Navigation – Plan du site
Comptes rendus

The Origins of Organ Transplantation: Surgery and Laboratory Science. 1880-1930, T. Schlich

University of Rochester Press, Rochester (NY) (2010). 316 p.
Marie Le Clainche-Piel
p. 566-567
Référence(s) :

Thomas Schlich, The Origins of Organ Transplantation: Surgery and Laboratory Science. 1880-1930, University of Rochester Press, Rochester (NY), 2010, 316 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Histoire des sciences
Haut de page

Texte intégral

1Avec les outils de l’histoire, Thomas Schlich s’attelle à retracer le processus par lequel la transplantation d’organes a vu le jour dans son acception « moderne ». L’exercice l’a amené à distinguer deux périodes : celle de l’invention conceptuelle — dont il nous décrit une partie des enjeux techniques, professionnels et éthiques chez les médecins et scientifiques —, et celle de sa propagation en tant qu’acte chirurgical.

  • 1 I. Löwy (dir.), Medicine and Change: Historical and Sociological Studies of Medical Innovation, Par (...)

2En effet, après avoir défendu la pertinence de l’étude historique des conditions d’émergence de la transplantation d’organes, en s’appuyant notamment sur la description que fait Ilana Löwy des innovations médicales comme des « sites privilégiés d’investigation des dimensions multiples de la médecine »1, l’auteur déroule sa thèse sur le succès de cette technique chirurgicale comme concept — mais non comme pratique — de la fin du XIXe siècle au premier tiers du siècle suivant.

3Si l’espace géographique reste flou, l’entrée par les années 1880 est justifiée par l’opération, menée en Suisse par Theodor Kocher, de réintégration d’une thyroïde à un patient à la suite de son retrait, dans la perspective de traiter son crétinisme. Ce geste révèle selon l’auteur l’existence d’une médecine des organes qui tranche avec les conceptions antérieures du corps et de la maladie.

4L’atteinte de la thyroïde est l’exemple principal sur lequel s’appuie l’ouvrage car il donne à voir la densité du processus de « découverte » du fonctionnement d’un organe, les publications scientifiques et échanges associés, les implications en termes d’innovations techniques et de traitements, de rapport entre symptôme et maladie. D’autres études de cas concernant chaque fois une maladie ou un organe particulier sont présentées. Celui du diabète illustre le déplacement entre une définition stabilisée de la maladie au XIXe siècle et les étapes de son rattachement au pancréas à travers les activités expérimentales sur l’animal en cours dans les laboratoires de la fin des années 1880. Les cas des ovaires et des testicules offrent un aperçu des conceptions genrées du corps et de la sexualité avec lesquelles chirurgiens et scientifiques travaillent : traitement de l’homosexualité masculine par l’implantation d’un testicule prélevé sur une personne hétérosexuelle et remplacement des ovaires pour comportements sexuels déviants participent de cette Histoire. Celui du rein est intéressant en ce qu’il pose problème aux expérimentateurs usités au remplacement d’organes partiels plutôt qu’entiers, puisque celui-ci ne s’y prête pas. Les savoirs et théories sur le fonctionnement interne font alors l'objet de débats particulièrement vifs.

5Et si la période étudiée se clôture à l’aube de quinze ans d’abandon des recherches, c’est à travers la transplantation rénale que la technique se développe à partir de 1945. Aux États-Unis en particulier, le contexte d’interdisciplinarité croissante, conjuguant spécialisation des scientifiques et perméabilisation des disciplines, semble remettre en question l’échec du passage de l’expérimentation animale à l’expérimentation humaine dans une visée thérapeutique.

6Outre cette histoire tracée, ce qui attirera le lecteur dans l’ouvrage de Thomas Schlich est le couplage de la description du processus dans lequel est prise la technique transplantatoire à la caractérisation des modèles scientifiques qui guident la recherche et la pratique médicale dominante de chaque période. Le modèle de production des connaissances sans visée thérapeutique imprégnerait la première moitié du XIXe siècle, alors que celui de la physiologie expérimentale orientée vers la médecine aurait cours ensuite, traduisant un passage du laboratoire vers la clinique.

7Parmi les autres niveaux de lecture possibles, le fil d’une histoire du regard médical sur le corps est particulièrement pertinent, ainsi que la mise en évidence des effets de l’établissement d’une relation causale entre un organe déficient et une maladie. Cette dernière dimension de l’ouvrage est présente à travers la description du tâtonnement qui marque la caractérisation des fonctions de la thyroïde, et nourrit chez le lecteur un intérêt pour un travail qui reviendrait encore en amont sur l’origine des organes et de leurs délimitations. Sur ce point précis, nous suggérerions de maintenir l’exigence de distinction du processus de l’invention contre celui de la découverte. Cette distinction permettrait de caractériser à la fois l’émergence de la transplantation, comme le fait l’auteur, et celle des organes dans la mesure où ils ne préexistent ni à leur circonscription spatiale ni à la définition de leurs fonctions.

8Le livre ne remplace pas pour autant les travaux retraçant de manière plus fine et localisée les étapes, les controverses, les points de basculement observables de manière postérieure ou sur le vif de la science, en pénétrant les milieux où des techniques de réparation du corps, des ensembles de concepts et de pratiques voient le jour. Ceci d’autant plus que la perspective rend peu compte de la conflictualité — entre acteurs intéressés à des degrés divers par la médecine des organes — pour favoriser les espaces de convergence. Cette approche permet cependant de penser la persistance des chirurgiens et scientifiques « à transplanter des organes en dépit des échecs » (p. 239) à partir d’une combinaison de facteurs (de l’interdisciplinarité à la moindre complexité anatomique du rein, en passant par la personnalité des scientifiques). Pour toutes ces raisons, cette traduction anglaise révisée des travaux de T. Schlich, originellement publiés en allemand en 1998, constitue un indéniable outil de travail. Le chercheur qui s’intéresse précisément à cet espace particulier de la médecine y trouvera informations et points de comparaison. Celui qui s’emploie à étudier d’autres types d’inventions scientifiques ou médicales dans leur complexité y trouvera une aide précieuse pour s’éloigner du vocabulaire de la découverte.

Haut de page

Notes

1 I. Löwy (dir.), Medicine and Change: Historical and Sociological Studies of Medical Innovation, Paris, INSERM-John Libbey, 1993, p. 5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Le Clainche-Piel, « The Origins of Organ Transplantation: Surgery and Laboratory Science. 1880-1930, T. Schlich », Sociologie du travail, Vol 55 - n° 4 | 2013, 566-567.

Référence électronique

Marie Le Clainche-Piel, « The Origins of Organ Transplantation: Surgery and Laboratory Science. 1880-1930, T. Schlich », Sociologie du travail [En ligne], Vol 55 - n° 4 | Octobre-Décembre 2013, mis en ligne le 18 octobre 2013, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/11028

Haut de page

Auteur

Marie Le Clainche-Piel

Institut Marcel Mauss (IMM) UMR 8178 CNRS et EHESS
10, rue Monsieur le Prince, 75006 Paris, France
leclainchepiel[at]gmail.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals