Skip to navigation – Site map

HomeNumérosVol. 58 - n° 2Comptes rendusDevenir élue. Genre et carrière p...

Comptes rendus

Devenir élue. Genre et carrière politique, M. Navarre

Presses universitaires de Rennes, Rennes (2015). 258 p.
Didier Demazière
p. 203-205
Bibliographical reference

Maud Navarre, Devenir élue. Genre et carrière politique, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2015, 258 p.

Full text

1À l’heure de la progression, sous l’impulsion de textes législatifs, de la parité en politique, ce livre examine comment le genre façonne les rôles et carrières politiques. Dans de multiples registres, tels les responsabilités exercées, les activités privilégiées, les missions valorisées, les conceptions du travail, les écarts entre femmes et hommes élus dans les mêmes assemblées sont observés. Ce volet, classique, est complété par une analyse des évolutions de ces différences de genre sous l’effet de la socialisation professionnelle : comment les conduites des élues évoluent-elles au cours du temps, avec l’accumulation d’expériences, l’accès à différents mandats, la familiarisation aux codes et normes du métier, la progression dans la carrière ? Ces deux pans de l’analyse s’articulent dans une problématique structurante : si les rôles politiques sont genrés — c’est-à-dire construits pour des hommes en référence à une masculinité dominatrice et structurés par des stéréotypes de genre — alors celles et ceux qui détiennent un mandat politique en font des expériences dissemblables, qui orientent leurs carrières politiques de manière spécifique selon le sexe.

2Pour développer ce programme, Maud Navarre a mené une enquête en Bourgogne, auprès d’élus des assemblées locales (régionale, départementales et municipales). L’analyse comparative des élues et des élus s’appuie sur trois sources principales : un corpus de 262 questionnaires (soit un taux de retour de 13 %) renseignant sur de multiples dimensions des parcours biographiques et des manières d’exercer les mandats ; des observations directes de meetings électoraux et de séances d’assemblées plénières permettant de saisir le poids des stéréotypes de genre dans les relations directes entre pairs ; des entretiens approfondis destinés à comprendre les socialisations professionnelles résultant des prises de rôle et à en apprécier les effets sur les rapports au métier et à la carrière.

3Les sept chapitres du livre sont présentés comme autant d’étapes du parcours politique des élus. À la lecture, ce cheminement n’apparaît pas si clairement. Trois dimensions des carrières politiques sont successivement prises en compte : l’accès aux positions politiques, abordé à travers la participation aux campagnes électorales (chapitre 1) et l’exercice de responsabilités dans les exécutifs (chapitre 2) ; l’investissement du mandat, traité à partir des arbitrages entre les facettes du métier (chapitre 3) et les modes d’inscription dans des situations ritualisées comme les séances des conseils (chapitre 4) ; les significations de la fonction, analysées à partir des conceptions normatives de la compétence politique (chapitre 5), des assignations d’attentes au regard d’un modèle du bon élu (chapitre 6), et des représentations éthiques soutenant les engagements politiques (chapitre 7).

4Ces développements confirment et actualisent un ensemble de conclusions montrant combien le monde politique est un « système organisationnel genré » (p. 188), traversé par des inégalités récurrentes entre hommes et femmes. Ainsi, lors des campagnes électorales, celles-ci sont perçues comme des auxiliaires et leurs prises de parole publiques sont limitées et canalisées. Au sein des exécutifs, les responsabilités qui leur échoient concernent des domaines d’action secondaires et non stratégiques pour les institutions. Dans le travail quotidien, les élues délaissent et dévalorisent le travail de représentation, associé aux tactiques politiciennes, et privilégient des tâches moins visibles tournées vers la production de politiques publiques. Une certaine conception du métier politique, organisée autour des valeurs de désintéressement, d’altruisme et d’intérêt général, est systématiquement associée aux femmes, cristallisant une « éthique de genre » (p. 201), qui est renforcée par le fait que les élues s’y reconnaissent et s’en réclament. Les effets du genre sur les rôles politiques concernent donc aussi bien les positions statutaires que les ventilations des responsabilités, les appropriations des fonctions, ou les valeurs professionnelles.

5Mais les carrières ne sont pas envisagées seulement comme le résultat de mécanismes de différenciation selon le sexe. Maud Navarre les considère aussi comme des parcours de socialisation professionnelle, dont elle interroge les effets sur les rapports aux rôles politiques. Leur repérage repose sur une comparaison entre carrières féminines, développée dans les deux derniers chapitres. Les élues « novices » qui exercent leur premier mandat sont distinguées des élues « expérimentées », parmi lesquelles sont isolées les « professionnelles » qui ont une expérience longue et une certaine notabilité (elles ont été élues à un scrutin uninominal ou en tant que tête de liste). Les effets du genre sont particulièrement marqués chez les novices mais ils s’estompent chez les expérimentées, qui intériorisent le modèle dominant à mesure qu’elles s’installent et font carrière. Ainsi, la socialisation professionnelle semble effacer les disparités entre femmes et hommes observées précédemment : les élues accumulent de l’expérience, progressent suffisamment dans les carrières et ajustent leurs conduites aux normes professionnelles, genrées. Une différence demeure, dans le fait qu’elles continuent de revendiquer une éthique altruiste qu’elles définissent comme une spécificité féminine. En ce sens ces élues, bien intégrées dans leur monde professionnel, reproduisent les stéréotypes de genre et contribuent à la diffusion de représentations sexuées du métier politique.

6Finalement, les effets du genre se combinent avec le poids des expériences des mandats électoraux et de la socialisation professionnelle. Mais pour rendre compte finement de cette articulation, il aurait fallu comparer les différents parcours d’élues avec ceux de leurs homologues masculins, et notamment interroger les effets de l’expérience des mandats électoraux sur les rapports au métier et à la carrière des hommes. En dépit de ce manque, que l’auteur pointe à plusieurs reprises, ce livre montre avec clarté combien la socialisation professionnelle, sur le tas et dans le cours du travail, est centrale pour comprendre la différenciation des carrières… féminines, et peut-être aussi masculines. Ainsi, devenir professionnel de la politique ce n’est pas seulement vivre de la politique ; c’est acquérir une expérience spécifique, adopter des conduites ajustées aux codes du milieu, manifester son adhésion aux normes professionnelles. L’apport de ce livre déborde donc de la question des rapports entre genre et politique, et concerne les processus d’intégration dans le monde professionnel politique, et les modalités de la socialisation politique.

Top of page

References

Bibliographical reference

Didier Demazière, Devenir élue. Genre et carrière politique, M. NavarreSociologie du travail, Vol. 58 - n° 2 | 2016, 203-205.

Electronic reference

Didier Demazière, Devenir élue. Genre et carrière politique, M. NavarreSociologie du travail [Online], Vol. 58 - n° 2 | Avril-Juin 2016, Online since 07 April 2016, connection on 18 May 2021. URL: http://journals.openedition.org/sdt/1095; DOI: https://doi.org/10.4000/sdt.1095

Top of page

About the author

Didier Demazière

Centre de sociologie des organisations (CSO)
UMR 7116 CNRS et Sciences Po
19, rue Amélie, 75007 Paris, France
didier.demaziere[at]sciencespo.fr

By this author

Top of page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search