Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol 55 - n° 4Comptes rendusSéparée. Vivre l’expérience de la...

Comptes rendus

Séparée. Vivre l’expérience de la rupture, F. de Singly

Armand Colin, Paris (2011). 240 p.
Céline Bessière et Sibylle Gollac
p. 543-545
Référence(s) :

François de Singly, Séparée. Vivre l’expérience de la rupture, Armand Colin, Paris, 2011, 240 p.

Texte intégral

1En 1987, dans son ouvrage Fortune et infortune de la femme mariée, François de Singly montrait de façon éclatante qu’alors que le mariage et la naissance des enfants accélèrent la carrière professionnelle et la progression salariale des hommes, ils freinent celles des femmes. L’auteur de Séparée présente ce nouvel ouvrage comme la suite de Fortune, s’intéressant, après l’étude des effets de la mise en couple sur les trajectoires féminines, à la dimension libératrice des séparations conjugales pour les femmes. La perspective adoptée est pourtant entièrement différente, et laisse de côté la place de la conjugalité dans les mécanismes de reproduction des rapports sociaux de classe et de sexe.

2François de Singly met cette fois-ci l’accent sur deux fonctions sociales de la relation conjugale qu’il considère caractéristiques de la famille moderne : le couple est analysé en tant que révélateur des identités personnelles des conjoints d’une part, et producteur d’une communauté sécurisante d’autre part. Dans le premier chapitre, l’auteur distingue ainsi les femmes « nous » (qui privilégient la fonction de communauté sécurisante du couple), les femmes « je » (qui privilégient celle de la reconnaissance personnelle) et les femmes « je-nous » (qui valorisent à la fois l’existence d’une identité personnelle de chacun des conjoints et le fait de tout partager). Le second chapitre vise à montrer en quoi la séparation constitue un enjeu spécifique pour les femmes, du point de vue de ces deux fonctions de la relation conjugale : la construction de leur identité personnelle repose davantage sur la reconnaissance de leur conjoint, puisqu’elles trouvent moins de gratifications que les hommes dans la sphère professionnelle.

3Les trois chapitres suivants reprennent la typologie des manières d’être en couple, mais cette fois-ci pour établir une typologie correspondante des séparations car, nous dit en substance l’auteur, « on se quitte comme on s’est aimé ». Ainsi, dans la séparation, les femmes « nous » sauveraient bon gré mal gré leur identité personnelle d’un trop grand investissement dans la communauté conjugale ; les femmes « je » passeraient à une étape suivante de leur construction identitaire individuelle ; les femmes « je-nous » renonceraient à un conjoint qui ne leur permet plus de s’épanouir au travers de la construction d’un monde commun. Dans les sixième et septième chapitres, l’auteur examine les processus de reconstruction identitaire dans les mois qui suivent la rupture, qu’il qualifie de « déconjugalisation », puis les modes de renégociation de la relation avec l’ex-conjoint.

4L’ouvrage s’appuie essentiellement sur des entretiens avec des femmes hétérosexuelles ayant vécu une séparation de six mois à un an avant l’enquête, mais mobilise aussi des références littéraires, des films, des chansons ou encore l’actualité people. Il utilise ponctuellement une enquête quantitative sur les « trentenaires » menée avec des étudiants de premier cycle universitaire, sans préciser la taille de l’échantillon.

5Ces matériaux sont utilisés pour illustrer la thèse d’une émancipation féminine par la séparation. Ce parti pris conduit F. de Singly à occulter le poids de la vie familiale sur les trajectoires socioprofessionnelles. Il laisse ainsi dans l’ombre les coûts de la rupture, très variables selon la durée de vie en couple, le nombre d’enfants, l’âge, la position et l’origine sociales et les ressources scolaires et financières personnelles, l’éventuelle remise en couple. Si ces caractéristiques sociodémographiques sont parfois mentionnées (quasiment jamais pour l’ex-conjoint), elles ne sont pas intégrées dans l’analyse. L’auteur relève à peine, et tardivement (p. 209), que les femmes « nous » les plus investies dans la relation conjugale ont 40 ans ou plus. Il n’étudie pas non plus le profil particulier des femmes « je » : jeunes pour la plupart, sans enfant, et dont la relation conjugale n’a duré que quelques années.

6Cet ouvrage traite à peine des conséquences matérielles de la séparation (revenus, pension alimentaire, conditions de logement), pourtant cruciales dans la situation des femmes séparées : une note succincte (p. 216) signale la pauvreté des familles monoparentales. Lorsqu’une femme de 50 ans employée administrative, ayant renoncé à une promotion pour s’occuper de ses enfants, cite les propos de son ex-mari, devenu cadre (« De toute façon, je ne vois pas comment tu peux t’en sortir. Si tu y arrives, c’est que tu as joué au loto et que tu y as gagné »), F. de Singly qualifie les propos de l’époux d’« indifférence teintée de mépris » (p. 83). Lorsqu’une jeune femme diplômée, fille de cadre supérieur divorce d’un sans-papier après avoir subi des violences conjugales, F. de Singly interprète la situation en termes de dépassement d’une « dépendance émotionnelle » (p. 115-124). Ces situations sont analysées en termes d’ « écart identitaire » plutôt qu’en termes de rapport de pouvoir ou de domination, de rapports sociaux de classe comme de sexe. L’auteur passe sous silence les ressources — notamment financières, mais aussi juridiques — dont disposent ou non les femmes pour réaliser (et non seulement désirer) la séparation.

7Laissant de côté les aspects concrets des séparations, l’auteur en vient à affirmer que « ce qui étonne le plus les femmes, même pour celles qui subissent le divorce, après leur sortie conjugale, c’est la liberté des horaires » (p. 193). Ce constat peut être réaliste pour les jeunes femmes sans enfant ou celles dont les enfants sont autonomes, il paraît plus contestable pour les autres, quand on sait que les femmes ont la charge exclusive des enfants dans près de 80 % des divorces et des séparations. Si cette charge ne naît pas de la séparation (les femmes en couple assurant déjà l’essentiel du travail parental), elle s’accompagne d’une dégradation des ressources financières et matérielles pour l’affronter. Certes, on comprend l’intérêt politique d’un ouvrage qui se démarque des analyses conservatrices des conséquences néfastes du divorce sur les enfants pour insister sur la dimension libératrice de la séparation pour les conjoints. Mais cela conduit ici à oublier que l’existence des enfants joue un rôle considérable dans le règlement des séparations.

  • 1 L. Chaussebourg, V. Carrasco, A. Lermenier, Le divorce. Rapport pour le Ministère de la Justice, Pa (...)
  • 2 D. Baux, L. Chaussebourg. L’exercice de l’autorité parentale après le divorce ou la séparation des (...)
  • 3 R. Audot, C. Bessière, E. Biland, B. Coquard, S. Gollac, W. Lignier, S. Louis, M. Mille, J. Minoc, (...)

8François de Singly affirme que « le divorce est demandé par les femmes dans les trois quarts des cas » et « pose l’hypothèse que les femmes sont plus souvent déçues de leur vie conjugale ». Ce raisonnement confond désir et réalisation de la séparation, rupture de la vie commune et procédure judiciaire, initiative individuelle de la désunion et luttes féministes pour le droit au divorce (p. 18). La confusion est permise par l’économie d’un constat empirique solide. Les statistiques judiciaires disponibles, qui ne sont pas mentionnées dans l’ouvrage, établissent qu’en 2007, 54 % des divorces sont des divorces par consentement mutuel, par définition à la demande des deux conjoints, tandis que seuls 68 % des divorces contentieux sont à la requête de l’épouse. Les femmes ne sont ainsi à l’initiative exclusive que d’un tiers des divorces1. On sait en revanche, mais l’auteur ne rentre pas dans ces détails, que les femmes sont à l’origine de 73 % des requêtes concernant des séparations de couples non mariés, statuant notamment sur les pensions alimentaires ou la résidence des enfants2. Les femmes non mariées en charge d’enfants ont un intérêt matériel au règlement judiciaire de la séparation qui leur permet a minima d’obtenir une pension alimentaire3, intérêt que F. de Singly n’intègre pas à l’analyse. La situation est plus complexe pour les femmes mariées, puisque le mariage leur garantit juridiquement la solidarité économique de leur époux (des femmes âgées dont les revenus sont bien plus faibles que ceux de leur mari peuvent ainsi être réticentes au divorce). Quant à l’initiative de la rupture de la vie conjugale elle-même (indépendamment de sa dimension judiciaire), les données chiffrées sont rares et posent des problèmes d’interprétation.

9La démonstration de l’auteur est encore fragilisée par l’absence du point de vue des hommes : les gender studies ont pourtant montré qu’on ne peut penser la construction sociale de la différence des sexes qu’en mettant en relation le masculin et le féminin, et non en compartimentant l’étude des femmes. Mais s’agit-il d’un livre sur les femmes ou pour les femmes ? F. de Singly rappelle utilement aux femmes que la séparation conjugale peut être une libération. En revanche, l’apport sociologique de l’ouvrage est plus difficile à évaluer. Tout d’abord, il ne cherche nullement à l’inscrire dans les travaux existants. Il affirme même que : « Depuis le rétablissement du divorce par consentement mutuel en 1975, aucun livre sur la séparation ordinaire n’a été publié en langue française » (p. 14), montrant ainsi que sa réflexion ne doit rien aux travaux sur les politiques familiales et les procédures judiciaires de séparation, ni à ceux sur les conséquences sociales des divorces et les recompositions familiales, ni aux travaux féministes sur les rapports sociaux de sexe.

Haut de page

Notes

1 L. Chaussebourg, V. Carrasco, A. Lermenier, Le divorce. Rapport pour le Ministère de la Justice, Paris, 2009.

2 D. Baux, L. Chaussebourg. L’exercice de l’autorité parentale après le divorce ou la séparation des parents non mariés. Rapport pour le Ministère de la Justice, Paris, 2007.

3 R. Audot, C. Bessière, E. Biland, B. Coquard, S. Gollac, W. Lignier, S. Louis, M. Mille, J. Minoc, S. Neuberg, S. Nouiri-Mangold, H. Steinmetz. Au tribunal des couples. Situations professionnelles des conjoints et procédures judiciaires de séparation conjugale. Rapport pour la Mission de Recherche Droit et Justice, Paris, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Bessière et Sibylle Gollac, « Séparée. Vivre l’expérience de la rupture, F. de Singly », Sociologie du travail, Vol 55 - n° 4 | 2013, 543-545.

Référence électronique

Céline Bessière et Sibylle Gollac, « Séparée. Vivre l’expérience de la rupture, F. de Singly », Sociologie du travail [En ligne], Vol 55 - n° 4 | Octobre-Décembre 2013, mis en ligne le 19 octobre 2013, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/10154 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.10154

Haut de page

Auteurs

Céline Bessière

(auteur correspondant)
Université Paris-Dauphine & Centre Maurice Halbwachs, 48 boulevard Jourdan, 75014 Paris, France
celine.bessiere[at]dauphine.fr

Articles du même auteur

Sibylle Gollac

Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHE, UMR 8533), Université Paris Ouest Nanterre-La Défense, 200 avenue de la République, 92001 Nanterre Cedex, France

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search