Navigation – Plan du site

Définir, domestiquer et communiquer sur les risques industriels

Isabelle Garcin-Marrou et Gwenola Le Naour
p. 3-11

Texte intégral

1Le dossier Définir, domestiquer et communiquer sur les risques industriels entend saisir et comprendre les collectifs d’acteurs qui émergent sur des territoires et mettent en discours les risques industriels. Il s’agit d’appréhender à la fois la façon dont se construisent ces collectifs et leurs répertoires d’action (droit, ressources financières, argumentaires, etc.) quand ils cherchent à définir, communiquer et, le cas échéant, domestiquer la présence de risques liés à une activité industrielle. Le risque peut être défini comme « production liée à des jeux d’acteurs multiples et variés » (Gilbert, 2003). Il n’existe que mis en discours et mis en sens. Le risque est donc le fruit du travail d’acteurs qui partagent une même préoccupation, même s’ils peuvent avoir des intérêts, des motivations, des stratégies différents (Borraz, 2008). Autour d’un problème identifié comme « danger territorialisé », des acteurs individuels ou collectifs vont se mobiliser pour définir les risques et participer à leur gestion.

2Les différentes contributions du présent dossier visent à répondre à plusieurs ensembles de questions : comment s’opère la collaboration entre des acteurs divers, voire concurrents, engagés dans un même dispositif de concertation et d’arbitrage sur les risques industriels et leur gestion ? Comment se créent et s’institutionnalisent des collectifs de travail destinés à gérer des risques sur un territoire ? Ces questions sont travaillées, notamment, par les textes de Gwenola Le Naour et Renaud Bécot, Cécile Ferrieux et Robin Le Noan. Autre ensemble de questions : face à un même danger supposé, les acteurs composant ces collectifs de travail comprennent-ils et définissent-ils le risque de la même manière ? Comment les différents participants de ces collectifs de travail communiquent-ils sur ce qu’ils font et sur la façon dont ils définissent les risques sur leur territoire ? Quelles sont les ressources à la disposition des acteurs pour redéfinir les risques et les réguler ? Entre analyses des logiques d’acteurs et des représentations, les textes de Clara Osadtchy et de Mikaël Chambru proposent plusieurs éléments de réponse. Enfin, dans un dernier ensemble consacré aux représentations médiatiques, les textes d’Isabelle Garcin-Marrou et Eva-Marie Goepfert et de Mathias Valex proposent quelques éléments relatifs aux questions suivantes : comment les médias construisent-ils le risque et comment l’ancrent-ils dans le territoire ? Comment cet ancrage peut-il être par ailleurs fortement différencié dans le temps long de l’histoire des industries urbaines ?

3Ces différents ensembles de questions entendent donc ouvrir la « boîte noire » des processus de négociation, d’arbitrage et de publicisation auxquels les risques industriels sont soumis à l’échelle de leurs territoires, afin d’explorer les processus de sélection des ressources et acteurs pertinents, les définitions et communications auxquelles ils donnent lieu, leur capacité ou incapacité à légitimer les activités potentiellement dangereuses et génératrices de nuisances et, enfin, l’inscription symbolique et historique de ces processus dans des espaces publics situés.

Pour une approche territorialisée et relationnelle de la définition des risques

4Organisé dans une perspective pluridisciplinaire, ce dossier propose l’observation et l’analyse des conflits et des formes d’action collective à l’échelle territoriale, et ce à partir d’accords et de désaccords à la fois sur le seuil de tolérance aux nuisances, mais aussi sur la définition des « risques » et des mesures mises en place pour les prévenir.

5Les contributrices et contributeurs ont fait le choix de travailler à partir d’une entrée territoriale, voire micro-territoriale, telle que l’entend notamment la micro-histoire (Lepetit, 1995 ; Revel, 1996). L’objectif est de rendre compte des mobilisations, de leur ancrage social et d’en restituer l’épaisseur et la complexité. Ce choix de l’échelle locale permet aux différentes contributions d’analyser et comprendre les raisons et les mobilisations d’acteurs variés qui souhaitent participer à la définition à la fois des risques industriels et de leur prise en charge. Dans les différents cas analysés, des acteurs entrent dans l’action publique par une mobilisation (pour ou contre) et/ou à la demande des pouvoirs publics, ce qui conduit à la coprésence d’acteurs divers. Il s’agit d’analyser les rencontres successives d’acteurs aux idées différentes, voire concurrentes, sur l’action entreprise et à entreprendre, et d’apporter un éclairage sur les mécanismes d’entrée et de sélection qui président à la participation aux politiques publiques (Le Naour, Massardier, 2013), c’est-à-dire comprendre quels sont les acteurs en conflits, autour de définitions de l’action à entreprendre, et par la suite lesquels acceptent de coopérer et lesquels s’y refusent ou se voient refuser l’entrée dans les politiques de gestion des risques au niveau local.

