Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sociologie de la gestion. Les faiseurs de performance, V. Boussard

Belin, Paris (2008). 264 p.
Emmanuel Martin
p. 561-562
Référence(s) :

Valérie Boussard, Sociologie de la gestion. Les faiseurs de performance, Belin, Paris, 2008, 264 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Gestion, Performance
Haut de page

Texte intégral

1« Maîtrise, performance et rationalité » sont les maîtres-mots des professionnels qui prétendent administrer les organisations. Prenant au sérieux ce qu’ils font plutôt que d’en critiquer a priori l’efficacité ou les postulats idéologiques, Valérie Boussard cherche à rendre compte de l’extension de la gestion à des domaines de plus en plus vastes de la vie sociale.

2Après avoir présenté les trois domaines que recouvre ce terme peu spécifié — logos gestionnaire, techniques gestionnaires et dispositifs de gestion (chapitre 1) —, l’auteur présente, dans la première partie de l’ouvrage, la généalogie d’une « forme sociale » (Simmel) à laquelle elle veut rendre son historicité. Un problème à la fois pratique et théorique apparaît dans l’industrie capitaliste naissante : comment parvenir à la mise au travail d’un nombre grandissant de salariés ? Distinguant « logos gestionnaire » et « pratiques gestionnaires », l’auteur examine d’abord la naissance de ces dernières pour comprendre la genèse d’un nouveau domaine de connaissances : l’administration, qui devient gestion au tournant du XXe siècle (chapitre 2). Si ce processus couvre tout le xixe siècle, c’est à la fois du fait de la diffusion des techniques gestionnaires dans le capitalisme conquérant, et en raison des racines intellectuelles du logos gestionnaire que l’auteur fait remonter à la fois au positivisme et au saint-simonisme mais aussi, plus classiquement, à l’esprit du capitalisme tel qu’il est analysé par Weber, Marx et Sombart (chapitre 3).

3Au terme de ce processus, la gestion occupe une place cruciale dans le capitalisme : l’organisation rationnelle des rapports sociaux en entreprise, et les dispositifs qui s’y rapportent, permettent de désamorcer la conflictualité de l’affrontement entre travail et capital : « l’administration des choses vide de [leur] substance polémique et antagoniste les rapports sociaux » (p. 67). Bien que l’on puisse observer une succession historique de formes gestionnaires diverses (depuis le fayolisme jusqu’au néo-management), la gestion est devenue la forme sociale normale de la conduite des entreprises mais aussi du secteur public, voire des personnes elles-mêmes. Gérer devient une évidence, y compris pour le « facteur humain » (chapitre 4).

4La deuxième partie de l’ouvrage s’attache aux effets de la gestion, saisie comme pratique, en prêtant attention à l’écart entre conduite prescrite et conduite réelle des organisations. Le logos gestionnaire justifie la gestion par des exigences fonctionnelles : minimiser les coûts de transaction, mieux contrôler le travail. Or, très tôt dans la sociologie industrielle, un écart est constaté entre organisations formelle et informelle, dont témoigne la multiplication des indicateurs de gestion (chapitre 6). En outre, la rationalité gestionnaire est limitée et les instruments de gestion n’offrent que des points d’appui partiels et mal ajustés à ce qu’ils sont censés saisir. La performance elle-même ne peut être définie que de manière contextuelle. Dès lors, la légitimité de la gestion provient moins de son efficacité (discutable) que de sa performativité : en se présentant comme objective, neutre et juste, la Gestion, en tant que discours, légitime les pratiques gestionnaires. « Ce que fait la gestion » (chapitre 7) relève donc à la fois de l’ordonnancement de la réalité, de la légitimation d’un ordre social et du contrôle du travail. Dans une perspective foucaldienne, on peut l’analyser comme une disciplinarisation du travail, ou encore comme idéologie, selon une perspective marxiste. Instruments du pouvoir capitaliste, les techniques de gestion donnent cependant lieu à de multiples réappropriations (chapitre 8). S’il y a bien unité du logos gestionnaire (qui fait l’objet de la plupart des analyses critiques), les pratiques qui en découlent montrent une grande diversité de jeux de pouvoir : c’est à ce titre que V. Boussard convoque Foucault et la notion de « dispositif », au sens large, pour relier ces deux niveaux d’analyse apparemment contradictoires. De là découle une autre question : qui fait la gestion ?

5Dans la troisième partie, l’auteur traite cet objet comme un champ d’affrontement entre des professionnels distincts. « L’espace professionnel de la gestion » (chapitre 9) regroupe des managers, des chercheurs, des consultants, dont on retrace rapidement la construction en tant que groupes professionnels. Il s’agit (chapitre 10) de déterminer si ces groupes sont en voie de professionnalisation. Néanmoins, l’expression « les gestionnaires » recouvre une pluralité de professions, c’est-à-dire de certifications, de pratiques et de juridictions en concurrence. Plus qu’un espace professionnel, la gestion apparaît donc comme un marché (chapitre 11) à la fois très concurrentiel et aux produits très différenciés. Les consultants sont au cœur de ce marché, à la frontière entre producteurs et utilisateurs des savoirs gestionnaires, mis en forme dans des dispositifs et des instruments. Enfin, la gestion est aussi un travail (chapitre 12), dans la mesure où ces instruments sont maniés, transformés et détournés par les managers qui les emploient. Ces derniers sont les maîtres d’œuvre de la diffusion de la gestion, autant par effet de mode et de réputation qu’en raison des exigences de leur fonction qui vise à encadrer le travail des salariés au moyen de dispositifs toujours renouvelés. Cette partie de l’ouvrage s’achève sur un chapitre destiné à souligner les interdépendances qui règnent au sein de l’espace professionnel de la gestion.

6L’ambition d’analyser en un même mouvement l’ensemble des phénomènes gestionnaires conduit à un texte dense, sans que le formalisme académique ne prenne jamais le dessus (l’auteur a pris soin de limiter au minimum le nombre de notes) malgré un tissu très fourni de références théoriques. On pourra regretter, de ce point de vue, que l’analyse foucaldienne des « dispositifs » soit traitée si rapidement. À l’inverse, si la troisième partie fournit un éclairage bienvenu sur les modalités de production et de mise en œuvre des pratiques gestionnaires, on voit mal comment la description du processus de professionnalisation de l’espace gestionnaire permet de répondre aux questions soulevées sur les effets de la gestion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Martin, « Sociologie de la gestion. Les faiseurs de performance, V. Boussard », Sociologie du travail, Vol 55 - n° 4 | 2013, 561-562.

Référence électronique

Emmanuel Martin, « Sociologie de la gestion. Les faiseurs de performance, V. Boussard », Sociologie du travail [En ligne], Vol 55 - n° 4 | Octobre-Décembre 2013, mis en ligne le 29 octobre 2013, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/10985

Haut de page

Auteur

Emmanuel Martin

Centre Maurice Halbwachs (ENS-EHESS), 48 boulevard Jourdan, 75014 Paris, France.
emmanuel.r.martin[at]gmail.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals