Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Contribution à une sociologie de l’action, A. Schütz (Ed.)

Hermann Éditeurs, Paris (2009). 182 p. [Traduction, présentation et notes par C. Schrecker]
Louis Quéré
p. 432-433
Référence(s) :

Alfred Schütz (dir.), Contribution à une sociologie de l’action, Hermann Éditeurs, Paris, 2009, 182 p. [Traduction, présentation et notes par Cherry Schrecker]

Texte intégral

1Cet ouvrage enrichit le répertoire des textes d’Alfred Schütz désormais accessibles en français. Il comporte notamment la traduction d’un de ses articles les plus importants, « Symbole, réalité et société », publié en 1955. Il est complété par trois textes plus courts, l’un sur les concepts et méthodes des sciences sociales (1936 ?), le deuxième sur « le citoyen bien informé » (1946) et le troisième sur la notion de responsabilité (1957–1958). L’ouvrage est longuement introduit par Cherry Schrecker, qui retrace, de manière bien informée, le parcours personnel et intellectuel du sociologue autrichien.

2On sait l’intérêt d’A. Schütz pour l’analyse de l’action, mais le titre donné à l’ouvrage correspond finalement assez peu aux thèmes développés, qui relèvent bien plus d’une sociologie de la connaissance. L’article le plus en rapport avec le titre du livre est celui sur les concepts et méthodes des sciences sociales. Son intérêt est de témoigner du moment le plus wébérien dans la trajectoire d’A. Schütz, disons les années 1930 — moment qui sera dépassé à travers l’appropriation des pragmatistes américains (William James, John Dewey et George Herbert Mead). Il est peu vraisemblable qu’après la lecture de ces derniers, A. Schütz aurait maintenu tel quel l’argument central de cet article, qui est qu’il est nécessaire de « réduire l’unité d’action au seul projet subjectif » qui motive l’action de l’acteur (p. 148).

3L’article « Symbole, réalité et société » est consacré à une réflexion sur le sens et la signification, sur la communication et la symbolisation. Il présente en fait une synthèse de l’essentiel de la pensée d’A. Schütz au milieu des années 1950. Si les références sont nombreuses à Henri Bergson, Ernst Cassirer, Karl Jaspers (à qui est empruntée la définition du symbole), Max Scheler, William James et Alfred North Whitehead, c’est principalement à Edmund Husserl, et notamment à sa théorie de l’« apprésentation », qu’est emprunté le noyau théorique et conceptuel de l’article. L’« apprésentation » est un appariement d’objets, de faits ou d’événements dans une relation de représentation : « un objet, un fait ou un événement prend son importance non en tant qu’“entité”, mais parce qu’il représente un autre objet situé en dehors de l’environnement immédiat du sujet » (p. 63). A. Schütz souligne que les objets ne sont pas isolés, mais situés dans un champ et inscrits dans un ordre de réalité « ayant son style propre » (p. 64). D’où l’idée que la « relation d’apprésentation » implique plusieurs ordres, qu’A. Schütz s’applique à différencier et à caractériser sous la forme de quatre schèmes : « aperceptuel », « apprésentatif », « référentiel » et « interprétatif » ou « contextuel ».

4À l’aide de ces distinctions A. Schütz analyse les expériences que nous avons d’autrui et de son monde, notamment à travers la communication. La question principale concerne les modalités d’accès aux pensées et à la vie consciente d’autrui, et la synchronisation des durées internes. Pour A. Schütz, la connaissance d’autrui n’est individuelle que dans le cas des « co-associés ». Sinon, elle se fait dans l’anonymat, et passe par la saisie de comportements, motivations, attitudes typiques (typique s’oppose à individuel). Il en va de même pour la communication, qui est nécessairement médiatisée par des événements du monde extérieur, et est rendue possible par un partage des typifications. Comme on le sait, la typification est un phénomène central pour A. Schütz, qui suit là-dessus E. Husserl, pour qui l’expérience pré-prédicative s’organise selon des types, dont l’origine est dans le langage.

5Un des mérites d’A. Schütz est d’avoir perçu le fonctionnement très particulier de la connaissance de sens commun. On peut toutefois se demander s’il ne surcharge pas les opérations cognitives des acteurs. Ceux-ci sont présentés comme multipliant les suppositions, les idéalisations, les représentations, les typifications et les interprétations. Il en arrive en fin de compte à une description très intellectualiste de la communication et de la compréhension commune.

6« Le citoyen bien informé » est consacré, comme son sous-titre l’indique, à l’analyse de la « distribution sociale de la connaissance ». A. Schütz s’intéresse en fait à la sorte de division du travail qui fait que, dans la gestion de leurs affaires courantes, les acteurs se contentent de connaissances peu approfondies et peu problématisées, et savent qu’en cas de besoin ils peuvent recourir au savoir d’experts et de spécialistes qui comprennent « le pourquoi et le comment » du fonctionnement des choses. À cela s’ajoute un intérêt pour l’origine sociale de la connaissance, ainsi que pour « la connaissance socialement approuvée ».

7Le constat de départ est que l’individu ne tire qu’une infime partie de ce qu’il sait de son expérience personnelle. L’essentiel de ses connaissances lui a été transmis, ou bien lui vient de la « connaissance socialement approuvée », c’est-à-dire de ce qui fait autorité auprès des membres d’une collectivité donnée. Pour développer son analyse, A. Schütz différencie les « pertinences » en « pertinences intrinsèques » et en « pertinences imposées », et élabore deux séries d’idéal-types : l’une distingue l’homme de la rue, le citoyen bien informé et l’expert ; l’autre, le témoin direct, l’insider, l’analyste et le commentateur.

8La première est construite en fonction d’un critère : la « propension à prendre les choses comme allant de soi ». Tandis que l’homme de la rue « vit naïvement », ne fonde ses jugements que sur des conjectures et se laisse gouverner davantage par ses passions et ses sentiments que par l’information, l’expert fonde ses opinions « sur des affirmations confirmées ». Quant au citoyen bien informé, il s’intéresse à des questions « qui le concernent moyennement » et forme à leur sujet des opinions raisonnables en recherchant des informations fiables. Il s’agit d’opinions privées, qu’il se doit de faire prévaloir sur « l’opinion publique de l’homme de la rue ».

9Une grande partie de cette analyse est fondée sur une théorie de la « relevance » qu’A. Schütz n’a cessé d’enrichir tout au long de son parcours intellectuel, et dont le noyau conceptuel est formé par les notions d’attention et d’intérêt (au sens large du terme). S’il remarque, en passant, que « dans la vie de tous les jours chacun d’entre nous est à tout moment à la fois expert, citoyen bien informé et homme de la rue », il reste qu’il n’introduit pas de réflexion, malgré une référence à la théorie de l’enquête de J. Dewey, sur les occasions et les modalités du passage d’un régime à l’autre, pas plus qu’il ne rattache la recherche d’informations par le citoyen à une dynamique de résolution, par l’enquête collective, de « situations problématiques ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Quéré, « Contribution à une sociologie de l’action, A. Schütz (Ed.) », Sociologie du travail, Vol. 53 - n° 3 | 2011, 432-433.

Référence électronique

Louis Quéré, « Contribution à une sociologie de l’action, A. Schütz (Ed.) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 53 - n° 3 | Juillet-Septembre 2011, mis en ligne le 26 novembre 2018, consulté le 06 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/10856

Haut de page

Auteur

Louis Quéré

Centre d’étude des mouvements sociaux, École des hautes études en science sociales, 190‑198, avenue de France, 75013 Paris, France
quere[at]ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals