Navigation – Plan du site

Sémiotiser « l’événement politique en ligne » : entre rupture du temps et affirmation du temps en train de se faire

Camille Rondot
p. 135-149

Texte intégral

1Le 31 octobre 2011 est annoncée, dans la presse française et internationale, la reconnaissance de la Palestine par l’UNESCO. Elle en devient alors le 195e membre. Le même jour, les Etats-Unis d’Amérique, le Canada et Israël annoncent la suspension de leurs financements. Le 2 novembre, Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO, fait une déclaration, réagissant à la situation et prenant acte de cette nouvelle donne : cet événement signifie la diminution de son budget ordinaire, ce dernier se voyant alors amputé d’1/4 de ses subsides. Six ans plus tard, le 12 octobre 2017, la presse française fait part d’un nouveau rebondissement dans les relations entre l’UNESCO et les Etats-Unis : « Les Etats-Unis et Israël se retirent de l’Unesco », titre alors un article du Monde, bientôt suivi par un autre : « Trump porte un coup de plus au multilatéralisme ». Ce même jour, comme elle l’a fait 6 années auparavant, Irina Bokova, dont la fin de mandat est proche, réagit à cet événement qui vient acter le retrait des Etats-Unis de cette institution spécialisée de l’ONU. Cette juxtaposition de faits, présentés ici sous la forme d’une liste1, constitue un moment particulier dans l’histoire de l’organisation. S’il ne peut être caractérisé comme unique - les Etats-Unis s’étaient déjà retirés de l’organisation en 1984-1985, avant de revenir en 2003 ; il est exceptionnel. En venant contrevenir à la routine de l’organisation, il constitue selon nous un événement : il y a rupture de temporalité.

2Si la plupart des écrits consacrés à l’événement (Arquembourg, 2011 ; Lamizet, 2006 ; Veron, 1997), questionnent la façon dont les médias d’information participent à la construction de l’événement, nous souhaitons ici investiguer comment il se construit dans un cadre institutionnel : celui du site internet de l’UNESCO. Il s’agit alors de questionner à la fois la construction de l’événement, sa dimension politique et ses enjeux communicationnels pour l’organisation.

  • 1 Eco (Umberto), Vertige de la liste, Paris, Flammarion, 2009.
  • 2 Nous pensons ici aux travaux réalisés par Emmanuel Souchier et Yves Jeanneret, cf. bibliographie.
  • 3 Nous nous appuyons notamment sur les travaux de Guillaume Devin et de Marie-Claude Smouts (2011), (...)

3Pour ce faire, nous mobilisons une méthodologie techno-sémio-discursive. Elle permet d’analyser l’événement au regard des spécificités du média investi : dimension technique, matérialité sémiotique et discours. Cette métho­dologie, dont l’enjeu principal est d’analyser les signes est mise en perspec­tive par la prise en compte des enjeux socio-politiques : il s’agit ici de la communication d’une organisation internationale agissant dans un cadre multilatéral. Pour ce faire, nous mobilisons plusieurs types d’approches déve­loppées par des chercheurs issus de différentes disciplines. Tout d’abord, les travaux de Bernard Lamizet (2006) sur la sémiotique de l’événement afin de comprendre dans quelles mesures, les médias, en donnant une forme aux événements, les dotent d’un sens. Il s’agit alors de mettre en évidence les modalités de la sémiose en analysant l’articulation entre trois pôles : un réfé­rent (principe de réalité), une forme significative (la manifestation sémio­tique) et un signifié (ce qui le rend interprétable). Nous appuyant sur les recherches menées sur les médias informatisés12, nous mettrons en évidence « ce que le média web fait à l’événement ». Nous analyserons aussi les discours produits par l’organisation à l’occasion de cet événement politique afin de voir le registre d’énonciation, ses effets de sens et argumentatifs. Par ailleurs, le tout sera recontextualisé à partir de la mobilisation d’ouvrages de science politique, et plus particulièrement en relations internationales3.

4Le corpus mobilisé est quant à lui constitué par les pages liées à l’événement sur le site internet de l’UNESCO : qu’il s’agisse de « l’épisode » de 2011 ou de celui de 2017. Il ne s’agit pas ici d’absolutiser ce dispositif mais de voir dans son espace sémio-discursif comment se construit un événement politique en ligne. Par ailleurs, notre recherche s’appuie sur un travail doctoral achevé en 2015, intitulé « Représenter et incarner une organisation internationale : analyse d’une prétention communicationnelle sur le site internet de l’UNESCO » et consacré à l’analyse particulière de ce dispositif médiatique.

5Pour investiguer la construction de « l’événement politique en ligne » sur le site internet de l’UNESCO, nous avons choisi d’articuler notre propos autour de deux temps : tout d’abord nous mettons en évidence « la fabrique de l’événement », en partant de l’analyse de sa mise en récit ; ensuite nous abordons son inscription et son rapport à la rupture. De façon transversale, ce travail s’appuie essentiellement sur une hypothèse forte : l’événement prends son sens à travers son inscription spatio-temporelle, sur un dispositif médiatique dans une temporalité donnée.

La fabrique de l’événement politique en ligne : une construc­tion narrative au service de l’organisation

6Selon le CNRTL, l’« événement »4 est à la fois un « fait auquel aboutit une situation », « tout ce qui se produit, tout fait qui s’insère dans la durée » et un « fait d’une importance notable pour un individu ou une communauté humaine ». Formé sur le latin « evenire » : « avoir une issue, un résultat », le terme d’événement se caractérise par plus plusieurs épaisseurs sémantiques : il est un résultat - et donc la conséquence d’un processus antérieur qu’il faut comprendre ; il est un fait caractérisé par une extériorité - c’est-à-dire « toute manière de faire, fixée ou non, susceptible d’exercer sur l’individu une contrainte extérieure »5 ; il est foncièrement social. L’événement est ainsi défini par un ensemble de paramètres endogènes et exogènes : s’il repose sur un principe de réalité - il existe en tant que tel - il prend son sens dans son interprétation et in fine dans sa représentation dans un dispositif médiatique particulier.

7Considérer l’événement comme un résultat, c’est ainsi acter de l’importance de son contexte : il ne peut être intelligible que mis en perspective. De façon corrélative, cette prise en compte du contexte amène à la fois à la considérer dans une trame narrative et à le hiérarchiser par rapport à d’autres éléments narratifs. Dès lors, penser l’événement, c’est analyser la façon dont un fait est érigé en tant que tel. Dans le premier temps de notre analyse, nous considérons la construction de l’événement comme une constituante incontournable de la mise en récit : elle en est l’apogée. C’est aussi dans le cadre de son énonciation que les organisations peuvent s’exprimer et construire leur identité.

8Les événements liés à la reconnaissance de la Palestine, constituent ainsi des points d’ancrage forts dans la mise en récit de l’UNESCO, à la fois par leurs spécificités temporelle et politique. Parce qu’ils dépassent le cadre de l’organisation pour intervenir sur « l’état du monde », ils sont foncièrement politiques. Parce qu’ils viennent rompre la routine de l’organisation, ils lui donnent du sens. Il existe alors deux tensions dialectiques majeures entre événement et mise en récit d’une organisation : l’événement parce qu’il vient rompre la routine lui donne sa dimension routinière. Il permet de signifier le temps en train de se faire. L’événement, parce qu’il vient rompre le temps d’une organisation intergouvernementale enserrée dans un cadre multilatéral, lui donne sa dimension politique. Au-delà des interprétations - la politisation de l’organisation a souvent été prise comme raison de la critiquer - le cadre d’action de l’organisation est foncièrement politique.

L’événement comme rituel institutionnel : « signifier le temps en train de se faire »

9Penser l’événement comme un marqueur de la dimension routinière de l’organisation, c’est penser l’organisation comme une « machine » reposant sur des procédures et sur des cadres préétablis. En tant qu’organisation inter­gouvernementale représentant la « communauté internationale », elle est dotée de rituels institutionnels qui l’amènent notamment à produire un en­semble de contenus pour alimenter son site internet. Dans une logique de communication institutionnelle, elle se donne à lire et à voir aux internautes se rendant sur son www.unesco.org. Sa page d’accueil est dominée par la présentation d’actualités : entre mise en œuvre des programmes, calendrier organisationnel (réunions de ses organes directeurs que sont la Conférence générale et le Conseil exécutif) ou encore compte rendu des actions de sa directrice générale. C’est dans ce cadre, qu’interviennent en 2011 et en 2017, les événements liés à la reconnaissance de la Palestine. Relatés en page d’accueil, ils apparaissent au sein de listes : d’abord en « Une », dans un carrousel de photos déroulantes - dotées d’URL vers des pages plus détaillées, ensuite dans des sections plus spécifiques listant les actualités de l’organisation.

10Leur traitement sémiotique, sur la page d’accueil de l’institution, amène ces événements à cohabiter avec des actualités :

Tabl. 1 – Rubrique actualité – Page d’accueil du site internet de l’UNESCO, 02/11/2011

13/10/2017

12/10/2017

11/10/2017

Audrey Azoulay proposée par le Conseil exécutif de l’UNESCO au poste de Directrice générale

Déclaration de Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, au sujet de la décision des Etats-Unis de se retirer de l’UNESCO

Le Conseil exécutif de l’UNESCO va désigner un nouveau Directeur général pour l’Organisation au cours de sa 202e session

Saint-Pétersbourg et Sydney accueilleront les deux prochaines éditions de la Journée internationale du jazz

Tabl. 2 - « Unes » du site internet de I’unesco, 15/10/2017

02/11/2011

25/10/2011

02/11/2011

01/11/2011

01/11/2011

Déclaration de la Directrice générale de l’UNESCO sur la suspension de la contribution des Etats-Unis

L’UNESCO célèbre les 10 ans de la Déclaration sur la Diversité culturelle

La Convention de l’UNESCO sur la protection du patrimoine subaquatique célèbre son 10e anniversaire

Rodolphe Imhoof. Président de la Commission Education à la 36e Conférence générale de l’UNESCO

Des agences des Nations Unies dévoilent

11Dès lors, se pose la question du passage sémantique et sémiotique de « l’actu­alité » à « l’événement » : tous les faits que nous caractérisons comme des événements sont définis par l’organisation comme des actualités. or, la différence est plurielle car l’événement est : une actualité se caractérisant par son caractère exceptionnel, par la rupture qu’il apporte dans la routine de l’organisation ; une actualité dont le résultat doit être recontextualisé pour en comprendre le caractère exceptionnel.

12L’événement, dans sa relation avec l’actualité, fait ainsi partie de la vie des institutions, il permet de faire le lien avec l’action et par là-même de donner une concrétude à l’UNESCO:

« Le récit est enchâssé dans l’action, l’important n’étant ni l’action seule ni la narration seule mais l’action narrée. Produire un récit est une manière de s’inscrire dans le monde, de prendre pied et de s’y situer » (D’Almeida, 2009, 87).

13s’inscrire dans le monde par le biais de l’événement, c’est bien inscrire l’institution dans l’actualité, tout en proposant une représentation de l’orga­nisation, représentation dont la dimension est « une modalité essentielle du fait politique » (Lamizet, 2000). or cette représentation se fait toujours dans un dispositif médiatique, aux spécificités sémiotiques. Dans le cadre de l’UNEsco, la mise en récit se fait essentiellement sur son site internet, qu’elle considère comme étant le média le plus adapté à sa communication (Rondot, 2015a). La communication sur les médias informatisés permet alors de répondre à deux types d’enjeux communicationnels : tout d’abord, il s’agit, comme nous l’avons écrit plus tôt, de faire le lien avec l’action - de montrer l’organisation agissante ; ensuite, il s’agit de « révéler » l’efficacité de l’organisation en s’appuyant sur l’opérativité du site internet. Les enjeux du web et les enjeux politiques de l’organisation se rejoignent alors pour démontrer le dynamisme de l’organisation : dans la gestion de l’événement, elle démontre sa capacité à réagir dans un cadre foncièrement contraint ; le média internet étant mis à profit pour signifier le caractère dynamique de l’UNEsco. Il offre alors à la fois une tribune à sa directrice et un cadre rassurant dans un contexte de rupture.

14En effet, au contraire des titres de presse relatant l’événement, le site internet titre l’événement d’une manière très factuelle, sans laisser a priori entendre la moindre interprétation. En 2011, il est possible de cliquer sur le lien : « Déclaration de la Directrice générale de l’UNESCO sur la suspension de la contribution des Etats-Unis », et en 2017 sur « Déclaration de Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, au sujet de la décision des Etats-Unis de se retirer de l’UNESCO ». La construction discursive est identique : « il s’agit uniquement » de déclarations.

« Dans la forme récit, le dire vient au secours du faire : il lui donne un sens, il introduit une continuité dans le rythme saccadé des événements et décisions, il construit une concordance et met en scène la force d’une volonté régulièrement contrariée par la force du destin, par le cours du monde » (D’Almeida, 2009, 90).

15La juxtaposition entre une continuité - des affaires de l’organisation - et un rythme saccadé permet ainsi de donner vie à l’organisation tout en neutralisant le caractère problématique de l’événement. En effet, il y a dans l’idée d’événement un principe d’inattendu et donc d’impossibilité à gérer et à voir venir : ce dernier est ici montré maîtrisé et neutralisé (Barthes, 2002) grâce à la publication de la déclaration de la Directrice de l’organisation dans une forme de communiqué de presse. Ainsi, en 2011, la source du texte - indiquée en bas de page - est UNESCOPRESS, l’agence de presse de l’organisation ; en 2017, le volet de navigation - en partie droite de l’écran - indique un lien vers les productions du « Service de presse », tandis que le texte est daté du 12 octobre 2017.

16Signifier le temps en train de se faire constitue alors une tension représentationnelle fondamentale sur le site internet de l’UNESCO : entre actualité - prévue - et événement inattendu, l’organisation démontre qui elle est à travers ce qu’elle fait. Le média internet permet alors de donner une prétendue évidence (Jeanneret, Souchier, 2005) à la représentation : les tensions sont neutralisées à travers ce qui s’affiche à l’écran (Rondot, 2015b).

La dimension politique de l’événement : rhétorique de l’action

17Neutralisées dans un dispositif médiatique, les tensions qui traversent l’organisation semblent n’exister que maîtrisées. Traduites dans des événements, elles révèlent une organisation marquée par son contexte de création, une organisation intergouvernementale, une organisation dont le champ d’action l’amène à intervenir sur le vivre-ensemble au niveau international.

18En 2011, lorsqu’elle reconnaît la Palestine, elle revendique une posture sur la scène internationale. Elle s’expose aussi aux critiques de ses Etats membres qui l’accusent alors, comme en 2017, de prendre parti dans le conflit Israélo- Palestinien. Ce moment politique, comme le conceptualise Jacques Rancière, marque une rupture :

« Un moment politique advient quand la temporalité du consensus est interrompue, quand une force est capable de mettre à jour l’imagination de la communauté qui est engagée là et de lui opposer une autre configuration du rapport de chacun à tous » (Rancière, 2009, 9).

