Navigation – Plan du site

Risques et territoires : les représentations médiatiques en question

Le couloir de la chimie entre 1970 et 2010
Risks and territories : the media representations in question. The Corridor of the chemistry between 1970 and 2010
Riesgos y territorios : las representaciones de los medios de comunicación en cuestión. El pasillo de la química entre 1970 y 2010
Isabelle Garcin-Marrou et Eva-Marie Goepfert
p. 93-110

Résumés

Partant du postulat que les territoires et les risques sont des construits sociaux, cet article analyse la production symbolique d’un territoire à risques : « le couloir de la chimie » du sud de Lyon. L’analyse des discours et cartes médiatiques publiés de 1970 à 2010 montre que entre catastrophes et menaces de l’événement catastrophique, relatif effacement de la culpabilité desindustriels et défense du territoire des lecteurs, les médias représentent le couloir de la chimie comme un territoire construit comme renvoyant à la peur de la catastrophe, occultant ainsi la définition technique du territoire à risque produite par les pouvoirs publics et les industriels.

Haut de page

Texte intégral

1Qu’est-ce qu’un «  territoire à risques  »  ? Comment les médias appréhendent-ils cette notion, « le risque », et comment se font-ils les médiateurs, pour leur public, pour des habitants, de l’existence de «  risques  » sur un territoire donné ? Comment les médias donnent-ils à voir les autres acteurs concernés par les risques sur un territoire (élus, industriels, autorités administratives) ? Comment, enfin, s’établissent les représentations médiatiques du (des) risque(s) ? Ces questions sont envisagées, dans le présent article, à partir d’une perspective constructiviste selon laquelle la production symbolique des territoires du risque et leur émergence dans les médias appellent un triple processus de représentation : représenter les risques, représenter les territoires et représenter les territoires du risque. Or, « comme les territoires, les risques sont des construits sociaux » (Rebotier, 2011). La construction médiatique du risque implique ainsi la mise en visibilité sociale, l’inscription à l’agenda et la transformation du risque en problème public, dans un espace territorial lui-même constitué par cette construction sociale et discursive du risque.

2Pour autant, et au regard de la logique événementielle fondatrice des discours médiatiques, le risque interroge la logique même de la représentation. Le risque n’est pas événement, il est « seulement » menace de l’événement. Il est événement virtuel, non réalisé mais redouté. Et l’accident, ou la catastrophe comme idéal-type de l’événement médiatique, ne relève déjà plus, stricto sensu, du risque. Si la catastrophe – ou l’accident – renvoie au risque, c’est qu’elle induit, par son surgissement, la possibilité de sa reproduction, ici ou ailleurs. L’accident interroge les représentations, dans un processus de triple mimesis, le passé (celui des responsabilités), le présent (des effets) et l’avenir (du risque, de l’angoisse et des décisions publiques). « Le risque (...) est une catastrophe “hypothétique”, vrai-faux évènement privé de l’essentiel (sa matérialisation), bref, une pure représentation. » (Coanus et al. 1999). Informer sur les risques, c’est leur donner une consistance symbolique en faisant exister, dans le futur, un possible accident et en les soumettant à l’évaluation des acteurs sociaux et de l’opinion.

3Pour resserrer la focale sur un territoire et un corpus exemplaires, nous proposons ici d’analyser les étapes médiatiques, dans la période 1970-2010, de la construction du territoire à risques qu’est le « couloir de la chimie », au sud de Lyon, en tenant plus spécifiquement en compte cet élément symbolique et sémiotique spécifique que sont les cartes produites par les médias. La période analysée a ainsi été définie dans un temps relativement long pour laisser émerger d’éventuelles évolutions.

« L’histoire des problèmes publics est souvent fertile en éclipses et en rebondissements. Nombre d’entre eux suivent une trajectoire sinueuse, jalonnée d’inscriptions et de réinscriptions sur l’agenda politique, de redéfinitions et de reformulations » (Barthes, 2003).

4C’est donc en travaillant l’histoire médiatique du couloir de la chimie à partir d’un corpus exhaustif d’articles de presse quotidienne régionale et des articles de presse nationale, identifiés dans les bases de données Factiva et Euro-press, que nous envisageons les dynamiques de la construction médiatique du territoire du risque, notamment cartographique, des années 1970 aux années 2000. Il faut noter par ailleurs que l’ancrage territorial des risques, qui participent de l’évaluation et des décisions des acteurs sociaux et de l’opinion, oblige à prêter une attention particulière à la porosité des échelles territoriales et, donc, des agendas locaux, nationaux voire internationaux, et à la façon dont des « occasionnalités événementielles » (Delforce, 2004 – par exemple une catastrophe à l’autre bout du monde) pourront peser sur un agenda local.

5Trois précisions peuvent être portées au préambule de l’analyse. Tout d’abord, les bases de données ne sont pas un outil qui assure l’exhaustivité d’un corpus ; certains articles ne sont pas référencés. Nous avons donc complété l’exploration de ces bases de presse par le passage en revue de dossiers de presse issus des bibliothèques et archives municipales des communes du couloir de la chimie. A priori, donc, si le corpus n’est pas complet dans l’absolu, au moins correspond-il à l’ensemble des articles que les chercheurs peuvent retrouver.

6Ensuite, la période n’a pas été définie au hasard. En effet, l’exploration des bases de presse fait apparaître un empan temporel dans lequel des articles sont publiés ; des « moments discursifs » (Moirand, 2007) apparaissent, des occasionnalités marquent la temporalité. Les années 1970-2010 constituent donc, dans l’exploitation statistique initiale des bases, une période longue dans laquelle les médias vont parler de risques et de territoires.

7Enfin, un travail statistique lexical mené sur le corpus final a fait apparaître quatre grandes sous-périodes, chacune correspondant peu ou prou à une grande décennie. Nous repartons de ces périodes qui permettront de caractériser quatre configurations discursives et médiatiques, articulant différemment risques, territoires et acteurs sociaux et permettant de voir émerger, aussi et surtout, l’illustration cartographique comme élément de constitution symbolique du « territoire à risque ».

Le danger industriel dans les années 1970 ou la rupture entre le code et le territoire

  • 1 Quand le danger est latent, les médias parlent de « menace ».

8Le territoire industriel rhodanien est fortement marqué par l’explosion, en 1966, de la Raffinerie de Feyzin. L’accident fait 18 morts, 98 blessés et les dégâts matériels s’étendent jusqu’à Vienne, à 25 km de Lyon, endommageant 1475 habitations. Survenue le 4 janvier 1966, cette catastrophe implique, comme toutes les catastrophes industrielles, l’établissement d’un lien, dans l’opinion publique et dans les médias, entre territoire, industrie et risque. Pourtant, dans les années 70, le risque n’apparaît pas dans les discours ; le terme n’apparait ainsi dans aucun article de presse paru entre 1966 et 1983. La presse écrite ne parle pas de « risque » mais de « danger »1, et cette distinction est capitale. « Le risque est un danger sans cause, un dommage sans faute […] Le danger suppose l’existence d’une cause directe, en l’occurrence, une volonté adverse » (Peretti-Wattel, 2010). La représentation des installations industrielles comme dangereuses, et non « à risque », oblige en effet à considérer qu’une faute et, donc, un fautif peuvent être identifiés. Chaque sinistre des années 1970 est alors assimilé, dans la presse écrite, à une origine clairement définie et maîtrisable qui refuse ainsi les discours fatalistes.

« Aucun industriel, producteur de produits dangereux, n’est à la merci de ce type d’accident » (Le Figaro, 14/07/1976)

« Les puanteurs de la ville continuent d’empoisonner les Lyonnais. […] Le préfet a promis de faire du porte-à-porte pour découvrir le fautif ou les fautifs » (Le Progrès, 16/02/1971)

9Le rejet accidentel d’acroléine dans le Rhône, le 11 juillet 1976, présente ainsi une configuration médiatique et territoriale typique des années 1970, dans laquelle le « risque » est inexistant. Ainsi, au lendemain de la découverte de poissons morts flottant dans le Rhône, le fait n’est encore que le constat d’une pollution dont les causes et conséquences sont inconnues. A ce moment-là, la presse locale décrit ce qui se passe – le « défilé » de poissons morts, l’intervention des pompiers et l’ignorance quant aux origines et conséquences sur l’environnement et la population. Dans les discours apparaît un coupable supposé, l’industriel, mais sa culpabilité n’est énoncée que sur un mode interrogatif qui soulève le doute mais garde à distance l’accusation et la désignation du coupable.

« S’agit-il, une fois encore, d’une pollution chimique ? » (Le Progrès du 12/07/1976)

Du point de vue de la configuration des acteurs mis en scène par la presse, les discours font apparaître, dans le même temps que l’industriel supposé coupable, les pouvoirs publics, destinataires des discours et interpellés par les journalistes.

« La question mérite d’être posée : les pouvoirs publics chargés de réprimer ces violations graves de la loi sur le régime des eaux vont-ils laisser impunément se poursuivre l’empoisonnement de nos fleuves et de nos rivières ? Les grandes sociétés industrielles sont-elles au-dessus des lois ? » (Le Progrès, 12/07/1976).

Enfin, les riverains sont construits à la fois comme victimes et spectateurs ; les journalistes portant alors leur parole.

« Devant l’ampleur de la catastrophe et la menace que pouvait faire peser sur la santé des humains la présence de ces poissons pourris » (Le Progrès, 14/07/1976)

« Dans une atmosphère tellement atroce, dans une telle puanteur que les hommes devaient travailler… avec le masque à gaz ! » (Le Progrès, 14/07/1976)

10La victimisation des riverains est d’ailleurs renforcée par une mise en doute explicite de la théorie de l’accident telle qu’elle a été affirmée dans le communiqué de presse de la société Ugine-Kuhlmann, le 14 juillet 1976. Mais, à l’instar de la désignation du coupable quand celui-ci n’est pas encore officiellement connu, la parole critique est mise en sourdine par les journalistes, qui ne la mettent en mots que dans les propos d’un autre. Le Progrès mentionne ainsi la colère de certains riverains et le « dépôt de plainte contre X », alors que La Dernière Heure Lyonnaise et Le Journal citent le discours critique du maire de Pierre-Bénite à l’encontre des industriels, mentionnant les pollutions passées et l’absence de condamnations des industriels.

11Ainsi, la presse régionale raconte l’évènement en multipliant les regards locaux (ceux du riverain inquiet, du sapeur-pompier à l’œuvre ou de l’élu local qui dénonce) et en assumant la posture du porte-parole de ces regards locaux. L’industriel ou les pouvoirs publics sont, dès lors distincts des acteurs locaux, de leurs représentations, de leurs attentes et de leurs inquiétudes.

« Fixer une frontière, c’est articuler une proximité et une séparation, ce pourquoi la frontière renvoie à l’espace propre d’une communauté. » (Tétu, 1992, 2)

  • 2 Dans la presse quotidienne nationale, au contraire, l’évènement est, au contraire, déterritorialisé (...)

12En organisant des récits qui se fondent sur les oppositions entre acteurs locaux, industriels et institutions étatiques, la presse locale territorialise l’événement2. Les préoccupations « localistes » de la presse quotidienne régionale sont d’abord de défense des riverains, lecteurs et contribuent à la consolidation du territoire propre de l’événement (Tétu, 1992). Mais, ce faisant, la presse construit une configuration d’acteurs conflictuelle, où les intérêts locaux ne sont pas ceux des industriels et des pouvoirs publics, et inversement. Ainsi, les médias locaux, porte-parole des lecteurs-victimes, participent de la définition d’une culture territoriale industrielle conflictuelle. Ils rendent compte de la concurrence entre la définition de l’intérêt général promu par le pouvoir central et « l’expression territorialisée de l’intérêt général » (Lascoumes, Le Bourhis, 1998).

« Lorsqu’il s’agit, par exemple, de prendre la défense de son environnement immédiat, de son village, le journal peut faire campagne pour des causes dans lesquelles les habitants se recon-nais-sent. […] en prenant position et en se «  mouillant  » dans la vie de la cité ou du canton, le journal montre qu’il est non seulement en osmose avec les préoccupations de ses lecteurs, mais aussi qu’il est solidaire de leur avenir. Les journalistes peuvent ainsi servir de cata-lyseurs de changement en stimulant la culture civique de leurs lecteurs. » (Gerbaud, 1996, 13)

  • 3 L’analyse statistique du lexique du corpus fait en effet apparaître une surreprésentation de la thé (...)

13Les discours de presse des années 1970 se construisent donc sur l’articulation conflictuelle de l’expérience riveraine, du pragmatisme économique3 et de la décision politique. Les cartes n’apparaissent pas et le « territoire à risque » ne prend pas consistance dans les représentations médiatiques. Les repré-sen-ta-tions médiatiques demeurent strictement événementielles, centrées sur les usines comme lieux d’accidents survenus ou potentiels.

La première carte du risque dans la presse

  • 4 Le terme « Danger » étant écrit en toutes lettres et en gros caractères.

14Les années 1980 vont être marquées par la parution d’un dossier spécial du magazine mensuel national Ça m’intéresse, qui remet le sujet sur le devant de la scène médiatique, en décembre 1983, avec un scénario-fiction imaginant une catastrophe industrielle dans le couloir de la chimie. Ce numéro est doublement marquant : il est le premier à représenter visuellement le couloir de la chimie et le premier, dans notre corpus, à faire apparaître le terme « risque », bien que sa une soit illustrée par un panneau « Danger »4.

15Si le titre de Une « A quand un Seveso Français ? » ne fait pas directement référence à la région lyonnaise, le dossier s’appuie très clairement sur le cas du couloir de la chimie. L’article débute ainsi : 

« Il a fallu six mois à la commission d’enquête pour rendre ses conclusions. Six mois de batailles d’experts pour tenter d’expliquer le drame : 453 morts et 1526 blessés dont plusieurs centaines grièvement. […] Que s’est-il donc passé en ce dernier jeudi du mois de juillet, peu après midi, au sud de Lyon, entre Pierre-Bénite et Feyzin, dans « le couloir de la chimie » ? Le pays, encore sous le choc, exige des réponses ».

Les sous-titres de l’article insistent sur le caractère catastrophique de l’évé-nement raconté :

« Nuage toxique sur une autoroute = deux mille victimes » (p. 13) ; « Au sud de Lyon, 100 000 personnes sont menacées » (p. 15) ; « Toute une région sinistrée pendant des années » (p. 16) ; « Quand la catastrophe survient, elle ne fait que commencer » (p. 17).

16Ce n’est que dans le corps de l’article, deux pages après le début du dossier, que le lecteur peut comprendre que le discours relève de la fiction : « Le scé-na-rio que vous venez de lire est fort heureusement fictif ». Pourtant, sitôt le caractère fictif de l’événement révélé, le narrateur reprend le récit dans un discours de type informationnel et mobilise trois arguments.

17La fiction est écrite « avec la collaboration d’experts des problèmes de sécurité connaissant parfaitement la région et les risques qui la menacent » ; elle est construite sur des évènements passés – « les exemples de catastrophes passées le prouvent » ; enfin, le scénario proposé est plausible, « n’est qu’un exemple de ce qui pourrait arriver » ou de ce qui « peut parfaitement se produire à Lyon. Ou ailleurs ».

18En mêlant efficacité de la fiction et authenticité du discours informationnel, le réalisme du scénario permet ainsi au discours médiatique de donner une consistance symbolique nouvelle au risque.

19Cette consistance nouvelle est aussi celle de la localisation du territoire à risques. En effet, Ça m’intéresse est le premier média à présenter une réalité illustrée et située du risque et du territoire du couloir de la chimie.

Fig. 1 : Carte - Ça m’intéresse, décembre 1983.

Fig. 1 : Carte - Ça m’intéresse, décembre 1983.

« A travers les mécanismes de médiation symbolique et d’identification sociale qu’elle produit, la carte précède et crée le territoire » (Torricelli, 2002).

20La publication de cette première carte correspond à une évolution remarquable, dans les années 1980, dans l’utilisation de la cartographie dans la gestion des risques (Martinais, 2007), car l’intérêt de son utilisation médiatique est double : elle instaure le territoire et elle donne consistance au risque.

La carte instaure le territoire

21La carte proposée par Ça m’intéresse présente la région Rhône-Alpes, ses dé-par-tements et ses cours d’eau principaux. Cette mimesis de la réalité spatiale est précisée par la localisation des « unités industrielles présentant des risques importants ». La carte fait donc voir la densité industrielle de certains territoires de la région. Un encart chevauchant cette première carte « zoome » sur le couloir de la chimie, les villes concernées et limitrophes. Deux lignes blanches (non définies dans la légende) semblent en dessiner ses contours.

22La représentation visuelle du risque et de l’objet industriel conduit cependant à préciser les distinctions entre lieu, espace et territoire. Le lieu est une spatialité statique : il est « une configuration instantanée de positions » (De Certeau, 1980, 173). A partir des délimitations cadastrales, il est possible de considérer chaque établissement industriel comme un lieu. Mais un établissement industriel n’est pas qu’un lieu, il accueille avant tout une activité qui le définit : il est un lieu pratiqué. Selon Michel De Certeau, l’espace est un lieu « en quelque sorte animé par l’ensemble des mouvements qui s’y déploient » (De Certeau, 1980, 173). L’espace est ainsi animé et soumis aux pratiques des acteurs qui se meuvent en son sein. En ce sens, la photographie est capable de représenter le lieu (la photographie d’une usine) comme l’espace (la photographie d’une usine avec ses ouvriers en action), mais elle semble incapable de figurer le territoire comme espace approprié et aménagé.

« Le territoire tient à la projection sur un espace donné des structures spécifiques d’un groupe humain, qui incluent le mode de découpage et de gestion de l’espace, l’aménagement de cet espace. Il contribue en retour à fonder cette spécificité, à conforter le sentiment d’appartenance » (Brunet et al. 1992, 436).

23Or, ici, c’est bien un territoire que la carte de Ça m’intéresse met en scène. Par un système sémiotique complet, elle rend visible un découpage institutionnel de l’espace (région, département et type d’installation industrielle) que la photographie n’aurait pas pu montrer.

« La mise en carte du risque industriel est donc cette opération qui consiste à (…) imposer au désordre du monde l’ordre d’une lecture possible » (Martinais, 2007)

24La carte donne une visibilité au territoire et, avec cette première carte, Ça m’intéresse donne une réalité à ce territoire industriel qu’est le couloir de la chimie.

La carte donne consistance au risque

25Avant 1983, les articles de presse consacrés au risque industriel sont illustrés par des photographies. Ces photographies ne représentent jamais le risque mais plutôt ses causes (la photographie d’une usine) ou ses conséquences (la photographie d’un accident ou d’acteurs réunis pour discuter du sujet). La photographie met en scène un « avoir-été-là » car elle « re-présente des objets qu’on aurait pu voir dans le monde » (Tétu, 1989).

26Or le risque n’est pas événement, il est menace de l’événement. Il se fonde sur un « pouvoir-être-là », un état virtuel, incertain et donc, invisible. Si le risque échappe à l’œil du photographe, il demeure accessible à la main du cartographe. La carte, dans sa mise en juxtaposition de l’espace réel (installa-tions industrielles et lieux dans lesquelles elles s’insèrent) et d’un espace virtuel permet ainsi la mise en visibilité du risque. Ainsi, dans les discours médiatiques, la carte est au risque industriel ce que la photographie est à l’événement industriel.

« Objet sans consistance, le risque prend corps à travers l’exercice cartographique et son apparition sous forme de zones de danger » (Martinais, 2007, 5).

27En situant le risque dans un espace réel, la carte lui donne une réalité, autant territoriale qu’annonciatrice.

28Dans ce dossier spécial de Ça m’intéresse, le territoire du couloir de la chimie trouve ainsi sa première illustration, une illustration qui associe industries et risques. Pourtant, la légende est claire : cette carte montre les « unités industrielles présentant des risques importants ». En restreignant le risque au lieu de l’usine, la carte semble représenter les origines du risque plus que le risque lui-même. En cas de catastrophe, celle-ci reste imputable à un lieu, une cause, un coupable. Dans les discours médiatiques des années 80, la notion de « risque » ne semble donc pas être différenciée de la notion de « danger », comme l’indique, d’ailleurs, le titre de la carte : « Ici, danger permanent ! ».

29La suite de catastrophes à la fin des années 80 permet-elle au risque comme « un danger sans cause, un dommage sans faute » (Peretti-Wattel, 2010) d’émerger ?

Emergence du couloir de la chimie comme territoire de l’angoisse

  • 5 Mexico (1984), Bhopal (1984), Tchernobyl (1986), Port Edouard Herriot (1987) : cette liste peut êtr (...)

30Dans les années 80, le nord de la vallée du Rhône n’est plus seulement un territoire industriel à forte valeur économique, il devient, pour la presse écrite, le territoire du danger et de l’angoisse. La formule «  couloir de la chimie  » autorise de nombreuses variations, toutes aussi anxiogènes. «  Couloir de la peur  » pour Lyon Libération, «  couloir de la mort  » et « couloir de tous les dangers » pour Lyon Figaro ou « couloir Satanas » pour le Progrès. La série de catastrophes survenues entre 1984 et 19875 accélère-t-elle la mise en circulation de la représentation du risque et, plus précisé-ment, de celle du risque industriel majeur ?

31La catastrophe constitue un « moment discursif » au sens où elle « donne lieu à une abondante production médiatique et qu’il en reste des traces à plus ou moins long terme dans les discours produits ultérieurement à propos d’autres événements  » (Moirand, 2007). Dans son traitement médiatique, la catastrophe se décline en trois temps, qui semblent contribuer à l’émergence progressive du territoire à risque.

32Le premier temps est celui où le territoire de la catastrophe se réduit à l’espace localisé de l’accident. C’est le temps du hic et nunc de l’événement. Que la catastrophe ait lieu dans l’espace régional du média ou à l’autre bout du monde, elle est forcément ancrée dans un territoire. Dans les premiers jours qui suivent chaque accident, la description de l’espace, le nom des rues, les cartes, les schémas proposés dans la presse pour comprendre les faits donnent à voir l’espace de la catastrophe. Ces éléments fonctionnent comme autant d’indices du réel qui viennent alimenter la mise en récit, souvent minutée, de la catastrophe. A titre d’exemple, au lendemain de la catastrophe du port Edouard Herriot Lyon Figaro décrit l’événement minute par minute. Ses enjeux économiques, sociaux ou politiques sont alors ignorés. Et c’est le caractère singulier de l’événement qui est interrogé : en quoi est-il une rupture dans le cours normal des choses ?

33Dans un second temps, une montée en généralité inscrit l’événement dans une catégorie d’événement, celle des « catastrophes industrielles ». Le discours sur l’événement est alors un travail de normalisation qui consiste à identifier le caractère typique de l’événement par son rapprochement avec d’autres. C’est le deuxième temps de la médiatisation de la catastrophe : l’événement singulier, unique et spécifique intègre une catégorie ; celle de la « catastrophe ». Dès lors, il intègre un paradigme qui autorise une histoire de la catastrophe. C’est ainsi que la presse s’inscrit rapidement dans une logique de l’antécédent : la nouvelle catastrophe est replacée dans la/une liste des catastrophes passées qui lie, parfois artificiellement, des accidents ou des catastrophes qui peuvent être de nature assez différentes et relatives à des types d’établissements très variés. Mais c’est ainsi que se constitue un continuum entre des accidents de différentes natures. Ainsi, si la catastrophe est, dans le temps de la surprise, extrêmement localisée et inscrite dans le présent, elle vient rapidement s’inscrire dans une mémoire, dans la continuité d’événements passés, ici et ailleurs.

34L’événement catastrophe conduit aussi à interroger le futur ; d’une part, le futur de la recherche des responsabilités et d’autre part, le futur de l’angoisse. C’est le troisième temps de médiatisation. La catastrophe est alors placée sur un horizon des possibles, qui encourage à imaginer et construire de nouveaux territoires du risque. La catastrophe ouvre une période de doute ; la presse interroge la possibilité qu’un tel événement se reproduise, ici ou ailleurs. L’attention portée au territoire martyrisé de la catastrophe se déplace vers les territoires susceptibles d’être touchés. A titre d’exemple, Lyon-Matin déplace l’angoisse de la catastrophe de Mexico et de celle de Bhopal vers le territoire du couloir de la chimie :

« Mexico, lundi 19 novembre, très tôt dans la matinée : une explosion provoque l’incendie d’un dépôt de gaz. On dénombrera bientôt plus de cinq cents morts et des milliers de brûlés et de sans-abri. Bhopal (Inde), lundi 3 décembre, en pleine nuit : une fuite se produit sur un réservoir […] les morts se comptent par milliers, les blessés ne savent pas comment leur état évoluera et la moitié de la population a quitté la ville. Les industries où se sont déclarées ces catastrophes sont bien connues des lyonnais qui, chaque fois qu’ils prennent la route vers le midi, traversent le « couloir de la chimie ». Là se côtoient plusieurs usines de produits chimiques, une raffinerie… Est-ce à dire que l’agglomération doit redouter semblable désastre ? » (Lyon Matin, 20/12/1984)

  • 6 Le même phénomène est repéré après la catastrophe d’azf (21/09/2001).

35Ainsi, au cours des années 1980, le sud de Lyon devient un espace remarquable. Bhopal, Mexico, Tchernobyl, Seveso : le temps du doute et des angoisses issus de cette série de catastrophes permet de s’inquiéter quant à l’avenir du couloir de la chimie6, une inquiétude qui trouve sa traduction lors de la catastrophe du Port Edouard Herriot et qui s’installe de manière pérenne dans la représentation médiatique de ce territoire industriel. La catastrophe, réelle ou fictionnelle, implique donc une focalisation de l’attention médiatique qui, au cours des années 1980, impose le couloir de la chimie comme territoire emblématique du danger et de l’angoisse.

36Le paradigme événementiel du risque apparaît ainsi, au fil des catastrophes survenues en France ou ailleurs qui permettent cependant de construire le risque « local ». Les cartes apparaissent et la fictionnalisation des accidents potentiels contribue à l’émergence d’un « territoire du risque ». Pourtant les discours médiatiques ne présentent aucune configuration routinisée de ce qui serait une représentation médiatique du risque. Les catastrophes se succèdent ; les intérêts des acteurs locaux apparaissent conflictuels ; la presse ne sort pas de sa logique événementielle.

Les figurations médiatiques du territoire du risque

  • 7 L’expression est inventée par Patrick Lagadec, enseignant-chercheur en sciences politiques et spéci (...)
  • 8 Pour les plus importantes, nous pouvons citer la loi relative à la prévention des risques du 22 jui (...)
  • 9 Cette représentation est renforcée par la création des Comités locaux d’information et de concertat (...)

37La suite de catastrophes dans les années 1980 va cependant conduire les acteurs publics à se saisir de la question du risque. L’expression « risque technologique majeur » date d’ailleurs des années 19807. A partir des années 19908, la prise en charge de la question par les acteurs publics se fait par des opérations de communications – organisées par les industriels (dans un con-tex-te de professionnalisation de la communication dans les entreprises). Cette prise en charge contribue à la définition du risque comme l’existence concomitante d’un (ou plusieurs) aléa(s) et d’enjeux liés aux points vulnérables présents. Parallèlement, l’émergence de la formule (Krieg-Planque, 2003) « le risque zéro n’existe pas » contribue à une dilution de la cause ou de la responsabilité9. « A partir des années 1990, il ne s’agit plus d’éliminer le risque mais plus modestement de le gérer » (Peretti-Watel 2010, 17).

38Ainsi, danger et angoisse occupent-ils les discours médiatiques, tandis que, dans les discours étatiques et industriels, « le risque zéro n’existe pas ». Or cette configuration particulière à la décennie 1990 se trouve soutenue par une production importante de cartes parues dans la presse écrite.

  • 10  Trois autres cartes représentant les nuisances olfactives, en partie, dues aux établissements indu (...)

39Dix-huit cartes figurent en effet dans notre corpus10, parues entre 1983 et 2008 ; le tableau suivant récapitule ces parutions et fait apparaître les différentes échelles et conceptions du territoire et de la territorialisation du risque proposées par les titres et légendes.

Fig. 2 : Tableau récapitulatif des cartes parues entre 1983 et 2008 – Légendes et événements liés.

Fig. 2 : Tableau récapitulatif des cartes parues entre 1983 et 2008 – Légendes et événements liés.
  • 11 Le travail statistique sur les occurrences lexicales du corpus fait ainsi apparaître que ce sont le (...)

40Il est ainsi possible de noter que la grande majorité des occasionnalités génératrices de cartes et de discours demeure liée à des accidents11. Par ailleurs, l’analyse des dispositifs éditoriaux et discours entourant ces cartes permet de voir émerger trois figures médiatiques du territoire du risque.

La cohabitation dans une division administrative

41Six cartes représentent un territoire institutionnel relativement exogène à la question industrielle : la région Rhône-Alpes, des départements, le Grand Lyon ou des arrondissements de Lyon. Le danger ou le risque industriel est alors envisagé dans sa superposition à des territoires construits sans référence spécifique au risque. Ainsi, Le Progrès illustre l’article « Risques industriels : Lyon en ligne de mire », paru le 6 août 2003, avec une carte des 7ème et 8ème arrondissements de Lyon.

Fig. 3 : Le Progrès, 6 août 2003.

Fig. 3 : Le Progrès, 6 août 2003.

42Bien que le sous-titre de l’article annonce la présence de vingt-quatre sites industriels classés Seveso dans le Rhône, la carte ignore, comme le reste de l’article, vingt de ces établissements industriels pour n’en représenter que quatre dans le territoire restreint des deux arrondissements lyonnais.

« Les 7ème et 8ème arrondissements sont concernés par les accidents industriels » (Le Progrès, 06/08/2003)

  • 12  »  Officiellement, le nuage radioactif s’était miraculeusement arrêté aux frontières  » (Le Progrè (...)

43Le territoire du risque apparaît donc lié, dans ces cartes, à une ou plusieurs divisions administratives dans lesquelles cohabitent industries à risques, habitants et espaces publics. Différents bâtiments publics (comme le cimetière de la Guillotière ou la Halle Tony Garnier) apparaissent d’ailleurs sur cette carte pour représenter cette cohabitation. En contradiction avec les dénonciations par les journalistes des discours sur le nuage radioactif de Tchernobyl qui se serait arrêté aux frontières françaises12, le territoire du risque est donc ici représenté dans des frontières administratives. Ici, c’est un territoire institutionnel hébergeant des installations créatrices de danger qui constitue le territoire du risque.

Le territoire défini par un voisinage des sites industriels

44Dix cartes représentent un territoire dont les limites sont tracées par les usines : c’est le cas de neuf cartes représentant le couloir de la chimie et d’une représentant la région lyonnaise (Lyon Mag’, 10/2001). Ces cartes construisent un territoire qui n’a de réalité qu’industrielle.

45Si le couloir de la chimie est souvent représenté à partir d’une représentation partielle du Rhône. Son étendue est variable dans ses figurations visuelles (il peut s’étendre jusqu’à Solaize, Feyzin, Irigny ou Givors).

Fig. 4 : Cartes du couloir de la Chimie. A gauche, Le Progrès, 19 mai 1990, et à droite Lyon Libération, 28 janvier 1987.

Fig. 4 : Cartes du couloir de la Chimie. A gauche, Le Progrès, 19 mai 1990, et à droite Lyon Libération, 28 janvier 1987.

46Le territoire qu’est le couloir de la chimie est donc un espace non défini institutionnellement, que seule la concentration d’usines, et les risques qu’elles peuvent engendrer, dessine.

47Les cartes du couloir de la chimie sont ainsi toutes composées de trois éléments qui inscrivent ce territoire dans les représentations collectives : le Rhône et la Saône se rejoignent au cœur de la zone industrielle ; les établissements industriels sont figurés et situés par des points ou icônes ; les noms des communes dont le territoire administratif se superpose au couloir de la chimie apparaissent.

48Ces trois éléments, toujours présents, construisent à la fois la reconnaissance du territoire et la représentation d’une proximité entre fleuve/rivière, communes habitées et industries.

49Quatre cartes tentent plus spécifiquement d’associer le risque aux sites industriels et aux communes. Lyon Mag’ (10/2001) représente les usines avec trois symboles : une flamme pour les risques d’incendies, une tête de mort pour les risques toxiques et une bombe pour les risques d’explosion. Lyon Capitale (13/11/2007) identifie les sites industriels avec quatre icônes : l’étoile pour l’explosion, le triangle pour l’incendie, le rond pour la boule de feu géante et le carré pour le nuage toxique. Enfin, Lyon Libération (28/01/1987 (illustration de la figure 3 et 23/06/1992), associe à chaque point situant un site industriel une légende rappelant les risques majeurs occasionnés par le site.

50Dans ces quatre cartes, le risque est attaché à une source et bien que figuré à côté de territoires habités, il ne se superpose pas à ceux-ci – du moins pas de façon explicite ; il reste confiné aux limites de l’usine.

Le territoire à risques objectivé

51Dans l’ensemble de cartes analysées, seules deux se distinguent en détachant le danger ou le risque de son origine pour les représenter par des zones superposées aux territoires institutionnels et habités. Ces cartes sont parues dans Lyon Capitale, le 24 décembre 2003 et se focalisent sur la ville de Feyzin.

Fig. 5 : Lyon Capitale, 24 décembre 2003.

Fig. 5 : Lyon Capitale, 24 décembre 2003.
  • 13 Les trois premiers niveaux (cours d’eau, sites industriels et communes) sont décrits ci-dessus.

52La seconde carte concentre son attention sur la commune, et l’analyse fait apparaître un quatrième niveau13 de représentation figuré par les zones. Ce niveau est celui du risque non plus restreint à la situation de l’usine mais superposé aux territoires habités. Un carré en bas à droite de la carte encadre d’ailleurs un quartier de Feyzin ; la légende indique : « Quartier des Razes. 2000 habitants, une quinzaine de commerce. Une partie se trouve en zone 1. » (Lyon Capitale, 24/12/2003)

53La seconde carte représente un risque qui n’est plus attaché à un site, comme source et lieu, mais qui montre un risque territorialisé dépassant les limites du site industriel et de la commune.

54La première carte agrandit l’échelle pour faire figurer Feyzin dans son environnement industriel. Cette carte est exemplaire car elle est la seule dans tout notre corpus à montrer que Feyzin est un territoire à risques, non seulement parce que le territoire représenté héberge des sites industriels classés Seveso seuil haut, mais aussi parce que des communes voisines hébergent d’autres sites avec des zones de risques touchant Feyzin. Cette carte détache donc le risque lié à une commune des sites qu’elle héberge ; elle détache également le territoire du risque d’un territoire institutionnel restreint.

55Ces deux cartes permettent aux riverains d’envisager que territoire à risques et territoire vécu se confondent et forment, dans leurs dimensions spatiales, un seul et même territoire. La carte est « un espace symbolique d’identité dans lequel les hommes peuvent repérer des lieux connus ou s’identifier comme habitants de l’espace représenté » (Torricelli, 2002). Ainsi, les Feyzinnois peuvent s’identifier comme habitant d’un territoire à risque, et non plus comme voisin d’une usine dangereuse. Ces deux cartes participent donc, et ce de manière déterminante, à la construction d’un territoire du risque et à sa reconnaissance. Mais ce sont donc ces deux seules cartes qui permettraient de conclure à une émergence symbolique, sémiotique et sociale du territoire du risque dans les médias.

56Or, il faut le noter, l’origine de ces cartes est spécifiquement située ; elles ont été produites par la Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (dreal) dans le cadre de la campagne d’information sur les risques industriels majeurs de 2003. Le média représente donc le risque territorialisé à partir d’une production symbolique administrative. Au début des années 2000, les deux seules cartes produites par la structure publique en charge de la prévention des risques industriels, et reproduites par Lyon Capitale, semblent donc contribuer à figurer le couloir de la chimie comme territoire du risque.

L’impossible figuration routinisée du « territoire à risque »

57Pourtant la définition du risque est plurielle et résulte de son objectivation par les experts et les autorités publiques (définition du risque que l’on pourrait qualifier de technique) et de ses représentations sociales et subjectives. Selon Claude Gilbert (2003), l’objectivation des risques par les autorités publiques et les experts ne s’oppose pas mais est complétée par les considérations subjectives des risques par d’autres acteurs.

58Ainsi, la définition du risque par les études de dangers, comme l’existence concomitante d’un (ou plusieurs) aléa(s) et d’enjeux liés aux points vulnérables présents, ne détient pas a priori une autorité ou légitimité plus grande que les discours médiatiques.

« Certes, selon les secteurs, certains acteurs paraissent plus “propriétaires“ que d’autres de certains problèmes, ce qui leur confère un certain poids. Mais, dans cette perspective à la fois multipolaire et éclatée, la définition des risques, leur “portage“, leur éventuelle mise sur agenda, semblent avant tout liés à la façon dont, autour de problèmes référés à l’idée de dangers ou de risques collectifs, vont se constituer ou non, des systèmes d’acteurs, des réseaux, des “mondes“ qui seront véritablement les lieux de la fabrique des risques. » (Gilbert, 2003, 70).

  • 14 Pour Barel (1981), le code se définit comme « une mise en ordre de l’action et de la pensée prétend (...)
  • 15 Dans cette logique, Barel (1981) qualifie le territoire de « force négatrice du code » : « le local (...)

59Si les représentations médiatiques ont évolué depuis les années 1970, elles semblent résister à la mise en code14 de l’espace opérée par les pouvoirs publics. Défini par un calcul prenant en compte les probabilités et la gravité des effets, le zonage du risque suspend les particularités du territoire local15. La presse régionale refuse ainsi de soumettre le territoire habité à ce travail de normalisation et construit une autre réalité, dans la tension (c’est le cas de Lyon Capitale qui utilise la mise en code de l’espace sans se l’approprier) ou la rupture (c’est le cas des autres cartes qui maintiennent le risque dans un voisinage ou un territoire exogène au risque) entre « le code et le territoire », pour reprendre le propos d’Yves Barel (1981).

60Le « couloir de la chimie » du sud de Lyon serait donc autant un territoire du risque qui émerge des zones de dangers que de la cohabitation entre industries, habitants et espaces publics dans un territoire institutionnalisés et/ou du voisinage des sites industriels avec des territoires habités. L’inadéquation entre représentation par les autorités publiques et représentation médiatique du risque et du territoire du risque manifeste par ailleurs le désintérêt des journalistes de ces questions relatives aux risques industriels dans ses temporalités routinières – vivre dans une zone de danger et prévenir le risque. Le risque, pour les médias, apparaît comme la réunion du danger (dont on peut identifier la source) et de l’angoisse (du public riverain). Le territoire du risque est ainsi délié du code pour trouver une réalité événementielle dans la catastrophe (à laquelle « on » cherchera ensuite une responsabilité) et une réalité symbolique dans l’angoisse des acteurs locaux qui côtoient les usines.

  • 16 Comité Local d’Information et de Concertation.
  • 17 Comité de Suivi de Sites.

61Dans la logique événementielle première des médias, le risque est donc l’angoisse produite par la menace de l’événement. Malgré la montée en puissance des dispositifs de communication, gestion publique et concertation, dont les clic16 instaurés par la loi Bachelot de 2003 (désormais css17), les discours médiatiques ne parviennent pas à entrer dans un processus de représentation routinisée des risques et des territoires à risque. Dès lors, le territoire du risque, qu’il soit figuré, symboliquement et par le truchement des cartes, par une cohabitation, un voisinage ou une zone de danger, demeure, avant toute autre construction symbolique, un territoire qui renvoie à la peur de la catastrophe.

Haut de page

Bibliographie

Auboussier (J.), Goepfert (E.-M.), Garcin-Marrou (I.), 2015, Le risque industriel dans la presse écrite de 1970 à 2010, Toulouse, FonCSI, Les Cahiers de la sécurité industrielle <https://www.foncsi.org/fr/publications/collections/cahiers-securite-industrielle/risque-industriel-presse-ecrite-1970-2010/view>.

Barel (Y.), 1981, « Modernité, code, territoire », Annales de la recherche urbaine, vol. 10-11, 3-21.

Brunet (R.), Ferras (R.), Théry (H.), 1992, Les Mots de la géographie, Paris, Reclus-La Documentation française.

Bussi (M.), Debeaurain (H.), Freire-Diaz (S.), 2001, « Presse locale et organisations territoriales : la Presse Hebdomadaire Régionale », Annales de Géographie, vol. 110, n° 619, 284-302.

Coanus (T.), Duchêne (F.), Martinais (E.), 1999, « Les relations des gestionnaires du risque urbain avec les populations riveraines. Critique d’une certaine idée de la “communication” », Responsabilité et Environnement, Série trimestrielle des Annales des Mines, n° 13, 5-17.

De Certeau (M.), 1980, L’Invention du quotidien, t. 1, Arts de faire, Paris, Gallimard.

Delforce (B.), 2004, « Le constructivisme : une approche pertinente du journalisme », Questions de communication, n° 6, 111-134.

Gerbaud (D.), 1996, « La presse locale, facteur de cohésion sociale », Communication & Langages, n° 109, 10-16.

Gilbert (C.), 2003, « La fabrique du risque », Cahiers internationaux de sociologie, n° 144, vol. 1, 55-72.

Gusfield (J.), 2003, « Action collective et problèmes publics », in Cefaï (D.), Pasquier (D.), dir., Les sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, puf, 63-78.

Krieg-Planque (A.), 2003, Purification ethnique ». Une formule et son histoire, Paris, cnrs Editions.

Lagadec (P.), 1981, Le risque technologique majeur. Politique et processus de développement, Paris, Pergamon Press, coll. Futuribles.

Lascoumes (P.), Le Bourhis, (J.-P.), 1998, « Le bien commun comme construit territorial. Identités d’action et procédures », Politix, vol. 11, n° 42, 37-66.

Martinais (E.), 2007, « La cartographie au service de l’action publique. L’exemple de la gestion des risques industriels », EspacesTemps.net <http://www.espacestemps.net/ document3643.html>.

Moirand (S.), 2007, Les discours de la presse quotidienne. Observer, analyser, comprendre, Paris, puf.

Mouillaud (M.), Tétu (J.-F.), 1989, Le Journal quotidien, Lyon, Presses Universitaires de Lyon.

Peretti-Watel (P.), 2010, La société du risque, Paris, La Découverte, coll. Repères.

Rebotier (J.), 2011, « Habiter les territoires et construire les risques, entre empreintes spatiales et logiques sociales – Caracas », in November (V.), Penelas (M.), Viot (P.), dir., Habiter les territoires à risque, Lausanne, Editions Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, 81-100.

Tétu (J.-F.), 1992, « Le territoire, entre frontières et réseaux », in Les nouveaux espaces de l’information et de la communication, Centre de Recherche sur la documentation scientifique et technique, Villeneuve d’Ascq, France, 115-119.

Torricelli (G.-P.), 2002, «  La carte (prospective) comme médiation symbolique  », inDebarbieux (B.), Vanier (M.), dir., Ces territorialités qui se dessinent, Paris, Éditions de l’Aube/ Datar, 145-160.

Haut de page

Notes

1 Quand le danger est latent, les médias parlent de « menace ».

2 Dans la presse quotidienne nationale, au contraire, l’évènement est, au contraire, déterritorialisé. L’effacement des acteurs locaux est marqué, dans Le Figaro et La Croix, par un déplacement de l’accident. Le second journal situe l’accident à Vienne en mentionnant le « sous-préfet de Vienne » et l’installation d’un « barrage flottant au pont reliant Vienne à Saintes-Colombes », tandis que le premier décrit l’accident de manière abstraite et en rappelant d’autres accidents similaires.

3 L’analyse statistique du lexique du corpus fait en effet apparaître une surreprésentation de la thématique des « ressources économiques » dans la décennie 1970.

4 Le terme « Danger » étant écrit en toutes lettres et en gros caractères.

5 Mexico (1984), Bhopal (1984), Tchernobyl (1986), Port Edouard Herriot (1987) : cette liste peut être augmentée par la catastrophe de Seveso (1976) puisque que l’un des pics dans son traitement médiatique français se situe entre 1986 et 1989, suite à l’affaire des fûts enterrés à Montchanin (en Côte d’Or).

6 Le même phénomène est repéré après la catastrophe d’azf (21/09/2001).

7 L’expression est inventée par Patrick Lagadec, enseignant-chercheur en sciences politiques et spécialiste de la gestion des risques, en 1980.

8 Pour les plus importantes, nous pouvons citer la loi relative à la prévention des risques du 22 juillet 1987, la loi sur les déchets du 13 juillet 1992, la directive «  Seveso 2  » du 9 décembre 1996 et la loi du 30 juillet 2003 relative à la prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation des dommages.

9 Cette représentation est renforcée par la création des Comités locaux d’information et de concertation (clic) par la Loi Bachelot de 2003 dont l’objectif est de permettre à tous les acteurs du risque (dont les riverains) d’œuvrer à sa maîtrise (l’industriel n’étant pas/plus le seul responsable).

10  Trois autres cartes représentant les nuisances olfactives, en partie, dues aux établissements industriels mais pas seulement, ont été retiré de ce corpus.

11 Le travail statistique sur les occurrences lexicales du corpus fait ainsi apparaître que ce sont les questions de « risque/danger » (5) et d’« hygiène, santé et sécurité au travail » (6) qui intéressent les journalistes dans la décennie 1980.

12  »  Officiellement, le nuage radioactif s’était miraculeusement arrêté aux frontières  » (Le Progrès, 31/10/1998) ; « Le nuage ne s’est pas arrêté aux frontières de l’Hexagone, on s’en doutait » (Nouvel Observateur, 07/04/2005).

13 Les trois premiers niveaux (cours d’eau, sites industriels et communes) sont décrits ci-dessus.

14 Pour Barel (1981), le code se définit comme « une mise en ordre de l’action et de la pensée prétendant s’abstraire de particularités spatiales et temporelles ».

15 Dans cette logique, Barel (1981) qualifie le territoire de « force négatrice du code » : « le local commence là où le code s’arrête ».

16 Comité Local d’Information et de Concertation.

17 Comité de Suivi de Sites.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte - Ça m’intéresse, décembre 1983.
URL http://journals.openedition.org/sds/docannexe/image/5843/img-1.png
Fichier image/png, 223k
Titre Fig. 2 : Tableau récapitulatif des cartes parues entre 1983 et 2008 – Légendes et événements liés.
URL http://journals.openedition.org/sds/docannexe/image/5843/img-2.png
Fichier image/png, 96k
Titre Fig. 3 : Le Progrès, 6 août 2003.
URL http://journals.openedition.org/sds/docannexe/image/5843/img-3.png
Fichier image/png, 209k
Titre Fig. 4 : Cartes du couloir de la Chimie. A gauche, Le Progrès, 19 mai 1990, et à droite Lyon Libération, 28 janvier 1987.
URL http://journals.openedition.org/sds/docannexe/image/5843/img-4.png
Fichier image/png, 585k
Titre Fig. 5 : Lyon Capitale, 24 décembre 2003.
URL http://journals.openedition.org/sds/docannexe/image/5843/img-5.png
Fichier image/png, 398k
URL http://journals.openedition.org/sds/docannexe/image/5843/img-6.png
Fichier image/png, 781k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Garcin-Marrou et Eva-Marie Goepfert, « Risques et territoires : les représentations médiatiques en question », Sciences de la société, 100 | 2017, 93-110.

Référence électronique

Isabelle Garcin-Marrou et Eva-Marie Goepfert, « Risques et territoires : les représentations médiatiques en question », Sciences de la société [En ligne], 100 | 2017, mis en ligne le 02 mai 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sds/5843 ; DOI : 10.4000/sds.5843

Haut de page

Auteurs

Isabelle Garcin-Marrou

Professeure en Sciences de l’information et de la communication, Sciences Po Lyon, Université Lyon 2 ; Équipe de recherche de Lyon en sciences de l’Information et de la Communication Équipe de recherche de Lyon en sciences de l’information et de la communication (elico - ea 4147, 14 av. Berthelot 69365 Lyon cedex 7).

Articles du même auteur

Eva-Marie Goepfert

Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication, Université Lyon 2 ; Équipe de recherche de Lyon en sciences de l’Information et de la Communication Équipe de recherche de Lyon en sciences de l’information et de la communication (elico - ea 4147, 14 av. Berthelot 69365 Lyon cedex 7).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals