Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 53 - n° 4Comptes rendusL’entreprise créatrice, Le rôle d...

Comptes rendus

L’entreprise créatrice, Le rôle des récits, des objets et de l’acteur dans l’invention, H. Mialet

Hermès-Lavoisier, Paris (2008). 202 pp.
Silvia Gherardi
p. 554-556
Référence(s) :

Hélène Mialet, L’entreprise créatrice, Le rôle des récits, des objets et de l’acteur dans l’invention, Hermès-Lavoisier, Paris (2008). 202 pp.

Texte intégral

1Comment une nouvelle idée scientifique naît-elle ? Pourquoi est-elle conçue par un individu plutôt que par un autre ? Que se passe-t-il entre le moment où l’idée novatrice est conçue et sa reconnaissance publique ? Comment le créateur peut-il se faire aussi l’entrepreneur de ses propres idées ? Voilà autant de questions auxquelles la recherche empirique menée par Hélène Mialet entend fournir des réponses. Ces questions, inscrites de longue date au cœur des études sur l’innovation, la pratique créative et les entreprises fondées sur la recherche scientifique, ne peuvent toutefois admettre de réponses simples et l’auteure s’est donnée une tâche difficile. Aussi, elle circonscrit avec beaucoup d’attention le domaine théorique et empirique au sein duquel elle entend apporter des réponses originales. Afin de comprendre la façon dont elle investigue ce domaine, précisons les perspectives qu’elle juge insatisfaisantes.

2Si la création est assurément un processus intellectuel, faut-il considérer qu’il existe un inconscient heuristique auquel on peut attribuer la fonction de filtrer les idées et les intuitions éclairantes ? La philosophie des sciences nous a ainsi habitués à concevoir la connaissance scientifique comme le produit d’idées nouvelles ; elle a donné naissance à une histoire des découvertes scientifiques, mais sans pour autant répondre à la question sur l’origine de l’acte créateur. La méthode scientifique « à la Popper » définit les règles de la production/validation du savoir, mais elle confie l’étude de la pensée créatrice au strict domaine de la psychologie. L’individu et la créativité ont ainsi été expulsés du domaine philosophique, en même temps que les historiens et les psychologues ont été chargés de nous dire comment les individus arrivaient à concevoir une idée, appelée alors à s’incorporer dans le contexte sociopolitique. Ils ont conclu que l’acte créateur mobilisait des mécanismes intellectuels bien spécifiques, mais pouvant difficilement être observés sans être banalisés. L’auteure veut aussi s’éloigner de la sociologie de la science, notamment de la sociologie de la traduction, dont l’attention excessive portée aux réseaux sociotechniques fait disparaître l’individualité des acteurs novateurs. Soucieuse de comprendre la genèse d’un acteur scientifique, cette sociologie néglige paradoxalement la question de l’invention.

3La recherche d’Hélène Mialet naît de cette tension entre l’approche philosophique et l’approche sociologique. Elle entend réintroduire le rôle de l’acteur créateur comme facteur explicatif du changement, ainsi que moteur de la création. À cette fin, son parti pris d’une méthode empirique est fondamental. L’auteur s’appuie sur une ethnographie, précédée d’une série d’entretiens « de sensibilisation », et menée au sein d’un laboratoire de recherche d’une multinationale française, du secteur pétrolier, où a été repéré un entrepreneur institutionnel. Nous conduisant à l’intérieur du laboratoire, Hélène Mialet nous montre le détail des pratiques de travail, avec une finesse de description et une sobriété dans le choix des éléments significatifs pour son argumentation, qu’on trouve rarement dans les études ethnographiques. Elle conjugue de façon admirable, en une centaine de pages à peine, l’attention au détail et la description soignée de nombreux niveaux d’analyse.

4Dans le deuxième chapitre, nous pénétrons en effet dans le laboratoire et observons le travail collectif qui se déploie entre l’inventeur et l’objet de sa démarche de création. Le modèle et sa conception deviennent indissociables, et c’est ainsi dans les pratiques quotidiennes d’un collectif de travail que se matérialisent les compétences de l’individu.

5Dans le troisième chapitre, ce n’est plus autour du modèle et de sa conception que tournent les pratiques du laboratoire. L’auteur y décrit le processus d’abstraction, qui permet au pétrole, par le biais de ses représentations, d’entrer dans l’ordinateur et d’en sortir transformé. De multiples intermédiaires mettent en place une véritable chaîne de traduction. Pour comprendre l’inventeur et ses modèles, il faut ainsi pour l’auteur décrire l’opérationnalisation de l’ensemble des pratiques du laboratoire.

6Dans le chapitre suivant, nous découvrons les rapports que le laboratoire entretient avec d’autres laboratoires, et la spécificité de l’inventeur. Vue d’ensemble, capacité d’abstraction et de connexion, diversification des approches, capacité de fusion avec l’objet de sa recherche : ses capacités intellectuelles correspondent à ce que ses instruments peuvent faire, à leurs qualités et attributs, de la même façon que le deuxième chapitre montre que les capacités de l’objet deviennent celles de l’inventeur.

7Le cinquième chapitre interroge la symétrie entre objet et sujet en suivant la trajectoire de l’acte d’invention au sein de l’entreprise. C’est là qu’inventeur et invention deviennent indissociables et que le lecteur peut apprécier pleinement le rôle du langage et de la narration comme intermédiaires et médiateurs de ce lien. Trois éléments constituent en effet une invention pour l’auteure : le rôle des narrations, celui de l’objet et celui de l’acteur.

8Le sixième chapitre nous montre alors comment l’inventeur est devenu un modèle institutionnel, « un point de passage obligé dans un réseau sociotechnique ». Sont décrites ses pratiques individuelles et les mécanismes de différentiation qui contribuent à sa singularisation et à celle de ses inventions. On observe ainsi comment un savoir apparemment individuel et spécifique est transmis et se propage, et ce, au sein d’une entreprise tournée vers la productivité et non le savoir en tant que tel. Ce chapitre présente alors la mise en œuvre des mécanismes organisationnels et institutionnels restés précédemment à l’arrière-plan.

9Finalement, cet inventeur est-il un génie, le produit d’une structure ou bien un réseau ? Après avoir décrit, dans le septième chapitre, comment il construit son aura et devient à même de concevoir le fonctionnement de l’organisation à travers l’objet de sa recherche, Hélène Mialet revient en conclusion sur les questions théoriques du début. Notre inventeur est un acteur distribué, c’est‑à‑dire qu’il est composé par des éléments hétérogènes propres à faire marcher l’objet collectif de l’invention. Il est un sujet qui s’apparente plus au génie, pour sa capacité à s’individualiser dans un environnement, qu’aux structures sans sujet du structuralisme. Mais il est aussi plus proche d’une action sans sujet, du fait de son aspect distribué au sein d’une configuration de choses et d’êtres, que du sujet de l’Humanisme classique et des philosophes. Enfin, il est plus proche du sujet de la psychologie, si l’on considère ses capacités de métamorphose, que de « l’acteur réseau » des sociologues des sciences. Cet acteur « distribué‑centré » est distribué tant dans l’institution que dans la matière.

10Au terme de ce parcours passionnant, le lecteur se demande toutefois si les réponses apportées sont cohérentes avec les questions initiales. La tentative de réintroduction du sujet et de la subjectivité dans les études sur la créativité est-elle convaincante ou sert-elle plutôt à justifier un choix méthodologique ? L’acte créatif a‑t‑il été saisi ou bien s’est-il révélé encore une fois ineffable ? On peut avoir encore quelques doutes, mais l’ouvrage offre surtout un argument original à un débat dont l’auteure semble elle-même peu consciente : le débat autour de la quasi-absence du langage dans la théorie de l’acteur-réseau. Or il devient un facteur déterminant dans l’interprétation d’Hélène Mialet et cela constitue pour nous la contribution la plus originale et convaincante du livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Silvia Gherardi, « L’entreprise créatrice, Le rôle des récits, des objets et de l’acteur dans l’invention, H. Mialet », Sociologie du travail, Vol. 53 - n° 4 | 2011, 554-556.

Référence électronique

Silvia Gherardi, « L’entreprise créatrice, Le rôle des récits, des objets et de l’acteur dans l’invention, H. Mialet », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 53 - n° 4 | Octobre-Décembre 2011, mis en ligne le 27 novembre 2018, consulté le 20 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/10688 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.10688

Haut de page

Auteur

Silvia Gherardi

Research Unit on Communication, Organizational Learning, and Aesthetics, Dipartimento di Sociologia e Ricerca Sociale, Via Verdi, 26, I-38122 Trento, Italie
silvia.gherardi[at]soc.unitn.it

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search