Navigation – Plan du site

Le supporter, le stade, la ville : une approche du football

The supporter, the stadium, the city: an approach to football
El aficionado, el estadio, la ciudad: una enfoque del fútbol
Michel Raspaud
p. 183-194

Résumés

Dans ce texte, nous proposons une approche sensible, sociologique et historique, du rapport entre le supporter de football, la ville et le stade. Nous essayons de voir comment l’imaginaire du football peut induire le regard porté sur une ville et un quartier, pour les comprendre. Ce texte s’appuie sur l’expérience personnelle de l’auteur.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

fútbol, aficionado, ciudad, estadio, sensible
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Comme souligné dans Rey (1998, 3699), on a proposé de franciser le terme en « supporteur ». Issu de (...)

1À l’approche d’un grand match de football, les villes de France et de beaucoup de pays du monde se parent des couleurs de l’équipe locale, ou dans certains cas des deux équipes protagonistes. Les supporters1 visiteurs sont parfois peu nombreux mais d’autres fois arrivent en masse. Il s’agit d’une grande fête du sport, mais aussi d’une grande fête urbaine, toute la figure de la ville étant modifiée pour un temps plus ou moins long. La pulsation urbaine, avec ses heures de pointe et d’accalmie, ses rythmes quotidiens ou hebdomadaires s’en trouve alors transformée. Et les habitants du lieu doivent s’en accommoder et s’y adapter en modifiant leurs habitudes, leurs horaires, leurs trajets et itinéraires…

2Nous avions pu montrer, à ce sujet, la dimension rituelle du grand match de football (Raspaud, 1984) : d’une certaine manière, la ville se contracte dans le stade où se rassemble le peuple des supporteurs qui vient y soutenir son équipe, laquelle affronte un alter égo sur un terrain aux dimensions d’un champ bataille, dans le cadre d’un rituel de mise à mort symbolique. La formule « coupe » est édifiante à cet égard, puisque le vainqueur continue de vivre la compétition alors que le perdant s’arrête. Dans un tel cadre dramatique, voire tragique, le public prend fait et cause pour son équipe, jouant le rôle de « douzième homme », souffrant collectivement lors des actions adverses, mais supportant ses favoris au double sens de donner de la voix et de porter vers la victoire.

3Notre analyse en appelle à la sociologie de Pierre Sansot, qu’il qualifie d’approche objectale (Sansot, 1973), c’est-à-dire mêlant saisie subjective et saisie objective. La ville – et à l’intérieur de la ville, le stade – n’existe pas seulement de façon objective en tant qu’équipement urbain au sein duquel se déroule un spectacle sportif. Ce stade c’est aussi un espace vécu, rêvé, imaginé, fantasmé par le supporteur, et les deux sont inextricablement liés. Qui plus est, chaque stade, comme chaque individu, a sa propre histoire et les deux vont alors se mêler comme nous essaierons de le montrer.

4Ainsi, ceux qui avaient l’âge d’être au moins adolescents n’ont pas pu oublier la soirée du 12 juillet 1998 : après que l’équipe nationale eut vaincu le Brésil au Stade de France lors de la finale de la Coupe du monde, les rues, avenues et places du centre des villes françaises ont été envahies par des foules composées de dizaines de milliers de nos compatriotes, voire de centaines de milliers pour les plus grandes agglomérations (un million et demi de personnes sur les Champs Elysées), laissant éclater leur enthousiasme et leur joie après une telle victoire. La période estivale et le beau temps étaient bien sûr favorables à de telles manifestations d’allégresse : hommes et femmes jeunes et moins jeunes, adolescents, enfants, automobiles immobilisées par la foule bloquant tout trafic, concerts de klaxons, drapeaux français (et algériens) agités sous les lumières des néons urbains, reprise en cœur à toutes occasions les « on a gagné » ou « on est les champions » traditionnels, ainsi que la nouvelle incantation, ode aux nouveaux champions du monde : « Et un, et deux, et trois zéro »…

5Pour les plus anciens d’entre nous à l’époque, ceux qui avaient vécu la période de la seconde guerre mondiale – comme alors souligné par la presse –, une telle joie populaire leur rappelait immanquablement la Libération avec ses cortèges et défilés, et la joie retrouvée du peuple français libéré du joug de l’occupant. Cependant, à l’instar des manifestations de protestation politique ou de revendication syndicale, les supporters ont très tôt dans l’histoire du football pris possession de l’espace public, par exemple simplement en se rendant en foule aux matches, portant tout un ensemble d’emblèmes, exprimant ainsi par ce biais leur appartenance.

Naissance du supportérisme

6Les premières règles unifiant le jeu de football sont établies au Royaume Uni en 1863, et moins d’une décennie plus tard est organisée la plus ancienne des compétitions toujours existantes : la Cup (1872). Quant au championnat professionnel, il est créé en 1888, soit quarante-quatre ans avant son instauration en France (1932).

7Dans l’Angleterre d’avant la première guerre mondiale, le football joue un rôle important dans la constitution des différentes communautés ouvrières, offrant aux premières générations d’ouvriers « le sens de l’appartenance à un groupe social et à un territoire particuliers (…) et le mouvement qui mène au stade est une conquête hebdomadaire du centre de la ville, une appropriation prolétarienne de la fierté civique » (Mignon, 1990, 38).

8En cette fin de xixe siècle, la popularité du football se développe très rapidement : si, en 1872, la première finale de la Cup n’attire que 2000 spectateurs, ils sont 17 000 en 1888 au stade The Oval (stade de cricket), puis 27 000 en 1891. Aussi, l’institution propriétaire du terrain, percevant la concurrence, refuse par la suite de prêter ses installations. En 1893, la finale est-elle transférée au Fallowfield Athletic Stadium de Manchester où se pressent 45 000 spectateurs, puis en 1895 à Crystal Palace où là aussi 45 000 supporters se rassemblent. Par la suite, toujours à Crystal Palace, le nombre de spectateurs de la finale de la Cup ne cesse d’augmenter : 66 000 en 1897, 69 000 en 1900, 110 000 en 1901, et finalement 120 000 en 1913 (Walvin, 1975, 75).

9Après la première guerre mondiale, Londres dispose, avec l’Empire Stadium de Wembley, d’un tout nouveau stade. Pour la première finale de la Cup qui y est jouée (28 avril 1923), entre West Ham United et Bolton Wanderers, entre 250 000 et 300 000 personnes se pressent pour assister au match, mais tous ne peuvent évidemment pas entrer. Si 126 047 spectateurs sont officiellement dénombrés (Walvin, 1975, 117), des milliers d’autres ont pu se faufiler, et la pelouse est envahie par une foule considérable. Aussi, la police montée doit faire se reculer le gens car sinon le match ne pourra avoir lieu, et les bobbies maintiennent tant bien que mal les spectateurs : « On se souvient avec émotion que cette foule immense fut pacifiquement canalisée par un policeman monté sur un cheval blanc et assista à la rencontre en essayant tant bien que mal de respecter lignes de touches et poteaux de corner » (Mignon, 1990, 40).

10Lors de ces grands matches que constituent les finales de Cup, ou les derbies entre clubs d’une même ville ou de villes très proches, les supporters par leur enthousiasme et leur accoutrement s’emparent de l’espace public urbain, tout en exprimant leur identité.

« Les gens portent d’étranges costumes, des parapluies peints, soufflent dans des clairons, agitent des crécelles et les clochettes, et font cela d’une façon qu’ils n’oseraient pas dans d’autres circonstances. L’apparat et la couleur font penser à d’autres occasions locales, telles les fêtes populaires, les processions religieuses et syndicales ; la relation entre le football et la vie industrielle locale est symbolisée par la présence de groupes musicaux jouant pour divertir les foules avant le début du match. Crécelles et clochettes dérivent souvent elles-mêmes du lieu de travail. Et, évidemment, les matches s’appuient sur la fierté de la loyauté envers la localité et, en particulier lors des derbies, sur la rivalité traditionnelle. Cette fusion bruyante du moderne et du traditionnel appartient incontestablement au contexte local et ne peut se comprendre sans lui. C’est en même temps une rébellion contre une société dans laquelle un tel comportement turbulent est de plus en plus perçu comme une invasion du droit d’autrui à la paix et à la vie privée » (Fishwick, 1989, 59, suivant notre traduction).

11A la même époque, à Glasgow, les fans inventent eux aussi des formes de soutien qui préfigurent le supportérisme des publics d’aujourd’hui. Ainsi des brake clubs, lesquels se rattachent, de l’époque victorienne jusqu’aux années 1930, aux deux grands clubs que sont Rangers et Celtic, mais aussi à d’autres équipes écossaises. Il s’agit de groupes bruyants se rendant aux matches en chariots (brake) tirés par des chevaux, puis plus tard en cars, ornés de slogans et de bannières à l’effigie de leurs joueurs préférés (Moorhouse, 1998).

« Soudainement, vous entendez un énorme fracas de roues, de grands cris, de coups de trompettes stridents. Et un chariot rempli d’hommes portant écharpes et casquettes passe à côté de vous dans un bruit terrible de ferraille, laissant flotter une bannière derrière lui une forte clameur et de grosses plaisanteries. Ce sont les supporters de foot qui reviennent de leur match. Ce sont de grands gaillards, en habits du dimanche, et tous membres de la « légion non officielle ». La fonction de leur club de football ne s’arrête pas au jeu. Ce sont des supporters, ils suivent leur équipe de terrain en terrain, ils vont aux matches et en reviennent dans leurs chariots, ils agitent leur bannière comportant cette devise étrange : Camlachie, Shamrock, Celtic, Football Club. Ils hurlent des menaces d’opprobre et ridiculisent n’importe quel club rival qui passe en chariot à côté d’eux. Et ils ont résolu, en quelque sorte, le problème des samedis après-midi moroses. D’autres supporters, qui n’ont pas de gros porte-feuille ou pas de club, les suivent à pied, et Renfield Street sent le football à plein nez » (Moorhouse, 1998, 194).

12On le constate, dès les origines de la massification du public (les foules de Glasgow étaient, jusque dans les années 1960, supérieures à celles de Londres), l’espace public urbain se voit rituellement approprié les samedis, jour de matches – When Saturday Comes, est le titre d’un célèbre magazine de football britannique, et aujourd’hui son site web. Les supporters, aussi bien, quand ils se rendent au stade que lorsqu’ils en reviennent, occupent les rues, les marquent de leur présence nombreuse qui n’est pas celle de la foule qui déambule pour faire ses achats, y instaurent une ambiance sonore inédite, se permettent des attitudes et des gestes réprouvés le reste du temps. La ville, en quelque sorte, se soumet à l’irruption des supporters qui, d’une certaine manière, proposent une animation aux passants et au reste de la population. Animation qui peut ne pas être appréciée par certaines couches bourgeoises, comme précisé supra, lesquelles se sentent agressées et insécurisées, dépossédées de leur art de vivre basé sur la quiétude et le confort.

En Amérique latine

13On trouve des phénomènes similaires en Amérique latine, même s’ils se développent avec retard vis-à-vis de la Grande-Bretagne, en particulier au Brésil, le football y étant importé à la fin du xixe siècle seulement.

14En 1925, le club de São Paulo, Paulistano, part effectuer une tournée internationale en Europe où il joue dix matches entre le 15 mars et le 28 avril, principalement en France, mais aussi en Suisse et au Portugal (Paris, Sète, Bordeaux, Le Havre, Strasbourg, Berne, Zurich, Rouen, Lisbonne). Les Brésiliens remportent neuf de leurs dix matches, battant les équipes nationales de France (7-1), de Suisse (1-0) et de Portugal (2-0), ainsi que clubs et sélections régionales, marquant au total 26 buts contre 7. Seul le fc Sète parvient à dominer l’équipe brésilienne emmenée par la star de l’époque, Arthur Friedenreich (auteur de onze buts lors de cette tournée), métisse d’une femme noire et d’un père Allemand. La presse pauliste se fait bien sûr l’écho de tels résultats, et avive l’excitation et l’enthousiasme des supporters, lesquels se rendent alors en masse au port qui doit accueillir le retour des héros.

15Au Brésil comme dans de nombreux pays (fans, tifosi, hincha), les supporters portent un nom spécifique : torcedor (pluriel : torcedores). Ce mot vient du portugais torcer, signifiant « tordre », « tortiller », comme tordre son mouchoir. Il possède un second sens : « faire changer d’avis », « faire changer le cours des choses ». Le geste de tordre son mouchoir dans la tribune constitue donc un encouragement adressé aux joueurs.

16C’est entre la fin des années 1930 et le début des années 1940 que les premiers groupes de supporters font leur apparition et s’organisent. A São Paulo, est créé le Grêmio São-Paulino (1939), qui inspire la formation de la Torcida Uniformizada (1940), rattachée au São Paulo fc. Cette forme de torcer, avec utilisation d’accessoires et de maillots colorés, est une tradition établie par des jeunes issus des élites qui étudièrent aux Etats-Unis et en rapportèrent cette nouveauté pour animer les tribunes. A Rio, un fonctionnaire fédéral supporter du Flamengo, Jayme Rodrigues de Carvalho fonde une torcida (1942) sous forme d’orchestre qui anime les matches, nommée Charanga, terme renvoyant à des petits orchestres typiques et très communs du Nordeste – J. de Carvalho avait émigré de Salvador vers la capitale en 1927 – et qui devient officiel pour cette formation. L’idée est efficace et Flamengo finance et équipe la Charanga. Si la capitale économique subit l’influence nord-américaine, la capitale politique d’alors est sous influence africaine : avec orchestres de percussions, maillots du club, on assiste à une forme de « carnavalisation » des tribunes – les défilés des écoles de samba s’instituent également dans les années 1930. À São Paulo, on appelle ces organisations torcidas uniformizadas, et à Rio torcidas organizadas, ce dernier terme devenant par la suite commun.

17L’époque de ces premières torcidas est aussi celle de la présidence de Getúlio Vargas (1930-1945), son régime devenant autoritaire en 1937 (Estado Novo). Le pouvoir promulgue alors des lois sociales bénéficiant aux travailleurs (durée hebdomadaire de travail, salaire minimum), mais instaure aussi le corporatisme. Dans cette société contrôlée et hiérarchisée par l’Etat, la notion de chef – de famille, de service, de la nation – prend de l’ampleur. Le pouvoir exprime une volonté pédagogique d’organiser les supporters au sein des stades, et il ne doit exister qu’une seule torcida organizada par club, avec un chef (Toledo, 1996). Aussi prennent-elles rapidement leur nom, comme la Charanga Jayme de Carvalho. C’est ce dernier personnage qui eut le premier l’idée de louer un bonde (tramway) pour transporter les torcedores au stade (Cruz et Aquino, 2007), instituant en quelque sorte le défilé urbain.

18Après la victoire de la Seleção lors de la Coupe du monde en Suède (1958), tout le Brésil attendait ses héros. Ceux-ci furent fêtés dans chaque ville : à Rio de Janeiro, la capitale d’alors, la foule massée sur l’Avenida Rio Branco attendit jusqu’à la nuit l’arrivée du cortège des joueurs, juchés sur une voiture de pompiers (c’est une tradition au Brésil). La même cérémonie se répéta partout, même si tous les joueurs n’y participèrent pas, ceux-ci regagnant leur ville d’origine (principalement Rio et São Paulo toutefois).

19Toujours est-il que, pour le football comme pour les autres manifestations qui s’emparent de l’espace public, il existe des parcours spécifiques et que ceux-ci ne sont pas les mêmes d’une « activité » à l’autre. Si, à Paris, les manifestations syndicales se déroulent entre Bastille et Nations, les Champs Elysées sont réservés au défilé du 14 juillet, aux grandes manifestations politiques d’ampleur nationale, et aux grandes célébrations sportives : la défaite des Verts à Glasgow (1976) fut célébrée sur les Champs, comme la victoire des Bleus en 1998, ou comme le sont les succès du Paris-Saint-Germain… Ainsi, dans chaque ville un lieu de rassemblement ou un parcours existe, toujours les mêmes au cours du temps. A Lyon, on célèbre les victoires du club local Place des Terreaux, devant la mairie, alors qu’à Marseille c’est le Vieux Port qui est le lieu systématique de rassemblement spontané des supporters en pleine effervescence.

Deux souvenirs d’enfance

20Dans le cadre de son approche phénoménologique de la ville, des gens de peu, des émotions sportives, Pierre Sansot souligne que « le sensible, c’est ce qui nous affecte et retentit en nous » (Sansot, 1986, 38). Parmi tous les souvenirs relatifs à ma passion du football, il en est quelques-uns marquants et qui, paradoxalement, se rattachent moins au spectacle lui-même, aux émotions procurées par victoires ou échec, à une sorte de vie par procuration accordée à mon équipe favorite à certains moments de mon existence, qu’au(x) trajet(s) qui mène(nt) au lieu du spectacle. Ainsi, durant mon enfance, par deux fois j’effectuais un trajet sur un porte-bagage de mobylette pour assister à un spectacle de football, et ces deux souvenirs de traversée de ville demeurent indélébiles et affectent ma mémoire.

21J’ai découvert le football, non pas en le pratiquant dans la ville de Lyon où nous habitions – je l’ai bien sûr pratiqué, comme tout « gone » se devait de le pratiquer dans les années soixante qui voyaient le club local tenir le haut de l’affiche. Mais, aussi paradoxal que cela puisse paraître à l’époque, j’ai le souvenir de l’avoir découvert à la télévision. Or, ma famille ne possédait pas la télévision, objet rare et cher à l’époque. Ce téléviseur sur l’écran duquel j’ai le souvenir d’avoir vu mon premier match, était dans un café ou quelque lieu de cette sorte. Mais, un enfant de moins de dix ans ne rentre pas dans un café seul. Surtout pas issu de ma famille, où ma mère exerçait un contrôle strict. Bien sûr, c’est accompagné, que je suis entré dans ce café ou, plus exactement, accompagnant.

22Car j’accompagnais mon père qui m’avait, pour la première fois, ou pour une des premières fois, emmené sur le porte-bagage de sa mobylette pour assister, avec des amis à lui, à une finale de la Coupe de France (Saint-Etienne/ Monaco en 1960, ou Saint-Etienne/ Nancy en 1962 ?). La date importe peu en vérité. Le rival régional de l’Olympique Lyonnais était géographiquement tout proche, et mon père fréquentait professionnellement de temps à autre Saint-Etienne. Cette proximité englobait affectivement le rival le plus sérieux, le plus dangereux, mais celui qui était le plus producteur d’identité : « on ne se reconnaît soi-même qu’en se distinguant non point du tout autre mais du voisin et du presque semblable » (Sansot, 1986, 80).

23L’important, au-delà du match lui-même, et de la télévision – spectacle nouveau à cette époque –, se situe dans la démarche qui, elle, recèle un sens dont le football apparaît ici le soubassement. Il s’agit de la démarche de la séparation d’avec la mère – la plupart du temps omniprésente dans une famille traditionnelle de la classe moyenne de cette époque –, et l’entrée en quelque sorte sous une triple forme, dans le monde des hommes ou, tout au moins, du masculin (l’école ne pouvant pas être considérée comme telle). Monde du masculin car je suis avec le père sans la mère, bien sûr. Monde du masculin avec ce symbole que représente la mobylette à cette époque, objet relativement cher pour un ménage de fonctionnaire avec quatre enfants. Mais cette mobylette est cependant au-dessus de la bicyclette, tout en se positionnant très loin de l’automobile en terme de symbolisation du niveau de vie. Surtout, cette mobylette fait que je m’accroche à la taille de mon père pour ne pas tomber, construisant ainsi une signification corporelle de l’adhésion au masculin. Cheval du pauvre, aussi, qui arrache dans le vrombissement du moteur l’enfant à sa mère, bien sûr avec la bénédiction – suppose-t-on – de celle-ci. Enfin, le troisième aspect concerne le lieu où sera visionné le match : le bar, le café, monde éminemment masculin, encore, au début de ces années soixante.

24Je me retrouve ainsi au sein même du cercle des hommes, de leur lieu (le café) et de leurs rites, peu accessibles aux femmes, et séparés d’elles. Monde clos dont le lien est le spectacle du sport – la mise en scène des jeux expressifs de la virilité masculine –, mais aussi la boisson avec son rite socialisateur du don et du contre don que représente la « tournée ». Chacun à son tour offre sa part (participation) au groupe réuni par et autour du spectacle sportif.

25La seconde fois que je vécus cette chevauchée fantastique de traversée de ville sur un porte-bagage de mobylette, ce fut avec l’un de mes frères aîné, accompagnés de l’un de ses amis, pour assister à mon premier match au stade de Gerland – notre père était décédé quelques mois auparavant. Cette fois, c’était bien à ma demande expresse que notre mère avait acceptée et donné son accord. La traversée d’une partie de la ville (le stade se trouve au sud de la commune) fut un long moment d’euphorie : celle d’être en route pour aller voir mon premier match, celle de la vitesse et de la course entre les deux amis. Mais ce voyage m’entraînait vers un haut lieu, car distant, car inaccessible, pour lequel il faut passer différentes « portes » (l’achat du billet, le contrôle, l’orientation pour trouver la bonne tribune, puis enfin la place). Enfin, trois images demeurent à jamais gravées dans ma mémoire : l’extraordinaire brillance du tapis vert de la pelouse sous la lumière des projecteurs, et les points rouges incandescents des cigarettes dans la tribune d’en face. Ce contact avec le stade ne s’est jamais démenti tout au long de mon existence, même s’il a été ou demeure intermittent.

Visites rituelles

26En effet, dans chaque ville que je visite, pour des raisons professionnelles ou autres, je recherche toujours où se trouve le ou les stades du ou des grands clubs locaux. Ils constituent pour moi des repères dans la mesure où je connais l’histoire du football mondial. Il s’agit d’une première approche de la ville par le biais d’une familiarité particulière, qui n’empêche nullement ensuite de m’intéresser à d’autres aspects culturels. Par ce biais je peux m’inscrire dans un paysage connu, comme je demande toujours aux chauffeurs de taxi de quel club ils sont supporters. Il s’agit d’une entrée en matière facile, qui crée une empathie (je ne m’avance toutefois jamais à donner mes préférences quant aux équipes de la ville et du pays visités).

27Pour le supporter, le stade constitue un haut lieu, un espace particulier dans lequel se déroule un spectacle qui est une forme de rituel. Dès l’antiquité, les sociétés urbaines ont construit des lieux de spectacle dans lequel la ville vient en quelque sorte se concentrer pour un moment donné : alors que la ville s’étend, le stade condense. Il condense sous forme de concentration de personnes qui s’agglutinent dans une masse en anneau (Canetti, 1966), se donnant en spectacle à elle-même ; il condense dans la mesure où la foule rassemblée y vit des émotions en commun, partagent les mêmes sentiments aux mêmes moments… Certes, le spectacle du stade et de la foule unanime est ausculté avec défiance par une certaine sociologie critique du sport, mais il constitue un de ces moments d’effervescence collective qui régénère et actualise le sentiment d’appartenance à la communauté locale ou nationale (Durkheim, 1968).

28Aussi, aller voir un match dans un stade « mythique », c’est-à-dire un stade chargé d’un moment fondamental de l’histoire du football mondial, et conséquemment de l’histoire tout court du pays, constitue un moment particulièrement émouvant. Ainsi, à l’automne 1984, j’ai eu l’occasion de voir jouer l’équipe nationale anglaise dans l’Empire Stadium, à Wembley, dans une tribune derrière les buts et parmi 55 000 Anglais. C’est dans ce stade que l’Angleterre a remporté son seul titre international senior : la Coupe du monde 1966 contre l’Allemagne fédérale (4 buts à 2), avec un but qui restera à jamais controversé (le ballon avait-il rebondi derrière la ligne de but allemande ? Les images de télévision de l’époque ne peuvent pas le montrer). Ce stade a été l’un des « temples » du football mondial durant huit décennies, avant d’être détruit et reconstruit entre 2002 et 2007.

29Mais, sans doute, le pèlerinage le plus émouvant fut-il mon premier match au stade Maracanã à l’occasion du championnat carioca au printemps 2008 : le vrai Maracanã, dans sa configuration de 1950, et non pas celui de la Copa 2014. Me retrouver dans ce stade était pour moi l’équivalent du chrétien se rendant à Jérusalem ou du musulman à La Mecque. Ce stade, avec son architecture typique et sa dimension colossale, pouvant à l’origine accueillir deux cent mille personnes, dans lequel la Seleção avait joué tant de matches et Pelé marqué son millième but, j’y étais ! Les torcedores donnèrent le spectacle qu’un touriste peut attendre, plus que celui qui se déroulait sur la pelouse. Déploiement d’immenses tifos avant et pendant le match ; émotions contradictoires comme la déception, l’angoisse, l’allégresse, vécues tout au long de la partie ; agitation de grands drapeaux perchés au sommet d’immenses bambous qui exigeaient force et dextérité de la part de ceux qui les maniaient. Et, avec le trépignement des supporters, au gré des actions de jeu, je sentais nettement les tremblements et l’élasticité du béton sous mes pieds. C’est l’avantage considérable du spectacle vivant sur celui de la télévision : tous les sens sont en alerte, guettant chaque nouvelle sensation.

30C’est dans ce stade que s’est déroulée une véritable « tragédie » nationale pour le Brésil. Lors de la Coupe du monde 1950, le Brésil a déployé un jeu flamboyant, pulvérisant successivement la Suède (7-1) puis l’Espagne (6-1) lors de la poule finale à quatre. Le 16 juillet, la Seleção doit jouer contre l’Uruguay. La presse du jour présente déjà les champions du monde ; des médailles ont été gravées à leur effigie. Aucun doute, le Brésil va entrer dans l’Histoire : 173 850 spectateurs se pressent officiellement dans le stade colossal construit en vingt-deux mois et à peine achevé (les observateurs de l’époque estiment à plus de 200 000 les personnes présentes). Mais les joueurs sont fébriles : s’ils ouvrent la marque, ils se font rattraper puis, à la soixante-dix-neuvième minute du match, l’Uruguayen Ghiggia donne la victoire à la Céleste. Le match s’achève dans un silence pesant, le trophée est remis au capitaine de l’Uruguay dans la plus totale confusion. Une partie de la foule rentre à la maison, silencieuse et désolée. Beaucoup restent au stade, paralysés par la défaite.

31Cette Coupe du monde devait une métaphore de l’entrée du Brésil dans le cercle des pays développés par l’intermédiaire de la victoire. Comme elle avait été annoncée à coups de superlatifs, la défaite fut vécue tout aussi intensément. En un instant, le pays perdit sa voix et sa voie. Ce revers a été perçu comme le destin tragique du peuple brésilien, privé de la victoire.

La ville, le quartier, le stade

32Ces cathédrales des temps modernes que sont les stades constituent des points de repère dans les villes. Les supporters y sont sensibles car c’est dans ces lieux que se vivent les émotions sportives collectivement. Tout supporter a envie de pouvoir visiter ces stades du monde qui ont participé à l’histoire de ce sport : Santiago Bernabeu (Madrid), Camp Nou (Barcelone), San Siro (Milan), Centenario (Montevideo). C’est une sorte de dévotion aussi aux équipes et joueurs mythiques qui y ont évolué. Et pour les plus anciens, chacun possède son architecture propre, loin de la logique de standardisation actuelle des constructions neuves. Les stades britanniques sont exceptionnels de ce point de vue : construits au sein même des quartiers où se sont développés les clubs, les tribunes donnent sur des rues bordées des maisons du quartier. Parfois, même, il se peut qu’une tribune jouxte les arrières cours des maisons comme c’était le cas pour Filbert Street, l’ancien stade de Leicester City fc (cf. Inglis, 1983, 124). Il est alors impossible d’agrandir la tribune en question sans devoir racheter toutes les maisons des habitants.

33C’est presque le cas à Buenos Aires, où le stade du club Boca Juniors, La Bombonera, possède une tribune quasiment sans gradins et faite de loges empilées les unes sur les autres, car elle est bordée par une rue du quartier de Boca, bordée elle-même de nombreuses maisons, ce qui donne une architecture totalement originale à ce stade. Dans ces conditions, on comprend que c’est tout le quartier qui vit au rythme de l’équipe de football, comme avec le stade Mayol de l’équipe de rugby à Toulon, à la différence des villes où les stades ont été programmés dans le cadre d’une planification urbaine, avec une architecture standardisée telle celle de tous les nouveaux stades d’aujourd’hui, bâtis pour la plupart sur des modèles très peu différenciés.

34C’est ce que soulignait déjà Pierre Sansot, il y a près de trois décennies, précisant que des municipalités croyaient bien faire en construisant des stades plus modernes et plus grands, confortant leur image par ces monuments imposants, mais qui se retrouvaient souvent trop vastes et séparés, éloignés de la ville (Sansot, 1990). De nos jours, si ces « “nouvelles cathédrales du sport” sont l’expression d’une audace architecturale et monumentale jamais égalée » (Callède, 2016, 21), elles constituent des monuments très impersonnels, assujettis au commerce jusqu’à dans leur nom (le naming) et procédant à un exercice maximal de la sécurité.

35Aussi, ces stades ne restituent-ils pas le passé identifiable à travers les transformations successives subies comme les stades britanniques, seuls quelques stades en France ayant cette qualité (Lens ou Saint-Etienne), car insérés de longue date dans le tissu urbain. Car, comme au Royaume Uni, ces stades ont été construits à l’origine sur des initiatives privées (les Houillères, le fondateur de la société Casino), bien avant d’être transférés ou rachetés par les collectivités locales. La présence d’un stade comme ceux-ci donne une coloration et une vie particulières au quartier dans lequel il s’insère, lui insufflant un rythme spécifique.

Conclusion

36Pour les supporters de football, les stades ne sont pas de « grands équipements structurants », mais des espaces vivants et vécus, dans lesquels des émotions ont été partagées collectivement, des espaces qui ont une histoire faite de victoires, de défaites, de joies, de déceptions. Tout ceci s’inscrit dans un cadre précis, celui du stade et son architecture laquelle rappelle le temps : les transformations successives qu’il a subies, les images anciennes, les mythologies qui se sont / ont été construites autour de celui-ci et de l’équipe qui l’occupe (Geoffroy-Guichard à Saint-Etienne et les cheminées d’usine visibles depuis les tribunes contribuant, dans les années soixante-dix, à identifier le style de l’équipe à l’abnégation du travail ouvrier…).

37Ma cartographie du monde va de pair avec les grands ou moins grands clubs de football de la planète et leur stade, leur histoire sportive mais aussi sociale : quelle place occupent-ils dans l’histoire de leur ville, de leur quartier ? En quoi expriment-ils ceux-ci ? Leur stade incarne cette histoire comme un intérieur est l’expression de la personne qui l’habite. Un stade exprime l’ambition des dirigeants du club, le dynamisme de la communauté dans laquelle il s’enracine, les liens qu’il entretient avec elle. A São Paulo, le club originellement fondé par les Italiens, Palmeiras, a détruit le vétuste Palestra Itália pour édifier en lieu place le moderne Allianz Parque avec un projet de diversification des activités économiques. A Lyon, le président du club local a fait construire sur fonds privés un nouveau stade illustrant ses ambitions, laissant au rugby le stade municipal, plusieurs fois modifié, rénové et modernisé.

38Ces équipes de football, ces clubs, ces stades sont inscrits depuis fort longtemps dans mon imaginaire, et c’est à travers ces yeux de supporter (qui se prétend éclairé ?) que j’appréhende les villes et les pays que je fréquente ou que je découvre.

Haut de page

Bibliographie

Callède, (J.-P.), 2016, « Séance d’ouverture ». in Les nouvelles cathédrales du sport. Les Cahiers de l’Université Sportive d’Eté n° 29. Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 19-25.

Canetti (E.), 1966, Masse et puissance. Paris, Gallimard.

Cruz (C.), Aquino (W.), 2007, Acima de tudo rubro-negro. O álbum de Jayme de Carvalho. Rio de Janeiro, C. Cruz.

Durkheim (É.), 1968 [1912], Les formes élémentaires de la vie religieuse. Paris, Presses universitaires de France.

Fishwick (N.), 1989, English Football and Society, 1910-1950. Manchester, Manchester University Press.

Inglis (S.) 1983. The Football Grounds of England and Wales. Londres, Willow Books.

Mignon (P.), 1990, “Supporters et hooligans en Grande-Bretagne depuis 1871 ». Vingtième siècle, n° 26, 37-47.

Moorhouse (H. F.), 1998, « Les foules de Glasgow ». Sociétés & Représentations, n° 7, 193-200.

Raspaud (M.), 1984, Football, rite, fondation. L’instant du match. Thèse de 3e cycle en sociologie, non publiée. Grenoble, Université des Sciences Sociales - Grenoble ii.

Rey (A.), dir. 1998, Dictionnaire historique de la langue française. Paris, Le Robert, 3 tomes.

Sansot (P.), 1973 [1971], Poétique de la ville. Paris, Klincksieck.

Sansot (P.), 1986, Les Formes sensibles de la vie sociale. Paris, Presses universitaires de France.

Sansot (P.), 1990, Le rugby est une fête. Paris, Plon.

Toledo (L. H. de), 1996, Torcidas organizadas de futebol. Campinas, Autores Associados/Anpocs.

Walvin (J.), 1975, The People’s Game. A Social History of British Football. Newton Abbot, Readers Union.

Haut de page

Notes

1 Comme souligné dans Rey (1998, 3699), on a proposé de franciser le terme en « supporteur ». Issu de l’anglais (lui-même repris au français), nous avons toutefois conservé la forme britannique, d’une part car la plupart des termes pour parler et décrire le jeu sont d’origine (football, penalty, corner, score, goal, referee…) et, d’autre part, parce que « supporter » renvoie à notre vécu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Raspaud, « Le supporter, le stade, la ville : une approche du football », Sciences de la société, 101 | 2017, 183-194.

Référence électronique

Michel Raspaud, « Le supporter, le stade, la ville : une approche du football », Sciences de la société [En ligne], 101 | 2017, mis en ligne le 24 mai 2019, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/sds/6659 ; DOI : 10.4000/sds.6659

Haut de page

Auteur

Michel Raspaud

Professeur en Sciences et techniques des activités physiques et sportives (staps) à l’Université Grenoble Alpes, sociologue et membre du laboratoire sens/ ea 3742 (Domaine universitaire, cs 40700, 38058 Grenoble  cedex 9).
michel.raspaud <chez> univ-grenoble-alpes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals