Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 53 - n° 4Comptes rendusÉcologie sociale de l’oreille, En...

Comptes rendus

Écologie sociale de l’oreille, Enquêtes sur l’expérience musicale, A. Pecqueux, O. Roueff (Eds.)

Éditions de l’EHESS, Paris (2009). 284 pp.
Catherine Rémy
p. 559-560
Référence(s) :

Anthony Pecqueux, Olivier Roueff (Eds.), Écologie sociale de l’oreille, Enquêtes sur l’expérience musicale, Éditions de l’EHESS, Paris (2009). 284 pp.

Texte intégral

1Prendre au sérieux la musique, rappellent en introduction Anthony Pecqueux et Olivier Roueff, c’est s’intéresser à l’expérience musicale, c’est‑à‑dire à un processus empiriquement observable et donc descriptible. Se plaçant dans le sillage du tournant dit pragmatique, il est souligné que cette expérience implique une pluralité des rôles, des actions toujours situées et des épreuves dès lors que ces processus introduisent du changement. Ce type d’approche doit ainsi rendre compte de l’engagement des acteurs dans des situations qui oscillent sans cesse entre activité et passivité. Enfin, il s’agit d’éviter les effets de concurrences théoriques et ainsi de ne pas oublier de décrire « les corps comme structures dispositionnelles différenciées produites dans la profondeur des trajectoires » (p. 20).

2Le premier chapitre, écrit par Denis Laborde, traite d’un opéra engagé, « Les 3 Tales » de Steve Reich et Beryl Korot. Si les deux artistes ont cherché à rendre difficile tout malentendu lors de la réception, l’observation des réactions des spectateurs délivre une prolifération de sanctions diffuses qui témoignent, in fine, selon l’ethnologue, d’une appropriation réussie. Dans le second chapitre, Wenceslas Lizé s’intéresse à un collectif de jazzophiles. Les dispositions intériorisées au cours des trajectoires biographiques sont présentées comme des clés pour comprendre les interactions entre amateurs. Selon l’auteur, les recherches « interactionnistes » ne rendent que partiellement compte de ces expériences esthétiques parce qu’elles « négligent les rapports de force symboliques ». Ainsi, les commentaires consécutifs à l’expérience esthétique constituent des rituels d’expression obligatoire des sentiments, menés par les initiés les mieux dotés en ressources collectives, visant une autocélébration collective. Le chapitre trois, écrit par Sophie Maisonneuve, a pour objet le festival « La folle journée de Bach » qui s’est tenu à Nantes. Inspirée de la sociologie pragmatique, l’enquête vise à poser la question du goût en termes d’effets et à rendre compte de l’oscillation entre une activité de saisie de l’occasion et des moments de passivité où l’amateur se trouve pris par l’événement. Dans le quatrième chapitre, Karim Hammou retrace l’émergence du rap à la télévision française à la fin des années 1980. Le sociologue met en évidence un traitement ambigu : ni expérience esthétique pure, ni pratique anesthétique, le rap est présenté comme un entre-deux dérangeant mais symptomatique d’événements qui renvoie à une entité en cours de stabilisation, « la banlieue ». Dans le chapitre cinq, Anthony Pecqueux s’intéresse à une chanson de rap français qui a été étiquetée « antisémite » par un ministre de la République. S’inspirant de l’ethnométhodologie, le chercheur pratique l’« écoute-en-action » afin de dégager les différentes options de sens que la chanson offre à l’auditeur. Au terme de l’exercice, il apparaît clairement que la chanson ne peut pas être qualifiée d’antisémite. Dans le chapitre six, Jean‑Christophe Sevin s’intéresse aux parcours d’individus qui rencontrent la musique techno et deviennent amateurs. Des premiers contacts caractérisés par une « passivité déconnectée », l’individu poursuit son cheminement, acquérant un début d’habileté qui produit finalement, quand l’expérience est heureuse, une nouvelle répartition des affects. Le septième chapitre aborde le monde des conteurs à travers une expérience de travail collectif. Il s’agit pour Anne-Sophie Haeringer de comprendre non seulement ce que dit le conte, mais surtout ce qu’il fait en étant attentif au travail de prolifération des prises auquel se livrent les amateurs. Si le conteur joue avec la puissance des mots, il se sait aussi agi par son œuvre et ne comprend pas toujours ce qu’il fait au moment où il le fait. Dans le dernier chapitre, Olivier Roueff s’intéresse aux expérimentations initiées par un collectif de musique expérimentale. Si l’auteur reconnaît que le déroulement des activités a bien eu des « effets propres qui n’étaient contenus ni dans les conditions de possibilité, ni dans les enjeux stratifiés investis par les participants », la logique identifiée comme « avant-gardiste » reste le principal moteur puisque c’est elle qui « a incité les membres de l’association à mettre en place un dispositif d’expérimentation musicienne » (p. 277).

3Pour conclure, revenons sur deux des propositions mises en exergue. La première a trait à la prise en compte de la passivité comme catégorie descriptive et analytique. La lecture des diverses contributions emporte l’adhésion : l’expérience de l’amateur se caractérise la plupart du temps par un dosage subtil entre prise et lâcher-prise, entre prendre et « être pris », selon l’expression de Jeanne Favret‑Saada citée par Sophie Maisonneuve. Loin de nous proposer une vision idéalisée d’acteurs parfaitement alignés ou engagés, les analyses proposées opèrent un « effet de réalisme » en rappelant que l’oscillation et l’incertitude sont au cœur de l’expérience d’écoute. Celles‑ci constituent la condition nécessaire à l’apparition de cette forme si particulière d’attachement qu’est la passion, pour reprendre l’expression d’Antoine Hennion.

4La seconde proposition concerne la volonté affichée d’articuler sociologie pragmatique et sociologie des dispositions. Au terme de la lecture, l’objectif n’apparaît pas atteint. Le recueil donne à voir des positions qui reconduisent les clivages habituels : aux sociologues des dispositions le rappel systématique des « effets de structure » pour rendre intelligible la scène de l’interaction, et aux sociologues plus pragmatistes, l’accent mis sur la construction de prises pour déployer le goût ou la compétence. Il faut cependant souligner que si les seconds n’entendent pas faire la leçon aux approches concurrentes, les premiers ne peuvent s’empêcher de rappeler les faiblesses de l’analyse « interactionniste » qui, par péché de naïveté, néglige les rapports de domination, sans se rendre compte que se joue ici non pas seulement une option analytique mais bien une manière de définir ce qui constitue un objet d’enquête légitime.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Rémy, « Écologie sociale de l’oreille, Enquêtes sur l’expérience musicale, A. Pecqueux, O. Roueff (Eds.) », Sociologie du travail, Vol. 53 - n° 4 | 2011, 559-560.

Référence électronique

Catherine Rémy, « Écologie sociale de l’oreille, Enquêtes sur l’expérience musicale, A. Pecqueux, O. Roueff (Eds.) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 53 - n° 4 | Octobre-Décembre 2011, mis en ligne le 27 novembre 2018, consulté le 26 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/10728 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.10728

Haut de page

Auteur

Catherine Rémy

Centre de sociologie de l’innovation, 60, boulevard Saint-Michel, 75006 Paris, France
catherine.remy[at]mines-paristech.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search