Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 53 - n° 4Comptes rendusPour une sociologie des rapports ...

Comptes rendus

Pour une sociologie des rapports sociaux. L’enseignement de Michel Arliaud, P. Bouffartigue, J. Bouteiller, A.M. Daune-Richard, H. Eckert, A. Lamanthe

La Dispute, Paris (2009). 218 pp.
Marie Benedetto-Meyer
p. 563-564
Référence(s) :

Paul. Bouffartigue, Jacques Bouteiller, Anne Marie Daune-Richard, Henri Eckert, Annie Lamanthe, Pour une sociologie des rapports sociaux. L’enseignement de Michel Arliaud, La Dispute, Paris (2009). 218 pp.

Texte intégral

1Lors de la disparition de Michel Arliaud, en 2004, nombreux furent les hommages qui soulignèrent les qualités de pédagogue de l’ancien directeur du Laboratoire d’Économie et de Sociologie du Travail (LEST), son plaisir à transmettre ses connaissances et ses convictions. Grâce au travail précieux de ses collègues qui ont arrangé, afin d’en réaliser un ouvrage, des enregistrements sonores de ses cours ainsi que des notes prises par des étudiants, le livre présent permet de retrouver avec bonheur la démarche pédagogique de Michel Arliaud et sa volonté de défendre, à contre-courant des tendances qui parcourent la sociologie depuis les années 1980, une sociologie qui remettrait au cœur de son analyse les rapports sociaux.

2La première partie de l’ouvrage rappelle la nature du « projet épistémologique originel de la sociologie » et s’interroge sur la manière d’y rester fidèle. Si la sociologie a pour objet les faits sociaux, Michel Arliaud souligne les difficultés pour définir ce qu’est un fait social à la fois empiriquement et théoriquement. Le recours aux auteurs fondateurs de la sociologie (Durkheim, Bouglé, Gurvitch.. .) et aux résultats de recherches sociologiques ne lui permettent pas de trouver les critères opératoires pour définir un fait social. Il en conclut que c’est au sociologue de démontrer le caractère social du fait qu’il étudie, ex post, en montrant que son objet peut être rapporté à des caractéristiques de la société entendue comme un tout, et témoigner de l’existence d’une forme de détermination sociale.

3La deuxième partie de l’ouvrage présente et défend son projet d’une sociologie des rapports sociaux. Celle‑ci, précise Michel Arliaud, permet de rester « fidèle à défaut d’être conforme » au projet épistémologique de la sociologie. Michel Arliaud déplorait le fait que les sociologues aient renoncé, dans les années 1960, à saisir la société dans sa totalité, pour s’orienter vers des sociologies de spécialités. S’il est vain en effet de chercher à saisir cette totalité sociale, l’auteur soutient cependant qu’on peut étudier la manière dont cette totalité se « condense » dans les rapports sociaux, dans les « arêtes de la société ».

4Il s’agit donc de réaffirmer le rôle des déterminismes sociaux sans pour autant en avoir une vision mécanique, c’est-à-dire en prenant en compte la dynamique des sociétés, leurs conditions de production et de reproduction socio-historique pour lier « le système culturel et l’organisation sociale à des rapports sociaux historiques ». Dans les derniers chapitres, Michel Arliaud présente et discute les principaux concepts bourdieusiens (champ, espace social, habitus.. .) comme autant d’outils utiles pour penser les rapports sociaux.

5« Aujourd’hui il n’y a plus de réflexion sur ce qu’est l’objet de la sociologie » regrette Michel Arliaud à la fin de son propos. L’ouvrage répare ce manque, en proposant un texte émaillé de références aux auteurs fondateurs de la sociologie et à des exemples éclairants. Une lecture vivifiante pour s’interroger sur les fondamentaux de notre discipline.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Benedetto-Meyer, « Pour une sociologie des rapports sociaux. L’enseignement de Michel Arliaud, P. Bouffartigue, J. Bouteiller, A.M. Daune-Richard, H. Eckert, A. Lamanthe », Sociologie du travail, Vol. 53 - n° 4 | 2011, 563-564.

Référence électronique

Marie Benedetto-Meyer, « Pour une sociologie des rapports sociaux. L’enseignement de Michel Arliaud, P. Bouffartigue, J. Bouteiller, A.M. Daune-Richard, H. Eckert, A. Lamanthe », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 53 - n° 4 | Octobre-Décembre 2011, mis en ligne le 27 novembre 2018, consulté le 22 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/10765 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.10765

Haut de page

Auteur

Marie Benedetto-Meyer

Laboratoire SENSE (Sociology and Economics of Networks and Services), Orange Labs, France Telecom R&D, 38-40, rue du Général Leclerc, 92794 Issy-les-Moulineaux cedex 9, France
marie.benedettomeyer[at]orange.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search