Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol 55 - n° 4Comptes rendusLes métamorphoses du paternalisme...

Comptes rendus

Les métamorphoses du paternalisme. Histoire, dynamiques et actualité, A. Lamanthe

CNRS Éditions, Paris (2011). 408 p.
Stéphanie Barral
p. 548-550
Référence(s) :

Annie Lamanthe, Les métamorphoses du paternalisme. Histoire, dynamiques et actualité, CNRS Éditions, Paris, 2011, 408 p.

Texte intégral

1En sociologie du travail, le paternalisme est un objet de recherche marginal, invisibilisé par la disqualification politique des univers traditionnels pendant les Trente Glorieuses et la prépondérance accordée à la rationalisation des grandes organisations productives. Annie Lamanthe renouvelle les travaux sur le lien salarial par l’étude des dynamiques paternalistes passées et présentes, œuvrant ainsi pour une reconnaissance de la diversité des formes de cette relation.

2Historiquement, deux interprétations de la relation paternaliste se distinguent, l’une dans la lignée des approches marxistes et foucaldiennes mettant en avant l’expression d’une pure domination, et l’autre, plus récente, insistant sur l’idée de compromis salarial et d’interdépendance des employeurs et des travailleurs. La grille de lecture construite par l’auteur pour analyser le paternalisme permet de dépasser cette dichotomie : en reprenant les catégories wébériennes de la domination, A. Lamanthe définit le paternalisme comme l’expression de la transposition des principes de la domination traditionnelle dans une relation salariale circonscrite par le droit, et relevant donc d’une domination rationnelle-légale. Ainsi, toute relation salariale paternaliste est une combinaison de capitalisme rationnel et de principes traditionnels ; la lutte entre ces deux dimensions engage un processus historique et social qui exprime la diversité des formes du lien salarial.

3Si cette tension entre traditionalisme et rationalisation du capitalisme donne à penser de manière heuristique l’évolution et la diversité de la relation salariale, la richesse de l’ouvrage tient aussi à la mobilisation exhaustive de travaux sur les organisations productives traditionnelles et à la présence d’études de cas portant sur de petites entreprises industrielles rurales. Le livre, issu d’un mémoire d’habilitation à diriger des recherches, ne développe pas de manière exhaustive les outils méthodologiques mobilisés. L’effort permanent de contextualisation des travaux dans le cadre juridique national français et celui de confrontation aux conceptions savantes de la relation salariale modèlent une analyse claire de l’évolution du paternalisme mais aussi des causes de sa disqualification historique.

4La réflexion d’Annie Lamanthe repose sur une démonstration centrale : le paternalisme a connu un rapport de fonctionnalité avec le capitalisme à ses débuts, qui se transforme en relation d’opposition pendant la période de l’après-Seconde Guerre mondiale, quand l’État développe le droit social et organise la rationalisation du système productif.

5En s’appuyant sur l’étude des industries de la conserve en France, l’auteur montre que les rapports salariaux sont initialement fortement intégrés aux dynamiques traditionnelles : les organisations sont faiblement formalisées et le lien salarial est fondé sur un système d’engagements réciproques.

6Selon A. Lamanthe, les années 1960 marquent une rupture dans les formes de mobilisation des principes paternalistes : la planification économique politiquement organisée transforme radicalement ce secteur, activant une concentration et une normalisation de la production. Ce mouvement est sous-tendu par des représentations politiques associant la performance économique aux entreprises de grande taille.

7L’auteur explique ce constat en le reliant aux orientations de la sociologie du travail des années 1960 et 1970 : celles-ci sont dirigées par une conception de la relation salariale inspirée de Marx et l’organisation productive taylorienne constitue la représentation majoritairement donnée des entreprises. Les grandes organisations au sein desquelles la rationalisation du travail est poussée sont sur le devant de la scène. Selon A. Lamanthe, l’invisibilisation de la relation paternaliste dans les travaux scientifiques en est la conséquence directe, tout comme l’est la disqualification politique des organisations traditionnelles.

8Depuis les années 1980, on observe toutefois un regain d’intérêt pour ces univers traditionnels, auxquels sont associés flexibilité et adaptabilité. Cependant, les petites entreprises rurales ne sont pas exemptes du mouvement général de formalisation organisationnelle associé à un recours plus poussé au droit. Les conditions d’une relation paternaliste ne sont alors plus réunies ; les engagements réciproques se délitent au profit d’une médiation juridique et, avec eux, l’équilibre entre flexibilité et stabilité qui caractérisait autrefois ces entreprises. Dans un contexte de réduction de l’offre d’emplois s’opère une seconde rupture : l’organisation de la flexibilité est orchestrée par un accroissement de la formalisation juridique associé à un affaiblissement des droits sociaux. De nouveaux droits individuels sont définis, associés à une externalisation de la protection et de la sécurité des salariés : chacun participe à la construction de son propre parcours.

9En conclusion, A. Lamanthe développe une vision tout à la fois pessimiste et pertinente : la multiplication des normes issues du registre juridique conduit à un brouillage des formes de la relation salariale dans les petites entreprises familiales, annonçant le délitement contraint des principes traditionnels par le processus contemporain de formalisation et de distanciation des relations de travail.

10L’originalité de cet ouvrage tient à l’entrée choisie par l’auteur pour aborder la relation salariale dans son ensemble. En effet, elle ne s’intéresse pas de façon centrale à d’autres formes plus connues de paternalisme, telles que celles observables dans les grandes organisations où les pratiques d’encadrement de la main-d’œuvre peuvent concerner des aspects structurants de la vie privée des travailleurs (le logement, la prise en charge de la santé, l’éducation des enfants), qui, selon elle, ont donné lieu à l’émergence d’une pensée stéréotypée sur la question. A. Lamanthe propose une réflexion sur l’histoire du paternalisme et de la relation salariale fondée sur l’étude de formes organisationnelles de petite taille, invisibilisées dans la sociologie du travail.

11Si cette analyse enrichit la discipline par une réflexion sur des thématiques souvent occultées, elle interroge sur les conditions de sa généralisation. Des travaux récents témoignent d’une mobilisation croissante de la notion de paternalisme pour analyser les rapports salariaux dans les pays émergents où la permanence de régulations sociales traditionnelles justifie ce choix. Ils explorent les mécanismes de légitimation du paternalisme au sein des firmes ainsi que des sociétés étudiées. À l’inverse, A. Lamanthe propose un cadre permettant de comprendre l’évolution du paternalisme dans un contexte de juridicisation de la relation salariale, mais elle ne mobilise pas d’outils théoriques et méthodologiques pour l’analyse des ressorts de l’acceptation de la domination traditionnelle et de la construction politique d’une telle acceptation.

12Enfin, ceci rappelle que si le paternalisme est considéré ici comme une forme spécifique de relation salariale, la définition première de ce terme renvoie à une doctrine politique en opposition aux doctrines libérales. En cela, l’ouvrage laisse en suspens certaines réflexions elles aussi intimement liées au paternalisme, sur la notion de coercition ou sur les registres de justification du paternalisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Barral, « Les métamorphoses du paternalisme. Histoire, dynamiques et actualité, A. Lamanthe », Sociologie du travail, Vol 55 - n° 4 | 2013, 548-550.

Référence électronique

Stéphanie Barral, « Les métamorphoses du paternalisme. Histoire, dynamiques et actualité, A. Lamanthe », Sociologie du travail [En ligne], Vol 55 - n° 4 | Octobre-Décembre 2013, mis en ligne le 18 octobre 2013, consulté le 07 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/10618 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.10618

Haut de page

Auteur

Stéphanie Barral

Centre Maurice Halbwachs, 48 Boulevard Jourdan, 75014 Paris, France
phanette.barral[at]gmail.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search