Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Making Volunteers: Civic Life after Welfare’s End, N. Eliasoph

Princeton University Press, Princeton (2011). 336 p.
Carole Gayet-Viaud
p. 553-555
Référence(s) :

Nina Eliasoph, Making Volunteers: Civic Life after Welfare’s End, Princeton University Press, Princeton, 2011, 336 p.

Texte intégral

  • 1 N. Eliasoph, L’évitement du politique. Comment les Américains produisent l’apathie dans la vie quot (...)

1L’ouvrage de Nina Eliasoph poursuit l’enquête amorcée avec L’évitement du politique1 sur les formes contemporaines de la culture politique dans la société américaine. L’ethnographe se penche sur ce qu’elle définit comme le versant social du néolibéralisme (plus souvent étudié dans ses aspects économiques) en s’intéressant aux nouvelles formes d’organisations civiques inscrites sous la bannière de l’« empowerment ». L’ouvrage décrit pour cela le fonctionnement d’une série d’« empowerment projects », ces projets participatifs qui entendent conduire des missions d’intérêt général tout en émancipant ceux qui s’y engagent, grâce aux vertus politiques et morales de la responsabilisation.

2La richesse du matériau présenté tient à l’engagement en première personne de l’ethnographe, qui a pris part pendant cinq années, en tant que bénévole, aux activités d’un réseau hétérogène et mouvant de programmes sociaux, éducatifs et caritatifs, et en relate l’attractivité indéniable, mais également les impasses, le dogmatisme et la stérilité, parfois aux lisières de l’absurdité.

3Les programmes étudiés sont divers dans leurs objets comme dans leurs publics : les interventions concernent aussi bien l’aide aux devoirs que d’autres formes de bénévolat communautaire, incluant la collecte et la distribution de nourriture pour les sans-abri, la distribution de jouets à Noël, l’organisation de festivités pour le Martin Luther King Day, l’organisation d’animations pour les enfants malades dans les hôpitaux, ou encore le ramassage de détritus sur les bords des routes. Ces activités rassemblent trois groupes d’individus : des travailleurs sociaux professionnels (paid workers) qui encadrent les activités des bénévoles et sont motivés, qualifiés, mais peu nombreux ; ensuite, une armée diversement compétente et volatile de bénévoles adultes de passage, des « plug-in volunteers » en quête d’expériences gratifiantes, qui consacrent une à deux heures par semaine à chaque programme, et n’y participent que quelques mois ; enfin, un groupe de jeunes bénévoles qui se divise lui-même en deux catégories. Celui-ci, en effet, est pour partie composé de « non-disadvantaged youth » (les jeunes « normaux », non-défavorisés), plutôt issus des classes moyennes, souvent blancs, qui participent en tant que futurs étudiants cherchant à étoffer leur curriculum vitae , et pour une autre partie de jeunes issus de milieux défavorisés, en majorité des noirs et latino-américains, qui se trouvent là en tant que population « à risque » devant être écartée de la rue et de ses dangers. Sans travailler directement pour eux-mêmes ils doivent devenir, au travers de leur engagement civique, les premiers bénéficiaires du travail qu’ils accomplissent et se sauver eux-mêmes des maux auxquels les statistiques semblent les destiner : drogue, délinquance, grossesses prématurées. Pour ces participants défavorisés, la frontière s’estompe entre engagement civique et action charitable, entre objets et sujets de l’aide, ce qui est très problématique eu égard à la philosophie même des projets d’empowerment qui valorise le fait de s’aider soi-même, par l’action, et stigmatise tout autant le fait d’être l’objet d’une aide censée vouer à la passivité (la hantise du fameux « assistanat »). Selon cette logique, il faut montrer que l’on accompagne les publics bénéficiaires sur le chemin de l’autonomie pour espérer obtenir des fonds : ils doivent « mettre la main à la pâte », par exemple en organisant des ventes de gâteaux, même si les sommes gagnées sont dérisoires ou les activités déficitaires. L’exaltation d’une injonction à « participer » s’émancipe de son objet, du « quoi » faire, jusqu’à faire parfois obstacle aux conditions pratiques de toute réalisation.

4Les paradoxes ne s’arrêtent pas là : les membres doivent développer des liens intimes et forts entre eux, alors que la présence des adultes bénévoles est discontinue ; ils doivent innover et inventer par eux-mêmes leurs objectifs et leur projet, mais il aura fallu « vendre » en amont le programme et ses résultats attendus aux financeurs ; ces groupes doivent permettre à chacun d’exprimer sa singularité culturelle et faire place à la diversité, mais il n’est pas possible d’y montrer des différences qui comptent vraiment, et moins encore des inégalités, toujours susceptibles de faire surgir des conflits ou de démoraliser. Les membres semblent souvent condamnés à faire semblant, à s’autocensurer et à mettre leur foi dans les vertus extensives de la méthode Coué.

5Au bout du compte, pour l’auteur, ce qui manque à ces programmes civiques est la stabilité, l’unité et la pérennité d’un dimensionnement qui soit à la hauteur des problèmes à traiter. C’est l’État : comme institution d’un relais collectif, stable et durable, à même de définir et mettre en œuvre ce qui relève de l’intérêt général, de garantir la consistance politique des problèmes publics et des solutions qui peuvent leur être apportées. En son absence, les projets d’empowerment sont voués à voir les horizons temporels de leurs activités réduits jusqu’à l’absurde, à une recherche de fonds perpétuelle, à développer toujours plus de compétences de communication au détriment de leur activité propre, à dévaloriser les compétences des travailleurs sociaux engagés durablement dans ces activités au nom de l’ouverture à tous et, enfin, à promouvoir une vision superficielle de la « diversité », une définition folklorique de la culture et une conception appauvrie de l’apprentissage de la citoyenneté et du civisme.

6Si ces divers projets d’empowerment ont donc surtout en commun un modèle organisationnel, le livre montre que ce modèle est le produit d’une culture politique profondément anti-bureaucratique, méfiante à l’égard de toute forme d’expertise, de hiérarchie et de verticalité. Ces organisations « ouvertes et incertaines » correspondent à la recherche de procédures toujours plus ascendantes (bottom up) et d’un engagement qui soit non seulement participatif, mais aussi ouvert, innovant, ludique, authentique, transparent, tout en produisant des « résultats concrets », c’est-à-dire quantifiables, à très court terme.

  • 2 N. Eliasoph, P. Lichterman, « Culture en interaction. Une ethnographie des styles de groupe de deux (...)

7Riche en comptes rendus ethnographiques mettant l’accent sur les situations et les variations pratiques de cette « culture en interaction »2, le livre développe aussi une critique de l’« Empowerment Talk » comme avatar du néolibéralisme et véritable « mantra », dont on trouve, selon l’auteur, des variations aux quatre coins du monde. Mais ce centrage sur le discours fait parfois perdre de vue le distinguo entre la critique des énoncés prescriptifs et celle des modalités contingentes de leur mise en œuvre concrète. Lorsque la critique vise ce discours et ses contradictions internes, elle tend à le décrire comme une chose agissante, sujet grammatical de verbes d’action : il « nous enjoint à nous appuyer sur nos cultures singulières », « élargit les espérances »,  « suggère que le bénévolat est bon en soi », « promet », etc. Or, les récits ethnographiques montrent que l’adhésion des participants à ces principes est loin d’être entière. Chacun des groupes étudiés a sa façon de ne pas coller complètement aux attendus, de railler les hypocrisies, de singer les attentes, donc de ressentir et de rendre visibles les failles de ces programmes. Les travailleurs sociaux ne sont pas dupes des modes d’évaluation de ce qu’ils font : ils différencient ce qui serait une bonne appréciation de leur travail et les listes d’indicateurs chiffrés dont ils doivent nourrir leurs dossiers de financements. Les jeunes, quant à eux, discernent et parfois manipulent le fonctionnement du système pour en tirer des bénéfices malgré tout, même si ceux-ci s’avèrent distincts des objectifs affichés. Ainsi font-ils l’apprentissage des façons de naviguer et de se lier propres aux grandes organisations ouvertes, où dominent les contacts à distance. Si leurs critiques ne se hissent jamais jusqu’à une mise en cause systématique du système ou des problèmes rencontrés (restant généralement souterraines, éparses et faiblement élaborées), ils ne constituent pas pour autant des relais passifs ou pleinement acquis au « mantra ». C’est peut-être surtout du côté des financeurs et de leurs artefacts de gestion qu’une telle unité pourrait être trouvée.

8Enfin, si l’ouvrage insiste sur les difficultés propres à la réunion d’exigences incompatibles entre elles, qui se parasitent mutuellement, on peut noter que l’équilibrage d’exigences en tension est aussi le propre de tout travail politique (liberté / fraternité, tolérance / respect des droits, égalité / diversité, solidarité / autonomie, critique / tradition, etc.). Il aurait donc été intéressant de prendre davantage pour objet d’analyse le passage des exigences mises en avant par ces projets d’empowerment aux méthodes supposées requises pour les réaliser. De ce point de vue, l’importance du mode de financement et de la temporalité qu’il suppose semble avoir été sous-estimée parmi les facteurs extrinsèques de mise en échec des exigences promues. Le problème que soulève l’ouvrage est finalement celui que pose toute critique de l’idéologie : comment ne pas rabattre, par principe, le « discours participatif » sur une « rhétorique » creuse et nocive en elle-même ? Comment maintenir les exigences ici dévoyées par leur instrumentalisation dans un système pour partie pervers ? En d’autres termes, comment éviter que les principes démocratiques ne finissent par se retourner contre eux-mêmes ?

Haut de page

Notes

1 N. Eliasoph, L’évitement du politique. Comment les Américains produisent l’apathie dans la vie quotidienne, Economica, Coll. « Études sociologiques », Paris (2010) [traduit de l’anglais par Camille Hamidi, édition originale : Avoiding Politics: How American produce apathy in everyday life, Cambridge University Press, 1998].

2 N. Eliasoph, P. Lichterman, « Culture en interaction. Une ethnographie des styles de groupe de deux organisations civiques en Californie » In : Berger M., Cefaï D., Gayet-Viaud C. (dir.), Du civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble. Bruxelles, PIE Peter Lang, 2011 (édition originale : « Culture in interaction », American Journal of Sociology, 2003, 108 (4), p. 735-794).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carole Gayet-Viaud, « Making Volunteers: Civic Life after Welfare’s End, N. Eliasoph », Sociologie du travail, Vol 55 - n° 4 | 2013, 553-555.

Référence électronique

Carole Gayet-Viaud, « Making Volunteers: Civic Life after Welfare’s End, N. Eliasoph », Sociologie du travail [En ligne], Vol 55 - n° 4 | Octobre-Décembre 2013, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/10845

Haut de page

Auteur

Carole Gayet-Viaud

Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP), 43 Boulevard Vauban, 78280 Guyancourt, France
carole.gayetviaud[at]cesdip.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals