Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol 55 - n° 4Comptes rendusWho Cares? Public Ambivalence and...

Comptes rendus

Who Cares? Public Ambivalence and Government Activism from the New Deal to the Second Gilded Age, K. S. Newman, E. S. Jacobs

Princeton University Press, Princeton (2010). 240 p.
Romain Huret
p. 550-552
Référence(s) :

Katherine S. Newman et Elisabeth S. Jacobs, Who Cares? Public Ambivalence and Government Activism from the New Deal to the Second Gilded Age, Princeton University Press, Princeton, 2010, 240 p.

Texte intégral

1Ce livre court, écrit à quatre mains par une sociologue, Katherine S. Newman, et une spécialiste de politiques publiques, Elisabeth S. Jacobs, pose en introduction une question simple : les réformes de l’assurance et de l’assistance sociale aux États-Unis ont-elles été mieux acceptées dans le passé qu’aujourd’hui ? En d’autres termes, l’opinion publique a-t-elle consenti davantage au financement de la sécurité sociale des années 1930 aux années 1970, période où le keynésianisme social prévalait dans le pays ? Les deux auteurs s’intéressent donc aux réactions de la population américaine aux programmes sociaux du New Deal mis en œuvre par Franklin Delano Roosevelt dans les années 1930 et à la guerre contre la pauvreté conduite par le président Lyndon Baines Johnson dans les années 1960, deux moments décisifs pour la création d’un État-providence américain.

2Pour mesurer le degré de résistance des habitants, elles utilisent un corpus intéressant, et rarement mis en avant par les travaux historiques : les lettres envoyées aux agences fédérales en charge des programmes. Elles s’appuient également de manière plus classique sur les sondages, en particulier pour les années 1960. Sans véritable surprise pour les historiens du conservatisme américain, les deux auteurs découvrent l’ampleur de la résistance dans les États américains. Des arguments classiques sur la fainéantise des populations assistées ou la fin de l’éthique du travail protestante (workethic) sont utilisés pour dénoncer in fine le caractère non Américain (Un-American) de l’État-providence, qui ne serait donc qu’une transposition dangereuse des expériences européennes. Plus encore, la dimension fiscale accroît les tensions, et ce, d’autant plus que les programmes sociaux sont cofinancés par l’État fédéral et les États fédérés selon le principe de la péréquation financière (matching funds). Beaucoup de contribuables expriment le sentiment que leurs impôts sont utilisés à des fins politiques qu’ils contestent d’un point de vue moral. Plus encore, en tant que représentants de la classe moyenne, ils savent parfaitement qu’ils ne bénéficieront jamais de ces nouvelles aides fédérales.

3L’exposé des résistances conduit les auteurs à proposer un argument en matière de politiques publiques : l’antiétatisme, bien ancré au sein d’une partie de la population américaine, n’a pas empêché des présidents courageux et visionnaires de faire voter des lois en matière d’assurance et d’assistance sociale. Sans cacher leur volonté de peser dans le débat actuel autour de la réforme de l’assurance-santé par le président Barack Obama, elles rappellent que l’histoire nous apprend une chose : les grandes réformes sociales ont toujours été fortement remises en cause.

4Si l’ouvrage est plaisant à lire en raison de la richesse du matériau épistolaire, il pose d’importants problèmes méthodologiques. Ses visées présentistes nuisent à la qualité de la démonstration ; ses ambitions épistémologiques déçoivent. Dans un premier temps, il est frappant de constater l’absence complète des travaux sur le conservatisme américain, l’un des champs les plus féconds depuis 20 ans dans les sciences sociales. Ces emprunts bibliographiques auraient permis d’enrichir les pages consacrées à la résistance citoyenne. Plus encore, l’usage du corpus de lettres est décevant d’un point de vue méthodologique. En l’état, elles servent principalement à décorer le texte, comme le montre leur usage systématique en exergue des chapitres. Le lecteur attend en vain une analyse fine du corpus, décrivant par exemple les caractéristiques sociales et sexuelles des contestataires. En l’absence de hiérarchie, les extraits de lettre s’accumulent, accordant la même signification à une anonyme femme de l’Ouest et à une organisation conservatrice et antisémite, Sentinels of the Republic, très dynamique dans les années 1920 et 1930.

5L’historiographie récente du conservatisme a mis l’accent sur le rôle central des classes moyennes supérieures dans l’émergence du mouvement, et notamment le rôle des femmes. Le corpus choisi confirme-t-il ou infirme-t-il cette hypothèse dominante ? K. S. Newman et E. S. Jacobs n’apportent pas de réponse, se contentant d’évoquer l’ambivalence des citoyens à l’égard du New Deal et de la guerre contre la pauvreté. Enfin, le recours aux sondages aurait mérité une analyse méthodologique et une contextualisation plus importantes. Si leur représentativité est toujours contestée, il va sans dire que dans les années 1930 leur méthodologie était balbutiante et prêtait souvent à des instrumentalisations politiques.

6In fine, ce flou analytique et ces approximations méthodologiques nuisent à la démonstration de l’ouvrage. « L’ambivalence » évoquée dans le titre pour désigner les résistances est un concept flou, qui aurait également mérité un travail de définition en utilisant les travaux sur les formes de résistance populaires. En durcissant l’appareil analytique, l’ouvrage aurait gagné en épaisseur et en capacité à persuader le lecteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Huret, « Who Cares? Public Ambivalence and Government Activism from the New Deal to the Second Gilded Age, K. S. Newman, E. S. Jacobs », Sociologie du travail, Vol 55 - n° 4 | 2013, 550-552.

Référence électronique

Romain Huret, « Who Cares? Public Ambivalence and Government Activism from the New Deal to the Second Gilded Age, K. S. Newman, E. S. Jacobs », Sociologie du travail [En ligne], Vol 55 - n° 4 | Octobre-Décembre 2013, mis en ligne le 29 octobre 2013, consulté le 01 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/10634 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.10634

Haut de page

Auteur

Romain Huret

Université Lyon II/Institut universitaire de France & Mondes américains : sociétés, circulations, pouvoirs xve-xxie siècles (UMR 8168)/École des hautes études en sciences sociales), 105 boulevard Raspail, 75006 Paris, France
rhuret[at]ehess.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search