Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 53 - n° 4Comptes rendusLa tentation du corps, corporéité...

Comptes rendus

La tentation du corps, corporéité et sciences sociales, D. Memmi, D. Guillo, O. Martin (Eds.)

Éditions de l’EHESS, Paris (2009). 276 pp.
Jérémie Legroux
p. 552-554
Référence(s) :

Dominique Memmi, Dominique Guillo, Olivier Martin (Eds.), La tentation du corps, corporéité et sciences sociales, Éditions de l’EHESS, Paris (2009). 276 pp.

Texte intégral

1Le titre de cet ouvrage collectif dirigé par Dominique Memmi, Dominique Guillo et Olivier Martin est sans aucun doute à double sens. Comme souhaitent nous le rappeler les auteurs, dans la présentation de leur projet initial, le corps comme objet privilégié des sciences sociales ne s’est en réalité imposé dans le paysage intellectuel français qu’à partir du milieu des années 1960. Jusqu’alors, le seul effleurement de cet objet par les sciences de l’homme, et par la sociologie en particulier, revenait à mordre dans le fruit défendu dont Émile Durkheim a défini les contours dans Le Suicide. Il a donc fallu que des auteurs transgressent la règle d’une mise à distance de la question du biologique pour que le corps prenne une place heuristique, en France, qu’elle n’avait plus depuis l’appel de Marcel Mauss en 1934 à la classification méthodique des « techniques du corps ». En ce sens, on peut également entendre le titre de cet ouvrage comme une réitération de l’appel maussien à susciter la « tentation » au sein des sciences de l’homme — celle de mettre du « corps à l’ouvrage ».

2C’est donc la réincarnation des sciences sociales et la constitution spécifique d’une « école française » autour de l’objet corps, entre le milieu des années 1960 et la fin des années 1970, que les auteurs s’attachent à comprendre. Celle-ci ne pouvant se contenter d’un seul point de vue sociologique, les contributeurs s’inscrivent dans une pluridisciplinarité propice à un large balayage des hypothèses susceptibles de saisir le corps comme « un signifiant flottant » (p. 18). On ne pourra leur reprocher cette volonté de porter le corps hors des clivages disciplinaires. Il fait de cet ouvrage une entreprise collective courageuse et montre en même temps la richesse de l’objet. On y trouvera donc un corps scruté par le regard sociologique (D. Memmi, D. Guillo et O. Martin), mais également anthropologique (Pierre Bonte, Jean-Pierre Warnier), historien (Rafael Mandressi), philosophique (Francois Boullant), juridique (Stéphanie Hennette‑Vauchez), voir même éditorialiste (Sébastien Lemerle). Ainsi l’ouvrage, fidèle à un souci de réflexivité et d’ouverture, propose « deux entrées » : par les auteurs et par les disciplines.

3On appréciera l’important travail d’analyse du corpus de Michel Foucault (F. Boullant) ou de Françoise Héritier (P. Bonte) et des déplacements épistémologiques, parfois biographiques, qui ont contribué chez eux à donner au corps une place centrale dans l’analyse du fait historique et social. Le lecteur est également invité à redécouvrir, sous la plume de D. Memmi, l’importance du corps dans l’ancrage ethnographique des travaux de Pierre Bourdieu : de l’observation méticuleuse des gestes et des postures de la paysannerie à la déconstruction historique de la scolastique, c’est à un rapprochement du biologique et du culturel que s’est employé P. Bourdieu au travers de la notion d’habitus. Cependant, nous le rappelle D. Memmi, c’est bien la « distance à la nature » (p. 78) qui rapporte chez P. Bourdieu l’épaisseur du capital culturel des clercs à leur capacité à s’affranchir des expériences sensibles brutes, celle de la jouissance en particulier. Au travers de l’habitus, l’auteur de La distinction pose le primat du social sur le biologique et traduit, de ce fait, sa profonde adhésion à la pensée durkheimienne : le corps est toujours le reflet du social qui inscrit en lui, et sur lui, la mécanique de la domination.

4La possibilité donnée, par l’ouvrage, aux disciplines de revenir sur le traitement réservé au corps est en soi intéressante. Elle autorise notamment des perspectives de recherche à surgir du bilan ainsi dressé par le regard critique que portent les disciplines sur elles-mêmes. Le constat, partagé par les auteurs, est celui de la méfiance de la sociologie française vis‑à‑vis des explications naturalistes du social (D. Guillo) qui a notamment évincé les apports des travaux de la deuxième école durkheimienne sur le corps (M. Mauss, mais aussi Maurice Halbwachs), en raison de leur inscription au carrefour des disciplines et des objets. L’influence d’E. Durkheim l’emporte donc, avec « l’irréductibilité du social au psychologique et au biologique » (p. 187) comme l’atteste l’analyse du corpus de la revue L’homme par J.‑P. Warnier.

5Concernant la sociologie, on appréciera la réédition à titre posthume, sous forme d’extraits choisis par O. Martin, de l’article de Jean-Michel Berthelot publié pour la première fois en 1985 dans Current sociology. Ce dernier sonnait déjà l’appel à un rassemblement de la communauté sociologique autour de l’objet corps « qu’aucun courant, aucune œuvre durable » (p. 126) ne semblait avoir encore investi. On notera l’intérêt des arguments avancés par J.‑M. Berthelot pour expliquer la résistance de la sociologie face à cet objet : la constitution unifiée d’une sociologie du travail après 1945 sous l’égide de Georges Friedmann va en réalité éloigner durablement les chercheurs français d’une analyse systémique des usages du corps dans nos sociétés modernes. Le corps, en effet, n’est pas considéré comme un objet sociologique à part entière dans l’œuvre de G. Friedmann. Il se présente plutôt comme un support sur lequel le travail imprime la peine, les repères épistémologiques de l’aliénation. Ce renvoi du corps aux marges du labeur et de la condition ouvrière va influencer durablement la sociologie : il faut attendre qu’un intérêt soit porté au champ de la santé, à la fin des années 1970, pour que le corps s’inscrive parmi les objets privilégiés de la sociologie française. Cependant, comme nous le rappelle R. Mandressi pour la tradition historique, si le corps s’installe alors dans le paysage des sciences sociales, c’est par le seul prisme de ses « représentations » et au détriment de sa réalité biologique.

  • 1 Karsenti, B., 1998, « Techniques du corps et normes sociales : de Mauss à Leroi-Gourhan », Intellec (...)

6Dans une perspective élargie, l’ouvrage a la particularité de montrer l’importance du texte fondateur de M. Mauss — jusqu’à sa « fétichisation » signalent O. Martin et D. Memmi — pour la plupart des disciplines représentées. Peut-on cependant en déduire de manière aussi radicale que l’appel de M. Mauss a été perdu après la Seconde Guerre mondiale, au point qu’Alain Corbin, cité par R. Mandressi, intitule l’un de ses articles « Le corps... enfin ! » en 2008 pour évoquer la fin des années 1970. On peut être en effet surpris qu’aucun article ne se consacre dans cet ouvrage à la « biologie de la technique » d’André Leroi‑Gourhan qui ne se cachait pourtant pas de sa filiation avec le maître1. C’est sans doute d’ailleurs la position même de l’œuvre d’A. Leroi‑Gourhan, à l’articulation du vital et du social, qui a éloigné quelque peu « l’école française » de cet auteur.

7En définitive, l’objet corps est présenté par l’ouvrage comme un territoire sauvage, trop longtemps ignoré par les sciences sociales, et dont l’exploration récente, parfois erratique, débute à peine. Nous gageons qu’il saura donc « tenter » par sa cohérence, son esprit synthétique et critique, l’étudiant en quête d’objet et le chercheur soucieux de mettre le corps en débat. Il représentera, au demeurant, une utile respiration, parmi la production effrénée que suscite le corps ces derniers temps, en offrant aux disciplines la possibilité de thématiser davantage leur rapport à cet objet passionnant.

Haut de page

Notes

1 Karsenti, B., 1998, « Techniques du corps et normes sociales : de Mauss à Leroi-Gourhan », Intellectica, no 26–27, p. 227–239, et Bidet, A., 2007, « Le corps, le rythme et l’esthétique sociale chez André Leroi-Gourhan », Techniques & Culture, no 48–49, p. 15–38.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérémie Legroux, « La tentation du corps, corporéité et sciences sociales, D. Memmi, D. Guillo, O. Martin (Eds.) », Sociologie du travail, Vol. 53 - n° 4 | 2011, 552-554.

Référence électronique

Jérémie Legroux, « La tentation du corps, corporéité et sciences sociales, D. Memmi, D. Guillo, O. Martin (Eds.) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 53 - n° 4 | Octobre-Décembre 2011, mis en ligne le 27 novembre 2018, consulté le 20 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/10652 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.10652

Haut de page

Auteur

Jérémie Legroux

IDHE, université Paris-Ouest-Nanterre, Maison Max-Weber, 200, avenue de la République, 92001 Nanterre
legroux.jeremie[at]gmail.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search