Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 53 - n° 3Comptes rendusL’injonction au professionnalisme...

Comptes rendus

L’injonction au professionnalisme, V. Boussard, D. Demazière, P. Milburn (Eds.)

Presses universitaires de Rennes, Rennes (2010). 176 p.
François Aballea
p. 408-410
Référence(s) :

Valérie Boussard, Didier Demazière, Philip Milburn (dir.) L’injonction au professionnalisme, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2010, 176 p.

Texte intégral

1Ce livre soulève un paradoxe et une énigme qu’il met au cœur des modes de gestion des ressources humaines dans les institutions qui s’apparentent à des bureaucraties professionnelles. Enigme parce que s’il y a bien injonction au professionnalisme, le professionnalisme ne peut être défini en tant que tel et les commanditaires de l’injonction ne sont guère identifiés. Paradoxe car cette injonction au professionnalisme serait la négation même du professionnalisme.

2Qu’est-ce en effet que ce professionnalisme qui s’imposerait aux salariés ? Une attitude, une somme de compétences, une rhétorique, pour ne pas parler d’une idéologie ? Ou tout cela à la fois ? Qui l’enjoint ? La hiérarchie, les clients, les agences de notation, les évaluateurs ? Double énigme en quelque sorte. On pourrait penser que le contenu et la signification du professionnalisme se déclinent différemment selon les activités ou les métiers ce qui empêcherait une définition générale. D’où cette absence de substance. Mais les dix analyses de métiers ou professions extrêmement diverses proposées (policier, juge d’instruction, expert comptable, militaire de carrière, facteur, médecin-réanimateur, comédien, conseiller commercial de banque, technicien à France Télécom, informaticien en recherche et développement) ne spécifient pas davantage un professionnalisme qui leur serait propre, ni qui l’enjoint réellement. Certes, en recoupant les différentes contributions, on peut systématiser quelques éléments communs qui définiraient les grands traits de ce professionnalisme : compétitivité, rentabilité, performance, etc. Pourtant les auteurs, notamment les trois auteurs qui ont dirigé l’ouvrage, ne le font pas. Sa conclusion en donne peut-être l’explication. Ce nouveau professionnalisme serait moins contestation de quelques manières de penser ou de faire que contestation de la prétention même à penser ou à faire d’une façon autonome. L’injonction au professionnalisme serait une remise en cause de ce que les auteurs appellent l’autonomie professionnelle qu’ils prennent soin de distinguer de l’autonomie institutionnelle, celle qui caractérise les professions au sens anglo-saxon, et de l’autonomie au travail qui renvoie à la capacité à prendre des libertés avec le travail prescrit. L’autonomie professionnelle est définie comme la capacité d’un groupe professionnel à s’approprier son travail « entendu à la fois comme un ensemble d’activités pratiques à réaliser et de ressources mobilisables en conséquence, et comme un ensemble de buts poursuivis et de satisfactions associées » (p. 159), à définir ses activités et ses missions légitimes et à autocontrôler ses membres au regard de ce référentiel normatif. C’est cette autonomie relative à définir un certain rapport au travail et au monde, constitutive du groupe en tant que groupe professionnel, et en ce sens constitutive de son professionnalisme, que les entreprises contesteraient aux salariés.

3L’injonction au professionnalisme serait fondamentalement — et c’est le paradoxe — contestation, sinon négation même, d’un certain professionnalisme entendu au sens d’autonomie relative à définir la norme et le sens du travail ; il est appel à un alignement sur les orientations normatives et axiologiques de l’organisation, une soumission à des exigences exogènes.

4L’intérêt des dix cas analysés est précisément de mettre en lumière le processus de décomposition de l’autonomie professionnelle, de mettre au jour les effets de l’injonction à souscrire à des normes et valeurs professionnelles exogènes, de décrire la réorganisation spécifique qu’elle impose à chacun des métiers présentés. Mais aussi de mettre en évidence son caractère général. L’injonction au professionnalisme relève bien de l’esprit du temps sinon du « nouvel esprit du capitalisme ». Ce qui expliquerait qu’elle se retrouve dans d’autres cultures comme le montrent les exemples des experts-comptables libanais ou les comédiens de l’ancienne RDA, et qu’elle affecte les divers types d’organisations et les diverses catégories de salariés, aussi bien les salariés intermédiaires de grandes organisations (première partie) que les professions supérieures jouissant d’une forte autonomie professionnelle (deuxième partie) et les acteurs aux activités structurées par de forts référentiels professionnels (troisième partie).

5Mais de même que le professionnalisme ancien, si l’on ose l’expression, revêtait des formes différentes en fonction de l’histoire du groupe professionnel, de la division du travail, des configurations socio-historiques, le professionnalisme nouveau revêtirait des formes diverses en fonction des contextes, des cultures, des capacités de résistance, de l’évolution des techniques, de l’évolution du management propre aux différents secteurs, de la législation et de l’action publiques, etc. Mais aussi en fonction des auditoires, selon l’expression d’Andrew Abbott, auditoires qui se diversifient et, d’une certaine façon, s’anonymisent avec la promotion du client ou de l’usager, dans les services publics par exemple, dont le rôle normatif s’accroît, introduisant de nouvelles formes d’évaluation et de régulation.

6L’injonction au professionnalisme quant à elle devient floue. Elle n’a pas ainsi d’auteurs, en tout cas pas d’auteurs identifiés même si elle revêt, in fine, la figure de la hiérarchie. Il s’agit bien d’une injonction venue d’ailleurs autant que d’en haut. Elle n’a ni cause unique, ni trajectoire homogène.

7Mais les injonctions managériales ne s’imposent pas sans coup férir. Elles doivent composer avec l’existant surtout quand cet existant possède une cohérence certaine et des ressources pérennes. Elles n’ôtent pas toute autonomie même si l’autonomie résiduelle relève davantage sans doute de l’autonomie au travail. Tous les groupes professionnels ne sont pas égaux devant cette injonction. Les militaires de carrière ou les médecins-réanimateurs, voire les postiers, résistent mieux que les techniciens de France Télécom ou que les informaticiens en recherche et développement voire même que les conseillers de clientèle. Pourtant, nouveau paradoxe, elle semble s’imposer d’autant mieux qu’elle emprunte au registre construit par le groupe professionnel lui-même, comme dans le cas des policiers ou des procureurs, dont elle exacerbe les orientations normatives voire éthiques.

8Mais ce processus de décomposition est-il inexorable, comme semblent le penser les auteurs, ne pouvant susciter que résistance ou détournement ? N’y a-t-il plus de professions ou de groupes professionnels conquérants ? Et peut-on parler d’injonction au professionnalisme quand le professionnalisme est lui-même défini comme négation du professionnalisme au sens de la tradition sociologique ? N’y aurait-il pas un nouveau concept à inventer pour rendre compte de ces nouvelles exigences de mobilisation subjective et d’implication collective ?

9Ce livre stimulant qui s’inscrit dans ce qu’il convient d’appeler la sociologie française des professions, par l’articulation d’un travail de terrain, fort riche, et du corpus théorique sur lequel il s’appuie, est ainsi une invite à poursuivre les investigations empiriques et à réexaminer quelques-uns de nos concepts.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Aballea, « L’injonction au professionnalisme, V. Boussard, D. Demazière, P. Milburn (Eds.) », Sociologie du travail, Vol. 53 - n° 3 | 2011, 408-410.

Référence électronique

François Aballea, « L’injonction au professionnalisme, V. Boussard, D. Demazière, P. Milburn (Eds.) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 53 - n° 3 | Juillet-Septembre 2011, mis en ligne le 26 novembre 2018, consulté le 20 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/10234

Haut de page

Auteur

François Aballea

GRIS, université de Rouen, rue Lavoisier, 76821 Mont-Saint-Aignan cedex, France
Francois.aballea[at]univ-rouen.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search