende le musée accessible. Car la gratuité n’est pas une molle facilité qui exonérerait le musée de toute autre action culturelle ; elle est exigence accrue d’un engagement actif aux côtés des visiteurs en devenir. » (Fourteau, 2007).

31Nous abordons ici une des spécificités de la gratuité dans le patrimoine : elle semble devoir être associée à une médiation adaptée. Nous nous proposons d’appeler cette médiation spécifique au contexte de gratuité, « médiation gratuite ». Nous allons tenter d’en définir les caractéristiques propres.

32Tout d’abord, nous pouvons nous demander quel est le public de la médiation gratuite. Elle semble s’adresser principalement aux primo-visiteurs et donc par extension pourrait cibler le non-public. Les rendez-vous extraordinaires gratuits attirant de nombreux visiteurs, il s’agit d’intégrer également le facteur d’invasion par le public. En effet, cette médiation gratuite doit pouvoir adapter sa forme à une capacité d’attention plus inférieure que d’ordinaire, le contexte de foule ne favorisant pas de s’attarder suffisamment sur les dispositifs traditionnels devenant inadaptés aux flots de visiteurs. La médiation gratuite paraît donc devoir être complémentaire à la médiation classique. En cas de gratuité permanente, il peut être important de penser la médiation gratuite également en termes de permanence. Nous pouvons alors nous interroger sur son devenir : deviendrait-elle une médiation classique ?

33Nous souhaitons questionner ensuite l’accès à la médiation gratuite : cette médiation qui devrait être associée à l’entrée gratuite, doit-elle être une prestation gratuite pour les visiteurs ? En d’autres termes, la médiation gratuite doit-elle être gratuite ? Cela semble en effet plus cohérent, l’objectif étant de proposer des informations à un nouveau public a priori non initié. La barrière d’une visite à payer, même si le visiteur est dispensé de droit d’entrée, nous paraît illogique. Cette médiation gratuite semble devoir en toute logique être gratuite pour garder le continuum de gratuité vers le non-public.

34Enfin, nous soulevons la question du savoir : la médiation gratuite doit-elle être discursive ? L’objectif de la médiation gratuite est d’amener le visiteur en devenir vers les œuvres, donc de notre point de vue, en étant forcément discursive. Car, en l’absence de discours relatif aux œuvres, nous pouvons nous demander ce que nous raconte la médiation (Molinier, 2018). La médiation discursive nous paraît adaptée au non-public, qui, si lorsqu’il franchit enfin les portes du musée, n’apprend rien, n’a alors aucune raison de revenir. Il nous semble vraiment illogique face à un pic de fréquentation, de laisser passer l’opportunité d’apporter des connaissances à un public en demande. Ainsi, nous pensons pouvoir dire que la gratuité d’entrée au musée rajoute une nécessité de discours, de savoir sur les œuvres.

35Il est essentiel de garder à l’esprit que le non-public construit, dès sa première visite, sa « carrière de visiteur » (Eidelman, Céroux, 2009). Une fois ce déclenchement du désir d’accession à la culture produit, les visiteurs en devenir reviennent « dans des sites déjà connus qu’ils revisitent autrement ». Ainsi, le discours nous paraît fondamental quel que soit le niveau d’ascension de la carrière des visiteurs. La médiation gratuite, discursive et complémentaire à la médiation classique, pourrait permettre l’accumulation de connaissances.

Conclusion

36Par cette étude, nous rappelons le contexte établi dans lequel la gratuité muséale apparaît comme le moyen d’attraction le plus efficace à la disposition des musées (Fourteau, 2007) et ciblant majoritairement le non-public (Eidelman, 2010). De plus, lorsque la gratuité prend la forme d’un événement annuel, international, festif et nocturne, tel que la Nuit européenne des musées, elle semble déclencher notamment et massivement la première venue de toute une vie dans un musée (Germain, 2014).

37Par la gratuité, le paysage muséal reflète, enfin, en mêmes proportions les classes sociales et en cela participe à démocratiser l’accès à la culture. D’autant que la gratuité semble réellement servir de tremplin pour les visiteurs en devenir. Il apparaît que la gratuité récurrente soit plébiscitée par les visiteurs qui, se sentant stimulés et fidélisés par ces rendez-vous, se projettent dans une construction d’un désir de visite (Fourteau, 2007). L’attrait de l’offre de gratuité semble néanmoins corrélé à la familiarité muséale : « À mesure que les pratiques culturelles se font nombreuses et variées, l’intérêt pour la gratuité diminue, et à l’inverse, plus le lien avec la culture se distend et la familiarité muséale diminue, plus la mobilisation augmente. » (Eidelman, 2010).

38Nous avons mis en avant ce qui semble être une nécessité de la gratuité patrimoniale, à savoir son association à la médiation. Cette médiation adaptée, que nous nommons médiation gratuite, pourrait donc être envisagée selon des caractéristiques telles que d’être : non payante, systématiquement associée à l’entrée gratuite, capable de s’adresser à une foule dense de visiteurs, comprise par un public non-initié, en complément de la médiation classique, et discursive. En effet, à travers la théorisation d’une médiation discursive, nous avons entamé une réflexion sur l’importance, dans la médiation, du discours orienté vers la compréhension des œuvres exposées.

39Par ailleurs, au-delà d’un moteur de visite, l’entrée gratuite semble également opérer une autre médiation. Si l’on considère à nouveau le processus de patrimonialisation (Davallon, 2006), nous pouvons penser que la gratuité agit en créant un rapprochement entre le non-public et son héritage patrimonial. La gratuité participerait donc à augmenter la transmission patrimoniale. Et, en partageant cet héritage commun, ce nouveau public deviendrait conscient d’être lui aussi le détenteur de cette dette du passé et de ce futur don. Ainsi, la gratuité d’entrée agirait également sur le patrimoine de demain et sur le futur public (et non-public), les héritiers transgénérationnels.

40In fine, en lui ouvrant les portes du musée, la gratuité rapproche le non-public de son patrimoine et de la compréhension des œuvres, dans l’attente d’une médiation adaptée nécessaire à la création de cette rencontre. La gratuité paraît donc être une des voies de la médiation muséale, véritable thérapie pour un musée souffrant de l’absence de son non-public.

Haut de page

Bibliographie

Alberti Christiane, Sauret Marie-Jean, 1998. La psychanalyse. Toulouse : Éditions Milan, coll. Les essentiels Milan.

Davallon Jean, 2006. Le don du patrimoine : une approche communicationnelle de la patrimonialisation. Paris : Éditions Hermès-Lavoisier, coll. Communication, médiation et construits sociaux.

Davallon Jean, 2014. A propos des régimes de patrimonialisation : enjeux et questions. Patrimonialização e sustentabilidade do patrimonio : reflexéao e prospectiva. Lisboa, Portugal, <https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01123906/document>.

Eidelman Jacqueline, 2010. Du non-public des musées aux publics de la gratuité. In Jacobi Daniel, Luckerhoff Jason. A la recherche du « non-public ». Québec : Presses de l’université du Québec. 173-200.

Eidelman Jacqueline, Céroux Benoît, 2009. La gratuité dans les musées et monuments en France : quelques indicateurs de mobilisation des visiteurs. Ministère de la Culture et de la Communication. coll. Culture études, pratiques et public. 2009-2.

Fourteau Claude, 2015. Faire vivre la gratuité. La lettre de l’ocim, n° 161. 30-33.

Fourteau Claude, 2007. La gratuité, point aveugle des politiques culturelles. La lettre de l’ocim, n° 111 : Ticket pour la gratuité, 15-22.

Fraysse Patrick, 2015. La médiation numérique du patrimoine : quels savoirs au musée ?. Distances et médiations des savoirs, <http://dms.revues.org/1219>.

Germain Floriane, 2014. Les visites nocturnes, l’impact de la nuit sur l’expérience de visite : le cas de la cour Marly au musée du Louvre. Thèse de doctorat en Muséologie, médiation, patrimoine.

Jacobi Daniel, Luckerhoff Jason, 2010. Public et non-public du patrimoine culturel : deux enquêtes sur les manifestations différenciées de l’intérêt et du désintérêt. In Jacobi Daniel, Luckerhoff Jason. A la recherche du « non-public ». Québec : Presses de l’université du Québec, 99-121.

Jeanneret Yves, 2011. Where is Monna Lisa ? et autres lieux de la culture. Paris : Éditions Le Cavalier Bleu, coll. Lieux de...

Mairesse François, 2005. Le droit d’entrer au musée. Bruxelles : Labor. 94 p.

Molinier Muriel, 2016. Médiation muséale : la voie de la gratuité. Mémoire de Master 2 Information-Communication, Communication et Territoires, Fraysse Patrick, dir, Toulouse, Université Paul Sabatier.

Molinier Muriel, 2018 (à paraître), « Les “invasions muséales” comme médiation », in Fraysse Patrick, dir., Médiations culturelles au musée Saint-Raymond, musée des Antiques de Toulouse. omci#2.

Pommerehne Walter, Frey Bruno, 1993. La Culture a-t-elle un prix ? : essai sur l’économie de l’art. Paris : Plon, coll. Commentaire.

Rey Alain, dir., 1995. Dictionnaire historique de la langue française. Paris : Le Robert.

Haut de page

Notes

1 Historique du ministère de la Culture : création et développement d’une administration, <http://www.culture.gouv.fr/culture/historique/rubriques/creationministere.htm>.

2 Les 3900 questionnaires de l’enquête ont été exploités par Floriane Germain (2014) dans le cadre de sa thèse en sic.

3 Le sens premier du mot patrimoine est dérivé de pater, le père (Rey, 1995).

4 Analyse des graffitis par le conservateur de l’abbaye de Belleperche et du musée des Arts de la table, Jean-Michel Garric : <http://hervecouton.photos.free.fr>.

5 Communication visible sur le site internet de l’association Culture en Mouvement, <http://www.culturemouvements.org/histoires-d-amour>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muriel Molinier, « Médiation muséale : la voie de la gratuité », Sciences de la société, 99 | 2016, 30-43.

Référence électronique

Muriel Molinier, « Médiation muséale : la voie de la gratuité », Sciences de la société [En ligne], 99 | 2016, mis en ligne le 13 février 2019, consulté le 20 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/sds/5294 ; DOI : 10.4000/sds.5294

Haut de page

Auteur

Muriel Molinier

Doctorante en Sciences de l’information et de la communication, Univ. Toulouse 3-iut Paul Sabatier, lerass (ea 827), équpe mics (115d, rte de Narbonne - bp 67701, f-31077 Toulouse cedex 4).
murielmolinier@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals