Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 53 - n° 4Comptes rendusLe langage social des émotions, É...

Comptes rendus

Le langage social des émotions, Études sur les rapports au corps et à la santé, F. Fernandez, S. Lézé, H. Marche (Eds.)

Economica Anthropos, Paris (2008). 426 pp. 
Aurélie Jeantet
p. 550-552
Référence(s) :

Fabrice Fernandez, Samuel Lézé, Hélène Marche (Eds.), Le langage social des émotions, Études sur les rapports au corps et à la santé, Economica Anthropos, Paris (2008). 426 pp. 

Texte intégral

1Voici un ouvrage fondé sur l’étude empirique des émotions en sociologie et en anthropologie. Le fait est en France suffisamment rare pour que l’on puisse noter qu’il participe à combler un manque. Un manque récent cependant car, comme il est justement mais furtivement rappelé, de nombreux « pères fondateurs » se sont penchés sur cette question, d’Émile Durkheim, trop souvent réduit à son anti-psychologie, à Norbert Elias, en passant par Marcel Mauss ou encore Everett C. Hughes, Erving Goffman et Anselm L. Strauss, l’interactionnisme occupant une large part des références théoriques de l’ouvrage.

2Ce livre porte plus précisément sur l’étude des émotions au travail et, plus précisément encore, dans un champ spécifique, celui de la santé. Il semble qu’il y aurait, là, plus de légitimité ou d’évidence à aborder cet objet : une attention aux émotions serait permise ou suscitée du fait du contact avec la maladie et avec la mort. C’est donc aussi un ouvrage sur le secteur de la santé et sur ses changements, qui intéressera ceux qui, de plus en plus nombreux, l’étudient.

3Cependant, son mérite principal est bien une attention à l’expression et à la régulation des émotions, dans la lignée des travaux d’Arlie R. Hochschild. Le propos est énoncé clairement : « l’analyse classique du travail émotionnel mis en œuvre et en forme par les profanes comme par les professionnels au travers de leurs interactions » (p. 2). Le titre, joliment tourné, « le langage social des émotions », renvoie à M. Mauss qui indique qu’il y a un langage des émotions, sans spécifier « social » (y a‑t‑il en effet des langages qui ne soient pas sociaux ?). Le sous-titre « études sur les rapports au corps et à la santé » indique bien que ces deux objets seront particulièrement débattus, même s’il faut quand même souligner que les acteurs de la santé n’en ont pas l’apanage. En effet, le corps est toujours parti prenante des émotions, qui sont ressenties corporellement avant même parfois d’être conscientes et verbalisées. Si cette dimension corporelle des émotions est bien présente dans beaucoup des contributions, le thème de la santé se limite à celle des malades. Il faudrait peut-être rappeler que les émotions engagent aussi d’une certaine manière la santé, y compris des bien-portants, puisque leur intensité et leur fréquence peuvent marquer profondément et conduire à la maladie comme aussi à la rémission ou bien à la préservation de soi. C’est que les émotions nous constituent en tant que sujets éprouvants. On remarque qu’étrangement, le concept de sujet ou de subjectivité, n’est pas abordé dans l’ouvrage. La focalisation sur le secteur de la santé ne doit pas faire penser que les émotions ne sont pas tout aussi présentes dans d’autres secteurs professionnels : ne peut-on aller jusqu’à soutenir l’idée qu’elles sont intrinsèques à toute activité ?

  • 1 En 2005 et 2006. Voir notamment les actes publiés dans Face à face, accessibles en ligne : http://w (...)

4Cet ouvrage est collectif, comme le sont souvent ceux qui, actuellement, portent sur la subjectivité ou les émotions. Le travail des trois jeunes chercheurs, Fabrice Fernandez, Samuel Lézé, Hélène Marche, est pourtant bien consistant. Deux colloques ont préparé cet ouvrage1. Beaucoup des auteurs ne se sont pas contentés de livrer une réflexion a posteriori, tirée d’enquêtes initialement centrées sur d’autres thématiques, mais intègrent véritablement cette problématique dans leurs investigations. Au‑delà des spécificités, il existe généralement une cohérence qui ne donne pas le sentiment d’une compilation artificielle mais qui résulte d’un travail de plus longue haleine. Et l’introduction, précise et stimulante, bien que succincte, est là pour en attester.

5Les contributions s’organisent en deux parties : la mise en forme des émotions, via le travail émotionnel, et l’objectivation des états émotionnels, via des modes de représentation et de désignation. Formulé autrement, cela revient à distinguer ce qu’on fait aux émotions et ce qu’on fait des émotions. Il est peut-être dommage que ces deux questions soient séparées alors qu’on pourrait les penser comme indissociables et on peut aussi regretter que ne soit pas développée une partie sur ce que les émotions font de nous, qui aborderait la question de la subjectivité. Ainsi par exemple, on sait qu’exprimer des émotions au travail va souvent à l’encontre de l’image d’un bon professionnel. Qu’est‑ce que ce type de dilemmes et les manières de les résoudre ont comme conséquences sur les sujets ? La dimension du genre est aussi plus déterminante que le livre ne le laisse supposer : selon les sexes, les émotions ne sont pas prescrites, proscrites et perçues de la même manière et elles prennent part à l’identité sexuée de chacun d’entre nous.

6Il serait vain de tenter ici un résumé de chaque contribution, dont nous pouvons simplement donner un bref aperçu. Marcel Drulhe expose utilement le contexte de rationalisation de l’organisation du système de soins ; Michel Castra et Geneviève Cresson traitent de la division et de la reconnaissance du travail émotionnel, chez des profanes et des professionnels de soins palliatifs ; Marc Loriol et Sandrine Caroly, confrontant leurs recherches respectives sur les infirmières et les policiers, approchent la dimension collective du travail émotionnel ; Hélène Marche s’intéresse au rire et à l’humour dans les interactions entre soignants et cancéreux ; Julien Bernard rend finement compte, dans un service funéraire, de la normalisation des émotions des agents et des proches du défunt ; Judith Wolf livre une analyse analogue sur la morgue, en intégrant la question de la socialisation et de l’apprentissage professionnel.

7Dans la seconde partie, quatre textes abordent l’objectivation et la formalisation des émotions dans des secteurs du soin et dans des pratiques d’accompagnement et d’aide psychologique (Catherine Mercadier, Gérard Rimbert, Samuel Lézé, Julien Langumier). Enfin, les deux textes de Fabrice Fernandez et de Yannick Jaffré suggèrent que rendre compte des émotions ne pourrait pas s’effectuer par l’écriture académique mais convoquerait un mode plus narratif et réflexif, voire littéraire. La question de la possibilité du partage des émotions et de leur rôle dans le lien social est posée. Pour conclure, les contributions qui composent l’ouvrage peuvent être considérées comme autant de manières de traiter de l’articulation des émotions au social, en n’évacuant ni la question de l’intériorité ni celle, transversale, du pouvoir : les émotions agissent du côté du contrôle et de l’ordre social mais aussi de la création et de la résistance.

Haut de page

Notes

1 En 2005 et 2006. Voir notamment les actes publiés dans Face à face, accessibles en ligne : http://www.ssd.u-bordeaux2.fr/faf/derniere ed/index.htm.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélie Jeantet, « Le langage social des émotions, Études sur les rapports au corps et à la santé, F. Fernandez, S. Lézé, H. Marche (Eds.) », Sociologie du travail, Vol. 53 - n° 4 | 2011, 550-552.

Référence électronique

Aurélie Jeantet, « Le langage social des émotions, Études sur les rapports au corps et à la santé, F. Fernandez, S. Lézé, H. Marche (Eds.) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 53 - n° 4 | Octobre-Décembre 2011, mis en ligne le 27 novembre 2018, consulté le 22 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/10577 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.10577

Haut de page

Auteur

Aurélie Jeantet

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, laboratoire CRESPPA-GTM, 59, rue Pouchet, 75017 Paris, France
aurelie.jeantet[at]free.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search