Navigation – Plan du site
Notes

L'évènement politique en ligne : leçons du quinquennat de François Hollande

Gaspard Gantzer
p. 193-201

Texte intégral

1D’avril 2014 à mai 2017, j'ai eu l'honneur d'être conseiller du président de la République. J'étais en charge de sa communica­tion. Ma mission était de tenter de faire comprendre aux Français le sens de son action à la tête de l'Etat.

2En pratique, j'avais quatre principales missions : définir une stratégie ; expliquer son action à la presse, en jouant le rôle de porte-parole officieux de la Présidence de la République ; gérer au quotidien sa communication numérique, via le site internet de l'Elysée et sur les réseaux sociaux ; coordonner la parole de l'ensemble du pouvoir exécutif avec mes homologues de Matignon et le porte-parolat du gouvernement.

3Pendant trois ans, j'ai été au cœur du réacteur politique, assistant en direct à la révolution médiatique et numérique en cours. Internet, les réseaux sociaux et le téléphone mobile sont présents dans nos vies depuis plusieurs années, mais leur utilisation a été grandement facilitée techniquement et s'est largement démocratisée. La grande majorité de nos concitoyens peuvent aujourd'hui accéder à l'information et communiquer avec leurs proches depuis leur téléphone portable. Il n'est plus nécessaire d'ouvrir un journal ou d'allumer un poste de radio ou de télévision pour s'informer. A tout moment de la journée, sans attendre le prochain journal radiodiffusé ou télévisé ou la publication d'une nouvelle édition d'un quotidien, il est possible de savoir ce qui se passe, à côté de chez soi, en France et partout dans le monde et de converser sur le sujet avec les membres de son réseau.

4Cette amélioration de l'accès à l'information s'est accompagnée d'une multipli­cation des sources, entre de multiples canaux. Le paysage médiatique est de plus en plus éclaté. Tout semble dispersé. Plus d'unité de lieu, ni temps ni d'action. Une tragédie sans repère. Une impression de chaos, accentuée par la défiance des Français vis-à-vis des dirigeants politiques et des médias traditionnels.

5Dans ce contexte, il était bien difficile d'expliquer aux Français le sens de l'action conduite faire face aux crises et moderniser le pays. Une information chassant l'autre, un mauvais buzz venant vite effacer une bonne nouvelle ou l'annonce réussie d'une réforme, quand je travaillais à l'Elysée, j'ai souvent eu le sentiment que les décisions prises par le président de la République, bonnes ou mauvaises, ne laissaient pas d'empreintes durables dans la mémoire des Français. Je ne m'y suis cependant jamais résigné et tel Sisyphe faisant inlassablement rouler son rocher vers le sommet de la montagne, j'ai pendant trois ans cherché par tous les moyens à maximiser l'impact des expressions écrites ou orales de François Hollande.

6Au final, plusieurs mois après avoir quitté mes fonctions à l'Elysée, j'en suis arrivé à la conclusion que seuls les grands évènements politiques retiennent l'attention des Français. En provoquant une rupture du rythme médiatique, ils favorisent une concentration de l'attention de nos concitoyens.

7Du quinquennat de François Hollande, il est ainsi probable qu'on retiendra moins son action résolue pour le redressement économique du pays, grâce à la mise en œuvre du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) et du pacte de responsabilité, que sa réaction face aux multiples crises qui ont jalonné son mandat, des attentats aux guerres, en passant par les accidents et les catastrophes naturelles. Les Français garderont probablement aussi en mémoire les moments où il a su « faire l'évènement », en se montrant créatif ou audacieux, tant dans ses prises de décision sur le plan international, européen et national que dans ses choix de communication.

8Ces évènements politiques, subis ou provoqués, ont été largement traités et repris par les médias traditionnels, mais ils ont surtout généré énormément d'expressions et de conversations sur les réseaux sociaux. A chaque fois qu'ils ont surgi, ils ont sorti les internautes de leur train-train numérique, les conduisant à multiplier les posts, les partages, les likes et les commentaires. Le rythme du web s'est alors brusquement accéléré et amplifié. L'évènement en ligne a monopolisé l'attention des citoyens connectés et laissé une trace durable dans leurs esprits et dans leurs mémoires numériques.

9Dans cet article, en me fondant sur mon expérience à l'Elysée, je tenterai d'analyser ces évènements politiques en ligne et de voir quelles leçons il est possible d'en retirer pour la communication politique. Dans cette optique, je distinguerai la gestion des crises numériques, qui sont des évènements politiques en ligne subis, des moments où il est possible de concentrer positivement l'attention des internautes, en créant un évènement en ligne.

Faire face aux crises en ligne, l'exemple des attentats terroristes

10Le quinquennat de François Hollande aura été jalonné par un grand nombre de crises, d'une nature variée : guerres (interventions au Sahel, en Centrafrique, en Syrie et en Irak), catastrophes naturelles (crue centenaire, inondations dans le Sud de la France), accidents aériens, ferroviaires ou routiers, crises politiques (affaires Cahuzac et Thévenoud, démissions, remaniements, montée du Front national) et même crises touchant à la vie privée. Mais ce sont les attentats qui ont le plus frappé les esprits.

11La deuxième partie du mandat de François Hollande a en effet été marquée une succession d'attentats d'une violence inouïe. Des attentats de Charlie Hebdo, Montrouge et de l'Hyper Casher en janvier 2015 à ceux de Magnanville, Nice et Saint-Etienne du Rouvray en juin et juillet 2016, en passant par ceux de Paris et Saint-Denis en novembre 2015 et de Saint- Quentin Fallavier en juin 2015, la violence terroriste a submergé notre pays pendant plus de deux ans.

12Chacun de ces attentats a constitué un évènement politique hors-norme, monopolisant l'attention des Français pendant plusieurs jours. A chaque fois, nos compatriotes se sont bien entendus tenus informés via les médias traditionnels, notamment les chaines d'information en continu et les grandes chaines de télévision, qui n'ont pas hésité alors à modifier leurs grilles de programme, pour suivre les évènements en direct. Mais se sont aussi tournés massivement vers les réseaux sociaux, pour s'informer, mais aussi pour communiquer leurs émotions.

  • 1 C'est lors des attentats de Bruxelles, en février 2016, qu'on vit pour la première fois des images (...)

13Les réseaux sociaux ont d'abord été une inépuisable source d'informations lors des récents attentats. Personnellement, travaillant à l'Elysée, la logique voulait que je sois informé avant que l'information ne circule sur les réseaux sociaux. Ce fut toujours le cas, sauf une fois. En effet, je n'étais pas avec François Hollande le 14 juillet 2016. J'étais resté à Paris, alors qu'il était parti passer une soirée en Avignon, pour assister à un spectacle en ouverture du festival. Je profitais d'une dernière soirée parisienne avant de partir en vacances pour deux semaines, quand j'ai lu sur Twitter plusieurs témoignages d'internautes faisant partie de mon réseau : « Il se passe quelque chose à Nice ? », « Un camion a foncé dans la foule ? », « Un attentat sur la promenade des Anglais ? ». J'ai ensuite pu voir les premières vidéos en ligne et les premières images tournées en direct, via Facebook Live ou Periscope, les passants épargnés filmant allégrement la rue dévastée et les corps suppliciés1. J'ai alors immédiatement appelé l'équipe rapprochée du président et mes contacts à Matignon et au ministère de l'intérieur. Il s'agissait bien d'un attentat.

14Lors des autres attentats, je fus toujours au courant quelques minutes avant que l'information commence à circuler en ligne. J'ai alors guetté avec attention le moment où la toile commençait à s'enflammer. Pourquoi ? Pour savoir à quel moment j'allais commencer à être interrogé par les journalistes, voir quelles étaient les principales questions que se posaient les internautes et estimer à partir de quel moment et de quelle manière nous allions devoir communiquer. C'est le 13 novembre 2015 que j'ai été le plus préoccupé par ces questions. Quand les bombes ont explosé aux abords du Stade de France, nous avons en effet redouté que l'information circule trop vite sur les réseaux sociaux et que les spectateurs du match de football soient pris de panique en la découvrant. Cela ne fut pas le cas, l'accès au réseau internet étant très mauvais dans le stade.

