Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 58 - n° 2Comptes rendusLe genre du mal-être au travail, ...

Comptes rendus

Le genre du mal-être au travail, R. Bercot (Ed.)

Octarès, Toulouse (2015). 222 p.
Fanny Vincent
p. 205-207
Référence(s) :

Régine Bercot (dir.), Le genre du mal-être au travail, Octarès, Toulouse, 2015, 222 p.

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage est issu d’un programme de séminaires mensuels tenus en 2013. Il fait suite au premier li (...)

1Comment prendre en compte le genre dans l’étude du mal-être au travail ? C’est à cette question qu’entend répondre l’ouvrage collectif coordonné par Régine Bercot1. Les liens entre genre, santé et travail ont jusqu’à présent été peu étudiés. R. Bercot en prend pour preuve la difficulté, lors de l’organisation du séminaire, de trouver des chercheurs articulant ces trois notions dans leurs travaux. Si la littérature existante permet de penser l’imbrication entre santé et travail, la dimension du genre est quant à elle peu prise en compte. Il s’agit alors d’identifier le genre des sources du mal-être au travail — défini par opposition au bien-être — et de voir de quelle manière celui-ci se manifeste. S’appuyant sur la définition d’Anne-Sophie Cousteaux et Jean-Louis Pan Ké Shon (Cousteaux et Pan Ké Shon, 2008), le mal-être viendrait des places différentes occupées par les hommes et les femmes dans la division du travail, des « perspectives probables d’avenir » et de leur intériorisation par les acteurs — ou de l’ajustement des espérances aux chances, pour reprendre une expression de Pierre Bourdieu —, ainsi que des conflits qui peuvent advenir entre l’individu et les normes sociales.

2En somme, l’organisation du travail et les attentes collectives forment les principales sources du mal-être. La difficulté pour le sociologue est alors double. Il s’agit à la fois d’objectiver le mal-être, difficulté classique du sociologue se confrontant à la parole des acteurs et à l’observation du travail, mais également de faire ressortir « le genre du mal-être » que les enquêtes quantitatives permettent mal de dégager. Le choix des méthodes qualitatives et l’étude des positions et des trajectoires des individus entendent contourner ces lacunes. Ainsi, les ambitions de l’ouvrage consistent d’une part à construire la légitimité d’une entrée par le genre sur ces questions de santé au travail, et d’autre part à rendre visible ce qui ne l’est pas : la dimension genrée du mal-être au travail.

3Passée l’introduction, l’ouvrage se structure en trois parties et sept chapitres promettant d’étudier les différentes implications du mal-être pour les travailleurs : à quoi leur mal-être est-il dû ? Quelle est leur capacité à agir sur celui-ci, et comment y font-ils face ?

4La première partie est consacrée à des métiers dans lesquels la place des femmes « n’est pas acquise ». Les auteurs y analysent comment, dans des organisations construites en référence à un modèle masculin, les places des femmes dans la division du travail restent conditionnées par des attentes genrées et occasionnent pour elles des coûts psychiques, sociaux et professionnels pour s’y maintenir. C’est par exemple ce que montre avec pertinence Isabel Boni-Le Goff dans le cas des femmes du milieu de l’expertise. Afin d’instaurer la légitimité et la crédibilité de l’expertise auprès de leurs clients et de leurs pairs elles s’engagent, comme leurs collègues hommes, dans des opérations de passing (elle reprend la notion d’Harold Garfinkel pour désigner des stratégies visant à se rendre légitime dans ce métier), qui s’avèrent être pour elles des épreuves durant lesquelles elles risquent d’être disqualifiées du fait de leur sexe.

5La deuxième partie tente ensuite de montrer en deux chapitres que l’étude des trajectoires des salariés permet d’éclairer leurs rapports au travail et à la santé, et leur action sur celle-ci. C’est ce à quoi Armelle Testenoire s’intéresse dans l’une des contributions. Ne présupposant aucun lien causal entre santé et travail, elle adopte une entrée par les événements de santé et analyse comment ceux-ci recomposent l’action des travailleurs qui choisissent entre rupture ou transition professionnelles pour se préserver.

6Enfin, la troisième partie examine les différentes instances de régulation du mal-être avec leurs forces et leurs faiblesses, que ce soit le collectif de travail, l’organisation ou les individus eux-mêmes. Parmi les deux contributions, celle de Marc Loriol montre comment les formes de coping collectif, c’est-à-dire les différentes façons dont le collectif permet de faire face aux difficultés professionnelles, revêtent une dimension genrée. Partant du constat statistique d’une différence dans la verbalisation du stress entre hommes et femmes, il rompt avec les approches subjective et objective et explique à partir de quatre métiers cet écart par l’organisation du travail, les conditions de travail et les ressources dont disposent les travailleurs.

7Deux autres axes couvrent l’ensemble de l’ouvrage. D’une part, en toile de fond, la question de l’intensification du travail et des restructurations d’entreprises dans une logique d’ouverture à la concurrence et de modernisation fait apparaître à de multiples reprises le « caractère pathologique [du] mode de management » comme une des causes du mal-être au travail. D’autre part, « le débordement du travail », qu’il soit temporel ou psychologique, agit de plus en plus comme un révélateur de la dégradation des conditions de travail, et génère des conflits dans l’articulation des temps sociaux.

8Si la structure de l’ouvrage rend bien compte des imbrications entre santé, genre et travail, on regrette cependant dès le départ le manque de lisibilité dans la définition du triptyque de notions et tout particulièrement le genre, souvent réduit à la place assignée aux femmes dans l’organisation du travail et parfois confondu avec ce qui relève de la féminité. Aussi l’hypothèse formulée à la troisième ligne de l’introduction, à savoir que « les sources de mal-être mais aussi les situations vécues varient selon que l’on est un homme ou une femme », n’est-elle qu’à moitié vérifiée, étant donné que les sources du mal-être masculin ont peu été étudiées — hormis dans les contributions de Haude Rivoal ou Marc Loriol. Si l’on considère la plupart des chapitres, l’ouvrage aurait plutôt pu s’intituler « le mal-être des femmes au travail ».

9Par ailleurs, on dispose d’assez peu d’éléments sur les raisons de l’engagement des individus dans leur travail, parfois au péril de leur santé. Une étude plus fine des trajectoires, des dispositions et des ressources des travailleurs, mais aussi du travail et de ses interactions — à l’instar de ce que propose I. Boni-Le Goff — aurait sans doute permis d’éclairer ces points. Dans la même veine, les rapports ethniques et de classe auraient parfois mérité d’être davantage soulignés dans l’analyse des conflits opposant femmes et hommes dans l’organisation.

10Le dernier regret vient enfin du recours à une perspective essentiellement qualitative, laquelle, combinée à l’approche statistique des grandes enquêtes (type Sumer ou Conditions de travail), aurait peut-être davantage permis de saisir le mal-être au travail dans toutes ses composantes, non seulement psychique mais aussi physique, les deux étant intimement liées.

11En définitive, si l’ouvrage tient parfois avec difficulté l’ambition de son projet, son principal mérite est celui de s’intéresser à un objet encore peu exploré et d’inviter à poursuivre les recherches engagées ici articulant genre, travail et santé.

Haut de page

Bibliographie

Bercot, R. (Ed.), 2015. La santé au travail au prisme du genre : épistémologie, enquêtes et perspectives internationales. Octarès, Toulouse.

Cousteaux, A.-S., Pan Ké Shon, J.-L., 2008. Le mal-être a-t-il un genre ? Suicide, risque suicidaire, dépression et dépendance alcoolique. Revue française de sociologie 49 (1), 53–92.

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage est issu d’un programme de séminaires mensuels tenus en 2013. Il fait suite au premier livre, La santé au travail au prisme du genre, tiré du colloque international qui clôtura le séminaire (Bercot, 2015).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Vincent, « Le genre du mal-être au travail, R. Bercot (Ed.) »Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 2 | 2016, 205-207.

Référence électronique

Fanny Vincent, « Le genre du mal-être au travail, R. Bercot (Ed.) »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 - n° 2 | Avril-Juin 2016, mis en ligne le 12 avril 2016, consulté le 14 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1097 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.1097

Haut de page

Auteur

Fanny Vincent

Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales (IRISSO)
UMR 7170 CNRS et Université Paris-Dauphine, Paris Sciences et Lettres
Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75775 Paris Cedex 16, France
fanny.vincent[at]dauphine.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search