Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 53 - n° 4Comptes rendusLes politiques de l’enquête, épre...

Comptes rendus

Les politiques de l’enquête, épreuves ethnographiques, D. Fassin, A. Bensa (Eds.)

La Découverte, Paris (2008). 331 pp.
Erwan Le Méner
p. 561-563
Référence(s) :

Didier Fassin, Alban Bensa (Eds.), Les politiques de l’enquête, épreuves ethnographiques, La Découverte, Paris (2008). 331 pp. 

Texte intégral

1« L’ethnographe n’existe pas... vive l’ethnographie ! » Tel aurait pu être le titre de cet ouvrage. Les 17 contributions déploient toutes une même « inquiétude », problématisée par Didier Fassin en introduction : comment continuer d’enquêter lorsque l’ethnographie ne peut plus aller de soi ? Lorsque les remparts de la « transparence épistémologique », de l’« évidence éthique » et de la « neutralité politique » sont fissurés, voire effondrés ? Lorsque, en somme, on ne peut plus feindre d’ignorer la présence d’un enquêteur, dont l’effacement du texte et des paratextes ethnographiques a longtemps marqué le genre ? Non pas en faisant le deuil d’un mode de recherche, mais en tirant les conséquences pratiques de ces critiques, en les intégrant elles-mêmes comme paramètres et instructions de l’enquête.

2L’ensemble des articles invite à étudier de plus près les temps, les espaces et les relations d’enquête, pour démêler — provisoirement et analytiquement — les fils d’un engagement forcément indexé sur des contextes de savoir et de pouvoir. Cela oblige l’enquêteur à troquer les oripeaux de l’ethnographe autorisé pour ceux de l’autre, de l’étranger, allié ou opposant, jamais pur observateur, toujours mêlé à des intrigues qui configurent nécessairement son activité d’enquête. Alban Bensa revient sur son travail en Nouvelle‑Calédonie. Il présente les chemins multiples par lesquels l’enquête circule et s’éprouve, bien après (et bien avant) la présence sur le terrain. Le temps, mais aussi le genre, ou l’engagement politique ou militant, la couleur de peau ou l’origine sociale, méritent également d’être pensés, non pas comme des obstacles mais des conditions situées de production de la connaissance. Ce sont des dépositaires ou des vecteurs de relations de savoir et de pouvoir qui structurent le terrain et, par là, l’enquête. Les travaux de Martina Avanza, sur la Ligue du Nord italienne, mouvement xénophobe, de Chowra Makaremi, militante dans une association de défense juridique des étrangers détenus aux frontières, de Marieke Blondet, seule femme (blanche et étrangère) dans un village de Samoans, de Didier Fassin, membre d’une équipe de recherche franco-sud-africaine sur le système de soins destiné aux malades du sida en Afrique du Sud en sont de vives illustrations.

3Les situations problématiques, « là où ça fait mal » pour dire les choses comme Didier Fassin, deviennent d’excellents descripteurs de ces relations. Natacha Gagné, chercheuse québécoise, auteure d’une thèse sur les Maori, se souvient d’un colloque, où un confrère maori et ami, bon connaisseur de son travail, a démoli publiquement son propos sur un plan à la fois politique et scientifique. Il contestait l’emploi d’un concept central de l’anthropologue, au motif que ce terme ne pouvait lui avoir été suggéré par des enquêtés fiables. Cette critique le positionnait ipso facto comme le conservateur et l’interprète légitime d’une culture incomprise et interdite à la communicante, « non maori et blanche ». Cette saillie virulente et douloureuse laisse entendre qu’il n’y pas d’« extraterritoralité » du discours des sciences sociales par rapport au monde étudié, même dans l’espace que l’on pourrait croire protégé d’une rencontre scientifique (ou d’une revue), et même lorsque l’enquêteur s’est montré particulièrement attentif à remplir les conditions d’une collaboration négociée et respectueuse. Ce discours ne peut s’abstraire ni se dédouaner des problématisations indigènes, comme le montre Sarah Mazouz, embarrassée, du terrain à l’écriture, pour trouver les mots disant la racialisation. Gênes, malaises ou plaisanteries (voir la riche contribution de Gwénaëlle Mainsant sur la plaisanterie en milieu policier) apparaissent donc comme des moments propices pour découvrir et pour thématiser des problématisations qui sinon iraient de soi.

4La relation d’enquête ne serait-elle pas alors toujours, en puissance, conflictuelle ? L’idée est avancée par Didier Fassin : la différence entre l’enquêteur, étranger et son hôte peut être suspendue, estompée, ou grimée, mais elle ne saurait être abolie ni négligée. De fait, il importe pour les auteurs d’engager un dialogue critique, qui continue l’enquête en approfondissant l’intelligibilité commune des positions, des convictions, et des actions tenables par les parties (voir aussi : Fassin, D., 2009, « Une science sociale critique peut-elle être utile ? », Tracés, no 1, hors-série).

5L’enquête de Samuel Lézé, auprès de psychanalystes parisiens, montre que ces questions ne sont pas réservées à des explorations en terrain « exotique » ou lointain. Elles sont probablement inhérentes à la démarche ethnographique. Les difficultés répétées pour réaliser un entretien sociologique sont mises au service d’une découverte progressive des places attribuables dans l’espace de la psychanalyse. Cette découverte s’accommode mal, en dépit des ratés, d’un regard critique qui viserait seulement à dévoiler, à bonne distance, l’ordre d’un champ complexe.

6Les textes du Julien Grard ou d’Antonella Di Trani, sur les récits de soi de membres de groupes d’entraide mutuelle, et sur la co‑habitation et la mémoire d’habitants du ghetto juif de Venise, rapportent également des moments difficiles où leur engagement et leur présence sur le terrain comme enquêteurs sont mis en cause par des « enquêtés ». Ainsi, Antonella Di Trani est-elle affiliée à une partie de la communauté juive, quand une autre partie, au lendemain des attentats du 11 septembre, met en doute les motifs de sa présence, allant jusqu’à diffuser l’idée qu’elle espionne le ghetto : la voici « impliquée dans des logiques individuelles et collectives de distinction ». L’enquête peut continuer et s’enrichir dans la circulation entre des places, plutôt que des positions, entre des perspectives, plutôt que des points de vue. Elle peut conduire aux « marges d’un terrain propice », comme le narre Fanny Chabrol à propos de son travail sur la prise en charge du sida au Bostwana. Enfin, elle peut solliciter un engagement qui n’est pas définissable d’abord comme ethnographique, car il n’est pas forcément défini comme tel par les hôtes ; l’enquêteur doit composer avec ce que l’on a gagé sur et pour lui. Ainsi, la difficulté de se maintenir dans le monde exploré peut être thématisée comme « responsabilité », propose Didier Fassin et « promesse d’une restitution responsable de l’enquête ».

7Les « situations de retour » sont d’ailleurs au cœur des articles de Carolina Kobelinsky et Bastien Bosa. Ce qui vaut d’être dit se module selon ce qui peut être entendu. Il s’agit de prendre acte de l’intelligibilité mutuelle et de la responsabilité requise et attendue par les différents auditoires, et non pas de passer sous silence des points clés de l’enquête, à moins d’y risquer l’intégrité d’hôtes (voir à ce sujet Aude Beliard et Jean-Sébastien Eideliman, sur l’anonymat et surtout la confidentialité, comme obstacle, condition et, de façon originale, enjeu politique de la représentation ethnographique).

8Toutefois, la restitution, comme la définit Didier Fassin, n’est-elle pas en jeu tout au long de l’enquête ? Il nous semble, en essayant de poursuivre cette idée, que la restitution désignerait le mouvement naturel d’une double obligation de l’enquêteur. Le chercheur avancerait sur le fil ténu de la confiance, suspendue à l’hospitalité réversible, de ses hôtes. Il serait ainsi incliné vers une participation pleine et une restitution circonstanciée du monde découvert. Mais il doit aussi affirmer son étrangeté, maintenue par sa position « liminale », entre deux mondes, qu’il parcourt en ne s’éloignant jamais beaucoup de la frontière. C’est ce que l’on pourrait appeler une « position-trajectoire » de l’enquête, qui obligerait finalement le chercheur à un second déplacement critique, à une critique fondationnelle cette fois‑ci. L’obligation de l’enquêteur à ses hôtes ne lui permet pas d’échapper à l’étrangeté qu’il doit à l’ethnographie, et inversement. Restituer l’enquête, ce serait finalement dévoiler une « aporie », une « difficulté logique d’où on ne peut sortir » (op. cit.), mais qui constitue une condition de possibilité et de légitimité du monde étudié, autant, paraît espérer l’auteur, qu’un axe de sa transformation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Erwan Le Méner, « Les politiques de l’enquête, épreuves ethnographiques, D. Fassin, A. Bensa (Eds.) », Sociologie du travail, Vol. 53 - n° 4 | 2011, 561-563.

Référence électronique

Erwan Le Méner, « Les politiques de l’enquête, épreuves ethnographiques, D. Fassin, A. Bensa (Eds.) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 53 - n° 4 | Octobre-Décembre 2011, mis en ligne le 27 novembre 2018, consulté le 26 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/10820 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.10820

Haut de page

Auteur

Erwan Le Méner

ISP-ENS Cachan, observatoire du samu social de Paris, samu social de Paris, 35, avenue Courteline, 75012 Paris, France
r1lemener[at]yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search