Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 53 - n° 4Comptes rendusLiving in a Material World, T. Pi...

Comptes rendus

Living in a Material World, T. Pinch, R. Swedberg (Eds.)

MIT Press, Cambridge (2008). 403 pp.
Roland Canu
p. 542-543
Référence(s) :

Trevor Pinch, Richard Swedberg (Eds.), Living in a Material World, MIT Press, Cambridge (2008). 403 pp.

Texte intégral

1L’ancrage disciplinaire des coordinateurs de cet ouvrage collectif traduit le rapprochement de deux champs de recherche : Richard Swedberg, un des principaux spécialistes de la nouvelle sociologie économique (NSE) et Trevor Pinch, figure importante de la sociologie des sciences et des techniques (STS) sont ici associés et proposent une combinaison problématisée de recherches traitant la question suivante : « What roles do technology and materiality play in [...] different types of the economic process ? » (p. 9).

  • 1 « Ce que la sociologie des sciences et des techniques avait montré pour les faits scientifiques dan (...)

2Les contributions assemblées empruntent aux deux traditions et profitent des multiples enseignements attribuables à l’une et l’autre ainsi qu’à leur rencontre : la NSE a bien montré à quel point l’économie et le marché ne devaient pas être laissés aux seuls économistes ; la STS, dans la lignée des injonctions séminales de Bruno Latour, a permis de repenser la nature des liens entre l’économie et le social1. Dès lors, et c’est tout l’intérêt de cette rencontre, la dimension sociale des marchés n’est plus seulement limitée à des réseaux composés exclusivement d’humains dans lesquelles viendraient s’encastrer l’économie. À l’inverse, les actions économiques sous-tendent la création de collectifs hybrides, composés d’humains, d’objets et d’instruments devant être saisis dans leur matérialité. Ainsi, « the market [...] is not just some abstract structure of social relations or an institution consisting of rules and regulations; it also involves material objects, be it in the form of balances, coins, tickers, telephones, or computers » (p. 9).

3Cette rencontre a notamment été initiée, dès le début des années 1990, par Michel Callon et quelques chercheurs associés plus ou moins directement au Centre de sociologie de l’innovation. Ce livre s’inscrit intuitivement dans la directe lignée des ouvrages The Law of the markets publié en 2000, Market Devices en 2007 ou encore du numéro de 2003 que la revue Réseaux consacre aux « Technologies de marché », en opérant plus spécifiquement une focale sur la matérialité des instruments et des technologies impliqués dans les collectifs économiques. L’introduction de l’ouvrage resitue les enjeux, introduit les concepts issus des deux champs de recherche mobilisés (actor network, sociotechnical ensemble, embeddedness...) et assure une heuristique à la démarche collective qui facilite largement la lecture. Elle présente, en outre, les différentes contributions et les distribue en quatre parties composées, chacune, de trois chapitres : la première d’entre-elles discute le cadre de pensée partagé, en éclaire les soubassements théoriques les plus anciens et méconnus (Richard Swedberg), en identifie les enseignements du point de vue de la théorie économique et de son principal ambassadeur, l’homo‑oeconomicus (Michel Callon), voire même en conteste un des principaux piliers, la notion de performativité de l’économie-pratique par l’économie-discipline (Philip Mirowski et Edward Nik‑Khah).

4Les deux parties suivantes font varier la focale autour de la notion de matérialité, en éclairant dans un premier temps les infrastructures de l’économie, qu’il s’agisse de rapports comptables construisant la réalité économique des firmes (David Hatherly, David Leung et Donald MacKenzie), du « monde en écran » des traders permettant la coordination de ces derniers en opérant le basculement du global au local sur les marchés financiers (Karin Knorr Cetina et Barbara Grimpe) ou encore de cadres juridiques dans le domaine de l’économie des brevets scientifiques (Elizabeth Popp Berman).

5Ensuite, ce sont les technologies spécifiques aux marchés financiers qui sont examinées, que le regard porte sur les salles de marché comme laboratoires chargés d’instruments (Daniel Beunza and David Stark) ou qu’il porte sur la contribution plus spécifique de dispositifs techniques à l’animation et à l’évolution de ces salles — le stock ticker/téléscripteur (Alex Preda) et le téléphone (Fabian Muniesa).

6Dans la dernière partie, les auteurs s’intéressent aux utilisateurs de ces technologies, en privilégiant le e-commerce à la fois parce qu’il renouvelle le découpage séquentiel des processus d’achat (Christian Licoppe) et les dynamiques prescriptives ainsi que l’identité même des prescripteurs (Shay David et Trevor Pinch). Les coûts associés au transfert et à l’implantation de technologies nouvelles dans une organisation universitaire sont également examinés (Nicholas J. Rowland et Thomas F. Gieryn).

7Au-delà du plaisir, familier pour celui qui a déjà parcouru les travaux collectifs cités, que procure la lecture de cet ouvrage, Living in a Material World est une importante occasion de valoriser une rencontre qui demeure originale malgré son ancienneté.

Haut de page

Notes

1 « Ce que la sociologie des sciences et des techniques avait montré pour les faits scientifiques dans les années 1980 (sans dispositifs matériels, pas de sciences) vaut désormais pour les faits marchands » (Callon, M., Licoppe, C, Muniesa, F., 2003, Présentation du numéro « Technologies de marché », Réseaux, p. 10).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roland Canu, « Living in a Material World, T. Pinch, R. Swedberg (Eds.) », Sociologie du travail, Vol. 53 - n° 4 | 2011, 542-543.

Référence électronique

Roland Canu, « Living in a Material World, T. Pinch, R. Swedberg (Eds.) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 53 - n° 4 | Octobre-Décembre 2011, mis en ligne le 27 novembre 2018, consulté le 26 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/10457 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.10457

Haut de page

Auteur

Roland Canu

Certop, université de Toulouse–Le Mirail, maison de la recherche, 5, allée Antonio-Machado, 31058 Toulouse cedex 9, France
roland.canu[at]univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search