15Le même soir, nous avons perçu une grande colère et impatience sur les réseaux sociaux. Les internautes, révoltés par l'horreur de l'attaque, voulaient vite savoir la vérité et connaitre la réaction de l'exécutif. Cela a conduit François Hollande à s'exprimer vers minuit, alors que l'assaut contre les terroristes du Bataclan n'était pas terminé. Le chef de l'Etat s'est alors exprimé de façon particulièrement brute, pour faire écho à l'effroi qui saisissait les Français, évoquant « l'horreur » et promettant une réponse impitoyable contre les terroristes. Son allocution télévisée a été immédiatement suivi de la publication d'un tweet et d'un post sur Facebook qui ont fait l'objet d'un taux d'engagement exceptionnel, unique dans le quinquennat. Comme les autres personnalités politiques, François Hollande comprit alors que face à une crise grave, l'expression sur les réseaux sociaux était non seulement indispensable pour répondre à l'attente des internautes, mais aussi particulièrement efficace pour toucher une audience large et laisser une trace durable d'une expression publique.

16C'est au cours de cette terrible nuit que Facebook eu la bonne idée de lancer une application permettant de se localiser et de se dire en sécurité qui donna la possibilité à de nombreux Parisiens de faire savoir à leurs proches qu'ils étaient hors de danger. Le réseau social devint alors pendant quelques heures un réseau d'intérêt général autonome, bien utile pour faire face à l'attaque terroriste la plus violente de notre histoire.

17La nuit passée, vint le temps des questions sur les réseaux sociaux. Après les attentats de novembre 2015, comme après ceux de janvier 2015 et de l'été 2016, Facebook et Twitter ont été le terrain de toutes les interrogations et de toutes les hypothèses. Le faux et le vrai se sont alors allégrement mélangés, rendant bien difficile le travail de la police et de la justice. Ainsi, le soir de l'attentat de Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015, la perquisition menée par les policiers à Reims fut commentée en direct sur les réseaux sociaux et les chaines d'information en continue. Le 18 novembre 2015, la neutralisation du chef du commando des attentats, à Saint-Denis, fut également suivi minute par minute par les internautes, qui n'avaient pourtant aucune information à leur disposition, la police ayant établi un large périmètre de sécurité autour de l'immeuble attaqué. En novembre 2016, un an après les attentats, les magistrats du parquet national anti-terroriste, à qui François Hollande était venu rendre visite, nous confiaient comment ils avaient eu du mal à mener l'enquête, sous l'œil des réseaux sociaux et en devant faire face en permanence à un flux sans précédent de rumeurs et de désinformation.

18Internet peut enfin réserver de bonnes surprises, même après un attentat. C'est en effet sur les réseaux sociaux que l'on a d'abord ressenti un incroyable élan de solidarité envers les victimes et leurs proches et une insubmersible envie de faire face aux terroristes et de défendre nos valeurs. Ce fut le #jesuisCharlie inventé par Joachim Roncin en janvier 2015 et tous ses héritiers de #jesuisParis à #jesuisNice en passant par l'inattendu #jesuisenterrasse de la jeunesse parisienne après les fusillades des bars parisiens en novembre 2015. Au-delà des hashtags, c'est sur les réseaux sociaux que s'organisa la manifestation monstre du 11 janvier 2015 et que les Français communièrent lors de l'hommage aux Invalides du 26 novembre 2015. C'est également que les citoyens du monde entier purent faire part de leur soutien aux victimes, à leurs proches et à tous les Français. J'ai suivi de très près toutes ces manifestations en ligne, y puisant des idées et des conseils pour François Hollande. Ainsi, en novembre 2015, alors que l'exécutif avait concentré ses premiers discours et actes à la répression contre les terroristes en France et en Syrie et à l'annonce de mesures très dures, comme l'extension de la déchéance de nationalité ou la mise en œuvre de l'état d'urgence, j'ai recommandé de ne pas oublier la culture et la jeunesse, que les terroristes avaient attaquées, mais que les internautes défendaient avec force et détermination sur internet. C'est pour cela que le président décida de donner une large place à la musique lors de l'hommage aux Invalides et qu'il termina son discours par une vibrante adresse à la jeunesse, comme pour répondre à la volonté exprimée en ligne par toute une génération, l'auto­proclamée « Génération Bataclan », de continuer à vivre comme elle l'entendait.

19Au final, on observe toujours la même mécanique en ligne, avec trois phases : la sidération quand on apprend l'accident ; le temps des questions quelques heures après ; le recueillement et la solidarité dans les jours qui suivent. Les citoyens, les politiques et les journalistes, les trois émetteurs principaux sur les réseaux sociaux pendant les attentats, empruntent le même chemin, suivant chacun leur rythme, mais se suivant et se répondant au fil des heures et des jours, comme les cousins d'une même famille se retrouvant sous le même toit à l'occasion d'une catastrophe, l'évènement politique en ligne donnant l'impression à chacun de prendre connaissance en même des informations et de vivre ensemble les mêmes émotions.

Faire l'évènement en ligne

20Il existe un nombre infini de manières de mobiliser les réseaux sociaux pour faire l'évènement en ligne. En me fondant sur mon expérience élyséenne, je retiendrai quelques cas emblématiques.

21Il est tout d'abord possible de décupler en ligne l'impact d'un évènement public de l'agenda politique. Le cas le plus emblématique me semble être la conférence de Paris sur le climat - ou COP 21 - organisé en décembre 2015. A peine deux semaines après les attentats de Paris, beaucoup de dirigeants politiques français et internationaux doutaient de l'opportunité de maintenir cette conférence, qui semblait en outre vouée à l'échec, comme à Copenhague quelques années plus tôt. Pour lutter contre ce scepticisme quasi-généralisé, François Hollande décida vite d'assumer publiquement que la COP 21 serait maintenue, dans la forme prévue. Puis, nous avons demandé à toutes les personnalités ayant fait part de leur souhait de s'engager dans la lutte contre le réchauffement climatique de s'exprimer sur les réseaux sociaux pour soutenir l'évènement. D'Al Gore à Leonardo Di Caprio, en passant par Marion Cotillard, Mélanie Laurent, Nicolas Hulot, Laurence Tubiana et bien d'autres, ils le firent tous, renforçant alors les expressions des responsables politiques français, de Laurent Fabius à Ségolène Royal, en passant par Manuel Valls et François Hollande. La conférence commencée, le hashtag #COP21 était popularisé et il fut utilisé par tous les chefs d'Etat et de gouvernement présents, notamment ceux bénéficiant d'une audience considérable sur les réseaux sociaux, comme Barack Obama ou Narendra Modi. Grâce aux réseaux sociaux, notamment Twitter, l'évènement eu lieu alors plus en ligne, partout dans le monde, que sur le site du Bourget, au Nord de Paris, qui accueillait la conférence.

22Quand j'étais à l'Elysée, nous avons aussi régulièrement utilisé les réseaux sociaux pour faire savoir que le président effectuait un déplacement ou une rencontre off, c'est-à-dire sans que les journalistes aient été prévenus. C'était assez rare, car la quasi totalité des évènements organisés par la Présidence de la République, à l'Elysée et en dehors, sont couverts par les médias traditionnels. Mais nous nous étions fixés comme objectif de prévoir au moins un évènement hors presse par mois. C'était une manière de sortir de l'agenda médiatique de court terme, les journalistes suivant le président étant souvent plus intéressés par l'actualité du jour que par le contenu du message et des rencontres prévus ce jour-là, en lien avec le thème du déplacement. C'était aussi une façon de montrer que le président restait libre de son agenda, pouvant aller parler directement avec les Français, rencontrer un artiste, assister à un spectacle ou suivre un match, sans être poursuivis par une horde de micros et de caméras. C'est ainsi que nous avions fait savoir que François Hollande était rencontrer un samedi matin l'artiste JR, dans son atelier, en publiant une photo d'eux deux, qu'il était allé supporter le Red Star dans un modeste match de la coupe de France de football, qu'il avait visité une usine ou encore qu'il s'était rendu à Bondy pour participer à une projection et un débat sur le Bondy Blog café, le média créé par les jeunes de la ville. Cela peut sembler anecdotique, mais c'est pourtant essentiel, pour donner une image plus simple du président, loin de la lourdeur du protocole de l'Elysée, en prise directe avec les gens sans le filtre des médias. Les photos et vidéos publiées sur les réseaux sociaux (Twitter, Facebook, Instagram et Snapchat) étaient à chaque fois largement vues et commentées, notamment par un public jeune, féru de sport et culture.

23Il nous est également arrivé d'utiliser les réseaux sociaux pour faire entrer virtuellement les citoyens dans les coulisses d'un évènement officiel. Nous l'avons fait très souvent à l'occasion des rencontres avec les chefs d'Etat et de gouvernements étrangers, en publiant des images exclusives sur les comp­tes de la Présidence de la République. Les photos et vidéos publiées permet­taient de donner une vision moins figée et formelle des échanges diplomati­ques et étaient bien accueillies dans l'ensemble, les internautes étant curieux de ces pas de côté par rapport au protocole. En juin 2014, nous sommes allés plus loin, en publiant en exclusivité sur Vine, un échange de quelques secon­des entre Barack Obama et Vladimir Poutine, dans le Château de Bénouville en Normandie, en marge des commémorations organisées pour le 70e anniver­saire du débarquement. Les deux chefs d'Etat étaient alors en froid, à la suite de l'intervention de la Russie en Ukraine. C'étaient la première fois qu'ils se reparlaient depuis plusieurs semaines. Notre vidéo de quelques secondes avaient alors fait le tour du monde, étant reprise par les médias de toute la planète et boostant l'audience du site et des réseaux sociaux de l'Elysée.

24De façon beaucoup plus classique, nous avons utilisé les réseaux sociaux pour décupler l'audience d'une interview du président sur un média traditionnel. Pendant ces entretiens à la télévision et à la radio, mon équipe publiait les phrases les plus marquantes sur Twitter, sous forme de texte ou de courtes vidéos de moins de dix secondes, en utilisant le hashtag #directPR. Cela permettait aux citoyens qui n'étaient pas devant leur poste de suivre l'interview du président, mais cela nous donnait aussi l'opportunité de mettre en valeur ce qui nous semblait le plus emblématique dans ces propos, en utilisant notre grille de lecture, souvent bien différente de celle des journalistes, qui privilégiaient souvent le jeu politique sur l'analyse des politiques publiques. L'interview finie, nous publions son intégralité sur Twitter et Facebook, ainsi qu'une sélection des moments les plus emblématiques. Il nous est enfin parfois arrivé d'aller plus loin, en faisant vivre une formule du président pendant plusieurs jours. Ce fut le cas en avril 2016, après une émission sur France 2. Interrogé sur la situation du pays, François Hollande avait répondu « Ça va mieux ». La formule avait retenu l'attention des internautes et des journalistes. Pendant plusieurs semaines, nous avions alors décidé d'utiliser le hashtag #cavamieux pour mettre en valeur les indicateurs économiques positifs et les déclarations et déplacements du président dans les entreprises. L'expression s'est alors installée dans les esprits, un évènement en ligne venant prolonger un évènement médiatique classique.

25Enfin, le président de la République a su se montrer audacieux en donnant une interview à un pure player numérique, en l'occurrence Konbini, au début de l'année 2017. Pourquoi s'exprimer sur ce média numérique décalé, privilégiant souvent le divertissement, comme le résume son slogan historique « All pop everything » ? Tout d'abord, parce que Konbini est aujourd'hui le média préféré des jeunes de moins de 20 ans. Très bien distribué sur Facebook et Snapchat, il est prisé des millénials qui apprécient ses vidéos courtes, vives et souvent drôles. Ensuite, parce que Konbini a progressivement fait évoluer son offre de programmes, vers les sujets de société, notamment l'environnement, mais aussi vers la politique avec la création d'un nouveau format, intitulé Speech, intégralement dédié à la politique et à l'actualité. Enfin, parce qu'après avoir donné des interviews à Society, Canal plus et au Chasseur français, le chef de l'Etat voulait continuer à surprendre jusqu'au bout, montrant qu'en cette fin de mandat il était plus que jamais libre de choisir du moment et de la forme de ses expressions publiques. Le jour J, il fut interviewé pendant une heure par les jeunes rédacteurs de Konbini, qui l'interrogèrent sur l'éducation, la jeunesse, la culture, l'écologie, l'égalité femmes-hommes ou encore la lutte contre le terrorisme, parfois mieux que des journalistes chevronnés. L'interview rencontra un grand succès sur les réseaux sociaux puisqu'elle fut vue par 5 millions de personnes et toucha près de trois fois plus de personnes, soit une audience à faire pâlir de jalousie les plus grandes chaines de télévision. Elle permit aussi au président de se montrer davantage tel qu'il est, proche, accessible et attentif avant tout aux préoccupations des jeunes. Malheureusement, en pleine période électorale, alors que nous n'étions plus qu'à quelques semaines du premier tour de l'élection présidentielle, elle n'eut pas un impact politique aussi fort que si nous avions eu l'audace de l'organiser plus tôt dans le quinquennat.

