Navigation – Plan du site

AccueilNuméros100ArgumentsLa notion de document d’Otlet à M...

Arguments

La notion de document d’Otlet à Meyriat et les propositions néodocumentalistes

Cristina Ortega et Gustavo Saldanha

Texte intégral

1Jusqu’au milieu du xxe siècle, dans la littérature scientifique produite par les chercheurs européens en Science de l’information-Documentation (mais aussi par les brésiliens qui travaillent dans ce domaine), il était courant d’affirmer que les termes document, documentation et d’autres dérivés de document n’étaient pas suffisamment définis. Considérant le manque de divulgation de la littérature sur la Documentation, étant donnée la prédominance anglo-américaine connue actuellement comme Library and Information Science, on peut se demander si celle-ci serait parvenue à atteindre une meilleure consolidation terminologique si l’on observe l’usage empirique et la dispersion des thèmes et des termes qui la caractérisent. Ainsi, dans la perspective du domaine dans sa totalité, on peut dire que la fragilité terminologique montrée initialement a augmenté. Cependant, ce qui nous intéresse ici ce n’est pas l’importance de telle ou telle démarche, que ce soit du point de vue technique, conceptuel ou politique, mais l’explicitation des différentes approches de ce domaine, en général perçues, mais peu approfondies, qui mènent à des études historico-conceptuelles, dans une vision intégrée.

2Le but du travail proposé ici est de discuter la littérature francophone sur le «  document  », comme objet matériel et symbolique produit de la pratique documentaire et d’établir des relations avec la littérature d’orientation anglo-américaine appelée « néodocumentation » pour contribuer à la consolidation conceptuelle du thème.

3La première partie traitera de la notion de document élaborée par le Belge Paul Otlet, au début du xxe siècle, et développée par ses continuateurs français directs et indirects, en insistant sur un article de Jean Meyriat, publié en 1981, considéré comme fondateur car ce texte contient une des réflexions les plus significatives sur ce concept. La littérature à propos du document en Espagne sera aussi traitée, étant donnée l’importance des études sur la Documentation dans ce pays, qui se sont déroulées en plein accord avec la production française. Nous présenterons également la littérature contemporaine sur le document de tradition otlétienne. Dans la deuxième partie, il sera question des idées des auteurs de production anglophone, souvent désignés par «  néodocumentalistes  », comme Boyd Rayward, Neils Lund, Michael Buck-land, Bernd Frohmann et Ronald Day qui ont pris comme base principalement les initiateurs de la Documentation, Paul Otlet et Suzanne Briet, spécialement à partir des années 1990, et qui ont développé leurs propres études. Dans la troisième partie, nous discuterons la notion classique de document d’origine francophone et ses développements actuels et les travaux contemporains produits en langue anglaise, examinant, entre autres choses, la pertinence des termes «  néodocumentation  » et «  néo-docu-men-ta-lis-te ». La discussion prendra pour référence la notion classique consolidée de document d’Otlet à Meyriat, qui selon nous porte la plus grande consolidation conceptuelle, mais tout notre travail sera orienté vers la possibilité d’une convergence au sein du domaine indépendamment de sa sphère d’origine.

Le document d’Otlet à Meyriat et ses développements contemporains

4À partir des potentialités sémantiques, principalement relatives à la notion historique de « livre », la terminologie proposée par Paul Otlet sur cette notion recouvre des traits particuliers. Pour Otlet, dans son Traité de Documentation (1934, 43, section 211, partie 1), livre et document constituent « un support d’une certaine matière et dimension […] sur lequel sont portés des signes représentatifs de certaines données intellectuelles ». Selon les auteurs espagnols Sagredo Fernández et Izquierdo Arroyo (1983, 305), qui ont fait une lecture approfondie du Traité, Otlet adopte la forme « livre ou document », pour désigner des types de document et conservant livre pour son usage déjà connu. Cependant, cette occurrence doit être analysée avec des réserves, il faut en effet se pencher sur l’herméneutique du lexique otlétien  : bien que, parfois, contradictoire (permettant des interprétations de document comme synonyme de livre, ou de trait, registre, gramma), la notion de document chez Otlet gagne en complexité, pas seulement par le fait de l’altération du signifiant, mais pour établir des rapports ponctuels, tout au long du Traité avec la notion de livre. Autrement dit, Otlet fait différents exercices sémantiques à partir des signifiants « Livre » (en majuscule), « livre » (en minuscule) et « document » (celui-ci toujours dialoguant avec la notion de « livre », en minuscule). On peut affirmer que le point de vue consolidé sur la notion de document chez Otlet ne considère pas cette complexité comme un problème. La reconnaître c’est donc, également, comprendre la potentialité de la notion de document, c’est-à-dire, exploiter une interprétation cohérente de cette notion.

5De toute manière, le parcours réalisé par Otlet dans son Traité nous permet de conclure que, pour lui, n’importe quel objet peut être abordé comme document. L’idée est révolutionnaire parce qu’elle augmente, mais aussi s’oppose, aux études bibliologiques, à la pratique bibliographique, aux manières de faire et aux normes en usage dans les bibliothèques, basées essentiellement sur le livre et les autres écrits. Ainsi, aucun objet n’est en soi un document et tout objet peut le devenir, car le document n’existe que par la fonction qui est construite à partir de lui. En effet, Otlet mettait déjà la Documentation dans le contexte de l’Information et de la Communication (Otlet, 1934, 217, section 243, partie C), ce qui a été développé ensuite en France.

6Suzanne Briet, employée de la Bibliothèque nationale de France (bnf), a été une continuatrice importante de l’œuvre d’Otlet. Elle a repris nombre de principes qu’il avait établi, essentiellement dans son ouvrage classique Qu’est-ce que la documentation ?, publié en 1951. Cette bibliothécaire a précisé l’idée que tout objet peut être un document, en lui donnant un rôle de représentation, de reconstruction ou de preuve d’un phénomène physique ou intellectuel. Briet a utilisé cette idée à partir de la photo d’une étoile et d’une antilope dans un musée (ces informations figurent dans une entrée d’une encyclopédie) en opposition à l’étoile et à l’antilope dans leur milieu naturel. Malgré un effort de précision, la question n’est pas proprement dans l’image d’un objet ou dans les informations écrites à son propos, mais à la place symbolique occupée par l’objet, soit l’étoile ou sa photo, soit l’antilope vivante, empaillée ou décrite. Donc, c’est de là que viennent, très probablement, la proposition et la dissémination des termes – si chers dans la discipline – « document primaire » et « document secondaire », celui-ci produit à partir celui-là dans un but communicationnel.

7Après une absence correspondant à la Deuxième Guerre mondiale, l’approche info-communicationnelle a gagné des adeptes dans les années 1970, à partir des études du Comité de Sciences de l’information et de la communication, formé entre autres par Robert Escarpit, Jean Meyriat et Roland Barthes (Couzinet, 2000). La dénomination « Sciences de l’information et de la communication » est toujours utilisée en France et elle inclut l’information-documentation.

8L’analyse de Meyriat (1981) est un pas de plus pour clarifier l’idée que tout objet peut être un document. Pour lui (51-52), la définition de document s’opère au moyen de deux notions conjointes et inséparables : l’une de nature matérielle (le support) l’autre conceptuelle (le contenu de la communication, soit l’information). C’est grâce à ce raisonnement que l’auteur propose de distinguer deux catégories de documents, lesquelles n’ont pas de relations avec les objets eux-mêmes, mais avec leur condition informationnelle, qui est toujours situationnelle et temporelle. Meyriat précise qu’il s’agit d’objets produits dans l’intention de fonctionner comme document et d’objets qui peuvent recevoir cette fonction postérieurement, comme c’est le cas d’un qui serait utilisé pour envelopper du poisson, mais qui peut n’importe quand fonctionner comme document, et d’autres objets produits dans un but esthétique, utilitaire ou autre but non informationnel. Il parle aussi du rôle privilégié des écrits comme « documents par intention », selon l’expression, qui s’est consolidée, dans la littérature française sur le thème.

9Une question qui reste ambiguë dans le travail de Meyriat est celle de l’affirmation de ce que le statut du document est dépendant de son utilisation comme tel, c’est-à-dire que « l’utilisateur fait le document » (1981, 54, c’est l’auteur qui souligne). Meyriat affirme que la volonté de s’informer est toujours nécessaire pour qu’un document existe en tant que tel, car si le désir de fournir des informations ne rencontre pas une réponse chez le récepteur, l’information reste virtuelle et l’objet en question n’est pas encore tout à fait un document (54) il est une document latent ou dormant. Dans ces conditions, l’idée de document ne dépendrait pas de la proposition de signification sur les objets que définit la pratique documentaire. Toutefois, 25 ans plus tard, Meyriat a cherché à préciser ses idées, reconnaissant le risque d’une ambiguïté de compréhension du terme document comme intention (Meyriat, 2006, 13). Selon lui, le document intentionnel est seulement celui spécialement produit pour véhiculer l’information, de telle manière que si un auteur écrit un livre ou un article, le documentaliste légitime ce livre ou cet article en tant que document en l’insérant dans un processus de circulation, au moyen d’activités qui interagissent avec celles d’autres groupes comme des éditeurs et des libraires (2006, 12). Ainsi, selon ce second texte, il est clair que la pratique documentaire contribue à l’ériger en document, c’est-à-dire, à lui donner une existence, avant que les usagers ne le considèrent comme tel. Quant aux objets qui n’ont pas été produits pour être des documents, l’auteur considère aussi que la pratique documentaire exerce son rôle en les désignant comme documents.

10En Espagne, la Documentation a eu une répercussion, en particulier, à partir de Lasso de la Vega (1947, 1969), qui s’est intéressé aux fondements et aux méthodes de traitement de la masse de documents, qu’il considère comme nécessaires à la production scientifique, et de José López Yepes, au travers de sa «  Teoria de la Documentación  » (1978) et d’autres textes publiés postérieurement. Selon Salvador Bruna (2006), dans un travail d’analyse qualitative de la littérature, l’introduction et la diffusion de la conception otlétienne ont fourni la base théorique sur laquelle a été édifiée la théorie documentaire en tant que discipline académique espagnole. Pour les Espagnols Sagredo Fernández et Izquierdo Arroyo (1983, 265), comme pour Meyriat, un document n’existe que lorsqu’il est utilisé comme tel, c’est-à-dire que c’est l’usage qui décide de son caractère de document. Pour eux, le document en soi est un objet manufacturé (enregistré sur un support) et «  mental-facturé  » (par le contenu significatif géré par l’esprit) qui peut fonctionner comme document proprement dit ou comme objet quelconque. La relation entre Documentation et Communication observée en Espagne a probablement découlé de l’influence française des études réalisées autour des Sciences de l’Information et de la Communication.

11Ainsi que Cristina Ortega et Marilda Lara l’ont traité (2010), dans le développement de la proposition otlétienne de la notion de document réalisé par les Français et les Espagnols, les traits initiaux se sont maintenus, mais ils ont aussi avancés spécialement dans les relations avec le signe et dans la communication de l’information. Pour ces chercheurs, le document serait un objet simultanément de nature matérielle et conceptuelle et potentiellement informatif, parce qu’il présente une capacité de conservation, de transport, de reproduction et de communication du signe. Un autre point est celui relatif à la typologie des objets qui caractériseraient les documents, étant donné la manière de penser actuelle, déjà traitée par Otlet, qui dit que ce n’est pas le type d’objet qui définit le document, mais la place symbolique qui lui est attribuée. Un autre constat est que les définitions initiales de « document » et de «  documentation  » contenaient déjà, en germe, la notion d’information t’elle qu’elle est comprise aujourd’hui.

12Dans une autre étude contemporaine, les mêmes auteurs (Lara, Ortega, 2012) traitent de l’idée que la lecture de l’objet qui le transforme en document pour le système d’information suit une politique qui privilégie des perspectives institutionnelles et des communautés discursives potentielles. Cette lecture est faite par des activités documentaires qui englobent une série de choix, étant donnée que les documents sont organisés en catégories, selon des aspects qui sont considérés prioritaires par rapport aux autres, impliquant une construction qui est traversée par des éléments idéologiques. Ainsi, en tant que signe, le document est une construction, une lecture du réel sous une perspective déterminée (Lara, Ortega, 381-382). Cette perspective de lecture est toujours, et nécessairement, de caractère social, politique et culturel. L’approche linguistique qui constitue la documentation, considère la langue comme un élément de culture, cela implique de travailler sur deux contextes circonscrits l’un par l’autre. Par ailleurs, la manière de penser s’est cristallisée sur les procédures de base empirico-normative, donc indifférente à l’approche communicationnelle et à l’outil méthodologique qui permet de la réaliser. Ne pas reconnaître le caractère intentionnel de la pratique documentaire n’élimine pas ses aspects sociaux, politiques et culturels, cela montre l’aliénation souvent présente dans la réalisation de ces pratiques.

13L’interprétation réalisée par les usagers, à leur tour, est tout autre : elle est influencée par les messages proposés par les procédures documentaires sur les objets, mais elle n’est pas déterminée par elles. Il n’y a pas de correspondances directes entre les messages sur les objets et leur interprétation, mais l’étude de diverses appropriations faites (ou non) par les usagers est une contribution importante pour évaluer et réorienter les procédures documentaires. Prenant en considération le processus de communication, on voit que le document est le produit d’une relation qui compte sur un émetteur, un interlocuteur et un contexte (Lara, Ortega, 2012, 385). C’est-à-dire que l’appropriation de l’information par l’usager, qui est le destinataire de la pratique documentaire, renforce la condition d’un objet comme document et, bien qu’il n’y ait pas de garanties que cette appropriation ait lieu, elle est influencée par le message documentaire.

14Patrick Fraysse (2011, 68), autre auteur contemporain, après une recension extensive des travaux sur le concept de document affirme qu’il est porteur d’une relation qui le définit. Il clarifie les questions que nous avons présentées sur les textes de Meyriat, en disant que les spécialistes, en créant les documents secondaires pour signaler les documents primaires, rendent ces derniers virtuels. Selon lui, le document est une virtualité qui se matérialise quand on l’utilise. Ainsi, nous pouvons dire que l’usager « fait le document » (Meyriat) qui a été proposé virtuellement par la pratique documentaire. Fraysse aborde la notion de virtualité en attirant l’attention sur le fait qu’elle n’est pas réservée aux documents électroniques, car le traitement de l’information est une médiation complexe qui conduit aussi à des documents ou, plus spécifiquement, à des documents secondaires. En effet, l’instance matérielle et l’instance symbolique qui caractérisent le document dans sa notion classique, construite il y a un siècle, fournissent des paramètres pour le comprendre dans le contexte actuel des technologies électroniques et virtuelles et des réseaux sociaux en ligne.

15Une autre recherche développée à partir des herbiers comme documents intentionnels aborde l’idée de « dormance documentaire » (documental dormancy) où l’usager transforme le document virtuel en document réel quel que soit son support. Elle pose la phylogénie documentaire comme lien entre documents anciens et documents numériques actuels dans une perspective évolutionniste (Couzinet, 2015).

Les propositions de la dite « Néodocumentation »

16La notion de document développée à partir d’Otlet entre en résonance, du point de vue herméneutico-pragmatique, avec la construction commencée dans les années 1990, qui parcourt, par exemple, la pensée de Rafael Capurro (1992) et les analyses néodocumentalistes de Ronald Day (2005) et de Bernd Frohmann (2011), entre autres.

17Le néodocumentalisme met essentiellement l’accent sur le rôle socioculturel du langage, sur ses mécanismes d’appropriation, de représentation et de dissémination d’un objet donné, maintenant considéré comme document. C’est-à-dire, reconnaissant les visions otlet-brietienne, des auteurs comme Day (2001, 2005) et Frohmann (2011) ont perçu la nécessité d’un moyen pragmatique de l’élaboration des choses à partir de leur représentation. En d’autres ter-mes, la prégnance du symbolique est délimitée dans la perspective du document en tant qu’objet dans toute la structure spatio-temporelle de son élaboration sociale. En ce sens, en grande partie, la notion classique de document montre la pertinence de la proposition des auteurs néodocumentalistes, ainsi que l’ampleur de la discussion critique encore à venir.

18Pour le Néodocumentalisme entre les différentes potentialités interprétatives, deux attirent l’attention : d’un côté, la refondation de notions centrales pour la construction discursive otlet-brietienne en langue anglaise, partant de la notion de document et arrivant à un ensemble de potentialités qui dépassent la matérialité, l’institutionnalité, la politique ; et, de l’autre, un courant de pensée, présent dans le discours d’auteurs comme Buckland et Frohmann qui trouve dans un contexte de profusion de documents – le contexte otlétien, de la fin du xixe siècle et du début du xxe – des outils conceptuels préliminaires pour discuter dans un autre moment de profonde création et de diffusion de documents à l’aide de nouvelles plateformes technologiques et de modes de communication, comme le Web et les réseaux sociaux.

19Pour Michael Buckland (1991, 43-44, 46-47), la signification du mot document a été traité par des bibliographes et des bibliothécaires préoccupés par le problème récent de stockage et de récupération de l’information au xxe siècle. Cet auteur présente la solution adoptée par ce mouvement qui utilise «  document  » comme terme générique pour indiquer n’importe quelle ressource informationnelle physique, au lieu de le limiter à des objets du type texte sur des supports physiques spécifiques comme le papier, le papyrus ou la microforme. Buckland cite l’exemple de l’idée de document développée à partir d’une antilope par Briet, en se posant la question de savoir quel serait le terme suffisamment générique pour inclure toutes les choses informatives dont nous traitons. Il suggère, ainsi, « discours » comme le meilleur terme pour indiquer des textes, au sens large, ou des artéfacts dans l’intention de représenter des choses. Il propose de diviser des objets en artéfacts dans l’intention de constituer un discours (comme des livres), en artéfacts qui n’ont pas été créés dans cette intention (comme des bateaux) et en objets qui ne sont pas des artéfacts (comme des antilopes). De la même manière que les Français et les Espagnols précités, mais plus tard, Buckland fait une liste d’exemples explicatifs des origines des objets informationnels et de leurs fonctions postérieures, comme dans le cas du livre qui peut être utilisé comme poids pour maintenir les portes.

20Frohmann (2004, 405-406), à son tour, souligne que les études contemporaines doivent beaucoup au mouvement documentaliste de la fin du xixe siècle et du début du xxe, signalant l’importance de récupérer et repenser les pratiques documentaires fructueuses des premiers documentalistes. Il se base sur les idées de L. Wittgenstein, pour qui l’étude de pratiques avec des documents (ou inscriptions), dans toute leurs variétés, mène à un ensemble de concepts fondamentaux pour penser philosophiquement l’information, plus que les études centrées sur une approche théorique et philosophique de la nature de l’information. Il veut dire par là que la documentation couvre un territoire plus grand que celui des études de l’information (informations studies) et qu’une philosophie de l’information est subordonnée à la philosophie de la documentation. De cette manière, il souligne le rôle de la matérialité pour penser l’information et donne des exemples à partir des études sociales qui montrent que l’information scientifique, pour faire son apparition, dépend de pratiques documentaires culturellement spécifiques, historiquement déterminées et institutionnellement disciplinées. Buckland et Frohmann, par la ressemblance et la dissemblance de leurs idées fournissent des possibilités de réflexion.

La continuité de la notion classique de document et le front néodocumentaliste

21Différemment de Buckland, Frohmann se réfère à une conception plus ample des études de l’information que celle des pratiques documentaires strictes qui constituent des systèmes et des services. Lara (2014) discute les contributions de Frohmann sur la matérialité du document, examinant la terminologie utilisée par l’auteur et le problème de son interprétation dans le domaine de la pratique documentaire, plus particulièrement dans celle du traitement de l’information (Lara, 2014). Pour elle la proposition de Frohmann met en évidence des recherches qui étudient le document dans sa potentialité infor-ma-tive. Elle corrobore aussi la critique de Frohmann sur la manière d’agir, encore prédominante, de certaines pratiques professionnelles qui se tiennent à l’écart des problèmes contemporains. Cependant, cette manière d’agir doit être revue, car l’insertion contextuelle des documents est une façon de con-cré-tiser le rôle social de la Documentation. Selon elle, diminuer l’importance de cette action professionnelle maintient le problème hors débat, alors que d’autres postures de travail peuvent être explorées. Citant Flavia Lemos et Hélio Cardoso Junior (2009, 357), qui se réfèrent à Foucault, Lara reconnait que les pratiques professionnelles, de même que les pratiques discursives fonctionnent comme de vraies institutions, menant à des effets pervers comme la servitude et la domination. Ainsi, il est important de distinguer les idées qui soutiennent la proposition de trouver des solutions aux besoins d’information, des idées qui traitent de la compréhension du phénomène informationnel dans ses aspects sociaux, politiques et culturels. De cette manière, nous pouvons dire que la contribution de Frohmann dans ce domaine est indirecte, et qu’il est nécessaire d’être attentif au déplacement conceptuel qu’il réalise à propos des termes «  documentation  » et « pratique docu-men-taire », par exemple, car ils ont un sens plus strict dans le contexte original auquel il se réfère.

22Quant aux termes « néodocumentaliste » et « néodocumentation », revisiter les concepts est une action inhérente à la pratique scientifique, comme nous l’avons dit. Ainsi, français, espagnols et brésiliens, entre autres, ont continué les études commencées sur la Documentation, bien qu’avec quelques lacunes temporaires, de grands retards, et des oublis récents. Du point de vue de l’orientation anglo-américaine, fortement présente aussi chez les espagnols et les brésiliens, les études des idées et des propositions d’origine de la Documentation discipline ou d’un domaine – paraissent être aujourd’hui des découvertes et sont mises en valeur sous l’étiquette de nouvelles études. C’est une question centrale pour réfléchir au rôle d’une « néodocumentation » et des possibilités d’évaluation critique de sa condition épistémique  : dans quelle mesure ne sommes-nous pas en train de pénétrer dans un territoire discursif ponctuel de reconnaissance tardive d’Otlet, où interprété autrement sommes-nous devant un nouvel usage de la notion de document, avec des influences lointaines d’Otlet ? Il nous semble que la notion de document a un spectre distinct dans chacun des courants théoriques. Les limites de cette notion et le débat sur la dispersion sémantique sont, aujourd’hui, un défi pour le cours épistémologique de cette science.

23Rayward, Lund, Buckland et Day, entre autres, ont le mérite de la diffusion de la production européenne sur la Documentation du début du xxe siècle, auprès des les lecteurs anglophones, étant donné l’accumulation de connaissances et de la production de résultats d’études et de débats sur ce domaine. Cependant, ces auteurs – à l’exception de Lund, dans son article de recension (Lund, 2009) – ont repris les idées des documentalistes d’Otlet et de Briet, mais pas celles de leurs continuateurs indirects comme Meyriat et beaucoup d’autres après lui. La néodocumentation est passée rapidement, aux États-Unis, dans la première moitié du xxe siècle, avant d’être présentée et incorporée à l’Information Science. Aujourd’hui, nous pouvons dire que ce discours (Information Science) a besoin d’études plus profondes, sur les auteurs et la signification de leurs idées, en dépit de la difficulté due aux différences idiomatiques et culturelles.

24Si l’on compare les courants Documentation et Néodocumentation, nous pouvons percevoir qu’il y a, dans le second, une ombre poststructuraliste qui repose sur des influences directes (comme la présence de Foucault et Wittgenstein dans les approches frohmanniennes) et indirectes (la condition espace-temps qui est à la base de la néodocumentation, dans des contextes distincts, à la fin du xixe siècle). En ce sens, la Néodocumentation est, au-delà d’un discours historique tardif de transposition de la francophonie documentaliste en anglophonie informationnelle, une réflexion épistémolgi-que sur la pertinence de la notion de document et sur le fondement de l’information dans la contemporanéité.

25Sans prendre en compte certaines périodes de dialogue avec la tradition, comme la réflexion documentaliste francophone et espagnole par exemple, le courant néodocumentaliste finit par ne pas considérer un double problème épistémologique  : d’un côté, la fracture historique qui répond de l’absence pas seulement du présent, mais aussi du passé – Otlet apparaît comme auteur fondamental pour la réflexion, mais ses concepts servent plutôt pour une nouvelle expression de la construction critique, c’est-à-dire qu’il n’y a pas un débat historiographique qui va à la recherche d’une critique théorique du passé, ou pour une tentative de résoudre les notions du présent à partir de quelques apports lointains (comme la querelle à propos de document versus information) ; d’un autre côté, la Néodocumentation ne traite pas tous les pro-blèmes, comme la difficulté de dialogue entre les différentes traditions con-tem-poraines sur le thème. La possibilité d’une réflexion comparée per-met-trait de signaler les dialogues silencieux possibles, mais l’absence d’échan-ges objectifs paraît indiquer une notion de document anglophone complètement distincte du sens de la francophone historiquement développée.

26Comme le structuralisme a établi un concept de document central pour l’his-toi-re du domaine spécifique de la Information Science, sous des con-fi-gu-ra-tions poststructuralistes d’une vision néodocumentaliste présente chez les auteurs comme Day et Frohmann, nous arrivons à entrevoir un horizon d’appro-ches critiques de la vie sociale des choses dites « documentaires ». Les jeux de pouvoir à partir du langage, des structures et superstructures qui conditionnent non seulement l’expérience vécue du document, mais aussi son invention en tant que telle, sont les fondements d’une notion de document contemporaine qui est traversée par les réseaux numériques.

27C’est à nous de critiquer la pensée d’Otlet et le concept de document présents dans son œuvre, principalement après ses conférences de la première décennie du xxe siècle jusqu’à sa consolidation dans le Traité. Ils ont encore une potentialité interprétative forte. À différents moments, tout au long de son œuvre principale, Otlet fait des ébauches notionnelles qui permettent de percevoir un poststructuralisme, le symbolisme d’objet et de représentations, la multiplicité des supports et des réseaux de communication entre eux et aussi le sujet connaissant avec pour objet l’expérience historique de la médiation. Outre cela, il est nécessaire de faire des recherches plus approfondies, non seulement sur la production otlétienne, mais aussi sur ce qui en découle aujourd’hui, particulièrement avec les aspects notionnels, symboliques et technologiques, dans le contexte de la médiation documentaire dans son parcours de transformation de l’objet en document.

Conclusion

28La construction historique de « document » montre que ce dernier est le produit d’actions de médiation, lesquelles sont réalisées par des activités comme la sélection, la représentation, le classement, les expositions. Des systèmes et services et d’autres activités constituent des dispositifs documentaires qui fonctionnent comme proposition de parcours des sujets dans le monde de l’information. Ainsi, la notion classique de document et ses dérivations fondent l’opérationnalisation des activités citées.

29La littérature sur la reconnaissance de divers courants en ce domaine et de réflexion sur leurs relations est abondante dans plusieurs pays européens. Les études du courant anglo-américain, appelées, en général, de la Library and Information Science (lis) abordent peu la perspective historique. On peut cependant l’identifier, de la Bibliographie à la Documentation, dans les diverses orientations qui constituent la Bibliothéconomie et dans les approches contemporaines de la Science de l’information (Information Science) aux États Unis, comme dans l’Informatika russe et, postérieurement, dans les Sciences de l’information et de la communication en France, ou encore dans les Ciencias de la Documentación, en Espagne. La vision fragmentée et partielle de la lis appauvrit le débat et est insuffisante pour la consolidation scientifique de la discipline. Elle ne contribue pas non plus à la reconnaissance et à la valorisation des spécialistes.

30Avant de déceler le besoin de démarcation d’un nouveau concept de document, nous avons perçu que les études néodocumentalistes proposent des visions différentes, cherchant un dialogue avec les préceptes de la question centrale du documentaliste (principalement, à partir de la recension de Lund, 2009). Cependant les configurations n’ont pas encore de recul historique critique ni une interprétation contemporaine plus large, qui reconnaitrait l’historicité continue (ce qui ne veut pas dire étanche) d’une réflexion sur le document dans les traditions épistémologiques non-anglophones. Ici et là, chez Otlet et Buckland, la matérialité reste une discussion centrale pour reconnaître quelque chose d’une philosophie du document, la documentalité, exprimée dans la vie humaine. Mais que signifie une telle matérialité dans un espace-temps si différent, et sous des influences théoriques apparemment si lointaines ? La notion de document demeure l’un des éléments épistémo-lo-gi-ques potentiellement le plus fructueux du domaine.

Haut de page

Bibliographie

Briet S., 1951, Qu’est-ce que la documentation ?, Paris, edit, <http://martinetl.free.fr/ suzannebriet/questcequeladocumentation/briet.pdf/>.

Buckland M., 1991, Information and information systems, New York, Praeger.

Capurro R., 1992, What is Information Science for ? A philosophical reflection, in Vakkari P., Cronin B., dir., Conceptions of Library and Information Science ; historical, empirical and theoretical perspectives. International conference for the celebration of 20th anniversary of the Department of Information Studies, University of Tampere (Finland), London, Taylor Graham, 82-96.

Couzinet V., 2000, Médiations hybrides : le documentaliste et le chercheur en sciences de l’information, Paris, adbs.

Couzinet V., 2015, A Documentologic Approach of Herbarium : Documentary Anabiosis and Philogenetic Classification, in Proceedings from the Annual Meeting of the Document Academy, vol. 2, <http://ideaexchange.uakron.edu/docam/vol2/iss1/16>.

Day R., 2001, The Modern invention of information : discourse, history and power, Illinois, Southern Illinois University Press.

Day R., 2005, « Poststructuralism and information studies », Annual review of information science social and technology (arist), vol. 39, 575-609.

Fraysse P., 2011, Document, in Gardiès C. dir., Approche de l’information-documentation  : concepts fondateurs, Toulouse, Cépaduès, 36-73.

Frohmann B., 2004, « Documentation redux : prolegomenon to (another) philosophy of information », Library Trends, vol. 52, n° 3.

Frohmann B., 2008, O caráter social, material e público da informação, in Fujita M. Spotti Lopes, Marteleto R., Lara M. Lopes Ginez de, A dimensão epistemológica da Ciência da Infor-mação e suas interfaces técnicas, políticas e institucionais nos processos de produção, acesso e disseminação da informação, São Paulo, Cultura Acadêmica ; Marília, fundepe. 13-36.

Frohmann B., 2011, Reference, representation, and the materiality of documents, in Couzinet  V., Courbières C., dir., Médiations et hybridations : construction sociale des savoirs et de l’information, IIeme colloque international du réseau mussi, Toulouse, Université de Toulouse 3, 55-67.

Lara M. Lopes Ginez de, 2014, Documentação, materialidade e práticas documentárias, in Carvalho K. de, Barreira M. I., dir., As transformações do documento no espaço-tempo do conhecimento, III Colóquio científico internacional da rede mussi, Salvador (Bahia) ufba, Instituto de Ciência da Informação. v. 1., <http://www.coloquiomussi.ici.ufba.br/>.

Lara M. Lopes Ginez de, Ortega C., 2012. Para uma abordagem contemporânea do docu-mento na Ciência da Informação, in Congreso isko, 2011. Coruña, Universidade da Coruña, 371-387, <http://ruc.udc.es/dspace/bitstream/2183/11621/1/cc_132_art_23.pdf>.

Lasso de la Vega J., 1947, Cómo se hace una tesis doctoral o Manual de técnica de la docu-men-tación científica y bibliográfica, San Sebastián, Internacional.

Lasso de la Vega J., 1969, Manual de documentación : las técnicas para la investigación y redacción de los trabajos científicos y de ingeniería, Barcelona, Labor.

Lemos F. C., Cardoso Junior H. R., 2009, « A genealogia em Foucault : uma trajetória », Psicologia e Sociedade, vol. 21, n° 3.

López Yepes J., 1978, Teoría de la Documentación, Pamplona, Ediciones Universidad de Navarra (eunsa).

Lund N. W., 2009, « Document theory », Annual Review of Information Science and Techno-logy (arist), vol. 43, 399-432.

Meyriat J., 1981, « Document, documentation, documentologie », Schéma et Schématisation, [repris dans Couzinet V., dir., 2001, Jean Meyriat théoricien et praticien de l’information-documentation, Paris, adbs Editions, 143-160].

Meyriat J., 2006, « Pour une compréhension plurisystémique du document (par intention) », Sciences de la Societé, n° 68, 11-28.

Ortega C., Lara M. Lopes Ginez de, 2010, « A noção de documento : de Otlet aos dias de hoje », DataGramaZero : Revista de Ciência da Informação, vol. 11, n° 2, <http://www.brapci. ufpr.br/brapci/index.php/article/download/12626>.

Otlet P., 1934, Traité de documentation : le livre sur le livre : théorie et pratique, Bruxelles, Mundaneum, <http://lib.ugent.be/fulltxt/handle/1854/5612/Traite_de_documentation_ocr.pdf>.

Sagredo Fernandez F., Izquierdo Arroyo J. M., 1983, Concepción lógico-lingüística de la documentación, Madrid, ibercom.

Salvador Bruna J., 2006, « Recepción de la obra otletiana en España a través del análisis cualitativo de citas », Documentación de las Ciencias de la Información, vol. 29, 25-69, <https://revistas.ucm.es/index.php/dcin/article/view/dcin0606110025A/0>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cristina Ortega et Gustavo Saldanha, « La notion de document d’Otlet à Meyriat et les propositions néodocumentalistes »Sciences de la société [En ligne], 100 | 2017, mis en ligne le 02 mai 2019, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/sds/5945 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sds.5945

Haut de page

Auteurs

Cristina Ortega

Professeure adjointe, Universidade Federal de Minas Gerais (ufmg, av. Antônio-Carlos, 6627, cep 31270-901, Belo Horizonte/ mg – 55 (31) 3409-5000, Brésil) ; ortega <chez> eci.ufmg.br

Gustavo Saldanha

Chercheur adjoint, Instituto Brasilieiro de Informação em Ciência e Tecnologia (ibict), Univesidade federal do Estado do Rio de Janeiro (unirio), rua Lauro-Muller, 455, cep 22290-160, Rio de Janeiro/ rj – 55 (21) 98407-9917, Brésil), saldanhaquim <chez> gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search