19Il opère aussi comme le révélateur de la nature profonde de l’organisation et de son mode de fonctionnement. En effet, cette dernière repose sur le principe du consensus :

« Dans une première acception, le consensus désigne, en effet, une procédure de décision utilisée dans le cadre des Nations Unies. De ce point de vue, le consensus peut se définir comme la pratique destinée à parvenir à l’élaboration d’un texte par voie de négociation et à son adoption sans vote. Mais le consensus, dans une seconde acception, peut qualifier le document adopté lui-même. [...] L’utilisation du terme de consensus au sens matériel revêt une signification essentiellement politique. Il semble, en réalité, que la pratique qualifie de consensus les documents que certains Etats ont eu des réticences à voir adopter, sous forme de résolutions formelles » (Cassan, 1974)

20Si le consensus procède d’une logique unanimiste en venant traduire « la volonté des Etats d’élaborer un accord général, susceptible de refléter les vues de la Communauté internationale dans son ensemble et dont l’adoption ne se heurterait à l’opposition d’aucun d’entre eux », il n’est nullement l’unanimité pouvant advenir lors d’un vote. Le consensus vient traduire l’absence d’opposition formelle. Dès lors, il y a bien derrière la progression du recours au consensus comme modalité d’aide à la décision, une forme de prise en compte de la réalité complexe des relations internationales. Or, cette dimension foncièrement pragmatique du consensus, opposée ici à l’harmonie du vote unanime, est souvent ce qui amène les membres de la communauté internationale à remettre en question son efficacité (Rondot, 2015a).

21Cependant, ici, et c’est l’un des tours de forces opérés par Irina Bokova, la rupture du consensus, et donc a priori l’échec de son mode de fonction­nement profond constitue une opportunité communicationnelle forte pour l’organisation : elle peut réagir et par là même contrecarrer le risque d’insi­gnifiance auquel les organisations internationales sont fortement sujettes. Pour reprendre les termes de Guillaume Devin et Marie-Claude Smouts, il ne s’agit pas ici d’un « consensus mou », de « décisions trop formelles et cou­pées de prolongements opérationnels » débouchant sur des « décisions caoutchouc » (Devin, Smouts, 2011). L’UNESCO montre sa signifiance : elle veut démontrer le caractère essentiel du principe de coopération en même temps qu’elle réaffirme son identité en médiatisant ses actions et ses prérogatives.

22Ici, l’événement parce qu’il permet la représentation est bel et bien ce qui permet d’ancrer l’action de l’organisation dans le politique :

« La représentation dans sa dimension sémiotique est une modalité essentielle du fait politique. Considérée comme un lieu du politique, elle est ce qui permet de voir le politique, de le déceler. Considérée comme une forme de matérialisation et d’inscrip­tion dans la réalité, elle est à la fois ce qui permet sa connaissance et sa reconnaissance. Le politique naît avec la représentation, car la représentation fonde la médiation comme mode d’inscription du sujet dans le réel de son histoire » (Lamizet, 2000, 43).

23Ainsi, au contraire de ces « consensus mou », la reconnaissance de la Palestine en 2011 démontre la capacité de l’organisation à faire des choix et à agir. Cette décision, à l’origine de l’événement politique est signifiée sur le site de l’organisation. Elle est présentée en Une, comme une information importante, accompagnée d’une déclaration de type communiqué de presse, « la Conférence générale admet la Palestine comme Etat membre de l’unesco ». S’en suit un récit très factuel sur les modalités du vote - « [...] le vote a été obtenu avec 107 voix en faveur de l’admission et 14 voix contre, avec 52 abstentions » - puis sur le fonctionnement et le rôle de la Conférence générale6.

24Cette décision, par les enjeux politiques qu’elle soulève - intervention dans le processus de paix Israélo-Palestinien pour les Etats-Unis ; prise de position pour l’ONU qui n’a alors pas reconnu la Palestine - permet à l’organisation de renforcer sa posture sur la scène politique internationale.

25Ainsi, l’événement politique en ligne dont il est question n’est pas l’événement mais ses conséquences. Dans ce cadre, c’est le jeu des temporalités qui donne son caractère exceptionnel à l’événement : représenter l’après plutôt que le pendant. Il s’agit là d’une opportunité communicationnelle inédite pour l’organisation de démontrer sa capacité à agir autant qu’à régir : il lui permet de se représenter. Or, ici ce n’est pas la décision qui fait événement mais ses conséquences : ce tour de force s’appuie sur les spécificités du média internet. L’événement fait écho à la temporalité du web et à son fonctionnement retro-chronologique qui amène à survaloriser le présent, et a fortiori l’événement dans sa dimension d’élément présent venant rompre la routine organisationnelle. Il s’appuie sur un principe d’archivage systématique qui amène à faire cohabiter l’événement avec des actualités « banales ».

26L’événement politique en ligne participe de la représentation de l’organisation et la représentation de l’organisation sur son site internet permet d’inscrire l’événement politique en ligne. Aussi, l’événement politique en ligne se caractérise-t-il par : une temporalité et une opérativité symbolique (Quéré, 1982). C’est un moment maîtrisé par son inscription, mais aussi dont le statut sémiotique change avec son archivage, il devient alors simplement un élément de la mémoire de l’institution. C’est aussi un élément symbolique et sémiotique faisant le lien entre le monde de la représentation et la réalité.

L’inscription de l’événement politique : rhétorique de la rupture et écriture du temps

27L’inscription de l’événement politique en ligne se fait ici selon des modalités à la fois propres au média et à l’organisation : il s’agit de la montrer réagis­sant. Pour ce faire, c’est la directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, qui est mise en avant. C’est bel et bien sa prise de parole qui donne vie et corps à l’événement. A travers cette logique de personnification s’opère la mise en récit de l’événement : il se construit dans la publicisation de la réaction d’Irina Bokova sur le site internet de l’UNESCO.

28Mobilisant des formats hybrides ancrés dans une logique de communication institutionnelle - type communiqués de presse - et dans les médias informati­sés, l’organisation met en place et en scène une réaction maîtrisée et straté­gique, dont la vocation est de circuler.

29Dans ce deuxième temps de notre démonstration, nous nous intéressons à la façon dont l’événement s’inscrit sur le site internet de l’UNESCO grâce à la mise en place d’une rhétorique de la rupture, elle-même portée par sa directrice générale. Nous gageons ici que le tour de force que nous abordions rapidement dans la partie précédente repose sur un exercice rhétorique fort qui amène à la fois à renforcer sa posture et à ancrer la représentation dans un double processus : entre personnalisation et personnification (Rondot, 2015a). La force du discours repose alors à la fois sur un discours de réaction, porté par le média internet (personnifier pour réagir) ; et sur un discours de réaffirmation des prérogatives de l’organisation (personnaliser pour régir).

Incarner l’institution face à l’adversité : réagir

30La personnification de l’organisation est particulièrement prégnante dans la mise en scène et en discours de la réaction de l’UNESCO en 2011 et en 2017. Dans les deux cas, c’est la figure de sa directrice générale qui permet de mettre en œuvre ce processus de personnification : à chacun de ces deux épisodes, la réaction de l’organisation se fait à travers une vidéo d’Irina Bokova et de la publication de ce même discours sous la forme d’un texte, lui-même reprenant les codes d’un communiqué de presse sur les pages du site internet. La réaction est la fois marquée par sa temporalité - le jour même de l’épisode en question (ou à quelques jours seulement) - et par sa mise en discours et en signes. Ici, l’espace du site internet de l’UNESCO devient un lieu de prise de parole de l’organisation. Il ne s’agit-il pas de dire que la réaction n’a lieu que sur le site internet, mais plutôt de voir comment se construit alors un « événement politique en ligne », dans un cadre institutionnel.

Discours de 2011

Discours de 2017

Paragraphe introductif

« Dans une période marquée par la crise économique et les transformations sociales, je crois que le travail vital de l’UNESCO en vue de... »

« En qualité de Directrice générale de l’UNESCO, je regrette profondément la décision des Etats-Unis d’Amérique de se retirer de l’UNESCO, dont j’ai reçu la notification officielle. »

Corps du discours

« A Washington cette année, j’ai remis le Prix UNESCO de la liberté de la presse à un journaliste iranien emprisonné, Ahmad Zeldabadi. »

« En février dernier, j’ai conduit une visite historique au camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau avec plus de 150 responsables politiques et religieux, venus pour la plupart de pays arabes et musul¬mans. Je me rappelle encore les mots du Dr. Mustafa Ceric, Grand mufti de Bosnie, qui a déclaré. »

« J’en appelle donc à l’administration américaine, au Congrès et au peuple américain pour trouver un moyen de poursuivre l’aide apportée à l’UNESCO en cette période troublée. »

« En 2011, [.], j’ai déjà exprimé ma conviction que jamais l’UNESCO n’a été aussi importante pour les Etats-Unis, de même que les Etats-Unis pour l’UNESCO. »

« Je suis convaincue que le travail de l’UNESCO pour promouvoir l’alphabétisation et l’éducation de qualité répond aux préoccupations du peuple américain.

Je suis convaincue que l’action de l’UNESCO visant à mobiliser les nouvelles technologies pour améliorer les apprentissages répond aux préoccupations du peuple américain.

Je suis convaincue que l’action de l’UNESCO pour renforcer la coopération scientifique, pour la durabilité de l’océan, répond aux préoccupations du peuple américain. »

Anaphore utilisée six fois dans le discours à la suite.

31La personnification de l’organisation à travers Irina Bokova témoigne à la fois d’un « style » propre à la première Directrice générale de l’UNESCO et d’un « besoin mimétique » (Wrona, 2012) c’est-à-dire du besoin d’incarner et de donner corps à des idées et à des entités. Dans ce contexte bien particulier, il a une force rhétorique d’autant plus forte qu’il dote un discours d’une porte-parole : au-delà de la représentation de l’organisation, celle-ci s’incarne, il y a réification du discours. Ce dernier, teinté d’émotion, mais foncièrement maîtrisé, est marqué par la conviction : Irina Bokova livre un discours de conviction dans lequel elle fait appel à des souvenirs - institutionnels mais toujours personnels. Elle s’exprime avant tout en son nom pour pouvoir parler au nom de l’UNESCO : la force de son discours est alors de lui donner une âme et des convictions.

32Pour ce faire, elle s’adresse à un ensemble d’interlocuteurs, dont en premier lieu les Etats-Unis : dans le discours de 2017, l’argumentation se construit autour d’une trame progressive dont ils sont le principal destinataire - tout du moins dans le déclaratif. Tout d’abord, elle mentionne le « secrétaire d’Etat américain M. Rex Tillerson », c’est-à-dire le représentant de l’Etat ayant signifié la décision du retrait ; ensuite, elle s’adresse au « peuple américain » (cf. tableau ci-dessus) qu’elle distingue du système étatique. Dans cette deuxième phase, il s’agit bien de revenir à l’essence même du multilatéralisme - dépasser les intérêts égoïstes des Etats - et au caractère universaliste et humaniste de l’organisation : l’UNEsco existe pour le bien commun et pour les Hommes avant tout. Enfin, dans une troisième phase, elle revient sur un ensemble d’actions menées grâce aux Etats-Unis et conjointement avec eux, remontant en même temps aux origines de l’organisation : « Le poète américain, diplomate et bibliothécaire du congrès, Archibald MacLeish a écrit les lignes qui ouvrent la constitution de l’UNEsco en 1945 : “Les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent s’élever les défenses de la paix.” cette vision n’a jamais été plus pertinente. » Ainsi s’achève en 2017 le discours d’Irina Bokova, comme pour démontrer le caractère indissoluble des liens qui unissent les Etats-Unis et l’UNEsco, au-delà de cet événement politique.

33Mais, l’effet rhétorique n’est pas uniquement lié aux spécificités du discours, il s’appuie aussi sur des dispositifs médiatiques. Du site web de l’organisation, aux formats spécifiques qu’il met en circulation : communiqué de presse (PDF et sur une page web) et vidéos. ces formats, parce qu’ils sont avant tout définis par leur capacité à circuler - un communiqué de presse est par définition un élément de communication et la vidéo est aujourd’hui fortement plébiscitée pour sa capacité à circuler sur différents espaces du web - dotent ces discours d’une efficacité narrative. Ils sont ici « médiagéniques » :

« La médiagénie est donc l’évaluation d’une “amplitude” : celle de la réaction manifestant la fusion plus ou moins réussie d’une narration avec sa médiatisation, et ce dans le contexte - interagissant lui aussi - des horizons d’attente d’un genre donné. Evaluer la médiagénie d’un récit, c’est dont tenter d’observer et d’appréhender la dynamique d’une interfécondation. [...] La médiagénie est pragmatique, c’est une relation, une interaction, non pas un contenu. En outre, elle n’a de sens que dans une actualisation et un contexte particulier » (Marion, 1997, 86).

34L’efficacité narrative de ces formats est foncièrement contextuelle : si la vidéo permet bien de montrer ce corps en mouvement - et par là même de lui donner une concrétude - le communiqué de presse, inscrit sur l’espace de la page, permet de voir les spécificités rhétoriques du discours. L’image du texte (souchier, 1998), parce qu’elle nous montre les anaphores, parce qu’elle laisse apparaître des sauts de lignes entre chacune des phrases, participe de l’efficacité narrative du discours. sémiotisés et mis en discours à travers des discours médiatisés sur le site internet de l’UNEsco, les épisodes liés à la reconnaissance de la Palestine actent la réaction de l’organisation : elle ne se laissera pas faire et réagira face à cet obstacle qui la met depuis 2011 dans un contexte économique difficile. Dans ce cadre, la réaction d’Irina Bokova devient une opportunité pour l’UNEsco de réaffirmer son idéologie et ses prérogatives, c’est-à-dire d’affirmer sa capacité à régir. Réaffirmer la posture idéologique de l’institution : régir

35En réagissant à la suspension des financements, en 2011, et au retrait des Etats-Unis, en 2017, Irina Bokova démontre non seulement la capacité de l’organisation à réagir mais aussi à régir. Selon le CNRTL, le verbe régir signifie à la fois : « Gouverner, diriger. Régir le monde, l’univers. [.] » et « Diriger souverainement, commander, régler, déterminer un mouvement, une action. [.] »7. La prise de parole est ici l’occasion pour l’organisation de réaffirmer qui elle est et ce qu’elle fait : il y a personnalisation du discours à partir de la mise en avant de ses nombreuses prérogatives.

36Cette personnalisation forte du discours s’appuie sur une trame argumentative autour d’une double stratégie discursive : progressive et thématique. Dans sa première dimension, progressive, le discours part de l’énonciation de grands principes :

37Entre « universalité », construction de la « paix et la sécurité internationales » et promotion d’« une stabilité mondiale » et des « valeurs démocratiques », le début de ces deux discours ancre l’action de l’organisation dans un cadre de valeurs, des valeurs semblant a priori incontestables. Ce cadre étant posé, le cœur des discours est construit autour de la présentation des actions de l’organisation : « programmes d’alphabétisation » (2011), « programme Sésame » (2011), promotion de « la liberté d’expression » (2017), etc. Des actions qui marquent à la fois par leur représentativité, (sont présents tous les Grands Programmes de l’UNESCO que sont « Culture », « Education », « Communication et information », « Sciences exactes et naturelles », « Sciences sociales et humaines ») et par leur caractère symbolique : sont avant tout mis en avant des programmes permettant de lutter contre les grands maux du monde actuel.

38Le choix d’aborder l’antisémitisme, la lutte pour l’égalité des genres, la protection du « patrimoine culturel de l’humanité face aux attaques terroristes » mais aussi la défense de l’environnement et des droits de l’Homme, met l’organisation dans une double posture : celle de spécialiste des questions liées à la paix, celle d’une organisation indispensable parce qu’ayant des missions hautement symboliques et incontestables. Ces missions sont à la fois propres à une époque et foncièrement ancrées dans le contexte de création de l’organisation : elles semblent indémodables.

39Si les deux discours sont construits sur les mêmes principes argumentatifs, ils diffèrent par leur contexte, et a fortiori par leurs enjeux : en 2011, il s’agissait de « faire rester » les Etats-Unis au sein de l’UNESCO ; en 2017, leur retrait étant acté, il s’agit d’envisager la suite. Le premier est ainsi teinté d’espoir à court terme, le second traduit une forme d’acceptation, de résilience.

40Seul le discours de 2017 comprend ainsi une troisième partie dans sa trame argumentative : Irina Bokova y entre dans les détails du « partenariat » entre l’UNESCO et les Etats-Unis ; elle cite des faits, les situent dans des lieux et les datent.

Discours de 2017 (exemples)
« Il [notre partenariat] s’incarne dans la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse à Washington DC en 2011, avec le National Endowment for Democracy. »
« Il s’incarne dans la promotion de la Journée internationale du Jazz, notamment à la Maison Blanche en 2016, pour célébrer les droits de l’Homme et la diversité culturelle sur la base de la tolérance et du respect. »

41La citation d’exemples concrets permet alors d’ancrer les prérogatives de l’organisation dans l’action : de leur donner une représentation, une intelligi­bilité ; suggérant alors que c’est bien la fin de ce genre d’événements qui est ici actée par le retrait des Etats-Unis.

42La trame argumentative, progressive et thématique de l’organisation est une part importance de l’efficacité narrative du discours. Elle vient en même temps naturaliser le point de vue de l’organisation : sa vision du monde est ici érigée en réalité.

« Fonctionnellement, une vision du monde livre une justification de la réalité. Bien qu’elle comporte des explications causales - sur l’origine du monde, sur sa constitution, sur la provenance et le destin de l’homme, sur l’organisation sociale, etc. -, celles-ci ressemblent aux étiologies des fables : elles ont pour fonction de sauver la réalité (pour nous), au même titre que le récit d’une fable justifie un adage de prudence ou de morale. [.] Autrement dit, elle dé-problématise la réalité en la réduisant à une représentation transparente, cohérente et ultimement satisfaisante (pour l’être humain). Cette procé­dure, décrite ici en des termes abstraits, prend des formes différentes selon les époques et les cultures, mais le résultat auquel elle aboutit invariablement peut s’énoncer simple­ment : la vision du monde donne une signification à la vie » (Schaeffer, 2007, 364-365, cité par De Jonge, 2010, 1).

43Cette vision du monde se retrouve dans la définition même du terme de régir : au-delà d’une question de gouvernance, penser les discours de l’organisation comme un lieu pour démontrer sa capacité à régir, c’est émettre une hypothèse forte, celle de l’existence d’une prétention (Rondot, 2015a). Cette dernière se traduit à la fois par une posture et par la définition d’un champ d’action : ici, il s’agit bien pour l’organisation de se mettre dans une position surplombante, au-delà des Etats, au-delà des intérêts égoïstes de chacun. Ce discours vient ici naturaliser une vision du monde, entre théorie de la paix démocratique, universalité et principe de coopération.

44Ici, la rupture amenée par le retrait des Etats-Unis n’est pas une finalité en tant que telle, elle sert la démonstration de l’organisation, elle signifie sa capacité à surmonter les obstacles, et ce, en raison de l’importance de ses missions. La rhétorique de la rupture, que nous abordions au début de cette partie, se transforme en rhétorique de la résilience : contre vents et marées, l’UNESCO combattra les ennemis de la paix, quand bien même son principal financeur se détournerait de ses actions. Elle démontre sa capacité d’adaptation et ce, en attendant le retour des Etats-Unis et d’Israël qui viendrait signifier la légitimité de ses prétentions universalistes.

  • 6 « La base de données UNESDOC contient le texte intégral et les notices bibliographiques des documen (...)

45Ainsi, se pose finalement la question de la nature de l’événement politique en ligne dans cette affaire. Dans cet article, nous avons montré la façon dont il s’incarne dans la réaction d’Irina Bokova à travers deux événements : la suspension des financements (épisode 1), le retrait des Etats-Unis (épisode 2). Or, ces deux épisodes sont en réalisé les conséquences de plusieurs événements, dont l’admission de la Palestine à l’UNESCO en 2011. Or, aujourd’hui, nous n’avons trouvé dans la base UNESDOC6 que le discours concernant l’admission et non les deux discours analysés ici. C’est aussi le seul discours à faire l’objet d’une version PDF. Elle apparaît ainsi comme étant la seule déclaration considérée comme officielle.

46Dans cette perspective, les deux épisodes traités ici ont bel et bien un statut particulier dans la communication de l’organisation : ils sont à la fois foncièrement politiques et communicationnels. Ils permettent de signifier des événements, ici deux décisions politiques des Etats-Unis (Israël n’est pas mise en avant dans les discours) maîtrisées sémiotiquement et discursivement dans l’espace du web, et plus particulièrement dans l’espace institutionnel du web détenu par l’UNESCO. C’est ce qui donne une dimension particulièrement intéressante et signifiante au fait de penser « l’événement politique en ligne ». En focalisant notre analyse sur cette dimension bien particulière de l’événement politique en ligne, nous avons volontairement mis de côté le traitement médiatique de cet événement ainsi que sa circulation sur le web. La prise en compte de ces éléments pourra, dans un deuxième temps, venir renforcer l’analyse des spécificités de la communication institutionnelle sur les médias informatisés, sur le rôle des médias dans la construction de l’événement politique en ligne, sur le sens et les effets de sens de la réaction.

Haut de page

Bibliographie

Arquembourg J., 2011, L’événement et les médias. Les récits médiatiques des tsunamis et les débats publics (1755-2004), Paris, Éd. des Archives contemporaines.

Badie b., devin G., 2007, Le Multilatéralisme, Paris, Editions la Découverte.

Barthes R., 2002, Le neutre : notes de cours au Collège de France (1977-1978), Paris, Seuil.

Cassan H., 1974, « Le consensus dans la pratique des Nations Unies », Annuaire français de droit international, vol. 20, 456-457.

D’almeida N., 2009, « Des comptes aux contes », MEI, n° 29, 85-99.

Devin G., Smouts M.-C., 2011, Les organisations internationales, Armand Colin.

Jeanneret Y., S ouchier E., 2005, « L’énonciation éditoriale dans les écrits d’écran », Communication & Langages, n° 145, 3-15.

Jonge (de) E., 2010, « La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme comme l’expression d’une vision du monde : une approche topique et génétique », Argumentation et Analyse du Discours, n° 4, <https://journals.openedition.org/aad/956>.

Lamizet B., 2006, Sémiotique de l’événement, Paris, Hermès Lavoisier.

Lamizet B., 2000, La médiation politique, Paris, L’Harmattan.

Marion P., 1997, « Narratologie médiatique et média génie des récits », Recherches en communication, n° 7, 61-88.

Quéré L., 1982, Des miroirs équivoques : aux origines de la communication moderne, Paris, Aubier Montaigne.

Rancière J., 2009, Moments politiques : interventions 1977-2009, Paris, La Fabrique.

Rondot C., 2015a, Représenter et incarner une organisation internationale. Analyse d’une prétention communicationnelle sur le site internet de l’UNESCO, thèse de doctorat, université Paris-Sorbonne.

Rondot C., 2015b, « l’unesco sur son site internet : un processus représentationnel entre communication et information a priori dénué de conflictualité », Congrès national Association française de Science politique, Aix-en-Provence, 22-24 juin.

Schaeffer J.-M., 2007, La fin de l’exception humaine, Paris, nrf Essais.

Souchier E., 1998, « L’image du texte. Pour une théorie de l’énonciation éditoriale », Cahiers de médiologie.

Veron E., 1997, Construire l’événement : les médias et l’accident de Three Mile Island, Paris, Les Editions de Minuit.

Wrona A., 2012, Face au portrait. De Sainte-Beuve à Facebook, Paris, Hermann.

Haut de page

Notes

1 Eco (Umberto), Vertige de la liste, Paris, Flammarion, 2009.

2 Nous pensons ici aux travaux réalisés par Emmanuel Souchier et Yves Jeanneret, cf. bibliographie.

3 Nous nous appuyons notamment sur les travaux de Guillaume Devin et de Marie-Claude Smouts (2011), ainsi que sur les travaux consacrés au multilatéralisme (Badie, Devin, 2007).

4 CNRTL, « événement », <http://www.cnrtl.fr/definition/événement>.

5 Durkheim.

6 « La base de données UNESDOC contient le texte intégral et les notices bibliographiques des documents et publications publiés par I'unesco depuis 1945 [...] » <http://www.unesco.org/ulis/fr/faq.html>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Rondot, « Sémiotiser « l’événement politique en ligne » : entre rupture du temps et affirmation du temps en train de se faire »Sciences de la société, 102 | 2017, 135-149.

Référence électronique

Camille Rondot, « Sémiotiser « l’événement politique en ligne » : entre rupture du temps et affirmation du temps en train de se faire »Sciences de la société [En ligne], 102 | 2017, mis en ligne le 10 juillet 2019, consulté le 28 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/sds/7160 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sds.7160

Haut de page

Auteur

Camille Rondot

CELSA, Université Paris-Sorbonne, GRIPIC, EA 1498.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals