Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le Laboratoire des pollutions industrielles. Paris, 1770-1830, T. Le Roux

Albin Michel, Paris (2011). 560 p.
Sabine Barles
p. 564-565
Référence(s) :

Thomas Le Roux, Le Laboratoire des pollutions industrielles. Paris, 1770-1830, Albin Michel, Paris, 2011, 560 p.

Texte intégral

  • 1 A. Guillerme, La Naissance de l’industrie à Paris, entre sueurs et vapeurs, 1780-1830. Champ Vallon (...)

1L’ouvrage de Thomas Le Roux s’inscrit dans le mouvement qui a depuis quelques années conduit simultanément à la découverte des pollutions historiques et de l’histoire des pollutions, marqué par les ouvrages d’André Guillerme, Geneviève Massard-Guilbaud, Estelle Baret-Bourgoin, Isabelle Parmentier pour ne citer que la littérature francophone1. En ce sens, il s’inscrit dans l’histoire environnementale, bien qu’il ne se revendique pas vraiment de ce courant, très actif actuellement en France, depuis plusieurs décennies outre-Atlantique. Mais il ressortit aussi à l’histoire urbaine, puisque c’est essentiellement à Paris que se trame la thèse — dont ce Laboratoire des pollutions industrielles est en effet issu —, et à l’histoire industrielle, puisque c’est aux nuisances des ateliers, fabriques et autres établissements de transformation qu’elle s’attache. On n’y trouvera cependant pas l’histoire des industries et de leurs glorieuses productions, ni d’ailleurs une analyse des pollutions émises par celles-ci, mais bien celle de la façon dont l’industrie s’est imposée dans la ville dès la fin de l’Ancien Régime, en dépit des nuisances qu’elle engendrait et des protestations qui en témoignaient, et grâce à une forme de dérégulation sanitaire : une histoire sociale et politique, donc. Thomas Le Roux y voit l’origine de la rupture entre société et biosphère et, partant, de la crise écologique actuelle. À ce titre, ce moment particulier mérite d’être analysé en profondeur, non pas en démarrant comme c’est souvent le cas en 1810 avec le Décret impérial relatif aux manufactures et ateliers qui répandent une odeur insalubre ou incommode, texte souvent jugé fondateur de la réglementation industrielle, mais une quarantaine d’années plus tôt, lorsque l’industrialisation de Paris débute, lorsque, déjà, apparaît la figure du consommateur, à laquelle l’auteur ne se réfère pas, mais qui accompagne aussi les changements décrits.

2Ce point de départ anticipé s’avère extrêmement pertinent, puisque il permet non seulement de montrer comment étaient prises en charge les nuisances que l’on qualifiera par commodité de préindustrielles (mais qui seraient plutôt pré-mécaniques et pré-chimiques, en ce sens qu’elles caractérisaient une activité essentiellement basée sur le travail biochimique des matières organiques) au cours de l’Ancien Régime, mais aussi les mutations déjà en cours à la fin de celui-ci en termes d’industrialisation parisienne comme de gestion d’icelle, et enfin le mouvement, parfois hoquetant, qui conduit à l’acclimatation urbaine de l’industrie, une industrie transformée par la mécanique et la chimie, encadrée dans d’autres lieux et selon de nouvelles modalités. Tout commence ainsi avant la révolution, mais tout change aussi avec elle et après elle. Parmi ces mutations, Thomas Le Roux insiste sur la naissance de l’industrialisme et de « l’encouragement industriel » (p. 134), qui fait des nuisances un mal nécessaire quand elles ne sont pas tout simplement réfutées par ceux qui ont la charge de les évaluer. Il montre les situations de collusion qui existent parfois — souvent ? — : des membres du conseil de salubrité qui sont aussi industriels, des ministres producteurs, entre autres situations de juge et partie ; il observe aussi le déplacement des lieux de contrôle et de gestion : de la police civile à l’administration, de la ville à l’État, de la gestion préventive par l’espace et le temps à la confiance en l’abattement des rejets grâce à des améliorations techniques dans les procédés de production. Apparaît ainsi la figure de l’expert scientifique, notamment au sein du conseil de salubrité, cette « instance auto-satisfaite » (p. 458). Cette histoire n’est pas lisse puisque le contexte politique et guerrier a lourdement pesé sur certains choix — comme c’est généralement le cas, la guerre relègue au second plan les questions sanitaires et environnementales au motif de l’effort. Elle est aussi marquée par l’émergence de nouvelles nuisances qui émeuvent les riverains des fabriques, dont l’ignorance crasse de ce qu’ils doivent vraiment craindre est stigmatisée par les industrialistes.

3Il est difficile de ne pas suivre Thomas Le Roux dans cette démonstration souvent convaincante — qui rejoint par ses conclusions plusieurs travaux antérieurs —, dont certains épisodes s’avèrent particulièrement haletants, mêlant rebondissements, volte-face, et finalement triomphe de l’une ou l’autre des parties. La thèse et la posture scientifique ouvrent de surcroît un débat nécessaire. On comprend en effet que c’est avec regret que l’auteur voit ces mutations s’opérer, ce que traduit notamment l’opposition entre une « dynamique réglementaire issue de l’Ancien Régime, soucieuse de la “bonne police” et du bien général » et une « dynamique libérale et industrielle, éclatante et victorieuse sous la Restauration » (p. 509). Cette posture évaluative, qui se manifeste par une instruction à charge, a peut-être pour effet d’embellir par trop cette ville pré-industrielle dans laquelle on meurt plus qu’on ne naît, où surmortalité et surmorbidité sont clairement identifiées par les contemporains et où le bien général n’est probablement pas moins inégalement, quoique différemment, distribué que son avatar dans la ville industrielle. Sur un autre plan, l’introduction et la conclusion de l’ouvrage mettent en avant les interactions fortes existant entre la rupture des grands équilibres de la biosphère et le fonctionnement des sociétés humaines, et la thèse souhaite explicitement contribuer à situer cette double rupture — des équilibres naturels, des relations sociétés-biosphère. Elle le fait selon une approche historique classique et avec brio ; partant, elle appelle probablement et complémentairement, pour aller au bout de la démonstration et de la description par la question des nuisances d’une transition socio-écologique majeure, une démarche interdisciplinaire.

Haut de page

Notes

1 A. Guillerme, La Naissance de l’industrie à Paris, entre sueurs et vapeurs, 1780-1830. Champ Vallon, Seyssel, 2007 ; G. Massard-Guilbaud, Histoire de la pollution industrielle en France, 1789-1914, Éd. de l’EHESS, Paris, 2010 ; E. Baret-Bourgoin, La ville industrielle et ses poisons. Les mutations des sensibilités aux nuisances et pollutions industrielles à Grenoble, 1810-1914, Presses universitaires de Grenoble, 2005 ; I. Parmentier, Histoire de l’environnement en Pays de Charleroi (1730-1830) : pollution et nuisances dans un paysage en voie d’industrialisation, Académie royale de Belgique, Bruxelles, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabine Barles, « Le Laboratoire des pollutions industrielles. Paris, 1770-1830, T. Le Roux », Sociologie du travail, Vol 55 - n° 4 | 2013, 564-565.

Référence électronique

Sabine Barles, « Le Laboratoire des pollutions industrielles. Paris, 1770-1830, T. Le Roux », Sociologie du travail [En ligne], Vol 55 - n° 4 | Octobre-Décembre 2013, mis en ligne le 31 octobre 2013, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/11012

Haut de page

Auteur

Sabine Barles

Géographie-Cités (UMR 8504), Institut de Géographie, Université Paris 1
191, rue Saint-Jacques, 75005 Paris, France
sabine.barles[at]univ-paris1.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals