Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 53 - n° 4Comptes rendusMémoires du travail à Paris, M. P...

Comptes rendus

Mémoires du travail à Paris, M. Pigenet (Ed.)

Créaphis, Grâne, (2008). 319 pp.
Mathieu Flonneau
p. 564-565
Référence(s) :

Michel Pigenet (Ed.), Mémoires du travail à Paris, Créaphis, Grâne, (2008). 319 pp. 

Texte intégral

1En noir et blanc, la belle photographie, le gros plan sur l’outil et le geste associés présents sur la couverture de ces Mémoires du travail à Paris ne renvoient pas immédiatement à un portait attendu et traditionnel de la Ville Lumière. À l’évidence, un Tableau de Paris à la Louis-Sébastien Mercier tracé pour les temps contemporains ne se conjugue plus avec l’image d’une ville laborieuse. Pourtant, l’industrie a bien été, et reste par endroit, comme rescapée, consubstantielle à l’identité de la capitale de la France dont la dévolution aux services n’est pas encore totale.

  • 1 Le récent Comité d’histoire de la ville de Paris a d’ailleurs proposé un cycle de conférences en 20 (...)

2Comme le monde du travail évolue depuis l’après-Seconde Guerre mondiale et au présent au rythme de métamorphoses accélérées, son archivage est rendu urgent. Celui-ci est naturellement très complexe et ces Mémoires du travail à Paris y contribuent de façon essentielle, à la fois dans la méthode, patiemment exposée dans une longue présentation, et dans les résultats finalement proposés. Ce livre, en définitive, pose le problème de la visibilité du travail ouvrier dans une ville réputée désindustrialisée et, en tous cas, perçue comme telle1.

  • 2 Le lecteur reconnaît là la marque de fabrique de l’éditeur Créaphis. On peut citer entre autres pro (...)

3Sur le mode de l’enquête (qui emprunte parfois les pas de Nestor Burma !), cette histoire sociale en mouvement soutenue par le PUCA, dans le cadre du programme de recherche « Culture, villes et dynamiques sociales », et dirigée par Michel Pigenet, explore des trajectoires parallèles à l’intérieur du Paris ouvrier pour livrer en définitive une histoire éparse de cette mémoire morcelée. Le livre développe sur plus de 300 pages sobrement illustrées — parfois en couleurs2 — deux études parisiennes, dans le 11e arrondissement, avec le Faubourg des Métallos et dans le 13e arrondissement avec l’espace Austerlitz-Salpêtrière et une troisième, banlieusarde, autour d’un site fameux en voie d’effacement, celui de Renault à Boulogne-Billancourt.

4Ethnologue et historien(ne)s, chacun spécialiste indiscutable des sujets et des sites choisis, les différents auteurs mobilisés, à savoir Christian Chevandier, Nicolas Hatzfeld, Jean‑Charles Leyris, Alain Michel et Laure Pitti, ont été mis au diapason de l’exploration de la « mémoire vive » des travailleurs. Privilégiant l’histoire orale ouvrière, avec beaucoup de prudence dans son usage, l’unité de ton des contributeurs est celle de l’ethnohistoire dont les visées sensibles affleurent presque à chaque page.

  • 3 A contrario donc de visions parfois élégiaques et déclassées en termes historiographiques : cf. « F (...)

5Dans son introduction qui tient aussi lieu de bilan, Michel Pigenet justifie le choix des terrains et pose quelques jalons pour un questionnement de la nature du travail (p. 22). « À l’opposé d’approches — préalables ou réductrices — des cultures sociales du travail et des travailleurs, tentées de dresser des typologies par métier et par entreprise, il a paru plus pertinent de saisir les interactions sociales et culturelles à l’œuvre dans la formation d’identités urbaines partagées » (p. 9). Les réponses fournies montrent chacune comment l’espace urbain a été façonné socialement et détaillent, au fil des souvenirs, les liens étroits tissés entre la ville et le travail. « L’hypothèse initiale était qu’une recherche sur la créativité de la ville indifférente à la culture des travailleurs — à base de savoirs, savoir-faire, savoir-être, représentations et imaginaires — serait mutilante à plusieurs titres ». Le regard n’est pas nostalgique ou complaisant comme il peut l’être parfois, il vise toujours à restituer une identité urbaine riche de mémoires vives, disputées, divergentes et parfois concurrentes3. Comme cela est relevé (p. 12) : « La fragilité mémorielle va de pair avec le brouillage d’identités multiples forgées à l’extérieur des ateliers, chantiers, boutiques, bureaux ». Il en ressort une mosaïque ou un kaléidoscope ouvrant sur une tentative de lecture globale de la ville pour le moins difficile, comme l’est finalement toute restitution des mémoires en pointillés ou fragmentées de la « classe ouvrière ». La sobriété des plans introductifs (p. 4–5) suggère d’ailleurs un éclatement problématique que confirme l’ensemble du livre.

Haut de page

Notes

1 Le récent Comité d’histoire de la ville de Paris a d’ailleurs proposé un cycle de conférences en 2009–2010 sur le thème de « Paris, ville industrielle », auquel ont participé certains auteurs ici convoqués.

2 Le lecteur reconnaît là la marque de fabrique de l’éditeur Créaphis. On peut citer entre autres productions « maison » dans ce champ susceptible de prolonger la compréhension de ce monde : Cécile Katz, Territoire d’usines, l’architecture industrielle en Seine-Saint-Denis, Créaphis, Grâne, 2003 ou encore Thomas Le Roux (Ed.), La maison des métallos et le bas-Belleville, histoire et patrimoine industriel à Paris, Créaphis, Grâne, 2003.

3 A contrario donc de visions parfois élégiaques et déclassées en termes historiographiques : cf. « Fonction de Paris », 1927, in Paul Valéry, Regards sur le monde actuel et autres essais, Gallimard, Paris, 1945 ou encore René Minguet, Géographie industrielle de Paris, Hachette, Paris, 1957, et, du même, Paris au travail, Arthème Fayard, Paris, 1959 ou, plus près de nous, Alain Rustenholz, Paris ouvrier, des sublimes aux camarades, Parigramme, Paris, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Flonneau, « Mémoires du travail à Paris, M. Pigenet (Ed.) », Sociologie du travail, Vol. 53 - n° 4 | 2011, 564-565.

Référence électronique

Mathieu Flonneau, « Mémoires du travail à Paris, M. Pigenet (Ed.) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 53 - n° 4 | Octobre-Décembre 2011, mis en ligne le 27 novembre 2018, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/10794 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.10794

Haut de page

Auteur

Mathieu Flonneau

UMR IRICE 8138, université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, 9, rue Malher, 75004 Paris, France
mattaflo[at]aol.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search