26Le quinquennat de François Hollande aura été un véritable laboratoire pour la communication numérique dans le champ politique. Pendant 5 ans, comme chef de l'Etat, Hollande a dû faire face à un nombre incalculable de bad buzz sur les réseaux sociaux, reflets déformants des mécontentements des citoyens. A ses côtés, nous avons souvent subi, nous débattant avec les membres du gouvernement et les députés loyalistes pour défendre le président et son équipe. Nous avons aussi été parfois au rendez-vous, à la hauteur de l'évènement, notamment pendant les épisodes les plus dramatiques du quinquennat, lors des attentats de 2015 et 2016. Nous avons su faire preuve d'audace, en expérimentant le live sur Twitter et Facebook, en investissant Snapchat et Telegram ou encore en nous tournant vers les pure players du numérique. Nous aurions cependant pu aller plus loin, sans craindre les critiques des médias traditionnels, souvent conservateurs et inquiets de l'essor des médias digitaux. Nous avons surtout retenu de nombreuses leçons, pour la gestion des évènements politiques en ligne.

27La première est que la communication numérique évènementielle nécessite avant tout un sens aigu du timing. Il faut avoir le sens du temps. Les tendances passent très vite sur les réseaux sociaux. Les internautes zappent rapidement. Ils changent de sujets de conversation en quelques heures et il faut donc viser juste. Comme un surfeur expérimenté, il faut savoir attendre et prendre la meilleure vague au bon moment.

28La deuxième est que l'incarnation est essentielle. Sur les réseaux sociaux, l'émetteur du message est parfois plus important que le message lui-même. Il faut donc mobiliser les bons porte-paroles, avec une audience forte, mais aussi une véritable influence. Celle-ci ne se construit pas en un jour. Il faut souvent des mois voire même des années pour bâtir une identité numérique, dont la force dépend à la fois de la notoriété, de l'autorité (ou de l'expertise sur un sujet) et de la singularité (un style ou des sujets de prédilection).

29La troisième est qu'il faut maitriser la distribution des messages sur les différents sociaux. Rien ne serait pire que de confondre Facebook, Twitter, Linkedin, Instagram ou Snapchat. Ils ont chacun leur audience, leur style et même leur grammaire et leur vocabulaire. Il faut donc bien calibrer les messages publiés pour ne pas donner le sentiment d'être décalé, comme l'invité d'une soirée qui se serait trompé de dress code.

30Enfin, le quatrième et le plus important : une communication, même à travers un évènement en ligne, n'a de sens que si elle est au service du fond, c'est-à-dire d'une vision, d'un projet, d'une idée. Les internautes débusquent immédiatement les messages vides de sens et les opérations montées de toutes pièces et ils les sanctionnent durement. A l'inverse, les citoyens numériques apprécient les personnalités qui s'engagent en ligne pour défendre leurs convictions et tenter de faire avancer le débat et la société.

Haut de page

Notes

1 C'est lors des attentats de Bruxelles, en février 2016, qu'on vit pour la première fois des images tournées et diffusées en direct, par de simples citoyens, quelques secondes après l'attentat, avant même l'arrivée des secours et, bien entendu, des médias.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaspard Gantzer, « L'évènement politique en ligne : leçons du quinquennat de François Hollande »Sciences de la société, 102 | 2017, 193-201.

Référence électronique

Gaspard Gantzer, « L'évènement politique en ligne : leçons du quinquennat de François Hollande »Sciences de la société [En ligne], 102 | 2017, mis en ligne le 10 juillet 2019, consulté le 28 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/sds/7300 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sds.7300

Haut de page

Auteur

Gaspard Gantzer

Conseiller chargé des relations avec la presse, chef du pôle communication, à la Présidence de laRépublique, de 2014 à 2017.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals