Skip to navigation – Site map

HomeNumérosVol. 58 - n° 2Comptes rendusFlexibilité des chômeurs, mode d’...

Comptes rendus

Flexibilité des chômeurs, mode d’emploi. Les conseillers à l’emploi à l’épreuve de l’activation, L. Lavitry

Presses universitaires de France, Paris (2015). 240 p.
Ken Fukuhara
p. 209-211
Bibliographical reference

Lynda Lavitry, Flexibilité des chômeurs, mode d’emploi. Les conseillers à l’emploi à l’épreuve de l’activation, Presses universitaires de France, Paris, 2015, 240 p.

Full text

  • 1 Agence nationale pour l’emploi, gérant les offres et demandes d’emplois.
  • 2 Associations pour l’emploi dans l’industrie et le commerce, chargées de l’indemnisation.

1La publication du travail de thèse de Lynda Lavitry est particulièrement opportune. Son enquête auprès des conseillers à l’emploi de l’ex-ANPE1, menée dans le contexte d’un chômage de masse persistant et de la fusion de cette structure d’intermédiation avec le réseau des Assedic2 pour former le nouveau « Pôle emploi » (fusion devenue effective en décembre 2008), vise à rendre compte des missions de ces street-level bureaucrats et des tensions qui traversent leur métier. L’ouvrage est articulé en trois parties : un portrait ethnographique de ces professionnels ; une lecture sociohistorique de l’institution au prisme des politiques publiques ; une focale sur les missions constitutives de l’intermédiation.

2Le premier chapitre présente le cadre professionnel dans lequel évoluent ces conseillers — environnement, outils, tâches, activités et caractéristiques socioprofessionnelles du public suivi — et expose la méthodologie retenue : en maillant observations de rendez-vous professionnels, entretiens semi-directifs et analyse documentaire, l’auteur revendique une « approche ethnographique et inductive, orientée vers le refus d’hypothèses rigides » (p. 17). Puis, traçant la morphologie sociale de ce groupe professionnel en forte transformation (chapitre II), elle montre le caractère « impossible » de son activité, lié à la multiplicité des attentes sociales, et elle en souligne les polarisations entre « savoir-faire sociotechniques et sociocliniques » (p. 45) ou encore entre « logique technico-commerciale et logique civique » (p. 49). Pourtant, ces oppositions ne clivent pas les professionnels, qui sont fortement engagés dans leur activité, et toujours en équilibre précaire entre ces polarités.

3Le récit sociohistorique de l’institution ANPE (chapitre III) et l’examen minutieux de la rationalisation gestionnaire et de la gestion de masse (chapitre IV) mettent en perspective le portait dressé précédemment. L’auteur s’arrête sur la notion ambivalente d’« activation » structurant les nouvelles politiques sociales. Promouvant tantôt l’adaptabilité et l’autonomie des chômeurs, tantôt des logiques plus coercitives, le cadrage idéologique sous-tendu par ce nouveau mot d’ordre se traduit par des degrés d’accompagnement variables : du plus sommaire, visant un retour rapide à l’emploi, aux multiples mesures concourant à une sécurisation des parcours. La transformation des pratiques professionnelles (profilage, renforcement des sanctions prises contre les demandeurs d’emploi) et des outils (suivi mensuel personnalisé) réactualise les clivages constitutifs de l’identité professionnelle des conseillers, hésitant entre « éthique du placement et éthique de l’accompagnement » (p. 104).

4Enfin, les trois derniers chapitres explorent les tâches de diagnostic et de contrôle et les registres d’action mobilisés par les conseillers. Les verbatim y illustrent finement la variété des situations d’interaction entre conseillers et chômeurs. La « distance à l’emploi » des bénéficiaires (chapitre V) est évaluée à travers une « investigation biographique » destinée à juger de leur motivation et de la sincérité des démarches de recherche. Reposant sur de multiples catégories (administrative, professionnelle, gestionnaire, morale) qui sont autant de prismes souvent contradictoires, ce diagnostic vise à opérer un tri qui réactualise les thèmes de l’assistanat et du mérite : chômeur volontaire, involontaire, « client idéal » ou encore inemployable. La « relégation » de cette dernière catégorie vers d’autres structures sociales met au jour le questionnement qui anime les conseillers quant aux priorités des missions endossées par l’institution. Or, ce choix déontologique est assumé individuellement, particulièrement dans le cas du contrôle de la recherche d’emploi et des sanctions (chapitre VI). Si les conseillers n’exercent qu’une faible influence sur la décision de la mise en œuvre effective de ces dernières, la gestion des absences aux convocations repose, à l’inverse, sur un « régime des indulgences » témoignant d’une marge de manœuvre importante : la conception individuelle de la justice sociale du conseiller oriente alors certaines décisions favorables, toujours éclairées par le parcours personnel du demandeur d’emploi. Dans ce « lieu d’intermédiation active », et pour faire face aux « freins » à l’emploi (chapitre VII), les conseillers font appel à des « technologies sociales d’adaptabilité » — négociation, incitation, voire coercition — dont le maniement dépend tout à la fois de leur éthique et des « topiques de justification » des chômeurs.

5Centrée sur les conseillers à l’emploi, l’enquête montre en définitive combien ceux-ci sont « pris entre la frustration des chômeurs et l’impuissance des politiques publiques » (p. 41). Mais la focalisation assumée sur l’interaction chômeur-conseiller oblitère d’autres acteurs œuvrant à Pôle emploi, pouvant agir tout à la fois comme ressources et comme contraintes dans l’activité de ces professionnels. Il apparaît par exemple légitime de s’interroger sur le rôle de régulation de l’encadrement ou, du moins, sur la perception qu’en ont les conseillers. Les conseillers issus des Assedic sont également absents de l’ouvrage, alors même que, dans la jeune institution qu’est Pôle emploi, ils accompagnent les demandeurs d’emploi au même titre que les conseillers issus de l’ANPE. Il est par ailleurs demandé à tous les conseillers de maitriser les activités de base autant sur l’indemnisation que sur l’intermédiation. Comment intègrent-ils cet élargissement des tâches sur le champ qui n’était initialement pas le leur ? L’analyse mériterait en somme de prolonger l’approche microsociologique engagée en explorant ces autres interactions, notamment pour éviter au lecteur le risque de se forger une vision en triade « État–Chômeur–Conseiller à l’emploi » qui serait par trop schématique.

6Au-delà de ces choix, certainement destinés à renforcer le propos, l’ouvrage est particulièrement clair et didactique. Insistant davantage sur les chômeurs et leur flexibilité, le titre et la quatrième page de couverture ne rendent qu’imparfaitement hommage à l’ample et rigoureuse recherche empirique de L. Lavitry. Celle-ci enrichit significativement les travaux sociologiques, en croisant analyse de l’univers bureaucratique et explicitation des transformations des politiques publiques.

Top of page

Notes

1 Agence nationale pour l’emploi, gérant les offres et demandes d’emplois.

2 Associations pour l’emploi dans l’industrie et le commerce, chargées de l’indemnisation.

Top of page

References

Bibliographical reference

Ken Fukuhara, Flexibilité des chômeurs, mode d’emploi. Les conseillers à l’emploi à l’épreuve de l’activation, L. LavitrySociologie du travail, Vol. 58 - n° 2 | 2016, 209-211.

Electronic reference

Ken Fukuhara, Flexibilité des chômeurs, mode d’emploi. Les conseillers à l’emploi à l’épreuve de l’activation, L. LavitrySociologie du travail [Online], Vol. 58 - n° 2 | Avril-Juin 2016, Online since 13 April 2016, connection on 16 May 2021. URL: http://journals.openedition.org/sdt/1103; DOI: https://doi.org/10.4000/sdt.1103

Top of page

About the author

Ken Fukuhara

Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE)
UMR 3320 CNRS et CNAM, 2, rue Conté, 75003 Paris, France
kenfukuhara[at]me.com

Top of page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search