Navigation – Plan du site
Note de recherche

Dire son homosexualité : une autre médiation permise par Grindr

Mélanie Mauvoisin
p. 131-145

Texte intégral

  • 1 Nous entendons ici l’expression « présence numérique » à travers la question de la représentation ( (...)

1L’étude1 de la socialisation électronique est très développée en Sociologie, en Sciences de l’information et de la communication, en Sciences du langage et dans bien d’autres champs de recherche en Sciences humaines et sociales. Cet intérêt n’est pas soudain et suit l’apparition d’un certain nombre de dispositifs technologiques, ainsi que le développe-ment de médias numériques permettant l’interaction. Ma recherche s’inscrit ainsi dans la lignée des travaux de Josiane Jouët sur la communauté télématique des axiens (Jouët, 1989), de Marie Bergström sur son analyse des sites de rencontres comme espace social en ligne (Bergström, 2011), ou encore ceux de Fabien Granjon sur l’autoréification sur les sites de réseaux sociaux (Granjon, 2011) ou Lee Humphreys sur son analyse de l’application Dodgeball qui permet d’envoyer des messages de localisation de type sms à son réseau social et à partir de son téléphone intelligent (Humphreys, 2007). Chacun de ces travaux s’intéresse aux interfaces numériques, en s’interrogeant sur l’utilisation qui en est faite par les différents types d’usagers, et en évoquant, d’une certaine manière, les modalités du vivre ensemble par des formes de regroupement et parfois même en se déplaçant collectivement. En prenant appui sur l’étude d’une application spécifique Grindr destinée à la mise en contact des hommes, nous souhaitons questionner les liens entre technologie, construction identitaire et construction du social. Notre recherche s’inspire de la démarche préconisée par Yves Winkin dans la perspective d’une anthropologie de la communication, dans la mesure où nous adoptons un certain sens de lecture des phénomènes sociaux, en apportant une attention particulière aux détails, à la description, aux formes d’appréhension et à la manière de poser des questions (Winkin, 1996). Il ne s’agit pas de la même méthodologie, au sens de la technique d’enquête, mais d’une proximité en rapport avec cette méthodologie, en termes de posture de recherche, du fait de la proximité du terrain et par rap-port à une technique d’analyse visant à rendre compte des logiques d’immersion.

2Il s’agit pour nous, comme le préconise Yves Winkin, de prendre en compte les questions soulevées par Edward Sapir : « comment l’ordre social s’engendre-t-il au quotidien dans l’accomplissement des règles “connues de personne, entendues par tous” » (Winkin, 1981, 286) ? Nous souhaitons ainsi reprendre la théorie d’Yves Winkin selon laquelle, la communication doit être appréhendée comme un « système circulaire, un orchestre dont chacun fait partie et où tout le monde joue en suivant une invisible partition » (Winkin, 1981). La spécificité de notre recherche tient toutefois dans le fait que ces interactions que nous avons pu étudier s’effectuent de manière médiée et géolocalisée. 

3Il est alors intéressant de se demander comment cette mise en contact permet d’organiser la rencontre, comment s’investissent les usagers sur cette plate-forme destinée aux hommes et comment s’organise et s’anime la vie dans cet espace social alors même que se dire « homosexuel » constitue un acte engageant ? Nous nous demandons alors de quelle manière ces interactions libres et continues sont gérées, par qui, et avec quelles limites ?

4A cette fin, à partir de notre travail de thèse dans lequel nous revenons notam-ment sur l’évolution de l’homosexualité masculine depuis les années 30, nous évoquerons les difficultés liées aux différentes conceptions de l’homo-sexualité. Nous évoquerons brièvement à cet effet les différentes manières d’énoncer son homosexualité et ce à travers le temps. Deuxièmement, nous reviendrons sur quelques caractéristiques de la médiation par l’écran qui mettent en avant une évolution des moyens de mise en contact entre hommes et ainsi des manières d’entrer en contact les uns les autres spécifiquement par le biais de l’écran. Par la suite, nous proposons de revenir sur l’émergence de l’application Grindr en nous attardant sur quelques-unes de ses caractéristiques afin d’en identifier son public et les diverses pratiques qu’elle révèle. Notre attention se porte sur la dimension sociale de cette application ainsi que sur le type d’attentes qui lient ou non ses utilisateurs. Enfin, notre analyse aborde les caractéristiques d’une convergence de l’ensemble des individus vers une appropriation de ce mode de mise en contact qui laisse ainsi court à des formes plus larges d’« expressivisme » et qui permet de mettre en avant des expériences bien plus variées que celles vendues par les médias et les concepteurs de ce type d’application. Pour finir, nous proposons ainsi à cette occasion de revenir plus précisément sur les traits d’une forme d’agressivité propre au contexte numérique.

Exprimer son homosexualité

  • 2 Dans le cadre de notre thèse, nous revenons cependant sur les différentes formes du coming out qui (...)

5Il existe une certaine unité entre ces différents moments : lorsqu’il s’agit de la difficulté de se dire « homosexuel ». Se dire homosexuel ne va pas de soi, cela déroge, d’une certaine manière, à certaines normes qui restent très présentes dans les consciences. Les « homosexuels » sont obligés de se cacher, de se protéger dans la mesure où ils peuvent être agressés. Ce contexte est par conséquent un élément fondateur de notre analyse de l’énonciation contemporaine qui selon nous s’organise à partir notamment des logiques de prudence, d’intégration, ou encore de revendication des droits. En effet, dire son homosexualité est un acte langagier qui engage, à la différence de toute autre forme de discours sur soi. Se dire est un faire savoir qui construit une sorte de passage et modifie une relation. Le principe du coming out est ce qui rend visible une chose qui, jusque-là, n’a pas de consistance2. Faire part de son « orientation » sexuelle, c’est prendre le risque de convoquer chez l’autre un imaginaire qui lui est propre, souvent habité par des clichés et des stéréotypes. Dès lors, il s’agit pour la personne, dans certains cas, soit de subir l’effet du stéréotype, soit au contraire de retourner le stigmate.

6A travers les désignations possibles entre notamment « pédé », « gay » ou encore « homosexuel », nous remarquons deux tendances qui se dégagent dans les stratégies de réappropriation de cette catégorisation souvent inscrite dans une opposition à l’« hétérosexualité » : la récupération et l’assignation. Si pour tous, il s’agit non pas de rendre invisible l’« homosexualité » mais bien de l’assumer, pour certains hsh (hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes), cela passe alors par un phénomène de récupération des désignations pouvant être considérées comme négatives tel que le terme « pédé ». Par ailleurs, il peut s’agir également d’une assignation : nous entendons par là, l’importation puis l’utilisation de manière massive d’un terme, et notamment du terme « gay », très utilisé lors de nos entretiens par les personnes interrogées. Jugé à la fois contemporain, « jeune » et positif, il n’en reste pas moins que celui-ci, à l’instar du terme « homosexuel », possède, lui aussi, dans une moindre mesure, des connotations qui sont plus ou moins acceptées et qui, selon les personnes concernées, démontrent la complexité du phé-no-mè-ne d’assignation puisque tous ne s’identifient pas non plus à travers lui.

7Ces deux principes évoqués s’inscrivent alors dans une histoire et empruntent des logiques communicationnelles militantes et revendicatives qui ne dépendent pas seulement d’un partage d’une sexualité. En passant de « l’espèce » (Foucault, 1976) au sens où l’homosexualité serait une maladie, à l’injure, puis à l’auto-désignation, cela donne lieu, non pas un déplacement du sens, mais à une action engagée à travers le mot. Il s’agit d’une revendication et en ce sens d’une volonté de reprendre le pouvoir par le langage. S’identifier en tant que « gay » ou en tant qu’« homosexuel » correspond à un acte engagé, à une volonté de prendre le pouvoir comme ce fut le cas dans les années 1970.

8Finalement, à travers cette distinction entre les différentes désignations, nous constatons que, si ces mots renvoient à une même réalité a priori, ils ne possèdent pas les mêmes finalités. A travers eux, on ne vise pas la même chose. Il ne s’agit pas des mêmes enjeux. Les idées sont ainsi portées à partir du choix d’expressions et de mots détournés qui se donnent à comprendre comme des étendards, c’est-à-dire des signaux forts. C’est ce que nous retrouvons également dans la pratique de la drague médiatée.

9C’est dans cette période de « révolution » que le coming out devient en effet, d’une certaine manière, une déclaration de l’ordre de la revendication. Il s’agit alors d’une forme d’affirmation identitaire, mais qui suppose quelque chose de l’ordre d’une communauté. Durant cette période il s’agit de rompre avec la logique de discrétion prônée par certains auparavant. Dès lors, il s’agit de revendiquer au contraire pleinement son identité de manière à représenter la minorité, celle-ci devant être défendue collectivement. En ce sens, l’acte d’énonciation est ainsi considéré comme une preuve d’engagement de soi et ce, pour une cause pour laquelle il convient de se dévoiler. Il convient ainsi de voir dans quelle mesure s’inscrit l’évolution des types de discours, allant de ces discours militants et revendicatifs, à des discours plus personnalisés au travers des réseaux sociaux (blogs, sites web, applications mobiles de rencontre) en s’appuyant précisément sur une analyse des supports de communication et des formes de prise de parole. L’énonciation de l’homosexualité est ainsi ce qui dans notre société constitue une difficulté préalable à toutes celles qui constituent les difficultés de se dire, de se présenter ou de se représenter. Il nous parait intéressant de voir en quoi les technologies donnent lieu à des pratiques spécifiques qui s’inscrivent dans la lignée d’autres modes de prise de parole et qui participent ainsi à faire évoluer la construction de l’énonciation de l’homosexualité masculine.

L’expérience de la mise en contact médiée par l’écran

10Aujourd’hui de manière générale, ce ne sont pas par les institutions que les discours tendent à se libérer, mais bien par la pratique et les usages de technologies mobiles, présentes dans le quotidien des individus. C’est en effet tout l’enjeu des usages des nouvelles technologies mobiles et des pratiques communicationnelles contemporaines. Celles-ci donnent lieu à une parole partagée et à des formes de circulation de messages qui ne passent plus par le seul canal d’institutions dûment reconnues. En ce sens, ce sont d’autres formes de sociabilité qu’il convient de prendre en compte dans l’analyse de l’évolution de l’énonciation de l’homosexualité masculine. Dans le cadre des sites de réseautages, ces usages présupposent alors une certaine prudence, les dispositifs eux-mêmes servant cette mise en précaution des hsh notamment dans des interactions à partir de l’écran. Nous avons ainsi pu mettre en avant dans le cadre de notre travail de thèse (Mauvoisin, 2017), un certain nombre de moyens qui participent à encourager les hsh à utiliser des outils de médiation médiatée. L’écran est en effet un de ces moyens qui par ses caractéristiques participe et encourage les relations à distance entre personnes anonymes.

11Par le biais de l’écran, c’est ainsi un autre jeu qui est possible. Il s’agit de composer pour soi un profil à partir duquel peut se donner à voir une partie de sa personnalité. Nous entendons par profil tout élément qui constitue, quelles que soient les plateformes, une indication précise sur l’usager qu’il représente, fourni par l’usager lui-même, et qui s’organise à partir du dispositif technique à travers parfois différentes pages ou interfaces : une image de profil, un pseudonyme, une phrase d’accroche, une bibliographie, etc. Ce qui s’inscrit alors dans une continuité, c’est tout d’abord le pseudonyme. Celui-ci est ce qui caractérise une logique de support très importante notamment dans le cadre du minitel rose. Il s’agissait à travers lui de jouer à une mise en ambiance. Celui-ci pouvait être considéré comme le révélateur d’un désir. Il était alors ce qui permettait de révéler ses fantasmes, d’évoquer ses désirs les plus intimes. De manière plus générale, dans l’utilisation qui est faite du pseudonyme, c’est une certaine désinhibition de l’usager qui se donne à voir. Le pseudonyme en permettant de masquer l’identité participe à mettre de côté le devoir de réserve évoqué précédemment. C’est en effet ce que précise Josiane Jouët dans son étude portant sur le lien entre les technologies de communication et le genre, où elle revient sur les caractéristiques du pseudonyme :

« L’emprunt de pseudonymes et le brouillage des repères sociaux libèrent la parole et l’expression des pulsions et des fantasmes amoureux et sexuels. [...] De plus, l’anonymat et la protection de l’écran leur permettent d’aborder des [...] inconnus et de séduire en toute impunité » (Jouët, 2003, 79).

12Chacun est ainsi libre de dépasser ses propres limites et de s’arrêter à tout moment dans ce jeu de séduction. Dès lors, cela suppose ainsi que l’engagement dans cette interaction à distance se limite aux filtres de l’identité numérique. Celle-ci est appréhendée alors comme la marque d’une construction dans une démarche de protection visant à ne rendre compte que d’une partie des informations personnelles de l’identité ordinaire. L’écran est permissif et il rend ainsi possible une certaine protection tout en encourageant une désinhibition. Il n’en reste pas moins que l’utilisation du pseudonyme marque les limites d’une protection dans la mesure où celui-ci reste malgré tout un « lieu d’identification » particulier sur les sites de réseautage. Par le pseudonyme, il s’agit de s’inscrire soi-même parmi les autres mais dans une volonté de partage et d’échange où l’authenticité peut constituer une démarche tout aussi réelle que celle visant à favoriser l’utilisation d’une identité fictive. Dès lors, il convient de voir en quoi l’utilisation d’images participe à déterminer des formes d’usages propres à cette démarche d’authenticité, et de se demander en quoi celle-ci s’inscrit dans une logique de support.

Une application sociotechnique de mise en contact : Grindr

13A cet ensemble de moyens déjà existant marquant des logiques de support tout à fait précises et spécifiques, nous souhaitons ajouter celle des applications de mise en contact qui participent à développer les capacités des supports existantes et à les compléter voire les dépasser, à travers des potentialités nouvelles. Nous nous appuyons alors sur une application de mise en contact spécifique : Grindr. Cet article est réalisé à partir d’une monographie concernant cette application mobile. Celle-ci repose d’une part, sur une observation participante à travers l’inscription puis l’intégration et la pratique de la plateforme nous ayant permis de collecter un certain nombre de données, et d’autre part, sur des entretiens qualitatifs réalisés entre mars 2014 et mai 2015 en Gironde et en région parisienne auprès de personnes âgée entre 18 et 65 ans.

14L’application Grindr est avant tout un micro système technique amélioré qui lui permet de s’inscrire parmi les plus importants réseaux sociaux. Il s’agit de la première application de mise en contact à avoir été proposée sur le marché. Elle apparait en 2009 sur iTunes Store, la plateforme en ligne proposant la vente de supports numériques. Elle est alors présentée comme la première application de rencontre (tous genres confondus) à proposer ce type de service sur téléphone mobile. Son premier atout est celui de la géolocalisation. Grâce à des algorithmes, l’usager est mis en contact directement avec des individus connectés se trouvant à proximité. Ce dispositif se différencie des nombreuses technologies permettant de mettre en contact les individus en vue d’une rencontre. Cette application est téléchargeable à partir d’un téléphone intelligent et permet une utilisation spontanée et quotidienne, peu importe le lieu ou le moment, dès lors que la connexion internet le permet. Bien que son fonctionnement s’appuie sur des processus de communication et des règles communes au « chat », aux sites de rencontres, et, bien avant cela, au minitel rose ou aux annonces, ce service met en avant des caractéristiques qui lui sont propres et qui en font le leader dans le monde de la rencontre hyperconnectée.

15En effet, l’une des particularités de cette application est d’avoir su maintenir son niveau de popularité depuis 2009, date de sa création. Aussi, celle-ci constitue une sorte de parangon des applications de rencontre. Il s’agit d’une application de repérage spatial. Grâce au procédé de la géolocalisation, il est ainsi possible de situer une personne à partir de son positionnement géographique et de rendre visible, en temps réel, la présence2 de quelqu’un dans un lieu donné. Cette innovation a rendu possible de multiples formes d’appropriation telles que l’organisation d’un trajet, la recherche d’un service particulier (transports, restaurants, cafés, etc.) aboutissant à la création d’applications mobiles dont l’originalité est intrinsèquement liée à la géolocalisation à l’instar des applications telles que Google Maps (qui permet de suivre un itinéraire), Runstatic ou Nike + running, qui sont des applications dédiées à la course à pied, ou encore Dodgeball jusqu’en 2009, Foursquare et Swarm qui permettent à l’usager d’indiquer où il se trouve grâce à un système de géolocalisation et de recommander par ce biais des lieux de sorties.

  • 3 Selon Alessandrin et Raibaud, « Grindr peut être envisagé comme un géo-indicateur des rencontres ho (...)

16Ainsi, avec l’application, le lieu de la connexion est mis en espace et s’illustre grâce aux connexions et aux profils des usagers. Grâce à ce procédé, l’usager accède à un repérage des partenaires potentiels autour de lui (Alessandrin, Raibaud, 2014)3. Il découvre alors une carte imagée du réseau qui s’actualise et se modifie au fur et à mesure du trajet emprunté. Il n’a plus qu’à jeter un coup d’œil puis choisir le ou les profils qui attirent son attention. Dès lors, l’application permet d’échapper à l’impératif de la pratique d’un lieu, c’est-à-dire des endroits qui sont assignés aux hommes. La géolocalisation et le procédé technique offrent ainsi des potentialités uniques qui, en dehors de ce cadre, sont impossibles.

17A ce principe de la géolocalisation, s’ajoutent les spécificités de son ergonomie. Une fois lancée cette application propose une mosaïque d’avatars sous la forme de photographies ou d’images présentées comme des vignettes cliquables et collées les unes aux autres, à « scroller », c’est-à-dire, à dérouler sur l’écran. En effet, ce système rationnel calcule à partir d’algorithmes, et met à disposition un certain nombre de profils qui s’affichent et disparaissent en fonction de la connexion et de la distance qui séparent les usagers entre eux. Le lieu de la connexion est ainsi mis en espace dans Grindr et s’illustre grâce aux connexions et aux profils des usagers. De chacune de ces vignettes et de ces pages d’informations découle un accès direct à une messagerie instantanée quel que soit le contenu du profil de l’utilisateur. L’usager est libre d’entrer en contact avec d’autres usagers sans être contraint de donner l’ensemble des informations proposées par l’application ni même de décliner son identité visuelle (photographie personnelle ou simple avatar). Ainsi, Grindr a très rapidement été adopté comme un mode de mise en contact.

  • 4 Une vignette verte précise la présence en ligne d’un usager. Lors de sa déconnexion cette vignette (...)

18Dans cette configuration en mouvement, l’espace offert par Grindr est alors assimilable à un « espace public » spécifique, réservé aux hommes. Dans cet environnement à part, où la présence est calculable dans le temps4 et selon la distance et les lieux qui séparent les usagers, le temps constitue un élément important. C’est en ce sens que la présélection par les algorithmes implique la technique, pour autant, celle-ci ne constitue qu’une partie des modes de filtrage qui s’organisent dans le cadre de l’application. Cette présélection proposée par l’application elle-même permet un gain de temps mais rend également les rencontres plus accessibles, même si elle ne permet pas d’en garantir leur réalisation. De nombreux critères entrent en jeu et permettent de différencier Grindr des autres applications mobiles proposées au grand public et destinées ou non aux hommes. Ces potentialités se rajoutent dès lors à la composition même des éléments d’affichages des profils au sein de l’application.

19C’est ainsi dans ce contexte bien précis d’une géolocalisation et d’une identification par le corps que s’organise la pratique de l’application Grindr. L’enquête que nous avons menée sur et à partir de Grindr nous a permis alors de constater que dans le cadre de cette application la relation au pseudonyme n’est pas exactement la même. Pour nombre d’usagers, il semble que l’identification par le biais de leur prénom soit une pratique courante. Ceci s’explique en effet par le cadre de l’interaction dans lequel il s’agit de se présenter à travers la description, voire de se signaler, en faisant soi-même des repérages. Cette présentation permet alors de s’identifier et de se reconnaître. Il s’agit par conséquent moins d’une « auto-création » de soi, au sens fictionnel, que d’une présentation. Bien que l’écran soit toujours aussi important pour une personne qui, à la fois s’y montre et s’y cache, il est ce qui permet d’entrer en contact avec d’autres personnes et en ce sens, donne à voir une part d’authenticité de la part des usagers.

  • 5 A la différence du portrait qui selon Adeline Wrona raconte par l’individu une collectivité de sens (...)

20Dès lors, ce qui détermine les règles du jeu de l’interaction, c’est avant toute chose l’image de profil. Elle devient alors un embrayeur de rencontre en permettant à l’usager de se signaler et d’attirer le regard de l’autre selon ses particularités. Nous remarquons plusieurs types d’images de profil à l’issue d’une analyse de contenu réalisée sur la base de nos entretiens et d’une étude d’une centaine de profils. Celle-ci permet de mettre en avant des « modèles » de présentation de soi. Parmi les profils nous pouvons, par exemple, évoquer ceux qui sont présentés sans image (dans ce cas, il s’agit d’une image proposée par défaut par les concepteurs, c’est-à-dire le logo de l’application sur un fond noir) ou qui ne montrent ni le visage ni le corps de l’usager, et dans ce cas on verra un paysage, un objet, ou par exemple encore un environnement. D’après nos entretiens, ceux-ci sont très souvent identifiés par les usagers comme des images de profil pouvant être utilisées par des hommes ayant des situations bien précises. Selon eux, il peut s’agir d’hommes mariés ou en couple, avec une personne de même sexe ou bien du sexe opposé. Cela nous permet ainsi de voir en quoi les différents « profils » des usagers, peuvent être différents selon que ceux-ci se disent ou non « homosexuels », envisagent une prise de contact ou non avec un homme et s’engagent ou non dans une relation à l’autre5. Ces images peuvent également être utilisées par des personnes dites « timides » ou « discrètes ».

21Dans d’autres cas, il peut s’agit de photographies illustrant un visage ou une partie du visage (cela peut être la bouche, les yeux). Celles-ci se combinent aux images visant à mettre en avant des parties de corps dévoilées à travers une certaine représentation de la nudité. Cet ensemble d’images permettent alors, selon nous, de proposer une certaine présentation de soi et peuvent être dans le cadre de Grindr utilisées pour véhiculer un message, ou tout du moins, donner lieu à une interprétation de l’information contenu dans ce type d’image.

22Enfin, en dehors des types d’images évoqués ci-dessus, nous remarquons l’existence d’images moins inscrites dans la logique de ce support, qui ont alors pour spécificité de s’adapter, selon les usagers interrogés, à tous les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, etc.). Leur style peut alors plus ou moins varier. Il peut s’agir de selfie et la personne peut alors être représentée seule ou accompagnée. De même l’ambiance véhiculée par l’image peut également varier. En ce sens, cela consiste, tout comme pour le contenu échangé sur le minitel, à montrer une part de subjectivité par le choix d’une certaine image. Au travers de ces différents modèles de présentation de soi, nous remarquons ainsi une volonté constante de se démarquer, mais cela, selon nous, dans une logique idiosyncrasique et personnelle.

23Ainsi, cette utilisation d’images expression est une pratique qui s’organise à travers une logique de support particulière visant à faciliter la mise en contact et qui détermine ainsi des usages et des pratiques spécifiques qu’il convient de mettre en lien afin d’en étudier le caractère évolutif en termes d’énonciation de l’homosexualité masculine.

Des prescriptions médiatiques à la pratique

24Grindr est une application au nom évocateur, comme le sont la plupart des noms associés aux réseaux sociaux ou sites de rencontre. « To grind » signifie broyer et le nom « grinder » est généralement utilisé pour désigner l’action de broyer quelque chose. L’ambition de ses fondateurs est ainsi d’une certaine manière, de faire disparaître les contraintes de lieu et de temps qui ont longtemps été au cœur de la problématique homosexuelle. En effet, pour Joël Simkhai : « quand tu es gay tu as besoin de rencontrer d’autres hommes qui sont comme toi et ce n’est pas facile […] si tu retrouves [un homme remarqué quelque part] sur Grindr, au moins tu n’auras plus de doute sur sa sexualité » (Patinier, 2013, 54). Ainsi, pour le créateur de Grindr, l’une des raisons du succès de cette application est de créer une sorte de « radar », c’est-à-dire un moyen de déceler si la personne que l’on croise ou que l’on côtoie est homosexuelle ou non. Dès sa création en 2009, l’application qui répond à ce besoin partagé d’une partie de la population homosexuelle, se distingue par cette mission qu’elle se donne de simplifier la rencontre entre les hommes. L’application est présentée comme étant utilisée dans 196 pays au monde. Elle compte plus de deux millions d’usagers actifs par jour et prétend ainsi supplanter les sites de rencontre et les bars comme premier mode de contact. Le succès de l’application est dû également à sa gratuité. Un service payant Xtra est aussi proposé aux usagers et attire les consommateurs les plus réguliers de l’application. Ce service donne alors accès à un certain nombre d’options permettant de mieux filtrer les informations et d’accéder à plus de profils, en supprimant les candidats jugés inintéressants. Par conséquent, l’usage libre et personnalisable fait de ce type de plateforme un espace de mise en contact qui donne aux personnes les moins averties la possibilité de s’adapter rapidement et spontanément à ce type de dispositif. Elle est ce qui permet ainsi une certaine autonomie de la mise en contact libérée des scripts, tout en permettant cependant de les utiliser cette fois pour maintenir une certaine forme d’anonymat. Grindr ne permet pas, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, aux personnes de se rencontrer sur un mode automatique. Une telle représentation tient du mythe puisque la rencontre est toujours potentielle et non certaine. En ce sens, nous remarquons ici un écart entre le discours médiatique proposé par les concepteurs pour la promotion de l’application, et repris par les médias qui participent à véhiculer les clichés sur ce type d’application, et ce qui constitue la réalité.

25A la différence des autres modes de mise en contact évoqués précédemment, Grindr est ainsi un dispositif qui permet d’inscrire l’interaction dans un déplacement et à travers une relation à l’image spécifique qui s’inscrit ainsi dans la potentialité d’être mobile. Dès lors, il est important de remarquer en quoi l’application elle-même participe à une certaine appropriation et gestion qui se différencie des usages prescrits par les concepteurs et les médias et qui marque bien plus l’existence d’expériences variées éloignées de la seule considération sexuelle.

Un autre rapport à l’agressivité et à l’injure

26D’après nos entretiens, les agressions verbales sont très courantes dans les messages échangés via l’application Grindr. Tout comme les messages formatés, elles caractérisent des situations de communication plus ou moins récurrentes dans le cadre des échanges réalisés à partir de ce type d’application (Touzain, 2011). Ces rapports conflictuels dépendent ainsi de plusieurs facteurs. Cela peut en effet parfois être le cas entre des jeunes usagers et des personnes âgées de plus 40 ans, et ce, notamment quand une volonté de rencontre est manifestée. Par conséquent, l’usager doit parfois se confronter au rejet lors de certaines interactions. Pour une partie de la jeune population, l’idée d’une rencontre avec un homme plus âgé est inenvisageable. Antoine, 26 ans explique :

« Au-delà de 35 ans je ne réponds plus. Quand j’ai des mecs de plus 50 ans qui viennent me parler je réponds toujours “c’est bon merci j’ai déjà un père”. Après ça dépend de la différence d’âge. Mais ceux qui ont l’âge de mon père je leur réponds très clairement que ce n’est même pas la peine de venir me parler. D’ailleurs je précise dans mon profil “pas plus de 35 ans” ».

Du point de vue des personnes les plus âgées, cela est alors vécu comme un rejet évident et la démonstration d’une agressivité libérée. C’est ce que nous explique Philippe, 47 ans :

« Sur Grindr ce n’est même plus des relations que l’on a, vous êtes zappé, trié, sélectionné, et d’ailleurs quand on regarde certains commentaires directement inscrits sur le profil, moi je suis frappé de voir que dans beaucoup de profil, il a beaucoup de propos négatifs (...), moi personnellement je ne mettrais pas ça. Si je voulais que quelqu’un vienne parler avec moi, je ne mettrais pas quelque chose de négatif. Après c’est souvent des critères très précis (...). Ce sont donc les jeunes avec les jeunes, les vieux avec les vieux (...). J’ai l’impression à travers les profils qu’il y a beaucoup de gens aigris, sans doute du fait que certains ont dû avoir des expériences malheureuses ».

Ce sentiment de rejet et d’exclusion est partagé par d’autres usagers et pour d’autres raisons. Parmi les personnes interrogées, nous retenons plus particulièrement le témoignage de Didier, 40 ans, enseignant, Bordeaux :

« Tout le monde s’approprie l’application en fonction de ses besoins. Mais quand tu y es, il y a une pression à privilégier le sexe. Parce que, t’as des mecs qui disent d’emblée : « je suis pas là pour raconter ma vie, ne me raconte pas la tienne ». Il y a ce côté tyrannique chez certains. « On n’est pas là pour ça !», « on est là pour du cul point !», sous-entendu « tes peines de cœurs j’en ai rien à faire ! ». C’est assez méchant je trouve. Je pense que ça grossit beaucoup le trait de Grindr selon lequel c’est une application qui facilite les rencontres sexuelles. Ce type de choses existait avant Grindr, mais on voit bien que Grindr contribue à réduire les usages : la politesse, la découverte de l’autre, la curiosité, etc. Il y a moins de galanterie, c’est sûr ».

27En effet, si l’application ne détermine pas en soi la finalité de la mise en contact qu’elle permet, elle ouvre la porte à une certaine liberté de parole. Certains usagers s’autorisent ainsi à assouvir leur désir et le font de manière plus ou moins directe. Pour autant, bien que ces usages existent dans Grindr, ils ne s’inscrivent pas dans une logique du support propre à ce type d’application, comme peut le penser l’interviewé, mais plutôt dans la continuité de pratiques existantes et favorisées par les capacités issues de la géolocalisation. Ce type de pratiques n’est donc pas propre à la sexualité, mais à une volonté ou non de passer par un processus plus ou moins long de la rencontre. Il est toutefois intéressant de constater qu’une forme de mimétisme peut être à l’origine, là encore, d’une tendance d’usage erronée de l’application. Pour David (utilisateur de l’application), le comportement des usagers dont l’objectif est de faire une rencontre rapide, peut inciter certains à faire de même :

« Je suis sûr qu’il y a des mecs qui ne cherchent pas de sexe, mais qui vont le dire alors qu’ils cherchent autre chose. Cela m’est arrivé, je parlais avec quelqu’un et au bout d’un moment en fait il cherchait une rencontre. Mais ça commence par du cul et c’est devenu la première approche. Une certaine accroche certes mais pour faire connaissance. »

28Cette hypothèse est en effet vérifiée à travers les nombreux entretiens que nous avons pu réaliser. Il semble en effet, que si le sexe ne constitue pas une fin en soi, celui-ci constitue l’une des manières d’entrer en conversation au sein de l’application. Pour autant, celle-ci ne se résume pas à une discussion érotisée autour d’un discours tourné essentiellement sur le sexe ou en rapport avec le sexe. Pour nous, cette entrée en matière très formatée certes, « Slt ! ça va ? Tu cherches quoi ? Actif ou passif », peut tout autant apporter à l’interaction que l’emploi d’un discours qui voudrait s’en distinguer (par exemple, l’usage du registre humoristique). Chaque manière d’interpeller l’autre permet de faire ressortir des traits de personnalité à travers des réactions et ainsi, loin de donner lieu à une « industrialisation » de la rencontre et du discours qui s’y rapporte, contribue à conforter ou non l’idée d’une relation possible avec l’autre.

29Le partage de données dans le cas précis de la volonté d’une rencontre rapide, permet de déplacer notre regard. En effet, dans Grindr, la problématique de l’inclusion ou de l’exclusion des usagers dans le processus de la rencontre, comme nous l’avons vu, ne porte pas directement sur le fait de se dire homosexuel ou non, mais concerne plutôt les caractéristiques physiques des utilisateurs. Nous observons ainsi dans l’application, un certain nombre de catégories (âge, poids, ethnie, type morphologique, etc.), à partir desquelles chacun est libre de définir son aspect physique. Ce système d’affiliations entraîne ainsi une classification à travers des termes spécifiques et participe à un phénomène de hiérarchisation. On note par exemple les termes suivant : « black », « métisse », « blanc », « bronzé », « normal », « grand », « musclé », « mince », « trapu », « geek », « bear », etc. Cette verbalisation des caractéristiques physiques nous renvoie à l’opposition traditionnelle entre l’homme efféminée et l’homme viril dont la communauté gay subit l’impact depuis longtemps et dont elle cherche encore à se défaire (Pollak, 1982). Or, cette approche en termes de physique « idéal », donné tel un dictat et issue de l’existence même des stéréotypes, existe également de manière générale dans notre société contemporaine. La diversification des propositions dans Grindr permet ainsi de rendre cette représentation de l’homosexualité plus réaliste et diversifiée puisqu’elle propose de prendre aussi en compte les particularités physiques et ethniques de chacun.

30Dès lors que des conflits s’organisent à travers le rejet des uns et des autres, il s’agit de critiquer le physique et non son homosexualité. Dans le contexte d’énonciation de l’application, cette violence verbale se définit alors comme une autre forme d’injure. Evelyne Larguèche propose une définition dichotomique de la notion d’injure à travers deux grandes catégories : l’injure spécifique et l’injure non spécifique (Larguèche, 2009). Selon nous, dans Grindr, certains aspects de ces deux types d’injure peuvent être énoncés dans certains échanges. La chercheure précise que dans le cadre de l’injure spécifique, il est possible de reprendre dans son contenu, un aspect physique spécifique de la personne injuriée comme par exemple « gros » ou « moche ». L’injure est alors comprise comme un moyen de rendre apparente une « vérité » dans un « travail de qualification d’autrui ». Dans le cas de l’injure non spécifique, il s’agit plutôt de s’appuyer sur une « catégorie générique préexistante à la situation d’énonciation », comme par exemple la couleur de peau, ou bien le côté efféminé. Celle-ci se manifeste alors à travers les termes « black » ou « folle ». L’injure non spécifique s’inscrit plus ou moins dans une logique de distinction qui fonctionne alors comme un « système de place » où « l’injurieur » se positionne comme étant « supérieur ». Ceci met en avant le fait que ces injures ne permettent pas d’illustrer un seul type d’injurieur, mais des profils variés aux caractéristiques diverses selon les usagers. A tra-vers cette dichotomie, Evelyne Larguèche propose d’ailleurs de voir à travers ces injures une « parole du corps » :

« une parole où les cris sont déguisés en mots, où les mots nous donnent l’apparence d’un sens alors qu’ils ne sont que des signes, des indices ; une parole où les mots sont davantage des gestes verbaux qu’un véritable langage » (Larguèche, 1997, 95).

31L’injure participe alors à faire ressortir du sens et à donner plus de corps là où la relation est virtuelle et fonctionne surtout à partir de représentations. L’injure est ainsi dans Grindr un moyen de se faire comprendre en touchant l’autre. En ce sens, l’expérience de Grindr ne se limite pas à l’espace virtuel. Au contraire, elle déborde au-delà de la question de la rencontre et ne se limite pas à un usage « utile ». Grindr permet en effet d’observer cette injonc-tion de la nomination. L’injure dans Grindr s’inscrit dans la lignée de ce qui a pu être évoqué par Didier Eribon dans son ouvrage sur « la question gay ». Il parle de l’injure comme d’un « verdict » :

« La nomination produit une prise de conscience de soi-même comme un “autre” que les autres transforment en “objet”» (Eribon, 1999, 30).

32Selon lui : « L’injure me fait savoir que je suis quelqu’un qui n’est pas com-me les autres, pas dans la norme. Quelqu’un qui est queer : étrange, bizarre, malade. Anormal » (Eribon, 1999, 30). Comme Judith Butler (Butler, 1997) avant lui (1997), Didier Eribon explique que l’injure peut être classée dans le discours performatif (Austin, 1970) de John Langshaw Austin.

« L’injure est un énoncé performatif : elle a pour fonction de produire des effets et notamment d’instituer, ou perpétuer, la coupure entre les normaux et ceux que Goffman appelle les “stigmatisés”, et de faire entrer cette coupure dans la tête des individus. L’injure me dit ce que je suis dans la mesure où elle me fait être ce que je suis » (Eribon, 1999, 32).

33Dans Grindr, l’injure est du même ordre et ne porte pas sur le fait d’être homosexuel mais plutôt sur le fait de ne pas correspondre à une attente précise ou bien à un idéal. Par conséquent, la difficulté dans Grindr est de déterminer le poids du langage, qu’il soit verbal ou non verbal. Les deux font l’objet d’un enchevêtrement utile et nécessaire qui participe à la fois à une grande complexité de l’interprétation et dans le même temps à une certaine facilité dans le processus de la rencontre. En ce sens, bien qu’il y ait une autogestion au sein même de l’application entre les usagers, elle se fait de manière ponctuelle, en fonction des rencontres. Dans Grindr, il s’agit d’un environnement coconstruit par des utilisateurs, selon des règles qui sont préétablies et par des codes qui, eux-mêmes, relèvent des modalités d’énonciation de l’homosexualité mais pas seulement. Ce n’est pas la plateforme qui détermine tout. Cette plateforme se situe dans une continuité et au service d’une évolution.

34Notre analyse permet ainsi de nous éloigner des approches qui focalisent leur attention uniquement sur l’objectif de l’utilisation de cette application, et à partir desquelles celle-ci ne serait motivée que par le but d’une rencontre sexuelle (Rivière, Licoppe, Morel, 2015) Dans le cadre de notre recherche, nous nous sommes donc attachée à ne pas prendre uniquement en compte les usages prescrits et ainsi de proposer d’autres éléments de compréhension de ce type d’interaction au-delà des codes et des scripts supposés (Simon, Gagnon, 1986 ; Rivière, Licoppe, Morel, 2015). De cette manière, cette recherche a permis de montrer en quoi la logique du secret et de la protection est toujours aussi présente dans le cadre de ce type d’application. Par ailleurs, l’application Grindr n’est pas davantage utilisée pour visionner des images pornographiques (Phillips, 2015), celles-ci étant interdites et filtrées, soit par des modérateurs, soit par les usagers entre eux. Les images partagées sont au contraire des images variées qui mettent en exergue une logique idiosyncrasie propre à une mouvance « expressiviste » évoquée par de nombreux chercheurs en sciences de l’information et de la communication, tels que Laurence Allard et Frédéric Vandenberghe (2003), lorsqu’ils proposent une approche des pages web, ou Fanny Georges (2009, 16) lorsqu’elle évoque un « horizon culturel digital » à propos des sites web, ou encore Dominique Cardon (2008) lorsque celui-ci propose une typologie des plateformes relationnelles selon le type de visibilité que chaque plateforme confère au profil de ses membres.

35Pour conclure, loin de contraindre les usagers dans une logique de rentabilité ou de mise en scène de soi en termes de marchandisation, les applications pa-rais-sent bien au contraire participer à une hétérogénéité des pratiques en donnant la possibilité à chacun d’adapter le contenu de son profil en fonction des lieux, des moments de la journée, en fonction également des moments de la vie ou selon son expérience. Ce type de dispositif permet ainsi de disposer de son temps en permettant un certain contrôle et en donnant de soi uniquement ce que l’on souhaite partager sans forcément s’inscrire tout entier dans un lieu comme peuvent en dépendre les lieux de dragues gays plus traditionnels et non médiés.

Haut de page

Bibliographie

Allard L, Vandenberghe F., 2003, Express yourself! Les pages perso : entre légitimation technopolitique de l’individualisme expressif et authenticité réflexive peer to peer, Réseaux, n° 117, 191-219.

Alessandrin A., Raibaud Y., 2014, Espaces homosexuels dans la ville, Hermès, La Revue, n° 69, 152–154.

Austin J.L., 1970, Quand dire c’est faire, Paris : Seuil.

Bergström M., 2011, La toile des sites de rencontres en France. Topographie d’un nouvel espace social en ligne, Réseaux, n° 166, 225-260.

Butler J., 1997, Contagious Word: Paranoia and « Homosexuality » in the Military, in Excitable Speech: A Politics of the Performative, New York: Routledge, 103-127.

Cardon D., 2008, Le design de la visibilité. Un essai de cartographie du web 2.0, Réseaux, n° 152/6, 93-137.

Eribon D., 1999, Réflexions sur la question gay, Paris : Flammarion.

Foucault M., 1976, Histoire de la sexualité, t. 1, La volonté de savoir, Paris : Gallimard.

Georges F., 2009, Représentation de soi et identité numérique, Réseaux, 165-193.

Granjon F., 2011, De quelques pathologies sociales de l’individualité numérique. Exposition de soi et autoréification sur les sites de réseaux sociaux », Réseaux, n° 167, 75-103.

Humphreys L., 2007, Mobile social networks and social practice: A case study of Dodgeball, Journal of Computer-Mediated Communication, vol. 13, n° 1, 341-360.

Jouët J., 1989, Une communauté télématique : les axiens, Réseaux, n° 38, 49-66.

Larguèche E., 2009, Espèce de... ! Les lois de l’effet injure, Chambéry, pu de Savoie.

Larguèche E., 1997, Injure et sexualité. Le corps du délit, Paris : puf.

Mauvoisin M., 2017, L’énonciation de l’homosexualité masculine : espaces médiatiques et usages des technologies numériques, thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la communication, dir. Patrick Baudry, Université Bordeaux Montaigne.

Merzeau L., 2015, « De la face au profil : l’aventure numérique des visages », InaGlobal, la revue des industries créatives et des médias, 156-163.

Phillips C., 2015, Self-Pornographic Representations with Grindr”, Journal of Visual and Media Anthropology, vol. 1, n° 1, 65-79.

Patinier J. et al., 2013, Grindr, Mon amour ?, Miroir/ miroirs–Revue des corps contemporains, n° 1, Editions Des ailes sur un tracteur.

Pollak M., 1982, L’homosexualité masculine ou le bonheur dans le ghetto ?, Communications, vol. 35, n° 1, 37-55.

Redoutey E., 2009, Ville et sexualités publiques. Un essai d’ethno(géo)graphie, thèse de doctorat en Urbanisme, dir. Michèle Jolé, Université Paris Est.

Rivière C-A. et al., 2015, La drague gay sur l’application mobile Grindr. Déterritorialisation des lieux de rencontres et privatisation des pratiques sexuelles, Réseaux, n° 189, 153-186.

Simon W., Gagnon J. H., 1986, Sexual script: permanence and change, Archives of sexual Behavior, vol. 15, n° 2, 97-120.

Touzain F., 2011, Les sites de drague gay, nouveaux paradis de l’exclusion, <http://360.ch/blog/magazine/2011/10/les-sites-de-drague-gay-nouveaux-paradis-de-lexclusion/>.

Winkin Y., 1996, Anthropologie de la communication : de la théorie au terrain, Paris : De Boeck université.

Winkin Y., 1981, La nouvelle communication, Paris : Seuil.

Wrona A., 2012, Face au portrait : de Sainte-Beuve à Facebook, Paris : Hermann.

Haut de page

Notes

1 Nous entendons ici l’expression « présence numérique » à travers la question de la représentation (en opposition à l’absence) que permet l’image. En ce sens, nous nous éloignons de l’approche de Louise Merzeau qui elle aborde cette expression en termes surtout de trace. Voir notamment Merzeau (2015).

2 Dans le cadre de notre thèse, nous revenons cependant sur les différentes formes du coming out qui démontrent toute la complexité de cet acte et les variations dans le temps de sa définition.

3 Selon Alessandrin et Raibaud, « Grindr peut être envisagé comme un géo-indicateur des rencontres homosexuelles et comme un instrument de relocalisation de ces rencontres, par un repérage des partenaires potentiels sur une carte interactive du territoire où l’on se situe, avec accès au profil et aux préférences » (152). Selon nous, cette approche du dispositif est légèrement faussée car il ne peut en aucun cas être défini comme un géo-indicateur des rencontres homosexuelles puisque selon nous il n’en est qu’un embrayeur celle-ci n’étant pas toujours effective dans les faits.

4 Une vignette verte précise la présence en ligne d’un usager. Lors de sa déconnexion cette vignette verte disparait. Le profil et le temps écoulé depuis la fin de la dernière connexion sont alors visibles et disponibles pendant environ une heure puis le profil disparait de la mosaïque. Le profil reste accessible dans la liste des contacts lorsque des messages ont été échangés au préalable. La trace laissée de ces interactions s’efface une fois la suppression de l’application effectuée sur le téléphone.

5 A la différence du portrait qui selon Adeline Wrona raconte par l’individu une collectivité de sens, le profil lui, tel que nous l’analysons, permet au contraire d’extraire des éléments de différenciation entre les usagers. Voir Wrona (2012).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélanie Mauvoisin, « Dire son homosexualité : une autre médiation permise par Grindr », Sciences de la société, 100 | 2017, 131-145.

Référence électronique

Mélanie Mauvoisin, « Dire son homosexualité : une autre médiation permise par Grindr », Sciences de la société [En ligne], 100 | 2017, mis en ligne le , consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sds/5931 ; DOI : 10.4000/sds.5931

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals