Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 53 - n° 4Comptes rendusCochons d’or, l’industrie porcine...

Comptes rendus

Cochons d’or, l’industrie porcine en questions, J. Porcher

Quae éditions, Paris (2010). 255 pp.
Pierre Blavier
p. 547-548
Référence(s) :

Jocelyne Porcher, Cochons d’or, l’industrie porcine en questions, Quae éditions, Paris (2010). 255 pp.

Texte intégral

  • 1 Dejours, C., 1998. Souffrance en France. La banalisation de l’injustice sociale, Seuil, Paris.

1Rares sont les domaines où la logique du profit se donne à voir de manière aussi manifeste et caricaturale que dans l’industrie porcine, à l’image de glissements sémantiques révélateurs : on ne parle plus de porc mais de cochon, d’éleveur mais de « producteur » de porcs, de « minerai » plutôt que de viande. L’enjeu de l’ouvrage est de montrer comment une telle logique se manifeste dans le travail d’élevage des porcs en batterie, en particulier du point de vue des salariés agricoles et de leur relation à leur métier et à l’animal. Il s’agit d’étudier la psychodynamique du travail, c’est-à-dire la compréhension « des ressorts subjectifs du rapport que les personnes entretiennent avec leur travail » (p. 249). L’angle d’attaque se rapproche des analyses en termes de souffrance au travail développées notamment par Christophe Dejours1, sans toutefois s’inscrire explicitement dans sa filiation.

2Hormis quelques photos et données chiffrées, la démonstration s’appuie principalement sur des entretiens dont des extraits irriguent le texte. Ils sont issus de plusieurs enquêtes de psychodynamique dont les modalités respectives (date, lieu, méthodologie des entretiens) sont bien précisées en annexe. Le livre est découpé en trois grands moments.

3Jocelyne Porcher livre d’abord des données de cadrage sur l’industrie porcine mondiale et sur ses deux terrains d’enquête, la Bretagne et le Québec. Le choix du Québec comme terrain de comparaison, facilité par des raisons pragmatiques (langue, réseau scientifique), est discutable dans la mesure où la situation y est assez similaire à celle de la France. Le porc est la viande la plus consommée au monde, en particulier dans l’Union européenne, et cette demande va croissant. L’industrie porcine connaît des transformations caractéristiques de la concentration et de l’optimisation de la production : concentration et spécialisation des exploitations ; mise en filière des éleveurs ; développement de la formation ; maîtrise technique croissante associée à de lourds investissements... L’auteur montre clairement le passage manifeste d’une agriculture paysanne et familiale à une logique productiviste. Un frein à ce développement est le manque de main d’œuvre, d’où l’intérêt de se demander pourquoi ce secteur a du mal à attirer des salariés.

4La réponse est donnée dans la partie principale de l’ouvrage centrée sur le travail en « production porcine industrielle ». L’auteur examine comment les salariés vivent ce travail et en souffrent physiquement et mentalement, notamment lorsqu’il s’agit d’éliminer les porcs défaillants au sein même de l’exploitation. L’auteur s’attache à montrer, non sans un certain militantisme, comment ce travail bafoue le rapport de l’homme à l’animal : il remplace la relation ancestrale d’empathie et de cohabitation qui caractérisait la culture de l’élevage par un rapport de pouvoir et de gestion.

5Enfin, cet état de fait s’inscrit historiquement dans la naissance de la zootechnie depuis le xixe siècle qui associe agriculture et rentabilité économique. Les salariés peuvent tenir par habitude mais aussi grâce aux représentations fallacieuses qui sont données de leur métier à travers la formation et la communication rattachées à l’industrie porcine. Le « Challenge des cochons d’or » récompense ainsi chaque année les éleveurs les plus performants d’un point de vue productiviste, c’est‑à‑dire en occultant tous les enjeux éthiques, environnementaux ou liés au travail concret dans les élevages.

6L’enquête sent bon le terrain, longtemps travaillé et pris à cœur par l’auteur, elle-même ancienne éleveuse. Les témoignages qu’elle parvient à obtenir sont d’ailleurs étonnants dans la mesure où certains travailleurs renient leur travail, ils soulignent clairement la pénibilité du travail d’éleveur. On peut regretter l’absence de description ethnographique car il est difficile de s’imaginer ce que représente concrètement ce travail si on n’a jamais mis soi‑même les pieds dans une porcherie industrielle. Cela permettrait de comprendre comment la dynamique productiviste pèse sur le salarié tout au long de ses activités et conditionne la plupart de ses gestes de travail pour optimiser la rentabilité et donc la quantité de porcs produite. On peut être désappointé par l’absence d’analyse sur les autres acteurs de la filière porcine responsables de cette situation, notamment les groupements d’éleveurs ou la grande distribution, quant à la manière dont ils imposent et diffusent leur logique de rentabilité. D’ailleurs, la question subsiste de savoir pourquoi, en comparaison avec d’autres filières agricoles, l’élevage du porc s’est prêté à l’industrialisation au point d’être aujourd’hui pratiquement le seul mode d’élevage du porc : comment la logique productiviste vient-elle à bout des arguments éthiques ?

Haut de page

Notes

1 Dejours, C., 1998. Souffrance en France. La banalisation de l’injustice sociale, Seuil, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Blavier, « Cochons d’or, l’industrie porcine en questions, J. Porcher », Sociologie du travail, Vol. 53 - n° 4 | 2011, 547-548.

Référence électronique

Pierre Blavier, « Cochons d’or, l’industrie porcine en questions, J. Porcher », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 53 - n° 4 | Octobre-Décembre 2011, mis en ligne le 27 novembre 2018, consulté le 22 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/10550 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.10550

Haut de page

Auteur

Pierre Blavier

École normale supérieure de Cachan, 61, avenue du Président-Wilson, 94235 Cachan cedex, France
Pit.blavier[at]laposte.net
pblavier[at]ens-cachan.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search