Navigation – Plan du site

Application mobile de médiation patrimoniale et innovation : analyse de la mise en scène numérique des marbres des Pyrénées à Versailles

Pyrenean marbles and mobile multimedia mediation at the Trianon in Versailles: the innovation in question
Mármoles pirenaicos y mediación multimedia móvil en el Trianon en Versailles: la innovación en cuestión
Valentine Châtelet
p. 86-105

Résumés

Le présent article rapporte un projet de valorisation thématique via des technologies mobiles de médiation sur le site patrimonial prestigieux de Versailles. À travers le récit de cette expérience, il s’agit de décrire le contexte et les circonstances dans lesquels s’est déroulé le projet pour questionner sa dimension innovante. La démarche expérimentale mise en œuvre conjugue la technologie multimédia mobile comme dispositif et les marbres des Pyrénées comme média ou contenu à diffuser.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Convention de formation industrielle par la recherche

1S’il s’agissait de développer une application mobile en partenariat avec l’établissement public en charge de la gestion et de l’administration du domaine de Versailles – « Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles », ci-après dénommé « epv » –, notre ambition était de créer des contenus capables de présenter les marbres des Pyrénées, leur histoire et leurs richesses, à travers leurs usages à Versailles. Ce projet, initié en 2014 et dont le produit – l’application mobile Châteaux et jardins de Trianon (epv, 2015) – est toujours mis à la disposition des visiteurs, est issu de la collaboration de plusieurs acteurs (nous-même, en tant que jeune chercheur en cifre1 dans une société privée spécialisée dans la médiation multimédia mobile, et l’institution patrimoniale de Versailles), qui seront présentés dans la suite de cet article.

2Trois ensembles de termes sont soumis ici à l’analyse, dans le contexte particulier d’un projet donné, à savoir : les technologies mobiles appliquées à la médiation patrimoniale, le patrimoine thématique des marbres des Pyrénées et les acteurs impliqués dans ce projet de création d’application mobile.

3De l’intention première à la concrétisation de ce programme de valorisation par une médiation technologique, nous souhaitons questionner la notion d’innovation. Cette dernière, qui implique d’« introduire dans une chose établie quelque chose de nouveau » (Le Petit Robert, 2015), peut en effet porter sur la technologie proposée, la thématique abordée – ici, les marbres pyrénéens – ou sur la formalisation du projet et le mode de collaboration des acteurs.

4Le sujet de cette communication implique de préalablement circonscrire les objets en présence, à savoir les technologies mobiles de médiation patrimoniale et les marbres des Pyrénées, ainsi que de mentionner les origines scientifiques et pratiques du projet. Ces prérequis terminologiques et historiographie nous permettront de lier entre eux les sujets des dispositifs numériques (une application mobile) et de la médiation du patrimoine. La médiation multimédia mobile opère via une application mobile, c’est-à-dire par le truchement d’un programme informatique destiné à des supports mobiles (téléphones avancés ou tablettes) dont les contenus – texte, audio, vidéo, etc. – délivrent une interprétation de l’environnement dans lequel le visiteur évolue.

5Ce type d’outil de médiation, de plus en plus répandu sur les sites culturels et naturels, met à disposition des visiteurs des contenus culturels par le biais de technologies que l’on peut qualifier, à la suite d’Henry Jenkins, de « technologies de fourniture » (Jenkins, 2013). Ces dernières désignent la combinaison de ce qu’Yves Jeanneret nomme le « support » – matériel – et le « dispositif » – logiciel – qui, à eux deux, permettent la diffusion du « média » (Jeanneret, 2007) ; ce dernier désignant un contenu culturel multimédia (textuel, iconographique, audiovisuel, ludique, etc.). Si les technologies évoluent, les contenus demeurent en tant que production culturelle. En outre, ils résultent de choix, thématiques et éditoriaux, de même que les technologies déployées dans une application mobile et ce en fonction de la composition souhaitée par ses auteurs ou commanditaires.

6Dans la mesure où le produit du présent projet – une application mobile de découverte patrimoniale à Versailles – est mis à la disposition du public via les magasins d’applications en ligne et téléchargeable librement, l’analyse ne portera pas sur la gestion matérielle mais sur le processus de production et de conception. Ainsi, les contenus en ligne ne seront pas décrits exhaustivement ici mais seulement évoqués par la description des choix qui ont déterminé les fonctionnalités et les usages de l’application.

7Afin de pouvoir questionner la dimension innovante d’un tel projet de médiation, il convient tout d’abord d’en présenter l’objet – à savoir les marbres pyrénéens et le site patrimonial de Versailles – et les acteurs dans leur rapport aux notions de médiation et d’innovation.

Les marbres des Pyrénées : d’un objet d’étude pluridisciplinaire à un patrimoine aux multiples facettes

Le marbre comme contenu à valoriser

8Au départ du projet, la thématique était celle des marbres des Pyrénées, dont l’histoire, géologique et historique, révèle – et le cas des Pyrénées est en cela exemplaire – la grande valeur patrimoniale.

9Le marbre répond à une double définition : celle des géologues et celle des carriers, praticiens du marbre. La première restreint l’appellation marbre aux roches métamorphiques, qui résultent de phénomènes tectoniques ayant conduit à des hausses de températures et/ou de pression et à des altérations – physiques ou chimiques – des matériaux et minéraux initialement présents dans la roche ; la seconde reconnaît comme marbre « toute pierre qui prend un beau poli » et peut donc inclure des roches magmatiques comme les granits ou même des roches sédimentaires (brgm, 2014). Les marbres résultent donc du travail des hommes sur un donné géologique particulier.

10Dans les Pyrénées, en raison des phénomènes géologiques ayant présidé à la constitution de la chaîne et d’un passé marqué par une longue histoire d’occupation humaine, la montagne est marquée d’« une myriade d’excavations » (Julien, 2012) marbrières. Si certaines sont aujourd’hui oubliées ou disparues, recouvertes sous la végétation par exemple, d’autres témoignent de l’ancienneté de la pratique – remontant à l’Antiquité comme à Saint-Béat dans le sud de la Haute-Garonne – et de la perpétuation d’une tradition encore bien vivante – avec des sites encore en activité comme en vallée d’Aure dans les Hautes-Pyrénées – (Julien, 2012b).

11Mais c’est durant l’époque moderne et notamment sous Louis xiv que l’exploitation du marbre des Pyrénées a acquis ses lettres de noblesse, pour l’approvisionnement du chantier royal de Versailles et par la mise en place d’une « politique royale des marbres » (Bresc-Bautier, 1985 ; Bresc-Bautier, Du Mesnil, 1986 ; Bresc-Bautier, 1995). Plusieurs sites connurent alors une intense exploitation et furent même décrétés « carrières royales ». Ce fut le cas en particulier à Campan dans la vallée de l’Adour et à Sarrancolin et Beyrède en vallée d’Aure. Cela signifiait que les blocs qui sortaient de ces carrières étaient exclusivement réservés aux usages du roi pour ses résidences et projets artistiques, paysagers et architecturaux (Julien, 2006).

12Aux xixe et xxe siècles, les marbres des Pyrénées ont connu une exploitation intermittente. Les progrès techniques dans les méthodes d’extraction, de transport et de débitage ont entraîné un essor et une diversification de la production. Ces activités de transformation industrielle étaient alors notamment concentrées à Bagnères-de-Bigorre, qui a été appelée au xixe siècle l’« Athènes des Pyrénées », ville thermale et industrielle dont les nombreux ateliers de marbrerie ont longtemps fait la renommée (Mayoux, 1993, 2002 ; Berthault, 1988). De nos jours, les activités extractives ont été relancées à Sarrancolin et à Beyrède en vallée d’Aure, quand les sites de Campan ou de Bagnères-de-Bigorre se sont engagés dans la valorisation de la dimension patrimoniale des marbres. La vallée d’Aure promeut également le patrimoine marbrier pyrénéen avec des opérations de médiations culturelles autour des marbres sur le territoire, menées par un marbrier-guide-conférencier ou par le Pays d’art et d’histoire des vallées d’Aure et du Louron.

13Les sites d’extraction de la matière marbrière constituent des paysages naturels et culturels. En effet, les matériaux qui en sont issus ont permis la réalisation de prestigieux palais, tels que Fontainebleau ou Versailles – le plus illustre d’entre eux –, qui sont autant, pour reprendre la notion élaborée par Pascal Julien, de « paysages déplacés » des Pyrénées (Julien, 2012). De plus et au regard de ce bref historique, l’intérêt patrimonial de l’objet « marbre des Pyrénées » est donc multiple : paysager, artistique, architectural, industriel et culturel voire touristique.

Aux origines du projet : des recherches scientifiques en médiations

  • 2 Les Actions concertées incitatives, ouvertes pour la première fois cette année là, sont devenues de (...)

14Ce projet de création d’un guide multimédia mobile sur le thème des marbres des Pyrénées s’inscrit dans la continuité de travaux scientifiques entamés depuis la fin des années 1990. Si des recherches antérieures, menées dans différentes disciplines, avaient déjà mis en lumière les marbres des Pyrénées, il s’agissait principalement de travaux de géologues (Astre, 1931, 1933, 1937, 1940a, 1940b ; Peybernès, 2005, 2008), de géographes (Loubergé, 1968), ou d’archéologues (Fabre, Sablayrolles, 2002). Et quand l’histoire de l’art s’y était intéressée, elle s’était surtout focalisée sur les marbres blancs de la chaîne (Bresc-Bautier, Du Mesnil, 1986) et non sur ses abondantes ressources polychromes. Or, la toute fin du xxe siècle fut particulièrement féconde en matière de production scientifique sur les marbres pyrénéens avec le programme « Marbres de rois », lauréat de l’aci2 Jeune chercheur en 1999. Ce programme, porté par Pascal Julien, mêlait étroitement recherches documentaires, diffusion scientifique (journées d’étude dans les Pyrénées, à Versailles, à Rome) et valorisation patrimoniale (conférences, exposition itinérante, etc.). L’important travail de recherche et d’analyse historiques mené par Pascal Julien a été publié en 2006 dans un ouvrage désormais de référence sur l’histoire des marbres des Pyrénées, retraçant la formidable épopée de ce matériau dans ses dimensions artistiques, architecturales et royales (Julien, 2006). Y est présent en filigrane l’immense potentiel que représentent les marbres pour les territoires pyrénéens, en tant que ressources naturelles et patrimoniales, des Pyrénées à Rome et à Versailles. Des publications ultérieures ont introduit la notion de « patrimoine déplacé » pour décrire la relation entre le site d’origine et celui de destination (Julien, 2012a)et ont insisté sur l’importance de l’industrie marbrière dans les stratégies royales (Julien, 2005).

15Plus récemment, la revue Patrimoines du sud, publication régionale de la région Occitanie, a consacré un numéro aux marbres pyrénéens et languedociens, attestant de la diversité et de la richesse des recherches menées sur le sujet, de l’histoire de sites d’extraction ou de transformation de la matière – parfois menacés – à celle des mosaïques de marbres et ou de marbres peints (Patrimoines du sud, 2016). Dans le même temps en 2016, des journées intitulées « Marbres d’hier, marbres d’aujourd’hui » ont été organisées à Pézenas dans l’Hérault. Conférences et visites de sites étaient ainsi organisées à l’initiative du service de l’Inventaire de la région Occitanie et en partenariat avec une palette d’acteurs allant des collectivités territoriales à des pays d’art et d’histoire et à l’université de Montpellier 3 (Société d’études scientifiques de l’Aude, 2016). Ces journées sont la preuve de l’intérêt croissant de la question de la valorisation des marbres pyrénéens dans une approche pluridisciplinaire et transversale entre monde de la recherche et mondes institutionnel et professionnel. De plus, ces recherches en Occitanie ne constituent en rien une exception, dans la mesure où l’intérêt porté au matériau, à son histoire et à leur valorisation, fait l’objet d’initiatives de valorisations de toutes sortes, en France et au-delà, comme en Belgique, où a récemment été publié un ouvrage sur les usages de marbres belges à Versailles (Van Belle, Tourneur, 2016).

16Ainsi, les travaux de recherche sur le matériau aboutissent à la publication d’articles ou d’ouvrages, à la tenue de manifestations scientifiques à vocation culturelle telles que des journées publiques ou des expositions et des visites de sites, soit à des actions de médiation sous différentes formes. Ces actions se situent, pour la plupart, à la rencontre entre mondes académique, institutionnel et professionnel et à destination du plus grand nombre.

