Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le sexe du militantisme, O. Fillieule, P. Roux (Eds.)

Presses de Sciences Po, Paris (2009). 361 pp.
Cécile Guillaume
p. 538-540
Référence(s) :

Olivier Fillieule, Patricia Roux (Eds.), Le sexe du militantisme, Presses de Sciences Po, Paris (2009). 361 pp.

Texte intégral

1Partant du constat d’une invisibilisation scientifique et pratique des rapports de genre dans le champ du militantisme, cet ouvrage collectif s’attache à saisir les rapports sociaux de sexe à l’œuvre dans les trajectoires et l’action militantes. Issues d’un colloque organisé en 2004 à l’université de Lausanne, les 14 contributions réunies dans ce livre offrent un voyage plutôt rare dans les « angles morts du militantisme masculin » (p. 105) et ont pour point commun de mobiliser le « genre », comme catégorie analytique, pour repenser les frontières du militantisme entre privé et public, famille et travail, résistance et action politique. La belle introduction d’Olivier Fillieule ouvre des pistes de recherches encore peu développées dans les travaux européens et souligne la vitalité et la pluralité des approches de genre, au croisement de la sociologie, de l’histoire et de la science politique.

2De manière transversale, la sexuation des trajectoires militantes et la représentation sélective des femmes revient comme un leitmotiv dans toutes les contributions. La plupart des auteurs insistent sur le rôle des contraintes biographiques et le poids souvent minoré de la division sexuelle du travail, tant au niveau des formes de l’engagement que du cadrage de la cause des femmes par les organisations militantes. Elsa Galerand montre ainsi comment l’invisibilité du travail non rémunéré effectué par les femmes, au profit d’une définition de l’économie limitée à la sphère productive marchande, contribue à une prise en charge restreinte des problématiques féminines par les mouvements altermondialistes. Sur un plan plus intime, à travers des récits de vie d’hommes militants ou conjoints de militantes, Yannick Le Quentrec souligne la variété des représentations de l’égalité dans les couples, mais également l’étanchéité parfois surprenante de la frontière sphère publique/privée. Certains conjoints de militantes prennent ainsi en charge les tâches domestiques, sans avoir conscience du caractère hors norme de leurs comportements et sans aucune visée subversive revendiquée. Sur la question plus générale de l’articulation entre cause générale et féminisme, le texte de Geneviève Dermenjian et Dominique Loiseau revient sur le rôle de l’idéologie militante propre au parti communiste français, à la fois unanimiste et centrée sur la lutte des classes, qui a longtemps relégué les revendications féministes au rang de lutte secondaire. Hélène Duriez et Francis Dupuis‑Déri soulignent les ambivalences de l’anarchisme à l’égard du féminisme et la difficulté des modalités pratiques de leur articulation lorsqu’il s’agit de prendre position sur un cas de violence conjugale au sein même du cercle militant. Les contributions de Valérie Pouzol sur le mouvement pour la paix en Israël et de Stéphanie Guyon sur le mouvement amérindien en Guyane analysent, pour leur part, la difficile reconnaissance interne d’une mouvance féministe, elle-même hétérogène et sélective comme le rappelle Sabine Masson à propos des mouvements féministes en Amérique latine, et la nécessité pour les femmes de recourir à des espaces séparés, non mixtes, pour faire valoir leurs revendications.

3Dans une perspective plus relationnelle, différentes contributions s’intéressent au travail du genre dans le cours de l’action militante, entre reproduction des rapports sociaux de sexe (de classe et de race) et stratégies (faibles) de résistance. Si le texte de Xavier Dunezat sur les mouvements de chômeurs dévoile les mécanismes de reproduction des clivages de classe et de sexe dans la division du travail militant, d’autres contributions analysent la part des stéréotypes de genre, et de leurs usages, dans l’organisation sélective des espaces d’opportunité et dans l’ouverture de quelques marges pour les femmes. Marie Buscatto dans le champ syndical et Hélène Duriez dans la mouvance libertaire soulignent la permanence d’une figure masculine et virile de l’engagement qui décourage les candidatures féminines. Au sein de la Ligue du Nord en Italie, Martina Avanza décrit les usages du genre de certaines militantes pour accéder à des positions reconnues et « retourner le stigmate », entre discours différentialiste et alignement sur le style dominant. Elle insiste sur le caractère limité des stratégies possibles et rappelle le poids des effets de conjoncture dans la féminisation des organisations militantes et le cantonnement des femmes dans des positions spécialisées et souvent subalternes. Les exemples cités dans cet ouvrage soulignent la difficulté des femmes et des catégories en situation minoritaire à transformer l’ordre sexué. Jean‑Yves Le Talec décrypte ainsi l’émergence de la « figure de la folle » dans le militantisme homosexuel, comme stratégie de résistance à l’hétéronormativité, mais l’échec ou le renoncement du mouvement gay à dépasser la critique de l’ordre des sexualités pour questionner celui du genre.

4Ce livre comble un déficit manifeste de travaux mobilisant une approche de genre dans le champ du militantisme. Il rappelle très justement la nécessité d’articuler dimensions symboliques et matérielles dans l’analyse des rapports sociaux de sexe, et de ne pas sous-estimer la pluralité et les contradictions internes à la catégorie femme. Certaines pistes de recherche méritent toutefois d’être prolongées. Une attention plus systématique au travail des organisations dans le façonnage des militants et des pratiques militantes permet de saisir, en contexte, les mécanismes formels et informels qui contribuent à la re‑production des hiérarchies de genre (de classe et de race) dans la division du travail militant et la sélection des militants. De même, l’analyse des stratégies individuelles ou collectives des femmes au sein des organisations militantes permet d’apprécier l’intensité et la nature des transformations (et des résistances) de l’ordre sexué, en lien avec des effets de période et de génération.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Guillaume, « Le sexe du militantisme, O. Fillieule, P. Roux (Eds.) », Sociologie du travail, Vol. 53 - n° 4 | 2011, 538-540.

Référence électronique

Cécile Guillaume, « Le sexe du militantisme, O. Fillieule, P. Roux (Eds.) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 53 - n° 4 | Octobre-Décembre 2011, mis en ligne le 27 novembre 2018, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/10416

Haut de page

Auteur

Cécile Guillaume

Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques, CLERSE

- UMR CNRS 8019, Université des sciences et technologies de Lille (USTL), bâtiment SH2, 59655 Villeneuve d’Ascq cedex, France
cecile.guillaume[at]univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals