Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 53 - n° 4Comptes rendusLa fin des bêtes, Une ethnographie...

Comptes rendus

La fin des bêtes, Une ethnographie de la mise à mort des animaux, C. Rémy

Economica, Paris (2009). 210 pp.
Dominique Guillo
p. 548-550
Référence(s) :

Catherine Rémy, La fin des bêtes, Une ethnographie de la mise à mort des animaux, Economica, Paris (2009). 210 pp.

Texte intégral

1Dans le flot actuel des publications consacrées à la « question animale », les minutieuses études de terrain demeurent assez minoritaires. Plus rares encore sont les ouvrages qui parviennent à mettre au jour des données empiriques solides tout en déployant une réflexion théorique fine. De ce double point de vue, l’ouvrage de Catherine Rémy fait date.

2Son objectif est d’aborder la question de la frontière entre l’homme et l’animal à travers une perspective théorique bien particulière. Cette perspective consiste à exclure d’emblée les réflexions a priori sur cette frontière, pour considérer celle-ci comme le résultat d’un « accomplissement pratique ». En d’autres termes, pour l’auteure, étudier cette frontière, c’est avant tout étudier les modalités suivant lesquelles elle s’actualise dans les diverses situations interactionnelles concrètes qui la mettent en jeu.

3Cette perspective interactionniste et pragmatiste conduit Catherine Rémy à privilégier un thème : celui de la mise à mort des bêtes. Les situations dans lesquelles les humains tuent des bêtes, fait-elle valoir, produisent un « effet-loupe », car la question de la frontière entre l’homme et l’animal s’y pose nécessairement avec acuité. Ce thème est abordé à travers l’étude ethnographique de trois terrains : un abattoir, une clinique vétérinaire et un laboratoire d’expérimentation animale. Pour chacun de ces terrains, l’auteure propose une analyse détaillée d’extraits tirés de ses carnets d’observation, qui s’inspire largement de la frame analysis goffmanienne. Cette analyse ethnographique d’une rare profondeur s’avère remarquablement féconde sur plusieurs plans.

4Au plan théorique, tout d’abord, cette enquête démontre, faits à l’appui, les insuffisances des conceptions de la norme comme « représentation collective » intériorisée — ou non — par les acteurs et qui régirait leur conduite de manière mécanique et univoque. Le mode d’actualisation des règles sociales, les conduites à travers lesquelles elles se traduisent, peuvent éminemment varier selon les situations pratiques, en particulier selon les dispositifs matériels, les rôles dévolus aux individus en présence, le cadrage qu’ils font de la situation, leurs personnalités ou encore les réactions, violentes ou non, des animaux. Chez le vétérinaire, par exemple, un client jugé sympathique peut conduire les acteurs de la clinique à davantage subjectiver positivement son animal et donc à ne pas appliquer à celui-ci avec autant de zèle que dans d’autres cas la « règle implicite d’euthanasie avancée ». Dans l’abattoir, il existe un code et un jeu complexes de catégorisations morales largement implicites, et qui doivent le rester pour conserver toute leur force normative : l’espace est organisé tacitement à travers la distinction entre ceux qui tuent et ceux qui ne tuent pas ; les « non‑tueurs » ne doivent pas regarder les tueurs au moment de la mise à mort.

5Sur le thème des rapports homme/animal, cet ouvrage invite à fortement nuancer une thèse répandue, selon laquelle la massification de l’abattage des animaux et, plus largement, leur insertion dans des dispositifs technico‑industriels, entraîneraient une réification des bêtes et une « déconscientisation » chez les êtres humains à travers une dilution de la responsabilité et une routinisation des actes. Or, l’une des grandes forces de cette recherche est de montrer que « la routinisation n’implique pas la banalisation ». Pour peu que l’observateur scrute patiemment les gestes et les paroles, il exhume un monde très ambivalent, dans lequel l’attitude des humains bascule sans cesse entre deux postures polaires vis‑à‑vis de l’animal : l’objectivation et la subjectivation. Et cela alors même que les dispositifs techniques incitent à une totale objectivation des bêtes, comme dans le cas de l’abattoir.

6Mais l’auteure ne s’en tient pas à ce constat. Elle tente également d’expliquer pourquoi la banalisation de la mise à mort des bêtes paraît « impossible ». Sur ce point encore, l’ouvrage est profondément novateur. En effet, dans une bonne partie des recherches empiriques menées en sciences sociales sur ce thème, il est moins question de l’animal en tant que tel, que des représentations dont il est l’objet. Or pour expliquer « l’impossible objectivation de l’animal », Catherine Rémy fait entrer en scène, certes, à pas de velours mais avec force, l’animal en tant que tel, comme être réel, ce qui éloigne son propos de toute forme de culturalisme ou de constructivisme. L’animal « résiste », il a « un éclat de vie », une « corporéité commune » avec l’homme, « des ressemblances », toujours susceptibles de frapper les êtres humains et de rendre problématique sa mise à mort.

7On entrevoit ici comment le propos pourrait être relié à l’éthologie et, plus largement, à ce que la biologie dit aujourd’hui sur l’animal, l’homme, leur évolution ou même leurs psychologies. Ce serait toutefois aller beaucoup plus loin et dans une toute autre direction que l’auteure elle-même. Car en ce point, l’ouvrage recèle peut-être une tension, à la fois vive et fort éclairante. En effet, dans les passages les plus théoriques, l’auteure semble incliner à penser que l’étude de la frontière « homme/animal » ne peut être menée complètement et réellement qu’à travers l’analyse de ses accomplissements pratiques. Interprétée radicalement, cette perspective place le discours du sociologue pragmatiste en quelque sorte au-dessus des autres discours, y compris ceux qui proposent d’étudier l’homme et l’animal en les traitant directement comme des choses réelles, comme c’est le cas du registre discursif propre aux sciences de la vie. En effet, dans un tel cadre pragmatiste, ces discours sont considérés comme des accomplissements pratiques parmi d’autres de la frontière homme/animal. Or un tel parti pris entre en tension avec les passages où, précisément, les propriétés de l’homme et de l’animal surgissent dans leur réalité nue et paraissent convoquées dans l’argumentation, plus ou moins nettement, à titre de chose réelle.

8Cette tension demeure méthodologiquement très féconde : car sans elle, l’ouvrage aurait davantage consisté en une étude de l’accomplissement pratique des conceptions de la frontière homme/animal, plutôt que de l’accomplissement pratique de cette frontière elle‑même. Toutefois, le lecteur sensible à certains arguments cognitivistes pourra considérer que les passages théoriques les plus résolument pragmatistes présentent l’inconvénient de camoufler la brèche possible ouverte par ailleurs dans ce livre en direction des sciences de la vie, brèche pourtant très précieuse, car fort rare dans la littérature et difficile à accomplir sans affadissement mutuel des perspectives disciplinaires. Tel est l’un des grands apports de cet ouvrage important : en menant une réflexion analytique fine et d’une grande profondeur au plus près de l’objet, tel qu’il se donne à voir, il opère une avancée remarquable, là où piétinent une partie des discours qui, tout en proclamant la « personnalité de l’animal », ne daignent ou ne parviennent pas à s’en approcher empiriquement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Guillo, « La fin des bêtes, Une ethnographie de la mise à mort des animaux, C. Rémy », Sociologie du travail, Vol. 53 - n° 4 | 2011, 548-550.

Référence électronique

Dominique Guillo, « La fin des bêtes, Une ethnographie de la mise à mort des animaux, C. Rémy », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 53 - n° 4 | Octobre-Décembre 2011, mis en ligne le 27 novembre 2018, consulté le 26 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/10564 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.10564

Haut de page

Auteur

Dominique Guillo

Centre Jacques-Berque, 35, avenue Tariq-Ibn-Zyad, 10000 Rabat, Maroc
dominiqueguillo[at]yahoo.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search