Navigation – Plan du site

La pétition contre la Loi Travail : construction et appropriation de l’évènement par ses acteurs

The petition against the Labor Law : construction and appropriation of the event by its actors
La peticion contra la Ley del Trabajo: construction y apropiacion del evento por parte de sus actores
Franck Bousquet, Nikos Smyrnaios et Emmanuel Marty
p. 52-75

Résumés

Cet article se propose d’étudier la pétition lancée le 18 février contre la Loi Travail. Son nombre de signataires de même que les réseaux et initiatives numériques qui l’ont entourée semblent en effet avoir constitué un évènement politique, dans le sens où ils ont paru rompre avec les cadrages en cours sur le fonctionnement de la politique française. C’est à la fois ce mouvement politique en ligne, initié par la pétition, et par extension ses relais, les réseaux d’interaction en ligne qu’il a pu provoquer et sa réappropriation par ses signataires que nous nous proposons d’interroger dans cet article. Notre objectif est de déterminer les logiques de mobilisation ainsi que leurs représentations. Pour cela nous avons effectué une analyse de la configuration politique ayant présidé à la mobilisation, une étude lexicométrique des commen­taires postés par les signataires de la pétition et un travail sur les réseaux d’interaction à l’œuvre sur Twitter autour de ce mouvement.

Haut de page

Texte intégral

1Les pétitions en ligne sont devenues un moyen d’expression politique largement intégré aux répertoires d’actions contemporains (Tilly, 1986). Cependant, très peu d’entre elles parviennent à pénétrer l’espace public médiatique et à s’imposer comme des faits politiques demandant une réaction de celles et ceux à qui elles sont adressées. Ces dernières années, à des titres divers et selon des modalités différentes, la pétition de soutien au bijoutier de Nice sur Facebook, celle contre la privatisation de la poste (appelée référendum par les organisateurs) ou celle demandant la grâce de Jacqueline Sauvage se sont imposées comme des faits politiques et médiatiques majeurs.

2Mais aucune d’entre elles n’a connu la rapidité de diffusion de celle lancée le 18 février contre la Loi Travail1. Son nombre de signataires de même que les réseaux et initiatives numériques qui l’ont entourée sembleraient avoir constitué un évènement politique, dans le sens où ils ont paru rompre avec les cadrages en cours sur le fonctionnement de la politique française (Arquembourg, 2011). En effet, si l’utilisation de réseaux socio-numériques, l’écriture de commentaires, la production ou l’aide à la circulation de tous types de contenus à vocation plus ou moins politique sont des pratiques sociales devenues courantes avec la massification d’internet (Greffet, Wojcik, 2008), la France a connu, par l’intermédiaire de cette pétition et du mouve­ment qui l’a suivie, une première mobilisation de masse trouvant son origine dans les pratiques politiques numériques, à l’instar de ce qui a pu se passer ailleurs dans le monde (Tufekci, Freelon, 2013). C’est à la fois ce mouvement politique en ligne, initié par la pétition, et par extension ses relais, les réseaux d’interaction en ligne qu’il a pu provoquer et sa réappropriation par ses signataires que nous nous proposons d’interroger dans cet article.

3Nous soutiendrons en effet, avec Jean-Gabriel Contamin (2001), que la pétition contre la Loi Travail, comme toutes les pétitions mais peut-être davantage que les autres du fait de son irruption massive dans l’espace public politique et médiatique, est importante non seulement pour sa présumée efficacité mais pour ce qu’elle nous révèle des logiques de mobilisation électronique en France en 2016 et de leurs représentations (Boure, Bousquet, 2010).

4Pour ce faire, nous reviendrons d’abord sur le pétitionnement en ligne, sur sa place dans les répertoires d’action contemporains et sur les raisons qui font que la pétition contre la Loi Travail peut être considérée comme un évène­ment politique en ligne. Ensuite nous aborderons les acteurs qui l’ont prise en charge. L’identité, le parcours et les objectifs de ceux qui sont à l’origine de ce mouvement nécessairement polysémique ne sont pas anecdotiques. Ils configurent au contraire la situation de départ et permettent de limiter les risques d’une analyse « hors-sol ». De même, tout évènement de ce type s’inscrit dans un moment politique (Rancière, 2009), une situation qui, si elle ne peut épuiser l’explication du fait, est indispensable à son interprétation.

5Nous proposerons dans un second temps une analyse des logiques de signatures par l’intermédiaire des commentaires déposés sur le site. La configuration produite par le nombre très conséquent de prises de position, de remarques et de toute autre forme d’intervention présente dans la rubrique commentaires est en effet un matériau révélateur des clivages, des convergences et des points de focalisation des personnes qui ont accepté de s’inscrire dans le mouvement en signant la pétition. La pétition en ligne devenant un évènement par le nombre plus que par la qualité de ses signataires comme certaines pétitions présentées dans les médias papiers, la réappropriation du texte et de la cause défendue par ses signataires nous paraît être l’un des facteurs explicatifs de sa réussite. En étudiant les commentaires nous sommes ainsi en mesure de mieux comprendre la logique d’apparition de l’évènement. Nous procéderons donc à l’analyse statistique d’un grand nombre de commentaires, basée sur la cooccurrence lexicale (Reinert, 2007) afin d’en dégager les principales lignes de force. C’est enfin sur l’insertion dans une sphère de militantisme électronique et l’utilisation des réseaux socio-numériques comme moyen de diffusion de la pétition et d’échange sur la Loi Travail que nous souhaitons nous attarder. Pour ce faire nous allons étudier les réseaux d’interaction autour de cette thématique sur la plateforme Twitter. Pour analyser leur structure et repérer les principaux acteurs et contenus nous avons produit des graphes d’interactions en nous focalisant sur certains moments-clés du mouvement qui ont produits des pics de messages. En conjuguant approche socio-graphique, contextuelle et analyse de corpus, nous souhaitons éclairer les logiques de fabrication d’un évènement politique en ligne, caractérisé par sa très forte mobilisation.

La pétition électronique, une redéfinition de l’engagement politique

6Le pétitionnement est une pratique ancienne, protéiforme, qui a connu avec le développement des usages de l’internet de nouvelles manières de s’exercer (Contamin, 2001). Désormais les appels à caractère politique fleurissent sur la toile, hébergés par des plateformes spécialisées ou mis en ligne sur des sites créés pour l’occasion par les initiateurs de la revendication. La pratique de la pétition, qui depuis les années 1980 était plutôt réservée aux intellectuels et aux personnalités déjà visibles dans l’espace public (Ory, Sirinelli, 2002), retrouve ainsi une popularité auprès du plus grand nombre. En effet, d’après les études sociologiques sur l’engagement, la signature d’une pétition en ligne pourrait parfaitement correspondre aux nouvelles façons de militer (Ion, 1997 ; Ion, Franguiadakis, Viot, 2005) ainsi qu’aux nouvelles formes d’action collective (Neveu, 1999 ; Cadiou, Déchezelles, Roger, 2007). Signer une pétition apparaît comme un acte circonstancié, en faveur d’une cause précise, qui ne demande ni d’épouser le corpus d’idées d’une organisation, ni de se mettre dans la situation d’un engagement de longue durée.

7Or, si plusieurs milliers de pétitions sont mises en ligne chaque année, seul un petit nombre d’entre elles parvient à recueillir des dizaines de milliers de signatures. C’est alors par la force du nombre qu’elles s’imposent dans le débat public et deviennent de véritables évènements médiatiques (Boure, Bousquet, 2010). A la différence des pétitions de personnalités, présentes essentiellement dans la presse écrite (Ory, Sirinelli, op. cit.), les pétitions électroniques fonctionnent aujourd’hui prioritairement sur la quantité de signatures recueillies. A l’image de Change.org, les sites spécialisés dans le pétitionnement posent des objectifs quantitatifs à atteindre, sous forme de seuils supposés motiver les signataires et ranimer la dynamique de mobilisation chez les initiateurs. Depuis le début de l’année 2016, deux d’entre elles sont parvenues à une visibilité médiatique suffisante pour qu’elles soient commentées dans l’espace politique. Qu’il s’agisse de la grâce partielle de Jacqueline Sauvage ou de la remise en discussion de la Loi Travail, ces deux évènements sont interprétés à l’aune du nombre de signatures recueillies par des pétitions électroniques.

8Cependant, pour pouvoir considérer que l’une d’entre elles constitue un évènement, il convient, au-delà du nombre de signataires affichés, que son apparition constitue un surgissement dans l’espace public. Pour être considéré comme un évènement, la pétition doit en effet surprendre et bouleverser l’agenda politique et médiatique (Arquembourg, op. cit.). Le million de signataires affiché est donc un premier élément nous permettant de considérer la pétition contre la Loi Travail comme un évènement. Mais il ne peut à lui seul expliquer son importance dans le débat public. La rapidité inédite et surtout l’imprévisibilité d’un mouvement revendicatif autour de questions relatives au droit du travail, quand le débat public portait essentiellement depuis plusieurs semaines sur la sécurité et l’identité, sont probablement d’autres éléments d’explication. Par conséquent, si la place des pétitions en ligne dans les répertoires d’actions politiques contemporains n’est pas négligeable, recueillir un million de signatures en deux semaines (du 18 février au 2 mars) constitue une exception notable susceptible de nous éclairer sur les logiques de la mobilisation électronique.

Le cas de la loi Travail : les initiateurs, le moment politique et le dispositif

9Comme nous avons pu le montrer par ailleurs (Boure, Bousquet, 2011), parmi les coûts symboliques de la signature d’une pétition en ligne, figure l’accolement de son nom à celui d’une instance ou de personnalités appelantes. Derrière chaque personnalité qui appelle à signer une pétition, il y a une histoire et des représentations. L’identité de celles et ceux qui mettent la pétition en ligne est donc de première importance. Dans le cas de la pétition contre la loi Travail, le choix a été fait de ne pas mettre en avant des figures politiques ou médiatiques de premier plan et de présenter 19 premiers signataires seulement marqués par un engagement associatif ou syndical

10Les trois principaux initiateurs de l’appel sont Caroline de Hass, Elliot Lepers et Sophie Binet. Tous les trois ont en commun leur expérience du militantisme et de l’activisme en ligne. Caroline de Hass est une militante aguerrie, porte-parole d’« Osez le féminisme », ancienne secrétaire générale de l’UNEF puis membre du Parti Socialiste, attachée de presse de Benoit Hamon et conseillère de Najat Vallaud-Belkacem au ministère des Droits des Femmes. Ses activités professionnelles sont donc produites par et produisent ses engagements.

11Elliot Lepers, responsable de la fabrication du site, possède un autre profil. S’il était en effet engagé politiquement auprès du mouvement écologiste, bien introduit dans les réseaux des militants de gauche, il exerce une activité professionnelle en tant que webdesigner. Sa page Facebook témoigne ainsi d’une excellente insertion dans le milieu des spécialistes de la communication en ligne. La présence d’Elliot Lepers parmi les initiateurs de la pétition explique la rapidité de la mise en place du site loitravail.lol ainsi que sa qualité professionnelle. Enfin la troisième instigatrice de l’appel, Sophie Binet, est dirigeante confédérale de la CGT, où elle est chargée de l’égalité femmes/hommes. Elle faisait aussi partie des cadres de l’UNEF et a été très visible lors des manifestations contre le Contrat Première Embauche en 2006. Aujourd’hui, elle n’exerce plus son métier de Conseillère Principale d’Éducation pour se consacrer entièrement à sa mission syndicale. Les 16 autres premiers signataires sont tous engagés dans des syndicats à des postes de responsabilités et représentent un réseau de militants qui ont partagé de nombreuses mobilisations, plus ou moins liées au droit du travail.

12Ces premiers signataires présentent donc, à l’exception d’Elliot Lepers, un profil assez similaire de militants syndicaux marqués par l’expérience de nombreuses luttes. Ils possèdent à la fois un capital militant et un capital partisan (Matonti, Poupeau, 2004) qui démontrent une très bonne intégration dans le champ politique. Peu connus médiatiquement, ils sont néanmoins pour certains parfois sollicités par des émissions d’information pour donner leur avis. Leurs noms et leurs profils ne constituent cependant pas des motifs d’engagement. Leur affiliation syndicale affirme leur connaissance des questions liées au droit du travail tout en pouvant représenter un obstacle pour la signature de ceux qui refusent l’assignation partisane. Appeler à signer une pétition, voire en rédiger une, n’est par conséquent pas une pratique étrangère aux 19 premiers signataires et en particulier aux 3 concepteurs de l’appel et du dispositif.

13Il nous semble ensuite fondamental de revenir sur la séquence politique qui a amené cette pétition à devenir un évènement politique. Si le contexte ne peut, à lui seul, expliquer un mouvement d’ampleur - nous reviendrons en particulier sur les réseaux de diffusion - il l’inscrit en revanche dans une configuration et des opportunités politiques qui peuvent se traduire par un « moment politique » qui voit un faisceau de facteurs se rejoindre au sein d’un rapport de force entre des acteurs (Rancière, op. cit. ; Filleule, Agrikoliansky, Sommier, 2010). Rappelons simplement que l’année 2014, deux ans après l’élection de François Hollande à la présidentielle, marque une importante scission au sein de la gauche jusqu’à présent associée au gouvernement, avec un éloignement progressif du pouvoir de tous ceux qui ne partagent pas l’idéologie néolibérale et sécuritaire incarnée par le premier ministre Manuel Valls. Des ministres, des députés mais aussi de nombreux collaborateurs de cabinet sont écartés ou s’écartent et portent des voix d’opposition au sein même de ce qui était jusque-là la majorité. La succession des défaites électorales pour le Parti Socialiste (municipales, départementales puis régionales) fait disparaître des mandats d’élus et des postes de collaborateurs et finit de libérer des paroles dissidentes. Suite aux attentats parisiens de 2015, la politique économique et sociale passe au second plan dans le débat public et les voix dissidentes sont en sourdine. Cependant, une proposition du président de la République, au lendemain des attentats du 13 novembre, instaure à nouveau un rapport de force avec une partie de la gauche de gouvernement. La déchéance de nationalité pour les bi-nationaux nés en France reconnus coupables d’actes de terrorisme est refusée par une partie des députés et crée une polémique médiatique. Ce débat ancre l’idée que le pouvoir épouse définitivement les thèses de la droite et, pour de nombreux militants de gauche la rupture semble consommée. Cependant, le climat sécuritaire, la complexité du sujet et la peur de s’engager pour une cause liée aux attentats terroristes limitent les possibilités d’un mouvement de masse. En revanche, dès l’annonce de la réforme du droit du travail, de premières réactions syndicales et politiques des opposants de gauche au gouvernement de Manuel Valls se font jour, ouvrant la voie à une possible mobilisation sur le terrain économique et social.

14Le texte de l’appel et sa forme s’inscrivent bien dans ce mouvement. Le dispositif imaginé par les appelants est construit selon trois modalités qui se répondent et effectuent des renvois les unes vers les autres : un site consacré au sujet1, une pétition hébergée par Change.org et une page Facebook2. Le site répertorie 34 points résumés en une phrase qui pointent autant de remises en cause des droits des salariés. Cette présentation est simple et concrète et permet à chacun de se rendre compte des implications du texte de loi sur sa propre situation. Au fur et à mesure de la mobilisation et de la discussion du texte par les partenaires sociaux et les parlementaires le site fait part des évolutions et des dispositions abandonnées. Les auteurs démontrent ainsi que la mobilisation possède une certaine efficacité.

15Le choix d’être hébergé par Change.org et non de laisser la pétition sur le site créé pour l’occasion est cohérent car il permet de bénéficier du réseau, de la visibilité et des moyens de diffusion de cette plateforme spécialisée dans les pétitions en ligne. Le texte est des plus simple puisqu’il s’agit d’une interpellation de la ministre du Travail pour qu’elle retire le projet de loi ainsi que de l’énumération de 10 des 34 points soulevés sur le site sous forme d’une liste indiquant des changements dans le code du travail suivi d’un appel à signer la pétition et d’un lien vers le site. Avant même que la pétition n’atteigne les 500 000 signatures plusieurs articles de presse ou émissions de radio et de télévision se sont intéressés au phénomène et ont souligné la rapidité avec laquelle les signatures s’accumulaient. La ministre du Travail, poste alors une réponse le 25 février sur le site de la pétition, acceptant de participer au débat et montrant ainsi l’efficacité et l’importance du dispositif.

16En parallèle de la pétition électronique deux autres mobilisations en ligne émergent et viennent renforcer la portée, la diffusion et la visibilité du mouvement. La première est une page Facebook, intitulée « Appel à la grève générale contre “la loi Gattaz-Hollande-Valls-Macron-El Khomri” » à l’ini­tiative de 3 militants de la CGT qui a connu un succès important3. La seconde initiative est celle d’un collectif de « Youtubeurs » politiques, qui, via le hashtag #onvautmieuxqueça, relayé également sur Twitter, demande aux internautes d’envoyer des témoignages d’expériences traumatisantes dans le monde du travail. En quelques jours plusieurs centaines de vidéos sont publiés4. Cette initiative, qui utilise les codes et les formes de la communication des « youtubeurs », est importante pour élargir le public mobilisable.

17Ces trois mobilisations se nourrissent les unes des autres. Un collectif numérique semble ainsi émerger, dépassant les cadres organisationnels politiques et syndicaux traditionnels, tout en prenant soin de s’appuyer sur ces derniers et de les articuler dans l’action.

18L’analyse des commentaires de la pétition sur la plateforme nous permettra ainsi d’approcher de manière plus fine les motivations et les formes d’engagement des signataires. Ainsi, nous serons en capacité de mieux comprendre comment la dynamique des signatures a permis si rapidement d’atteindre un nombre de noms transformant cette pétition en un événement politique et médiatique.

Les commentaires de la pétition : de l’évènement politique au renouvellement du mouvement

19On l’a vu, le déclenchement de l’opposition contre la Loi Travail est un cas d’école dans lequel les techniques de communication numériques, une certaine dose de marketing politique et la participation spontanée en ligne des milliers de citoyens s’articulent parfaitement avec le mécontentement populaire et la mobilisation syndicale, dans un contexte de crise politique. Pour mieux cerner les formes d’engagement des signataires, nous avons donc analysé 286 836 commentaires apposés sur la plateforme Change.org dans l’espace dédié à la pétition « Loi Travail : non, merci ! » entre le 19 février, date de lancement de la pétition, et le 31 mars 2016. Nous avons utilisé une méthode de traitement automatique conçue par M. Reinert (1983) et développée par Pierre Ratinaud (2009), concepteur du logiciel libre Iramuteq. Iramuteq implémente la Classification Hiérarchique Descendante, communément appelée « méthode Alceste », et produit des résultats sensiblement similaires à ce dernier (Ratinaud, Dejean, 2009). Par ailleurs, Iramuteq étant un logiciel libre, il permet d’éviter « l’effet boite noire » (Rieder, Rohle, 2012), c’est-à-dire l’impossibilité d’avoir accès à la logique interne du logiciel via le code, et d’en maitriser le paramétrage.

20L’objectif de cette analyse est de proposer une classification des commentaires en fonction du lexique cooccurrent qui les compose. Les classes lexicales obtenues représentent donc des ensembles de commentaires qui ont tendance à contenir les mêmes mots, relevant de thématiques (Mayaffre, Ben Hamed, 2015) ou de cadres particuliers d’appréhension du sujet (Marty et al., 2013). Les signes de ponctuation, caractères spéciaux et émoticônes ne sont pas pris en compte dans l’analyse, qui perd de fait une certaine finesse énonciative. Les émoticônes constituent en effet, comme le montre Halté (2016), des modalisateurs très présents dans les échanges numériques et leur identification permet d’appréhender assez facilement les émotions, de valence positive comme négative, exprimées par les internautes. Pour autant, il nous semble que l’analyse co-occurrentielle des traces lexicales, même exclusivement alphanumériques, d’un corpus conséquent (6 597 624 occurrences) de contributions numériques peut nous permettre d’appréhender les pratiques discursives d’engagement des signataires, comme cela a déjà été le cas sur d’autres espaces d’expression numérique (Marchand, Ratinaud, 2012), ainsi que leurs évolutions sur une période d’environ 6 semaines.

  • 5 La lemmatisation consiste en la reconnaissance des catégories grammaticales des formes lexicales (...)
  • 6 la réduction des formes initiales, c’est-à-dire que les noms et adjectifs sont ramenés au masculin (...)

21Une classification hiérarchique descendante est d’abord effectuée selon la méthode Reinert, sur un corpus préalablement lemmatisé5 qui nous donne le dendrogramme6 suivant (fig. 1) :

22Cette première analyse fait apparaitre trois grands groupes de classes lexicales. Le premier, constitué des classes 6 et 7, mobilise un ethos de gauche, que les signataires estiment bafoué. Il consiste en une dénonciation d’un choix politique mettant en danger des valeurs politiques (classe 7) et l’histoire sociale de la France (classe 6), choix assimilé à une trahison de la part d’un gouvernement socialiste.

  • 7 Le dendrogramme est la première représentation graphique de la Classification hiérarchique descen (...)
  • 8 Les passages cités contiennent, comme souvent sur internet, un certain nombre de fautes d’orthogr (...)

23Dans la classe 6 (18,06 % du corpus) les signataires dénoncent un « retour en arrière » d’un ou deux « siècles », un « recul », une « régression sociale », la fin de certains « droits sociaux durement acquis » par les « parents » ou « ancêtres », à l’image du passage suivant78 : « je signe parce qu’il est inadmissible de proposer une telle loi qui projette les salariés ou futurs salariés vers un retour d’un ou deux siècles en arrière. Ayant de la mémoire et du respect pour les anciens qui se sont battus pour avoir des acquis sociaux » Vincent, 23 février 2016.

24La classe 7 (19,54 %), liée à la précédente, est celle de la dénonciation d’une « trahison » de la part d’un « gouvernement » « socialiste » ou « de gauche ». Placé sur le terrain des valeurs, le discours de cette classe considère comme « honteux » et « indignes » les choix politiques de « Hollande » et du « PS », pour lequel de nombreux signataires disent avoir « voté ». Le passage suivant illustre assez bien ce propos : « Je suis écoeuré de voir un gouvernement socialiste soit disant de gauche bafouer sans scrupule les droits des tra­vailleurs de cette façon. La droite n’en aurait pas fait autant. J’ai honte et je me repends d’avoir voté pour Hollande aux dernières élections présiden­tielles. » Stéphane, 22 février 2016.

25Le deuxième ensemble lexical, constitué des classes 3 et 4, peut être considéré comme le lieu du logos, en ce qu’il contient une mise en cause ex­plicite, argumentée et circonstanciée de la loi Travail, qu’il s’agisse de qualifier la loi (classe 3) ou d’en détailler de manière plus systématique les mesures concrètes avec une argumentation sur ses possibles effets sur les salariés, les entreprises et le chômage (classe 4).

26La classe 3, qui représente 8,61 % du corpus, recèle un grand nombre de qualificatifs employés pour désigner la loi, ainsi considérée comme « injuste », « absurde », « aberrante », « ridicule », « dangereuse », « stupi­de », « inhumaine », « inadaptée » ou encore « inutile », qualificatifs renfor­cés par les adverbes « complètement » et « totalement ». Les signataires demandent alors le « retrait » du « projet » de « loi » ou de la « réforme ». Lepassage suivant en est un exemple typique : « Je signe car je trouve que ce projet de loi est injuste, inégal, et qu’il permettrait d’incroyables abus de la part des employeurs ! ! ! » Yohan, 28 février.

  • 9 Initiée par Lucie Loubère, que nous tenons ici à remercier pour son concours.

27La classe 4, qui est la classe la plus importante quantitativement avec 22,37 % du corpus, consiste en une contre-argumentation plus structurée sur les prin­cipales mesures de la loi, notamment en ce qui concerne le « salarié », l’« entreprise » et le « code du travail » ; les questions de l’« emploi », du « chômage » et de la « précarité », des relations entre « employeurs » et « employés », des « actionnaires », du « licenciement » et de la « protection ». Il s’agit là du cœur du travail pédagogique d’explication des possibles dangers que certaines mesures contenues dans la loi font peser sur les salariés. Une projection du lexique du Projet de loi El Khomri sur les différentes classes lexicales des commentaires9 révèle d’ailleurs que c’est précisément cette classe qui contient, de manière significative, le lexique contenu dans le texte de loi. Il s’agit donc bien de critiquer les mesures du projet de loi, de manière relativement informée, à l’image des passages suivants : « Je signe cette pétition car le but est de créer de l’emploi et cette nouvelle proposition de loi va dans le sens contraire ! Ajouter des heures de travail aux salariés déjà embauchés réduit le besoin pour les entreprises d’employer du nouveau personnel... » David, 25 février. « Cette loi ne solutionne en rien le problème du chômage. Chef d’entreprise, j’embaucherais si j’avais du travail à donner à mes salariés. Toutes les mesures de cette loi ne facilitent pas l’emploi ! » Jean-Luc, 28 février.

28Enfin, le troisième groupe contient l’expression d’une colère voire d’une défiance du « peuple » face à des représentants politiques considérés comme au service des « riches » (classe 1), des témoignages de travailleurs précaires (classe 2) ainsi que l’inquiétude de certains signataires pour l’avenir de leurs enfants (classe 5). Très empreint d’affect, il semble ainsi plutôt relever du pathos.

29La classe 1 (14.69 % du corpus) est celle de la défiance du « peuple », du « pays », des « Français » ou encore des « citoyens » envers les « politiciens » accusés de défendre les intérêts des « riches » contre les « pauvres ». L’ « argent » et les « privilèges » des élus sont pointés, dans un discours assez virulent mentionnant la « démocratie » et la « révolution », comme dans le passage suivant : « Cette reforme montre bien la direction que prend notre gouvernement avare, qui ne cherche qu’a enrichir les plus riches sur le dos des vrais personnes qui font la richesse de notre pays, nous peuple de France d’en bas. » Francis, 25 février.

30La classe 2 (13,4 % du corpus) rassemble pour sa part des témoignages sur les questions du temps de travail, du temps de vie et du salaire, avec les mots « travailler », « vie », « payer », « bosser », « vivre », « semaine », « gagner », « smic », « jour », « heure », etc.. Ces témoignages sont teintés d’indignation face au projet de loi et émanent souvent de personnes visiblement précaires. Ils constituent, comme précédemment mentionné, l’un des deux axes forts de la campagne. Les deux passages suivants en sont emblématiques : « Cela fait 27 ans que je travaille on ne fait que payer, on n’a plus de quoi partir en vacance on ne vit plus mais on survit en plus de pondre que vous allez faire 12h par jour ou 60hres par semaine à 10 pour cent d’indemnités supplémentaire où va t’on » Serge, 23 février. « Parce que on travaille pour le smic et que c est deja dur pour vivre et les mineurs qui sont apprentis ne vont pas travailler 40 heures par semaine pour gagné 600 euro sa s appelle de l esclavage » Christelle, 22 février.

31La classe 5, enfin, qui représente peu de surface (3,33 % corpus) mais apparait comme assez spécifique lexicalement, est celle de la « peur » des signataires pour l’« avenir » de leurs « enfants » ou « petits -enfants », une inquiétude que la « jeunesse » soit réduite à l’état d’« esclave ». Ces messages sont souvent le fait de signataires « retraités » s’exprimant pour les « générations futures », à l’image du commentaire suivant : « je signe cette pétition parce que, je me sens concernée pour l’avenir de mes enfants. Nous sommes au 21 ème siècle et régressons de plus en plus. Les salariés vont redevenir des esclaves. Pourquoi les capitalistes sont si aveugles. » Martine, 23 février.

32A l’issue de cette description des classes lexicales, les trois ensembles identifiés semblent bien relever de motifs et de formes d’engagement distincts. Ces engagements sont plus ou moins conscients et structurés, entre défense de valeurs politico-historiques de gauche, examen critique des mesures contenues dans la loi et expression plus spontanée d’une inquiétude, d’un désarroi ou d’une colère. S’agissant d’un corpus courant sur environ six semaines, il apparait alors intéressant de se pencher sur les évolutions dans le temps de ces types de discours, afin de déterminer lesquels d’entre eux cristallisent une évolution du mouvement et lesquels peuvent relever d’une certaine constance des motifs d’engagement. Pour ce faire, nous avons projeté les 42 journées couvertes par notre corpus sur chacune des 7 classes identifiées par l’analyse Reinert, afin de visualiser les évolutions quantitatives de chacune d’elles dans le temps.

33Le groupe des classes 6 et 7, dénonçant le reniement des valeurs de gauche et de l’héritage social de la France, est chronologiquement le premier à apparaitre (les quatre premiers jours pour la classe 6, la première semaine pour la classe 7), puis se trouve assez rapidement sous-représenté à partir du 26 février. On peut en déduire qu’il s’agit de messages très spontanés émanant sinon de militants au moins de sympathisants et électeurs de gauche, dont la réaction immédiate, et probablement assez peu structurée, ne se focalise pas encore sur le contenu du texte mais plutôt sur le terrain des valeurs et d’une sensibilité politique mise à mal voire trahie. Elle correspond bien au « moment politique » décrit plus haut.

  • 10 Notamment l’abandon du plafonnement des indemnités prud’homales, l’encadrement plus précis du lic (...)

34Assez vite, dès le 28 février, un discours plus structuré, sur le plan discursif mais sans doute aussi sur le plan des acteurs et réseaux de protestation, apparait. Il s’agit du discours qui concerne très directement la loi et ses mesures (classes 3 et 4). Il restera très fort jusqu’à la mi-mars, probablement entretenu par les manifestations du 9 mars et du 17 mars, et s’estompera ensuite, sans pour autant disparaitre. Il s’agit sans nul doute d’un discours étroitement lié à l’engagement militant des organisations syndicales et étudiantes, structurant une parole critique assez pédagogique visant à livrer des arguments et revendications précises en direction du gouvernement. Les premières concessions de ce dernier, annoncées le 14 mars par Manuel Valls10, y répondent en partie et expliquent sans doute le tassement de ce discours, observé au cours de la deuxième quinzaine de mars.

35En revanche, le troisième type de discours, de nature plus affective, apparait stable tout au long de la période, à l’exception de celui sur les générations futures (classe 5) qui n’apparait qu’au 28 février mais reste ensuite présent jusqu’au 31 mars. L’expression de la peur et de la colère envers les élus politiques (classe 1), de même que les témoignages de travailleurs précaires (classe 2), ne semblent pas subir de fluctuations importantes et délimitées dans le temps comme c’est le cas des deux types de discours précédents.

36La constance de cet univers de discours, entre témoignages ancrés dans le réel de travailleurs précaires et défiance vis-à-vis de la classe politique, dépassant le cadre strict de l’opposition au texte de loi, préfigurent le mouvement de protestation, plus large, né le 31 mars à la suite d’une journée de mobilisation contre la loi : le mouvement Nuit Debout.

37Au vu des différents types de contributions apposées sur la plateforme Change.org, toutes les pratiques de protestation électronique contre la loi ne peuvent pas être considérées comme superficielles ou utilitaristes. Il semble plutôt que ces formes plurielles de participation aient contribué, pour une part non négligeable, à la structuration d’engagements plus durables et à des for­mes renouvelées d’organisation de l’expression publique. Twitter a, à cet égard, constitué un outil précieux de conversation publique et de structuration du mouvement de protestation, qu’il s’agit à présent d’approcher à travers une analyse des réseaux d’interaction. Ces derniers ont en effet évolué en lien avec la temporalité du mouvement et les faits marquants qui l’ont jalonné.

Twitter : des réseaux d’interaction à l’appropriation d’un évènement politique

38Pour analyser les réseaux qui se sont formés sur Twitter autour de la Loi Travail et repérer les principaux acteurs nous avons constitué quatre échantillons de tweets comportant les chaines de caractères « loitravail »

11

Fig. 2 - La variation de production de tweets contenant les chaines de caractères « loitravail » et/ou « onvautmieuxqueça » entre le 24 fevrier et le 31 mars 2016.

Fig. 2 - La variation de production de tweets contenant les chaines de caractères « loitravail » et/ou « onvautmieuxqueça » entre le 24 fevrier et le 31 mars 2016.

Source : collecte avec DMI-TCAT

Tabl. 1 - Les échantillons de tweets utilisés pour l’analyse de réseaux

Tabl. 1 - Les échantillons de tweets utilisés pour l’analyse de réseaux

39Une fois ces échantillons constitués nous avons constaté que l’intérêt pour la pétition allait en diminuant. En effet, alors que le terme « pétition » était mentionné dans 1 tweet sur 27 dans le premier échantillon, cette moyenne n’était que de 1 sur 40 dans le deuxième échantillon, 1 sur 55 dans le troisième et seulement de 1 tweet sur 163 dans le troisième échantillon. Nous pouvons donc émettre l’hypothèse qu’à mesure que le mouvement social prenait corps à travers des manifestations de plus en plus importantes mais aussi des grèves et d’autres types d’actions concrètes, l’intérêt de la pétition s’émoussait.

  • 12 Pour une analyse complète de ce volet de la recherche voir Nikos Smyrnaios, Franck Bousquet et Em (...)

40Nous avons donc décidé d’appliquer notre analyse uniquement sur les deux premiers échantillons12. Nous y avons appliqué une méthode d’analyse qui repose dans un premier temps sur l’étude de graphes de relations entre usagers (Smyrnaios, Ratinaud, 2012). Pour chaque échantillon nous avons construit un graphe des interactions entre usagers à partir de la pratique du retweet et de la mention de la manière suivante : pour chaque retweet ou mention dans un tweet de l’échantillon, nous traitons l’usager émetteur et le récepteur comme les sommets d’un graphe. Le graphe ainsi obtenu est orienté par une forme de relations entre twittos. L’étape suivante a consisté à déterminer des communautés à l’intérieur de ce graphe, c’est-à-dire des ensembles de sommets fortement reliés entre eux, ce qui revient dans notre exemple à déterminer des groupes d’individus qui ont tendance à se retweeter et/ou se mentionner.

41Les graphes ont été réalisés avec le logiciel libre de visualisation Gephi en utilisant l’algorithme Open Ord13. Les points sur les cartes de visualisation des graphes ci-dessous correspondent aux comptes Twitter ayant écrit un message comportant les chaines de caractères « loitravail » et/ ou « onvaut- mieuxqueça ». Les lignes entre les points représentent les interactions entre ces comptes (mentions et retweets). La topologie des graphes est le résultat de l’intensité de l’interaction entre les comptes (plus deux comptes sontcaractérisés par une communication bidirectionnelle intense entre eux, plus ils sont proches sur la carte) et de leur centralité au sein du réseau d’échanges. La taille des points dépend du nombre de « retweets » et mentions reçus. La couleur est fonction du degré d’interconnexion entre les points. Les cartes ainsi obtenues nous permettent d’avoir une vision macroscopique des échanges qui ont eu lieu sur Twitter autour d’une thématique précise et d’y repérer les principaux acteurs et réseaux. Par ailleurs, la collecte avec l’outil de DMI-TCAT nous fournit également des statistiques utiles à ces fins.

La création du compte @loitravail

42Le 25 février, sous la pression de la mobilisation en ligne contre le projet de loi incarnée notamment par la pétition, le gouvernement lance le compte @loitravail pour contrer les critiques. Le même jour les médias notamment audiovisuels se saisissent du succès de la pétition mise en ligne quelques jours plus tôt. Le lancement de ce compte et la focalisation concomitante des médias sur le sujet provoquent un torrent de messages. Rapidement les twittos commencent à interpeller le compte @loitravail, qui reçoit 23 387 mentions en 53h. Le compte en question n’émet de son côté qu’une trentaine de tweets et répond à 8 interpellations pendant la même période. Son gestionnaire semble tétanisé par la masse des interpellations ou applique des consignes de silence. Le compte de Myriam El Khomri est massivement sollicité également par les opposants à la loi Travail. Twitter France est à son tour critiqué pour avoir certifié le compte @loitravail trop rapidement après sa création14. La plupart des messages adressés au compte travail qui ont connu un succès en termes de citations (retweets) sont ironiques et s’inspirent du premier tweet d’introduction du compte gouvernemental.

Tabl. 2 - Liste des 20 comptes ayant reçu le plus de mentions contenant les chaines de caractères « loitravail » et/ou « onvautmieuxqueça » entre le 25 et le 27 février 2016.

Tabl. 2 - Liste des 20 comptes ayant reçu le plus de mentions contenant les chaines de caractères « loitravail » et/ou « onvautmieuxqueça » entre le 25 et le 27 février 2016.

Source : collecteavec DMI-TCAT

43Selon Twitter « Le badge bleu certifié sur Twitter permet d’assurer aux utilisateurs l’authenticité d’un compte d’intérêt public [...] Un compte peut être certifié s’il s’agit d’un compte d’intérêt public » (source : <https://support.twitter.com/​articles/​269158#>).

Fig. 3 - Capture du premier message posté par le compte officiel @loitravail le 25 février 2016

Fig. 3 - Capture du premier message posté par le compte officiel @loitravail le 25 février 2016

Tabl. 3 - Liste des 20 messages ayant reçu le plus de retweets contenant les chaines de caractères « loitravail » et/ ou « onvautmieuxqueça » entre le 25 et le 27 février 2016.

Tabl. 3 - Liste des 20 messages ayant reçu le plus de retweets contenant les chaines de caractères « loitravail » et/ ou « onvautmieuxqueça » entre le 25 et le 27 février 2016.

Source : collecte avec DMI-TCAT

44A cette période, la pétition contre la Loi Travail dépasse les 500 000 signatures. Cependant sur Twitter le réseau des interactions est largement structuré autour du compte @loitravail. Il y a beaucoup de petits groupes qui se forment autour des comptes de responsables politiques comme Benoit Hamon, François Fillon ou Alain Juppé, de médias, de partis politiques (FN, PS, PG) et d’organisations syndicales (UNEF) mais il n’y a pas véritablement de structuration politique des échanges (voir figure suivante). Au contraire s’agrègent autour de ce qui est devenu un buzz (l’apparition du compte @loitravail) des célébrités et des publics qu’on peut qualifier d’apolitiques. Le mouvement contre la Loi Travail sur Twitter apparaît ainsi comme un mouvement de contestation globale de la politique du gouvernement susceptible d’engranger de multiples soutiens, sensibles à « l’air du temps ». Il est d’autant plus renforcé que la communication du gouvernement à travers ce support est maladroite et tardive.

Fig. 4 - Réseau d’interactions autour de la loi Travail sur Twitter entre le 25 et le 27 février 2016

Fig. 4 - Réseau d’interactions autour de la loi Travail sur Twitter entre le 25 et le 27 février 2016

La journée de mobilisation du 9 mars

45L’intersyndicale du 23 février ayant produit une déclaration timorée ne prévoyant pas d’actions concrètes, une multitude d’appels émanant de structures syndicales locales ou professionnelles, d’organisations de jeunesse mais aussi des collectifs citoyens converge sur une journée de manifestation le 9 mars. Cet appel est largement relayé sur Facebook avant que les principales organisations syndicales s’y rallient officiellement le 3 mars. Sur Twitter aussi la mobilisation est forte. Entre le 7 et le 9 mars près de 66 000 tweets contenant les chaines de caractères loitravail et/ou onvautmieuxqueça sont produits par 21 000 comptes différents. Les messages sont moins nombreux que pendant le précédent épisode mais le débat est beaucoup plus structuré politiquement.

Fig. 5 - Réseau d’interactions autour de la loi Travail sur Twitter entre le 7 et le 9 mars 2016

Fig. 5 - Réseau d’interactions autour de la loi Travail sur Twitter entre le 7 et le 9 mars 2016

46Le Parti de Gauche investit massivement les échanges, de même que l’UNEF et ATTAC. L’exécutif, à l’image des comptes de Manuel Valls, de François Hollande et de Myriam El Khomri, ainsi que le MEDEF et la CFDT sont intensément interpellés par les opposants à la loi. Au centre du réseau d’échanges le compte de Caroline de Haas, l’une des initiatrices de la pétition contre la Loi Travail, est énormément cité et mentionné notamment lors de ses différents passages médiatiques (par exemple à iTélé le 9 mars et Public Sénat le 5 mars). Ces invitations sont le résultat de la pétition. Nous observons ainsi une logique de cercle vertueux qui se met en place autour de la pétition contre la Loi Travail : son succès pousse les médias notamment audiovisuels à inviter ses initiateurs ; ces passages sont largement relayés sur les réseaux socio-numériques ce qui accroit l’exposition publique de la pétition et donc le nombre de signataires.

  • 14 L’initiative se définit comme « un collectif de citoyens et citoyennes créatifs, initié dans le b (...)

47De son côté, le gouvernement tend à renverser la tendance. L’interview d’Emmanuel Macron à la matinale de France Inter le 8 mars où il est interrogé sur le sujet est aussi très visible sur le graphe ce qui signifie qu’elle a été beaucoup citée dans les échanges. L’Humanité, Mediapart et Arrêt sur images sont au cœur du réseau de mentions, laissant penser qu’il s’agit des sources préférées des utilisateurs les plus actifs sur le sujet. Arrêt sur images est notamment l’un des premiers médias à faire une émission sur les débuts du mouvement en ligne en invitant des « Youtubeurs » engagés dans l’initiative « On vaut mieux que ça » dès le 26 février14. Le réseau de connexions entre Arrêt sur images et ce collectif semble perdurer, notamment via le compte d’Usul, l’un de ses membres les plus connus. Mediapart est en particulier un lieu où tous les acteurs se réunissent et discutent publiquement des moyens d’actions à travers des émissions spéciales diffusées sur le site du média. De leur côté, les médias grand public sont présents mais excentrés et relativement peu cités. Quand ils le sont c’est notamment en raison d’interviews qu’ils ont effectuées avec les protagonistes (ministres ou acteurs du mouvement). Les tweets qui concentrent le plus grand nombre de citations sont liés à la manifestation du 9 mars (descriptions, images) mais incluent également des commentaires davantage politiques et humoristiques.

Tabl. 4 - Liste des 20 comptes ayant reçu le plus de mentions contenant les chaines de caractères loitravail et/ou onvautmieuxqueça entre le 7 et le 9 mars 2016.

Tabl. 4 - Liste des 20 comptes ayant reçu le plus de mentions contenant les chaines de caractères loitravail et/ou onvautmieuxqueça entre le 7 et le 9 mars 2016.

Source : collecte avec DMI-TCAT

Tabl. 5 - Liste des 20 messages ayant reçu le plus de retweets contenant les chaines de caractères loitravail et/ou onvautmieuxqueça entre le 7 et le 9 mars 2016.

Tabl. 5 - Liste des 20 messages ayant reçu le plus de retweets contenant les chaines de caractères loitravail et/ou onvautmieuxqueça entre le 7 et le 9 mars 2016.

Source : collecte avec DMI-TCAT

48Entre les deux séquences examinées, la configuration des échanges et des réseaux sur Twitter a changé. Dans la première, il s’agit plus d’un buzz humoristique attirant un large éventail d’utilisateurs qui se moquent de la communication maladroite du gouvernement sur Twitter. Dans la seconde, il s’agit bien d’un sujet politique, centré autour de son objet (le code du travail) et largement investi par des personnalités et des groupes identifiés comme des opposants de gauche au gouvernement socialiste. Il est à noter que du point de vue de la pétition électronique, cette période semble indiquer qu’elle atteint un seuil, car les signatures se stabilisent puis décroissent Le changement de configuration des débats à l’œuvre sur Twitter témoigne aussi d’un affaiblissement de l’utilité perçue de la pétition. A partir du moment où celle-ci a joué son rôle dans la création d’un évènement politique, la contestation dans la rue et dans les lieux de travail peut prendre le relai.

Conclusion

49Que nous dit l’analyse de cette pétition au sujet de l’évènement politique en ligne ? D’abord que, conformément à des logiques analysées par ailleurs, l’importance d’un fait se mesure quantitativement, ici par le nombre de signataires qu’il rassemble, et par sa capacité à s’imposer dans l’agenda médiatique. Il s’agit en cela nécessairement d’une rencontre entre des protagonistes ayant une expertise politique et technologique, un contexte politique particulier et des outils technologiques de plus en plus performants en termes de viralité des énoncés.

50Ensuite, comme toute mobilisation de masse, celle qui se déroule en ligne obéit à des logiques d’engagement différentes, oscillant entre réactions spon­tanées, témoignages et argumentation plus structurée. L’analyse des com­mentaires recueillis sur Change.org montre ainsi qu’une importante frange des signataires, qui augmente avec le temps, se mobilise en connaissant le texte de loi et en l’analysant de façon argumentée. Si les commentaires du début de la mobilisation témoignent d’une opposition générale d’une partie des citoyens de gauche au gouvernement, leur analyse démontre néanmoins que le contenu du texte de loi est connu et fait l’objet d’un rejet réfléchi. Ce résultat va clairement à l’encontre des analyses médiatiques et politiques envisageant les signataires comme pris dans un mouvement de masse et ne comprenant pas le contenu de la loi.

51Enfin, du point de vue des réseaux de contestation tels qu’ils s’expriment sur Twitter, on peut dire qu’après un début chaotique, ces derniers s’organisent selon les logiques des organisations politiques traditionnelles, ce qui viendrait démentir l’idée souvent avancée d’une atomisation et d’une individualisation du militantisme contemporain.

52Au final, si l’on considère la structuration et l’évolution de l’évènement politique dans le temps, du point de vue du contenu des messages accolés à la pétition en ligne comme des réseaux d’interaction constitués autour d’elle, il semble que la réussite, au moins en termes de capacité de mobilisation, des nouveaux mouvements de protestation, réside dans leur capacité d’enchevêtrement des cadres traditionnels de l’action politique et des potentialités numériques de co-construction de liens et d’espaces de débat à grande échelle. C’est cet enchevêtrement qui est à même de faire émerger des collectifs, souvent initiés et jalonnés par l’action syndicale ou partisane, mais qui refusent de s’y contraindre ou de s’y résumer.

Haut de page

Bibliographie

Arquembourg J., 2011, L’évènement et les médias, Paris, eac.

Ben Hamed M., Mayaffre D., dir., 2015, « Thèmes et thématiques dans le discours politique », Mots, n° 108, Lyon, ens Éditions.

Boure R., Bousquet F., 2010, « Enjeux, jeux et usages d’une pétition politique en ligne. “La pétition Vauzelle” », Réseaux, vol. 6, n° 164, 127-159.

Boure R., Bousquet F., 2011, « La construction polyphonique des pétitions en ligne. Le cas des appels contre le débat sur l’identité nationale », Questions de Communication, n° 20, 293­316.

Cadiou S., Déchezelles S, Roger A., 2007, dir., Passer à l’action : les mobilisations émergentes, L’Harmattan.

Contamin J.-G, 2001, Contribution à une sociologie des usages pluriels des formes de mobilisation ; l’exemple de la pétition politique en France, thèse de Science politique, Université Paris 1.

Fillieule O., Agrikoliansky E., Sommier I., 2010, Penser les mouvements sociaux, La Découverte.

Greffet F., Wojcik S., dir., 2008, « Parler politique en ligne », Réseaux, vol. 4, n° 150.

Halté P., 2016, Enjeux pragmatiques et sémiotiques de l’études des émoticônes, Réseaux, vol. 3, n° 197-198, 227-252.

Ion J., 1997, La fin des militants, Éditions de l’Atelier.

Ion J., Franguiadakis S., Viot P., 2005, Militer aujourd’hui, Autrement, coll. cevipof.

Marchand P., Ratinaud P., 2012, Être français aujourd’hui. Les mots du « grand débat » sur l’identité nationale, Les Liens qui Libèrent.

Marty E., Marchand P., Ratinaud P., 2013, « Les médias et l’opinion : éléments théoriques et méthodologiques pour une analyse du débat sur l’identité nationale », Bulletin de méthodologie sociologique - Bulletin of Sociological Methodology, 117 (1), 46-60.

Matonti F., Poupeau F., 2004, « Le capital militant. Essai de définition », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 155, 4-11.

Neveu E., 1999, « Médias, mouvements sociaux et espaces publics », Réseaux, n° 98, 17-85.

Ory P., Sirinelli J.-F., 2002, Les intellectuels en France. De l’Affaire Dreyfus à nos jours, Armand Colin, coll. U Histoire.

Rancière J., 2009, Moments politiques. Interventions 1977-2009, Paris, La Fabrique éditions.

Ratinaud P., 2009, « Iramuteq : IRnterface de R pour les Analyses Multidimensionnelles de TExtes et de Questionnaires », <http://www.iramuteq.org>.

Ratinaud P., Dejean S., 2009, « iraMuTeQ : implémentation de la méthode alceste d’analyse de texte dans un logiciel libre », Modélisation appliquée aux Sciences humaines et sociales (MASHS2009), Univ. de Toulouse, 10 juin.

Reinert M., 2007, « Postures énonciatives et mondes lexicaux stabilisés en analyse statistique de discours », Langage et société, n° 121-122, 189-202.

Reinert M., 1983, « Une méthode de classification descendante hiérarchique : application à l’analyse lexicale par contexte. Les cahiers de l’analyse des données », viii (2), 187-198.

Rieder B., Rohle T., 2012, « Digital methods : five challenges », in Berry D. M., ed., Understanding digital humanities, Hundmills, Palgrave Macmillan, 67-84.

Smyrnaios N., Ratinaud P., 2014, « Comment articuler analyse des réseaux et des discours sur Twitter », Tic & société, vol. 7, n° 2, 120-147.

Tilly C., 1986, La France conteste, Fayard.

Tufekci Z., Freelon D., « Introduction to the Special Issue on New Media and Social

Unrest », American Behavioral Scientist, 57 (7), 843-847

Haut de page

Notes

1 <Loitravail.lol>.

2 <https://www.facebook.com/loitravailnonmerci>.

3 <https://www.facebook.com/events/784059061724100/> ; cette page a été partagée 527 000 fois le temps de la mobilisation.

4 Tous les témoignages sont désormais regroupés sur un seul site <http://www.onvautmieux.fr/>.

5 La lemmatisation consiste en la reconnaissance des catégories grammaticales des formes lexicales et en

6 la réduction des formes initiales, c’est-à-dire que les noms et adjectifs sont ramenés au masculin singulier et les verbes à l’infinitif. En ce qui concerne l’analyse, seules les formes dites pleines participent à l’analyse. Par défaut Iramuteq considère comme formes pleines les substantifs, verbes, adjectifs, adverbes et formes dites « non reconnues », c’est-à-dire absentes du dictionnaire de lemmatisation, correspondant souvent à des noms de personnes ou de lieux.

7 Le dendrogramme est la première représentation graphique de la Classification hiérarchique descendante élaborée par Reinert (op. cit.), consistant en bi-partitions successives du corpus. Le regroupement en classes lexicales, matérialisées dans ce dendrogramme, est donc réalisé sur la base des formes cooccurrentes dans des segments de 40 occurrences (voir Reinert, 1983 ; Ratinaud et Marchand, 2012, pour le fonctionnement spécifique à Iramuteq). Le processus étant itératif, l’arborescence surplombant les profils de classe indique l’ordre chronologique des bipartitions. Ainsi les classes 6 et 7 se distinguent-elles d’abord des autres, puis les classes 3 et 4 se distinguent des classes 1, 2 et 5, etc. Au sein de chaque classe sont listées les formes dont le CHI2 d’appartenance à la classe est le plus élevé, c’est-à-dire les termes qui structurent les classes et les discriminent les unes par rapport aux autres. Pour information, sur les 335807 segments du corpus, 293165 ont été classés, soit 87,3 % du corpus.

8 Les passages cités contiennent, comme souvent sur internet, un certain nombre de fautes d’orthographe ou de syntaxe. Nous faisons néanmoins le choix de retranscrire ces messages de manière fidèle.

9 Initiée par Lucie Loubère, que nous tenons ici à remercier pour son concours.

10 Notamment l’abandon du plafonnement des indemnités prud’homales, l’encadrement plus précis du licenciement économique ou encore l’abandon du forfait jour dans les PME, mesures ayant rapidement cristallisé l’opposition.

11 <https://github.com/digitalmethodsinitiative/dmi-tcat>.

12 Pour une analyse complète de ce volet de la recherche voir Nikos Smyrnaios, Franck Bousquet et Emmanuel Marty, « La mobilisation en ligne contre la Loi Travail : enquête sur les réseaux et les discours », 1 avril 2016, Ephemeron.eu.

13 <https://marketplace.gephi.org/plugin/openord-layout/>.

14 L’initiative se définit comme « un collectif de citoyens et citoyennes créatifs, initié dans le but de libérer la parole sur des problèmes de société, tel que le travail ». Ce collectif a publié un hastag populaire (#onvautmieux queça) et a récolté de très nombreux témoignages sous formes de textes et de vidéos (source : <http://www.onvautmieux.fr/>).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig.1
URL http://journals.openedition.org/sds/docannexe/image/6934/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://journals.openedition.org/sds/docannexe/image/6934/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Fig. 2 - La variation de production de tweets contenant les chaines de caractères « loitravail » et/ou « onvautmieuxqueça » entre le 24 fevrier et le 31 mars 2016.
Crédits Source : collecte avec DMI-TCAT
URL http://journals.openedition.org/sds/docannexe/image/6934/img-3.png
Fichier image/png, 78k
Titre Tabl. 1 - Les échantillons de tweets utilisés pour l’analyse de réseaux
URL http://journals.openedition.org/sds/docannexe/image/6934/img-4.png
Fichier image/png, 20k
Titre Tabl. 2 - Liste des 20 comptes ayant reçu le plus de mentions contenant les chaines de caractères « loitravail » et/ou « onvautmieuxqueça » entre le 25 et le 27 février 2016.
Crédits Source : collecteavec DMI-TCAT
URL http://journals.openedition.org/sds/docannexe/image/6934/img-5.png
Fichier image/png, 35k
Titre Fig. 3 - Capture du premier message posté par le compte officiel @loitravail le 25 février 2016
URL http://journals.openedition.org/sds/docannexe/image/6934/img-6.png
Fichier image/png, 39k
Titre Tabl. 3 - Liste des 20 messages ayant reçu le plus de retweets contenant les chaines de caractères « loitravail » et/ ou « onvautmieuxqueça » entre le 25 et le 27 février 2016.
Crédits Source : collecte avec DMI-TCAT
URL http://journals.openedition.org/sds/docannexe/image/6934/img-7.png
Fichier image/png, 169k
Titre Fig. 4 - Réseau d’interactions autour de la loi Travail sur Twitter entre le 25 et le 27 février 2016
URL http://journals.openedition.org/sds/docannexe/image/6934/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 5 - Réseau d’interactions autour de la loi Travail sur Twitter entre le 7 et le 9 mars 2016
URL http://journals.openedition.org/sds/docannexe/image/6934/img-9.png
Fichier image/png, 873k
Titre Tabl. 4 - Liste des 20 comptes ayant reçu le plus de mentions contenant les chaines de caractères loitravail et/ou onvautmieuxqueça entre le 7 et le 9 mars 2016.
Crédits Source : collecte avec DMI-TCAT
URL http://journals.openedition.org/sds/docannexe/image/6934/img-10.png
Fichier image/png, 88k
Titre Tabl. 5 - Liste des 20 messages ayant reçu le plus de retweets contenant les chaines de caractères loitravail et/ou onvautmieuxqueça entre le 7 et le 9 mars 2016.
Crédits Source : collecte avec DMI-TCAT
URL http://journals.openedition.org/sds/docannexe/image/6934/img-11.png
Fichier image/png, 199k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Bousquet, Nikos Smyrnaios et Emmanuel Marty, « La pétition contre la Loi Travail : construction et appropriation de l’évènement par ses acteurs »Sciences de la société, 102 | 2017, 52-75.

Référence électronique

Franck Bousquet, Nikos Smyrnaios et Emmanuel Marty, « La pétition contre la Loi Travail : construction et appropriation de l’évènement par ses acteurs »Sciences de la société [En ligne], 102 | 2017, mis en ligne le 10 juillet 2019, consulté le 28 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/sds/6934 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sds.6934

Haut de page

Auteurs

Franck Bousquet

Articles du même auteur

Nikos Smyrnaios

Articles du même auteur

Emmanuel Marty

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals