Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 53 - n° 4Comptes rendusSociologie des marchés, P. Francois

Comptes rendus

Sociologie des marchés, P. Francois

Armand Colin, Paris (2008). 311 pp. 
Jean-Marie Pillon et Nicolas Sallée
p. 543-545
Référence(s) :

Pierre Francois, Sociologie des marchés, Armand Colin, Paris (2008). 311 pp.

Texte intégral

1L’ouvrage est construit comme une enquête théorique dont le terrain serait 100 ans d’une sociologie traitant « plus ou moins frontalement du marché ». Le but de l’enquête est d’arriver à faire de la notion de « marché » un concept sociologique : « l’un des outils permettant de décrire et d’expliquer le monde social ». Si l’auteur utilise le pluriel dans son titre — Sociologie des marchés —, la dynamique de son argumentaire s’inscrit en fait dans une tension permanente entre ce pluriel — les marchés — et la construction d’un singulier — le marché. L’objectif de Pierre Francois est en effet de mettre en équivalence, analytiquement, la foisonnante diversité des marchés—« du jambon, des services, des airbus, du pétrole ou des compétences »— au moyen de la construction d’un nouvel outil conceptuel — le marché.

2C’est dans l’œuvre de Max Weber qu’il trouve une définition du marché qui lui permet d’effectuer ce trajet conceptuel, allant du pluriel au singulier. Selon l’auteur, cette définition wébérienne du marché permet d’éviter deux écueils fréquents dans la littérature économique ou sociologique sur le marché. D’une part, celui qui consiste à identifier toute forme d’échanges sociaux à des échanges marchands, à l’image des tentatives de systématisation que l’on peut trouver chez des auteurs aussi différents que Gary S. Becker et Pierre Bourdieu — « tout est marché ». D’autre part, celui qui consiste à souligner l’encastrement social des relations marchandes jusqu’au point de nier toute spécificité à ces relations — « rien n’est marché ». De fait, si l’auteur accepte les principaux résultats de la nouvelle sociologie économique, en particulier l’idée selon laquelle l’échange marchand est une pratique sociale, il se refuse à considérer l’impossibilité d’une distinction analytique du moment marchand, s’opposant en cela aux conceptions, notamment, de Viviana Zelizer.

3Il retient de sa lecture de Max Weber une définition du marché susceptible de construire un programme de recherche. Cette définition repose sur deux distinctions. En premier lieu, le marché serait constitué par la succession de deux moments distincts analytiquement : la concurrence et l’échange. En effet, l’échange marchand suppose préalablement une concurrence qui « sélectionne un offreur et un demandeur particulier [...] susceptibles de procéder à un échange ». En second lieu, le marché serait une forme de la vie sociale caractéristique de deux façons distinctes de « faire société », souvent présentées comme antinomiques : la « sociétisation » et la « communauté en entente ». Dans le premier cas, les individus interagissent de façon rationnelle en finalité dans le cadre de règles explicites. Dans le second, les règles apparaissent davantage implicites et les participants anonymes, la coordination marchande reposant sur l’appartenance des acteurs à un collectif plus large. La confiance dans la valeur de la monnaie est un exemple, parmi d’autres, de ces règles implicites. À partir de cette définition wébérienne d’une spécificité de l’acte marchand, P. Francois entend structurer théoriquement un siècle de regard sociologique sur les marchés.

4L’originalité de cet ouvrage est cependant de peupler cette ambition théorique par une synthèse des principaux travaux de sociologie sur les marchés. En effet, publié dans la collection « U » d’Armand Colin, Sociologie des marchés se veut aussi être un manuel. À l’issue d’un chapitre de définition du marché, au cours duquel l’auteur se positionne dans la filiation wébérienne (chapitre 1, « Qu’est‑ce qu’un marché ? »), il propose cinq chapitres qui offriront au lecteur un regard synthétique sur la sociologie des marchés. Le chapitre 2 est consacré à la présentation des travaux qui, de l’économie des organisations à la sociologie du don, en passant par la sociologie de la culture et la sociologie des réseaux, lui permettent de circonscrire analytiquement les phénomènes marchands des autres types d’interactions sociales – « Les frontières du marché ». Le chapitre 3 réunit les travaux qui rendent compte des conditions historico‑culturelles, institutionnelles, politiques, sociotechniques, etc., d’émergence d’acteurs et de normes rationnels (« L’homo‑œconomicus et sa fabrique sociale »). Le chapitre 4 répertorie les travaux qui, se concentrant sur les intermédiations qui se déploient sur les différents marchés, permettent de comprendre l’équipement technique, cognitif et social nécessaire aux échanges marchands (« Institutions et jugements marchands »). Seule la présentation des travaux concernant les phénomènes concurrentiels, dont la mise en avant, au‑delà de la plus fréquente sociologie des échanges marchands, constitue l’une des originalités de l’ouvrage, occupe deux chapitres. Le chapitre 5 expose les travaux traitant de la manière dont la forme prise par les relations entre acteurs économiques détermine des avantages compétitifs, à l’image de la théorie des « trous structuraux » de Ronald S. Burt (« Concurrence et morphologie »). Si cette approche morphologique apparaît nécessaire aux yeux de l’auteur, elle n’est pas suffisante et doit, selon lui, se doubler d’une prise en compte de la dimension agonistique de la concurrence. Au cours du chapitre 6, celle‑ci est alors appréhendée, à la suite de Georg Simmel, comme une forme de lutte indirecte, autrement dit une lutte « dans laquelle on cherche à triompher de l’autre par des efforts qui ne lui portent pas directement atteinte » (« La concurrence comme lutte »).

5Si le statut de cet ouvrage, qui mène de front une entreprise théorique et une présentation synthétique à usage scolaire, peut paraître ambivalent, nous reconnaîtrons l’honnêteté intellectuelle de l’auteur, qui questionne tout au long de son développement la pertinence même d’une telle mise en ordre a posteriori. Ainsi, avec ce livre, Pierre Francois, nous semble-t-il, réussit son pari. Toutefois, nous conseillerons aux lecteurs pressés de ne pas s’attarder sur la longue présentation réservée à Max Weber, dont la finesse tranche parfois avec l’ambition de clarté propre à un manuel. Enfin, sur le fond, une question nous semble rester en suspens. L’un des objectifs de Pierre Francois, dans son ouvrage, est de distinguer l’économie et le marché en faisant du marché une forme d’organisation de la vie économique analytiquement distincte d’autres formes, telles que l’organisation et la profession. Cependant, nous ne trouvons guère dans son ouvrage de définition de cet ensemble plus large qu’est l’économie. Or la possibilité même de tracer des frontières internes à l’économie suppose de définir ce qui est économique et ce qui ne l’est pas. Une telle entreprise conceptuelle enrichirait certainement cette essentielle contribution de Pierre Francois sans pour autant l’invalider.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Pillon et Nicolas Sallée, « Sociologie des marchés, P. Francois », Sociologie du travail, Vol. 53 - n° 4 | 2011, 543-545.

Référence électronique

Jean-Marie Pillon et Nicolas Sallée, « Sociologie des marchés, P. Francois », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 53 - n° 4 | Octobre-Décembre 2011, mis en ligne le 27 novembre 2018, consulté le 26 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/10506 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.10506

Haut de page

Auteurs

Jean-Marie Pillon

IDHE-Nanterre (UMR CNRS 8533), 200, avenue de la République, 92001 Nanterre, France
jean mariepillon[at]msn.com (J.-M. Pillon)

Articles du même auteur

Nicolas Sallée

IDHE-Nanterre (UMR CNRS 8533), 200, avenue de la République, 92001 Nanterre, France
nicolas.sallee[at]gmail.com (N. Sallée)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search