  • 1 La loi du 30 juillet 2003 relative à la prévention des risques technologiques et naturels et à la r (...)

6Il s’agit également de comprendre comment se crée entre des acteurs a priori peu enclins à agir ensemble une interconnaissance qui aboutit soit à une reconnaissance contribuant à cimenter les coopérations, soit à une augmentation des méfiances et, dans ce cas, à l’exclusion de certains acteurs et/ou au recours à d’autres procédés que la mise en coopération pour tenter de mettre un terme aux antagonismes. Cécile Ferrieux prouve ainsi que le groupe Risques du spiral repose sur un trio d’acteurs (élus locaux, services de l’Etat et industriels) qui adopte des définitions similaires des risques industriels et de la façon de communiquer auprès des riverains et des salariés, excluant de facto ces derniers de la participation directe à l’action publique. Robin Le Noan démontre, de son côté, que dans le cas du CLIC (Comité Local d’Information et de Concertation, qui devient Commission de Suivi de Site – CSS – en 2012)1 de la plateforme chimique de Pont-de-Claix, une association de riverains pourtant fortement dotée en expertise ne parvient pas à devenir un interlocuteur, jugé fiable, par les autres participants et se voit durablement exclue des espaces de coopération.

7Les différentes contributions du dossier analysent ainsi les formes de conflits et d’action collectives à propos du risque industriel en observant tous les acteurs qui y participent, y compris les médias, dans des rôles spécifiques analysés en fin de dossier par Isabelle Garcin-Marrou et Eva-Marie Goepfert, et Mathias Valex.

Des espaces collectifs dédiés prioritairement à l’interconnaissance et à l’information sur les risques accidentels

8Pour faire face aux multiples « débordements de l’industrie » (Lette, 2009), qui seront par la suite définis comme des risques majeurs par les autorités publiques parce qu’ils échappent aux frontières et aux périmètres administratifs et politiques classiques, des espaces d’échange sont créés par des acteurs intermédiaires. Dans les années 1960 et 1970, ces espaces sont d’origine communale ; puis, à la fin des années 1980, ils seront d’origine plutôt administrative (émanant de l’administration centrale).

9Dans les années 1960 et 1970, les espaces municipaux et para-municipaux se voient confier trois missions : recenser les nuisances, pollutions et accidents ; les traiter, en négociant, par exemple, des indemnisations ou des travaux pour les victimes ; et enfin, les prévenir, en contribuant à la connaissance et à l’améliorant les procédés techniques au sein des usines et des ateliers. Ces espaces multipartites sont conçus à la fois comme espaces d’échange et de négociation et, surtout, comme des espaces d’information entre les parties présentes permettant ensuite d’informer efficacement le voisinage.

10Si les premiers espaces sont créés en réaction à des accidents et pollutions afin de faire pression sur les industriels et garantir la sécurité pour les ouvriers et les riverains, les dispositifs de concertation qui suivent sont davantage conçus comme des lieux de circulation de l’information au sein desquels les représentants du patronat industriel sont des acteurs qui pèsent sur l’organisation et le cadrage de ces échanges. Les dispositifs ainsi créés, souvent via la réglementation (SPPPI, CLIC, notamment), sont donc beaucoup plus formalisés que les précédents.

11Depuis la fin des années 1980, des réunions de ces dispositifs d’information et de concertation se tiennent régulièrement et permettent le développement de collaborations répétées entre un nombre limité d’acteurs qui vont partager un certain nombre de préoccupations. Ces acteurs n’ont pas tous les mêmes intérêts ou raisons à agir, mais ils vont développer une certaine conception de ce qui est dicible et de ce qui ne l’est pas. C’est ce que prouve Cécile Ferrieux dans son étude de cas consacrée au SPIRAL.

12Ces espaces d’échanges produisent avant tout de l’interconnaissance ; les acteurs qui y participent apprennent à se connaître et développent des compétences sur la façon de communiquer et répondre aux plaintes. Ces espaces permettent aussi de connaître les règlementations et veiller à leur bonne application, d’être informés à la fois des éventuels accidents et évolutions des exploitations concernées, de connaître les projets des différentes communes, et d’être informés de plaintes éventuelles d’habitants ou de la formation d’associations. Analysant ces espaces d’échanges dans une perspective de géographie sociale, Clara Osadtchy analyse comment ils permettent l’apparition, dans le temps long, d’une éco-citoyenneté qui prend appui sur des déterminants historiques et sociaux fortement territorialisés.

13Une partie de l’activité de ces espaces d’échanges consiste par ailleurs à réfléchir à la façon de communiquer autour des questions de pollutions et de risques. Périodiquement des impératifs de « bonne » communication obligent à rediscuter du périmètre des participants : faut-il convier des résidents ? Faut-il impliquer des syndicats de salariés ou des salariés ? Le plus souvent, sauf pour les CLIC au sein desquels leur participation est obligatoire (c’est-à-dire prévue par la loi), la participation des résidents et des salariés est écartée au profit de la préparation d’outils de communication variés qui leur sont destinés (plaquettes, campagnes d’information, journées portes ouvertes, forums, création de centres ressources, etc.). Il est ici intéressant de noter que les groupes industriels créent, dès le début des années 1980 (soit avant d’y être règlementairement contraint), des outils de communication pour informer les habitants et mieux faire connaître les usines – création de service communication et de lettres d’information notamment (Boullet, 2006). Avec la création des Secrétariat Permanent pour la Prévention des Pollutions Industrielles (SPPPI), les outils de communication sont en partie mutualisés et collectivement élaborés.

14Ces configurations d’acteurs, qui peuvent émerger du cadre réglementaire comme s’être formées de manière informelle, constituent des lieux de la fabrique des risques (Gilbert, 2003). Ils sont des lieux de régulation qui produisent à la fois des discours de légitimation et de mise en sens destinés à des publics divers (journalistes, riverains, autres entreprises présentes sur le territoire concerné) ; des normes secondaires d’application (Lascoumes, 1994 ; 2011), tout en étant soumis à des règles juridiques plus ou moins contraignantes avec lesquelles ils doivent composer ; et, également, des collectifs de travail qui finissent par être soudés par une même vision du territoire et de ses risques.

Usages stratégiques et inégale répartition des ressources

15Les contributions prouvent que les différents participants à la définition des risques industriels sont inégalement dotés. L’expertise et le droit sont parmi les ressources les plus recherchées afin de peser sur l’action publique et ses orientations. Elle peut être ouvrière, comme en rendent compte Renaud Bécot et Gwenola Le Naour, ou associative dans le cas du Golfe de Fos-sur-Mer analysé par Clara Osadtchy et dans celui du CLIC de la plateforme chimique de Pont-de-Claix étudié par Robin Le Noan. Le droit, comme ressource, occupe une position ambivalente, il sert à la fois à modifier les règles en vigueur dans la fabrique de l’action publique et la gestion des risques industriels, mais est aussi mobilisé comme un moyen de publiciser et médiatiser des causes. C’est ainsi ce qu’analyse la contribution de Mikaël Chambru, consacrée aux mobilisations juridiques antinucléaires ; mobilisations dont l’objectif est de publiciser le risque nucléaire, et qui se traduisent par de multiples usages protestataires du droit. C’est aussi ce que prouvent Renaud Bécot et Gwenola Le Naour en travaillant sur le recours au droit du Parti communiste et des syndicats de travailleurs dans les années 1970 pour politiser les atteintes à l’environnement et au cadre de vie.

16Pour autant les effets de cette médiatisation et de cette judiciarisation sont ambivalents. Si les procès qui font suite à des accidents ou catastrophes, sont souvent l’occasion de susciter l’intérêt des médias, les journalistes ne traduisent pas les enjeux de la même façon que les plaignants et simplifient toujours les chaînes causales. Si les contributions de Mikaël Chambru, Renaud Bécot et Gwenola Le Naour insistent sur les usages stratégiques des médias par les fabricants de l’action publique, Eva-Marie Goepfert et Isabelle Garcin-Marrou démontrent qu’il est également nécessaire de comprendre les médias comme des lieux où se fabriquent les représentations du risque qui n’obéissent pas aux cadres de compréhension des autres acteurs, notamment industriels.

17Les discours médiatiques construisent en effet les cadres communicationnels par lesquels des publics, plus larges que les voisins des industries, accèdent à la connaissance du risque. Saisissant ces configurations d’acteurs et s’instituant comme un autre lieu de la fabrique territoriale (Auboussier, Garcin-Marrou, 2011) du risque, Isabelle Garcin-Marrou et Eva-Marie Goepfert analysent les discours médiatiques qui mettent le risque en discours et en sens, selon des cadres évoluant vers une définition toujours plus territorialisée du territoire à risques.

La place ambiguë des médias

18Dans ces processus de sélection et d’entrée – ou de refus d’entrée – dans l’action collective, les médias semblent assumer un double rôle relatif à la construction sociale du risque et à l’émergence de conflits et de compromis. D’abord, ils sont des acteurs du risque qui participent à sa définition, mais aussi aux conflits et aux formes d’action collective. Non seulement, les médias, par leurs discours, participent à définir le risque et favorisent les conflits ou les formes de coopération mais, plus encore, il n’y a pas de position stable et/ou homogène des médias.

19Ensuite, les médias semblent jouer un rôle important dans la transformation d’un savoir expert en savoir de sens commun (Joffe, 2005). Ce faisant, sans doute, ils participent à la succession des traductions (Callon, 1986) qui relient industriels, experts, opinions et objets techniques. Si le discours médiatique constitue une modalité de la parole publique définie par des conditions de production spécifiques, il reste, avant tout, un lieu de rencontre entre des discours sociaux déjà tenus (dans d’autres univers sociaux). C’est ce que l’on pourra nommer l’assise interdiscursive du discours médiatique et sa réalité dialogique. En effet, médiatiser, « c’est assurément faire passer une parole d’un espace à un autre, d’un univers social – où la parole a été produite selon des modalités propres à cet espace et pour les formes de publicisation spécifique qu’il ouvre ou requiert – à un univers autre : celui des médias » (Delforce, Noyer, 1999, 16). Ainsi, les médias seraient à la fois des acteurs du risque parmi d’autres, mais aussi des méta-acteurs qui participeraient à traduire les intérêts et les engagements des autres acteurs et favoriseraient le maintien des antagonismes ou leur résolution.

20Dans les configurations analysées, les médias occupent une position assez singulière, ils ne sont à aucun moment envisagés comme des participants réguliers de ces différents espaces d’échanges. S’ils ne sont pas à proprement parler des cibles, ils sont considérés par les acteurs-propriétaires du problème comme des relais de l’information sur les risques. A ce titre, toute information n’émanant pas de ce groupe d’acteurs est considérée au mieux comme une maladresse ou comme erronée, au pire comme une forme de transgression pouvant « mettre de l’huile sur le feu » ou « le feu aux poudres ». Toute remise en cause de l’ordre établi est alors considéré comme néfaste pouvant engager une discussion sur la localisation des sites.

21La notion habermassienne d’espace public a tendance à gommer les asymétries entre les acteurs en présence – asymétries que nous ne souhaitons pas ignorer – son intérêt premier dans le cas présent réside dans la place accordée aux médias. Ils ne sont pas simple support de diffusion des connaissances. Les médias participent via la confrontation et la diffusion des idées nouvelles à la constitution d’un espace public. Dans les différentes contributions, la dimension élitiste de l’espace public demeure bien présente, même si elle semble avoir changé de nature : un petit groupe d’acteurs entend peser sur la compréhension collective des situations et diffuser ses idées, via les médias, à un public élargi. Or cette diffusion de l’information dépend surtout des évènements, de leur pertinence pour l’acteur média et de ce qui relève de l’intérêt supposé du public pour l’information comme rupture de la norme.

L’événement comme masque de la concertation

22Dans cette perspective, la contribution d’Isabelle Garcin-Marrou et Eva- Marie Goepfert permet de proposer quelques pistes sur la façon dont les médias « pèsent » sur le débat public, jouent sur la configuration des discussions entre les différents acteurs et participent, ou pas, de la construction événementielle du risque. Sous ce point de vue, la conclusion est assez déceptive. En effet, les médias semblent ne pas peser, même symboliquement, sur les discussions et sur les processus de concertation pourtant voulus par le législateur. La méconnaissance des processus de concertation est un premier frein évident au rôle que pourrait jouer les médias. Mais un autre élément apparaît, qui interroge fondamentalement le travail des médias.

23La médiatisation du risque industriel obéit, de façon générale, à une appréhension ponctuelle et « spectaculaire » de ce que le risque peut provoquer : la catastrophe. Suivre des processus non spectaculaires – de discussion, de concertation – impliquerait une tout autre logique, très différente de celle de l’événementialité fondatrice du discours de presse. Cette logique autre supposerait que soient favorisés une connaissance et un intérêt des journalistes pour les instances de concertation, non seulement dans leurs objectifs participatifs et collaboratifs mais aussi dans leurs actions locales et routinières. Elle supposerait également que soit encouragée, par l’information auprès des journalistes et des médias, la représentation d’une collaboration à l’œuvre, susceptible d’effacer, dans les discours médiatiques, les relations conflictuelles entre les différents acteurs du risque.

24Sortir de l’événementialité pour aborder un discours susceptible de permettre la production d’un « accord stable » impliquerait, cependant, que les médias « entrent » dans le processus socio-politique et renoncent à leur position d’extériorité. Or, cette position d’extériorité – de témoin s’efforçant d’être neutre – est ce qui constitue toute l’histoire récente du journalisme, notamment dans la presse régionale. Adopter, ab initio, une autre position suppose donc une révolution copernicienne du « faire » médiatique qui ne peut évidemment être accomplie par les seuls médias. Un changement plus général des modalités de l’agir démocratique – plus participatif, moins exclusif et, donc, plus communicationnel – pourrait permettre d’envisager l’entrée des médias dans la fabrique de la concertation.

25Mais, in fine, la contribution de Mathias Valex prouve que des liens entre un territoire marqué par la fermeture de deux ex-usines de soierie artificielle de la région lyonnaise et les médias existent. Analysant le discours d’un titre de presse quotidienne régionale sur les friches industrielles, dans le temps long, Mathias Valex analyse comment se structurent, de façon étroitement mêlée, un contexte institutionnel territorial anciennement industriel et une identité locale qui intègre ces territoires industriels dans ses évolutions urbaines.

26Les approches disciplinaires croisées de ce dossier démontrent que les espaces de concertation sont des espaces de conflits canalisés, contrôlés, orientés vers le vivre ensemble. A cet égard, le traitement de la concertation par la presse relève d’une mise en scène du consensus. L’information ne met pas en scène le conflit, les arguments mobilisés et la presse ne rend pas compte des négociations ou des conflits. Les discours publics et médiatiques autour des espaces de la concertation renvoient donc à un imaginaire démocratique, à une célébration de l’échange, et à une célébration de la participation citoyenne. Et la concertation apparaît comme une finalité, comme si les acteurs accordaient un pouvoir quasi-magique, une véritable performativité à la concertation. Le simple fait de se concerter induirait le compromis et le mieux vivre ensemble. Nous retrouvons là ce que Jacques Noyer et Bruno Raoul nomment « la communication de la concertation » (Noyer, Raoul, 2008). Une communication de la concertation qui n’implique finalement en rien l’élévation du riverain en sujet politique. Se posent donc toujours, et avec autant d’acuité, les questions de la valeur réelle de la concertation et des dispositifs qui lui sont dédiés : instruments de démocratisation de la décision ou dispositif encourageant l’acceptation sociale des décisions.

Haut de page

Bibliographie

Auboussier (J.), Garcin-Marrou (I.), 2011, « Mémoire(s) et territoire(s) : les bulletins municipaux de Villeurbanne », Etudes de Communication, n° 37, 47-62.

Borraz (O.), 2008, Les politiques du risque, Paris, Les Presses de Sciences Po.

Boullet (D.), 2006, Entreprises et environnement en France de 1960 à 1990 : Les chemins d’une prise de conscience, Paris, Droz.

Callon (M.), 1986, « Eléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L’année sociologique, n° 36, 169-208

Coanus (T.), Comby (J.), Duchene (F.), Martinais (E.), 2010, Risques et territoires, Paris, Lavoisier.

Delforce (B.), Noyer (J.), 1999, « Pour une approche interdisciplinaire des phénomènes de médiatisation : constructivisme et discursivité sociale », Etudes de communication, n° 22, 13-40.

Duchêne (F.), 2002, Industrialisation et territoire. Rhône-Poulenc et la construction sociale de l’agglomération roussillonnaise, Paris, L’Harmattan.

Gilbert (C.), 2003, « La fabrique des risques », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 114, no1, 55-72.

Habermas (J.), 1978, L’espace public, Paris, Payot.

Habermas (J.), 1987, Théorie de l’agir communicationnel, Paris, Fayard.

Joffe (H.), 2005, « De la perception à la représentation du risque : le rôle des médias », Hermès, n° 41, 121-129.

Lascoumes (P.), 1994, L’Eco-pouvoir. Environnements et politiques, Paris, La Découverte.

Lascoumes (P.), 2011, « Les normes juridiques et les normes techniques de l’inspection des installations classées pour la protection de l’environnement », Annales des Mines - Responsabilité et environnement, n° 62, 30-34.

Lette (M.), 2009, « Débordements industriels dans la cité et histoire de leurs conflits aux xixe et xxe siècles », Documents pour l’histoire des techniques, n° 18, 163-173.

Massardier (G.), Le Naour (G.), 2013, L’action publique sélective, Paris, lgdj, coll. Droit et Société.

Mermet (L.), Berlan-Darqué M., dir., 2009, Environnement : décider autrement. Nouvelles pratiques et nouveaux enjeux de la concertation, Paris, L’Harmattan.

Noyer (J.), Raoul (B.), 2008, « Concertation et “figures de l’habitant” dans le discours des projets de renouvellement urbain », Études de communication, n° 31, 111-130.

Suraud (M.-G.), De Terssac (G.), dir., 2008, Information, Communication sur les Risques Industriels, Toulouse, Ed. Octarès msh-T, coll. Le travail en débats.

Haut de page

Notes

1 La loi du 30 juillet 2003 relative à la prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation des dommages (dite « loi Bachelot »), crée les CLIC dans son article 2. Ils deviendront des Commissions de Suivi de Site (CSS) en 2012. Cette loi et son écriture ont fait l’objet d’une analyse approfondie par Laure Bonnaud, et Emmanuel Martinais en 2008 : Les leçons d’AZF – Chronique d’une loi sur les risques naturels, Paris, La Documentation française.Sur les PPRT, se référer à Emmanuel Martinais, 2010, « L’écriture des règlements par les fonctionnaires du ministère de l’Écologie. La fabrique administrative du Plan de prévention des risques technologiques », Politix, vol. 90, n° 2, 193-223.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Garcin-Marrou et Gwenola Le Naour, « Définir, domestiquer et communiquer sur les risques industriels », Sciences de la société, 100 | 2017, 3-11.

Référence électronique

Isabelle Garcin-Marrou et Gwenola Le Naour, « Définir, domestiquer et communiquer sur les risques industriels », Sciences de la société [En ligne], 100 | 2017, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sds/5721

Haut de page

Auteurs

Isabelle Garcin-Marrou

Professeur en Sciences de l’information et de la communication à Sciences Po Lyon, directrice du laboratoire ELICO (EA 4147), isabelle.garcin-marrou[at]sciencespo-lyon.fr

Articles du même auteur

Gwenola Le Naour

Maître de conférences HDR en Science politique, à Sciences Po Lyon, membre du laboratoire Triangle-UMR 5206 (Institut des Sciences de l’Homme, 14 av. Berthelot, 69365 Lyon cedex 7), gwenola.le.naour [at]sciencespo-lyon.fr

Articles du même auteur

  • La communication syndicale dans l’affaire de l’acroléine à PCUK Pierre-Bénite, 1975-1978
    A workers’ story about environmental violence. Union communication in the acrolein case at PCUK Pierre-Bénite, 1975-1978
    Una historia de trabajadores sobre la violencia ambiental
    Paru dans Sciences de la société, 100 | 2017
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals