Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Les enseignants et le genre. Les inégalités hommes-femmes dans l’enseignement du second degré en France et en Angleterre, M.-P. Moreau

PUF, Paris (2011). 192 p.
Julie Jarty
p. 547-548
Référence(s) :

Marie-Pierre Moreau, Les enseignants et le genre. Les inégalités hommes-femmes dans l’enseignement du second degré en France et en Angleterre, Presses universitaires de France, Paris, 2011, 122 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Rares sont les enquêtes sociologiques — françaises tout au moins — qui étudient le monde professionnel enseignant sous l’angle du genre. Les travaux pionniers de Marlaine Cacouault-Bitaud demeuraient, à ce titre, relativement isolés en la matière. L’ouvrage de Marie-Pierre Moreau comble en cela un vide scientifique évident et l’approche comparative retenue (France/Angleterre) lui permet d’apporter une contribution originale en sociologie du travail. S’appuyant sur les principaux résultats d’une solide enquête de terrain réalisée entre 2005 et 2008 dans le cadre d’une thèse de sociologie, la recherche menée par cette chercheuse de l’Université du Bedfordshire au Royaume-Uni s’organise autour d’une démonstration de la prégnance du genre en tant que structurant des parcours professionnels des enseignant(e)s du second degré. L’ouvrage se donne alors pour objectif de déconstruire, point par point, l’image solidement ancrée dans l’imaginaire collectif d’une profession « havre d’égalité », en partie du fait de sa (relative) surreprésentation numérique féminine.

2Inspirée des théories anglo-saxonnes en termes de « contrats de genre », l’auteure commence par une présentation comparée des cadres de vie des enseignant(e)s. Par-delà l’empreinte du genre marquant les expériences de vie au sein des deux contextes sociétaux, de notables différences surgissent de l’analyse, faisant apparaître l’Angleterre sous un jour moins favorable que la France : segmentation (légèrement) plus marquée du marché du travail ; prégnance de la norme du temps partiel féminin renvoyant aux fameuses mommy tracks (ou carrières singulièrement dévaluées des femmes devenues mères) ; « conciliation » de la vie professionnelle et familiale bien plus conflictuelle. Cette approche macro-sociale indiquant la place idéale accordée aux femmes sur le marché de l’emploi nous rappelle un constat : en dépit de politiques d’égalité timides et peu efficaces, la France fait partie des pays de l’Union européenne les mieux dotés en matière de service public de la petite enfance, permettant aux femmes — tout au moins les diplômées — d’adopter des comportements d’activité relativement proches de ceux de leurs homologues masculins après la naissance de leur(s) enfant(s).

3Mais c’est du point de vue de la mise en perspective du mode de fonctionnement et de la structuration du groupe professionnel enseignant que la comparaison France/Angleterre se révèle la plus riche. La féminisation du métier (relativement similaire dans les deux pays) n’a pas fait disparaître les écarts sexués dans l’accès aux positions les plus prestigieuses — qui sont aussi les mieux rémunérées. Pour autant, M.-P. Moreau nous montre qu’en début de carrière, les identités professionnelles, centrées sur la dimension d’excellence en France et « pastorale » (ou relationnelle) en Angleterre, surplombent les expériences du genre. L’interprétation vocationnelle des logiques d’entrée dans un métier pensé comme féminin est ainsi déconstruite : indépendamment du sexe d’appartenance, c’est la passion et la réussite disciplinaire qui gouverne les logiques d’entrée dans la profession en France, le goût pour le travail auprès des jeunes en Angleterre. Le phénomène de sur-sélection des filles opère cependant dans les deux pays, les enseignantes ayant eu des trajectoires scolaires et universitaires généralement plus brillantes que leurs homologues masculins. Et si les logiques de genre freinant la progression des femmes dans la hiérarchie professionnelle enseignante se renforcent au fil de la carrière, elles apparaissent davantage reconnues en Angleterre, que ce soit de la part des pouvoirs publics comme des enseignants eux mêmes.

  • 1 Gregory A, Windebank J. Women’s work in Britain and France: Practice, Theory and Policy. MacMillan; (...)

4L’ouvrage suggère aussi des proximités permanentes dans les deux pays, comme celle du maintien de la division sexuelle du travail domestique et de care (entendu comme le soin apportés aux personnes dépendantes, enfants, aînées, handicapées, malades). Prenant le contre-pied des travaux comparatifs d’Abigail Gregory et de Jan Windebank qui pointaient une plus forte participation des hommes anglais que français au travail domestique en raison du faible développement des services publics dans leur pays1, le travail de M.-P. Moreau montre que celle-ci est tout aussi limitée en Angleterre qu’France. Mais de part et d’autre de la Manche, les conséquences de cette inégale répartition du travail productif et reproductif sur la carrière professionnelle diffèrent : tandis que les enseignantes Françaises parviennent très majoritairement à se maintenir en emploi lorsqu’elles ont des enfants, et sur le mode d’un temps plein, l’adoption d’un temps partiel ainsi qu’un retrait momentané du marché de l’emploi, apparaît comme un passage quasi-obligé des mères enseignantes anglaises. Ce phénomène serait, selon l’auteure, à relier aux responsabilités qui incombent aux enseignants au sein de leurs établissements, plus variées et plus chronophages en Angleterre qu’en France.

5On pourra s’étonner que l’ouvrage laisse dans l’ombre le caractère dynamique de l’évolution des rapports de genre et la pluralité des parcours biographiques. Les leviers de changement, perceptibles au travers d’histoires de vie ou de logiques individuelles, sont ainsi évincés de l’analyse. Mais la multiplicité des niveaux de comparaison présente dans l’ouvrage (deux pays, deux systèmes éducatifs, deux sexes), associée au faible nombre de recherches sur ce thème, rendait sans doute difficile l’intégration d’une telle réflexion. Ces quelques remarques émises n’enlèvent rien à la grande qualité d’un ouvrage de surcroît rigoureusement structuré, ponctué d’extraits d’entretiens rendant sa lecture agréable, et qui nous brosse une image plus complexe d’une profession souvent perçue comme idéale pour les femmes. On saluera en outre la portée de la comparaison permettant de faire mieux ressortir les traits singuliers des deux systèmes enseignants et, dans le même temps, de balayer toute conception essentialiste de la différence des sexes au travail. En cela l’ouvrage de Marie-Pierre Moreau offre aux sociologues de l’éducation, du travail ou des rapports sociaux de sexe, des pistes de recherche innovantes, et procure aux chercheurs intéressés par le monde des knowledge workers l’envie d’approfondir l’analyse.

Haut de page

Notes

1 Gregory A, Windebank J. Women’s work in Britain and France: Practice, Theory and Policy. MacMillan; London: 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Jarty, « Les enseignants et le genre. Les inégalités hommes-femmes dans l’enseignement du second degré en France et en Angleterre, M.-P. Moreau », Sociologie du travail, Vol 55 - n° 4 | 2013, 547-548.

Référence électronique

Julie Jarty, « Les enseignants et le genre. Les inégalités hommes-femmes dans l’enseignement du second degré en France et en Angleterre, M.-P. Moreau », Sociologie du travail [En ligne], Vol 55 - n° 4 | Octobre-Décembre 2013, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/10604

Haut de page

Auteur

Julie Jarty

Centre d’étude et de recherche travail, organisation, pouvoir (CERTOP, UMR 5044), maison de la recherche, Université Toulouse II-Le Mirail, bâtiment B26, 5 allées Antonio-Machado, 31058 Tououse cedex 9, France
jarty[at]univ-tlse2.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals