Navigation – Plan du site

Mémoire sociale et médiation de l’histoire

Social memory and the mediation of History
Memoria social y mediación de la historia
Icléia Thiesen
p. 106-121

Résumés

Les recherches récentes en sic signalent une démande des études historiques d’information, de document et d’archive, entre autres, mais le plus souvent sans la maîtrise des méthodologies concernant surtout le savoir-faire des historiens « professionels ». Quelle est la nature de ces demandes ? En tant que science sociale, la science de l’information n’ignore pas les rapports avec le passé, la place de l’information dans les politiques du patrimoine, de la culture, de l’éducation. La mémoire sociale s’impose dans la médiation de l’histoire du temps présent comme résistance aux excès de l’histoire officielle. Les institutions de mémoire culturelle – bibliothèques, musées, archives – s’interrogent aussi sur son histoire et son rôle face aux nouveaux défis du numérique et les menaces face aux risques de la perte des enregistrements, donc des sources de la mémoire collective et de l’histoire. L’explosion de la mémoire sociale peut-elle être partiellement expliquée par la nécessité de validation de l’histoire ? Quel est le rôle des témoins dans la médiation de la mémoire et de l’histoire ? Cette communication a pour but de discuter ces questions méthologiques et épistémologiques dans le contexte de la fabrication des savoirs situés dans la frontière de l’information, de la mémoire et de l’histoire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les quelques idées présentées ici proviennent de la recherche Entre informar, reter e conhecer : um (...)

1Les études historiques sont des recherches qui se concentrent principalement sur le passé dans différents domaines, enregistrant et analysant les événements au cours du temps, selon des méthodes, problématiques, hypothèses, empruntant les traditions du champs. Pour la conquête de la légitimité institutionnelle toutes les sciences, à un moment donné, se posent des questions sur leurs origines, leurs racines, leurs influences, les frontières et, dans ce sens seule l’histoire, en tant que discipline scientifique, fournit des outils, des méthodes, des catégories, des thématiques, même s’il n’y a pas de consensus sur l’exercice du métier d’historien1.

2De temps en temps surgissent des controverses, différentes approches et méthodologies qui suscitent des débats sur les pratiques scientifiques. Lucia Guimarães explique, par exemple, que dans la perception de l’École des Annales, la biographie était objet de soupçons des chercheurs en histoire, jusqu’à la première moitié du xxe siècle :

« Considéré comme un genre mineur, parent près de l’éloge et fréquenté par des amateurs, au mieux, on n’a supposé sa pratique que pour les écrivains et essayistes. [...] En ce sens, pendant une longue période, le genre biographique était une sorte de territoire interdit pour les professionnels de cette discipline, selon les lignes directrices de l’historiographie française, suivies de près au Brésil. » (Guimarães, 2015, 11)

3La création en France de l’Institut d’Histoire du Temps Présent (ihtp) à la fin des années 1970 a mis en discussion la validité des études historiques avec des liens proches et indissociables entre mémoire et histoire, passé et présent, mémoire et oubli, entre autres. La proximité entre les chercheurs et les sources orales vivantes, le manque de sources primaires sur les expériences du vécu, l’approche des thèmes « sensibles », la dimension éthique des usages du passé, outre la définition du délais historique de cette période, sont quelques enjeux qui apportaient du nouveau au chantier de l’histoire « contemporaine ».

  • 2 Un exemple des discussions sur le métier d’historien se trouve dans (Boutier, Julia, 1998).

4Jusque là pour les historiens français et européens, la dite « histoire contemporaine » comprenait la période de la Révolution française à nos jours. Une nouvelle temporalité posait donc des questions non seulement sur la signification du « contemporain », mais aussi sur un certain « présentisme », comme Henry Rousso l’a expliqué (Arend, Macedo, 2009, 202). Ce phénomène dénoncé par François Hartog, fait référence à l’impératif du présent, car « cette montée du contemporain s’est marquée de multiples façons : dans les programmes, le nombre des étudiants et des postes universitaires ; mais aussi dans la revendication et le succès de l’expression “histoire du temps présent” » (Hartog, 2001, 20). D’autres questions ont été placées au centre du débat : comment se rapprocher de la « vérité » quand il s’agit de témoignages, donc de sources orales susceptibles de « déformer les faits » compte tenu de la subjectivité sous-jacente aux récits ? Comment analyser des documents sensibles, à cause de leur nature très particulière ils sont porteurs de mensonges, de demi-vérités mais aussi de vérités2 ? Si le silence n’est pas l’oubli, comment analyser les frontières du dicible et de l’indicible ? (Pollak, 1989). Dans le contexte historique de la justice de transition après des périodes répressives et totalitaires, la mémoire comme « valeur » prend sa place quelques fois contre l’histoire. Ces questions épistémologiques, méthodologiques et théoriques surgissent au sein de l’ihtp en France et aussi à l’extérieur.

  • 3 Après 43 ans d’activités, le Centre a cumulé environ 5 000 heures d’enregistrement et quasi 1 000 i (...)

5Au Brésil les études historiques sur les évènements contemporains ont été entreprises dans cette période notamment par des historiens et chercheurs en sciences sociales au cpdoc (Centro de Pesquisa e Documentação de História Contemporânea do Brasil). Il a été créé en 1973 afin d’accueillir des ensembles de documents sur l’histoire récente du pays. Deux ans plus tard un programme d’histoire orale dont l’objectif est de « recueillir les témoignages de personnalités qui ont travaillé sur la scène nationale3 » a été inauguré. Depuis le début de ses activités, l’organisation des archives orales a constitué un défi majeur, aujourd’hui déjà dépassé dans le cas du cpdoc, puisque la plupart des interviews sont disponibles pour consultation et de nombreux livres d’analyse ont été publiés sur la base des éléments de preuve recueillis. C’est l’institution de recherche en histoire orale la plus importante du pays. Pour ces chercheurs « les recherches de terrain et la réflexion théorique et méthodologique sont inextricablement liés » (Ferreira, Amado, 1996, 9)

  • 4 « Fondée en juin 1998, la revue Histoire oral de l’abho a été la première publication brésilienne i (...)

6La production scientifique interdisciplinaire du Centre s’est élargie avec des recherches individuelles et collectives, et depuis ces dernières années à partir des activités d’enseignement avec la création, en 2003, du Programme d’études supérieures en histoire, politique et patrimoine culturel. En 2006 a commencé une licence en sciences sociales. Parallèlement, dès 1994, avait été créée l’Association brésilienne de l’histoire orale (Associação Brasileira de História Oral, abho). Elle réunit des chercheurs et des praticiens de l’histoire orale à travers tout le pays, par l’intermédiaire de plusieurs groupes de travail. Des réunions scientifiques nationales et régionales alternent tous les deux ans. La Revue História Oral4 certifie la consolidation de ce chantier de recherches de terrain au Brésil.

  • 5 Cet ouvrage constitue une recherche située à la frontière de l’information, de la mémoire et de l’h (...)

7En France, les sciences de l’information et de la communication (sic) n’ont pas encore une histoire officielle, comme l’a rappelé Robert Boure (2002), mais plusieurs études ont pour but d’analyser des phenomènes info-communicationnels dans l’histoire. Dans les premiers ouvrages consacrés aux origines des sic, on trouve des recherches de « non historiens de formation », depuis le projet des sic (Meyriat, Miège, 2002), les origines littéraires de ce domaine scientifique (Tétu, 2002), le rôle de la revue Documentaliste-Sciences de l’Information (Couzinet, 2000), entre autres. Dans ce mouvement vers le passé, le rôle des « pères fondateurs » du champ est valorisé et mis en lumière à la fois pour leur rendre hommage et reprendre leurs textes de base et leurs biographies. C’est le cas de Jean Meyriat, théoricien et praticien de l’Information-Documentation, titre de l’ouvrage dirigée par Viviane Couzinet à l’occasion de son quatre-vingtième anniversaire, en 20015. Les liens du métier du documentaliste et des sciences de l’information, des pratiques et des recherches, fait de ce théoricien du document, de l’information et de la communication, entre autres champs, un personnage singulier.

  • 6 (Couzinet, 2009), (Olivesi, 2006), (Couzinet, Régimbeau, 2002). Pour connaître la formation du rése (...)
  • 7 Réseau fondé par Patrick Fraysse, maître de conférences hdr en sic (lerass-mics).
  • 8 La 2e édition de cette journée scientifique internationale a eu lieu le 23 mars 2016, à l’Ecole nat (...)

8Plusieurs recherches historiques ont été menées depuis, soit sur les frontières de la discipline, soit sur la constitution d’un corpus théorique et méthodologique interdisciplinaire ou encore sur l’élargissement du champ pour rassembler les études des chercheurs d’autres pays dans un réseau, comme celui nommé Réseau mussi6 (Réseau Médiations et usages sociaux des savoirs et de l’information, Rede Mediações e Usos Sociais dos Saberes e da Informação). L’importance des recherches en sic en dialogue avec l’Histoire se reflète dans la fondation du réseau sic & Histoire7, en 2013, avec le soutien de l’équipe Médiations en information-communication spécialisée (mics) du laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales (lerass) à Toulouse8.

  • 9 Contrairement à ce qui se passe en France, où ce champ d’études est appelé sic, au Brésil la scienc (...)

9Pour ce qui touche à la Science de l’information (si) au Brésil9, les études qui ont vu le jour ont cherché à établir les frontières du champ, ainsi que des sous-champs, les influences, les concepts fondateurs, les théories et les méthodologies. La si est à la recherche de son identité, soit comme discipline, soit comme science :

En appelant au passé, des chercheurs se tournent, une fois de plus, vers les fondateurs et les fondements du champ pour y trouver des changements tout au long de l’histoire, conscients qu’il faut mieux connaître les racines du champ pour pouvoir les dépasser. (Thiesen, 2010, 56)

  • 10 Pour mieux connâitre cette Association de recherche et les travaux présentés aux enancib, voir resp (...)

10Les recherches historiques sont notamment menées dans les programmes doctoraux dont les résultats sont en général présentés dans le Groupe de Travail « Études historiques et épistémologiques de la Science de l’Information » au sein d’enancib (Encontro Nacional de Pesquisa em Ciência da Informação, Rencontre National de Recherche en Science de l’Information) rencontre de recherche la plus importante du champ, car elle rassemble tous les chercheurs. Cet évènement scientifique crée en 1994 en est déjà à sa xviie édition grâce aux efforts de l’Association Nationale de Recherche et Post-Graduation en Science de l’Information (Associação Nacional de Pesquisa e Pós-Graduação em Ciência da Informação-ancib10), la plus importante société scientifique nationale en si créee en 1989. Y sont rassemblés des professeurs des programmes doctoraux en si et des champs proches. Ces rencontres s’organisent en Groupes de Travail thématiques qui se sont multipliés au cours du temps, ils sont onze actuellement. Toutefois, il nous semble qu’il va falloir instaurer des recherches de groupe plus systématiques, envisageant des synthèses, car la Science de l’Information a plus de cinquante ans au Brésil. Si on étend la temporalité de la discipline pour y inclure ses antécédents historiques, leurs disciplines de base, donc leur pré-histoire, elle aurait déjà totalisés cent ans.

La mémoire et l’histoire : relations, frontières, conflits

  • 11 À cette époque lorsque Benjamin dénonçait la fin de « l’art de la narration », Pierre Janet avait d (...)

11La rupture avec le champ de l’expérience a déjà été dénoncée par Walter Benjamin dans les années 1930. Il se demandait quelle serait la valeur du patrimoine si elle n’était plus liée à l’expérience des individus et de la société. Dans sa critique de la fin de la narration, à cause d’abord de l’émergence du roman puis de la montée de l’information (au sens de nouvelle), Benjamin se plaignait de la mort du narrateur. L’accélération du temps faisait partie des questions traitées. Même si l’action de raconter n’est pas morte11, on doit comprendre dans quel sens Benjamin pointait les arguments en faveur des narrateurs. En fait, ceux qui sont morts sont les anciens narrateurs – des paysans sédentaires qui écoutaient les conseils au cours de l’apprentissage de leur métier dans ateliers du travail artisanal et les marins qui voyageaient et apportaient des histoires d’autres terres et mers, chacun avec leurs caractéristiques. L’information pour Benjamin n’avait de valeur que dans le moment ou elle était publiée dans la presse. Remplie d’explications, l’information de la presse privilégie l’instant et la vitesse, tandis que « la narration est comme l’argile dans les mains du potier » (Benjamin, 1987, 205). L’interprétation appartient à ceux qui écoutent les expériences racontées.

12Quelques décennies plus tard ce sont les historiens qui regrettent cette accélération du temps et la perte de l’expérience, notamment Pierre Nora suivi par d’autres historiens et chercheurs y compris ceux du temps présent (Thiesen, Almeida, 2015). Les références se tournent toujours vers l’œuvre majeure de Maurice Halbwachs, La mémoire collective (1949), précédée par Les cadres sociaux de la mémoire, étude parue pour la première fois en 1925. Disciple et critique, tant de Bergson que de Durkheim et lecteur de plusieurs philosophes, Halbwachs a montré l’importance des institutions sociales dans la formation de la mémoire et de l’imaginaire social. Son nouveau regard sur cette thématique a influencé des chercheurs au cours du temps et, à mesure que la question de la mémoire collective s’impose pendant tout le xxe siècle, le courant de la sociologie de la mémoire, même s’il a aussi été beaucoup critiqué. En inventant « le maître mot de mémoire collective qui deviendra célèbre » (Namer, 1994), il ouvre le chemin pour des recherches sur la mémoire collective, c’est-à-dire, la mémoire et l’expérience des groupes. Pour lui, la mémoire individuelle n’existe que par les cadres sociaux qui la déterminent. Comment y accéder ?

13Reconstruire le passé en fonction du présent c’est la première leçon de Halbwachs. Mémoire est travail ! On prend alors de la distance avec l’idée selon laquelle la mémoire est un phénomène naturel. Se souvenir est naturel, mais si la mémoire est une construction sociale, il faut entreprendre un travail de reconstruction pour mieux comprendre comment elle a été construite et où elle s’est ancrée. Dans ce sens, on s’aperçoit que la mémoire n’est pas un « réservoir » de données, d`ou on peut tout simplement l’extraire. Si la mémoire est du passé, c’est dans le présent qu’on se souvient. On part du présent vers le passé ! Cela veut dire aussi qu’il n’y a pas de « recette » pour reconstruire la mémoire des groupes, chacun constitue un problème en soi, même si quelques fois et selon les circonstances on peut trouver des ressemblances entre groupes dont les trajectoires gardent quelques éléments identitaires.

14Des recherches de terrain s’imposent quand on veut vérifier « tout ce qui entre de social dans les souvenirs individuels » (Halbwachs, 1994, 146). L’existence d’une mémoire collective est toujours une hypothèse de recherche, car la conservation des souvenirs peut être trouvée, ou non, dans des groupes différents. Dans le cas négatif, c’est-à-dire, quand l’oubli collectif se manifeste il faut chercher des réponses pour les questions « que s’est-il passé »? Est-ce que la dissolution du groupe a supprimé sa mémoire ? Existe-t-il un pacte de silence ? Est-ce qu’une « mémoire souterraine » (Pollak, 1989) attend des conditions propices pour émerger de l’ombre ?

15Hartog nous rappelle d’après Halbwachs que « la pensée sociale est essentiellement une mémoire, constituée de souvenirs collectifs. Mais ne subsistent de ces souvenirs que ceux que la société, travaillant sur ses cadres actuels, peut reconstruire ». L’accent était nettement mis sur « actuels », explique-t-il (Hartog, 2003, 135). En déclarant que la mémoire collective est un courant de pensée continu, Halbwachs marque la frontière avec l’histoire, pour laquelle, selon Hartog, « l’oiseau de l’histoire ne pourrait donc prendre son vol que lorsque la nuit est complètement tombée, quand le présent est bien mort » (135). C’est le constat de l’accélération de la vie sociale et du besoin d’établir des lieux de mémoire, comme l’a bien souligné Nora (1993).

16Depuis le milieu du xxe siècle l’historiographie s’intéresse de plus près aux phénomènes de la mémoire et de la remémoration, sans renoncer à l’objectivité nécessaire des sources documentaires. Le « travail de la mémoire » n’oublie jamais les matériaux de la mémoire, sources de recherche, comme les photos, les carnets, les dossiers, les lettres, par exemple. La mémoire collective en tant qu’objet d’investigation cherche des éléments du passé pour attester la conservation des souvenirs de groupes – ont-t-ils été gardés par les individus ? Y a-t-il des commémorations qui de temps en temps réunissent le groupe en question ? Quelle est la nature du groupe étudié ? Une famille particulière ? Des émigrés ? Une ethnie ? Un parti politique ? Des mineurs ? Des paysans ? Pour chacun on se demande quelles sont les caractéristiques communes, les trajectoires, les pratiques, les croyances, etc. Les réponses seront déterminantes pour ébaucher l’identité des groupes. La mémoire et l’identité marchent ensembles dans les études de la mémoire. Michael Pollak part de la théorie de la mémoire de Halbwachs tout en analysant les histoires de vie des survivants de la Seconde Guerre Mondiale. Il signale trois éléments constitutifs de la mémoire : les lieux, les personnages et les événements y compris ceux qui ont été vécus « par table » (Pollak, 1992). Dans ses études sur l’expérience concentrationnaire, ce sociologue et historien autrichien membre de ihtp, a mené des entretiens avec les rescapés d’ou il extrait des questions théoriques sur l’existence d’une « mémoire souterraine » qui ne se confond pas avec l’oubli. Il montre aussi les aspects diffus de ce phénomène mémoriel quand il s’agit des implications identitaires face aux dangers d’être jugé par la société et par l’histoire. La honte devant les siens, la peur d’être méprisé en tant que survivant (« pourquoi moi et pas les autres ? »), les impacts sociaux d’avoir lutté dans le champ des ennemis comme déportés, etc.

17Comment comprendre et analyser des questions sensibles ? Il y a une éthique de la mémoire qu’il faut toujours respecter, si on considère que les « sources orales » sont en fait des individus qui portent leur expérience de vie et ont l’intention de la partager avec des chercheurs. Ces derniers ne sont pas des juges. Valoriser des expériences singulières est une stratégie de recherche indispensable quand il s’agit des études de mémoire sociale.

18L’analyse des mémoires enregistrées par les chercheurs notamment les historiens montre une logique qui n’est pas toujours la même que celle de celui qui se souvient. La sélectivité de la mémoire est bien connue et reconnue et ne cesse jamais d’intervenir dans le processus de reconstruction du passé, soit à cause du laps du temps entre l’évènement et le récit de mémoire, soit parce que le sujet ne veut pas parler de quelques aspects de sa vie ou encore en fonction de la fragmentation des souvenirs. C’est surtout dans ce cas que d’autres discours sur le passé commun à d’autres individus qui ont vécu des expériences similaires, sont nécessaires afin de pouvoir reconstruire la mémoire du groupe, la mémoire collective. La confrontation des expériences peut mettre au jour des événements nouveaux, des similarités, des différences, mais aussi des singularités.

19Quelquefois seuls les témoignages peuvent éclairer les aspects sombres d’évènements liés à l’expérience. Si on cherche sans cesse à atteindre la dimension véridique de la mémoire, on peut se heurter au problème des sources comme l’affirme Paul Ricœur :

« Il ne faudra toutefois pas oublier que tout ne commence pas aux archives, mais avec le témoignage, et que, quoi qu’il en soit du manque principal de fiabilité du témoignage, nous n’avons pas mieux que le témoignage, en dernière analyse, pour nous assurer que quelque chose s’est passé, à quoi quelqu’un atteste avoir assisté en personne, et que le principal, sinon parfois le seul recours, en dehors d’autres types de documents, reste la confrontation entre témoignages » (Ricœur, 2000, 182).

20Toutefois, le document n’est pas non plus nécessairement porteur de la vérité, surtout quand il est produit par des institutions dictatoriales, le témoignage prend alors sa place dans la médiation de la mémoire et de l’histoire. La recontextualisation des deux, documents et témoignages, est fondamentale pour la compréhension des conditions dans lesquelles les récits ont été produits et pour les valider (Thiesen, 2016).

21La demande sociale pour des études historiques depuis la fin de la 2e Guerre mondiale ne cesse de se développer lorsque d’autres événements violents voient le jour. Du côté des historiens ce phénomène pose des questions éthiques, épistémologiques et méthodologiques pour leur métier, car les attentes des différents groupes ne coïncident pas toujours avec les résultats de recherches. Rousso raconte à ses enquêteurs ce qui s’est passé lorsque des associations de Tsiganes ont demandé à l’ihtp une étude sur le nombre, en France, de Tsiganes déportés dans les camps de concentration, parce qu’il n’y avait que des références à la déportation des juifs. « En Europe il y a eu environ trois cents mille tués. Cependant, nous avons fait une recherche dans les archives et nous concluons qu’en France il n’y a pas eu de déportation massive des Tsiganes », ce qui a provoqué des déceptions. Il explique que les historiens ne doivent jamais ignorer les demandes de leur temps (Rousso, 1996, 212). Toutefois, comment faire le travail de médiation et à la fois contribuer à la réflexion sur les conditions et les formes de représentation du passé ?

Entre la mémoire et l’histoire, quelles médiations ?

22Nous avons déjà vu que la mémoire sociale devient objet d’étude dans les chantiers d’historiens surtout depuis les années 1970, lorsque les membres du ihtp se penchent sur une « histoire de la mémoire » (Rousso, 1996, 93). Écrire une histoire de la mémoire, signifie surmonter l’opposition sommaire entre histoire et mémoire, ce qui a déjà été fait par rapport à l’opposition entre mythe et réalité, explique t-il. Toutefois, c’est pourquoi « l’histoire de la mémoire est une histoire comme les autres », elle peut être révisée par la médiation des historiens (Rousso, 2016, 37). Dans ce même sens, on peut affirmer que la mémoire sociale s’inscrit dans des processus de resignification au cours du temps, d’après des informations nouvelles véhiculées par des revues scientifiques spécialisées, de vulgarisation, par la presse, la télévision, la radio, etc.

23Au delà d’une approche juridique où la médiation prend le sens majeur de résolution de conflits, dans le domaine de l’information-communication son sens s’est élargi pour englober des études sur les intermédiaires, dont la culture, le patrimoine, les médias, entre autres, notamment dans l’espace public. Une gamme de définitions, de théories et de méthodologies ont été présentées comme moyens pour conduire des études en Sciences de l’information-communication. Il faut comprendre ce concept au carrefour des définitions des sic. Lamizet explique :

« c’est la médiation qui, par sa dimension sociale et culturelle, nous fonde en tant que sujets sociaux et, par conséquent, met en œuvre l’ensemble des dynamiques constitutives de la sociabilité : la médiation fonde la dimension à la fois singulière et collective de notre appartenance et au-delà, de notre citoyenneté » (Lamizet, 1999, 9).

24La médiation est encore étudiée par d’autres chercheurs de sic en France et au Brésil et parfois s’y ajoutent les actions d’information et communication pour penser « les dispositifs info-communicationnels » (Couzinet, 2009). La prise en compte du dispositif comme objet matériel médiateur dans des mondes différents – la formation, la recherche, la culture, le patrimoine, par exemple – atteste l’importance de la médiation et des interactions quand il s’agit de réseaux. Le langage, les codes, les représentations jouent un rôle majeur pour instaurer les relations d’appartenance qui se rapprochent de la notion d’identité, et donc aussi de la mémoire sociale, champ d’études né de la sociologie de la mémoire de Halbwachs, suivi par des historiens et beaucoup d’autres spécialistes de ce sujet dont les anthropologues, les philosophes, etc.

25La médiation de l’histoire reste une question nouvelle dans les problématiques des sic. Est-il possible d’établir des ponts entre les définitions conceptuelles de « médiation » en sic et en histoire ? Qu’en pensent les historiens ? Appelant à une histoire positive pour établir ou rétablir la vérité historique ayant pour base des sources aussi diverses que possible, Rousso (1996, 97) indique que l’analyse historiographique est aussi fondamentale que les méthodes et les questions de recherche. Bref, faire une histoire positive. Est-ce que les représentations du passé sur des événements « contemporains » peuvent surmonter le problème de la mémoire non encore inscrite dans l’historiographie ?

26Les médiations ne se confondent pas avec un « processus d’intériorisation de normes et de comportements qui nous conduisent à adopter certaines pratiques comme si elles étaient naturelles » (Bourdieu, cité par Jeanneret). Il s’agit de faire circuler les idées et les savoirs dans la société :

« comprendre la richesse et la dimension créative du travail des médiateurs (entendus ici moins comme des intermédiaires que comme des acteurs de la transformation culturelle), c’est-à-dire, vulgarisateurs, bibliothécaires, éditeurs, journalistes, enseignants, militants, experts, etc. voire les historiens » (Jeanneret, 2005, 106).

27La vulgarisation scientifique s’adresse au « grand public », à des « destinataires multiples, ayant des niveaux et des pratiques culturelles différentes de celles des chercheurs » (Couzinet, 2008, 67). Toutefois, quand les auteurs de ces productions sont des professionnels des médias, en général ils suivent la ligne éditoriale des patrons, ce qui signifie qu’ils suivent des conceptions engagées dans la pensée politique idéologique prédominante, tant ils se préoccupent de former l’opinion publique dans ce sens.

28Pour ce qui concerne la vulgarisation des sujets sensibles, 31 ans après la fin des gouvernements militaires au Brésil, des barrières sont encore présentes. Comment rompre avec les préjugés, les idéologies bien ancrées, les croyances enracinées, toutes reflétées dans les médias et dans les grands intérêts de classe ? Malgré les difficultés, un travail de fourmi a lentement fait des différences, en particulier à partir des blogs et des réseaux sociaux. Mais nous savons que les dernières choses à changer dans la société sont toujours les mentalités. C’est alors du côté des « représentations collectives qu’il faut se tourner pour rendre compte des logiques de cohérence qui président à la perception du monde » (Ricœur, 2000, 150). L’affirmation de cet auteur fait référence à l’accent mis sur la mémoire collective au détriment de la mémoire individuelle, comme l’avait pointé Halbwachs. S’il est vrai que les institutions sociales exercent une forte influence sur les individus, « les mémoires individuelles sont plus des effets que des facteurs de la mémoire collective, et, de celle-ci, l’individu est donc finalement un exceptionnel réceptacle et vecteur à la fois » (Franck, 1992). Toutefois, en gardant le rôle actif de l’individu dans la société, il faut encore reconnaitre sa capacité à se battre surtout au milieu des groupes pour le recadrage de la mémoire officielle notamment aux moments les plus conflictuels.

  • 12 Bien qu’il existe plus de 230 anciens lieux de torture identifiés par la Commission Nationale de la (...)

29Dans le contexte politique de la re-démocratisation depuis les années 1980, des anciens militants se sont approprié le concept de lieux de mémoire. Ils cherchent des lieux d’énonciation des expériences dramatiques passées et encore vivantes avec l’objectif de transformer des espaces d’emprisonnement de la dictature en mémoriaux, dans un travail de « décommémoration »12, mais aussi pour mener une nouvelle bataille pour le droit à la mémoire et à la vérité, objet d’une « mémoire militante », selon l’expression utilisée par Romero (2007). La pluralité des mémoires est objet de disputes interminables, soit pour revendiquer la reconnaissance des crimes d’État, toujours niés par une partie de la société brésilienne, soit pour exiger la punition des criminels. Les lieux de mémoire, dans ces cas, seraient les « témoins » de ces événements remémorés et une des « matérialités » de la mémoire du vécu (Thiesen, Almeida, 2015).

30« Remède ou poison », comme dans le mythe platonien de l’origine de l’écriture, la mémoire et l’histoire ont des défis à surmonter ce qui n’invalide jamais leurs pratiques. Bien au contraire il va falloir persister à faire se rencontrer des solutions théoriques et méthodologiques en fonction des objectifs de recherche - ni mépriser le rôle des témoignages, ni croire dans l’existence d’une vérité figée, car on sait « qu’il y a des mensonges gravés dans le marbre et des vérités envolées à jamais » (Rousso, 1989, 89). Serait-on en plein paradoxe ?

(En) conclusions

31La mémoire est un élément primordial dans le fonctionnement des institutions. C’est à travers la mémoire qu’elles se reproduisent au sein de la société, et ne gardent que les informations qui sont intéressantes à leur fonctionnement. « Il y a un processus sélectif qui se développe selon les règles instituées et qui varient d’une institution à l’autre » (Thiesen, 2008, 20). Quels sont les rapports entre l’information et la mémoire ? Il faut observer que « l’information ne peut pas être analysée uniquement d’après sa dimension communicationnelle, dans laquelle l’information doit être mise à part pour faire place à ce qui est nouveau » (Marteleto, Valla, 2003). Associée à la connaissance, l’information produit la mémoire et s’institue. Dans ce sens, au delà des groupes fermés, à l’ère des réseaux mondiaux la mémoire est sociale.

32En ce qui concerne les études ayant pour thème des questions sensibles, il faut remarquer que ces mémoires sont encore en construction, divisées, diffuses. On doit apprendre à accepter les mémoires plurielles, conflictuelles, car le passé n’est pas encore passé. Il est resignifié au cours du temps, dans la dynamique sociale. Le temps de la mémoire n’est pas le temps de l’histoire. L’histoire aborde le temps écoulé, les faits accomplis ; la mémoire part du présent vers le passé et vice versa à plusieurs reprises, sans la préoccupation du sens chronologique rigoureux parce que le fil du temps de la mémoire obéit aux émotions, puisque se souvenir est aussi revivre. S’il y a le primat de la mémoire collective, comme l’affirme Halbwachs, de toute façon c’est l’individu qui se souvient et il le fait selon les circonstances du présent, en considérant les habitudes et les mœurs, les croyances, le mode de relation avec les gens, la famille, le voisinage, les institutions et, dans le cas des questions tragiques, les traumatismes, les blessures, les douleurs. Quelquefois on se rend compte qu’il y a des mémoires collectives impossibles à unifier dans une société qui ne s’est pas encore réconciliée avec son passé !

33Le « présentisme » de l’histoire duquel se réclame Hartog, peut être le même pour les rescapés, les familles des disparus et leurs descendants, dans le champ de la mémoire collective et sociale, puisque pour eux le passé ne passe jamais et, comme dans les mythes, de temps en temps il revient. La reconnaissance des douleurs d’autrui peut nous aider à dépasser ces dilemmes. Ricœur explique :

« Pour le dire brutalement, nous n’avons pas mieux que la mémoire pour signifier que quelque chose a eu lieu, est arrivé, s’est passé avant que nous déclarions nous en souvenir. Les faux témoignages [...] ne peuvent être démasqués que par une instance critique qui ne peut mieux faire que d’opposer des témoignages réputés plus fiables à ceux qui sont frappés de soupçon, car le témoignage constitue la structure fondamentale de transition entre la mémoire et l’histoire » (Ricœur, 2000, 26).

34Du « droit de mémoire » au « devoir de mémoire » et au « travail de mémoire », nous sommes encore au carrefour d’un « boom » de mémoire, signalé par plusieurs auteurs (Huyssen, 2000 ; Nora, 2009 ; Ricœur, 2000). Pierre Nora explique : 

« ce qui est nouveau, et c’est en rapport avec la terrible infortune du siècle, c’est la revendication d’une vérité qui est plus véridique que la vérité de l’histoire. La mémoire est un type de justice. Autrement dit, la mémoire souvient et l’histoire oubli, Aujourd’hui l’histoire doit proportionner produire la connaissance, mais la mémoire en donne signification » (Nora, 2009, 9).

35L’existence des cultures politiques au sein des sociétés, en tant que catégorie d’analyse, doit être considérée dans les études consacrées à la mémoire collective, surtout si on pense aux « guerres de mémoires », c’est-à-dire aux controverses sur le passé au présent. Le recadrage de la mémoire collective, institutionnelle, officielle, n’arrivera jamais sans un travail de négociation, car on ne peut pas imposer aux groupes une mémoire collective qui serait arbitraire (Pollak, 1989). La lutte pour inscrire l’expérience douloureuse dans les actes du passé dépend dans une grande mesure du rôle des médias. Pour les historiens, médiateurs de la mémoire sociale, il s’agit de la chose suivante :

« [...] groupe de représentations qui portent des normes et des valeurs, qui constituent l’identité des grandes familles politiques et qui dépassent la notion réductrice de parti politique. On peut la concevoir comme une vision globale du monde et de son évolution depuis les lieux que l’homme occupe et aussi de la nature même des problèmes liés au pouvoir, une vision qui est partagée par un groupe important de la société dans un pays donné et à un moment donné de son histoire » (Berstein, 2009, 31)

36L’auteur explique que cette notion de culture politique a eu sont apogée dans les années soixante et qu’elle a été l’objet de différentes écoles et de nombreuses polémiques. Ainsi,

« D’après des études empiriques les historiens constatent l’existence de plusieurs systèmes de représentations cohérents, rivaux, qui déterminent la vision que les hommes ont de la société et de leur organisation, de la place qu’ils y occupent, des problèmes de transmission du pouvoir, systèmes qui motivent et expliquent leurs comportements politiques » (Berstein, 2009, 32)

37L’éthique de la mémoire reflète la lutte permanente des différents acteurs liée aux événements violents, cherchant la reconnaissance de leurs expériences pendant le régime d’exception, d’une part, et l’absolution des crimes d’État de la même période, d’autre part. Parmi eux il reste une partie de la société que l’on peut identifier aux abus commis, avec le soutien d’une partie importante des médias engagés dans les événements passés, renforçant une culture politique qui travaille sans relâche pour la formation de l’imaginaire social contre le recadrage de la mémoire récente du pays. Comme l’a souligné Jean-François Sirinnelli,

« [...] les nouveaux formateurs d’opinion trouvent leur légitimité par leur contribution dans la « communication », dans laquelle ils infusent leurs états d’esprit, devenant ainsi les concessionnaires d’émotion. D’une certaine manière, comme on peut le voir, le pathos a obtenu le meilleur sur le logos, discours préparé et analyse raisonnée des problèmes d’une société » (Sirinnelli, 2009, 57).

38Sans avoir atteint un consensus sur le passé récent, l’histoire brésilienne semble se répéter aujourd’hui, en gardant certaines différences ! Inscrits dans un moment politique grave au Brésil, face au coup parlementaire de 2016 qui vient de changer les règles du travail et de nombreux droits conquis pendant des décennies, menaçant le droit d’expression, des historiens prennent la parole contre l’État d’exception - alors qu’eux mêmes sont questionnés dans la presse traditionnelle, toujours positionnée contre les avancées sociales de la démocratie récente du pays- avec l’appui d’une partie de la société civile qui se manifeste dans les réseaux sociaux pour le maintien des conquêtes des travailleurs liées au gouvernement renversé par le coup d’État. Est-ce que seuls les chercheurs historiens peuvent récupérer des aspects épistémologiques et prendre la parole dans le cadre de la communication scientifique et de la vulgarisation, en tant que médiateurs entre le public et les événements historiques en cours ? Question pour demain ! La juste mémoire, la vérité et l’éthique sont encore un projet inachevé à cause des conflits politiques et sociaux, des arrangements et des conflits d’intérêts des forces politiques au milieu de cette culture politique et juridique. Et ainsi, une partie de la mémoire sociale, de la vérité (alethea) reste encore perdue dans la rivière de l’oubli (lethe). Les semences de la mémoire attendent le temps propice pour affleurer du silence !

Haut de page

Bibliographie

Amado Janaína, Ferreira Marieta de M., orgs, 1996, Usos e abusos da história oral, Editora da fgv, Rio de Janeiro.

Informativo da Associação Nacional dos Professores Universitários de História, 2011, « A história ensinada às crianças e adolescentes dos colégios militares », 29 de junho, <http://www.anpuh.org/informativo/view?id_informativo=1864>.

Arend Silvia Maria Fávero, Macedo Fábio, 2009, « Sobre a história do tempo presente », Tempo e argumento, Florianópolis, v.1, n.1, 201-216.

Benjamin Walter, 1987, « O narrador: considerações sobre a obra de Nicolai Lescov », in Benjamin Walter, Magia e técnica, arte e política, Rio de Janeiro, Brasiliense.

Berstein Serge, 2009, « Culturas políticas e historiografia », in Azevedo Cecília, Rollemberg Denise, Knauss Paulo, Bicalho Maria Fernanda Baptista, Quadrat Samantha Vit, orgs., Cultura política, memória e historiografia. Rio de Janeiro, Editora fgv. 29-46.

Berstein Serge, dir., 1999, Les cultures politiques en France. Paris, Seuil.

Boure Robert, 2002, « Quelle histoire pour les sciences de l’information et de la communication ? » in Boure Robert, éd., Les origines des sciences de l’information et de la communication, Presses Universitaires du Septentrion.

Boutier Jean, Julia Dominique, orgs., 1998, Passados recompostos: cantos e canteiros da história. Rio de Janeiro, Editora da ufrj, Editora da fgv.

Couzinet Viviane, 2000. Médiations hybrides : le documentaliste et le chercheur. Paris, adbs.

Couzinet Viviane, dir., 2001, Jean Meyriat, théoricien et praticien de l’Information-Documentation, Paris, adbs Éditions.

Couzinet Viviane, 2008, De la communication scientifique à la médiation spécialisée : communication des savoirs et formes d’hybridations, in Papy F., dir., Problématiques émergentes dans les sciences de l information. Paris, Hermès, Lavoisier, 57-85.

Couzinet Viviane, dir., 2009, Dispositifs info-communicationnels : questions de médiations documentaires, Paris, Lavoisier.

Couzinet Viviane, Régimbeau Gérard, dir., 2002, Recherches récentes en Sciences de l’Information : convergences et dynamiques, Toulouse, actes du Colloque mics-lerass, 21-22 mars.

Frank Robert, 1992, « La mémoire et l’histoire » in Voldman Danièle, dir., La bouche de la vérité ? La recherche historique et les sources orales, L’Institut d’histoire du temps présent, Cahiers de l’ihtp, n° 21, nov., <http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Farticle233&lang=fr.html>.

Guimarães Lucia Paschoal, 2015, « Carta ao leitor », rihgb, v.176, n. 466, 11-12.

Halbwachs Maurice, 1994, Les cadres sociaux de la mémoire. Paris, Michel Albin.

Halbwachs Maurice, 1997, La mémoire collective. Paris, Michel Albin.

Hartog François, 2001, « Notes de conjoncture historiographique », dans Hartog François et Revel Jacques, dir.. Les usages politiques du passé, ehess, Paris.

Hartog François, 2003, Régimes d’historicité : présentisme et expériences du temps. Paris, Seuil.

Janet Pierre, 1928, L´Évolution de la mémoire et de la notion du temps, v. iii, 1928. Édition électronique a été réalisée par Jean-Marie Tremblay, professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi à partir de Pierre Janet (1928), L’évolution de la mémoire et de la notion du temps (1928). Compte-rendu intégral des conférences d’après les notes sténographiques, faites au Collège de France, en 1928, Chaire de psychologie expérimentale et comparée. Paris, Édition A. Chahine, t. iii : L’organisation du temps, 419 à 624.

Jeanneret Yves, 2005, « Médiation », in La “société de l’information” : glossaire critique, Paris, La Documentation française.

Lamizet Bernard, 1999, La médiation culturelle. Paris, L’Harmattan.

Marteleto Regina, Valla Vitor, 2003, « Informação e educação popular: o conhecimento social no campo da saúde », Perspectivas em Ciência da Informação, Belo Horizonte, 8.

Meyriat Jean, Miège Bernard, 2002, « Le projet des sic : de l’émergent à l’irréversible (milieu des années 1960-milieu des années 1980) » in Boure Robert, éd., Les origines des sciences de l’information et de la communication, Presses Universitaires du Septentrion.

Namer Gérard, 1994, « postface » in Halbwachs Maurice. Les cadres sociaux de la mémoire. Paris, Michel Albin.

Nora Pierre, 1993, « Entre a memória e a história: a problemática dos lugares », Proj. História, n.10, 7-28.

Nora Pierre, 2009, « Memória: da liberdade à tirania », Revista musas, n. 4, 6-10.

Olivesi Stéphane, 2006, dir., Sciences de l’Information et de la Communication : objets, savoirs, discipline, Grenoble, pug.

Pollak Michel, 1989, « Memória, esquecimento, silêncio », Estudos Históricos, Rio de Janeiro, v.2, n. 3, 3-15.

Pollak Michel, 1992, « Memória e identidade social », Estudos Históricos, Rio de Janeiro, n. 10.

Ricœur Paul, 2000, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Éditions du Seuil.

Romero Luis Alberto, 2007, « A memória, o historiador e o cidadão: a memória do Proceso argentino e os problemas da democracia », Topoi, v.8, n. 15.

Rousso Henry, 1989, « O arquivo ou o indício de uma falta », Estudos Históricos, v. 9, n. 17.

Rousso Henry, 1996, « A memória não é mais o que era », in Ferreira Marieta de Moraes, Amado Janaína, orgs., Usos e abusos da história oral, Rio de Janeiro, Editora da Fundação Getúlio Vargas.

Rousso Henry, 2007, « A História do tempo presente, vinte anos depois », in Porto Junior Gilson, org., História do tempo presente, educs, Bauru (sp), 227-296.

Rousso Henry, 2016, Face au passé : essais sur la mémoire contemporaine, Paris, Belin.

sirinnelli Jean-François, 2009, « Os intelectuais do final do século xx : abordagens históricas e configurações historiográficas », in Azevedo, C., Rollemberg, D., Knauss, P., Bicaljo, m.f.b., Quadrat, s. v., orgs., Cultura política, memória e historiografia. Rio de Janeiro, Editora fgv. 29-46.

Tétu Jean-François, 2002, « Sur les origines littéraires des sciences de l’information et de la communication » in Boure, Robert, éd., Les origines des sciences de l’information et de la communication, Presses universitaires du Septentrion.

Thiesen Icléia, 2008, Représentation de l’information dans le contexte politique et social, au xixe siècle, à Rio de Janeiro : éléments pour la mémoire institutionnelle et contribution à une pré-histoire de la Science de l’Information, rapport de recherche post-doctorale en Sciences de l’information et de la communication, dir. Viviane Couzinet, Toulouse.

Thiesen Icléia, 2010, « l’Information entre réalité et imaginaire : approches historiques au Brésil » dans 1ère Journée scientifique du Réseau mussi Médiation documentaires : entre réalités et imaginaires, Avignon.

Thiesen Icléia, Almeida Priscila, 2015, « Lugares de memória da ditadura e a patrimonialização da experiência política », Museologia & Interdisciplinaridade, v.4, n.8, 15-30.

Thiesen Icléia, 2016, « Fabrique de mémoire : documents sensibles, leur mise en archives et leur statut de patrimoine de l’humanité – quels enjeux ? » dans 3èmes Journées scientifiques internationales du Réseau mussi, Toulouse.

Haut de page

Notes

1 Les quelques idées présentées ici proviennent de la recherche Entre informar, reter e conhecer : um estudo teórico-metodológico sobre documentos sensíveis em instituições arquivísticas. Je remercie l’appui apporté par le cnpq à cette recherche.

2 Un exemple des discussions sur le métier d’historien se trouve dans (Boutier, Julia, 1998).

3 Après 43 ans d’activités, le Centre a cumulé environ 5 000 heures d’enregistrement et quasi 1 000 interviews ; environs 200 fonds d’archives privées d’hommes publics (un million huit cent mille documents). Il y a aussi des activités d’enseignement (maîtrise, doctorat et plus récemment graduation) ; Pour en savoir plus <http://cpdoc.fgv.br/>.

4 « Fondée en juin 1998, la revue Histoire oral de l’abho a été la première publication brésilienne imprimée, de parution régulière, entièrement consacrée à la promotion du travail national et international sur l’oralité, jouant ainsi un rôle important dans la formation de chercheurs. Depuis août 2009, cette revue a également commencé à être publiée sous format électronique. Depuis 2010, elle est exclusivement numérique. Disponible en ligne <http://cpdoc.fgv.br/>.

5 Cet ouvrage constitue une recherche située à la frontière de l’information, de la mémoire et de l’histoire.

6 (Couzinet, 2009), (Olivesi, 2006), (Couzinet, Régimbeau, 2002). Pour connaître la formation du réseau mussi, voir <http://www.redemussi.org>.

7 Réseau fondé par Patrick Fraysse, maître de conférences hdr en sic (lerass-mics).

8 La 2e édition de cette journée scientifique internationale a eu lieu le 23 mars 2016, à l’Ecole nationale de formation agronomique, à Toulouse sur la thématique « Mémoire, Histoire, Médiation », <http://cehistoire.hypotheses.org/category/recherche>.

9 Contrairement à ce qui se passe en France, où ce champ d’études est appelé sic, au Brésil la science de l’information et la science de la communication sont des domaines différents de la connaissance, bien que leurs relations soient proches et reconnues. L’institutionalisation de la si au Brésil date de 1970, lorsque le programme doctoral, niveau master en Science de l’Information de l’ancien ibbd (Institut brésilien de bibliographie et documentation, aujoud’hui ibict) a été créé.

10 Pour mieux connâitre cette Association de recherche et les travaux présentés aux enancib, voir respectivement <http://www.ancib.org.br/>, <http://repositorios.questoesemrede.uff.br/repositorios/>.

11 À cette époque lorsque Benjamin dénonçait la fin de « l’art de la narration », Pierre Janet avait déjà pointé que le récit est une conduite, un comportement narratif qui arrive en fonction de l’absence des faits et des événements, une façon de préservation des souvenirs. La mémoire est indispensable pour la réalisation de cette opération. Janet affirme que la narration a crée l’humanité (Janet, 1928).

12 Bien qu’il existe plus de 230 anciens lieux de torture identifiés par la Commission Nationale de la Vérité (2012-2014), il n’y a qu’un seul bâtiment aujourd’hui consacré à la mémoire collective et à la préservation du patrimoine, de la recherche historique, artistique et culturelle. C’est le Mémorial de la Résistance de São Paulo, fondé en 2009, ancien siège du Département de l’ordre politique et social de São Paulo (deops). Le projet a été pris en charge par des muséologues et historiens avec le partenariat des éducateurs de la Pinacoteca do Estado (Galerie d’art). Lieu de réparation symbolique, il y a des expositions, la collecte des témoignages et des actions culturelles et éducatives. <http://www.memorialdaresistenciasp.org.br/memorial/>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Icléia Thiesen, « Mémoire sociale et médiation de l’histoire », Sciences de la société, 99 | 2016, 106-121.

Référence électronique

Icléia Thiesen, « Mémoire sociale et médiation de l’histoire », Sciences de la société [En ligne], 99 | 2016, mis en ligne le 13 février 2019, consulté le 20 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/sds/5553 ; DOI : 10.4000/sds.5553

Haut de page

Auteur

Icléia Thiesen

Professeur titulaire en Sciences de l’information, Université fédérale de L’État de Rio de Janeiro (unirio), Centre des Sciences Humaines et Sociales, Département d’Histoire, Responsable du lahodoc (laboratoire d’Histoire orale, information et documentation. (Av. Pasteur, 458 – sous-sol salle 20 – Urca – cep 22280-240 – Rio de Janeiro – Brasil [5521] 2542-1414).
icleiathiesen@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals