Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Sport et société

André Suchet, Jacques Mikulovic, Éric Dugas, dir., Sport, éducation physique et société numérique

Montpellier, afraps, 2017
Dominique Jorand
p. 196-197
Référence(s) :

André Suchet, Jacques Mikulovic, Éric Dugas, dir., Sport, éducation physique et société numérique, Montpellier, afraps, 2017, 250 pages.

Texte intégral

1Cet ouvrage qui fait suite à la 7e Biennale de l’Association Francophone de Recherche en Activités Physiques et Sportives (afraps) organisée à l’espe d’Aquitaine sur le site du magnifique Château Bourran de Bordeaux-Mérignac en novembre 2016 par les trois porteurs du volume à l’initiative de Jacques Mikulovic, vise à faire un état des savoirs scientifiques à propos de l’usage du numérique dans la sphère éducative et sportive.

  • 1 D. Jorand, (2002). Entre utopie et catastrophisme, un témoignage sur quelques pratiques actuelles d (...)
  • 2 Callède, J.-P., Sabatier, F. & Bouneau, C. (Eds.). (2014). Sport, nature et développement durable. (...)

2Les textes rassemblés par André Suchet dans une perspective de géographie sociale du sport, du tourisme et des loisirs d’inspiration déterministe, par Jacques Mikulovic, héritier d’une sociologie de l’intervention et pédagogie conative et par Éric Dugas tenant d’une sociologie plus individualiste pour ne pas dire défenseur de la praxéologie motrice en sciences de l’éducation, représentent une grande diversité d’approche en sciences sociales des pratiques sportives à partir d’un sujet d’actualité. La société numérique représente en effet un virage qui marque notre quotidien depuis le début des années 20001 et méritait une mise au point pour ce qu’il en est des pratiques corporelles. Démontrant un parfait accord entre l’école bordelaise de géographie sociale et sociologie politique plus ou moins fédérée par la msha2 et les sociologues de l’intervention très actifs à l’espe (anciennement iufm), le succès de cette 7ème Biennale de l’afraps et la solidité du livre qui en résulte est une preuve des possibilités de travail pluridisciplinaire entre des recherches basées pourtant sur des fondements théoriques divergents.

3Sur une ouverture scientifique remarquable de Gilles Bui-Xuân, président de l’afraps, qui se réfère aux analyses de Jeremy Rifkin, ce volume présente deux grandes parties. Une première partie de l’ouvrage traite du numérique dans le milieu scolaire. Cinq textes concernent plus particulièrement les nouvelles technologies au service de la formation des enseignants et de la réflexion didactique. Jean-Marc Monteil, professeur au Conservatoire national des arts et métiers, ancien recteur, chargé d’une mission interministérielle sur le numérique dans l’éducation et la formation, évoque les enjeux très actuels du numérique dans ce domaine. Lionel Roche et Nathalie Gal-Petitfaux, de l’équipe universitaire clermontoise, détaillent les nouvelles perspectives d’usage de la vidéo dans la formation des enseignants d’eps. Plus théoriquement, Grégory Delboé, de l’espe Lille Nord de France, envisage une nouvelle dialectique entre le faire et le penser en eps au moyen du numérique. Matthieu Quidu, de l’École normale supérieure de Lyon, réfléchit à la place de l’enseignant en eps à l’heure des tutoriels sur youtube et des applications pour smartphones ? Enfin, Marcel Lebrun, de l’université catholique de Louvain, expose le phénomène des classes inversées, notamment dans le contexte numérique. Cinq autres textes concernent les technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (tice) plus concrètement dans les situations de classe, avec les élèves. Marc Morieux, de l’université de Lorraine, présente les résultats d’une vaste enquête menée dans l’académie de Nancy-Metz afin de connaître quels sont les dispositifs technologiques d’enseignement et d’apprentissage mis en œuvre par les enseignants d’eps. Lucile Lafont, Alexandre Brochard et Julien Contu examinent l’usage du logiciel Kinovea et de tablettes numériques en gymnastique et acrosport au collège. Trois enseignants et formateurs eps dans l’académie de Créteil, interrogent ensuite la plus-value pour les apprentissages et les incidences sur l’enseignement d’un scénario pédagogique enrichi par le numérique. Dans le même sens, à partir d’un protocole formalisé, un autre auteur de Bordeaux, évalue les bénéfices pour des élèves de collège d’une intégration des tice à un cycle de gymnastique. Enfin, Delphine Evain et Philippe Tilagone, respectivement inspectrice pédagogique régionale et professeur d’eps dans l’académie de Nantes discutent du numérique dans l’évaluation participative.

  • 3 L. Crognier & E. Bayle, (Eds.). (2009). Le tennis dans la société de demain. Regards croisés. Montp (...)

4Une seconde partie de l’ouvrage traite plutôt des pratiques sportives de loisir, de performance ou d’animation et d’intégration sociale dans la société numérique. Cinq textes offrent une approche sociologique et anthropologique de ces évolutions de la technologie. Lucile Cres et André Suchet, explorent les usages et non-usages du starting-block électronique, une technologie de championnat mais aussi d’entrainement dans l’athlétisme de haut-niveau. Jean-Michel Peter, de l’université Paris Descartes, et Caroline Martin, de l’université Rennes ii, retracent l’évolution des innovations technologiques au service du tennis ! Un texte qui renvoie d’ailleurs à un précédent ouvrage de l’afraps constitutif d’une somme de connaissances sur l’activité3, véritable dictionnaire de la recherche sur le tennis. Partant de l’expérience d’une course dansée le long de l’avenue Broadway à New York, Davia Benedetti, de l’université de Corse Pasquale Paoli, appréhende l’impact des effets de mapping video et autres images numériques dans les spatialités de la danse contemporaine à partir d’une lecture post-moderne. Fabienne Duteil-Ogata, de l’université Bordeaux-Montaigne, propose un regard anthropologique sur une application d’apprentissage du karaté pour smartphone basée sur une auto-régulation des apprenants. Enfin, Frédéric Loyer et ses co-auteurs tentent de repérer les références antiques et les indicateurs d’une forme nouvelle d’héroïsation dans les jeux vidéo de combat free fight, et en particulier dans le cas du jeu ea Sports ufc 2. En dernière partie du livre, cinq textes traitent du numérique dans l’interaction sportive en elle-même à travers des expérimentations, des recherches et différents développements récents ou présents. Yannick Hernández, de l’université polytechnique de Madrid et associé de l’université de Bordeaux, évalue les bénéfices et les difficultés de mise en œuvre des tice dans deux projets socio-éducatifs auprès de jeunes en difficulté dans la communauté de Madrid (Espagne). Alain Coupet, assisté par deux ingénieurs pédagogiques, présente sa démarche de recherche et développement en faveur de l’application d’aide à l’enseignement du tennis de table à l’université de Bordeaux : ScolPingTab. Dans le même sens, Cathy Rolland et Marc Cizeron, de l’équipe universitaire clermontoise, conçoivent et testent un environnement numérique pour former à l’enseignement des habiletés gymniques. Didier Barthès, Didier Souliès, tentent une prise en compte de la subjectivité du joueur dans un dispositif support numérique en rugby à 7. Enfin, Guillaume Escalié et sa doctorante analysent l’impact de l’entretien d’autoconfrontation sur la formation continue des entraîneurs et athlètes de haut niveau en badminton.

5La conclusion de Vincent Liquète, professeur en 71e section du cnu à l’espe d’Aquitaine, donne les perspectives à ce sujet des sciences de l’information et de la communication que devrait interpeller ce travail collectif. Ce bel ouvrage Sport, éducation physique et société numérique des sciences de l’éducation, des staps, des sociologues, des géographes… mérite en effet de pouvoir établir des ponts qui restent à faire avec cette discipline universitaire d’analyse de la société contemporaine.

Haut de page

Notes

1 D. Jorand, (2002). Entre utopie et catastrophisme, un témoignage sur quelques pratiques actuelles de l’Internet. Loisir et Société, 25(1), pp. 55-74.

2 Callède, J.-P., Sabatier, F. & Bouneau, C. (Eds.). (2014). Sport, nature et développement durable. Une question de génération ? Pessac : Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine. Fauché, S., Callède, J.-P., Gay-Lescot, J.-L. & Laplagne, J.-P. (Eds.). (2000). Sport et identités. Paris : L’Harmattan. Honta, M. (2010). Gouverner le sport. Action publique et territoires. Grenoble : Presses universitaires de Grenoble. Augustin, J.-P. (Ed.). (2011). Cultures sportives et géographie. Numéro des Annales de Géographie, 120(680). Augustin, J.-P. & Suchet, A. (Eds.). (2016). Pratiques sportives et projets de territoire. Numéro des Cahiers de Géographie du Québec, 60(171).

3 L. Crognier & E. Bayle, (Eds.). (2009). Le tennis dans la société de demain. Regards croisés. Montpellier : afraps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Jorand, « André Suchet, Jacques Mikulovic, Éric Dugas, dir., Sport, éducation physique et société numérique », Sciences de la société, 101 | 2017, 196-197.

Référence électronique

Dominique Jorand, « André Suchet, Jacques Mikulovic, Éric Dugas, dir., Sport, éducation physique et société numérique », Sciences de la société [En ligne], 101 | 2017, mis en ligne le 24 mai 2019, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sds/6641

Haut de page

Auteur

Dominique Jorand

Maître de conférences à l’Université de Grenoble Alpes, équipe de recherche sens (ea 3742), Centre universitaire de Valence (ancien iup lest)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals