Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Les travailleurs des déchets, D. Corteel, S. Le Lay (dir)

Érès, Toulouse (2011). 336 p.
Anne-Chantal Hardy
p. 562-564
Référence(s) :

Delphine Corteel et Stéphane Le Lay, Les travailleurs des déchets, Érès, Toulouse, 2011, 336 p.

Texte intégral

1Les déchets, ces matières organiques ou synthétiques, naturelles ou manufacturées, sorties de nos corps, de nos maisons ou de nos ateliers, ont plusieurs vies. Les travailleurs des déchets sont ces personnes qui continuent à faire vivre ce que nous avons donné pour mort.

2L’ouvrage dirigé par Delphine Corteel et Stéphane Le Lay est tiré d’un colloque pluridisciplinaire ; sociologues, anthropologues, géographes, ethnologues, psychologues, ergonomes et historiens y mobilisent leurs théories et leurs matériaux de terrain pour lever le voile sur ces activités « indignes » pratiquées par des travailleurs trop souvent « invisibles ». Cette diversité des approches nous offre un voyage dans les mondes des déchets aux côtés de ceux qui s’en chargent. Loin d’affaiblir le propos, la diversité des points de vue témoigne de la richesse d’un objet plus inépuisable qu’il n’y paraît et nous offre une mine d’observations minutieuses et de tranches de vie, très agréables à lire, nous rappelant sans cesse que ces travailleurs contribuent avant tout à la vie.

3L’ensemble est préfacé par Alain Corbin et introduit par les coordinateurs de l’ouvrage, et chaque partie est présentée par des « discutants ». Le texte conclusif ouvre sur d’autres espaces « souterrains », donnant à voir la grande diversité de nature de ces déchets. Les dix contributions du cœur de l’ouvrage sont présentées en trois parties répondant à trois questions : où ? comment ? qui ?

4À la question des lieux, la réponse est évidemment multiple. L’introduction à cette partie nous rappelle que ces espaces sont d’abord symboliques, voire psychiques, car il faut aller chercher là où s’opère le déni de ce que l’on ne veut plus voir. Ces lieux sont aussi spatio-temporels car des déchets, il y en a partout, toujours et de toutes sortes. Les chiffonniers du XIXe siècle à Paris ne sont pas que des ramasseurs, ils sont des recycleurs organisés et utiles pour la production industrielle en plein essor. Et ceux-là ne sont pas très éloignés des chiffonniers du Caire aujourd’hui, à ceci près que l’évolution de leurs métiers ne s’est pas faite au même rythme, ni dans les mêmes conditions. Ces textes ont ainsi le mérite de montrer que le travail sur les déchets ne consiste pas tant à les faire disparaître qu’à les transformer en matière première injectée à nouveau dans un cycle de production manufacturière ou agricole — à l’instar de ces paysans mexicains qui irriguent leurs champs avec les eaux usées et tissent ainsi, avec leurs compatriotes urbains qu’ils nourrissent de leur récolte, une curieuse chaîne humaine. Les espaces des déchets s’aperçoivent également lorsqu’ils passent du privé au public, à travers ce contraste étonnant entre des espaces domestiques si bien tenus et les amoncellements de déchets sur la voie publique, comme il est donné à voir du côté de Naples. Que dire alors de ce tri-là ? Et à partir de quelle limite, passant du sale au dangereux et du dangereux au toxique, les habitants vont-ils se sentir concernés par cette gestion collective du déchet ? En circulant, les déchets deviennent alors des enjeux de débats, voire de conflits, des matières de vie sociale, aussi. Il existe une dynamique des déchets.

5Le « comment » ne s’approche jamais aussi bien qu’en se rendant sur place. La deuxième partie nous immerge donc dans le terrain, à travers des enquêtes fines, au plus près des réalités, allant parfois jusqu’à l’enquête incognito (faut-il se rendre invisible pour mieux voir le travail caché ?). On découvre alors les réalités d’un travail concret, physique, décrit selon des techniques et des gestes précis. En se renommant rippeurs et en intégrant la « branche propreté », les éboueurs n’en manipulent pas moins le sale. Ainsi, la pénibilité de leur travail est autant liée aux tâches qu’aux conditions matérielles et symboliques dans lesquelles elles s’exécutent, dans un contexte où le coût du déchet semble toujours trop élevé. Mais cette activité ne peut se laisser réduire à sa pénibilité, elle est aussi créatrice : malgré les multiples contrôles, ces travailleurs élaborent leur espace de liberté et en font un métier, avec ses bricoles et ses règles, entre soi et relativement à l’abri des regards, même s’ils œuvrent dans l’espace public. Si les chercheurs observant les travailleurs des déchets s’étonnent de leur capacité à faire du risque une vertu et de la souffrance une qualité, c’est aussi parce que ces hommes ont les moyens de se construire un éthos professionnel dans cet espace invisible et public à la fois. Ces textes nous interrogent : ne peut-on rire de faire le « sale boulot » ? Comment rester « digne » en manipulant un objet « indigne » ?

6Il faut donc se demander qui sont ces travailleurs des déchets. Ceux qui ne trouvent pas mieux ailleurs, vraiment ? C’est-à-dire qui ne se définissent que par le négatif, ou ceux qui peuvent/veulent faire ce métier ? C’est affaire aussi de sélection : à qui confie-t-on ce travail ? À des hommes, évidemment, encore que les femmes n’y soient pas absentes… Des jeunes aussi en majorité, même si l’expérience n’est pas sans valeur… Des immigrés bien sûr, souvent mais pas toujours. On est rarement éboueur de père en fils, et pourtant il y a de la reproduction ici aussi. Car travailler sur les déchets n’est pas dépourvu d’impact politique : les sociétés ne confient finalement pas cela à n’importe qui…

7En guise de conclusion, les auteurs nous invitent à aller voir au-delà de ces déchets du quotidien, là où il n’y a plus de visibilité publique, où le corps devient matière inerte et où les excréments circulent sous terre. Nous plongeons dans les égouts de Paris et pénétrons dans les morgues, là où œuvrent des travailleurs invisibles et méconnus. On y découvre leurs « qualités » et cette compétence subtile qu’ils ont acquise dans le bricolage de la honte, l’apprivoisement de la sidération et la mise à l’abri de leurs proches, de la souillure. Car il « reste que, nous rappelle Alain Corbin dans sa préface, pour l’essentiel, le déchet organique est créateur d’angoisse ».

8Delphine Corteel et Stéphane Le Lay ont réussi leur pari de nous éclairer sur un objet obscur. La grande diversité des textes, même inégaux en qualité, ne nuit pas à la cohérence de l’ensemble ; elle dévoile au contraire les multiples faces de cet objet « déchet » que nous tentons chaque jour d’éliminer. Avec ce que l’on tient pour laid, ils ont produit un bel ouvrage, tissé de la dignité des travailleurs de l’indigne et animé par la vie, si présente aux tréfonds de nos poubelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Chantal Hardy, « Les travailleurs des déchets, D. Corteel, S. Le Lay (dir) », Sociologie du travail, Vol 55 - n° 4 | 2013, 562-564.

Référence électronique

Anne-Chantal Hardy, « Les travailleurs des déchets, D. Corteel, S. Le Lay (dir) », Sociologie du travail [En ligne], Vol 55 - n° 4 | Octobre-Décembre 2013, mis en ligne le 18 octobre 2013, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/10993

Haut de page

Auteur

Anne-Chantal Hardy

Droit et changement social (UMR 6297), Maison des sciences de l’homme Ange-Guépin
5, allée Jacques Berque, BP 12105, 44021 Nantes Cedex 1, France
anne-chantal.hardy[at]univ-nantes.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals