Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol 55 - n° 4Comptes rendusÉpreuves d’évaluation et chômage,...

Comptes rendus

Épreuves d’évaluation et chômage, F. Eymard Duvernay (Ed.)

Octarès, Toulouse (2012). 222 p.
Jérôme Gautié
p. 552-553
Référence(s) :

François Eymard-Duvernay (dir.), Épreuves d’évaluation et chômage, Octarès, Toulouse, 2012, 222 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Dans la lignée notamment des travaux pionniers de François Eymard-Duvernay et d’Emmanuelle Marchal sur le recrutement, cet ouvrage aborde la question cruciale des modes de sélection — et, par là, d’exclusion potentielle — sur le marché du travail. L’introduction et le premier chapitre (rédigés par F. Eymard-Duvernay) posent le cadre théorique de l’analyse de cette opération spécifique qu’est le « jugement de qualité », et ce dans ses différentes dimensions : cognitive (question de la mesure), éthique (car mettant en jeu une certaine conception du bien), politique (renvoyant à certains critères de justice) et sociale (impliquant une certaine communauté). La dévalorisation des personnes qui peut en résulter engendre un chômage d’exclusion, dont la prise en compte permet de compléter la vision purement quantitative du chômage keynésien, en cela qu’elle explique la composition du chômage et non pas simplement son niveau.

2Les quatre chapitres qui suivent présentent des travaux empiriques permettant d’éclairer ces processus d’évaluation et d’exclusion, saisis du point de vue des employeurs ou des intermédiaires du marché du travail, et du point de vue des personnes qui les subissent. Dans le chapitre 2, Guillemette de Larquier et Emmanuelle Marchal analysent les procédures de recrutement en les traitant comme autant d’« épreuves » (au sens des travaux de Luc Boltanski et Laurent Thévenot). Mobilisant l’enquête « Offre d’emploi et recrutement » (Ofer), elles montrent notamment comment, selon la catégorie socioprofessionnelle du poste à pourvoir (ouvrier, etc.), aussi bien les critères mobilisés par les recruteurs (âges, genre, disponibilité, personnalité…) que les procédures (« épreuves ») utilisées (lettre de motivation, entretien individuel, test de personnalité...) peuvent différer. Une analyse logistique met en évidence des corrélations entre procédures utilisées et pénalisation à l’embauche de certains profils. Par exemple, les « jugements formalisés » (reposant sur le tri sélectif des candidats, des batteries de tests et au moins trois entretiens) ont tendance à pénaliser les plus de 50 ans. Dans le chapitre 3, Emmanuelle Marchal et Delphine Rémillon s’intéressent au lien entre les modes de valorisation du travail et les modes de recherche d’emploi. L’analyse textuelle d’entretiens biographiques réalisés auprès de chômeurs ayant entre 40 et 60 ans les amène à distinguer trois univers lexicaux, qui renvoient eux-mêmes aux trois types de marché du travail distingués par l’analyse segmentationniste : les marchés du travail peu qualifiés ou « occasionnels », les marchés professionnels et les marchés internes. Elles montrent ensuite que, selon les marchés, les modes de recherche et d’accès à l’emploi diffèrent (par exemple : recours beaucoup plus important aux agences d’intérim sur les marchés occasionnels, aux réseaux sur les marchés professionnels). C’est aussi d’entretiens biographiques que part le chapitre 4, coordonné par F. Eymard-Duvernay et D. Rémillon, pour reconstituer de façon fine comment s’agencent les différentes épreuves et comment peuvent se mettre en place des processus d’exclusion, dès l’enfance. Enfin, dans le cinquième et dernier chapitre, Yolande Benarrosh s’intéresse aux différentes figures de chômeurs qui « cadrent » ou « ne cadrent pas » avec les attentes normatives et les critères évaluatifs, non plus des employeurs, mais des institutions du service public de l’emploi. Ces figures sont analysées en fonction du rapport des chômeurs à ces institutions, dont l’auteur montre qu’il renvoie plus fondamentalement à la signification accordée au travail, et notamment aux attentes dont il est investi quand on est au chômage, ainsi qu’à la place et aux fonctions qu’il a occupées (ou occuperait) dans la vie des personnes concernées.

3L’ouvrage est d’une grande richesse et constituera sans nul doute une référence dans son domaine. On peut seulement peut-être regretter la complexité de certains développements théoriques, qui convoquent de multiples auteurs et approches d’horizons divers pour les intégrer ou au contraire s’y opposer, sans toutefois toujours convaincre complètement le lecteur de la cohérence et du pouvoir heuristique du cadre d’analyse proposé. Cette complexité rend un peu ardue la lecture de certains chapitres. Cependant, les pistes ouvertes stimuleront aussi bien les économistes que les sociologues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Gautié, « Épreuves d’évaluation et chômage, F. Eymard Duvernay (Ed.) », Sociologie du travail, Vol 55 - n° 4 | 2013, 552-553.

Référence électronique

Jérôme Gautié, « Épreuves d’évaluation et chômage, F. Eymard Duvernay (Ed.) », Sociologie du travail [En ligne], Vol 55 - n° 4 | Octobre-Décembre 2013, mis en ligne le 25 octobre 2013, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/10744 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.10744

Haut de page

Auteur

Jérôme Gautié

Institut des sciences sociales du travail (ISST), Université de Paris 1
16, boulevard Carnot, 92340 Bourg-la-Reine, France
jgautie[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search