Médiation et innovation : les possibilités offertes par la thématique marbrière

17Les marbres des Pyrénées peuvent faire l’objet de médiations sur le site de Versailles, c’est-à-dire être présentés dans des contenus destinés aux visiteurs. Les connaissances relatives aux marbres ont fait l’objet de recherches scientifiques et sont prêtes à être mises en forme pour une médiation numérique.

18La médiation est ici envisagée comme un dispositif permettant de dispenser des contenus culturels, éventuellement thématiques, et non dans sa dimension communicationnelle (Fraysse, 2015). La médiation patrimoniale implique rigueur scientifique tout en rendant compréhensible au plus grand nombre les sujets qu’elle aborde. Or les marbres, dans leurs nombreuses déclinaisons, sont susceptibles de rencontrer un large public et la diversité des travaux existants prouve que leur diffusion au plus large public est possible sinon souhaitable.

19De plus, aborder ce thème serait innovant car inédit dans un site de destination de la matière marbrière, en tant que « paysage déplacé ». Toutefois, l’innovation est souvent pensée d’un point de vue matériel et technologique. Il s’agirait alors d’une fonctionnalité nouvelle par exemple, quand la nouveauté peut justement résider dans la mise à disposition de contenus originaux et d’une approche nouvelle : aborder l’histoire du domaine de Versailles par le biais des matériaux qui le composent, de la volonté royale qui a présidé à sa construction et des impératifs contemporains de restauration utilisant les mêmes matériaux, constituerait de cette façon une innovation de contenus.

20Les termes du sujet appellent donc naturellement un questionnement sur l’objet de l’innovation : technique ou thématique en vue du déploiement d’un outil de médiation sur le domaine de Versailles ; questionnement auquel les acteurs du projet se sont confrontés à différents niveaux.

Des acteurs engagés en faveur de la valorisation, de la recherche et de la médiation patrimoniales

21La formulation du projet de médiation thématique sur les marbres des Pyrénées sur le domaine de Versailles a résulté de la coïncidence de plusieurs facteurs, à savoir la pertinence de proposer une telle médiation sur le site patrimonial et touristique du domaine de Versailles d’une part et, d’autre part, les circonstances propres de production de cet outil.

22Cette étude de cas fournit l’occasion d’interroger la place occupée par l’innovation ou celle que les différents acteurs du projet lui octroient. Pour ce faire, nous verrons dans quelle mesure ce projet expérimental s’inscrit dans des contextes – académique, professionnel et culturel – particuliers, que nous analyserons dans deux cadres : tout d’abord dans un cadre général, indépendant au projet, puis dans le cadre même du projet et de son déroulement.

23Il convient de présenter tout d’abord l’institution versaillaise, ses activités et les médiations patrimoniales existantes avant la soumission de notre projet, puis les conditions académiques et professionnelles ayant présidé à son émergence, à savoir un dispositif cifre entre un laboratoire de recherche en histoire et histoire de l’art et une entreprise spécialisée dans la médiation multimédia mobile.

Le domaine de Versailles, pour le public et pour la science historique

24Le domaine de Versailles, en tant qu’institution patrimoniale, est ouvert aux visiteurs. Mais ses missions ne se cantonnent pas à cela dans la mesure où ses activités de recherche et de valorisation sont nombreuses. Leur présentation ainsi que celle des activités de médiation à destination du public permettra d’estimer la pertinence de proposer une médiation thématique sur les marbres à Versailles et son caractère innovant.

L’epv et le Centre de recherche du château de Versailles : valorisation et recherches scientifiques

25Aujourd’hui, le domaine de Versailles est géré par l’Établissement public à caractère administratif du domaine national des musées et châteaux de Versailles et de Trianon. Ce site est le troisième le plus visité en France (après la tour Eiffel et le musée du Louvre). L’epv est organisé en huit départements, dont le département de l’information et de la communication en charge des productions numériques, des nouveaux médias et de la communication, et le département des publics, en charge des activités de médiation. Par ailleurs, le Centre de recherches du château de Versailles accomplit des missions de valorisation de la recherche en organisant des colloques ou des rencontres, réunissant chercheurs et professionnels du patrimoine. C’est ainsi qu’avait eu lieu le colloque Marbres de rois, organisé à Versailles en 2003 à la suite de l’aci Jeune chercheur de 1999 mentionné en introduction et dont les actes ont été publiés en 2013 (Julien, 2013). Grâce à ce colloque, la connaissance des marbres de Versailles s’est enrichie, de l’histoire du matériau à ses usages, de ses caractéristiques géologiques aux techniques d’extraction, des sites d’origine au site de destination. À la suite de ces rencontres, le Centre de recherche s’est lancé dans la constitution d’une base de données sur « les marbres de Versailles », « s’attach[ant] à recenser et identifier les provenances de l’ensemble des marbres, mais aussi et surtout à comprendre les systèmes d’extraction, les techniques, les outils dont disposaient les carriers et les marbriers, les gestes et les savoir-faire et leurs modes de transmission. »3

26Aussi et surtout, un expert et passionné en marbres, l’architecte biterrois René Fabre, a mené pendant plusieurs années, à titre gracieux, de très longues et très précises investigations dans le palais de Versailles et dans ceux de Trianon pour y repérer, photographier, identifier, cataloguer tous les éléments de marbres existant, que ce soit des lambris, cheminées, sols, piédestaux, vases, dessus de meubles… Grâce à une connaissance exceptionnelle de plusieurs dizaines de variétés de tous pays du monde il a ainsi constitué des milliers de fiches qui servent de fondement à la base de donnée précitée.

27Ainsi, les travaux scientifiques sur les marbres de Versailles sont conséquents. Ils sont l’œuvre de chercheurs confirmés et visent à mettre à la disposition du plus grand nombre les connaissances sur le sujet.

Les actions de médiation existantes à Versailles

28Dans ce contexte, il pourrait sembler normal que des médiations thématiques sur les marbres soient proposées à Versailles. Or, il n’en est rien, et les visites guidées proposées portent sur des thèmes généralistes, à Versailles comme à Trianon. À titre d’exemple, citons le rapport d’activité du domaine de 2015 : « En complément des circuits de visite libre que constituent notamment les Grands Appartements et la galerie des Glaces, une douzaine de visites thématiques revenant sur les thèmes essentiels à la compréhension de l’histoire du Château ont été régulièrement proposés : Les appartements privés des rois, Louis xiv et la création de Versailles, Versailles à travers les siècles, La Révolution à Versailles, Les appartements des filles de Louis xv, Marie-Antoinette à Versailles, Les lieux cachés, Louis xiv, Napoléon et De Gaulle à Trianon, Jardins et bosquets » (epv, 2016).

29Quant à la médiation multimédia, audioguides et applications mobiles en place avant 2015, cantonnés au château et à son parc, proposaient des contenus généralistes et n’abordaient pas de thématique particulière telle que celle des marbres (epv, 2010 et 2014). Cette approche généraliste de la médiation peut être attribuée à la volonté de satisfaire un public très diversifié, composé à 77% de primo-visiteurs à qui la médiation vise à donner une « compréhension de l’histoire du Château ».

30En raison de l’abondance des ressources scientifiques sur le sujet et face à la richesse des médiations existantes, notre proposition thématique inédite offrait un nouveau regard sur le patrimoine, alliant approche scientifique et artistique et présentait de ce fait un caractère innovant pour l’institution.

Le cadre privilégié de la cifre : recherche et développement industriel et logiciel

31Le projet, réalisé dans le cadre d’une cifre, a engagé la collaboration de trois acteurs à la rencontre du monde de la recherche et de celui d’une entreprise spécialisée dans la médiation multimédia mobile. Étaient donc impliqués : un étudiant en doctorat en histoire de l’art – nous-même – sous la direction du professeur Pascal Julien, professeur en Histoire de l’art moderne, spécialiste de sculpture moderne et de l’histoire des marbres des Pyrénées, le laboratoire Framespa de l’université de Toulouse dont les activités sont transdisciplinaires et les thématiques explorées couvrent toutes les périodes historiques et une grande diversité de zones géographiques, et une entreprise privée – la société Camineo, spécialisée dans la médiation multimédia mobile.

32Adossées à de solides expertises scientifiques pluridisciplinaires, les recherches en vue de la production de contenus de médiation pouvaient donc se prévaloir d’une qualité scientifique irréprochable.

La société Camineo, un acteur innovant du projet

33La société Camineo est une entreprise innovante créée en 2005 dont l’ambition a toujours été de proposer des outils mobiles de médiation du patrimoine exploitant les possibilités offertes par les technologies de géolocalisation et par l’émergence des technologies mobiles.

  • 4 La réalité augmentée est le nom donné au procédé par lequel des données sont ajoutées sur le flux v (...)

34Depuis ses débuts, la société Camineo est composée de deux pôles : un pôle technique, au sein duquel les ingénieurs informaticiens conçoivent la technologie adaptée à la demande de médiation, et un pôle éditorial, en charge de la conception des contenus et des suivis de projets. La société Camineo conçoit la médiation multimédia mobile comme complémentaire à la médiation que nous qualifions de traditionnelle, pour désigner l’ensemble des propositions de guidages par des guide-conférenciers ou par des supports papier notamment. La particularité de cette médiation numérique, par laquelle le visiteur est autonome, sans interaction humaine comme c’est le cas avec un guide-conférencier, et en mobilité, impose selon l’équipe Camineo la création de contenus dédiés dans lesquels la dimension narrative importe. Ainsi, il s’agit bien de faire embarquer le visiteur dans une histoire. Les différentes étapes de la visite doivent être liées entre elles et encourager les visiteurs à les parcourir les unes après les autres le long d’un circuit au sens de parcours prescrit (Gob, Drouguet, Chaumier, 2010). Pour ce faire, on insiste sur l’importance de la scénarisation des contenus, en recourant à des personnages, sur le mode de la prosopopée par exemple, et en suivant un développement thématique graduel. Aussi les applications développées par la société Camineo intègrent-elles des jeux ou des activités en réalité augmentée4 par exemple afin de multiplier les interactions entre le visiteur, son environnement et les contenus de médiation. Ces éléments peuvent, en raison de leur différence face aux médiations traditionnelles et à l’interactivité qu’ils proposent, être considérés comme innovants.

  • 5 Et non plus sur des lecteurs gps comme c’était le cas dans les premières années d’existence de la s (...)

35Par ailleurs, au fil des innovations technologiques et des améliorations matérielles, la société Camineo a adapté son offre de médiation, laquelle est désormais la plupart du temps supportée par des téléphones avancés ou des tablettes numériques5. Les contenus sont délivrés via une application, logiciel qui exécute un programme informatique en fonction des actions de l’utilisateur – ou même en fonction de sa position géographique dans le cas de l’utilisation de la géolocalisation et du déclenchement automatique des contenus. L’usager a donc accès à des contenus multimédias, de médiation et de guidage, de différentes natures : image, texte, audio, vidéo, jeux programmés en html, réalité augmentée, etc.

36Camineo propose un système de gestion des contenus (contents management system – cms – en anglais) qui offre une grande souplesse dans les choix de l’architecture de l’application et dans ses différents paramétrages. Ce système permet l’assemblage et le paramétrage de nombreuses fonctionnalités en vue de la création d’une application mobile. Développé par les ingénieurs de la société Camineo, il fait l’objet de constants ajouts et améliorations afin de proposer de nouvelles fonctionnalités et de meilleures performances et permettre à la société de rester à la pointe de l’innovation.

L’innovation au cœur du projet ?

37Dans ce projet de médiation numérique mobile à Versailles, la dimension innovante résidait dans la thématique proposée et dans l’ambition de proposer une forme de médiation distincte de la médiation généraliste, ainsi que dans l’association inédite de ces acteurs. Qu’il s’agisse des contenus, de leur forme et de leur fond, des technologies et de la formalisation du projet, ce dernier présentait un fort potentiel en matière de nouveauté.

38De cette façon, ce projet d’application mobile thématique a émergé alors que les recherches scientifiques sur les marbres à Versailles florissaient et dans un cadre privilégié, à la rencontre du monde académique disposant d’une expertise scientifique en histoire et histoire de l’art et du monde professionnel spécialisé dans l’ingénierie logicielle en permanente recherche et constants développements innovants.

De la proposition initiale à la réalisation de l’application : étapes du projet et dimension innovante en questions

39Afin d’établir une collaboration entre le dispositif cifre et l’epv, nous avons conçu un premier programme de valorisation qui a été soumis à l’epv. Ensuite, et alors que la collaboration entre Camineo et l’epv se mettait en place, le processus de création a impliqué une organisation par tâches, suivant des étapes de fabrication et imposant des choix éditoriaux en fonction des ressources disponibles.

40La description et l’analyse de certains de ces éléments (proposition initiale, choix des contenus en fonction de l’offre existante, méthodes et organisation du projet) permettront de caractériser le degré d’innovation du projet.

Le programme initial de valorisation : pour des contenus historiques à disposition du plus grand nombre

  • 6 Le bosquet du Théâtre d’eau, conçu par Louis Benech et Jean-Michel Othoniel, a ouvert le 12 mai 201 (...)

41En amont de la réalisation du projet, nous avions effectué des recherches afin d’ébaucher un programme de visites dans un premier temps centré sur le parc du château de Versailles. Là se déploient en effet des marbres de toutes provenances, car les jardins sont agrémentés de marbres polychromes importés des confins du royaume et notamment des Pyrénées, particulièrement dans les bosquets aux thématiques variées et peuplés de sculptures des plus grands artistes de l’époque moderne – et parfois aussi contemporaine6. Le programme initialement imaginé proposait un cheminement dans les jardins fondé sur l’un des parcours prescrits du roi Louis xiv dans sa Manière de montrer les jardins de Versailles. Ce document du xviie siècle, consacré aux eaux de Versailles avait en 2001 fait l’objet d’une publication commentée par Simone Hoog (2001), ancienne conservatrice du domaine. L’objet de ce parcours prescrit par le roi est de « montrer les jardins » et leurs eaux jaillissantes en s’assurant du bon déroulement du spectacle offert au visiteur. De même, des contenus de médiation cherchent à révéler aux visiteurs des éléments insoupçonnés de leur environnement et de leur offrir une visite agréable. Quant à la thématique des marbres, des paysages et des ressources naturelles, elle se déployait naturellement de bosquets en statues et de réservoirs en carrières le long du parcours, en reprenant les mots du Roi soleil.

42Ce pré-projet permettait donc de proposer en médiation patrimoniale des contenus éditoriaux pré-existants, historiques et contemporains de la période de construction du lieu, eux-mêmes récemment valorisés par la recherche scientifique.

Des contenus de médiation intégrés à l’offre de l’institution

43De janvier 2014 à février 2015, la société Camineo et nous-même avons mené des discussions avec l’epv en vue de la sortie de l’application pour la saison touristique 2015, au plus tard avant l’été. Toutefois, l’idée première a rencontré plusieurs freins, liés tant à des réticences de la part des acteurs qu’à des éléments de contexte, ce qui a entrainé une redéfinition du caractère innovant du projet.

Définition des contenus : la direction des choix

44C’est ainsi que l’emprise des parcours, la thématique abordée et le mode narratif furent l’objet de concessions de notre part, pour rencontrer les exigences de l’institution.

45Concrètement pour les parcours, l’epv souhaita qu’ils soient déployés sur le domaine de Trianon et non dans les jardins du château, en raison d’un engagement déjà contracté pour la fourniture de médiations multimédia mobile sur ces derniers avec l’application Jardins (epv, 2010). Le domaine de Trianon, quant à lui, ne disposait encore d’aucune offre innovante de médiation si bien que le projet a été redirigé sur cette portion du domaine. Cela a donc entrainé l’abandon de l’intention narrative première reprenant des écrits de Louis xiv.

46Pour Trianon, deux circuits – ou parcours prescrits – furent prévus (Gob, Drouguet, Chaumier, 2010), l’un en extérieur bénéficiant de la géolocalisation pour un déclenchement automatique des contenus, dans les jardins du Petit Trianon, et l’autre en intérieur, dans le Grand Trianon. Ces choix furent motivés par le contexte des activités prévues sur le domaine. En effet, les travaux prévus au Hameau excluaient de facto le choix de cette emprise, et la succession linéaire des salles dans le Grand Trianon le destinait particulièrement à un parcours de guidage mobile sans déclenchement localisé des contenus.

47Quant à la thématique du patrimoine marbrier, elle fut reléguée au second plan des contenus pour répondre à la volonté de l’epv de proposer des contenus généralistes sur l’histoire du domaine, des lieux et de leurs usages, de telle sorte que tout visiteur, familier ou non du domaine de Versailles, ait, à la suite de sa visite guidée grâce au dispositif mobile, une idée générale de l’histoire des lieux et non des connaissances spécialisées sur un thème particulier. Si nous avons essayé d’argumenter en avançant le caractère pluridisciplinaire des marbres et sur l’opportunité de diversifier les approches grâce au nouveau dispositif de médiation, ce fut en vain. Le parcours du Grand Trianon propose donc un commentaire généraliste, évoquant seulement la présence de marbres sans que celle-ci ne soit centrale. Nous avons opté pour orienter le propos sur les matériaux et sur des éléments de décors de chaque salle. Concernant le parcours dans les jardins, il est destiné à un public familial et fait découvrir les lieux et la chronologie de leur aménagement. Là, le mode narratif adopté est celui d’un échange entre deux protagonistes fictifs du xviiie siècle. Enfin, si ces deux circuits ont été conçus par l’équipe de la société Camineo en lien étroit avec celle de l’epv, un troisième parcours de visite libre – c’est-à-dire sans déroulement prescrit – a été réalisé par l’équipe de l’epv et intégré à l’application.

48De cette façon, les contenus ont été redéfinis pour répondre aux attentes de l’epv. L’approche première proposée, audacieuse d’un point de vue éditorial, n’a pas été retenue. La réticence de l’epv à proposer des contenus thématiques et son inflexibilité sur certains points – comme celui de disposer d’un parcours libre – correspond à une conception de la médiation, peu ouverte finalement à l’innovation. Selon cette vision, les contenus doivent répondre à des exigences prédéfinies, et cela correspond à ce que Patrick Fraysse et Jessica de Bideran ont défini comme les « savoirs du musée » (Bideran, Fraysse, 2016), ceux que l’institution souhaite délivrer, ne correspondant pas nécessairement à ceux que les publics attendent ou apprécient le plus.

Un produit de médiation intégré à l’offre de l’institution

49Sur d’autres points, l’epv a souhaité faire entrer cette application mobile dans sa stratégie globale de médiation et de communication, comme le prouvent l’apparence graphique de l’application, la date souhaitée de sa sortie et l’utilisation des nouvelles technologies de communication.

50Concernant l’apparence graphique de l’application, élaborée par Camineo et validée par l’epv, ce dernier désirait l’inscrire dans la continuité de l’application Jardins existante. Si nous avons essayé de nous en démarquer en proposant de remplacer le fond blanc par un fond texturé légèrement marbré, nos propositions successives furent poliment écartées par l’epv qui leur a préféré le fond blanc identique à celui de Jardins.

51Quant à la sortie de l’application et sa mise à disposition du public, le planning de travail a été conçu afin de publier l’application le 15 juin 2015, pour correspondre avec l’ouverture d’une exposition dans l’aile de Trianon-sous-Bois du Grand Trianon, « Le Grand Trianon de Louis xiv à De Gaulle ». Il s’agissait là d’une demande de l’epv afin de faire profiter l’application de la publicité générée par l’ouverture de l’exposition. Malheureusement, il ne fut pas possible de tenir ce délai. Toutefois, l’application a intégré une page présentant l’exposition en cours à Trianon afin d’établir un lien entre ces modes de valorisation.

52Enfin et selon le souhait exprimé de l’epv, l’application permet de partager des contenus sur les réseaux sociaux numériques (Facebook, Twitter, Instagram) car cela entre dans la stratégie de communication de l’institution. Néanmoins, cette fonctionnalité, si elle est considérée comme innovante en raison des technologies utilisées, ne constitue pas une médiation patrimoniale mais relève plutôt de la communication, celle de l’institution versaillaise en l’occurrence (Bideran, Fraysse, 2015).

53Au cours de cette phase de définition des contenus, les exigences de l’epv ont obligé à revoir l’ambition novatrice concernant les contenus de médiation, en raison de l’engagement déjà contracté sur le site du jardin du château, pour correspondre à la vision de l’institution de sa mission tout public et pour s’adapter au calendrier des restaurations et des manifestations prévues sur le domaine de Trianon. Toutefois, les contenus de communication utilisant les nouvelles technologies (réseaux sociaux et page dédiée à l’exposition temporaire sur dans l’application) ont été acceptés et promus par l’epv.

Conception de l’application : l’innovation entre technique et édition

54La conception d’une application mobile, au-delà de la création des contenus, fait appel à des modèles de production d’autres domaines, tel que ceux industriel et informatique ou celui de l’édition.

La modélisation des tâches : un héritage industriel et informatique

55La conception d’une application mobile est divisée en différentes tâches, dont les principales sont la gestion de projet, la conception des contenus et le développement informatique. Ces tâches peuvent être décomposées en sous-tâches. Ainsi, la gestion de projet consiste ici, pour la réalisation d’une application mobile à Versailles, en l’implication de l’epv et de la société Camineo en vue de le mener à bien, par étapes, en assurant la tenue des délais et la qualité des production, en mettant à jour le calendrier et en entretenant des échanges entre les équipes.

56La conception des contenus est divisée en sous-tâches telles que l’analyse documentaire, la rédaction de synopsis puis des textes, la définition et la création des contenus multimédias, la traduction des contenus, etc. Pour chacune de ces étapes, les rôles sont répartis afin d’atteindre l’objectif de la tâche, à savoir la constitution d’un ensemble de contenus cohérents destinés à l’application mobile. C’est d’ailleurs le développement informatique de cette dernière qui est l’objet de la troisième tâche principale, dont les sous-tâches portent sur la définition du chemin de fer de l’application, celle de l’apparence graphique, le développement d’un prototype, la phase de tests et enfin la production des versions publiables de l’application.

57Cette modélisation par tâches, sur le mode informatique, permet de visualiser l’ensemble du processus de production de l’application, dont certaines tâches s’accomplissent concomitamment. Par exemple, la gestion de projet couvre l’ensemble de la durée du projet, quand l’analyse documentaire, la rédaction des synopsis et des textes ont lieu en parallèle de la définition des contenus multimédias, de l’apparence graphique de l’application ou de celle du chemin de fer. Cette organisation du travail ne présente pas de caractère innovant puisqu’elle utilise une méthode existante par ailleurs.

Le chemin de fer, entre presse et web

58Parmi ces tâches, celle portant sur le chemin de fer de l’application consiste en un descriptif des pages de l’application et de leur enchaînement, ainsi que de ses fonctionnalités. Le terme de « chemin de fer » est hérité du domaine de la presse et décliné aux nouveaux supports comme, ici, une application mobile. La définition du chemin de fer constitue une étape cruciale de la conception d’une application, puisqu’il fait le lien entre les contenus (types, formes), la succession des pages et leurs fonctions. Le chemin de fer est le squelette d’un journal, d’un magazine ou d’un site internet. Dans le cas de la presse, le chemin de fer fixe par exemple le nombre de signes par rubriques, ce qu’internet permet de moduler beaucoup plus librement. D’une façon assez intéressante, bien que le principe du chemin de fer soit le même d’un support à l’autre, sa finalité évolue et se décline en fonction des supports et des usages de ces supports. Ainsi, « un chemin de fer ne peut avoir la même fonction dans un journal et sur internet, puisque dans le premier cas il sert à économiser un espace de texte limité de façon drastique par le nombre des pages, alors que sur le second média il doit montrer le caractère inépuisable des ressources cachées, mais nullement réduites à quelque volume que ce soit. » (Jeanneret, 2007, 110)

59Pour un support de médiation patrimoniale multimédia mobile, la fonction du chemin de fer est redéfinie et se trouve à l’intermédiaire de celles d’un journal et d’un site internet, du fait de la technologie de chargement des données et du contexte de leur consultation.

60Entre support papier et contenus dématérialisés en effet, il convient dans une application de médiation patrimoniale d’investir au mieux l’espace disponible afin de limiter le temps de chargement des données et de faciliter la navigation des utilisateurs. Aussi, l’impératif de satisfaire a priori des utilisateurs plus ou moins familiers des technologies mobiles et multimédia exige un développement satisfaisant des règles d’ergonomie et de facilité d’utilisation. La succession des pages doit être fluide et l’accès aux différentes fonctions instinctif.

61La conception du chemin de fer est une étape classique dans la production d’une application et n’en constitue pas un élément innovant. Par rapport à des supports de médiation traditionnels, l’interactivité, propre à l’informatisation et la numérisation des données, implique de définir le comportement du logiciel en fonction des actions de l’utilisateur.

62Le processus de production de l’application adopte donc des méthodes héritées des domaines informatique et industriel et de l’édition, en les adaptant aux besoins propres à la rencontre entre création de contenus multimédias et développement logiciel, d’une part, et au numérique interactif mobile, d’autre part. Ces pratiques, acceptées par tous les acteurs, ne concernent cependant que les dimensions organisationnelle et technique du projet.

L’innovation technique et communicationnelle

63Ainsi, l’orientation thématique n’a pas reçu l’accueil espéré et, finalement, des conceptions différentes de l’innovation ont été révélées par chacun des acteurs, issus du monde académique, du milieu des technologies et de l’informatique et d’une institution patrimoniale. Si les premiers se réjouissaient de la diffusion de connaissances issues de la recherche scientifique, les seconds soutenaient cette idée et encourageaient une mise en forme originale et novatrice, tout en suivant des procédures techniques éprouvées. Quant à l’institution patrimoniale, elle n’envisageait l’innovation que du point de vue technologique et organisationnel et n’a pas souhaité s’engager sur la voie d’une médiation novatrice dans ses contenus. Pour reprendre la distinction proposée par Yves Jeanneret, l’innovation a donc été cantonnée au « dispositif » et n’a pas concerné le « média », si bien que l’expérience de visite proposée par l’outil demeure très proche de celle disponible par ailleurs, grâce aux cartels ou dépliants. Toutefois, notons la volonté, de la part de l’epv, d’inscrire cet outil de médiation dans sa stratégie globale de communication, laquelle prend en compte l’état du domaine et son actualité avec, également, l’exploitation des possibilités offertes par les nouveaux moyens de communication que constituent les réseaux sociaux (Bideran, Fraysse, 2015).

Conclusion

64Ce projet possédait un fort potentiel d’innovation en raison de sa dimension expérimentale. Celle-ci résidait dans la création d’une application de découverte patrimoniale alimentée de contenus thématiques issus de la recherche scientifique la plus poussée, ainsi que dans l’association inédite d’acteurs issus du monde académique – disposant d’une expertise scientifique en histoire et histoire de l’art –, du monde professionnel – spécialisé dans l’ingénierie logicielle et dans la médiation multimédia mobile – et du patrimoine.

65Le thème promu – les marbres – par ce projet rencontrait une actualité scientifique et culturelle, tant pour les chercheurs que pour les professionnels et le monde du patrimoine et ce en direction du grand public. De plus, des acteurs impliqués au contexte de production, tout laissait penser que tous les éléments nécessaires à une médiation innovante étaient réunis. Toutefois, les freins rencontrés dans la réalisation du projet, émanant de l’institution patrimoniale et du calendrier, semblent révéler une limite à la valeur accordée à l’innovation. Trop souvent d’ordre technologique avant de concerner des usages sociaux et culturels de technologies existantes, l’innovation gagnerait à ne pas être cantonnée, dans l’imaginaire collectif, à la mise en œuvre de fonctionnalités supplémentaires. Autrement dit dans le cas de ce projet : alors que les innovations technologiques perdent graduellement de leur nouveauté, en proposer un nouvel usage ou les mettre au service de contenus présentant, eux, un caractère innovant, permettrait de renforcer le degré d’innovation de la proposition. Pour réaliser de telles ambitions, il convient non seulement de réunir les éléments nécessaires au déploiement de l’innovation, mais aussi de déployer un tel projet dans un environnement mûr et acquis à cette conception plurielle et culturelle de l’innovation.

Haut de page

Bibliographie

Références bibliographiques et logicielles

Astre G., 1940, « L’Incarnat de Languedoc à l’Annunziata de Gênes », Bulletin de la Société archéologique du Midi de la France, 1er fascicule, n° iv, Toulouse, 104-108.

Astre G., 1940, « La pierre de Carcassonne dans les monuments de Toulouse », Bulletin de la Société archéologique du Midi de la France, n° 50, 35–55.

Astre G., 1937, « Pierres et monuments de Toulouse : les matériaux d’une ville et le caractère qu’elle en acquiert », Bulletin de la Société archéologique du Midi de la France, n° iv, 3ème série, 291-353.

Astre G., 1933, « Sur l’origine des sculptures gallo-romaines de la Villa Chiragan, à Martres-Tolosane », Annales du Midi, 304-309.

Astre G., 1931, « La pierre de restauration de la cathédrale Saint-Etienne de Toulouse », Bulletin de la Société archéologique du Midi de la France, n° 5, 29-32.

Berthault P., 1988, « Treize lampes bleues seules éclaireront la ville: fragments de la mémoire ouvrière de Bagnères-de-Bigorre », Toulouse, Privat.

Bideran J. de, Fraysse, P., 2016, « Guide numérique et mise en scène du territoire, entre médiation patrimoniale et stratégie de communication touristique », Etudes de Communication, n° 45, 77-96.

Bresc-Bautier G., 1995, « Les marbres des Pyrénées sous Louis xiv », in Cabanot J., Sablayrolles R., Schenck J.-L., Les marbres blancs des Pyrénées. Approches scientifiques et historiques, Saint-Bertrand-de-Comminges, 261-273.

Bresc-Bautier G., Du Mesnil H., 1986, « La politique royale du marbre français (1700-1789) », Les ressources minérales et l’histoire de leur exploitation, Paris, cths, 425-442.

Bresc-Bautier G., Du Mesnil H., 1993, « Le marbre du roi : l’approvisionnement en marbre des bâtiments du roi, 1660-1715 », Eighteenth Century Life, vol. 17, n° 2, The Art and Architecture of Versailles, mai, 36-54.

brgm, 2014, Mémento sur l’industrie française des roches de construction. Rapport final. Document public, Orléans, brgm, 9-12, <http://infoterre.brgm.fr/rapports/rp-62417-fr.pdf>.

epv (Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles), 2016, Rapport annuel d’activités 2015. Direction de l’information et de la communication, mission stratégie et contrôle de gestion, <http://www.chateauversailles.fr/etablissement-public>.

epv (Établissement public du musée et du domaine national de Versailles), 2015, Châteaux et jardins de Trianon, Versailles, Camineo, <http://www.chateauversailles.fr/ decouvrir/ressources/application-chateaux-jardins-trianon> [application mobile].

epv (Établissement public du musée et du domaine national de Versailles), 2014, Château de Versailles, Versailles, Sycomore, <http://www.chateauversailles.fr/decouvrir/ ressources/application-chateau-versailles> [application mobile].

epv (Établissement public du musée et du domaine national de Versailles), 2010, Jardins, Versailles, <http://www.chateauversailles.fr/decouvrir/ressources/application-jardins-versailles> [application mobile].

Fabre J.-M., Sablayrolles, R., 2002, « Carrières de marbre des Pyrénées centrales. Le point sur la recherche », Gallia, t. 59, Carrières antiques de la Gaule. Une recherche polymorphe, 61-81.

Fraysse P., 2015, « La médiation numérique du patrimoine : quels savoirs au musée ? », Distances et médiations des savoirs, <http://dms.revues.org/1219>.

Gob A., Drouguet N., Chaumier S., 2010, La muséologie histoire, développements, enjeux actuels, Paris, Armand Colin.

Hoog S., 2001, Manière de montrer les jardins de Versailles, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux/ Seuil [3éd.].

Jeanneret Y., 2007, Y-a-t-il (vraiment) des technologies de l’information ?, Villeneneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Jenkins H., 2013, La culture de la convergence: des médias au transmédia, Paris, ina éditions/ Armand Colin.

Julien P., dir., 2013, Marbres de rois , xviie et xviiie siècles, colloque, château de Versailles, 22–24 mai 2003, actes, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence [éd. en ligne, 2012, Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, <https://crcv.revues.org/ 11967>].

Julien P., 2012a, « Des “plaies infligées aux montagnes” : carrières de marbre des Pyrénées, Minervois et Provence, xvie-xxie siècles », in Abbé J.-L., éd., Une longue histoire. La construction des paysages méridionaux, Toulouse, cnrs/ Univ. Toulouse-Le Mirail, coll. « Méridiennes », 43-55.

Julien P., 2012b, « Marbres couronnés. Couleurs de Versailles et carrières du royaume », in Julien P., dir., op. cit., <https://crcv.revues.org/13622>.

Julien P., 2006, Marbres de carrières en palais : du Midi à Versailles, du sang des dieux à la gloire des rois, Manosque, Le bec en l’air.

Julien P., 2005, « Pour mieux faire flotter les marbres, les cartes du “cours de la Garonne” dressées en 1716-1720 par Hyppolite Matis, géographe du roi », Mémoires de la société archéologique du Midi de la France, t. lxv, 231-242.

Loubergé J., 1968, « L’industrie du marbre dans les Pyrénées Occidentales », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, 39, no 4, 411‑428.

Mayoux P., 1993, De Campan à Bagnères, le marbre dans tous ses états, Bagnères-de-Bigorre, Société Ramond.

Mayoux P., 2002, Bagnères-de-Bigorre: histoire d’une ville thermale, Saint-Cyr-sur-Loire, A. Sutton.

Patrimoines du sud, n° 4, septembre 2016, Les marbres du Midi : de la carrière à l’œuvre d’art, <https://inventaire-patrimoine-culturel.cr-languedocroussillon.fr/inventaire/faces/ details.xhtml?id=c43715b9-ef89-4d25-b8d5-c09b6fb97815>.

Petit Robert (Le). Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, 2014, Paris, Le Robert.

Peybernès B., 2005, « Les marbres du patrimoine géologique pyrénéen », Revue de Comminges et des Pyrénées centrales, cxxi.

Peybernès B., 2008, Pierres et marbres de Toulouse : découverte du patrimoine géologique de la ville et de ses environs immédiats, Toulouse, Cépaduès éditions.

Société d’études scientifiques de l’Aude, 2016, « Marbres d’hier et marbres d’aujourd’hui », <http://www.sesa-aude.fr/Marbre-d-hier-et-marbre-d-aujourd>

Van Belle J.-L., Tourneur F., 2016, Les baux de carrière de marbres wallons au temps du Roi Soleil. Rance et Solre-Saint-Géry (1628-1742), Bruxelles, Éditions Safran.

Haut de page

Notes

1 Convention de formation industrielle par la recherche

2 Les Actions concertées incitatives, ouvertes pour la première fois cette année là, sont devenues de nos jours les appels à projets lancés par l’Agence nationale de la recherche (anr).

3 Portail web du Centre de recherche du château de Versailles, 2017, <http://chateauversailles-recherche.fr/francais/recherche/recherche-appliquee/enquete-ethnologique/enquete-ethnologique-les-decors-de>.

4 La réalité augmentée est le nom donné au procédé par lequel des données sont ajoutées sur le flux vidéo de la caméra du support mobile, permettant par exemple de superposer une vue ancienne sur une vue réelle.

5 Et non plus sur des lecteurs gps comme c’était le cas dans les premières années d’existence de la société, mais parfois encore par des appareils tels que des iPod touch.

6 Le bosquet du Théâtre d’eau, conçu par Louis Benech et Jean-Michel Othoniel, a ouvert le 12 mai 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentine Châtelet, « Application mobile de médiation patrimoniale et innovation : analyse de la mise en scène numérique des marbres des Pyrénées à Versailles », Sciences de la société, 99 | 2016, 86-105.

Référence électronique

Valentine Châtelet, « Application mobile de médiation patrimoniale et innovation : analyse de la mise en scène numérique des marbres des Pyrénées à Versailles », Sciences de la société [En ligne], 99 | 2016, mis en ligne le 13 février 2019, consulté le 20 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/sds/5506 ; DOI : 10.4000/sds.5506

Haut de page

Auteur

Valentine Châtelet

Docteure en Histoire de l’art, laboratoire Framespa, umr cnrs 5136, Université Toulouse 2–Jean Jaurès (5, all. Antonio-Machado 31058 Toulouse).
valentine.chatelet@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals